Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 La Cour principal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tulkor
Cyclope errant

avatar

Nombre de messages : 1101
Age : 27
Date d'inscription : 31/12/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: La Cour principal   Ven 9 Juin 2006 - 16:52

Au pied d'Orthanc, sous autorité de Gondor. Se trouve des jardins et des forêt d'arbre bordant Fangorn, repère des Ents.

Tulkor et les hommes du Sud, de Khand et d'Harad. Venaient faire halte ici sous accords d'Aragorn, fils d'Arathorn.

Faites boire les chevaux, et surtout qu'on affutent les lames !!

Les garnisons du Gondor, étaient déjà présentes. Tulkor s'empressa d'envoyer son faucon à Aragorn. Alors que les Mumakils, étaient eux, restés à l'extérieur. Mais bien gardés par leurs hommes et leurs Mahud.



J'ai été Prince de Khand, Roi de Harad & d'Umbar, Intendant d'Harondor et Roi des Singes.
Aujourd'hui, je ne suis plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1290-tulkor-seigneur-du
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Cour principal   Ven 9 Juin 2006 - 16:58

Ashak descendit de Flacron, et l'arna à un arbre. Il s'approcha de Tulkor.

Cela fait longtemps que je n'ai pas vus Aragorn.

Il rigola, et montra son bras. Une petite cicatrice y était présente.

A vrai dire, la seule fois que je l'ai rencontré, il m'a fait ça..Ah ah ah.

Le Hasharin resta là sans rien dire, attendant l'arrivée prochaine d'Aragorn.
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn
Ancien Empereur de l'Ouest

avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 109
Date d'inscription : 18/06/2005

Feuille de personnage
Race: Dunedain
Possessions: Cheval, Nargil, Anneau de Barahir
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La Cour principal   Ven 9 Juin 2006 - 20:35

Le Capitaine d'Isengard regardait avec émerveillement l'armée Haradrimme. Il n'avait qu'un rôle "représentatif", n'étant jamais des campagnes qu'organisait le Roi. Mais il venait de recevoir un message de celui ci, et donc alla le transmettre. Il se dirigea vers le Seigneur Tulkor, et s'agenouilla devant lui

Seigneur, le Roi Aragorn m'envoie un message. Il vous convie, si vous le souhaitez, au Conseil d'Annuminas. Il demande à ce que je lui réponde au plus vite.


Song of Aragorn



Dernière édition par le Sam 10 Juin 2006 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t60-aragorn
Tulkor
Cyclope errant

avatar

Nombre de messages : 1101
Age : 27
Date d'inscription : 31/12/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La Cour principal   Ven 9 Juin 2006 - 23:34

Ce serait peux judicieux soldat, que j'épuise mes troupes dans un si long voyage, nous venons du Harad. Je vais y'aller seul. Ashak resteras ici.

Il fit signe à Ashak

S'il arrive quelque chose envoi moi ton faucon.

Il se tourna donc vers le soldat

Répondez lui favorablement. Je part de suite en Arnor.

Il siffla son Méharas et partis au Galop vers l'Arnor.



J'ai été Prince de Khand, Roi de Harad & d'Umbar, Intendant d'Harondor et Roi des Singes.
Aujourd'hui, je ne suis plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1290-tulkor-seigneur-du
Gandalf le Blanc
Istar

avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 26
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La Cour principal   Mer 14 Juin 2006 - 11:06

L'armée haradrime était entassé tout autour de la Tour d'Orthanc, lorsque les rangs furent brisés par l'irruption soudaine d'un cavalier blanc. Le cheval de ce dernier ne ralentit pas, à l'initiative de son maître, et fonça dans les haradrims qui s'écartaient d'un bond. Gandalf criait au passage :

Ecartez-vous ! Laissez-moi passer !

Enfin Gandalf arriva devant la porte d'entrée de la Tour, où il y laissa son cheval sans s'adresser ou s'excuser à un seul haradrim. Son attitude n'était ni arrogante, ni prétentieuse, simplement le magicien était plus que pressé, et cela se voyait à son pas hâtif alors qu'il pénétrait à même la Tour, muni de son bâton blanc.


--------> Au sommet de la tour


Gandalf le Blanc venait d'arriver au sommet de la tour, grâce à un escalier qui longeait en tourbillon l'édifice intérieure de la tour et qui amenait donc au sommet. Là, il sembla comme chercher quelque chose, plongeant son regard vers l'horizon, au ciel comme sur la terre.
Il resta ainsi quelques instants, quand survint tout d'un coup un cri, celui q'un cheval. Se penchant pour en voir la raison, il reconnut son cheval qui se cabrait avec folie et sauvagerie au milieu des haradrims de la cour centrale, et soudain la bête partit au galop vers la forêt. Deux haradrims essayèrent de l'arrêter, mais ils furent sauvagement poussés par la bête sans pour autant être blessés.
Le cheval disparut dans la forêt, et alors que Gandalf le suivait des yeux, il tourna de la tête et vit arriver un personnage qu'il avait vu au conseil d'Annuminas, mais dont il ne connaissait pas le nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
Tulkor
Cyclope errant

avatar

Nombre de messages : 1101
Age : 27
Date d'inscription : 31/12/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La Cour principal   Mer 14 Juin 2006 - 11:49

Sous le soleil tapant sur le marbre noir de la tour D'orthanc, Tulkor arrivait au galop, enfourchant son destrier noirâtre, Meykk...

Il passa les portes de la cour principale, et descendit en amazone dans les rangs de ces fidèles guerriers qui hurlèrent de joie en le voyant revenir. Tulkor laissa Meykk au centre de la mêlée, alors qu'il s'avancait vers Ashak.

C'est décidé, le conseil d'Arnor à tranché, nous combatterons Ashak, mon frère...

A ce même moment, Meykk se cabra et fit virvolter quelques homme avant de fuir dans les bosquets. Tulkor regarda impuissant son destrier fuir ...

** Meykk..... **



J'ai été Prince de Khand, Roi de Harad & d'Umbar, Intendant d'Harondor et Roi des Singes.
Aujourd'hui, je ne suis plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1290-tulkor-seigneur-du
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Cour principal   Mer 14 Juin 2006 - 11:56

Ashak serra le poing sur la corde de cuire qui le reliait à Falcron. Il allait se battre, enfin. Il n'avait participé qu'à une seule bataille importante pour le Harad, c'était contre ce nain...Anzok.Sans s'occuper du cheval de Tulkor, il lui répondit:

Enfin une bonne nouvelle!

Le Hasharin était comme un petit garçon auquel on donnait une glace. Il aimait se battre, cela se voyait.

Quand partons nous? Avons nous un appuis quelconque?
Revenir en haut Aller en bas
Gandalf le Blanc
Istar

avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 26
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La Cour principal   Mer 14 Juin 2006 - 14:07

Gandalf fut étonné de voir le destrier de cet haradrim partir également, et ne perçut pas ceci comme un hasard, rien n'était un hasard car tout n'était que la volonté d'Ilùvatar. Joignant les doigts de sa main droite, il émit un long sifflement aigu qui résonna au loin, et semblait comme s'amplifier avant de retomber dans le silence. Alors résonna comme en réponse le cri d'un cheval, puis d'un deuxième, et enfin d'un troisième.

Gandalf disparut un instant de la vue des haradrims qui le regardaient du bas de la tour, et réapparut rapidement à la sortie du tour, alors que des fourrés avoisinants sortaient trois chevals, dont un qui semblait largement supérieur aux autres. Il marchait devant eux, son regard était noble, son allure fière, il était de couleure blanche hormis le bout du museau légèrement gris. Gandalf le Blanc eut alors un sourire...

L'un des chevaux à l'arrière était Meykk, qui vint rapidement retrouver son maître d'un pas calme. L'autre cheval était celui de Gandalf, et le troisième, celui qui semblait être leur "maître", était totalement inconnu. Ces deux derniers se dirigèrent vers Gandalf, son cheval toujours en retrait par rapport au majestueux destrier blanc. Celui-ci se mit face au magicien, et le regarda de ses yeux, profonds et magnifiques.

Gandalf avança une main pour le caresser, mais le cheval refusa et recula légèrement. Alors le magicien comprit que cet animal était trop fier pour être dompté facilement, et employa une autre technique. Employant une infime partie de sa magie, il s'approcha lentement de l'animal et se mit à ses côtés, posant une main sur son encolure sans pour autant le caresser. La bête eut un mouvement de recul, mais se sentit soudainement apaisé et ne bougea pas. Gandalf commença alors à le caresser, très doucement, avec beaucoup de délicatesse. L'animal sembla apprécier, et rapidement le magicien blanc passa au stade supérieur et tenta de le monter. Le cheval accepta, sans pour autant aider Gandalf en par exemple se baissant, et en vérité le magicien n'en avait pas besoin.

Monté sur son nouveau destrier, Gandalf le Blanc s'approcha de Tulkor, dont la bête lui était revenue, et s'adressa à lui en ces mots :


J'ignorais que les Haradrims possédaient de tels chevaux, seigneur du Sud. Mais le savez-vous réellement ? Le cheval qui vous accompagne n'est pas ordinaire, c'est un méharas, tout comme mon nouvel ami.

Aux mots "nouvel ami", il montra d'un geste de la main droite le cheval blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
Tulkor
Cyclope errant

avatar

Nombre de messages : 1101
Age : 27
Date d'inscription : 31/12/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La Cour principal   Mer 14 Juin 2006 - 14:54

Tulkor s'inclina...

Des écrits du harad parle des Seigneurs des chevaux et les mythes de Khand racontent que les plus grands guerriers se réincarnent en puissants destrier, toutes choses à une vérité. Mais dites moi, des manuscrits en mes archives parlent d'un pèlerin gris connu sous le nom de Gandalf, serais ce vous ?

Tulkor se releva et n'attendit aucunement la réponse de Gandalf, il savait qu'il était sans doute ce magicien des grandes légendes, toutes les légendes sont vraies, la différence c'est la façon dont on leurs donnent une vérité, certaines sont fausses car depuis des décennies on ne vit que pour dire qu'elles existes.

Gandalf, les écrits vous disaient perdus...



J'ai été Prince de Khand, Roi de Harad & d'Umbar, Intendant d'Harondor et Roi des Singes.
Aujourd'hui, je ne suis plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1290-tulkor-seigneur-du
Gandalf le Blanc
Istar

avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 26
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La Cour principal   Mer 14 Juin 2006 - 18:53

Gandalf eut alors un léger sourire devant les paroles de Tulkor.

Le pèlerin gris, c'est ainsi que l'on m'appelait. Je suis Gandalf, le Blanc. Le Gris est mort, j'ai été envoyé.

Ces paroles furent prononcées avec un grand sérieux, comme toujours avec le magicien. Faisant tourner son cheval, Gandalf s'adressa ensuite à cet hadadrim qui parassait totalement excité à l'idée de faire la guerre (Ashak), et le regarda avec un certain air de tristesse, ou peut-être même de pitié bienveillante.

Ne vous réjouissez pas de la bataille jeune haradrim, vos compagnons périront et peut-être vous aussi. J'espère tout de même que non, j'ose imaginer que vous n'avez pas peur des orcs...

Il n'attendit aucune réponse, eut un rire étouffé, et fit tourner son nouveau cheval pour passer près de Tulkor, lui glissant les mots suivants :

Quand partons-nous ? Il nous faut nous hâter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
Tulkor
Cyclope errant

avatar

Nombre de messages : 1101
Age : 27
Date d'inscription : 31/12/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La Cour principal   Mer 14 Juin 2006 - 23:22

Tulkor enfourcha Meykk

Nous laisserons charger mes dix mumakils en avant, une fois le ménage fait, mes dix milles cavaliers de Harad et mes cinq milles archers de cavaleries variag mèneront la charge épaulés par cents char à lame de roues de Khand. Nous méneront la charge... Qu'en dites vous pélerin ?



J'ai été Prince de Khand, Roi de Harad & d'Umbar, Intendant d'Harondor et Roi des Singes.
Aujourd'hui, je ne suis plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1290-tulkor-seigneur-du
Gandalf le Blanc
Istar

avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 26
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La Cour principal   Jeu 15 Juin 2006 - 13:19

Gandalf sembla réfléchir un instant qui pouvait sembler court pour Tulkor, peut-être trop court, mais tous ignoraient ce qu'était l'esprit du magicien, tous ignoraient qui il était réellement.

Qu'il en soit ainsi, je chevaucherai à vos côtés si vous le voulez bien.

En vérité, cette stratégie était barbare, mais Gandalf savait que tels étaient les gens du Sud, les haradrims. Fiers et barbares... Il ne fallait mieux pas les contrarier, même si Gandalf était bien plus puissant qu'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
Tulkor
Cyclope errant

avatar

Nombre de messages : 1101
Age : 27
Date d'inscription : 31/12/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La Cour principal   Jeu 15 Juin 2006 - 15:06

Je me vois dans l'obligation d'accepter, mon respect est trop grand, et c'était donc là le but de ma requête. Hâtons nous, le Khand et le Harad ont une guerre à livrer.

Il leva son sabre...

Au GALOP !!!

Les Mumakils passèrent devant, alors que les cavaliers galoppaient derrière eux.

HJ// Le voyage on le fait dans nos topics séparés où dans un seul et si un seul lequel. => PM



J'ai été Prince de Khand, Roi de Harad & d'Umbar, Intendant d'Harondor et Roi des Singes.
Aujourd'hui, je ne suis plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1290-tulkor-seigneur-du
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Cour principal   Jeu 15 Juin 2006 - 16:36

Ashak, se sentant un peu ignoré par les 2 hommes, décida de monter Falcron et de suivre le reste de l'armée.

* Après tout, c'est normal..Ce sont 2 hommes bien plus important que moi, je n'ai que faire dans leur politique... *
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Cour principal   Lun 18 Aoû 2008 - 10:29

Juste en partant de cette fameuse grotte avec sa nouvelle monture, quelques loups solitaires suivirent Artélion. Cela faisait deux heures que de minutes en minutes de nouveaux loups ce ramenaient. Une fois arrivé entre la grande et ancienne forêt de Fangorn et l’immensité de la montagne blanche qu’Artélion venait de descendre, douze loups suivaient Artélion constamment. Ils mesuraient la même taille qu’Eriis et n’avaient l’air de ne vouloir aucun mal au jeune homme, au contraire. Enfin en vue de la muraille d’Isengard, la horde de loups et leur nouveau commandant se rapprochèrent de la merveilleuse et unique porte de cette cité.
Les portes s’ouvrirent avant qu’ils entrèrent. Sur la très grande cour parsemée de multitudes de fosses et de fournaises, l’Orthanc dominait. Des humains travaillaient, ils s’occupaient de déraciner les derniers arbres et de les jeter dans les fosses.
De suite, une espèce d’humain se ramena vers Artélion qui se posa des questions dans sa tête.
Il trouva cet être très amusant et charmant, c’était un lieutenant orc …
Ce commandant orc débuta d’une voix grave mais comme pensait Artélion, celle d’un ‘’méchant’’:

‘’- Qui es-tu, que fais tu ici, qui t’envois, quelle est ta mission et que fais-tu avec tant de loups ? Réponds.’’
Puis le jeune homme enchaîna :
‘’- Tout d’abords, tu vas te calmer espèce dont je ne connaît pas le nom et je vais répondre à tes questions. Je suis Artélion Fugàrès, Orphelin déserteur de sa ville. Je ne suis envoyé par personne. Ma mission personnelle est simplement la ‘’Vengeance’’. Pour ces loups, (et il les regarda en souriant) ce sont les miens, je les ai élevés dans la montagne blanche. Depuis ils me suivent là où je vais. En faite je viens chercher une mission proposer par ton maître. Il y en aurait une pour moi ? Une mission d’extermination d’humain ou de leurs alliés bien sur.’’
Le lieutenant orc fut bouche bée, jamais il n’avait jamais entendu un humain lui parler sur ce ton main il ne dit rien.
‘’- Là bas ;il montra du doigt la direction proposée ; il y a un panneau avec toutes les missions et une carte qui indique les lieux. Toutes ces missions sont proposées pour vous, les mercenaires.’’
Sans le remercier, se rapprochant du panneau qui l’attirait, Artélion descendit du loup qui suivit son maître et les douze autres loups suivirent la monture d’Artélion.
Sur le panneau, il y avait toute la Terre du Milieu et indiquait une vingtaine missions.
Artélion regarda en Mordor, il y en avait une à coté de Minas Morgul. Il regarda la légende qui parlait de mission d’extermination de Rôdeurs Elfes espionnant la cité des Nazguls.
Il y avait marqué : ‘’Pour la récompense, il faudra s’adresser à Shraknag, un Orc haut placé.
De suite, Artélion monta sur sa monture qui grognait d’impatience de tuer pour manger de la viande crue et fraîche, les autres loups en firent de même.
Il rebroussèrent chemin et se dirigèrent vers les portes de l’Isengard qui se refermèrent à leur passage.

* Adieu belle forteresse, adieu l’Isengard. En route pour Minas Morgul.*
Puis la horde de loups et leur chef partirent pour un long voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Vahamon

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 29
Date d'inscription : 28/07/2009

Feuille de personnage
Race: Elfe
Possessions: 0
Statut:

MessageSujet: Re: La Cour principal   Jeu 12 Aoû 2010 - 17:26

HJ: Si dans mon message il y à des incohérences à corriger n'hésitez pas à me le dire!


Un an plus tôt…

La créature aux oreilles pointues et à la peau d’une teinte grisâtre ténébreuse observait l’homme des terres de l’Est parler avec une aisance remarquable de ce qu’il était et du travail qu’il désirait lui proposer. Elrohir plongea ses yeux dans les siens, tentant de sonder ses appréhensions, de découvrir le mystère qui planait au-dessus de cet homme, en vain, l’elfe n’avait aucun pouvoir télépathique, d’ailleurs il n’en avait jamais eu. L’idée toutefois de lire dans les pensées d’un autre être lui plaisait grandement, cette pensée, qu’il jubilait d’avoir formulé dans son esprit lui permettrait de cacher ses désirs à ceux qui, peut-être en avait le pouvoir, tentait de percer à présent ses défenses mentales. D’un rire sonore, il sonda du regard les occupants de l'Auberge de l'œil sombre, la moitié étaient des orcs sans une once d’intelligence ou de subtilité alors que l’autre moitié, un peu plus distinguée, enfin pour la réalité du Mordor bien sûr, étaient des mercenaires à la solde des serviteurs de celui qui ne meurt jamais! Du moins, si celui-ci était encore en vie, l’elfe eu alors un soudain frisson d’inconfort, que ferait-il si il rencontrerait une ombre à l’allure du maître des ténèbres, devrait-il s’enfuir ou la saluer? Et s’il ne s’agissait en fait que d’une ombre quelconque, ne serait-il pas plus diplomatique de ne rien dire? Bien sûr qu’il ne devait pas parler à une ombre! Après tout seuls les couards avaient peur de leurs ombres!

Les pensées de Vahamon se bousculèrent à une vitesse fulgurante dans sont esprit, les créatures de la taverne ne cessaient de le dévisager avec une aisance malveillante et le garde à qui il avait porté un léger coup de tète et dont le nez était toujours ensanglanté l’observait tout particulièrement sans doute en se demandant s’il aurait la chance un jour de lui rendre la monnaie de sa pièce. L’elfe se surprit lui-même à utiliser mentalement cette expression! Elle était d’une franche absurdité! Il ne possédait plus aucune pièce, car il avait déjà tout donné ce qu’il avait récupéré sur les cadavres d’Orc à l’aubergiste. Les bourdonnements de conversation s’intensifièrent à mesure que Shiba lui expliquait ce que serait sa première mission, le cœur de l’elfe s’embrasa d’une certaine satisfaction, comme celui-ci lui avait dit plutôt, cette mission serait sanglante, autant pour lui que pour ceux qu’il croiserait. Bien que cette mission aurait pût sembler à tout être normale comme étant une dont ont ne reviens guère en vie, Vahamon la considéra comme d’autant plus intéressante, devant escorter une caravane jusque dans les territoires de l’Angmar, ce qui se révèlerait être une tâche bien difficile.

L’elfe accepta la mission, sachant pertinemment qu’il devrait longer le Gondor, le Rohan et éventuellement l’Arnor. Shiba lui expliqua alors qu’il aurait à sa disposition deux mercenaires, qui resterait dans le chariot et le défendrait jusqu’à la mort, y compris contre toute tentative de sa part de vol, puis de deux chevaux qui tirerait le chariot contenant ce qu’il devrait livrer en Angmar. Tentant de questionner l’homme de l’Est sur la cargaison qu’il devrait transporter, il s'obtenait en réponse que de violente menace sur le fait que cela ne le concernait d’aucune façon. L’homme lui assura alors, dans un petit sourire en coin, que le fait qu’il soit un elfe l’aiderait sans doute à passer les frontières des Royaumes voisins et qui dans le pire des cas, subirait une fouille judicieuse de la part des éclaireurs chargées de surveiller les frontières. Le père destructeur sourit à son tour à l’homme dont le crâne lui semblait reluisant, il se leva lentement et parti rejoindre la mission qui l’attendait.

9 mois plus tôt…

Elrohir était désemparé, brisé, épuisé, cette sensation lui semblait bien déplaisante alors que l’amertume de sa propre défaillance prenait le goût du sang dans sa bouche. Trois puissants cavaliers du Gondor, chargé sans doute de défendre les frontières de vulgaire vagabond malveillant les avaient malencontreusement pris en chasse, l’elfe avait alors dû convaincre ses deux alliés, qui désirait plus que tout l’affrontement, de remonter vers le nord afin de contourner le puissant fleuve de l’Anduin et d’atteindre le Rhovanion. Cet itinéraire, aurait sans le moindre doute pût s’avérer judicieux, si les trois cavaliers qui les prenaient en chassent avait été née de la dernière pluie. Ceux-ci ne semblaient pas avoir le moindre mal à les poursuivre et pour cette raison Vahamon s’était fait violence pour ne pas se retourner brusquement et préparer le terrain pour un affrontement. Hélas il avait reçu des ordres stricts, il devait contourner tout affrontement pouvant mettre d’une façon quelconque la cargaison qu’il transportait en danger et l’elfe n’était pas complètement fou, d’ailleurs il n’était pas plus suicidaire qu’ambitieux! Il connaissait la réputation des cavaliers du Gondor, ceux-ci n’étaient pas chose commune et ceux qui en faisait carrière était habituellement d’habile guerrier, surtout qu’eux semblaient ne craindre aucunement de les poursuivent jusqu’aux profondeurs des enfers.

Le père destructeur menait ce chariot à grand trot, ne s’arrêtant que pour nourrir les chevaux et leur donner une cadence de repos d’environ une heure à chaque neuf heures. C’était sans le moindre doute le minimum qu’il pouvait leur accorder afin d’éviter que l’un d’entre eux ne meure d’épuisement. L’elfe, qui avait forgé son propre arsenal, c'est-à-dire un sabre et une lance grossière à la lame recourbée en demi-lune, avait entrepris sur lui-même d’entretenir les fers des chevaux afin d’en obtenir le maximum d’efficacité, les gardes du chariot, Everon et Melvas avaient emportés avec eux suffisamment de ferraille permettant à l’elfe d’entretenir les armures de ses deux compagnons, tout aussi bien que leurs armes et les fers des chevaux. Néanmoins, il s’agissait là d’un avantage bien maigre comparé à l’avantage qu’avaient les trois cavaliers Gondorien sur eux. Armés de puissantes lances, d’épées et de bouclier, combiné à de tout aussi impressionnantes armures, il lui semblait peu probable que ses deux compagnons n’eussent la moindre chance et cela même en duel contre l’un d’entre eux. D’ailleurs l’idée même d’un duel, qu’Everon souhaitait ardemment, semblait être aux yeux de l’elfe d’une stupidité remarquable et d’un honneur mal placé, il s’agissait là de témérité inutile qui n’apporterait rien aux trois créatures hormis la chance que l’un d’eux en meurt…

…et quand bien même il aurait aimé provoquer un combat contre les cavaliers, l’avantage du terrain ne lui serait d’aucune utilité, l’elfe possédait sans le moindre doute un avantage certain à travers les bois, mais dû au chariot qu’il transportait cela lui semblait superflu de croire un seul instant avoir le temps de couvrir ses traces et de dissimuler ce même chariot pendant qu’ils combattraient les trois Gondoriens. Qu’arriverait-ils si le chariot disparaissait? C’était un risque que l’elfe n’était pas prêt à prendre, il avait eu une mission et il désirait la mener à bien, ou du moins faire tout en son pouvoir pour la réussite. L’Angmar lui sembla soudainement profondément loin, beaucoup plus loin que l’itinéraire de départ. Ils auraient normalement dû traverser l’Anduin par le Nord-Ithilien afin d’atteindre le territoire de l’Anorien puis après cela ils auraient atteint l’Est-Fold, territoire du Rohan. Bien que ce dernier leur aurait sans doute causé bien des maux de tête, l’itinéraire du présent lui semblait davantage intellectuellement épuisant. Chacun des arrêts du chariot était pour l’elfe l’heure de sortir une carte et à l’aide d’une plume ainsi que de quelques branches, il devait tracé un nouvel itinéraire dépendant du trajet et de la vitesse à laquelle ils progressaient. Le seul fait que les cavaliers ne les avaient pas déjà rattrapés était sans doute dû à la prudence qu’avait employé l’elfe lors du trajet, c’est-à-dire qu’après leurs tentatives de traverser l’Anduin près de l’Ithilien du Sud, il avait rebroussé chemin et était resté du coté Est de l’Anduin afin que la poursuite de ses ennemis soit beaucoup plus dangereuse que ce à quoi ils s’attendaient.

Les trois cavaliers devaient donc être aussi prudents que l’était l’elfe et par conséquent, celui-ci trois mois durant avait contourné les zones peuplées d’ennemis et d’allier. Les questions que susciterait sont passage pourrait lui être dommageable, tout autant qu’à la cargaison inconnue qu’il transportait. Elrohir Elanessë devait donc ce montrer astucieux et prudent, plus ils avançaient vers le nord, sur la rive Est de l’Anduin, plus le terrain devenait accidenté et par conséquent difficile à transporter…

6 mois plus tôt…

Les trois compagnons de mission avaient finalement atteint le Rohan, prenant des chemins détournés ainsi qu’un grand détour par le nord, ils avaient néanmoins réussi à échapper aux trois cavaliers du Gondor qui les avaient poursuivis un long moment et malheureusement, les talents de l’Elfe n’avaient pas été l’œuvre de ce retour de chance plus que satisfaisant. Les trois cavaliers avaient d’eux même abandonné la course peu avant que les trois compagnons ne s’enfoncent davantage dans l’Est-Emnet. Ceux-ci n’étaient pas peu fière de leurs progressions, bien que lente, ils avaient réussis à éviter toutes patrouilles des cavaliers du Rohan en évitant les villages et en passant par les vastes pleins plutôt que par les routes, pour ce faire, Vahamon avait forgé lors d’une nuit de pleine lune, des faux et des râteaux à ses compagnons et à lui-même. Sous une progression constante, l’un d’entre eux fauchait l’herbe longue, l’un râtelait la terre et l’autre conduisait le chariot leur permettant ainsi de progresser un peu plus rapidement qu’ils ne l’auraient fait normalement dans les herbes longues. C’était sans le moindre doute un travail ardu et une tâche ingrate de simple paysan, mais néanmoins leurs muscles se durcirent leurs permettant de rester en forme durant cette longue expédition. Le danger étant écarté, ils prirent plus longuement des pauses et quelques fois celle-ci pouvait durer des journées entières. Everon et Melvas parlaient longuement de politique de leurs terres natales expliquant ainsi à l’elfe les nombreuses intrigues qu’eux-mêmes connaissaient ce qui ne tarda pas à l’instruire sur cet étrange monde qui étaient les leurs. Sous le couvert de la blague, les deux hommes lui demandèrent s’il n’aimerait pas repartir avec eux vers l’Est lorsque cette mission était terminée, puis constatant les interrogations de l’elfe, les deux hommes éclatèrent de rire en pensant qu’un Elfe ne ferait pas long feu dans les terres de l’Est.

1 mois plus tôt…

Les trois compagnons atteignirent finalement les frontières de L’Isengard par le Wold et ils longèrent la forêt de Fangorn durant un long moment sans toutefois oser y pénétrer. L’elfe connaissait bien les vieilles légendes et bien que les deux hommes se refusèrent de le croire, Vahamon protesta avec véhémence contre l’idée de couper à travers cette forêt afin de monter vers le nord et de passer par l’un des cols menant jusqu’au pays de Dun. Ils décidèrent donc qu’ils passeraient directement à travers l’Isengard, passant ainsi très prêt de la tour d’Orthanc. C’est ainsi que les hommes du Rhûn lui apprirent l’existence d’un puissant mage résidant dans cette tour appelé *le magicien blanc*. Vahamon ne connaissait point son nom, mais l’obscurité autour de ce mystérieux personnage le poussa à tenter d’en apprendre plus à son sujet et lorsqu’il questionna les deux hommes autour d’un feu de camp, ils se firent un plaisir de lui dire ce qu’ils en savaient.

«Il est très puissant, lui dit Everon avec un sourire, il dirige à la fois les puissants Ourouk-Hai ainsi que les barbares du pays de Dun, nul ne sait d’où lui provient sa puissance. Il a une longue barbe grisâtre, des habits aussi étincelants que la lumière de la lune et un bâton se rapprochant grandement de l’apparence d’un sceptre. Lorsque nous étions au Mordor, Melvas et moi, nous avons pût entendre des légendes à son sujet, si jamais tu le rencontres l’elfe, bouche toi les oreilles! Ont dit que sa voix a le pouvoir d’ensorceler les esprits! Comme ce que l’ont dis à propos des sirènes des mers! Mais lui… Il est plus vieux et pas mal plus laid! »

« Très laid même! En rajouta Melvas en baissant la voix, ont dit aussi qu’il était allié aux hommes du Gondor et du Rohan, mais maintenant qu’il est leur concourant le plus farouche. Si Sauron n’existerait pas, il serait sans doute l’être le plus dangereux de tous les royaumes, enfin c’est ce que plusieurs pourritures orc disent à son sujet. Nous ne savons pas véritablement si c’est vais et quels sont véritablement ses intentions envers le Mordor, mais je… »

Melvas n’eut jamais la chance de terminer cette phrase, au moment où il tentait de l’achever, une flèche se planta dans sa gorge, les yeux exorbités par la surprise, le sang remontèrent à travers sa gorge jusqu’à s’écouler par la bouche au fur et à mesure qu’il tentait de parler. La vision aurait sans le moindre doute semblé grotesque à un individu qui ne se serait pas lié d’amitié avec cet homme. Le garde du chariot, le valeureux guerrier de Rhûn tomba tête première sur un bout de terre qu’il avait préalablement lui-même râtelée. Le visage d’Everon pâli soudainement, le frère d’arme du cadavre réagit promptement plongeant sur le sol en entraînant l’elfe dans sa chute, il le protégea tous deux d’une volée de flèche qui les aurait sans doute criblés jusqu’à la mort. Le mercenaire de Rhûn était un vétéran de plusieurs escarmouches, bien qu’il n’avait jamais participé à de véritables campagnes militaires, il avait cependant mené plusieurs missions périlleuses le menant dans des affrontements contre des nains, des elfes et des orques. Son compagnon, Melvas était lui aussi un vétéran et par le sang qu’ils avaient versé ensemble ils étaient liés, le pauvre homme avait été pris par surprise, sans la chance se défendre son honneur était entaché.

« Prends ceci, prononça Everon d’une voix grave tout en lui tendant un voile bordé d’or, tu y trouveras une pierre précieuse… La cargaison n’a aucune importance, elle ne servait qu’à leurrer d’indésirable espion qui aurait pût être une nuisance dans les plans de notre employeur, cette pierre te permettra de rester en vie… Montre là à Barberesk en Isengard, il saura, ce que tu dois en faire. Aujourd’hui je vais mourir en héros, je sauverais ta vie, elfe, mais en échange tu devras annoncer ma mort à mon épouse a Krell-Kain ouvre bien les yeux, démon aux yeux d’émeraude, que chaque mort que j’emporterais avec moi transcende le voile du temps et que ma légende soit comptée jusqu’à ta mort! »

Dans un cri de guerre, raisonnant dans la nuit tel un cor l’aurait fait, Everon se leva et s’élança rapidement vers le chariot ainsi que les chevaux. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, il détacha l’un des chevaux de ce même chariot et s’élança au gallot vers les ennemis masqués tout en forçant sa monture à manœuvrer les esquives de projectiles. L’arme en main il frappa un premier ennemi et le décapita d’un seul coup à la gorge, puis alors qu’un second tuer masqué approcha, le guerrier de Rhûn bondit de sa valeureuse monture et plongea, les bras devant vers son ennemi afin que tous deux se retrouvent sur le sol. Everon se relevant plus rapidement que son deuxième adversaire dégaina son poignard, car son épée était restée sur le sol, puis il le plongea violemment d’un coup vif dans la jambe de son adversaire sur le sol. Reprenant son épée, le guerrier se retourna vers l’assassin et alors qu’il tenta de se lever, il lui enfonça son épée dans la gorge d’un habile coup d’estoc. Les deux derniers assassins approchèrent dangereusement du puissant guerrier, armé de lance et leur corps bien dissimulé par une longue tunique verdâtre empêchait quiconque de voir concrètement ce qu’étaient ses êtres. Lorsque les deux assassins visèrent la poitrine du garde dans un puissant coup pointé, il s’écria à l’intention de l’elfe « Pars, maintenant! » avant de dévier la première lance d’un coup d’épée vers le bas, mais alors qu’il remontait son arme pour dévier la deuxième lance, celle-ci le frappa plus rapidement en plein cœur.

Vahamon avait observé la scène avec une horreur conséquente, mais tout aussi bien avec une admiration pour l’homme qui s’était sacrifié pour lui. Bien sûr, il ne l’avait pas fait uniquement pour lui, il savait fort bien qu’il était un plus coriace guerrier que son compagnon elfique et que quant à tout deux meurt inutilement, il préférait que l’un d’eux vivres, sa femme l’apprendrait de quelqu’un qui l’avait vue se battre en héros. Ce fût sans doute la dernière pensée qu’il eût avait d’expier son dernier souffle, du moins c’est ce que supposa le père destructeur. Sans avoir le temps de prendre ses armes, il n’avait d’ailleurs que son armure en cuir d’orc et ses quelques bijoux, il enroba rapidement la pierre précieuse que le mercenaire lui avait donnée dans le voile d’or puis il le fourra dans l’une des pochettes de sa ceinture. Sans perdre une seule seconde, l’elfe courra vers la dernière monture et la détachant tout aussi rapidement il s’enfonça dans la nuit vers l’Isengard, plus précisément Orthanc.


Aujourd’hui....

La mort semblait lui dévoré le cœur, cette souffrance qu’était la faim tout aussi bien que la soif le tenaillait comme de petits poignards acérés n’ayant que pour unique objectif, détruire son âme et sa détermination. Vahamon avait survécu durant le dernier mois en mangeant de vulgaires baies sauvages ainsi qu’en se désaltérant aux divers coins d’eau qui avait parsemé sa route. Sa monture était morte quelques jours plus tôt, l’elfe avait alors versé une larme, qui n’en était aucunement une de compassion, mais bien d’égoïsme. La créature aux oreilles pointues devrait dès lors marcher jusqu’à l’anneau de l’Isengard, n’ayant plus en main la moindre carte, ne possédant que pour seule arme un bâton de marche et ne possédant guère plus de force il était dans une position des plus délicates. Néanmoins sa détermination était d’acier, le jour précédent la mort de sa courageuse monture, il avait rêvé en songe de l’homme à la voix d’Or, l’homme dont les habits étaient aussi immaculés de blanc que sa longe barde. Il avait alors entendu la voix de la créature, puissante et autoritaire, une voix qui à la fois était tout aussi mélodieuse que terrifiant. « Viens à moi, lui avait-il ordonné. » Bien sûr, la réalité était tout autre, il ne s’agissait que d’un rêve, mais l’elfe avait interprété la chose comme étant un signe bien concret.

Le père destructeur se nourrissait donc d’espoir, peut-être trouverait-il en cet homme un maître suffisamment puissant à servir pour exécuter ses propres ambitions destructrices. Sur cette pensée, l’elfe sourit à pleines dents, puis il s’arrêta un moment pour festoyer d’une salade d’herbe longue et de pissenlit, repas qui le comblait, dans la mesure où il n’avait rien d’autre à passer sous ses dents jaunies. Puis soudainement, alors qu’il s’assoupit dans l’herbe longue, il ressentit la terre résonner au-dessous de lui, croyant devenir fou, il se rappela cependant qu’il s’agissait sans doute de vibration causée par des chevaux et lorsqu’il releva la tête, il aperçut des « cavaliers » Dunedain qui le frappa d’un coup de pommeau à la tête. L’elfe s’évanouit alors et il s’aperçut qu’il était à présent bien enfoncé dans l’Isengard.

Lorsqu’il se réveilla, l’elfe exulta de plaisir, il était finalement au pied de la tour d’Orthanc, enchaîné convenablement, des Numénoréens et des Dunedain le regardait avec un regard avide de cruauté, ceux-ci tenaient prisonnier un elfe et ils ne comptaient pas le laisser s’échapper! Vahamon, plissa les yeux, tendant d’admirer les lieux malgré la puanteur qui émanait des Numénoréens, ceux-ci lui étaient répugnant, mais tout de même un peu moins que les Orc qu’il avait rencontrés au Mordor. Chacun d’eux semblait avoir une once de fierté dans les yeux, tout autant qu’en avait l’elfe d’être encore en vie! Lorsque l’un de ses geôliers le débâillonna et que celui-ci s’approcha à quelques centimètres de son visage pour lui souffler son haleine putride et lui faire comprendre qu’il risquait de finir entre ses entrailles, le Numénoréen lui sourit et éclata d’un rire cinglant.

«Qu’est-ce que tu viens faire ici créature des forêts, lui demanda le Numénoréen,? Réponds ou tu tâteras de ma lame! »

L’elfe haussa lentement les épaules en guise de réponse, puis alors que le Numénoréen fronça ses hideux sourcils devant une telle indifférence, la tête de l’elfe fondit sur lui et les dents de la petite créature aux oreilles pointues se refermèrent sur son nez. Vahamon n’avait jamais oublié le goût de la chaire d’Orc mais ceux des Numénoréensi lui semblaient encore plus savoureux, car ils étaient plus coriaces, plus fort plus déterminés. La créature recula, et vociféra des injures dans une langue que l’elfe ne comprenait pas, néanmoins il se doutait bien qu’il ne s’agissait pas de remerciements!

« Hum, un goût exquis prononça l’elfe en passant une langue légère sur ses lèvres. »

En retour, il reçut trois violents coups de pommeau dans les côtes, les poumons enflammés par le manque d’air, la respiration haletante, il tenta de redresser la tête, mais il n’eut en retour qu’un quatrième coup de pommeau cette fois dans l’estomac. L’elfe tenta alors de parler, il en était cependant incapable…


«J’ais regarder le ciel, espérant y retrouver l’espoir, tout ce que j’ais vue, était la destruction de ce monde, tout ce que j’ais entendu était ce puissant murmure malicieux m’expliquant que la Terre du Milieu était damné et que de sa destruction naîtrait un havre de paix, que de sa destruction naîtrait un monde où le mal n’existerais pas… »


Dernière édition par Vahamon le Lun 16 Aoû 2010 - 14:50, édité 3 fois (Raison : HUMPF: Correction East----)Est XD Edit 2: Correction de diverses fautes embarrassantes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Cour principal   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Cour principal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» cour des rois déchus
» 1er Cour d'Etude des Runes: Découverte!
» Socle Gardes de la Cour de la Fontaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Divers (uniquement RP) :: Fosse abyssale des Sept enfers démoniaques :: RPs des Royaumes Humains :: Archives de l'Isengard-
Sauter vers: