Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 La salle du trône et le château

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 8 Déc 2009 - 19:08

Avant de parvenir aux portes de la citadelle, Dolan fit une courte pause devant une petite fenêtre donnant sur l’esplanade. Un homme de haute taille, entouré de gardes parfaitement alignés, se tenait devant la fontaine. Aucun signe pour l’instant de la seconde arrivée.

Le jeune homme reconnut les couleurs princières de la cité de Dol Amroth. Dolan fouilla dans sa mémoire à la recherche de son dernier souvenir de cette cité. C’était il y avait plusieurs années déjà. Quel était le nom de l’homme qui gouvernait cette cité vassale de Minas Tirith ? Dolan ne parvint pas à s’en souvenir.

Secouant la tête, il finit par se convaincre que cela n’était pas vraiment important. Il lui suffirait de l’appeler par son titre, tout simplement. Et puis si cet homme possédait ne serait-ce qu’une once de politesse, il se présenterait à lui. Reprenant son chemin, il demanda aux gardes d’ouvrir la porte de la citadelle. Ces derniers avaient une mine rébarbative. Cet homme ne leur était pas inconnu. Et il ne leur plaisait apparemment pas. Cependant ils obéirent. Denethor n’était pas encore arrivé, mais cela était probablement une question de minutes. Dolan hésita un court instant avant de s’avancer en direction de Tarhandrim.

Marchant d’un pas mesuré mais cadencé, exhibant largement l’arbre blanc cousu sur sa poitrine, il gardait la tête haute et le regard braqué sur le prince de Dol Amroth. Il croisa ses yeux gris. Il avait une attitude noble et majestueuse. Apparemment en pleine forme physique, Dolan s’étonna de le voir plus jeune que lui. Il ne s’attendait pas à ce qu’une telle cité soit gouvernée par un homme aussi peu âgé. Derrière lui, se tenait un soldat, probablement haut gradé, droit dans ses bottes et quelque peu sur la défensive. Dolan avait longtemps observé les attitudes des soldats afin d’être capable de les imiter. Il en aurait mis sa main à couper : ce soldat là n’était pas tranquille. Pas aussi tranquille qu’il aurait dû l’être dans une cité amie. Le regard de Dolan se reporta sur Tarhandrim. Quel secret portait ce jeune homme qui lui valait la méfiance des Gardes de la Citadelle et le malaise de ses propres hommes ?

Soudain, le jeune homme se souvint du nom du prince. Tarhandrim… Mais ce n’était pas à Dol Amroth qu’il avait entendu ce nom. C’était ici même, à Minas Tirith, lors d’une conversation banale avec le vieux Patrocle à l’auberge. Le tavernier avait entendu dire que des troubles agitaient Dol Amroth et qu’un usurpateur du nom de Tarhandrim tentait d’en prendre le contrôle. A l’entendre, ce Tarhandrim ne désirait pas s’arrêter à Dol Amroth. Son but était de soumettre le Gondor dans son ensemble à sa volonté. Dolan y avait prêté peu d’attention. Ce genre d’événement était relativement fréquent. Et ce genre d’individus finissait rapidement par revoir ses ambitions à la baisse.

Mais malgré cela, c’est sous un jour nouveau qu’il regarda à nouveau Tarhandrim. Et il ne put s’empêcher de lui trouver alors une attitude quelque peu martiale.

S’arrêtant à une distance respectueuse, Dolan prit la parole. Il avait décidé de laisser le bénéfice du doute à l’étranger. S’il se révélait être un usurpateur efficace, il ne fallait surtout pas s’opposer violemment à lui. Au contraire, l’accueillir de manière bienveillante l’adoucirait sans doute quelque peu.

-Prince Tarhandrim, commença-t-il. Soyez le bienvenu à Minas Tirith. Laissez moi me présenter, je suis le Seigneur Beldorn, fils d’Aragorn Tar Elessar et tout nouveau Comte d’Arnor. Vous avez eu de la chance de ne pas arriver plus tôt. Il y a quelques heures seulement, notre belle cité de Minas Tirith était assiégée par une horde de morts. Il m’aura fallu tout mon courage pour provoquer leur chef en duel et les renvoyer tous dans le sombre royaume d’où ils venaient. Je n’ose imaginer ce qui se serait passé si vous étiez arrivé pendant ce court siège. Vous me voyez ravi de vous voir en bonne santé. Mais dites-moi, qu’est-ce qui vous amène en ces lieux ? On entend beaucoup de choses sur votre compte. Et pas seulement des louanges...

Tarhandrim n’eut pas le temps de répondre. Denethor arrivait, entouré de nombreux gardes de la citadelle. Il paraissait furieux, à la fois de s’être fait doubler par Dolan, et de voir l’impétuosité de Tarhandrim. Comment cet usurpateur osait venir se présenter en armes devant les portes de la citadelle ?

-J’espère que vous avez une bonne raison pour expliquer votre présence ici, Tarhandrim. Oui… je connais votre nom. Votre cousin Kurdan m’a tenu au courant et m’a mis en garde contre vous. Je comptais régler votre cas en temps voulu, mais il semblerait que vous me forciez à modifier mes intentions. Je vous le répète. Donnez moi une seule bonne raison pour ne pas vous faire enfermer sur le champs…

Dolan était stupéfait par la violence et la hargne de Denethor. Ce vieillard parvenait à le faire frémir rien que d’un regard.

Edit : je me permet de changer le frère Kurdan en cousin car c'est ce qu'il ai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mer 9 Déc 2009 - 16:38

Lorsque Denethor arriva avec ses gardes de la citadelle et cet air menaçant. Les chevaliers de Dol Amroth se précipitèrent pour entourer leur Prince, mais celui-ci les arrêta d'un signe de tête. Tout ce remit dans l'ordre. Les paroles de l'intendant firent voir à Tarhandrim toute la perfidie de son cousin. Son visage se crispa tandis que Corion resserrait son étreinte sur le pommeau de son épée.

Chaque camp se regardait dans les yeux et se tenait vis-à-vis l'un de l'autre. Denethor et Tarhandrim se tenaient au milieu et se toisaient du regard. Tarhandrim restait droit et gardait son sang-froid.

Je ne sais quels bruits courent à mon sujet, mais je vois que mon indigne cousin a réussi à me devancer, et s'amuse à faire courir de fâcheuses rumeurs à mon sujet. J'en avais été informé mais je ne m'attendais pas à une telle antipathie de votre part , intendant Denethor.

Je suis venu car je viens de succéder à mon oncle Alphros que vous devez bien connaître. Sachez que c'est lui qui m'a adopté et m'a désigné comme son héritier légitime et qu'il n'y a rien de pernicieux dans cette affaire.


Tarhandrim parlait avec un certains agacement. Il regardait l'intendant comme un moins que rien ce qui n'arrangeait pas la situation

Si mon cousin Kurdan vous a dit du mal de moi, oubliez cela. Il me hait car il pense que je lui ait voler le trône de Dol Amroth. Tant que cela ne sera pas prouvé, je ne vois pas pourquoi me parler ainsi. Je suis venu car il est de son devoir à tout nouveau Prince du Gondor de venir se présenter au Roi à qui il doit prêter allégeance et obéissance. mais si vous ne le souhaitez pas, alors je me retirerai volontiers. Sachez que des milliers d'hommes seront retirés à votre armée et vous irez droit à la catastrophe. Voulez-vous rompre notre pacte ? Voulez-vous faire défaut aux traditions et mener le Gondor dans une guerre civile et sanglante ? Que dira le peuple, que pensera-t-il de vous ?

Ces mots étaient agressifs et Tarhandrim ne les avaient pas mâchés. Il savait comment se comporter dans de telles conditions et où trouver les mots justes. L'argument était de poids et la tension exécrable.
Revenir en haut Aller en bas
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Dim 13 Déc 2009 - 15:48

La tension était palpable entre Denethor et Tarhandrim. Les soldats de Dol Amroth semblaient tout acquis à la cause du prince, mais les Gardes de la Citadelle se battraient sans aucun doute pour Denethor. Instinctivement, Dolan alla se placer entre les deux fiers seigneurs. Un bain de sang était la dernière chose dont il avait besoin.

-Allons, allons, messires, gardons notre calme, je vous prie. Dol Amroth et Minas Tirith ont toujours été alliées. Ne gâchons pas tout cela à cause d’un malentendu. Le Seigneur Tarhandrim est venu prêter allégeance au roi. Ce geste doit être prit comme un geste amical et nous devons y répondre de la même manière.

-Le roi a quitté Minas Tirith, grogna Denethor. Et je lui conserverais son trône jusqu’à son retour. Alors si Tarhandrim veut prêter allégeance à quelqu’un, c’est à moi qu’il doit le faire. Mais avant, il vous faudra prouver votre légitimité. Votre cousin Kurdan devait monter sur le trône à la mort du Seigneur Alphros. Pourquoi a-t-il été évincé de la sorte ?

Dolan haussa légèrement un sourcil mais n’intervint pas. Il se demandait intérieurement quel était l’intérêt de cette question. Tarhandrim avait apparemment le soutien des soldats de Dol Amroth, Kurdan n’avait rien. L’équation était donc limpide : c’était l’allégeance de Tarhandrim dont le Gondor avait besoin, peu importait sa légitimité. Mais malheureusement, l'amour propre de l'Intendant avait été bien égratigné par les paroles vives de Tarhandrim. Dolan se désolait parfois de constater à quel point les mots pouvaient être dangereux.

*Si tous les hommes possédaient ne serait-ce que le dixième de mon habileté à manier les mots, cela pourrait être la paix dans le monde* songea-t-il tristement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 14 Déc 2009 - 16:38

Tarhandrim esquissa un sourire. Son ennemi était ignare et ne savait rien de ce qui se passait à Dol Amroth.

Vous ne savez donc pas ? Mon oncle m'a adopté quand mes parents son mort et étant sans enfant, je suis devenu l'héritier de sa maison aux dépends de Kurdan. Mon oncle était un homme bon et s'il m'a choisi c'est pour de bonnes raisons. Contesterez-vous les volontés d'Alphros ?
Vous n'avez rien à dire en cela. De plus, le véritable coupable est en la personne de Kurdan qui veux m'assassiner chaque jour.
Seigneur Denethor, je vous offre un moyen de vous réconcilier avec la plus puissante des régions du Gondor, ne refusez pas une telle occasion, car vous en perdrez votre trône.
Je vous offre mes services, par quels autres moyens plus importants puis-je vous prouver mon allégeance ?
Revenir en haut Aller en bas
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 14 Déc 2009 - 19:14

Dolan se tenait entre les deux protagonistes, mesurant l’impact de chacune des paroles prononcées par l’un sur l’autre. Il était évident que la situation se détériorait de secondes en secondes, les deux interlocuteurs ayant autant de diplomatie que deux trolls se disputant un morceau de viande. De plus, ils prêtaient à peine attention au jeune homme qui faisait tout son possible pour trouver une issue favorable à cette discussion.

Dolan se sentait la cible de nombreux regards anxieux. En effet, l’endroit où se dressaient les trois personnages, entourés d’un côté par les soldats de Dol Amroth, et de l’autre par les Gardes de la Citadelle, était entouré par un certain nombre de badauds. Probablement les dernières personnes à ne pas s’être dispersées après le discours de Denethor et Dolan. Tous regardaient dans cette direction, malgré le fait qu’ils soient tenus à l’écart par quelques gardes prévoyants.
Cette situation plaisait assez au jeune homme. Passer pour un médiateur, un homme de compromis fermement décidé à allier tous les hommes libres à la noble cause de la Cité Blanche… Voilà qui pouvait tout à fait servir ses plans. Encore fallait-il qu’il parvienne à éviter le bain de sang qui se profilait.

-Nous n’étions pas au courant de cela, Seigneur Tarhandrim. Votre cousin a mené une campagne de désinformation à votre encontre dans tout Minas Tirith… Une campagne dont vous pouvez à peine soupçonner l’envergure. Quoi qu’il en soit, à ma connaissance, Kurdan n’a pas daigné venir prêter allégeance à Minas Tirith… Votre fidélité au trône du Gondor me réchauffe le cœur. Et je suis certain que le Seigneur Denethor peut voir la pureté de votre cœur et accepter votre allégeance.

Dolan regarda le vieillard qui affichait toujours son grand mécontentement. Le ton hautain de Tarhandrim n’avait pas arrangé son humeur déjà massacrante. Cependant, il gardait à cœur les intérêts du Gondor.

-La moindre des choses aurait été d’annoncer votre arrivée par un messager, maugréa-t-il. Mais pour l’instant, je ne suis pas enclin à vous croire plus que votre cousin… L’un de vous deux m’a menti et je veux savoir lequel. Pouvez-vous me donner la preuve que la volonté du Seigneur Alphros était de vous voir lui succéder ? Et celle de la malignité de Kurdan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 15 Déc 2009 - 19:38

L'amour propre de Tarhandrim en prit un rude coup. Voilà que l'intendant revenait à la charge. Si ce bonhomme ne s'était pas trouvé là pour essayer de les réconcilier, Tarhandrim se serait fait une joie d'étriper Denethor. La rage lui monta à la tête.

COMMENT POUVEZ-VOUS DOUTER D'UNE TELLE ÉVIDENCE !! s'emporta-t-il.
Tout le monde est au courant que Alphros m'a désigné comme son héritier. Le faite-vous donc exprès, vous voulez la guerre ? Vous m'insultez de plus en plus, il est hors de question de discuter avec vous. Je vois que Kurdan a bien fait les choses.

Tarhandrim se reprit. Il regarda l'intendant dans les yeux.

Je suis venu prêter serment au roi du Gondor comme ma famille l'a toujours fait. Notre amitié a toujours duré et voilà qu'un traître s'est mis à vouloir semer la zizanie. Seigneur Denethor, je regrette mes paroles, je me suis emporté. Veuillez comprendre une telle réaction et me pardonner. Mais voilà que je viens avec les chevaliers et la bannière de Dol Amroth, que voulez-vous de plus comme preuve ?

Malheureusement, l'expression de Denethor ne changea pas, il semblait toujours douter de la véracité de ses dires.
On aurait pu s'attendre à ce que le Prince tire son épée et clôt la discussion, mais il réussi à se maîtriser. Depuis son enfance, c'était là son principal défaut, et il avait apris à se corriger.
Il prit alors une grande inspiration, recula et regarda l'intendant droit dans les yeux.

L'amour propre de Tarhandrim en prit un rude coup. Voilà que l'intendant revenait à la charge. Si ce bonhomme ne s'était pas trouvé là pour essayer de les réconcilier, Tarhandrim se serait fait une joie d'étriper Denethor. La rage lui monta à la tête.


Tarhandrim se reprit. Il regarda l'intendant dans les yeux.

Je vais vous fournir une preuve indéniable de mon identité. Je suis le Prince de Dol Amroth, prenez cela comme une vérité dite et désormais, je vous prête allégeance et obéissance envers vous et le Gondor

Il dégaina son épée, s'agenouilla et la tendit à Denethor qui en resta coi.
Revenir en haut Aller en bas
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 15 Déc 2009 - 21:58

Dolan ne pu retenir un léger soupir de soulagement lorsque Tarhandrim finit par poser un genou à terre et tendre son épée à l’Intendant. Quelques secondes plus tôt, le jeune homme avait bien cru que c’en était fini de l’alliance entre Minas Tirith et Dol Amroth. Devant les violentes paroles du prince, les Gardes de la Citadelle s’étaient encore un peu plus crispé sur leurs appuis. A présent, ils ne savaient plus quelle conduite adopter. Et Dolan non plus à vrai dire. Il n’osait pas devancer Denethor sur cette décision. Le vieillard semblait tellement furieux qu’il aurait pu sur un coup de tête ordonner l’exécution de Dolan en même temps que celle de Tarhandrim. Le jeune homme resta donc silencieux, regardant le vieil Intendant avec anxiété.

Denethor gardait un visage renfrogné et considérait la nuque baissée de Tarhandrim. Pendant un instant, il sembla se demander s’il ne ferait pas mieux de la trancher immédiatement. Mais peu à peu, ses traits se détendirent.

-Le Seigneur Beldorn a raison, finit-il par dire. Une offre telle que la votre devrait toujours être accueillie de manière amicale. En cela, vous m’êtes bien plus fidèle que votre cousin Kurdan. Votre allégeance et votre obéissance me sont précieuses et j’en ferais le meilleur usage possible. Dol Amroth a toujours été l’amie de Minas Tirith et je suis heureux qu’il en soit toujours ainsi. Je n’oublierais pas votre geste, soyez en sûr. Et ne manquerais pas de récompenser ce qui est donné.

Le visage de Dolan s’éclaira d’un immense sourire lorsqu’il entendit ces paroles. Pour un peu, il serait partit d’un grand rire libérateur. Enfin il respirait ! Il avait envie de serrer l’Intendant et le Prince dans ses bras pour les congratuler chaleureusement du dénouement de la situation. Mais il avait le sentiment qu’il les gênerait plus qu’autre chose s’il se laissait aller à ce genre de familiarité.
Il attendit donc que Tarhandrim se relève avant de poser ses grandes mains sur les épaules des deux nobles et de prendre la parole.

-Messires, vous me voyez plus qu’heureux de voir les malentendus dissipés. Nous allons bientôt pouvoir nous entretenir des affaires importantes qui attendent le Gondor, une fois que nous serons plus au calme à l’intérieur de la citadelle. Mais il m’a semblé entendre deux fois la corne sonner, nous avons donc d’autres visiteurs inattendus. Il nous faut les accueillir dignement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Carden
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 377
Age : 26
Date d'inscription : 15/01/2009

Feuille de personnage
Race: Dunedain
Possessions: Cape, capuchon, dague, épée courte elfique, arc de fabrication elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 4 Jan 2010 - 16:25

Les elfes arrivèrent sur l'esplanade où se tenaient Tarhandrim et Denethor. Quand Beldorn vînt vers eux, Ayaral s'avança au devant de ses compagnons.

" Je vous présente mes salutations chers amis. Nous venons en paix chercher conseil auprès des hommes. Que cela vous paraisse invraisemblable de la part des elfes mais les temps ont changé.
Je suis Ayaral, prince de la lointaine cité portuaire de Mithlond. Voici Celeborn, Seigneur de la forêt verdoyante de Lothlorien et voici Turgon, Seigneur elfe des lointaines contrées cachées aux hommes.
Nous venons en paix mais je vois que la discorde anime vos paroles. Accepterez vous notre présence intendant Denethor ? "


Ayaral ne laissait guère le choix car que pouvait faire Denethor face à trois seigneurs elfes si ce n'est les accepter avec le plus d'amabilités possibles ?


La mort n'est pas une fin
Mais un autre chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5414-carden
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Ven 8 Jan 2010 - 15:03

Dolan regarda les elfes s’approcher en retenant sa respiration. Il avait compris du premier regard que ces elfes n’étaient pas n’importe qui. Même parmi les leurs ils faisaient partis des grands. Ces êtres avaient une prestance incroyable. Ils n’avaient rien à faire pour attirer le regard sur leur passage. Leurs visages, emprunts de noblesse, semblaient à peine remarquer les humains qui les entouraient. Comme s’ils les considéraient à peine plus que des insectes. Nécessaires au fonctionnement de la vie mais indignes de leur auguste attention. C’est inconsciemment que Dolan fit un pas vers eux, passant ainsi devant Denethor.

" Je vous présente mes salutations chers amis. Nous venons en paix chercher conseil auprès des hommes. Que cela vous paraisse invraisemblable de la part des elfes mais les temps ont changé.
Je suis Ayaral, prince de la lointaine cité portuaire de Mithlond. Voici Celeborn, Seigneur de la forêt verdoyante de Lothlorien et voici Turgon, Seigneur elfe des lointaines contrées cachées aux hommes.
Nous venons en paix mais je vois que la discorde anime vos paroles. Accepterez vous notre présence intendant Denethor ? "


Trois des plus grands seigneurs de elfes, rien de moins. Leurs noms étaient présents dans les mythologies des hommes, dans leurs légendes. Et pourtant ils étaient là. En chair et en os, venant quérir le conseil des hommes. Les temps avaient en effet bien changés.
Dolan sourit en entendant la question d’Ayaral. L’Intendant n’avait pas réellement le choix. Il ne pouvait tout simplement pas refuser leur présence dans les conditions actuelles. Le jeune homme s’écarta en inclinant la tête pour laisser passer l’homme qui était toujours son suzerain. Il alla se placer au côté de Tarhandrim dont il se savait l’égal. Dolan savait faire preuve d’humilité de temps à autres.
Denethor s’avança. Il parvenait à cacher sa surprise devant cette visite inattendue. Cela faisait très longtemps qu’il vivait et baignait dans cette atmosphère toujours en équilibre entre le banal et le légendaire. Il tendit ses mains devant lui en signe de bienvenue.

-Soyez les bienvenus dans la Cité Blanche, messires. C’est avec plaisir que je vous offre l’hospitalité de la citadelle. Cela fait trop longtemps qu’aucun elfe n’est venu jusqu’ici. Peut-on savoir ce qui vous y amène ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Carden
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 377
Age : 26
Date d'inscription : 15/01/2009

Feuille de personnage
Race: Dunedain
Possessions: Cape, capuchon, dague, épée courte elfique, arc de fabrication elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Sam 9 Jan 2010 - 17:54

-Soyez les bienvenus dans la Cité Blanche, messires. C’est avec plaisir que je vous offre l’hospitalité de la citadelle. Cela fait trop longtemps qu’aucun elfe n’est venu jusqu’ici. Peut-on savoir ce qui vous y amène ?

Ayaral était un peu gêné, que répondre à Denethor ? En effet, si les elfes étaient venus, ils étaient partis plus vite qu'à leur ordinaire et, à l'encontre de tout ce que l'on peut apprendre sur les elfes, ils étaient venus pour aucune raison précise ce qui était très intriguant. Ne voulant pas trahir sa situation, Ayaral essaya de contourner la question et de nourrir la curiosité de son interlocuteur.

" Nous venons afin de discuter avec vous, afin de prendre connaissance des troubles qui bouleversent notre terre et d'avoir votre avis qui nous est plus précieux que vous ne le pensez. Personnellement, j'aimerai tout particulièrement visiter vos archives de la bibliothèque dont on m'a dit un grand bien et possédant un contenu très exhaustif. Je ne sais quels sont les désirs de mes amis, mais je pense que nous devrions continuer à discuter plus au chaud, la nuit tombe et il semblerai qu'en cet hiver, l'air soit bien frais. "


En effet, le ciel était blanc et la température avait chuté. Ayaral ne parlait pas pour lui qui ne sentait ni la chaleur, ni le froid, mais pour les hommes qu'il voyait emmitouflés dans d'épaisses fourrures. Il voyait bien que l'air qu'ils recrachaient repartait en de fine volutes de fumée qui étaient la preuve d'une température bien peu agréable. Les hommes avaient-ils donc perdu toute leur hospitalité ? Il en doutait fort, mais quelque chose était à l' oeuvre et seuls les vieux livres d'antan pourraient l'éclairer dans sa quête, quête bien vaine et bien étrange puisqu'il ne recherchait rien si ce n'est peut-être ... un miracle, un hasard.

[hrp : Vas-y Celeborn]


La mort n'est pas une fin
Mais un autre chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5414-carden
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Ven 22 Jan 2010 - 17:33

Dans les première heure du jour, une escorte mené par Alcibiade, l'amiral de Numenor, cheminait le long des rues escarpées qui menaient au palais de MInas Tirith. devant lui les gardes ouvraient les portes immédiatement, sachant qu'il était attendue pour le Grand Conseil qui avait lieu une fois par semaine. Un officier supérieur les rattrapa et se joignit à eux.
Quelques minutes plus tard, ils pénétrèrent dans la salle du trône où l'intendant était assis sur sa chaise de marbre. Ils s'avancèrent en bonne ordre et s'inclinèrent dans un même mouvement pour saluer le seigneur du Gondor.
Alcibiade prit la parole:


"J'ai là monseigneur un ami fidèle, Epixarkoïs aussi connu sous le nom de "Barde de Guerre". Il est venu m'exposer un projet que j'ai jugé utile et bien pensé, et qu'il vous exposera mieux que moi..."


Disant cela, il s'écarta et laissa s'avancer son ami. Le barde indien tenait contre sa poitrine son heaume elfique qui scintillait des lumières perçant les ogives des arcs sur les travées. À sa ceinture une lanterne semblait brillait d'une autre lumière, plus colorées, toujours en mouvement, mais nul n'aurait su expliquer le phénomène. Plus loin se tenant dans le Nartex, les chevaliers en livrée d'or et d'azur se tenaient silencieux et immobiles.

"Seigneur! Bien que je ne sois pas l'un de vos citoyen, je viens quérir votre aide afin de mener à bien un plan qui pourrait lui rendre service.

Il se éclaircit la voie et celle ci prit un ton plus cristallin, plus épais.

"Je pense que vous êtes au courant de la situation récente de l'Erebor. Ils se sont délivré du joug de Krell, mais leur position reste éphémère et les orientaux tiennent toujours Dalle et, plus au sud, Dol Guldur, bien que cette forteresse soit en partie endommagé. Je pense que c'est le moment est venu de porter aide aux naugrims. Ils ont longtemps été le seul rempart contre l'est et ont payé le prix fort.
Si nous organisons une expédition militaire pour les soutenir, ce serait une manière de porter un coup à l'influence croissante que prend l'Empire de l'Est. Nous pourrions reprendre Dol Guldur et bâtir une tête de pont solide face à cet empire tyrannique.
Mais pour cela j'ai besoin de troupes... Je ne suis pas prince! J'ai déjà levé une compagnie de mercenaire avec mon bien, mais il s'agit seulement de 200 guerriers. J'ai aussi le soutient de mes vassaux ici présent qui portent notre effectif à un peu plus de 350.
Cependant ce n'est pas grand chose, et il me faudrait bien plus d'homme. Ce projet ayant trait à la sécurité de tous les peuples de l'Ouest, je compte m'adresser à d'autre monarques, mais cependant il serait judicieux que Numenor montre l'exemple... Il faut savoir que cependant nous ne pouvons risquer de déclarer une guerre ouverte à l'Orient, c'est pourquoi toutes cette armée combattra sous de nouvelles couleurs. Je peux vous exposer mon plan d'opération, mais je dois dire que quelques points ne sont pas assurés...



Il se tut, attendans les premiers signes de réponse de l'intendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Carden
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 377
Age : 26
Date d'inscription : 15/01/2009

Feuille de personnage
Race: Dunedain
Possessions: Cape, capuchon, dague, épée courte elfique, arc de fabrication elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Ven 22 Jan 2010 - 19:36

Ayaral qui était assis dans un coin de la salle se leva comme tout le monde pour voir arriver les nouveaux venus. Il fut surpris de l'idée que présentait cet Epixarkoïs. Une idée plutôt inattendue. Décidément, les humains le surprendraient toujours.

Il avait envoyé la veille un courrier par la voie des airs à ses frères de Mithlond. Ainsi, quelques hommes dévoués qu'il avait viendrait à Minas Tirith. Il en avait besoin pour maintes raisons, comme chercher les archives qui l'intéressaient, aller s'occuper de toutes les petites affaires, etc.

C'est pourquoi une idée lui vînt, une idée qui pourrait le replonger dans l'aventure, une idée qui l'assaillait mais qu'il balaya un instant. Il s'approcha du trône et s'adressa directement à Denethor avec qui il avait discuté toute la matinée. Ainsi, une certaine barrière avait été franchie entre les deux seigneurs. Il parla suffisamment fort pour que chacun puisse l'entendre.

" Puis-je me permettre mon Seigneur, mais voilà une idée bien audacieuse. Seriez-vous prêt à vous lever contre l'empire de l'Est ? Même si vous vous cachez derrière des uniformes différents ou par d'autres stratagèmes, leur espion ou simplement leur perspicacité si aiguisée percera à jour votre action. Et même si cela n'est point, qu'adviendra-t-il de l'opinion du peuple quand vos hommes seront massacrés par milliers dans les plaines désertes du Rhovanion ? Car est-il raisonnable mes seigneurs, Ayaral s'avança en étendant les bras pour s'adresser non pas à Denethor mais à tout ceux qui l'entendaient , est-il raisonnable de se dresser contre la toute-puissance de l'Orient ? Leur armée est mieux armées que vous, leurs soldats sont des mercenaires assoiffés de sang, chacun de ceux-là sait se battre, car chacun d'eux a l'expérience du combat. Depuis des années, cet Empire s'étend et son armée non seulement gagne en expérience et en force, mais elle est désormais constituée de plus de 70 000 hommes selon les dires. Dires que je confirme pour avoir vu la muraille qui relie désormais Dol Guldur jusqu'au Mordor. Alors en espérant que vous puissiez la franchir, que les Rhûniens soient abusés par vos déguisements, et que, pour finir, leurs stratèges si renommés ne vous écrasent pas en quelques jours, alors peut-être que par quelques miracles, vous atteindrez votre but, c'est-à-dire la mort.

Son discours terminé, il se retrouva au beau milieu de la vaste salle. Tous les regards étaient tournés vers lui. Il revînt en arrière et se plaça à quelques pas de Denethor, les bras croisés, regardant à la fois l'intendant et l'indien.


La mort n'est pas une fin
Mais un autre chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5414-carden
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 26 Jan 2010 - 19:22

Epixarkoïs regarda l'homme se lever puis s'approcher du roi. Il observa ensuite les lèvres du Noldor s'agiter. Et le flux de paroles qui en sortit, l'indien l'écouta attentivement.
Lorsqu'Ayaral eu achevé son discours, Epixarkoïs décida de détailler d'avantage son projet, songea qu'il n'avait pas était suffisamment clair.


"Et bien je dois dire que vos dires sont légèrement inexact seigneur. Je sais par Alcibiade que d'après les dernières estimations de vos armées, et je parles du totale de l'empire, s'élève à plus de 150 000 guerriers en tout genres. C'est donc deux fois plus que l'adversaire. Ajoutez à cela que leur empire est divisé par la disparition de son roi.
La menace de l'est grandit et une guerre préventive n'est pas inutile bien qu'elle ne semble pas immédiatement nécessaire. Cependant il est peut être l'heure de réévaluer l'union des peuples libres.
Cette mission que je veux mener à bien concerne aussi le symbole de notre unité. Faut-il attendre que l'ennemi soit à nos portes pour que nous songions à l'autre?
Et puis rétablir le royaume d'Erebor c'est aussi s'assurer de solides alliés dans le Nord face à la montée en puissance de Dol Guldur."



Il s'interrompit un instant jetant de longs regards fixes aux protagonistes, comme pour mieux ressentir leur écoute.

"Je compte attaquer en arrivant du Nord. Alcibiade a jadis descendu le fleuve. En amenant quelques bateaux, nous pourrions mener un raid au cœur de l'Empire de l'est. Pendant ce temps le gros de la troupe irait appuyer l'Erebor et pourrait poursuivre ensuite sur Dol Guldur si la victoire est nôtre. Le raid pourrait s'échapper par le fleuve en gagnant la mer de Rhûn. Et de là fuir dans le désert comme jadis le fit Alcibiade votre amiral.

J'espère que le Gondor pourra me fournir une solide troupes de rangers et des équipages. De là nous remonterons sur le Rohan pour y quérir d'autre effectifs. Puis de là jusqu'à Foncombe. Ensuite nous irons jusqu'à Dale et nous construirons quelques navires avec le savoir des elfes. Il s'agirait de petites navires adaptés à ce type de rivières. C'est alors que commencerait les opérations..."


Il s'interrompit à nouveau avant de conclure:


"Je vous prie mes seigneurs de bien étudier mon offre et les opportunités quel offre au Gondor."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Celeborn
Roi de Lothlorien

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 28
Date d'inscription : 27/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Épée elfique de Doriath, armure elfique, cheval
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 26 Jan 2010 - 19:47

Celeborn avait écouté, jusque la silencieux comme à son habitude. Ayaral était encore jeune, pour le compte des elfes à tout de moins, et il se débrouillait fort bien.

Lorsque l'Indien entra, le Sindar ne lui porta pas trop attention, visiblement perdu dans ses pensées, mais lorsqu'il fît son discours sur L'est et, plus précisément, de la forteresse de Dol Guldur, il devint beaucoup plus attentif. L'idée n'était pas mauvaise, car, après tout, n'était-ce pas là le but de leur randonné jusqu'ici? Le Seigneur de Lorien avait toujours quelque réticences envers les Nains, en bien ou en mal, mais sa femme avait toujours vu quelque chose en eux, depuis leur toute première rencontre il y en de cela bien des âges.


Lorsque tout semblait en place dans sa tête, Celeborn ce leva et alla à la droite d'Ayaral.

- Attaquer la forteresse de Dol Guldur n'est pas chose facile...

Il baissa les yeux légèrement, signe d'un souvenir douloureux récent.

- Moi et ma femme avons tenté, il y a peu de temps d'éliminer cette endroit, après une attaque sur notre forêt et de rapports qui clamaient la remontée de puissance de cet endroit. Nous avons échoué, mais, peut-être que nos forces combinés seraient le coup fatal... L'Est et cette forteresse représente un grand danger pour ma forêt... Et pour tout les peuples libres. Ils sont devenus une menace que nous ne pouvons plus ignorer.

Il regarda le barde directement dans les yeux.


- Je crois qu'il a raison, nous devons démontrer que les Peuples Libres sont unis. Nous sommes venu ici pour cela, après tout... De plus, si je peut me permettre de parler d'un point de vue strictement militaire ou stratégique, je ne crois pas que les Orientaux s'attendent à voir les Premiers-Nés au côté des hommes...

Il regardait tout le monde dans la salle avant de reposé son regard sur l'Indien.


- Si tel est vôtre but, alors vous pouvez compter sur l'aide de la Lorien.


« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2645-celeborn-seigneur-
Carden
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 377
Age : 26
Date d'inscription : 15/01/2009

Feuille de personnage
Race: Dunedain
Possessions: Cape, capuchon, dague, épée courte elfique, arc de fabrication elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 26 Jan 2010 - 20:48

Ayaral s'était perdu dans ses pensées, le soudain revirement de Celeborn le réveilla.

" C'est une belle tâche que vous voulez accomplir ici, une tâche noble que de nombreux gens aimeraient voir réalisée. Il est vrai que l'empire de l'est n'est pas indomptable, je vous l'accorde. Dol Guldur est pour nous tous un outrage, une forteresse que nous aimerions tous raser. Mais se lancer dans une offensive comme celle-ci, mes seigneurs, c'est se lancer dans une guerre massive et concernant toute la Terre du Milieu. "

Ayaral se tourna vers Denethor

" Monseigneur, seriez-vous prêt à vous lancer dans une telle guerre, seriez-vous prêt à revoir votre pays ravagé par la guerre, seriez-vous prêt à revenir à cet état de guerre qui dévasta le Gondor jadis ?
Et enfin, acceptez-vous donc qu'un étranger
, il désigna Epixarkoïs, dirige vos troupes ? Pourquoi faire lui faire confiance ? Pourquoi lasser le destin de votre peuple dans les mains d'un inconnu venant de nulle part ? C'est un action bien déraisonné. "

Il marqua une pause et dévisagea Epixarkoïs

" Cependant, je vous accorde que je suis venu en sachant pertinemment ce qui m'attendrait. Je connais bien le coeur des hommes, il est dans leur nature d'aller guerroyer. Cette action serait noble sans doute. C'est à vous de décider et non à moi. Mais si vous voulez vous engager dans ce chemin, alors faites-le vous même et en prenant vos responsabilités. Depuis ma première venue, j'attend ce moment où le Gondor se réveillera, où le peuple des hommes se lèvera. Je l'espérais, je le devinais. Mais maintenant que ce temps approche, il me semble que d'autres choses plus importantes encore m'appellent. Avant que je parte, j'aimerai connaître votre verdict intendant. "


La mort n'est pas une fin
Mais un autre chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5414-carden
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 2 Fév 2010 - 14:08

Epixarkoïs remercia l'offre de Celeborn par un révérence discrète et souple. Puis il écouta Ayaral. Il respectait la parole de ce seigneur Noldor mais son caractère était plus passionnelle et aucun discours n'aurait su dissuader l'indien de son entreprise.

"Je dois dire mes seigneurs que je ne suis certes pas homme de votre nation mais je poursuis la même quête que vous: établir le progrès de nos peuples. Et cela passe par l'anticipation. Subir n'a jamais été un élément positif. "Celui qui veut la paix prépare la guerre", vous le savez mieux que quiconque!
Je ne prétend pas mener cette armée. Elle sera commandée par une état major représentant eldars, naugrims et hommes. Ils seront élus par les nations libres. Ainsi il y aura un conseil de trois stratèges qui commandera au gros des troupes. Je n'officierais qu'en temps que conseiller militaire. Et je me chargerait de mener le raid d'infiltration sur le fleuve uniquement avec des troupes préparés à ce genre de mission suicide. J'espère faire ainsi preuve de mon dévouement à notre cause.
Si ma condition d'étranger vous intrigue sachez que j'ai combattu sous les ordres de Hatori Hanzok. J'ai participé au raids sur Cirith Ungol, aux combat contre les morts et j'ai mené les compagnies indiennes dans les enceintes de Dol Guldur. Ses murs ne sont point inébranlables. Et l'empire de l'Est n'est pas sans failles. Je pense que le moment est opportun. A vous de choisir majesté...


Il fixa le roi essayant de desseller quelques émotions dans les traits durs et burinés de l'homme assis sur le trône.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Carden
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 377
Age : 26
Date d'inscription : 15/01/2009

Feuille de personnage
Race: Dunedain
Possessions: Cape, capuchon, dague, épée courte elfique, arc de fabrication elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 2 Fév 2010 - 21:12

Ayaral avait déjà fait son choix. La guerre était imminente et sa réaction n'était qu'un acte de bravoure inutile pour éviter l'inévitable. Pour lui d'autres préoccupations se bousculaient dans sa tête.

Quand l'étranger avait mentionné Hatari Hanzok, son ancien chef, une pensée lointaine lui était revenue. Une pensée qui troublait son esprit ... Il devait en être sûr Vérifier dans les archives Il voulait le faire depuis longtemps Les évènements se bousculaient Ah misère et voilà que ses hommes venaient d'arriver ? merveilleux Maintenant s'éclipser.

Il s'approcha de Celeborn et lui parla à voix basse pour n'être netendu que de lui.

Faites selon votre entendement. Vous agissez en bien seigneur Celeborn et j'espère que les elfes retrouveront leur honneur. D'autres affaires m'attendent. Continuez l'aventure sans moi. Votre destin vous appelle au Nord, purifiez la forêt de nos aïeuls et que les elfes retrouvent leur gloire.


Sur ces mots, Ayaral s'esquiva et disparut.


La mort n'est pas une fin
Mais un autre chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5414-carden
Celeborn
Roi de Lothlorien

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 28
Date d'inscription : 27/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Épée elfique de Doriath, armure elfique, cheval
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mer 3 Fév 2010 - 20:38

Celeborn écouta le Prince de Mithlond avant de s'adresser à lui avec un ton aussi bas que lui.

- Bien. Restez sur vos gardes tout le long de votre retour, Seigneur Ayaral.

Il lui donna un léger signe de tête en signe d'au revoir avant qu'il ne disparaisse de la salle du trône. Par la suite, il jeta son regard sur l'Intendant.

- Vous combattez déjà les légions de Sauron d'un front, n'attendez pas que la Cité Blanche soit encerclée de toute part et qu'aucune aide ne pourra vous sauver. La force des Hommes ni des elfes seuls ne peuvent contenir le Mordor et l'Est...


L'intendant Denethor était quasiment impossible à lire ou à prédire. Il était fier, comme son peuple, presque têtu, qui sais ce qui se tramait dans son Esprit en ce moment.


« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2645-celeborn-seigneur-
Sefir
Le Porteruine

avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 27
Date d'inscription : 16/02/2006

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Fatalité, la Lame des Esprits
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Ven 5 Fév 2010 - 22:38

Denethor se leva alors. Assit sur ce petit fauteuil noir aux côtés du haut trône de pierre blanche, il paraissait ramassé, accablé par les soucis et la charge qui était la sienne. Mais il devenait un tout autre homme une fois debout. Son dos se redressait, et chacun de ses gestes respiraient alors la force du soldat. Dans un cliquetis de mailles étouffé par ses fourrures, il fit quelques pas vers l'assemblée.

"En effet, jadis l'Empire de Krell marcha jusqu'à nous, enfonçant nos portes et massacrant nos défenseurs. Certes, nous eûmes à pleurer nombre de nos soldats... Mais sans la rébellion des Orientaux qui s'ensuivit, cette cité serait à cette heure même entre les mains du Mordor! Même si cette rébellion n'était motivée que par leur intérêt propre, ils nous ont en quelque sorte donné la victoire. Soixante-dix mille de leurs soldats sont enterrés dans le Pelennor!"

Sa voix avait monté en puissance tout au long de son discours, mais elle retomba soudain en volume, passant d'épique et vibrante à cette d'un homme sage, et réfléchit.

"Et c'est quelque chose que mon honneur m'interdit d'oublier. Pour autant... Les Nogrims furent des alliés fidèles à travers les âges. Et je me sentirai honteux de les abandonner ainsi à leur sort... Mais soyons réalistes, vous dites, Messire Epixarkoïs, que je peux compter sur cent soixante-dix mille hommes. Vous êtes loin du compte. Même avec la conscription et la levée en masse de jeunes gens, je doute de pouvoir réunir plus de cent mille soldats, dont le tiers au moins seraient inexpérimentés. Nous n'aurions aucune chance face aux hordes de l'Est. Je ne peux pas risquer une guerre ouverte! Vous devez aussi comprendre que la conscription et la levée en masse sont des mesures extrêmement impopulaires. Le peuple de l'Empire commence à se relever des dernières guerres. Il ne me suivra pas dans une autre. Pas tout de suite. Pas si nous ne sommes directement attaqués."

Denethor retourna s'asseoir sur son siège, se massant les yeux de ses mains. Entrer en guerre, c'était signer la fin de l'Empire: l'armée se désagrégerait, et ils subiraient une écrasante défaite militaire. Ne pas intervenir, c'était perdre l'amitié des Nains, et cette perte pouvait se révéler désastreuse pour l'économie de l'Empire... Faible. Son Empire était faible. Il fallait qu'il le maintienne aussi fort qu'il le pourrait, et ça, il ne le ferait qu'en restant neutre... Du moins officiellement.
Il reprit la parole.

"Vous dites que vous avez besoin d'hommes. Je n'en ai pas. L'Empire de l'Ouest restera neutre dans cette affaire. Comprenez que je ne puisse engager mes hommes. Comme l'a souligné Maître Ayaral, leurs espions auraient tôt fait de reconnaître mes hommes. Peu d'armées en ce monde combattent en phalange avec autant de discipline que nous ne le faisons. Une telle couverture ne tiendrait pas... Cependant, je ne compte pas laisser nos amis Nains seuls dans leur lutte. L'or n'a pas d'odeur, dit-on. Et bien c'est de l'or que je vais vous offrir. Et des armes, mais elles seront réalisées sans marque significative."

Il se leva à nouveau, se dirigeant vers les gens présents devant lui.

"C'est là tout ce que je peux faire pour vous. Il vous incombera de recruter des mercenaires pour vous aider dans votre tâches. Les risques sont trop élevés pour l'Empire de l'Ouest..."



...
......
...
...
Au royaume des Cyclopes aveugles, le Cyclope borgne passe inaperçu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2632-une-histoire-trace
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Dim 7 Fév 2010 - 0:01

Epixarkoïs était fort déçu. Il avait beaucoup espéré du Gondor et même si celui ci apportait sa contribution d'une autre manière, il sentait que le symbole tant escompté n'était pas au rendez vous. Mais les choses n'allant jamais comme on l'espère, la tournure des choses n'était pas si mal. Ils éviteraient de voyager avec une grosse armée, du moins pour le début.

-Et bien je vous remercie de votre aide seigneur. Je tâcherais de me montrer digne de la confiance que vous m'accordez. Cependant, je dois vous avertir que j'entends gérer cette aide comme je le souhaite et mes méthodes sont parfois particulières. En témoigne ces hommes qui m'accompagnent: ce sont presque tous des numénoréen noir. Et pourtant ils combattrons à nos côté. Ils ont tous mes vassaux, car je les ai défiés puis vaincu un à un, en combat singulier. En vertu des lois martiales ils sont mes serviteur jusqu'à ce que je les délivre. Ils m'ont pour la plupart déjà sauvé la vie et je leur ai confié ma vie. Si ils entreprennent cette tâche avec moi, je les délivrerai de leur obligations.

Il s'interrompit un instant et leur jeta un regard solide. Ceux ci demeuraient immobile bien que tous aient senti que la tension venait de monter d'un cran.
Mais Epixarkoïs changea de conversation.


Et bien seigneur Denethor il reste à fixer le montant de votre offre. Si c'est possible pourrions nous recevoir rapidement cette somme et cela dans le but d'accélérer les évennement car le temps nous presse. En effet la situation instable du Rhûn nous est propice pour frapper.
Je voulais aussi proposer que le seigneur Celeborn commande les armées de cette alliance. C'est un stratège expérimenté. Et peut être saura-t-il convaincre le sage Elrond de partager cette tâche avec lui...


Ils allaient maintenant savoir ce que proposait véritablement le Gondor. Denethor allait prononcer le verdict d'une minute à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Sefir
Le Porteruine

avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 27
Date d'inscription : 16/02/2006

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Fatalité, la Lame des Esprits
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Dim 7 Fév 2010 - 19:01

Denethor se tourna à nouveau vers l'Indien.

"Vous gérerez cette somme comme bon vous semble, en effet... N'oubliez pas que je vous offre des lingots qui porteront la marque d'une banque réputée, sans qu'aucun lien avec le Gondor. Officiellement, vous n'avez reçu aucune aide de notre part. Et soyez conscient que si vous veniez à être capturé, je nierai vous avoir apporté quelque soutien que ce soit."

Il s'installa à nouveau dans son fauteuil, et ordonna qu'on amène une carte et une table, ce qui fut chose faire. La table fut placée de façon à ce que l'Intendant puisse la voir dans son entièreté. Les serviteurs amenèrent aussi des sièges et des rafraîchissements pour les invités et le maître des lieux.

"Avant de parler de la somme, il me faut mieux comprendre votre plan. Passer par le Nord, qu'entendez-vous exactement par là? Vous n'êtes pas sans savoir que la Moria n'est plus sûre, quant à passer en armes par le col de Caradras, c'est là chose impossible. Et vous retomberiez de suite sur la muraille. Vous m'êtes inconnu, et vous pactisez avec des Numénoriens Noirs, et les Valars savent à quel point nous autres, gens du Gondor et de l'Arnor, haïssons cette engeance! Je suis disposé à vous aider car vous m'êtes recommandé par des Seigneurs Elfes, mais je ne suis pas prêt à vous donner un financement avant d'être parfaitement au fait de l'usage que vous comptez en faire."

Le ton de Denethor était à nouveau dur et sans appel. Il savait gouverner un pays, et bien que ce genre d'affrontements par clients interposés ne lui soit pas des plus familiers, il en avait rapidement compris les règles. Les finances de son pays n'étant pas au meilleur de leur forme, il se devait d'investir de manière raisonnée, efficace, et surtout sûre... Et pour ce qu'il en avait entendu, le plan d'Epixarkoïs ne lui semblait pas répondre à ces critères. Trop d'imprévus. Trop d'inconnues.

"Comprenez, une fois que vous aurez reçu cet argent, il sera votre. Vous en ferez ce que bon vous semblera. Mais en attendant ce moment, c'est encore celui de l'Empire, et je ne le céderai pas sans en savoir plus."

Net. Précis. Sans appel. Professionnel. Les raisons qui avaient permit à Denethor de se hisser au pouvoir étaient clairement réunies dans cette conversation...



...
......
...
...
Au royaume des Cyclopes aveugles, le Cyclope borgne passe inaperçu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2632-une-histoire-trace
Celeborn
Roi de Lothlorien

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 28
Date d'inscription : 27/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Épée elfique de Doriath, armure elfique, cheval
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Dim 7 Fév 2010 - 19:34

Lorsque l'indien proposa que Celeborn mena cette Alliance, il fût d'abord surprît, il ne trahît pas son regard pensif, mais, au fond, de lui, les idées se bousculaient... Il ne connaissait que partiellement la situation dans l'Est... L'idée d'une invasion sur un terrain inconnu lui semblait risqué. Lorsque Denethor apporta sa carte, le Sindar y jeta un coup d'oeil et, après quelques instants, expliqua à L'indien et au Seigneur Denethor ce qu'il avait en tête.

- Voici ce que je pense, Seigneur Denethor. Mon armée tire son avantage dans les bois et est principalement constitué d'archers. Je ne compte pas apporter avec moi mon armée de défense, donc, j'ai en tout 8 000 elfes à ma disposition.

Mon but premier et de sécuriser Dale et L'Erebor. De là, si tout vas bien, nous pourrons établir un camp et prévoir l'avenir. Pour moi, c'est ce qui est le plus important, tout le reste sera un bonus.

Pour ce qui est Elrond, j'ai plusieurs façon de communiquer avec lui, j'ai de rapides petites créatures de la forêt qui seront délivrer le message, ne vous en faites pas avec cela.


Il désigna ensuite un point au milieu de nulle part, entre l'Anduin et La forêt Noire, au nord-est de la Lothlorien.


- Ici, Maître Indien, j'ai un ancien campement que j'ai utiliser lors de l'attaque de Dol Guldur, si vous voulez l'utiliser, s'il tient toujours, je vous l'offre. En même temps, pour ce qui est de vôtre force, la Lorien vous sera ouverte pour vos besoins... Je peux également vous fournir des capes de mon peuple, elle vous protégeront des yeux indiscrets...


Celeborn avait placé ces cartes et ses objectifs, il fallait maintenant voir si l'indien et le Seigneur Denethor allait les approuver.


« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2645-celeborn-seigneur-
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 1:27

Epixarkoïs sentit qu'il était venu le moment d'en dire d'avantage. Mais cependant il conserverait encore quelques secrets qui ne pourraient être révélés qu'au moment propice lors des véritables opérations militaires.


« Et bien je dois dire intendant, que mon plan est assez complexe: tout d'abord en partant d'ici, je chargerais Celeborn de foncer à travers le Rohan jusqu'à Isengard et là il obtiendra de lui quelques troupes ainsi qu'un service de premier ordre. Puis il devra se rendre à Foncombe. Là avec les seigneurs Elrond et Celeborn ils décideront de l'organisation des armées. Ils redescendront jusqu'à la Lothlorien pour réunir leurs forces. J'irais convoquer Hatori Hanzok et nous irons à la Moria lever une armée. Car vous semblez peu au fait concernant Khazad Dûm: la mine est bien au main des nains même si une grande partie des galeries est occupée par les gobelins. Certes on ne peut passer par la montagne, mais la porte de l'est abrite toute la population dans le grand bastion du mausolée de Khâlim. Et là nous pouvons espérer d'autres forces. Les nains ne rechignerons pas à porter aide à leur semblables car même si leur royaume est en guerre, le bastion les protège largement de tout assaut massif. Au vu de la réputation de Hatori Hanzok, nous pouvons espérer presque la moitié de leurs troupes ce qui représenterai presque quinze mille hommes.
Pendant ce temps, je compte sur les elfes pour faire venir les meilleurs charpentiers des havres gris et construire une flottille d'embarcations qui remontera le fleuve en temps voulue.
Au lieu où l'Anduin croise Karam Kar, les naugrims creuserons secrètement une galerie de sape qui viendra jusqu'au pied des portes fluviales. Et nous ferons tout sauter avec cette poudre noire que produit Isengard. Alors les armées pénétrerons au cœur du pays avec les embarcations poussées par les vents fort venant de la mer. Et nous iront dans la Mirkwood. Là nous serons en sureté car face aux elfes les orientaux ne se risquerons pas à entrer dans la forêt profonde. Nous progresserons jusqu'en Erebor pour se rallier aux hommes et aux nains afin de chasser les orientaux. Le gros des troupes demeurera là bas, retranché dans cette forteresse. À la tête de mes mercenaire je me lancerai avec mes mercenaires afin de porter un coup fatal au cœur de l'Orient. Là bas je rejoindrai un lieu que même Krell n'irait pas défier. »


Il laissa un silence avant de reprendre sur des choses plus sérieuses encore.


« Il faut savoir que je marchanderais certains services non pas grâce à l'or mais grâce à un bien très précieux: Il y a un an de cela, alors que les morts étaient à nos portes, je me suis rendu en Lothlorien afin d'y poser trois lames de Hanzok. L'une d'entre elle sera remise à Curunir. Une autre sera en ma possession et servira à mon raid. Une dernière restera en Erebor, je ne sais encore avec quel porteur. Votre or ne servira pas nécessairement à lever des troupes. Nous allons financer divers opérations au préalable. Je ferais parvenir une certaine somme à Dale, moi même, et cela afin de faire construire une autre flottille. Je financerai une caravane de chameaux que je posterais dans un lieu tenu secret. Puis je vous rejoindrais à Caras Galadhon. Et alors nous entamerons les opérations. »

Il avait donné tous les détails possibles pour le moment et n'en révèlerait pas d'avantage. Seulement il n'aurait pas d'autres arguments pour soutenir sa thèse si Dénethor en exigeait davantage de lui... Mais il était confiant: la mention de Hatori Hanzok devrait rassurer l'intendant qui avait du le connaître au temps de la guerre contre le Mordor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Celeborn
Roi de Lothlorien

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 28
Date d'inscription : 27/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Épée elfique de Doriath, armure elfique, cheval
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 4:42

Celeborn écouta en silence les précisions d'Epixarkoïs. Beaucoup de choses reposaient donc sur les épaules... À la mention de Curunir et du fait qu'il devait s'y rendre, seul, le Sindar ne put empêcher de lever un sourcil et de se sentir soudainement prît dans un piège.

- Maître Epixarkoïs, je suis honoré de la confiance que vous posez entre mes mains. Cependant, il a quelque chose que vous avez soulevez qui me tracasse. Il s'agit de Curunir. Vous me demandez d'aller, seul, quérir des troupes qui ont attaqués ma forêt et, selon les dire d'Olorin, serait en ligue avec Sauron voir même Morgoth lui-même. Je ne doute pas de vos paroles, mais, je dois quand même penser à ma protection. Aucun d'elfes n'acceptera de se battre, peu importe les bonnes intentions qui guide l'Istari. Pour le gens d'Erebor, voir les troupes de la Main Blanche serait leur dire que nous leur avons substituer un dictateur pour un autre. Que me prouve que je ne marche pas directement dans un piège?

Le Seigneur de la Lorien avait parler fermement et sans retenue. Il sentait un étau se former autour de lui. S'il n'avait pas la certitude qu'il n'était pas l'outil de sombres desseins, il partirait sans honte et sans remords.


« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2645-celeborn-seigneur-
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 19:05

Epixarkoïs écouta attentivement les craintes de Celeborn. L'Isengard posait problème. Mais on pourrait peut être déléguer quelques émissaires plus neutre. Cependant il faudrait séparer les troupes des deux camps afin de ne pas risquer de conflits internes. Peut être pourraient ils obtenir de Curunir une aide matérielle tel que des armes... Et il faudrait lever les armées dans des régions tel que les ports d'Umbar.
Durant un instant Epixarkoïs sembla comme plongé dans des calculs complexes. Il résonnait à toute vitesse pour ne pas sembler être pris au dépourvu.



"Je comprends vos craintes seigneur Celeborn et je dois dire que je ne y avais pas pensé. Nous allons donc changer nos plans. Je vais trouver un émissaire pour l'Isengard qui négociera de la poudre, des arbalètes et des pics. Ces armes ont prouvé leur efficacité dans les luttes défensives. Ils constitueront un corps qui demeurera en Erebor.
Je compte sur l'ex-amiral Alcibiade pour lever des hommes dans les ports d'Umbar. Je crois bien que ces hommes sont en bonne entente avec la plupart des peuples... Ainsi nos armées seront-elles en bonne compagnies les unes des autres.
Cette solution vous convient elle mes seigneurs?"


Il avait fait ce qu'il avait pu et ces paroles semblait suffisamment convaincantes. Bientôt le barde indien serait fixé sur le coup qu'il voulait porter à l'Empire de l'est. Tout cela faisait en fait partie de sa politique d'équilibre des forces en Terre du Milieu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   

Revenir en haut Aller en bas
 
La salle du trône et le château
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» La salle du trône et le château
» La Salle du Feu
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Gondor :: Minas Tirith-
Sauter vers: