Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 La salle du trône et le château

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Celeborn
Roi de Lothlorien

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 28
Date d'inscription : 27/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Épée elfique de Doriath, armure elfique, cheval
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 19:49

Le Seigneur de Lorien écouta les précision apportées par l'indien et semblait satisfait. Le plan prenait finalement forme et ses craintes avaient été apaisées. Il s'agissait maintenant de savoir combien de temps il avait pour remplir ses tâches.

- Tout ceci me convient, pour ma part. Dès cet entretient terminé, je passerais dans ma cité avant d'aller en vitesse à Imladris. De là, j'enverrai un message à Ayaral, et les préparatifs commenceront pour les elfes.


Il inspecta la carte un instant, visualisant la chevauchée qui l'attendait. L'idée de passer par la Trouée du Rohan ne lui plaisait pas spécialement, surtout s'il devait revenir avec une partie de l'Armée D'Imadris, cela attierait assurément les regards de l'Isengard... Dans des jours plus heureux, il aurait passer sans problème par Khazad-Dûm, mais les mines n'étaient plus sûres, et le chemin long était malheureusement sa seule option. Puis, il reposa ses yeux sur Epixarkoïs.

- Dans combien de temps devrions-nous être prêt à commencer l'opération?

Car les bateaux, même construits par les meilleurs charpentier allait prendre du temps et, il fallait quand même qu'Elrond et Ayaral accepte et ceci n'était pas encore chose faite.


« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2645-celeborn-seigneur-
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 20:14

Epixarkoïs réfléchit un court instant: à nouveau il fit rapidement des calculs rapides.

"Et bien je crois que quatre mois seront nécessaires pour préparer notre expédition dans les délais les plus brefs. Peut être cinq si les choses trainent en longueur. Je compte m'absenter presque deux mois en Rhûn pour y étudier le terrain précisément. Ajoutez à cela les voyages et je ne serait pas de retour avant quatre mois. Alcibiade peut accomplir sa tâche rapidement puis se rendre aux havres gris, je crois qu'il y a quelques relations de jadis et connait bien le milieu de l'architecture navale. Il sera conseiller spéciale dans cette discipline.
Quand à vous il ne vous reste que peu de choses à faire. Peut être pourriez vous trouver Hanzok à ma place: il loge dans le donjon centrale du bastion de Khazad Dûm, au bureau des vétérans des guerres indiennes. Là il vit avec ses anciens mercenaires et porte soutient à la lutte des naugrims."


Puis le regard de l'indien se perdit dans la carte. Il la pris entre ses mains et s'approcha près de Celeborn: sur la carte il indiqua du doigt:


"C'est ici que reposent trois des lames de Hanzok. Chargez vous de les faire parvenir à leur ayant droit lorsque je vous le ferais savoir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 20:58

L’arrivée des elfes avait rendu Dolan beaucoup moins sûr de lui. Il ne s’était jamais sentit tout à fait à l’aise en la présence de ces êtres. Instinctivement, il s’était donc mis en arrière, laissant Denethor agir comme le chef de la cité qu’il était. L’arrivée impromptue d’Epixarkoïs n’avait pas encouragé le jeune homme à se montrer moins discret. En effet, le roublard savait qu’il marchait sur des œufs en se faisant passer pour le fils d’Aragorn et il ne voulait en aucun cas faire voler en éclat son identité si rapidement.

Mais Dolan ne perdit pas le fil de la conversation pour autant. Il avait bien comprit que ce qui se disait en ce moment même était d’une importance capitale pour l’avenir des Terres du Milieu. Finalement, lorsque l’un des elfes partit aussi soudainement qu’il était arrivé, Dolan se sentit respirer un peu plus aisément. Certes il restait encore le seigneur de Lorien, ainsi que cet étrange indien, mais le jeune homme se sentait à présent capable de prendre part à la conversation. Mais c’est ce moment là que choisit Epixarkoïs pour mentionner les trois épées qu’il avait déposées en Lothlorien. Les lames d’Hatori Hanzok capables de vaincre les morts... Instinctivement, Dolan fit légèrement tourner sa ceinture autour de sa taille, de manière à cacher la garde de son épée dans les plis de sa cape noire. Une fois cette élémentaire précaution prise, il s’avança de deux pas pour entrer dans la conversation. Il s’éclaircit la gorge pour attirer l’attention.

-Messires, excusez moi de vous interrompre et permettez moi de me présenter. Je me nomme Beldorn, fils d’Aragorn Tar Elessar. Et je suis venu à Minas Tirith afin de prêter main forte aux hommes libres face aux dangers qui nous menacent. Le Seigneur Denethor, dont la fidélité à l'Empereur n'est plus à prouver, m’a très récemment nommé à la tête de l’Arnor, afin que la lumière de la Cité Blanche rayonne jusque dans les contrées les plus éloignées de l’Empire.

Dolan avança encore d’un pas, juste assez pour se tenir dans le halo de lumière provenant d’une des hautes fenêtres de la salle du trône.

-Sachez que votre entreprise a tout mon soutien, reprit-il. Nous devons aider nos alliés quand ils sont dans le besoin. Qui sait ce que nous réserve l’avenir ? Dans un futur plus ou moins proche, les haches des naugrims pourraient être notre dernier espoir. Je préfèrerais toujours mille fois m’en remettre aux nains, qui nous ont maintes fois prouver leur amitié, plutôt qu’aux orientaux qui ne parviennent même pas toujours à s’entendre entre eux.

Dolan s’interrompit, parcourant son audience d’un regard pénétrant, lui permettant d’évaluer rapidement l’impact de ses paroles.

-Mais puisque la décision de l’Intendant de l’Empire est de ne pas prendre de part militaire à cette opération, en temps que son vassal, je me dois de la respecter. Toutefois, sachez que les frontières de l’Arnor seront toujours ouvertes aux amis. Et que j’offrirais soins et protection à tout homme ou elfe fuyant la menace orientale. J’espère sincèrement que vous n’en aurez pas besoin, mais sachez que vous pourrez compter sur l’Arnor si jamais vous êtes forcés au repli.

Le jeune homme n’était absolument pas au fait de l’étendue de ses pouvoirs en temps que Duc d’Arnor. Quelle était la latitude dont il disposait vis-à-vis des décisions de Denethor ? Il n’en avait aucune idée mais il lui semblait approprié de montrer ses différences avec l’Intendant.

Une autre question lui trottait dans la tête en même temps. Une question qui lui fit esquisser un sourire rêveur... De combien de troupes disposait-il ? Il avait réellement hâte d'en connaître la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Sefir
Le Porteruine

avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 27
Date d'inscription : 16/02/2006

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Fatalité, la Lame des Esprits
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 21:20

Denethor s'éclaircit à nouveau la voix, après que Dolan ait parlé.

"Votre plan me paraît bien risqué, Maître Epixarkoïs. Cependant, vous êtes le seul à en avoir proposé un, et je ne risquerai pas l'amitié des Naugrims ou la neutralité de mes terres sur des détails. Comprenez-le, je ne vous porte pas mon coeur. Pas tant que vous n'aurez pas fait vos preuves... Bregon vous a ouvert ses frontières, une décision qui me paraît tout à propos. Tant que la neutralité de l'Empire est respectée, je n'ai rien à redire à ses décisions."

Il se leva, et fit signe à un des conseillers de s'approcher. L'homme était d'un âge vénérable pour les hommes, et était en permanence suivit d'un jeune scribe.

"Voici Dargon. C'est lui qui est chargé de tout ce qui touche au numéraire, considérez-le comme un responsable des comptes. Il supervisera l'opération... Vous recevrez cinq cent lingots d'or. Cela représente environ cinquante mille pièces du même métal..."

Il salua la compagnie présente, avant de se retirer vers une porte dans le fond de la salle du trône.

"Qu'une bonne fortune vous guide, messieurs. Pour ma part, je vais me retirer, les affaires du Royaume n'ont que trop attendu..."

Les conseillers se retirèrent également. Seuls les Gardes de la Citadelle, drapés dans leurs capes noires, s'avancèrent, signifiant sans parler aux personnes présentes qu'elles se devaient de quitter la salle, invitant d'un signe Dolan à le suivre. Les deux hommes avaient à parler des affaires du Royaume, cela ne faisait aucun doute.
Dargon prit alors la parole.

"Messieurs, si vous voulez bien me suivre, nous allons procéder à l'échange, selon les termes qui viennent d'être discutés... Yaël! Ne prends aucune note, ça n'est pas officiel."

Le jeune scribe se contenta d'acquiescer, avant que le vieil homme ne les mène dans une autre partie de la Citadelle, où ils durent attendre dans une antichambre tandis que Dargon entrait dans la réelle salle des coffres, placée sous très bonne garde. Quand il revint, deux soldats le suivaient, portant un lourd coffre. Dargon en tendis la clef à l'Indien, prononçant quelques derniers mots avant de s'en aller.

"Voilà. Ce coffre est maintenant à vous pour que vous en disposiez comme bon vous semble. Bonne chance."


[HJ: Vous pouvez bien entendu décrire ce que font vos personnages après le départ de Denethor, pendant le trajet, l'attente,...]



...
......
...
...
Au royaume des Cyclopes aveugles, le Cyclope borgne passe inaperçu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2632-une-histoire-trace
Celeborn
Roi de Lothlorien

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 28
Date d'inscription : 27/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Épée elfique de Doriath, armure elfique, cheval
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 21:29

Lorsque Epixarkoïs demanda à Celeborn d'aller chercher ce Hanzok, il ne pu retenir un léger soupir et lorsqu'il entendit que trois de ces lames étaient sur son territoire, il ne put en retenir un autre, lui qui avait dit lors du Conseil Blanc qu'il en voulait pas voir ces lames dans sa forêt. Cependant, le destin lui avait jouer un mauvais tour. Si cette nouvelle venait à être connue, tout les pilleurs, voleurs ou âmes sombres seraient en route vers la forêt de Lorien en quête de ces trois lames.

- D'accord, j'irai chercher ce Hanzok à travers les Mines. Cela fait un moment que je n'y ait pas mît les pieds, mais ma mémoire est assez aiguisée pour me souvenir des chemins jusqu'au cœur de la cité.


Cela changeait légèrement les plans du Seigneur de Lorien, il devrait maintenant envoyé un messager vers Imladris au lieu d'y aller personnellement.

Il regarda une dernière fois, subtilement, l'endroit ou les trois lames étaient, pour s'assurer qu'il avait bien prît l'information dans son esprit.


- Pour ce qui est des lames, voulez-vous toujours en offrir une à Curunir après ce que je vous ait dit? Et, en attendant vôtre arriver, devrais-je les déplacer pour plus de sureté et surtout, les transportes voir les porter apporteraient-ils des malheurs pour son porteur ou pour ma forêt?

Au dessus de tout, Celeborn ne voulait apporter le Mal dans sa forêt. S'il y avait quelconque danger face à ces lames, alors elles allaient restés cachés sous haute surveillance.

Lorsque le fils de Tar-Elessar s'avança, le Seigneur de Lorien posa son regard sur lui.


- Heureuse rencontre et je vous remercie d'or et déjà pour votre généreuse décision, Souhaitons seulement que nous n'avons pas à l'utiliser...

Lorsque le Dargon arriva, il se tourna vers L'indien.


- Ceci est vôtre argent et je n'ai aucunement à voir vos affaires. Je vais donc, avec vôtre aval, me rendre dans ma cité au plus vite et me préparer à me rendre dans Khazad Dûm, le plus tôt sera le mieux.


« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2645-celeborn-seigneur-
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 21:46

Epixarkoïs ressentit comme un apaisement. Sa proposition était accepté. il se tourna vers Beldorn qui apportait son aide à leur entreprise:


"Et bien, je vous remercie seigneur d'Anor: nous établirons notre plan en connaissance de votre offre. Si votre pays peu nous offrir une base de repli c'est une bonne chose que nous tâcherons d'exploiter..."

Puis il s'inclina face à l'intendant:


"Je suis reconnaissant au Gondor de son aide et je me donnerai corps et âme pour me montrer digne de votre confiance."

Il suivit les hommes de l'Ouest qui lui remirent un coffre. Epixarkoïs en prit la clé et fit signe à son escorte de s'emparer du lourd butin.

Puis il revint dans la salle du trône. Celeborn l'interpella et il se rapprocha de lui pour ne parler qu'à voix basse au seigneur Eldar.



"Je pense que nous devons en effet fournir l'une de ces lames à Isengard car le concours de Curunir est indispensable à la réussite de notre mission. Je vous en dirais plus chez l'amiral Alcibiade. Vous pouvez m'y retrouver dans une heure."

Ajoutant à l'intention de tous.

"Je me rend chez l'amiral Alcibiade pour planifier de la suite des évènements. Que ceux qui souhaite être directement de l'entreprise m'y rejoignent. Si vous avez besoin de mes services intendant faite moi mander, je tâcherais de répondre le plus rapidement à vos attentes."

Il salua l'ensemble des protagonistes avant de s'éclipser accompagné de ces mystérieux paladins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Celeborn
Roi de Lothlorien

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 28
Date d'inscription : 27/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Épée elfique de Doriath, armure elfique, cheval
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 22:03

Le Seigneur Celeborn acquiesça à la réponse du l'Indien. Lorsqu'il lui demanda de se rendre chez l'Amiral Alcibiade, une question monta à la tête du Sindar. Avant que Epixarkoïs puisse s'éclipser, le Sindar lui posa une dernière question.

- Je vais m'y rendre, mais... Je dois savoir ou.

Car, effectivement, il en n'avait aucune idée.


EDIT Sefir: Attention à la taille de vos posts! Un minimum de cinq lignes complètes est exigé.


« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2645-celeborn-seigneur-
Metathraïn
Seigneur de guerre

avatar

Nombre de messages : 1286
Age : 30
Date d'inscription : 14/06/2005

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Livre des Métamorphoses
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 22:12

Epixarkoïs sur le seuil de la porte se retourna pour répondre à l'elfe:

"Et bien je ne saurais voux expliquer clairement mais je pense que si vpous daignez attendre quelques minutes vous pourrez suivre l'amiral en personne qui je crois à quelques affaires à régler...?

L'amiral s'avança et fit une révérence devant le roi de Lothlorien.

" Je dois recevoir le comte rendu de la flotte d'un instant à l'autre. Dès que cela sera chose faite, nous nous rendrons à ma demeure qui est à deux pas du palais." Peut être pouvez vous m'attendre dans les jardins..."


L'indien avait déjà disparu. Alcibiade quitta la pièce et revint quelques minutes plus tard, un parchemin dans la main qu'il rangea dans le manteau de velours qui couvrait son armure. Ils pouvaient y aller...


http://rpglordoftherings.forumactif.com/minas-tirith-f48/les-visiteurs-du-soir-t3988.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4788-le-livre-des-metam
Celeborn
Roi de Lothlorien

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 28
Date d'inscription : 27/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Épée elfique de Doriath, armure elfique, cheval
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 22:33

Lorsque L'indien s'éclipsa, Le Sindar prît le temps d'aller prendre une bouffée d'air frais à l'extérieur du château quelques instants. Il sentait le vent le frapper dans le visage... Il pensa soudainement à sa Lorien, et de ce que l'avenir réservait. Il n'avait pas participer à un tel effort depuis très longtemps. La guerre, c'était un mot horrible, mais, qui, rappelait la première venue des elfes en Terre du Milieu.

Après quelques minutes passées dehors, il tourna les talons et entra de nouveau dans la Citadelle. Là, il vît l'Admiral qui l'attendait. Il fît une légère révérence à ce dernier.

- Si tout est terminer de vôtre côté, je suis prêt à vous suivre.


« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d'or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d'argent ; mais il n'y avait en eux aucun signe de l'âge, sinon dans l'intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2645-celeborn-seigneur-
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 8 Fév 2010 - 23:51

L’on fit donc patienter la délégation de l’Isengard le temps que l’on prévienne les services du palais, dont les journées semblaient chargées ces temps-ci. Malgré tout, un huissier ne tarda pas à ordonner l’ouverture de la dernière porte de la citée, celle menant au jardin de l’Arbre Blanc et le pallier ultime de la citadelle.

Lentement, les cinq cavaliers franchirent l’huis cerclé de pierres blanches avant de déposer leurs montures dans le lieu prévu à cet effet. D’ici, la vue sur Minas Tirith et les champs du Pelennor était impressionnante ; Osgiliath trônait fièrement sur l’Anduin tandis qu’au lointain, les sinistres montagnes entourant le plateau de Gorgoroth se dressaient noires et menaçantes.

La plénipotentiaire resta un moment à contempler silencieusement cette frontière naturelle avant d’être abordée par l’huissier de tout à l’heure, qui l’invita à le suivre jusqu’à la salle du trône.

Flegmatiques, les envoyés d’Angrenost traversèrent le couloir menant au siège de l’Intendant, cet ouvrage de bois sombre placé au bas des marches menant au trône des rois du Gondor. Après s’être fait annoncer, la Numénoréenne posa ses yeux sur ceux de Denethor et elle s’exclama :


Salutations respectueuses, Intendant. »

Elle accompagna ses premiers mots d’une légère inclinaison du buste.

« Quel bonheur de pouvoir vous annoncer avec spontanéité le plaisir que nous avons eu à traverser vos terres, sire. Les gens sont accueillants et cordiaux, sûrement la conséquence de la paix que connait en ce moment votre pays. »

Son sourire paraissait franc, mais il s’estompa lorsqu’elle aborda l’essentiel.

« Pour combien de temps encore ? C’est pourquoi nous sommes venus d’Isengard, nous souhaitons discuter avec vous de la situation en Ouistrenesse et, aussi, vous apporter une nouvelle qui je l’espère ne menacera pas l’amitié que possèdent nos deux nations. »


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferethor

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 117
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 9 Fév 2010 - 15:32

[Hrp : suite du voyage de Ferethor dont le précedent message se situait ici : http://rpglordoftherings.forumactif.com/minas-tirith-f48/la-masure-du-haut-de-la-cite-t4021.htm#39834]




Ferethor devait rencontrer l’Intendant Denethor sans tarder !

*Cela ne sera certainement pas facile d’obtenir une audience rapide, se dit-il. J’espère que le nom du prince Elfe permettra à mes interlocuteurs ou à ceux qui les commandent de comprendre l’urgence et l’importance du sujet qu’il m’envoie exposer…*

Tout en réfléchissant à la façon par laquelle il se présenterai au palais, Ferethor franchit les derniers cercles de la cité blanche pour arriver bientôt au pied des énormes portes ferrées qui gardaient le dernier d’entre tous.

Là, il s’annonça alors avec confiance et rigueur :

- Holà, vaillant garde de la citadelle, je suis Ferethor, fils de Vesparion, le gouverneur de la cité d’Andúnië en Andustar !
Je suis ici pour affaires diplomatiques. Je dois rencontrer le seigneur Denethor sans tarder ! Conduit-moi au palais, et fait parvenir ma demande d’audience à l’Intendant de toute urgence !


Le ton avec lequel il s’était exprimé était sûr et sa voix claire. Il ne faisait aucun doute que l’étranger qui s’annonçait était un noble, cultivé et instruit.
Au regard des armoiries que portait Ferethor sur sa cape et sur le heaume du casque d’apparat qu’il tenait entre son bras gauche et son épaule, le garde fit un signe à deux soldats qui se tenaient à l’intérieur, sur le mur d’enceinte et il cria :

- Faites place pour le seigneur Ferethor ! Que l’un d’entre vous le conduise à l’entrée du palais et fasse suivre sa demande d’audience sans tarder !

Ferethor suivi le soldat qui le guida sur le chemin pavé de pierres blanches et qui montait en pente douce vers la cour de la fontaine. Il s’arrêta quelques instants pour admirer le majestueux arbre blanc qui trônait au centre de la cour, adossé à une belle étendue de pelouse courte et minutieusement entretenue.
Il se retourna aussi pour laisser s’échapper son regard vers la vue à couper le souffle qu’offrait l’esplanade partant du palais d’Echtelion et menant jusqu’à la pointe de garde. Là, les champs du Pelennor s’étendaient majestueusement jusqu’à la cité d’Osgiliath, qui veillait sur les ponts de l’Anduin. Plus loin, en face, il sembla distinguer la cité jumelle de Minas Morgul et ses tours sombres se détachant sur la chaîne rocheuse enserrant le mordor.
Le ciel, là-bas, était sombre et bas, et agité de petits éclairs de temps à autres.

*Les textes et chansons de mon pays ne mentent pas, se dit alors Ferethor ! La cité est telle que me l’avait figuré mon oncle ! Belle, grandiose et gouvernant de toute sa hauteur les terres alentour. C’est à couper le souffle, murmura-t-il…*

Le soldat s’était retourné et attendait maintenant Ferethor qui se hâta de le rejoindre.

Arrivés à l’entrée du palais, Ferethor fut conduit dans une vaste pièce de marbre blanc et noir qui n’était pas la salle du trône !
Il observa en entrant, les quelques dignitaires de contrées voisines qui attendaient d’être reçus et les salua en penchant légèrement la tête vers le bas !
Il fut dévisagé de la même façon qu’il l’avait lui-même fait et les gens qui attendaient là répondirent à son geste de la tête par un mouvement similaire.

L’ambiance était calme et l’on parlait à voix basse. Soit par respect, soit pour ne rien divulguer de ce qui conduisait chacun en cet endroit.

- Je transmet votre demande immédiatement dit le garde d’une voix basse et chuchotante.

- Je suis mandaté par le seigneur Elfe Ayaral, prince de Mithlond, ajouta Ferethor. Il faut que je rencontre l’Intendant dans les plus brefs délais ! Je sais que régner sur un tel royaume est quelque qui ne laisse que peu de place à l’improvisation, mais le sujet qui m’amène est d’une fort grande importance.

Le garde s’empressa d’aller porter la nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
turgon
Personnage mort

avatar

Nombre de messages : 740
Date d'inscription : 10/10/2005

Feuille de personnage
Race: elfe
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 9 Fév 2010 - 17:44

Turgon qui avait suivit toute la discussion a bonne distance s'était peu à peu fondu dans le décor et avait fini par décider de ne pas intervenir la ou le seigneur Celeborn semblait déjà maitriser son sujet.
puis tout le monde sortit et le seigneur des noldors se faufila dans les pas du seigneur de lorien et discrètement lui fit signe qu'il était toujours la et que son soutient était présent.

Mon ami, fort sage décision que vous avez pris de vous intégrer dans ce conflit. car s'il est vrai que le Gondor ne peut se permettre d'intervenir il est aussi vrai que cette mission est capitale voir vitale. en cela vous avez dors et déjà l'appui des noldors de gondolin qui protègeront a vos cotés les seigneurs nains que je porte en grande estime et ce depuis des temps passés ou nous croisâmes le fer cote à cote.
vous n'êtes pas seul, je prendrais ce fardeau avec vous.
ceci est un combat pour la liberté de tout les peuples d'Arda.


c'est alors que Lewathlin s'approcha des seigneurs elfes et leur signifia que les preparatifs du voyage etaient deja fin pret.


la sagesse n'exclut pas les actes de bravoure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 9 Fév 2010 - 20:11

Après la longue discussion provoquée par l’arrivée des elfes puis de l’indien, Dolan décida de ne pas rester plus longtemps à Minas Tirith. Il devait partir sans plus tarder pour Anuminas, son tout nouveau fief. A cette pensée, le jeune homme ne pu retenir un sourire joyeux. C’était bien la première fois qu’il serait à la tête d’une contrée et la nouvelle expérience qui s’annonçait l’enthousiasmait au plus haut point.

Denethor lui avait remis une lettre portant le sceau de l’arbre blanc qui prouverait sa bonne foi aux autorités locale qui jusque là étaient plus ou moins livrées à elles mêmes. Des soucis étaient d'ailleurs à prévoir à ce propos… Comment allaient réagir les arnoriens, eux pour qui l’empire auquel ils appartenaient n’avait qu’une vague et lointaine signification ? Pendant son règne, le tyran Herunumen avait sans doute tenté d’imposer ses propres hommes au royaume d’Arnor. Mais depuis qu’il n’y avait plus réellement d’homme fort à la tête de l’empire, les choses avaient du logiquement se dégrader. L’Intendant peinait à faire tenir debout le Gondor seul. Il était probablement très peu au fait de ce qui se passait dans les contrées les plus reculées l’empire. En réalité, plus il y réfléchissait, et plus Dolan se rendait compte que l’intention de Denethor n’avait pas été de lui faire un cadeau en l’élevant à ce titre. Loin de là. Il désirait tout simplement écarter cet encombrant fils d’Aragorn, tout en se donnant une chance de recoller les morceaux de cet empire autrefois si puissant.

*Finement joué, le vieux…* songea Dolan sans perdre son sourire pour autant. *Il ne me reste plus qu’à recoller effectivement les morceaux de l’empire et faire en sorte que la gloire en rejaillisse sur moi et moi seul !*

Le jeune homme commençait à peine à s’immerger dans le monde de la politique et déjà il aimait beaucoup cette atmosphère d’intrigues et de manipulations hasardeuses. L’excitation montait en lui et son visage affichait un grand sourire. L’imminence d’un long voyage vers Anuminas ajoutait encore à la bonne humeur de Dolan qui se du se retenir d’effectuer quelques pas de danse improvisés. Il était Comte d’Arnor après tout. Cela demandait sans doute un peu de tenue.

C’est donc d’un pas gaillard qu’il se dirigea vers les écuries royales. Il se présenta au premier palefrenier venu. Le jeune garçon bafouilla quelques mots respectueux avant de lui indiquer le numéro du box où était installé Ecthelion. Comme Denethor le lui avait promis, l’étalon avait eu droit à un traitement royal. Lavé de frais, peigné, épouillé, Ecthelion mâchait bruyamment les épis de blé généreusement disposés devant lui. Sa crinière avait été tressée et sa robe blanche n’avait jamais été aussi… blanche. Et pourtant, Dolan était un maître des plus attentionnés pour sa monture. Il était heureux de voir qu'Ecthelion avait aussi bien profité de son court séjour.

Le nouveau Comte d’Arnor flatta l’encolure de sa monture et dit dans un rire.

-Mon vieux, désolé de te déranger, il va falloir repartir.

Un hennissement mécontent lui répondit.

-Je sais bien, je sais bien. Mais ne fais pas ta mauvaise tête. Je sais que dès que nous aurons passé les portes de la cité, tu me remercieras de t’avoir traîné dehors. Mon ami, nous allons à Anuminas. Je crois que nous ne sommes encore jamais allé aussi loin à l’ouest ! Aller, sors un peu, je suis certain que tu vas adorer le voyage.

Tout en parlant d’une voix à la fois apaisante et moqueuse, Dolan harnachait Ecthelion et il fut bientôt prêt au départ. Le palefrenier vint timidement lui proposer son aide, mais Dolan la refusa poliment. Il avait toujours aimé s’occuper seul de sa monture.

Quand tout fut prêt, Dolan grimpa sur sa selle et se dirigea vers les portes de la ville. A la sortie des écuries, il interpella un groupe de soldat et les chargea de transmettre ses amitiés à Denethor, l’informant de son départ pour son nouveau fief.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Denethor
Intendant de l'Empire de l'Ouest / PNJ

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2009

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Aucune.
Statut: PNJ

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 9 Fév 2010 - 21:11

L'Intendant, qui avait commencé à se diriger vers ses appartements, fronça les sourcils à l'annonce de l'arrivée de ses émissaires de l'Angrenost... Il n'était pas dans les habitudes de Curunir d'envoyer des émissaires à l'improviste, du moins, pas jusqu'à récemment, et un tel comportement, il le craignait, ne pouvait être annonciateur que de mauvaises nouvelles. Il retourna lentement vers son siège, et s'y installa, sourcil froncés. Puis, d'un signe de tête, il ordonna qu'on fasse entrer la délégation. Le temps que les portes s'ouvrent, il s'était recomposé un visage plus avenant, ferme, austère, mais neutre.
Ce fut dans un silence digne d'une cathédrale que la plénipotentiaire fit son entrée. Léger haussement de sourcils de la part de Denethor, qui ne s'attendait pas à rencontrer un émissaire féminin. Le sourcil revint bien vite à sa place habituelle, l'Intendant se débarrassant de toute considération machiste. Certaines contrées étaient bien dirigées par des femmes, et ne s'en tiraient pas plus mal, au final. Il répondit au salut de l'émissaire d'une inclinaison de tête.

"Salutatios à vous, Émissaires de l'Angrenost. C'est toujours pour moi un vrai plaisir que de recevoir en ce lieu les envoyés de votre pays. Cependant, je ne pense pas me tromper en affirmant que vous n'êtes pas venus jusqu'ici pour me transmettre le bonjour de votre maître..."

Il ne s'était pas trompé. Comme il la pressait de passer au sujet principal de sa venue, le sourire sur le visage au demeurant avenant de la Numénorienne s'effaça. Elle parlait de la fin possible de l'heureuse paix que connaissait pour le moment le Gondor, et, d'une manière plus générale, l'Empire de l'Ouest. Il ne put s'empêcher de se frotter les yeux de ses mains, geste qu'il regretta aussitôt. Il venait de montrer à l'émissaire qu'il avait d'autres soucis à affronter. Il dissimula son mécontentement envers lui-même du mieux qu'il pu, avant de répondre sur un ton calme.

"Discuter de la situation en Ouistrenesse. Et bien, pour ce que j'en sais, le duché d'Arnor vient de recevoir un nouveau chef en la personne de Beldorn, fils d'Aragorn. Fils caché, ça n'est un secret pour personne, puisqu'on en a trouvé nulle trace dans les archives. Cependant, il fait montre d'une trempe fort semblable à celle de son père... Je suis confiant en sa capacité à redresser ce duché, et les territoires environnants par même occasion. Pour ce qui est du Gondor, et bien, vous avez pu le constater, il se relève, une fois de plus, des blessures qu'on lui a infligé..."

"Très bon résumé", pensait-il. "Clair, net, ça ne donne pas plus d'informations que ce qu'ils ont besoin de savoir... Maintenant, reprendre l'initiative de la conversation..."
Telles étaient en cet instant les pensées qui agitaient l'esprit de Denethor, derrière le masque impénétrable de son visage. Sa voix s'éleva dont à nouveau.

"Cependant, vous parlez ici de bien sombres présages. Vous parlez d'une nouvelle qui, d'après vous ou votre maître, pourrait menacer l'amitié entre nos deux nations. Et bien, je ne peux guère vous dire ce qu'il en est avant de savoir quelle est cette nouvelle dont vous parlez et dont, par un hasard ou un autre, je n'ai pas eut vent. Quelle est donc cette nouvelle?"

L'Intendant avait fait son possible pour masquer l'impatience et l'anxiété qui commençaient à poindre dans sa voix. Il espérant seulement que, noyés dans le flot de paroles, ces pointes d'émotions passeraient inaperçues. Ils furent interrompus lorsqu'un serviteur pénétra dans la pièce et s'avança vers le trône. Poliment, Denethor fit signe à l'émissaire d'attendre, tandis que l'homme approchait.

"Veuillez m'excuser, vous comprendrez que ma fonction m'oblige d'être à l'affût des imprévus... Que se passe-t-il?"
"Un Numénorien du nom de Ferethor, fils de Vesparion, mandaté par Ayaral de Mithlond, demande à être reçu dans les plus brefs délais pour une affaire d'une 'fort grande importance' selon ses termes."
"Bien, qu'il patiente... Son entretien aura lieu sitôt que celui-ci sera terminé."


Le serviteur s'inclina et repartit vers l'antichambre, tandis que Denethor reportait toute son attention vers la Numénorienne.

"Pardonnez cette interruption. Le monde semble décidé à ne me laisser aucun répit aujourd'hui... Vous disiez donc?"


Le serviteur revint vers Ferethor, lui annonçant qu'il serait reçu par l'Intendant sitôt que l'entrevue avec les représentants de l'Angrenost serait terminée. L'annonce donna lieu à quelques éclats de voix de la part de ceux qui attendaient déjà, et qui s'estimaient à juste titre lésés par ce nouvel arrivant. Pour autant, il n'y eut pas d'action plus violente que des protestations de forme. Denethor choisissait l'ordre des ses entretiens et le modifiait à sa guise, suivant ce qu'il considérait être ou non une priorité pour le royaume...


Un jour, Chuck Norris a perdu son alliance. Depuis, c'est le bordel en Terre du Milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mer 10 Fév 2010 - 0:22

Denethor se lança donc dans un bref résumé de la situation sur ses terres et celles de l’Ouistrenesse ; son faciès était austère et sa parole directe, signe que l’Intendant s’attendait à de funestes révélations de la part des envoyés de l’Angrenost.

Habitués à être considérés avec suspicion et réserve, les cinq individus ne s’imaginaient pas accueillis de sourires et de paroles bienveillantes, eux qui représentaient pourtant une nation paisible et hospitalière sous bien des formes. Gardant ses mains jointes devant elle, la numénoréenne écouta religieusement l’Intendant puis ne répondit pas immédiatement lorsque Denethor la pria de continuer après que la séance fut momentanément interrompue.

Elle pivota d’abord vers un étendard argenté de Minas Tirith, dodelina de la tête, puis reposa son regard sur son noble interlocuteur.


Sire, s’il est vrai que l’annexion du Rhovanion par l’Empire de Krell a apporté paix et prospérité à plusieurs villes comme Esgaroth et Dale, il n’en reste pas moins que l’expansion ininterrompue des hommes sauvages de l’Est représente un danger non seulement pour le Gondor, cela vous le savez fort bien, mais aussi pour les autres nations à l’Ouest de l’Anduin comme la Lorien, le Rohan, ou l’Isengard.

Puisque l’Isengard constitue le seul passage possible par voie de terre, en dehors de la Moria, vers l’Arnor et les contrées au-delà, il ne fait nul doute que le Rhûn considérera bientôt cette zone tampon comme un prochain objectif militaire. Si je vous évoque tout ceci, c’est pour en venir au point sensible évoqué précédemment.

Cela fait maintenant plusieurs années que le notoire « Acte de Bienséance » prit effet dans notre pays, ce décret nous instaurant à l’époque vassaux & alliés du Seigneur Aragorn, du trône de l’Ouistrenesse pour être précise. Depuis, nous n’avons rien gagné en contrepartie si ce n’est cette méfiance déplacée et irritante que chacun de nos « amis » émet à notre égard, une méfiance qui se transforme parfois en condescendance vulgaire, blessante même.

En pourtant, en vertu de votre suzeraineté, nous devons verser à l’Empire une quantité de nos récoltes et des impôts reçus, quantité non négligeable qui servirait bien mieux les braves gens de l’Enedwaith. Cette situation n’est plus tenable.
»

La diplomate croisa les bras, reprit son souffle, et continua en faisant de petits vas-et-viens.

« Ajoutons qu’en cas d’attaque de l’Empire par un ennemi, nous serions obligés d’apporter notre aide à votre pays. Ce dernier point, surtout, est sensible auprès de nos généraux. Si nous entrons en guerre, nous ne souhaitons pas que ce soit par le truchement d’un voisin, mais bien par le biais de nos propres décisions.

Ainsi, il me revient de vous annoncer que nous nous souhaitons plus honorer l’ « Acte de Bienséance » : l’Angrenost refuse désormais de répondre à un quelconque suzerain. Cette décision est unilatérale, c’est vrai, mais nous ne désirons pas entrer dans un énième conflit. S’il advient néanmoins que le destin nous pousse dans ce sombre précipice qu’est une guerre généralisée, alors l’Isengard répondra par ses propres moyens. Peut-être succombera t-elle, seule, ou triomphera t-elle, seule. Quel que soit l’état de notre nation après ce combat, nous en serons les seuls responsables.

Nous vous assurons néanmoins que ce choix n’abîmera en rien l’amitié et le respect que nous entretenons à l’égard de l’Ouistrenesse, et du Gondor dans votre cas, même si nous savons pertinemment que ce n’est pas réciproque. Avec l’aide des Valars, j’espère de tout cœur que vous comprendrez cette décision et l’accepterez, car de noirs nuages approchent de l’horizon, et des circonstances exceptionnelles exigeaient ces réponses tout autant exceptionnelles.
»

Accompagnée de gestes posés, la numéroéenne se dirigea vers le reste de son escorte, attendant une réponse de l'Intendant Denethor.


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferethor

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 117
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mer 10 Fév 2010 - 8:21

Après seulement quelques minutes d’attente dans l’antichambre où étaient réunis les prétendants à une audience de l’Intendant, Ferethor vit paraître un serviteur, qui, après être entré sans bruit par une porte peu visible entre les colonnades, pressa le pas vers le Núménoréen pour venir s’entretenir avec lui.

Baissant la tête à l’approche de ce dernier comme pour ne pas se faire entendre des émissaires qui patientaient là, il murmura à Ferethor :

- L’Intendant Denethor annonce qu’il a décidé de vous recevoir dès l’instant où la grande assemblée qu’il dirige en salle du trône sera terminée… Il en a été décidé ainsi selon son bon vouloir !

Ferethor inclina la tête en signe de remerciement tout en pensant à Ayaral.

*Faut-il que ce prince Elfe soit tenue en haute estime en Gondor pour que la seule mention de son nom soit garante d’importance et de sérieux !*

Mais son signe de tête n’avait pas échappé aux hommes qui attendaient depuis plus longtemps que lui et beaucoup d’entre eux marmonnèrent bruyamment ce qui troubla, pendant quelques instants l’ambiance feutrée de l’antichambre…

- Mille merci ! dit alors Ferethor au serviteur qui s’éloignait. Faites-moi quérir dès lors que l’Intendant aura le loisir de me recevoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denethor
Intendant de l'Empire de l'Ouest / PNJ

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2009

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Aucune.
Statut: PNJ

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Sam 13 Fév 2010 - 17:46

Denethor resta sans voix un instant. Il s'était préparé à beaucoup d'éventualités, mais certainement pas à la rupture du pacte de la part d'Angrenost. Pour l'Intendant, cette situation était source de nombreux problèmes. Pour les Orientax, attaquer le Gondor en passant par l'Anduin était impensable: ça amènerait leurs armées directement sous la puissance de Minas Tirith, l'inexpugnable bastion. Une cité suffisamment important pour qu'on ne puisse se permettre de la laisser invaincue derrière soi. En revanche, attaquer par le Rohan, passer par l'Isengard et dévaster le Gondor par l'Est, c'était une option tout à fait envisageable.
Si telle devait être la situation, les Orientaux auraient une voie royale vers les deux royaumes, Arnor et Gondor, sans qu'aucun n'ait la force de riposter. Il ne pouvait laisser cela se produire, car cela signerait sûrement la fin de l'Empire de l'Ouest. C'est pourquoi, après un temps de silence qui paru interminablement long aux émissaires de Curunir, l'Intendant se leva. Droit, dur et sévère. Son ton resta pourtant calme, bien que chargé d'agressivité, quand il prononça ces mots:

"Ainsi vous venez m'annoncer que je n'ai plus au Nord-Est un allié, mais un territoire neutre... Vous vous dites mon ami, mais si le Gondor venait à être attaqué, que feriez-vous? Viendriez-vous combattre, saigner et mourir à nos côtés? Trouverions-nous chez vous une main secourable pour les réfugiés, les blessés? Pourrons-nous compter sur une partie de vos récoltes? Ou au contraire, verrions-nous les armées d'Angrenost déferler sur nos arrières?"

Il cessa sa diatribe, plantant un regard d'acier dans les yeux de l'ambassadrice.

"Vous dites n'avoir retiré aucun avantage de cette vassalité. Soit. Je peux comprendre le mécontentement des peuples dont j'ai la garde... Je suis tout à fait conscient que ce traité est injuste envers votre contrée, mais mienne n'était pas l'autorité de le rompre... Maintenant que vous déclarez vouloir le faire, je pense que nous pouvons trouver un arrangement amiable..."

Il se leva alors, avançant calmement vers les ambassadeurs. Les gardes disposés dans le pourtour de la salle étaient sorties de leurs alcôves, se rapprochant pour parer à toute éventualité. Le visage de l'Intendant était redevenu souriant.

"Pardonnez donc mon léger emportement... Ce ne sont pas des jours faciles pour moi ou l'Empire... Mais il serait sage de reconsidérer votre décision de rompre tous liens de vassalités avec le Gondor... Votre royaume est certes puissant, mais il est coincé entre mes terres, celles d'Arnor, et celles des Rohirims. Si vous suivez ma pensée, il serait malheureux que j'ai à m'assurer de leur contrôle par la force des armes. Je n'ai nulle animosité envers vous, mais si pour garder le contrôle sur ces territoires, il me faut y marcher en armes, et bien je le ferai."

Les yeux de l'Intendant étaient emplis de sa détermination. Il avait mesuré chacun des mots qu'il venait de prononcer durant les quelques pauses qu'il avait réussit à ménager dans la conversation. Il reprenant peu à peu le contrôle sur des événements qui ne lui avaient que trop échappés.

"Comprenez-moi.. Personne ne veut voir le sang couler. Aussi, il me semblerait beaucoup plus profitable à nos deux États d'abandonner ce traité injuste qu'est l'Acte de Bienséance, et d'en accepter un nouveau... Imaginez donc. Un traité juste. Un traité équilibré. Un traité qui officialiserait cette amitié et ce respect dont vous parliez tantôt. 'De noirs nuages approchent', dites-vous. C'est la vérité. Mais nous franchirons mieux cette tempête en unissant nos forces pour manoeuvrer le même navire qu'en partant chacun de côté sur des canots."

L'Intendant attendait maintenant une réaction de la part de l'émissaire. Son esprit fonctionnait aussi vite qu'il le pouvait, cherchant une alternative. S'il lui fallait entrer en guerre contre d'anciens allés, il le ferait, mais c'était là une option qui ne lui plaisait guère. Mieux valait pour lui conserver un Isengard fort, mais vassal de son Empire, qui ne risquait pas de devenir un coin enfoncé dans la ligne de défense qu'il s'efforçait de mettre en place le long des frontières orientales de l'Empire de l'Ouest...
En parlant de cela, il lui faudrait bientôt envoyer des émissaires en Rohan pour renégocier les traités en vigueur. Il fallait éviter qu'une telle situation se reproduise à nouveau...


Pendant ce temps, dans l'antichambre, Ferethor fut accosté par un émissaire, visiblement en provenance du Sud. Il n'avait toutefois pas le port de tête ou l'allure des émissaires impériaux, royaux ou même princiers.

"Excusez-moi, noble sire... Amûn Sulak, émissaire d'Harondor. Je suis heureux de rencontrer quelqu'un qui me semble être tenu en si haute estime par l'Intendant... Puis-je savoir d'où vous venez, et la nature de votre visite, si ça n'est pas indiscret? Je cherche à établir des relations entre Dol Amroth et ma région, qui comme vous le savez sans doute, est co-gérée par le Gondor et le Harad... Il me faut donc l'aval des deux parties pour prendre la moindre initiative..."

L'homme parlait avec un certain accent, mais restait poli, calme, et visiblement sincère. Il attendait la réponse du Numénorien dans la posture des gens du sud en pareille occasion: la tête légèrement inclinée, la main gauche posée sur la droite, loin de la poignée du cimeterre qui pendait à sa ceinture.


Un jour, Chuck Norris a perdu son alliance. Depuis, c'est le bordel en Terre du Milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Sam 13 Fév 2010 - 20:11

La diplomate d’Isengard resta de marbre à l’écoute des menaces d’invasion du Gondor.

Notre vassalité à l’Ouistrenesse nous a été imposée par la force de vos lames lors d’un fâcheux incident à Lond Daer, et contester cette décision aurait signé la fin de la souveraineté de notre nation. Mais à l’instant où je vous parle, l’Isengard a bien changé. Nous ne craignons plus le Gondor ni l’Arnor, nous avons de bons amis déterminés à prendre notre défense, et si vous vous décidez à sortir les armes pour empêcher l’inévitable, alors vous vous confronterez à une résistance farouche et ce conflit engendrerait de nombreuses pertes des deux côtés.

Bien sûr, les sbires du seigneur d’Angband n’attendent que cet instant où les nations humaines seront divisées et ennemies pour se jeter sur nous et ainsi précipiter la chute du monde libre. Si vous désirez emprunter ce sentier hasardeux, alors que les Valars aient pitié de vous. Dans le cas contraire, je vous invite à reconsidérer notre décision.

Nous sommes prêts à négocier un nouveau statut diplomatique entre nos deux nations, simplement il ne sera nullement question de suzeraineté, de tribut, ou d’alliance au sein de l’hypothétique traité. Il s’agirait plutôt de confirmer et faciliter nos accords commerciaux, déjà bien fructueux. Nous ne refuserions pas non plus de conclure une entente d’ordre militaire, que nous puissions vous venir en aide lorsque que vos terres seront menacées, cela devant être réciproque, mais nous refusons un engagement nous obligeant à vous épauler dans vos futures ambitions expansionnistes. Il s‘agirait, en fait, d’une aide de dernier recours, possible uniquement quand l’ennemi franchira vos frontières, et non si les combats s’effectuent sur de lointaines contrées.

Constatez, sire, qu’une zone d’entente se dégage, mais gardez à l’esprit que nous resterons inflexibles sur la question de notre autonomie.
»

Paisible, la femme s’assit sur un siège que l’on lui présenta, confiante que l’entrevue pouvait bien se terminer si l’Ouistrenesse faisait preuve de tolérance.


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denethor
Intendant de l'Empire de l'Ouest / PNJ

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2009

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Aucune.
Statut: PNJ

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Dim 14 Fév 2010 - 19:11

Denethor se permit un sourire. L'émissaire parvenait à garder son calme, bien qu'il soit en train de la pousser. Elle était déterminée, et, au final, c'était surtout cela qui l'intéressait. Poliment, il patienta jusqu'à ce qu'elle ait fini de répondre, avant de reprendre à son tour la parole.

"Bien, bien, bien... Je vois que votre résolution est forte. Mais la mienne l'est aussi. Je suis prêt à négocier le nouveau statut de vos terres, mais à quelques conditions... Comprenez bien que je ne suis que le gardien du trône de l'Empire, et qu'il m'appartient donc de le conserver aussi intacte que possible. Et pour cela, il et des points sur lesquels je dois me montrer inflexible. Vous vous en doutez, sur certains de ces points, vous aurez des vues divergentes, et vous devez également vous montrer inflexible. Ce genre de situation nous mènerai à un affrontement que visiblement vous ne souhaitez pas plus que moi. C'est pourquoi nous devons réfléchir..."

Il retourna s'asseoir sur son siège, tandis qu'un autre était apporté à l'ambassadrice. Les gardes reculèrent, toujours aux aguets, mais laissant plus d'air aux émissaires.

"Vous me parlez d'ambitions expansionnistes... Mais, je n'en ai pas. Les futurs souverains pourraient en avoir, certes, mais ce genre de politique n'est pas la mienne. Surtout pas dans la situation actuelle des terres que je gouverne... Voilà donc ce que je vous propose: l'Isengard devient un territoire autonome, au sein de l'Empire de l'Ouest. Cela signifie que vous gérerez votre territoire de manière indépendante, mais dans le respect des lois fondamentales de l'Empire: pas d'esclavage,... Enfin, vous les connaissez, j'imagine. Deuxième point: les émissaires de l'Empire devront toujours trouver porte ouverte sur vos terres..."

Jusqu'ici, Denethor n'avait rien proposé de particulièrement déraisonnable. Il était cependant de son devoir de museler l'Isengard. Même si cela ne lui plaisait guère.

"Je me dois de vous imposer certaines conditions... Normalement, je devrai imposer à votre armée une certaine taille. Pire encore, il me faudrait même exiger que toute opération militaire de votre part soit autorisée par l'Empire... Cependant, il est clair que nous vous avons traités injustement... Je vous propose ceci: si un mouvement de vos troupes impliquait de franchir la frontière avec le Gondor, l'Arnor, ou une quelconque entité de l'Empire, il vous faudrait nous en informer et obtenir notre autorisation. Cette mesure ne s'applique évidemment pas aux escortes de caravanes... D'autre part, en raison du caractère de 'corridor' que possède l'Isengard, il nous faudra définir des axes sur lesquels les troupes de l'Empire pourront circuler à leur gré. Bien entendu, tout déplacement en dehors de ces axes ne pourrait être que sanctionné par l'Empire..."

Il laissa à l'ambassadrice le temps d'assimiler ces données, et bu une gorgée d'eau dans un gobelet posé à sa droite, avant de reprendre.

"Pour ce qui est de l'alliance commerciale, je vous propose purement et simplement une diminution des taxes sur les marchandises provenant de nos contrées respectives... Et, si cette indépendance se révèle fructueuse, pourquoi pas tout simplement supprimer ces taxes? Pour le domaine militaire, nous pourrions inclure une cause d'assistance mutuelle en cas d'invasion. Cela nous serait profitable à tous les deux... Cette clause ne s'étendrait néanmoins pas aux colonies, et ne prendrai application que dans le respect des frontières actuelles, sans tenir compte des extensions futures éventuelles..."

Nouvelle gorgée, qu'il savoura pleinement. Tant d'émotions et de discours lui avaient asséché la gorge, et quelque chose lui disait que cette journée promettait d'être encore riche en discours et en négociations.

"Alors, qu'en dites-vous?"


Un jour, Chuck Norris a perdu son alliance. Depuis, c'est le bordel en Terre du Milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 15 Fév 2010 - 3:14

D’abord, les yeux de la diplomate étaient restés sur l’Intendant, signe qu’elle l’écoutait avec attention. Puis, lorsqu’il eut terminé, elle les tourna vers le côté, semblant réfléchir. Et, toujours avec cette maitrise de soi, elle croisa ses mains sur ses genoux en répondant.

Je prends en compte votre volonté d’éviter le confit, mais vous ne paraissez pas saisir l’essentiel de nos propos. Conserver l’Empire « aussi intacte que possible » est fort louable, mais le fait est – j’insiste – que l’Isengard a été incorporée dans l’Ouistrenesse par la contrainte, de façon illégitime. Bien sûr, il y a eu le traité mentionné plus haut, mais l’on nous a forcés à le signer. Car voyez-vous, notre nation jouissait pleinement de sa souveraineté autrefois, et ne répondait à personne. Votre domination fut donc bel et bien une anomalie.

Il serait compréhensible que l’Empire souhaite conserver un territoire ayant fait sécession alors qu’il fut sous sa tutelle depuis toujours, tels Dol Amroth et Belfalas qui furent sous la juridiction du Gondor dès leur fondation. Or, les clefs d’Orthanc ont été offertes à notre Maitre par les souverains Dunedains il y a des années de cela. Et il en va de même pour les territoires que nous avons conquis, des contrées vierges et ignorées par les grands de ce monde.

Cette idée fantaisiste qu’était de faire vassal l’Isengard par la force des armes fut prise par le seigneur Aragorn, sans prendre en compte les traditions, les meurs, l’histoire de peuples sauvages comme les Hommes du pays de Dun, ceux de Druwaith Iaur, ou encore les fières descendants de numénoréens noirs dont le chemin s’était éloigné de celui de l’Arnor depuis des lustres.
Que penseraient donc les braves gens de Minas Tirith, Intendant, s’ils se retrouvaient à servir les seigneurs du Harad ou du Khand ? Ce serait une hérésie, convenons-le, car ces habitants, bien qu’humains eux aussi, ont un folklore, une langue, des usages à des lieux de ceux des terres du sud.

Comprenez ainsi qu’un retour de notre nation sous l’emprise de l’Ouistrenesse serait un délire insoutenable et inacceptable pour les miens, et je me dois d’afficher un refus net et catégorique à ce sujet. En revanche, votre proposition concernant les taxes sur les droits de passage rejoint la notre, il en va de même sur la question d’un appui martial mutuel. Sur ces derniers points, il y a matière à discuter et nous pourrions aisément trouver un accord.
»

Lentement, la femme avala de petites gorgées de la boisson qu’on lui présenta.


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denethor
Intendant de l'Empire de l'Ouest / PNJ

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2009

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Aucune.
Statut: PNJ

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 15 Fév 2010 - 19:19

Elle acceptait la négociation sur plusieurs points. C'était déjà quelque chose. Cependant, Denethor ne pouvait abandonner aussi facilement, s'il souhaitait rester le Grand Intendant de l'Empire.

"Je comprend la situation, Madame, ne vous méprenez pas sur ce point. Mais, aussi illégitime que cette annexion soit, elle était déjà consommée lorsque je fut investit de la garde de l'Empire. Si j'étais le souverain légitime de ces terres, je reconnaîtrais votre indépendance sans autre condition qu'un traité d'assistance mutuelle comme celui dont j'ai jeté les bases précédemment. Mais, je ne suis qu'un gardien. Et, en tant que tel, il me faut, et bien, garder."

Il n'y avait nulle trace de mensonge sur le visage ou dans les yeux de Denethor. Soit c'était un très habile menteur, soit il était réellement sincère. Mais, cette question n'avait pas ici grande importance, puisque la charge d'Intendant qu'il portait lui imposer de tout faire pour garder l'Isengard aussi étroitement lié à l'Empire qu'il le pourrait. Il reprit la parole après s'être à nouveau désaltéré, restant aussi calme et mesure que possible.

"Cependant, il me semble clair que vous ne resterez pas dans l'Empire. Je ne peux pas vous y retenir, c'est évident aussi. Je dois donc faire mon possible pour que les liens entre nos deux États restent aussi serrés que possible. Il y a deux points sur lesquels il me faudra insister autant que possible... Le premier consiste les mouvements de troupes, comme évoqué précédemment. Je me doit de garantir que les troupes de l'Arnor et du Gondor pourront circuler librement sur la Route de la Côte, sans qu'elles ne soient ralenties par les forces de l'Isengard. Ce point n'est pas négociable. En revanche, et pour ne pas vous inquiéter, si les armées de l'Empire devaient se déplacer ailleurs, ce mouvement serait soumis à l'approbation de votre gouvernement. Si vous acceptez cette condition, il me sera bien plus facile de négocier le second point sur lequel nous ne nous entendons pas."

Nouvelle pause de la part de l'Intendant, qui se permit d'observer plus en détail l'attitude de l'émissaire. Celle-ci restait sereine malgré les pressions qu'il exerçait, et cela forçait l'Intendant à faire des concessions. Il avait sentit dès le début de l'entretien, au ton décidé qu'elle avait employé, qu'il ne s'en tirerait pas sans lâcher du lest sur ses exigences. Il l'avait fait, il allait encore en lâcher un peu, mais ne pourrait pas faire plus.

"Vous me dites aussi que vous n'avez pas la même culture que nous. Voilà qui n'est pas faux. Je sais que votre territoire regroupe de nombreux peuples. Je ne compte pas intervenir dans vos affaires à leur sujet, ça serait tout à fait en dehors de mes prérogatives, mais ces peuples ne pourraient-ils pas nourrir à votre encontre les mêmes griefs que vous avez envers nous? Vos lois sont-elles aussi les leurs?"

L'Intendant eut un sourire désabusé.

"Vous apprendrez, si ça n'est pas déjà fait, qu'on est toujours le tyran de quelqu'un. Encore une fois, je ne vous cherche pas d'ennuis. Mais je me doit de m'assurer qu'au moins officiellement, l'Isengard reste attaché politiquement à l'Ouistrenesse. C'est là ce que la situation et mon poste me demandent. Rendez-vous compte que j'accepte de vous laisser l'indépendance que vous voulez, alors que c'est contraire à ce que ma fonction voudrait, en échange de l'incorporation de quelques lois de l'Empire dans vos textes. C'est plutôt une bonne affaire, ne pensez-vous pas?"

Il laissa un instant de silence pour que ses paroles fassent effet, avant de reprendre, sur un ton beaucoup plus pragmatique:

"Il nous faudra ensuite décider du montant des taxes, et d'une date limite pour que l'Empire retire de vos terres tous les personnels qui s'y trouvent. Je suis navré, mais je ne peux les rapatrier de suite, si je n'ai pas la capacité de les loger ou des les occuper. Il me faudra au moins un mois pour cela."


Un jour, Chuck Norris a perdu son alliance. Depuis, c'est le bordel en Terre du Milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 15 Fév 2010 - 20:40

La femme se releva, placide et froide.

Vos navires transportant des troupes pourront traverser nos eaux, à la condition que nous vous donnions notre accord. Cela s’appliquera aussi pour les voies de terre, bien sûr. Car en effet, une nation n’est pas souveraine si elle ne peut pas assurer et gérer pleinement l’intégrité de son territoire ; cette règle prendra effet non seulement vis-à-vis de vos armées, mais également de celles de nos autres voisins.
Vous n’apprécierez possiblement pas que nous ne vous offrions aucun traitement de faveur, mais selon notre point de vue aucun pays ami – aussi influent soit-il – ne vaut plus son pesant de sympathie que les autres.

Quand à une éventuelle collusion politique entre nos deux états, cela ne pourra point être possible non plus. Il n’est nullement dans nos intentions d’être réduits à des polichinelles engouffrant sans broncher n’importe quel décret ou loi. Ce serait, en somme, laisser une entité étrangère tirer les ficelles d’Isengard.
De surcroit, votre législation ne correspondra probablement pas à nos besoins, peut-être même fera t-elle fi de nos us et coutumes, créant des frictions parmi nos sujets.
Mais n’ayez crainte, Intendant, car nous sommes bien loin des nations barbares du Sud et de l’Est. Chez nous, l’esclavage n’a jamais existé, pour la simple et bonne raison que n’en avons jamais eu besoin, et je crois d’ailleurs pouvoir affirmer que nous sommes plus ouverts que l’Ouistrenesse sur certains points, dans le domaine des croyances et de la libre circulation des personnes, notamment.
»

Elle fit signe à ses suivants, qui la rejoignirent, visiblement prêts à se retirer.

« Nous n’avons rien à ajouter. Si des points ne vous semblent pas acceptables, je suis navrée mais vous devrez faire avec. Dans le cas contraire, nous pourrons mettre par écrit lors d’une futur rencontre tout ce qui fut consenti aujourd’hui. Je me permets à ce sujet de vous signaler que notre Maître organisera tantôt un nouveau Conseil Blanc ; nous espérons y voir une délégation de l’Ouistrenesse.

Que les Valars vous protègent.
»

La diplomate attendit une éventuelle dernière remarque de Denethor avant de se retirer.


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denethor
Intendant de l'Empire de l'Ouest / PNJ

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/06/2009

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Aucune.
Statut: PNJ

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Mar 23 Fév 2010 - 23:48

Denethor contempla froidement la femme qui lui faisait face. Toute trace de bonté avait désormais disparue de son visage, tandis qu'il mûrissait déjà ses projets futurs. Son ton était dur, glacial, et froid comme l'acier d'un couperet lorsqu'il prononça les mots qui sonnaient la fin de l'entrevue.

"Faites comme bon vous semblera, Émissaire de l'Isengard. Je vous ai donné mes conditions, vous les avez refusées. C'est votre droit, j'attends juste que vos en subissiez les conséquences avec dignité. Oui aux accords commerciaux. Non au pacte de non-agression et d'assistance mutuelle, la relation du Gondor avec votre contrée est réduite à un simple accord commercial. Je me moque bien que vous vous croyiez plus ouverts que nous, pour tout vous dire."

Il fit signe aux gardes d'ouvrir la porte et aux serviteurs de débarrasser la table et les fauteuils en vue de la prochaine entrevue, avant d'ajouter, d'un ton toujours aussi ferme et sans appel:

"Croyez bien que je suis navré que cela finisse ainsi. Mais vous posez des conditions que je ne puis accepter décemment sans remettre en question la force de l'Empire de l'Ouest. Je préfère vous concéder cette indépendance plutôt que de m'abaisser à accepter vos conditions... Soyez sans crainte, l'Empire saura se souvenir des services que vous lui avez rendus lorsque vous en faisiez partie."

Il se leva alors pour saluer la délégation, respectant le protocole, et lança d'une voix claire et forte:

"Qu'on fasse entrer l'envoyé d'Ayaral!"

Immédiatement, un serviteur vint chercher Ferethor, qui fut introduit sans plus tarder devant Denethor, croisant en chemin la délégation de l'Isengard.

"Et bien, quelles nouvelles d'Ayaral amenez-vous en ces terres, messire Ferethor?" s'enquit l'Intendant après l'avoir salué.


Un jour, Chuck Norris a perdu son alliance. Depuis, c'est le bordel en Terre du Milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferethor

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 117
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Lun 1 Mar 2010 - 14:59

Le calme de la salle dans laquelle Ferethor patientait depuis plusieurs heures, fut fêlé par le grincement des gonds de fer forgé qui supportaient la lourde porte de bois que venait d’entrouvrir un serviteur de la maison de Denethor.

- Le seigneur Denethor va vous recevoir, hâtez-vous !, murmura le serviteur en s’adressant à Ferethor.

- Je viens, répondit Ferethor.

Et alors qu’il s’approchait de la porte, la pièce fut emplie des réverbérations sonores de la voix sèche et forte de l’Intendant. Celui-ci congédiait fermement une émissaire de l’Isengard que Ferethor croisa à l’embrasure de la porte. Elle sortait de la salle du trône d’un pas pressé et salua le Núménoréen d’une inclinaison de la tête comme ce dernier faisait un pas de recul pour lui céder le passage.

Ferethor fut conduit dans la vaste salle de marbre où trônaient depuis le majestueux trône des Rois du Gondor.
Là, assis sur un haut siège de bois noble, près du trône, était assis l’Intendant. Il paraissait un homme vieux et usé par le temps et les années de régence. Pourtant, à l’approche de Ferethor il se leva et rejeta en arrière son épais manteau de fourrure noire pour accueillir le Núménoréen.
A cet instant, il sembla à ce dernier que l’Intendant était devenu immense comme il se redressait de toute sa hauteur et que sa voix forte l’invitait à exposer les raisons de sa venue.

Ferethor, s’avança jusqu’au bas du promontoire de pierre blanche et déclara :

- Merci de me recevoir seigneur ! Je me nomme Ferethor, fils de Vesparion, le gouverneur de la cité d’Andúnië en Andustar !
Je suis mandaté par le seigneur Elfe Ayaral, prince de Mithlond, que j’ai l’honneur de représenter.
Je viens vous soumettre une proposition de sa part
.


Ferethor marqua un temps d’arrêt pour s’assurer qu’il pouvait maintenant exposer les raisons de sa présence et que l’Indentand était disposé à écouter la suite, avant de reprendre.

- Le seigneur Ayaral est, comme beaucoup de seigneurs, très préoccupé par les nouvelles venant de l’Est et les soubresauts diplomatiques qui agitent l’Empire des hommes libres.

En orient et au nord, des combats se préparent et des troupes se rassemblent. On dit que l’Erebor serait en reconstruction bien avancée et que les princes orientaux auraient des vues sur cette richesse nouvelle.

De nombreux royaumes de l’Empires tentent également de se soustraire à leurs engagements et commencent à remettre en question leur vassalité au profit de demandes d’autonomie toujours plus grande
.


Alors qu’il prononçait ces mots, Ferethor se tourna légèrement vers la porte par laquelle il était entré et qui avait servi à l’émissaire de l’Isengard de sortie. Il ne faisait aucun doute qu’il évoquait à cet instant les demandes pressentes du royaume de Curunir.

- Aussi, reprit-il, je porte vers vous en ces jours incertains, une marque de réconfort. Les Elfes vous offrent officiellement, et si vous l’acceptez, une promesse d’appuis et d’aide matérielle.
Il s’agit de sceller une alliance entre les Elfes et les hommes. Une de celle qui existèrent par le passé et qui firent la force de l’Ouistrenesse. Le peuple Elfe, que le seigneur Ayaral représente à travers moi en a besoin. Tout comme le Gondor pourrait avoir besoin des savoirs et techniques elfiques. Ce que veut Ayaral, c'est la constitution d'un réseau commercial commun, une flotte commune, … bref, une alliance forte et durable.

Ainsi se propose à vous le soutien et l’appui des Elfes de l’Ouest !


Ferethor avait parlé d’une voix claire et passionnée. Son cœur était embrasé au regard de l’importance du message dont il était le porteur.
Il savait qu’il ne pourrait conclure aucun accord sans s’en être référé préalablement à Ayaral mais il ne savait pas ce qui découlerait de cette proposition franche, honnête et noble comme l’étaient toujours celles des peuples Elfes.

C’était peut-être d’ailleurs là que résiderait peut-être l’éventuelle réussite de la démarche. Au-delà même de la parole du seigneur Ayaral, les pactes des elfes étaient toujours synonymes de garanties fortes, d’intelligence et de bon sens.

Il marqua un pas de recul et s’inclina légèrement pour recevoir les réponses de Denethor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toranur
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 1366
Age : 28
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Race: Numénorien Noir
Possessions: Trésor Royal d'Angmar
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   Jeu 6 Mai 2010 - 18:47

Escorté par les Gardes de l'Arbre Blanc, Toranur entra dans l'antichambre des diplomates où se trouvait dans un chaos indescriptible des délégations marchandes, d'exotiques ambassadeurs, des militaires défraîchis et quantité d'autres personnages tous hauts en couleurs et piaillant à qui mieux (mais en toute discrétion) en attendant son tour. Jetant un regard négligent sur cette foule qui s'était tournée vers lui lorsque les portes s'étaient ouvertes, Toranur se dirigea vers un endroit moins encombré que les autres et s'appuya contre le mur tandis que les deux costauds qui l'accompagnaient poussèrent discrètement mais fortement les murailles humaines présentes afin de préserver un espace de dignité à leur souverain.

Le sourire moqueur aux lèvres, Toranur se mit à attendre, persuadé qu'il serait le prochain introduit et que son attente serait courte... Denethor avait déjà du être prévenu depuis un long moment de sa présence.




Les soldats vivent mais ne savent pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2301-une-vie-au-service
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La salle du trône et le château   

Revenir en haut Aller en bas
 
La salle du trône et le château
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» La salle du trône et le château
» La Salle du Feu
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Gondor :: Minas Tirith-
Sauter vers: