Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Les Portes de l'Isengard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Jeu 22 Fév 2007 - 12:22

Vakalor écouta les demandes du garde qui semblait être d'un meillieur rang que ceux de l'entrée.





Bien j'accepte de laisser ma monture ici j'ai confiance

en vous messieurs je pense que vous pouvez la garder et en prendre soin[color=Black].



Vakalor descendit de sa monture et quand il apprit
qu'il serait reçu par Grima sous osn casque Vakalor se mordia la lévre
pour expremié ca décéption alors il tenta d'insisté





[color:0368=Black:0368]Quoi
Grima ? Je ne suis pas là pour parlé avec les serviteurs tél que cette
homme. Je suis ici pour voir Saroumane et non son vasal alors menez moi
à votre maître en Orthanc je vous pris



Pëndant que les gardes répondents Vakalor
observait le terrain de L'Isengard qui avait fortement changer comparer
à ce que on lui avait rapporté comme image ...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Jeu 22 Fév 2007 - 12:28

HJ: désoler mais j'ai quelque probléme avec les couleurs ^^ je reposte le noir et le reste




Vakalor écouta les demandes du garde qui semblait être d'un meillieur rang que ceux de l'entrée.


Bien j'accepte de laisser ma monture ici j'ai confiance
en vous messieurs je pense que vous pouvez la garder et en prendre soin


Vakalor descendit de sa monture et quand il apprit
qu'il serait reçu par Grima sous osn casque Vakalor se mordia la lévre
pour expremié ca décéption alors il tenta d'insisté.



[color:028c=White:028c]Quoi Grima ? Je ne suis pas là pour parlé avec les serviteurs tél que cette
homme.Je suis ici pour voir Saroumane et non son vasal alors menez moi
à votre maître en Orthanc je vous pris [color:028c=Teal:028c]



Pëndant que les gardes répondents Vakalor
observait le terrain de L'Isengard qui avait fortement changer comparer
à ce que on lui avait rapporté comme image ...
Revenir en haut Aller en bas
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Ven 23 Fév 2007 - 22:02

Les gardes s’écartèrent alors et laissèrent le passage à un petit homme sombre
Grima, visiblement peu amical envers le cavalier du Rohan, répondit :


Mais que croyez-vous, que l’on rentre en Orthanc comme dans un moulin ? »

Puis, se calmant :

« L’orgueil des Rohirims ne cessera donc jamais d’exister…Estimez-vous heureux d’être reçut par mon maître, un seigneur pouvant écraser votre pays en n’ayant qu’à prononcer seulement quelques mots. »

Les portes s’ouvrirent, laissant le passage à Vakalor.
Il du marcher entre les fonderies, les roues en fer, les cheminés crachant de ténébreux panaches, et les profondes crevasses dont sortaient le bruit de milliers de marteaux en actions.
L’endroit grouillait d’ouvriers orcs, et les Numénoréens Noirs n’étaient réservés qu’à la défense de la citadelle.
Après s’être frayés un passage entre toute cette racaille croyant voir arriver son repas, Grima et l’humain franchirent les cloisons de l’indestructible tour.


[Allez à : La Salle du Trône.]


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion Elessar
Personnage mort

avatar

Nombre de messages : 179
Age : 27
Date d'inscription : 05/01/2007

Feuille de personnage
Race:
Possessions: Aucune.
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Ven 16 Mar 2007 - 21:25

(provenance "la chambre des Ents")




Il n'était pas très tard, à peine dix heures du soir. La nuit n'avait pas avalée toutes les lumières de ce monde, mais en ces lieux aucune lumière ne pouvait survivre à elle.
La lune était cachée, narguée par des nuages bien différents de ceux que l'on apercevait habituellement. Ils étaient d'un noir encore plus ténébreux que la terrible tour d'Ortanc, ne laissant aucun espoire au soleil pour le lendemain. Ils étaient de plus d'une épaisseur incroyable, ils semblaient lourd comme ayant des difficultés à avancer. Le froid, le vent était froid, gelé, impossible de ne pas frissonner.
Il y avait un mal qui se préparait en ce moment même, un mal qui avait rassemblé toutes ses forces. Elle le sentait, Alùniël le sentait, mais bien trop faible pour s'en soucier, elle s'approcha des portes d'Isengard voyant gardes et orcs s'avancer et se méfier d'elle.
Epuisé, elle n'avait plus la force de s'expliquer et s'écroula alors sur ses genoux face à eux. Son corps était couvert de plaies et de bleus, mais ils ne voyaient pas sa vraie douleur, non il ne pouvait la voir.
Elle leva alors la tête, la mettant à leur hauteur, et tendit son bras, non par désire d'aide mais comme touchant une chose inexistante.
Une voix sombre sortit alors de ses douces lèvres, une voix bien différente d'elle, bien différente de son être antérieur, semblable à celle qu'elle avait eu à la lisière de la forêt. Ses yeux fixèrent le vide ne cherchant plus le matériel mais le spirituel.
Un langage étranger aux orcs apparue alors à leurs agressives oreilles, et comme par dégout ils reculèrent essayant en vain de comprendre ce langage trop pure pour eux.

Man hlaruva rávea súre
ve tauri lillassie,
ninqui carcar yarra
isilme ilcalasse,
isilme pícalasse,
isilme lantalasse
ve loicolícuma;
raumo nurrua,
undume rúma ?.......



Qui entendra le vent rugissant
Pareil aux innombrables feuilles des forêts,
Les blanches roches grogner
Luisant dans la lumière de la Lune,
S'évanouissant dans la lumière de la Lune,
Chancelant dans la lumière de la Lune,
Pareil à un feu follet ;
La tempête gronder,
Les abysses se soulever ?



Son corps ne supporta pas ces paroles est sombra dans l'oubli....Elle tomba alors sur le coté, laissant ses paroles dans le flou...sans fin.
Les orcs ne savaient que faire devant cette elfe évanouie, ainsi là devant eux, qui plus est étrange....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion Elessar
Personnage mort

avatar

Nombre de messages : 179
Age : 27
Date d'inscription : 05/01/2007

Feuille de personnage
Race:
Possessions: Aucune.
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Dim 18 Mar 2007 - 11:01

Au milieu de ce chemin devant les immenses portes de l'Isengard, gisait donc là, l'elfe. Les orcs étaient entièrement affolaient par elle mais en même temps excitaient. Ils ne savaient que faire et ainsi un petit rassemblement d'à peine une dizaine d'orcs se regroupa autour du corps. Il semblait sans âme qui vive. Elle était blanche comme la mort et enduie de rouge par les fines gouttelettes de sang qui ondulaient sur toute la surface de son corps. Ses cheveux étaient encore plus noir qu'auparavant , et leurs boucles étaient étalées sur le sol telles des vagues. Ses habits n'en étaient pas moins abimés, ils étaient en lambeau , ne cachant plus ses jambes et son dos.

Les orcs, à force de curiosité, se regroupèrent alors pour se demander que faire. Car ne sachant de quel alignement elle faisait partie il ne pouvait en déduire que sa race, par ses oreilles pointues, et ne pouvait alors avec certitude assouvir leur désire de torture et de tuerie.
Un questionnement se posa, comment et que faire du corps? Etait elle déjà pour commencer morte?
Pour cela il devait, par eux même aller vérifier, mais la peur était bien trop grande. Peur de cette inconnue, peur d'une tromperie qui pourrait être faite à leur encontre, peur d'un retour en force les amenant donc à la mort et la souffrance.
Bien qu'ils soit sans pitié et d'une extrème cruauté, aucun ne voulu y aller...La terreur d'un non retour était bien trop grande. Bestial mais peureux.
Certains commencèrent à entreprendre certaines solutions.
Par leurs arcs envoler tout danger et d'une flèche se sentir rassurer , mais d'autres ne trouvaient pas cette idée à leur gout. La peur d'une représaille , si l'elfe était précieuse à leur maître ils ne voulaient imaginer les suplisses qui leurs sauraient alors affligés. C'est ainsi que, en empéchant certains de tirer, une querelle commenca, donnant des coups de poins, de pierres et bien d'autres armes qu'ils avaient su se faire en prenant chose et autre là où leurs mains passaient.
Jusqu'au moment où l'une des portes s'ouvrit laissant apparaitre un des leurs. Il était pourtant différent, le visage marqué par la souffrance et la torture, ne reflétant que la douleur qu'il avait du subir depuis sa confection. Il était aussi plus grand et son armure n'était pas faite de cuire et d'un faible métal comme les autres, mais d'un acier puissant recouvrant tout son corps, une armure tranchante ne laissant aucune chance aux doigts qui tenteraient de l'éffleurer.
Ils s'approcha donc de la dispute qui s'était créé et par un gèste imposant de son bras, il sortit une longue dague au rebord recourbé, la dague d'un elfe surement approprié au cours d'un combat.
tous se retournèrent alors vers lui et cessèrent leur combat, le regardant les yeux grands ouvert comme sentant une faute de leur part. car il était, et cela pouvait se voir, d'un rang supèrieur et la vision qu'il venait d'avoir l'avait mit dans une colère affreuse.
Il cracha alors des paroles, des injures qui auraient put glacé le feu.

"Uglúk u bagronk sha pushdug Saruman-glob búbhosh skai"



Tous s'arretèrent et se reculèrent les uns des autres laissant apparaitre à quelques mètres le corps de l'elfe.

Burzum, car tel était son nom qui signifiait "ténèbre" dans le noir parler du mordor, rèsta alors là étonné de ce paquet offert par la force et l'appel du modror, mais ne le montrant pas il s'approcha lentement de celle ci d'un pas lourd mais silencieux . Les cris et hurlement bestiaux laissèrent place au silence, à une tension intense.
Burzum, arrivait devant le corps se baissa, contemplant le corps inerte et apercevant un léger pendentif, accroché à une fine chaine, certif d'une pierre qui semblait avoir perdu sa lumière d'origine.


"C'est une Eldar bande de porc! ...surement cette Eldar venue depuis peu, mais je doute que vu la taille de votre boite cranienne vous ayez pris le soin de vous en rappeler!
Vos arcs vous auraient couté la plus affreuse de souffrance...Chance que certains soient quelque peu plus réfléchis que d'autres!!"

Un orcs, semblable à un singe, sortit du rang et s'approcha alors.

"Mais si elle avait été....un...ou...enfin quelqu'un de puissant...elle aurait pu nous tuer ou pire!!!....c'était trop dangereux!"

Burzum ne bougea pas, et resta accroupit devant l'elfe fermant les yeux et écoutant avec supplice les paroles de ce sot, comme avec patience et sagesse. Mais avec discrétion il avait empoigné sa lame et d'un bond il se releva et décapita d'un coup bref l'orc qui avait eu l'audace de lui répondre.


" Y a t-il d'autres plaintes?.....La peur ne justifie rien et voyez, même si il ne s'ait pas approché de l'elfe il à tout de même subit la mort. Et ce devrait être le cas pour vous tous!!...Mais je serais stupide et me rabaisserais à vous tas de fumier en faisant cela, car que cela vous serves de leçon!!!! ...si vous devez mourir ou souffrir pour le mordor...et bien souffrez , sinon votre mort sera encore plus lente et douloureuse si nous vous retrouvons!!
Retenez cela: Aucune torture, agonie et mort n'est plus affreuse qu'en ces lieux...tachez de le retenir..

Maintenant retournez à vos postes pourriture! et ne pensez pas vous en sortir aussi facilement....Vous subirez chacun la sentence du fouet!!!!! Dégagez misérable!!"

Il désigna du doigt alors deux orcs qu'il regarda avec des yeux emplis d'un mal effrayant.

"Vous deux! portez la jusqu'à la tour d'Ortanc, je vous indiquerez le chemin de sa chambre!...grouillez vous, incapables!"

Ils s'approchèrent de l'elfe est la prirent sans aucune délicatesse, l'attrapant par le bras gauche et l'épaule droite, par le pied droite et le genoux gauche.
Ils marchèrent ainsi vers la tour derrière leur supèrieur, le suivant d'un pas peu rassuré.

(directin"une chambre en Ortanc")


(HRP:Désolé pour ce pavé mais vu que je dois , seule , écrire mon histoire, je prend plaisir à le coudre et recoudre de détails inutiles^^...désolé encore et bon rp.)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion Elessar
Personnage mort

avatar

Nombre de messages : 179
Age : 27
Date d'inscription : 05/01/2007

Feuille de personnage
Race:
Possessions: Aucune.
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Ven 23 Mar 2007 - 22:22

(Provenance:"une chambre en Ortanc")


Après avoir rapidement monté l'étalon mit à sa disposition par Burzum, Alùniël put se mettre en route vers les imposantes portes de l'Isengard.
C'était un étalon vieux et fragilisé par les lieux. Il semblait mourir, se décomposer, pourrire par un mal inconnu. Il était d'un noir abusif, bien trop noir, comme capturant toute lumière en son être, aspirant jusqu'à la plus simple, infime et insignifiante de ces lumières.
L'on pouvait donc voir sur le chemin qu'elle empruntait, la silhouette d'une bête répugnante et ténébreuse, abîmé, et sur elle , de la même manière, la carrure d'un être élancé détruisant toutes formes de vie, son physique glaçant le plus silencieux et discret battement de coeur. Elle était aussi d'un noir brutal du au manteau donné par son pantin, un manteau tombant jusqu'à ses chevilles lorsqu'elle fut sur sa monture. Tombant sur ses genoux lorsqu'elle se tenait droite et fière. Il était en réalité d'un vert foncé qui avait subit trop longtemps l'enfermement des pièces obscures de ces lieux, en ayant de la même manière pris l'odeur. Mais l'elfe était d'une pureté incroyable et sous le capuchon qu'elle avait alors mit pour se couvrir du soleil, dont elle avait du mal à en supporter l'arrogance, l'on pouvait voir la couleur laiteuse de sa peau, ainsi que soit regard de glace.


Après une bonne heure, elle arriva devant les portes, l'antre de la dominance. Son avancé vers elle avait était longue du à sa monture mais surtout par ses douleurs se faisant de plus en plus prononcées. Approchant alors d'un amas de pitoyables bestioles, innommables d'après elle, Elle décida alors de les rejoindre pour s'informer sur ce qu'elle semblait sentir, ressentir.
La voyant approcher, ils se demandèrent qui elle était et furent impressionnés par la présence dont elle faisait part. Arrivé à leur hauteur elle baissa alors juste le regard, ne voulant abaisser la tête pour ces "faibles". La capuche recouvrait la moitié de son visage et l'on pouvait voir juste ses lèvres, recouverte de fines gouttelettes de sang du au cassures, qui prononcèrent alors des mots injurieux sans pour autant l'être, des mots qui atteignaient directement le coeur de ceux qui l'entendaient, le leur fissurant.




"....Eldar, tel est mon rang, et comme tel vous devez me traiter!...Y a t'il quelqu'un un minimum au courant des nouvelles de ces terres? ....J'aimerais avoir de précieuses informations, des informations cruciales!..."


Un des leurs s'avança alors vers elle.


"....Nous ne vous connaissons pas..Mais..je crois que je peux vous le dire..je..enfin...la guerre est partout...tant en Rohan...que ..enfin je crois...en ces lieux...on ma dit que des guerriers avaient installé un campement aux frontières de ces lieux....Je pense que ce sera là, une bataille bien trop importante pour que vous puissiez tenter d'y participer.....enfin..vous risqueriez de vous abimer..de vous blesser..."

Les orcs purent voir alors la totalité du visage de cette inconnue, car elle l'avait dévoilé en enlevant la capuche, l'ayant prise de chaque coté et posé avec délicatesse sur ses épaules. Ils furent figés, ne pouvant aligner mots, comme abusé par une sorcellerie.



".....Ses guerriers, comme vous dites, sont de la race des hommes?...Et d'où proviennent ils?...Répondez!"


Il leur fallut un petit moment de réflexion, un moment pour revenir du doux rêve, de ce doux rêve, de cette douce vision qui les avait plongé dans l'inconnu.


"...Et bien..je crois...enfin oui..j'en suis sure...Mais.."

Son regard devint alors de braise...Son visage palit, encore plus marqué par la souffrance et la colère..Tout en rèstant neutre et vide de toutes émotions....Un contraste et une opposition des sentiments se faisant choque.

"Silence!!...Qu'il en soit ainsi, les hommes sont venus à nous, à moi....Qu'il en soit ainsi."


Sans un mot elle remit sa capuche et releva sa tête comme regardant au loing. Elle détourna la tête vers la suite de son chemin, et s'en alla à sa rencontre. Elle partit comme elle était venue...Aussi froide et belle, repoussante et intriguante.


(direction"aux frontières de l'Isengard")



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krell
Dieu-Roi Mort-Vivant

avatar

Nombre de messages : 386
Age : 27
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Race: Homme de l'est
Possessions: Ma colère.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Dim 1 Avr 2007 - 11:21

"Puisse les esprit t'accordé la grâce de les rejoindrez aux paradis des guerriers...puisse ton âme rechapé des terribles démons...tient...voici tes armes pour les combattre...et par la même gagné ta place aux paradis...rejoint tes ancêtre mon frère..."

Krell déposa sur le cadavre encore chaud d'un de ses guerriers une lourde épée et un bouclier neuf...disposé sur le vaste char de Krell,le guerrier honoré était étendus sur un lit,l'empereur de l'est et plusieurs autres guerriers a ses cotés...

Le « dieu de la guerre » ne portait pas son lourd casque, il ne portait que son immense armure…sa hache de guerre maudites était encore posé sur le trône…les autres guerriers ne portaient aucune armure…si ce n’est une épaulette…le torse nu et les jambes couvertes par un large pantalons pourpre, le corps musclé couverts de cicatrices et le visage bourru et mal rasé, nul autre homme sur la terre ne ressemblait a un oriental…


"...pourquoi somme nous venus...avons nous été si stupide?..."

dit Krell a voix basse...voila trois jours que la horde avait quitté le gouffre de helm,marchant a vive allure vers le nord dans le but d'échappé a l'oeil de Sauron...Les féroces guerriers orientaux étaient d'une endurance rare pour un homme,pourtant,même eux étaient extenué après une si longue marche...de nombreux guerriers étaient mort suite a leur brûlure et ceux malgré les soins disposé par les chamanes...la horde de l'est était hagard...non Krell n'avait pas perdu nombre de ses guerriers,une infime partie de ses forces étaient tombé au champs d'honneurs...mais...pourtant...les orientaux ne semblaient plus eux même...ils étaient lents,impuissants,Krell avait l'impression d'être seul au milieux d'une vaste armée de mort vivants...et...même le plus fort de tous les guerriers ne se sentait pas très bien...la haine l'avait quitté,la nourriture venait a manquez,sans bases de ravitaillement,Krell devait compté sur ses propres hommes pour se nourrir...la pluie tombait depuis maintenant deux jours sans s'arreté,et Krell lui meme avait du se metre a l'abris de la pluie tellement elle était froide...

La haine avait quitté les guerriers de l'est...leur folie destructrice avait été expié suite a un voyage des plus exténuant...et le roi guerrier se demandait si il arriverait un jour a la ranimé...lui même ne se sentait même plus capable de tenir sa hache...a chaque fois qu'il posait ses doigts sur le manche d'acier noir...Krell se sentait perturbé...comme si Melkor lui même fouillait son esprit a la recherche d'une trace de trahison...


"L'isengard!"

La voix d'un guerrier retentit dans la vallée ou marchait la horde de l'est...Krell termina le bûcher funéraire du guerrier tombé et il mit le feu au bois mort avant de remonté sur son char...il posa son impérial corps sur le trône impérial et très vite une troupe d'esclave vint le soulevé

"...nous somme arrivé...j'espère que L'isengard ne nous a pas trahis lui...si c'est le cas...nous somme perdu..."

La horde s'arrêta a quelque kilomètre de l'immense tour noir...et seul Krell, monté sur sa monture et suivit d'une vingtaine de ses gardes pourpre continua le chemin...droit vers les portes...le petit cortége des soldats les plus craint de l'est s'arrêta a quelque mètre des portes...

"...Orcs de la main blanche...je suis Krell...seigneurs de l'est...chef des 30 tribus...(16 originaire du Rhun et 13 installé au rhovanion...la dernière tribus n'était autres que les puissants gardes pourpre)...empereur du Rhovanion...et Fidel ami de votre maître...je vient parlé...politique..."


"Le réconfort est un mythe que l'on sert aux jeunes jusqu'à ce qu'ils soient prêts a affronter les épreuves et les souffrances de la vraie vie."


Thème de Krell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6954-krell-le-dieu-roi
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Dim 1 Avr 2007 - 21:31

Les hommes de l’Est auraient été arrêtés par les épaisses murailles aux frontières de l’Isengard si ils n’étaient point considérés comme alliées d’Angrenost.
Mais l’Istari avait grande confiance en eux, et les portes leurs furent ouvertes de bon gré.
Ils virent alors de loin la fumée s’élever des entrailles de la Tour, prouvant que le magicien n’en finissait jamais avec ses créations tout aussi monstrueuses les une que les autres.

Une fois devant la porte du cercle de pierre, les courageux guerriers virent des hommes habillés de blanc et d’argent, les Gardiens de la citadelle, se concerter un moment.
Puis, après une cour instant, on leur ouvrit le passage et les invita à venir se restaurer.
La nourriture était abondante et le vin délicieux ; on monta des tentes a perte de vue pour loger les combattants.
Il y avait cependant un consigne à respecter : ne jamais s’approcher des forges ou de l’entrée des sombres tunnels car c’était là que se trouvait le plus grand secret du Maïa…

Les nouveaux arrivant purent constater que Fangorn avait diminuée d’un quart depuis leur dernière venu et un paysage de cendre s’étendait tout autour des lieux, ce qui créait un contraste avec la beauté des soldats de la Main Blanc et de leur blason si lumineux.
On vint chercher l’Empereur-Guerrier et lui fit comprendre que le souverain des lieux était prêt à le recevoir.


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Ven 11 Mai 2007 - 17:49

Farad arrivait à aux porte de l'Isengard.
Lui qui avait tant marché s'accorda un repis. Les portes etaient hautes et larges, plusieurs soldats les gardaient. Orthanc n'etait qu' une trentaine de kilometres...
L'oriental etait épuisé, bien qu'il fit tout pour paraitre le contraire. Cimetterre à la main, il s'avença vers les gardes, evitant à tout prit un geste qui pourrait etre prit pour hostile.

- Salutation ! annonça-t-il d'un air qui se voulait naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Ven 11 Mai 2007 - 22:07

Les gardes, du haut des sombres murailles, regardèrent un instant le nouvel arrivant puis l’un d’eux demanda.

Salutations, homme de l’Est. Le Seigneur Krell fut le dernier Oriental à fouler cette terre bénite par Melkor. Ainsi, que vous amènent-ils en ses lieux ? »


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Mar 15 Mai 2007 - 8:15

Farad s'arreta.
Il leva la tête pour regarder le haut des muraille : plusieurs gardes s'y tenaient, tous etaient fortement armés. L' Isengard savait proteger ses frontières...Il repeta mentalement mentalement une phrase qu'il avait preparé, dans le cas où on lui poserait cette question.

-Je suis venu de Minas Tirith, ou j'ai combattu contre les hommes du Gondor, jusqu'ici. Je cherche simplement un endroit où je pourrais me reposer quelques jours. J'ai la capacité de servir ce pays par bien des moyens. Encore faut il que j'arrive à Orthanc...
Puisque je n'ai aucune intention belliqueuse à l'egard de cette nation, pourriez vous me laisser passer ?

L'oriental avait pronomçé ces paroles tel qu'on ne puisse dire s'il mentait ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Mer 16 Mai 2007 - 23:02

Les gardes s’échangèrent un regard puis disparurent de la vue du nouvel arrivant.
Quelques minutes plus tard, ils revinrent et l’un d’eux annonça :


Bien, vous pouvez passer. Néanmoins, il est toujours probable que vous soyez un espion du Gondor. Sachez donc que, même si nous sommes théoriquement neutres, nous n’accepterons point que des étrangers viennent fouler nos terres avec de très mauvaises arrières pensées. »

Le garde émit un léger sourire et dit :

« Mais allons, tout peut bien se passer. L’auberge de l’Hibou Grand-Duc se trouve non loin de là. Vous pourrez y trouver repos et nourriture. Bon vent et que Melkor vous bénisse ! »


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Dim 20 Mai 2007 - 9:11

Les quelques minutes pendant lesquels les gardes disparurent, avait paru très longues à Farad Khan. Ainsi quand un soldat lui annonça qu'il pouvait passer, il soupira bruyament.
Il declara :

-Merci de votre clairvoyance. Sachez que mes intentions sont louables et que je hais le Gondor au plus haut point.
"Ai je vraiment l'air d'un espion Gondorien ? " se demanda tout de même l'oriental.
Sur ce il fit quelques pas et franchit la porte qui le separait de cette nouvelle contrée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Mer 23 Mai 2007 - 12:03

Farad khan avançait droit vers Orthanc.
"Une fois là bas, je pourrais me payer un festin digne d'un prince." songea-t-il.
A cette pensée, il fouilla nerveusement dans sa bourse...
... sa bourse. La main de l'oriental n'avait rencontré que du vide ! Elle avait disparu ! Curieusement Farad ne l'avait même pas touché depuis son depart de Minas Tirith. Il etait furieux, un mois auparavant, il avait de quoi s'acheter un cheval, et aujourd'huie, il etait plus pauvre que le plus miserable des mendiants. Il lui fallait, au plus vite, trouver un moyen de gagner quelques sous.


C'est avec un certain etonnement, que les gardes frontieres Isengardiens virent l'etranger, qu'ils avaient fait entrer quelques minutes plus tot, revenir vers eux et leur demander :
- Dites... Est ce que votre Maitre recrute ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Mer 23 Mai 2007 - 17:24

J’espère, oui … Répondit une voix féminine au ton froid derrière l’homme. Alastrìona venait en effet d’arriver au but de son voyage : les Portes d’Isengard. Son capuchon comme toujours rabattu sur son visage pâle, elle avait les yeux fatigués mais du même noir intense que d’habitude, soulignés de deux cernes sombres, résultats de ses longues nuits de marche. Son manteau de voyage était abîmé, déchiré par endroits, révélant quelques plaies superficielles, souvenirs de combats, sans laisser cependant voir les deux armes qu’elle portait : sa dague et son épée.

Malgré sa fatigue, on pouvait sentir chez Alastrìona une certaine force qui, même en étant dissimulée derrière un masque de faiblesse n’était jamais totalement invisible. S’approchant donc de l’homme qui avait parlé juste avant et des gardes sur qui elle lança un regard qui en disait long, la jeune femme défit son capuchon, laissant tomber sur ses épaules sa cascade de cheveux noirs, pour l’instant sales et emmêlés avant de s’asseoir sur un rocher proche pour verser un peu d’eau sur sa peau blanche barbouillée de noir. Puis, d’une voix toujours aussi glaciale mais non inamicale, elle salua Farad, se levant à nouveau, ignorant les gardes, sans leur lasser le temps de répondre à sa requête :


Ainsi, vous aussi venez quérir Saroumane le Magicien ? Je doute cependant que nous ayons les mêmes motivations pour nous mettre à son service, si j’ose dire …

Laissant ensuite le loisir à l’Oriental de répondre, Alastrìona se demanda intérieurement ce que le Magicien répondrait à sa propre requête, car il était vrai qu’à quelques exceptions, les terres du Milieu n’étaient pas réputées pour être dirigées par des femmes, si puissantes soient-elles. Mais la jeune femme ne se faisait pas des soucis, elle savait négocier, convaincre et faire ses preuves devant quelqu’un, fusse t-il le détenteur des clés d’Orthanc. Les hommes en armure ne poseraient pas non plus de problèmes, sachant qu’à sa simple véritable apparence, on ne pouvait la croire du côté de la Lumière et de ces Elfes stupides : elle verrait Saroumane, avec ou sans l’accord des gardes, avec ou sans cet homme qui semblait furieux et hâtif de passer les Portes pour une raison quelconque …
Revenir en haut Aller en bas
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Jeu 24 Mai 2007 - 0:44

Les gardes s’apprêtèrent à répondre à Farad lorsque une jeune femme apparut, d’une impressionnante beauté malgré ses sombres habits et son allure fort mystérieuse.
De nombreux marchands ou simples voyageurs avaient l’habitude de passer sur cette route, mais les nouveaux arrivants n’avaient point l’air de vouloir conclure de fructueuses affaires sur ce riche état qu’était l’Isengard.
Cette impression se renforça lorsqu’ils exprimèrent leur volonté d’être reçut par l’Archimage pour recevoir un poste décent.
Les soldats s’échangèrent un sourire, on voyait bien que ses personnages n’étaient pas d’ici, auquel cas ils auraient su que rencontrer l’Istari était un privilège que bien peu pouvait se venter d’avoir obtenu.
L’officier prit la parole :


C’est juste, l’Isengard recrute. Je pourrais vous conseiller de rencontrer plusieurs personnages plus ou moins influents, mais il me faudrait des précisions sur ce que vous souhaitez devenir… »


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.


Dernière édition par le Jeu 24 Mai 2007 - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Jeu 24 Mai 2007 - 17:59

Une jeune femme semblant surgir de nulle part lui adressa la parole.
-Ainsi, vous aussi venez quérir Saroumane le Magicien ? Je doute cependant que nous ayons les mêmes motivations pour nous mettre à son service, si j’ose dire…
Il l'observa un instant : Elle avait une beauté surprenante...et un manche d'epée depassait de sa cape verte.
- Qui sait ? lui repondit-il avec un air enigmatique.
Les gardes lui adresserent à leur tour la parole.
-c'est juste. l’Isengard recrute. Je pourrais vous conseiller de rencontrer plusieurs personnages plus ou moins influents, mais il me faudrait des précisions sur ce que vous souhaitez devenir…
-Tres bien, anonça alors Farad khan avec assurance, disons que j'ai un certain don pour le tir à l'arc et pour tuer en general voir... assassiner.
Si on avait put douté de la veracité de ces dires plusieurs fois auparavant, on ne pouvait lire aucune embiguîté dans le regard de l'oriental.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Jeu 24 Mai 2007 - 20:19

C’est juste, l’Isengard recrute. Je pourrais vous conseiller de rencontrer plusieurs personnages plus ou moins influents, mais il me faudrait des précisions sur ce que vous souhaitez devenir…

Les paroles prononcées par un officier qui gardait les portes firent se retourner Alastriona. Des personnages plus ou moins influents ? La seul homme, ou en l’occurrence Istari qu’elle souhaitait rencontrer était Saroumane le Magicien, mais si énoncer à cet homme ses pratiques et désirs sur le sujet, elle le ferait. L’Oriental, après une réponse brève et énigmatique à son égard, répondit le premier :

Très bien, disons que j'ai un certain don pour le tir à l'arc et pour tuer en général voir... assassiner.

Une sorte de mercenaire, donc, disons un mercenaire ne faisant ce métier que pour l ‘argent, le plaisir de tuer. C’était cela qui la répugnait chez les hommes : cette sorte de brutalité permanente chez la plupart d’entre eux. Quel honneur y avait-il à poignarder dans le dos, à trancher un cou tel un barbare ? Non vraiment, un combat à la loyal, ou presque, valait mieux, sauf cas de force majeure. Mais après tout, Farad n’avait peut-être pas tous ces défauts que la jeune femme lui trouvait. Se taisant donc, mais surprenant le regard de l’Oriental sur le manche de son épée, elle écarta les plis de sou manteau, révélant le fourreau de son épée et sa courte dague à la ceinture : mieux valait mettre les choses au point dès maintenant, cela éviterait certainement quelques commentaires.
Après réflexion, elle s’adressa à son tour à l’officier :


Des précisions ? Pour faire simple, je dirais mercenaire : voleuse, pilleuse, tueuse … mais le camouflage, l’espionnage font également partie de mes pratiques. J’ai de nombreux moyens de persuasion et de négociation : le fait que je sois une femme est le plus important, car bien peu d'hommes savent résister … Ceci étant dit, je sais parfaitement me faire passer pour un individu de la gent masculine, ce qui a aussi ses avantages je l’admets.
Mais, pour savoir si je, ou nous, faisons l’affaire, être testé ou je-ne-sais-quoi, Saroumane devra forcément nous recevoir. Après tout, ne sommes-nous pas inoffensifs, face à lui ? Il serait dommage pour Isengard de se priver de deux individus, si peu représentent-ils dans une armée … nous laisserez-nous accéder à Orthanc ?


Cette tirade avait été prononcée d’un ton froid, mais fier et déterminé et l’on ne pouvait pas réellement démentir ses dires, bien qu’Alastriona fût tout à fait prête à faire ses preuves.
Puis, la jeune femme se tourna vers Farad, attendant sa réaction ainsi que celle du garde …
Revenir en haut Aller en bas
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Jeu 24 Mai 2007 - 22:58

Les gardes allaient escorter les deux énergumènes jusqu’à un lieu propice aux discutions lorsque d’autres soldats sur les remparts leurs firent signe de les rejoindre.
Il y a avait, au loin, une masse sombre qui se déplaçait avec lenteur mais régularité.
Les Isengardiens ne purent retenir un sourire de satisfaction en voyant le lieu de destination de ce qui était sans aucun doute une armée : le Gouffre de Helm.
Les frontières de l’Isengard se trouvant non loin de l’Ouest-Emnet, il était aisé de suivre très précisément tous les mouvements de troupes dans les environs du Fort le Cor.
Ravis, le gradé affirma :


Vous pourrez rencontrer le Magicien si vous parvenez à vous approcher assez près de cette armée pour en lire les écus et bannières. Ce ne sera pas facile, car ils ont du envoyer des éclaireurs aux alentours, mais je crois pouvoir vous faire confiance… »


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Ven 25 Mai 2007 - 18:06

Le gradé venait de lui faire une proposition.
S'approcher d'une aussi grande armée relevait quasiment du suicide, pourtant l'oriental declara avec assurance :

- Nous le ferons.
Il se tourna vers Alastriona.
-Me suivez vous ? demanda-t-il à la mercenaire.
Il avait besoin d'argent et donc de rencontrer Saroumane, il avait déja prit bien des riques dans sa vie et esperait que celui ci ne serait pas le dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Lun 28 Mai 2007 - 18:30

Vous pourrez rencontrer le Magicien si vous parvenez à vous approcher assez près de cette armée pour en lire les écus et bannières. Ce ne sera pas facile, car ils ont du envoyer des éclaireurs aux alentours, mais je crois pouvoir vous faire confiance…

Une proposition intéressante … un tantinet suicidaire, mais Alastriona n’était-elle pas réputée par sa discrétion ? L’Oriental, par ce qu’il disait de ses activités, devait d’ailleurs lui aussi assez expert dans ce domaine. Aussi la jeune femme, rabattant sa capuche, hocha la tête, un demi-sourire flottant sur les lèvres :

Je vous suivrai, bien entendu ! Répondit-elle avec aplomb à la question de Farad, comme si la réponse allait de soi.

Puis, le regard d’Alastriona se tourna vers l’armée en marche vers le Gouffre de Helm et commença à s’en approcher, attendant que l’Oriental la suive, tout d’abord sans vraiment chercher à être silencieuse, puisque les soldats étaient loin, puis, au fur et à mesure de son approche, ses pas se firent plus discrets jusqu’à devenir quasiment indécelables, bien que son approche ne soit pas encore risquée. Les yeux de la jeune femme se promenaient sans cesse autour de la masse d’hommes, veillant à ce qu’aucun éclaireur ne la, ou les remarque –car elle n’avait pas vérifié la progression de Farad- tout en cherchant les étendards et bannières dont ils devraient donner le signalement au gradé qui les attendant aux Portes. L’approche ne serait pas simple, mais la mercenaire adorait ressentir encore et toujours le même sentiment d’excitation à chaque « mission » périlleuse et ne doutait quasiment pas de leur succès, puisque pour l’instant, les choses se présentaient plutôt bien …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Mar 29 Mai 2007 - 18:10

Leurs pas etaient de plus en plus lents et de plus en plus discrets...
Ils n'etaient, à present,plus qu'à une centaine de metres de l'armée.

"Des Rohanais ?" se demanda Farad Khan, en essayant de discerner un etendart dans la masse sombre qu'ils pouvaient, maintenant, apercevoir.
Au fur et à mesure qu'ils avnçaient, ils se faisaient plus prudent.

- Pourvu, qu'aucun n'eclaireur ne soit dans la zone ! murmura l'oriental à l'oreille d'Alastriona.
En effet, si la mercenaire montrait un optimisme presque deconcertant, Farad Khan n'en etait pas rassuré pour autant. Son experience lui avait prouvé l'importance de la prudence.
Il ecoutait le moindre bruissement, le moindre craquement.
D'ailleur n'etait ce pas un bruit de pas qu'il entendait ?
Farad fit un geste vif à sa coequipiere et sortit rapidement son cimeterre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Mar 29 Mai 2007 - 21:59

Un chuchotement à l'oreille d'Alastriona lui indiqua que l'Oriental l'avait bien suivit et elle se tourna vers lui, sans pour autant abaisser sa concentration. Il ne semblait guère rassuré, plutôt anxieux et faisait preuve d'une prudence qu'elle même n'avait pas, sinon peu acquise. La jeune femme allait le rassurer quand un bruit de pas, lointain mais présent se fit entendre : un éclaireur, et Farad l'avait également entendu puisqu'il la prévint et sorti son cimeterre sans bruit.
Abaissant l'arme de l'Oriental, elle lui fit signe de s'éloigner de quelques mètres et à son tour, se pencha sur lui pour murmurer :


Tuez-le si vous voulez, mais débrouillez-vous pour qu'il n'alerte pas les autres. Pendant ce temps, je vais m'approcher un peu, car di'ci, imposssible de voir quoi que ce soit !

Attendant de voir ce que Farad faisait, elle tenta de repérer par où il y avait moins de gardes et donc où elle pourrait passer ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Mer 30 Mai 2007 - 12:53

Farad se glissa derriere un arbre puis risqua un coup d'oeil :
Il y avait effectivement un eclaireur, c'etait un homme qui devait avoir entre 20 et 30 ans, il se deplaçait vite et discretement. L'oriental remarqua que l'homme ne portait pas d'armure mais qu'il avit tout de meme une épée longue et un petit bouclier.
Farad Khan fit le plus discretement possible le tour du soldat.

"Pourvu qu'il ne me remarque pas, pourvu qu'il ne me remarque pas" se repeta il pendant qu'il marchait.
Comme il l'avait esperé, l'homme n'entedit rien.
L'oriental qui etait à present derriere l'eclaireur avança prudement, le moindre faux pas et il serait immediatement reperé. Ainsi s'aprocha-t-il doucement de l'eclaireur jusqu'à ce qu'il soit assez pret. Alors d'un geste vif il brandit son cimeterre sous la gorge du soldat..et trancha celle ci.
L'homme paniqué, voulu crier mais deja la lame orientale lui avait arraché ses cordes vocales. Il n'eut même pas le temps de lever son épée, déja son coeur avait cessé de battre et il tomba à terre.
Farad fouilla ensuite methodiquement le cadavre de l'homme egorgé un instant plus tot.
Revenir en haut Aller en bas
Curunir
Istar porté disparu

avatar

Nombre de messages : 688
Age : 2016
Date d'inscription : 17/06/2006

Feuille de personnage
Race:
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   Mer 30 Mai 2007 - 22:35

C’est alors qu’un roulement résonna à proximité des deux espions improvisés, et une troupe d’une dizaine d’ouargs fit bientôt apparition dans l’horizon.
L’homme que Farad avait éliminé était en effet un agent du Rohan ; il avait été envoyé pour accomplir exactement la même tache qu’Alastrìona et son compère !
Les ouargs avaient néanmoins un excellent flaire, et son odeur fut vite repérée.
Dorénavant réduit à l’état d’un cadavre baignant dans son sang, le Rohirrim n’était plus le sujet d’attention des éclaireurs de l’immense armée.

Cette dernière devait probablement être composée d’orcs et de gobelins vu le nombre croissant de grognements et de cris inhumains qu’elle provoquait.
Ainsi, les immondes cavaliers se rapprochaient du groupe avec célérité ; une sorte de petit abri naturel sous la roche sembla la seule alternative pour un échappatoire.


« Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheveux de jais et la voix très suave, et tous, ils le tinrent, même les Eldar, comme le premier de son Ordre. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Portes de l'Isengard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Portes de l'Isengard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les Portes de l'Isengard
» Armee de l'isengard
» [Modélisme] Troll d'Isengard.
» Troll d'Isengard
» Isengard vs Minas Tirith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Rohan :: Isengard-
Sauter vers: