Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Auberge 'chez Patrocle'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mar 29 Sep 2009 - 18:38

Alatáriël suivit le nouveau venu du regard.

*Enfin, tu ne vas plus être la seule idiote assise à une table avec le mur pour compagnie qui pour passer le temps écoute les discutions des autres!!*

Certes, mais l'individu qui venait d'entrer semblait être interressé par les conversations, comme s'il espionnait pour trouver quelque chose ou quelqu'un. Ce qui n'était pas le cas de la jeune elfe qui écouter sans entendre. A vrai dire, elle ignorait toujours pourquoi elle avait quitté Tadoc, à présent, elle ne se souvenait même plus de son rêve, de ce qu'il falait qu'elle fasse et cela la préoccupait.
Venir ici, oui, et elle savait qu'elle devait aussi faire quelque chose, mais quoi??

*Il pourrait t'aider, non? Enfin non pas t'aider mais tu comprends ce que je veux dire.. Et toi aussi qui sait, il cherche quelque chose ou quelqu'un c'est sûr, il a la même tête que toi quand tu recherchais....*

La voix dans sa tête se tut. Ce sentiment de haine réapparu dans son esprit plus fort que jamais mais il fut peu à peu remplacer par quelque chose d'autre... Sa raison peut-être..

*De toute façon, si tu ne te fais pas vite un compagnon, tu vas devenir folle!! C'est vrai, je ne te demandes pas de devenir amie avec cet humain mais la solitude te rendra marteau un jour, et encore plus si tu es seule ici...*

Oui, ça c'etait certain, encore plus ici.

_Hum hum... Pourriez-vous, lança-t'elle à l'aubergiste, reservir cet homme là-bas de ma part?

Et en disant cela elle montra Scaler.

*Tu fais surement une énorme bétise...*

Surement....
Revenir en haut Aller en bas
Scaler

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Jeu 1 Oct 2009 - 15:00

Posant le pichet de bière sur le comptoir, Scaler jeta un oeil pervers sur les consommateurs de bonne bière. Dans le fond de la taverne un étrange bonhomme, habillait de vert, une capuche sur la tête. Semblait sommeillé, cuvant ses litres de bières dans son coin. L'aubergiste allait et venait derrière son comptoir, servant le nombre de commande. Seul dans son coin, Scaler cherchait à en apprendre plus sur les membres de la taverne et avoir des informations sur un petit contingent, venant du sud du Gondor.

Quand plongeait dans ses pensées depuis quelques minutes, il aperçut une elfe aux cheveux longs. Comme lui plaçait dans l'ombre de la pièce, seul et inadapté à la salle et aux hommes l'entourant. Scaler remit le nez dans son verre vide, quand le tavernier revint lui donnant une nouvelle bière. Il se pencha vers son oreille et lui murmura en pointant du doigt, l'elfe dans le coin de la taverne.

Scaler remercia l'aubergiste avant de se lever, prenant sa bière. Il alla rejoindre l'elfe. Le regard vide, un sourire pervers sur le visage, il s'approcha doucement de l'inconnu. Au passage il intercepta un tabouret et se posa juste à la gauche de l'elfe, se replongeant dans l'ombre de la pièce. L'elfe était majestueux, même pour Scaler, une certaine aura émergé de lui. L'homme posa son verre et entreprit de lui parler.

-Salutations!
L'elfe se retourna vers lui. Je n'ai pas pour habitude de me faire payer une boisson, surtout de cette cuvée, dégueulasse. Mais je souhaite vous la rendre.

Scaler appela le tavernier et commanda une bière pour l'elfe. Il lapa la sienne avant de reprendre.

-Comment, vous appelez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 2 Oct 2009 - 17:03

Alatáriël le regarda un instant. Elle ne savait plus trop quoi penser. Elle regarda fixement la bierre que le tavernier lui avait servi. Allait-elle vraiment boire ça?

*Allez un petit effort ma belle, et puis tu t'es mis dans le pétrin toute seule comme une grande alors....*


Elle posa but une toute petite gorgée de la boisson devant elle. Son visage se tordit en une grimace particulièrement dégouté.

*Au moins il t'avait prévenu... C'est DE-GUEU-LASSE!! *

La jeune elfe plongea ses yeux émeraudes dans ceux de l'homme en se demandant si elle devait lui répondre la vérité. Elle sourit, c'était elle la bannie qui cherchait à juger les autres juste en les regardant.

_Je me nomme Alatáriël Mithrandír, et vous, qui êtes-vous?

Il y avait une certaine chaleur dans sa voix qui cachait son habituelle haine des Hommes. Et surtout, sa question était bien plus large que l'avait était celle de Scaler. Le souvenir des paroles de Tadoc lui revint à l'esprit "Certaines personnes voient le monde différemment, et ce que j'ai vu de vous m'a poussez à vous aider." Elle n'avait pas compris sur le coup, mais maintenant tout était clair pour elle. C'était peut-être pour ça qu'elle était là.
Revenir en haut Aller en bas
Scaler

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 2 Oct 2009 - 22:18

Scaler regardait d'un œil grave, l'elfe se trouvant à côté de lui. Il la trouva très étrange, encore plus que lui. Pourtant son caractère et le moindre de ses mouvements, pouvait faire penser à un geste de fureur, pouvant lancer la moindre bataille. L'elfe buvait une petite gorgée de bière, laissant apercevoir une petite grimace, Scaler l'aperçut. Aussitôt son verre posait et dit:

_Je me nomme Alatáriël Mithrandír, et vous, qui êtes-vous?

Un nom très étrange, qui ne dit rien à Scaler, étrangement pourtant, l'elfe semblait lui être familier. Il reprit après l'elfe.

-Je suis Scaler fils d'un digne représentant des hommes et fier de sa race. Je recherche les membres de sa famille, mais je ne sais où. Et je recherche aussi un compagnon de route digne de confiance en ce lieu maudit et pourri de cette citée des hommes.

Scaler parla sur un ton sévère et hargneux, une colère grondait en lui, ne changeant rien à sa hargne. Il choqua l'elfe, il ricana en lui, lâcha un rire rauque à plein poumon dans le recoin de la taverne. Il avala sa bière avant dans commander une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: i   Mar 6 Oct 2009 - 18:18

[hrp: Argg... Désolé pour le retard, j'ai eu quelques bugs...]

Un large sourire vint éclairé le visage de l'elfe une fois que la surprise qu'avait provoqué le ton de Scaler fut passé... Fils d'un digne représentant des hommes et fier de sa race... Lieu maudit et pourri de cette cité des hommes...

_Et bien nous avons au moins un point commun, nous recherchons tout deux un compagnon digne de confiance dans l'un des pires endroits de cette cité....

Ces yeux glissèrent jusqu'aux hommes derrière eux qui commençaient à avoir bu trop de ce mauvais alcool. Une bagarre n'allait certainement pas tarder à éclater.. Un peu plus loin un autre groupe chantait des chansons paillardes en louchant sur la serveuse.

_ Je ne suis peut être pas par contre la fille d'un digne representant de sa race et fier de l'être...

Elle songea aux dernières paroles que avait adréssés son père. Ou plus tôt ces dernières menaces...

_Je peux par contre affirmer être digne de confiance mais...

Elle pensa à Natulcien, Djenen, Elaïne et Lelith... Ces pensées n'étaient pas joyeuses. Telement peu qu'elle posa ses lèvres à sa chope et but d'un trait la boisson qu'elle contenait..

_Et bien, il s'est avéré que pour beaucoup, ma compagnie est maudite...

On aurait se demander qu'est-ce qui était le plus étrange chez elle quand elle avait prononcé ces paroles. En effet, celles-ci étaient sérieuse, mais prononcé avec allégresse, comme si ce n'était qu'un detail, les yeux d'Alatáriël étaient rieurs et son sourire amusé. A cet instant, même le fait qu'elle soit une exilée des deux seuls pays où elle n'avait jamais vécu et qu'elle avait cherché au cours de l'année qui venait de passer à tuer une dizaine de personnes lui semblait risible.
Elle regarda Scaler droit dans les yeux comme pour essayer de le jaugeait, elle attendait sa réaction...
Revenir en haut Aller en bas
Scaler

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mer 7 Oct 2009 - 16:57

_Et bien, il s'est avéré que pour beaucoup, ma compagnie est maudite...

On aurait se demander qu'est-ce qui était le plus étrange chez elle quand elle avait prononcé ces paroles. En effet, celles-ci étaient sérieuse, mais prononcé avec allégresse, comme si ce n'était qu'un détail, les yeux d'Alatáriël étaient rieurs et son sourire amusé. A cet instant, même le fait qu'elle soit une exilée des deux seuls pays où elle n'avait jamais vécu et qu'elle avait cherché au cours de l'année qui venait de passer à tuer une dizaine de personnes lui semblait risible.
Elle regarda Scaler droit dans les yeux comme pour essayer de le jaugeait, elle attendait sa réaction...

Désolé, une erreur est survenue. Veuillez essayer d'actualiser la page. Scaler resta sobrement assis sur son tabouret, malgré l'effusion d'alcool, qui inondait son corps. L'elfe était maudite, Scaler également, tous les deux se ressemblaient étrangement, malgré leur différence de race.

-Maudite, dites-vous? Cela ne me gêne pas du tout, car moi aussi j'attire beaucoup les ennuis sur les personnes qui m'entourent et sur ma personne. Je suis un danger permanent , restant avec moi. Mes ennemis me recherchent tous comme je les traquent sans relâche. Cette cité et fortuite de grâce et de beauté, malgré tous les efforts de son seigneur. Un danger persistant règne en ce lieu pourri, donc je suis le pilier centrale.

Scaler ricana, gorge déployait, l'elfe le regardait bizarrement. Le regard ailleurs, l'homme parcourut la taverne, la bagarre allait être déclenché. Un homme habillait de bleu se leva, près à porter la main sur une femme. Scaler fou de rage se leva, dégaina le fer et se dirigea vers l'homme.

-Ne t'avise pas de porter la main sur cette pucelle. Sinon tu risques de perdre la vie en ce lieu. Tu ne le souhaites pas, enfin j'espère pour toi. La vie est trop précieuse pour la perdre et mourir atrocement.

L'homme lâcha la femme, une peur immense se lisait dans ses yeux. Scaler souri, ses lèvres s'accrochant à ses oreilles en demi-pointe. Il rengaina, dévisagea l'étranger et rejoint à nouveau la femme elfe.

-Alors vous m'accompagnez, afin de m'aider. Ensuite je vous porterais mon aide.

Scaler se remit sur son tabouret, porta la bière à ses lèvres. Il but une grande gorgée et reposa le pichet vide. Il rota, installant un silence de plomb, entre les deux personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 9 Oct 2009 - 17:05

Pendant un certain temps, Alatáriël resta parfaitement silencieuse, rien n'aurait pu trahir ses pensées, on aurait pu croire qu'elle s'était transformée en statue, aucune expression n'était visible sur son visage. Son regard était perdu dans le lointain.
Puis, tout doucement, elle bougea, son visage ne démontrait toujours aucun sentiments, mais ses yeux étaient à présent dans ceux de Scaler. Comme si elle voulait vérifier qu'il ne mentait pas, son regard inspectait le moindre centimètre carré de l'âme de cet homme..

_Cela me va... Mais quand ce sera votre tour de m'aider, il faudra éviter de se faire remarquer...

Sa voix était étrangement monocorde et elle resta quelques instants en suspension dans l'air.

*Qu'est-ce que tu en penses? Il ne sait même pas ce que toi tu veux... Et il a l'air de se faire plus rapidement des ennemis que toi... Et pourtant....*

Elle détourna le regard pour balayer la pièce derrière eux, des hommes parlaient à mis-voix en les regardant. Ils ne passeraient pas inaperçu c'était sûr...

*Soit, qu'on le leur disent à ces imbéciles qui ont gâchés ta vie,
Alatáriël se remet en chasse!!*

_Bien alors vous cherchez des membres de votre famille...


*Et bien, au moins il a un sens de la famille lui...*

L'elfe était méchante avec elle-même, ce n'était pas tout à fait sa faute si la sienne ne voulait plus d'elle. Elle se haïssait de pouvoir avoir ce genre de pensées, ce genre de réactions.

*Et d'ailleur, tu compte lui dire, ce que tu cherches....*

Ses yeux plongèrent à nouveau dans ceux de l'homme en face d'elle. Elle lui dirait, oui mais plus tard... D'abord elle l'aiderait.

*Tu n'en a aucune envie ma belle...*

Oui, c'était vrai...

*... Tu le haïs parce qu'il est humain...*

Oui, c'était vrai...

*... Et il te fera repéré...*

Oui, c'était vrai...
Mais malgrès ça, elle l'aiderait, elle l'aiderait parce qu'elle saviat que cela l'aiderait à comprendre certaines enigmes de Tadoc...
Revenir en haut Aller en bas
Riffy Firquin

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 22
Date d'inscription : 14/10/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 16 Oct 2009 - 20:01

Riffy Firquin était dans cette auberge de "grands gens" depuis déjà quelques temps. Il était assis tranquillement une pinte de bière à la main et ses deux pieds velus posés sur un tabouret, qui était devant lui. Il observait tous les gens qui buvaient jusqu'à plus pouvoir ingurgités autre chose. Il regardait d'un air moqueur, tous ces "grands gens" qui se disputaient, tout en fumant sa nouvelle pipe qu'il avait volé à un nain qui décuvé "tranquillement" dans son coin. Il s'amusait à faire des ronds avec la fumée que dégageait sa pipe, quand soudain un homme se leva. L'homme dégaina son arme et interpella, en haussant le ton, un homme qui attouché vicieusement une femme. Mais le vicieux se calma, et rien ne se passa de grave... Et l'homme armé repartit s'asseoir à côté d'une... elfe. Riffy se demanda comment il avait pu rater une si belle femme. Mais maintenant il l'avait bien en vu depuis l'intervention de l'homme. Cette elfe était vraiment magnifique, pour lui un hobbit qui cherchait une douce femme.
Il les observa un long moment. Voyant que l'elfe et l'humain cherchaient mutuellement des compagnons de route. Alors, Riffy décida d'entrer en scène. Il sauta de sa chaise et jeta sur la table sa pipe qu'il avait volé. Il marcha jusqu'aux deux compagnons, qui le regarderaient bizarrement quand il fût juste à côté d'eux.
"Bien le bonsoir, futur amis !!"
Alors que Riffy prononçait ses mots, il effectua une courbette grandiose en signe de salut.
"Je vois que votre conversation à l'air très sympa. Car pour tous vous avouez, moi aussi en faite je cherche des compagnons de voyage.
Déjà je m'appelle Riffy Firquin, comme vous pouvez le voir je suis un hobbit, ou semi-homme comme vous dites, et je suis un des plus discret de ma race, je pense que c'est pas mal...
Comme j'ai pu le remarquer votre groupe n'est pas très discret, tout le monde vous regarde bizarrement, depuis l'intervention de votre ami.
Donc je vous prêtes allégeance et je vous apprend quelques techniques pour être, comment dire, plus subtile, ça vous va ?
Et au faite quelles sont vos jolis nom ?"

Après cette intervention, Riffy Firquin leurs fît un des ses plus beaux sourire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Sam 17 Oct 2009 - 13:48

Alatáriël regarda le hobbit de la tête aux pieds. Pour une chose au moins, il avait dit vrai, elle ne l'avait pas remarqué. Il avait du arriver quelques instants après Scaler. Ou pas... Dans tous les cas, il avait été discret.

*Futurs amis... Tu es donc la seule à penser que Scaler n'a rien d'amical... A moins que ce hobbit ne soit comme l'homme qui ne voyait plus les couleurs donc Tadoc t'as parlée... Au mon Dieu, encore??*

Elle se retint de rire quand Riffy executa son salut...

*Tu as bien entendu?? Votre conversation a l'air très simpa... Ce type est fou...*

Elle l'écouta tout de même jusqu'au bout puis elle pesa le pour et le contre... Ce hobbit semblait être un enfant, il ne savait certainement pas se battre et elle doutait qu'il puisse survivre longtemps dans l'environemment où elle entrainerait Scaler sans aucun scrupule... D'un autre côté, il semblait déterminé, il était discret ce qui ne ferait pas de mal et c'était un hobbit, c'est à dire la seule race à laquelle elle ne pouvait faire aucun reproche à faire.

_Bonjour cher hobbit! Je me nomme Alatáriël Mithrandír et voici Scaler.

L'elfe cherchait ses mots. Elle commenta que le hobbit la regardait avec insistance.

_Je ne pense pas me tromper quand je vous dit que vous n'avez jamais vu d'elfe ou que du moins vous ne vous attendiez pas à en trouver ici...

Elle souriait joyeusement.

_Vous avez l'air déterminé à vous joindre à nous, mais je dois vous prévenir, il n'y a que les ennuis qui vous attendent....

Sur ce elle appela l'aubergiste et offrit une tournée générale ; elle n'en dirait pas plus tant que les esprits des hommes autour d'eux ne seraient pas brouillés par l'alcool...
Revenir en haut Aller en bas
Alaryc
Kommissar et Général d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 239
Age : 26
Date d'inscription : 19/04/2009

Feuille de personnage
Race: Homme (Angmar)
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 30 Oct 2009 - 13:22

Mode Mj= On

Bneol parcourait la rase campagne de Minas Tirith et les Champs de Pelenor depuis déjà de nombreux jours, s'arrêtant dans chaque ferme, chaque village. Partout où il expliquait ce qu'il attendait, il était reçu à coups de fourches et de masses. Pourquoi les paysans du Gondor detestaient-ils tant les aventures ? Voila une bizzarerie que Bneol n'avait jamais compris. En desespoir de cause, il avait fini par entrer dans la Cité Blanche, presque résigné à abandonner son aventure.

Après avoir déambulé dans les rues comme une âme en peine, saluant les chevaliers qui passaient à l'air sérieux et professionnel, il apprit qu'une taverne avait ouvert depuis la dernière fois qu'il était venu. "Auberge Chez Patrocle", pour les gosiers vides et les coeurs en peine, lui avait dit le vieux fou qui lui avait conseillé l'auberge. Lorsqu'il passa la lourde porte en bois de chêne, Bneol allait djéà mieux. Des visages de tout Arda se bousculaient et, il en était presque sur, à présent, qu'un aventurier se presserait pour faire fortune et voyager. Il y avait bien quelques voleurs ou opportunistes dans le lot, lesquels fermeraient les yeux sur quelques agissements... A raison de quelques milliers de pièces sonantes et trébuchantes.

Se disant qu'après tout, une bière ne pouvait pas faire de mal, il commanda un recuinquant et s'assit confortablement, détaillant tous les visages de la taverne. Un, en particulier, attira son attention. Une elfe ? Vraiment ? Cela devait bien faire des années qu'il n'en avait pas vu !
Il remercia chaleuresement l'aubergiste et commença sa pinte. Il fixa intensémment l'elfe. Elle viendrait bien le voir, lui demandant ce qui n'allait pas... Et là, tous ses dons de parleur se mettraient en marche. Vraiment, il n'en espérait pas tant !

Lui qui n'était pas vraimentr famillier des tavernes et de ces lieux dits où se pressaient la foule, il commença à se dire que finalement, ces endroits de rassemblements ne pouvaient contenir que de bons et fringuants aventuriers. Et que leur vie si misérable ne devant pas compter, ils se fichaient sans doute de trouver la mort au fond d'un précipice ou d'un a-pic.

Pour faire accélérer les choses -car il n'était pas franchement patient-, Bneol fit signe à l'elfe de lui rejoindre...


Mode Mj = Off


Mon intelligence est mon casque,
Ma sagesse est mon armure,
Mon courage est mon épée,
Ma foi est mon bouclier,
Ma force : mes convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 1 Nov 2009 - 11:11

Alatáriël commençait à trouver la situation véritablement idiote. Scaler était complètement saoul et le semi-homme s'était joint à lui et parler sans faire de poses. Tellement que l'elfe avait perdu patience et avait recommencé à regarder les Hommes aller et venir dans la taverne.

Jusqu'à ce que quelque chose la trouble. Quelqu'un la regardait, mieux, quelqu'un la dévisageait. Elle chercha du regard qui.
L'homme était différent de son présent compagnon, il semblait moins hargneux, moi bourru, peut-être même plus discret en quelque sorte et en même temps, plus voyant. Mais pas pour les mêmes raisons, si Scaler se faisait remarquer à sa voix, sa façon de parler et ses agissements quelque peu ridicules, pour l'autre, sa simple présence suffisait.
Elle sourit, un homme comme elle en avait besoin, certainement aussi dangereux manipulateur qu'elle pouvait être. Un homme dont il fallait se méfier comme la peste alors que cela pouvait paraître idiot car il inspirait un certaine confiance. Un homme pret à tout pour un peu d'argent et quelques sensations fortes... Un peu comme elle, si on ajoutait la vengeance et le sang à la liste.
Ce qui explique certainement qu'elle n'eut pas beaucoup besoin de réfléchir avant de choisir de le rejoindre quand il lui fit signe. Mais donnez-vous le choix entre un homme hargneux et saoul accompagné d'un hobbit fou et un homme un peu plus mystérieux qui inspire les pensées ci-dessus.
Le choix est vite fait n'est-ce pas?

Alatáriël s'approcha de l'homme, mais elle ne dit mot. De toute façon, si elle ne se trompait pas, il ne tarderait pas à lui parler en faisant passer ses intentions pour nobles. Et ce n'est certainement pas la jeune elfe qui le ferait taire. Mais une question demeurait, comment allait-il s'y prendre?
Cela promettait d'être une expérience interessante...
Revenir en haut Aller en bas
Alaryc
Kommissar et Général d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 239
Age : 26
Date d'inscription : 19/04/2009

Feuille de personnage
Race: Homme (Angmar)
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mer 4 Nov 2009 - 16:42

Mode Mj = On

Bneol continuait son regard insistant, totalement indiscret. Dans la taverne, n'importe qui aurait pu voir qu'il fixait très intensémment quelqu'un, mais les gens ne semblaient pas pouvoir remarquer grand chose... Dans l'état dans lequel ils se plongeaient.

Toutefois, la tactique rentre-dedans de Bneol s'avéra payante. Lorsqu'il vit que l'elfe quittait ses deux compagnons pour le rejoindre, il jubila. Une personne réagissant si vite était nécessairement une personne determinée et mortellement... Dangeureuse. La personne s'avança assez rapidement et s'assit lorsque Bneol lui fit signe. Continuant dans sa lignée toujours aussi franche et directe, Bneol ne perdit pas de temps pour prendre la parole.


-Bien le bonjour ! Excusez mes manières plutôt cavalières, mais je suis franc, je marche comme ça ! s'écria t-il.

A ce moment là, l'aubergiste arriva avec la bière commandée. Bneol lui envoya deux pièces de cuivre et vida sa chope d'un trait sous l'oeil inquisiteur de l'elfe.

Une elfe? Ici ! La meilleure. Enchanté, je suis Bneol, prospecteur. Et il se pourrait que si vous cherchez une aventure, je puisse vous en donner une, pas très loin. Mais il me faut votre accord... Etes vous suffisemment qualifiée pour ... Quelques agissements... Disons... Enfin bref, êtes vous partante pour une aventure qui nous fera probablement devenir richissimes ?!

Bneol était heureux. Il commanda une deuxième bière en riant fort. Si l'elfe acceptait, c'était certain, il était riche ! Avec des talents de discrétion d'un elfe, c'en était fini de la débauche ! Autour de lui, tout n'était plus qu'or. Avec les talents d'archer d'un elfe, il parviendrait sans mal à reprendre à ses détracteurs tous ses papiers, et à lui la gloire ! Oui, il serait un Grand parmi les Grand... Un empereur !

-Oui, un empereur... Je ferai marcher à mes pieds le pâle imitateur de l'Est...se dit-il tout seul, peu conscient de ce qui se passait autour, enivré par le parfum qu'il ne connaissait que trop bien : celui de l'appel de l'or.

Mode Mj = On


Mon intelligence est mon casque,
Ma sagesse est mon armure,
Mon courage est mon épée,
Ma foi est mon bouclier,
Ma force : mes convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Sam 7 Nov 2009 - 12:02

*Richissime? Oui, pourquoi pas... Et puis, ce n'est pas en te tournant les pouces que tu parviendras à quelque chose... Et, dans une aventure, les aventuriers ont toujours la possibilité de regler quelques petites affaires personnellles, non?*

Elle sourit. Oui, bien sûr qu'elle était partante, mais il falait que Bneol lui en dise plus. Il y avait toujours quelques points à éclaircir avant un départ, quelques chemins à connaître pour ne pas se perdre.

_ Si je suis partante.... Et bien je n'aurai rien contre... Mais.. Quelques agissements? Enfin, je veux dire...

Ses yeux parcouraient la salle pour vérifier qu'aucun curieux ne pourrait lui faire regretter ses paroles, ou son accord.
Mais, de toute évidence, la soirée était trop avancée pour beaucoup qui étaient déjà partis et l'alcool remplissait déjà son office en rendant les autres sourds aux informations intéressantes.

_ Avez-vous au moins une toute petite idée de en quoi cette aventure va consister. Et êtes-vous certain qu'elle ne soit pas trop.. Irréaliste?

Bien des hommes se risquaient à des voyages sans possibilité de retour, mais Alatáriël n'était pas de ceux-là. Et bien oui, parce que si un homme pouvait se permettre de risquer la prison à vie au vu de la courte durée de celle-ci, l'elfe ne risquerait pas les milliers d'années qu'il faudrait pour que la prison ne soit plus que sable, rouille et squellettes derrière des barreaux. Elle ne pouvait pas se permettre de gacher ne serait-ce qu'une vie humaine; elle avait une vengeance à prendre.
Mais si le chemin qui l'y conduirait était couvert d'or, il se pourrait bien qu'elle prenne le temps de le ramasser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 8 Nov 2009 - 15:15

Arthaniel poussa un long soupir et se planta devant la porte de l'auberge comme si il s’agissait de l'anti chambre des halls de Mandos et se demanda pour la centième fois en quelques minutes pourquoi il se trouva ici. Apres qu'il est réussit à perdre la compagnie dans les bois de l'ithilien au point d'en faire trois fois le tour et qu'ils aient faillit tomber sur des patrouilles de Mordor toute les vingt minutes le capitaine avait rencontré un rodeur qui lui avait indiqué en riant la direction de la tour de garde. Les trente mercenaires avaient alors chevauché à bride abattues vers la citadelle ou il espérait rencontrer leur commanditaire.

Et à présent voila que leur capitaine se tenais à l'entrée d'une auberge, chambre au trésor des renseignements, avec la possibilité d'en finir avec le jeu de chat et de souri auquel il avait été contraint de participer depuis un mois. Arthaniel secoua la tête pour chasser ses pensées parasites et poussa la porte devant lui, pour être aussitôt engloutie dans les vapeurs chaudes du lieu.
Le jeune homme jeta un œil autour de lui, examinant les lieux avec un mélange de dégout et de résignation et eu un mouvement de surprise en voyant les autres clients, les premiers qu'il repéra était une elfes et un petit être faisant a peine la moitié de son compagnon de table , un homme apparemment un peu saoul. Arthaniel secoua la tête avec réprobation et, suivit de son bras droit, il s'installa à une table dans l'un des coins de la salle tout en jetant un regarde curieux vers l'elfe.

Il s'installa à son aise et attendit la suite des évènements qui ne tarderai certainement pas, il en était certain. Son lieutenant se pencha vers lui et lui murmura quelque mots avant de se dirigé vers le comptoire pour discuté avec une jeune femme, laissant Arthaniel seul. Il commenca à examiner avec attention son entourage, il n'aimé pas les tarvernes, elle lui rappelait son passé, il n'aimai pas être avec tant d'hommes inconnus, les souvenirs du Rohan le rendaient triste ces dernier temps ... Il soupira de nouveau, il avait besoin de se changer les idées mais pour sa il fallait dèja qu'il débusque son commanditaire.
Revenir en haut Aller en bas
Alaryc
Kommissar et Général d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 239
Age : 26
Date d'inscription : 19/04/2009

Feuille de personnage
Race: Homme (Angmar)
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 8 Nov 2009 - 17:16

Mode Mj = On

Bneol regardait l’elfe qui lui parlait avec la plus grande curiosité. Etait-elle vraiment capable de jouer le jeu et de participer à une telle entreprise ? Il fallait aussi en outre être sur qu’elle ne trahirait pas Bneol au dernier moment ou pire, le dénoncerait aux gardes de la cité Blanche.
Lorsqu’elle se tut, Bneol reflechit. Fallait-il vraiment tout lui dire dès maintenant ? Elle pourrait se brusquer et tout serait perdu…

Non, il fallait qu’il lui en parle ou la confiance le perdrait, enfin, le manque de confiance. Il ne connaissait pas bien les elfes et il ne voulait pas avoir de mauvaises surprises.

Alors que toutes ces pensées se bousculaient dans sa tête, la porte de l’auberge s’ouvrit sur plusieurs hommes à l’apparence hostile. Armures jaunies par la poussière et armes apparentes, cela ne faisait aucun doute. Aucun blason ne trônait sur leurs armures. C’était des mercenaires. Bneol réprima un cri de joie. Des mercenaires ! Exactement ce qu’il lui fallait. Même si l’elfe lui faisait faux bond, il pourrait avoir bien moins de remords à abandonner des hommes sans foi ni loi. Quoi qu’il en soit, le regard interrogateur de l’elfe continuait de se poser sur Bneol, qui se sentait de moins en moins à l’aise, faute de pouvoir dissimuler sa joie. Il sortit un bout de parchemin de sa veste ainsi qu’une plume et commença à écrire sous le regard attentif d’Alatariel. Oui, c’était bien plus prudent d’écrire.
Il ne prit pas la peine d’écrire en elfique (langue qu’il savait écrire et lire) car il se doutait que l’elfe parlait la langue commune pour être assise dans une taverne de Minas Tirith.

Lorsqu’il eut fini, il fit glisser le mot à l’elfe.


-Lisez, c’est plus prudent, je vous assure… Restez là, je crois avoir trouvé quelque chose…

Et sur cette phrase énigmatique, il se leva d’un coup, un peu trop rapide après avoir bu –car il n’en avait pas l’habitude- et chancela avant de reprendre une direction stable et droite. Il avait repéré le mercenaire qui avait la tête la plus accueuillante. Il s’était assis à une table. Et c’est comme ça, sans aucune gêne que Bneol s’assit en face de l’homme.

-Bienvenue chez Patrocle messire. Vous semblez fait d’acier et de fer. Et un homme comme vous doit surement en avoir dans le ventre ! Je me présente, Bneol, chasseur de trésors et d’aventure. Si je puis me permettre, votre front est magnifiquement fait pour être ceint d’une couronne. Et je peux vous donner suffisamment d’argent pour que vous la fassiez fabriquer par les plus grands maitres nains ! Venez donc me rejoindre, à ma table…
Sans attendre de réponse, Bneol se releva et repartit en direction de la table où il se laissa tomber comme une masse. Il souriait et regarda l’elfe qui avait posé le papier sur la table.

-Alors… Partante ?

Sur le papier était écrit

Spoiler:
 

Mode Mj= On


Mon intelligence est mon casque,
Ma sagesse est mon armure,
Mon courage est mon épée,
Ma foi est mon bouclier,
Ma force : mes convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 8 Nov 2009 - 20:37

Arthaniel commençai à douter de lui même et s'enfoncé dans sa chope lorsqu'il senti la table tremblé, il releva immédiatement les yeux pour découvrir un homme à l'haleine avinée assis sans gène en face de lui. Si le jeune homme n'avait pas déjà eu affaire a se genre de cas il aurai sans doute al réagit d'autant que l'homme avait un sourire de conspirateur, catégorie dans lequel Arthaniel mis à peine deux secondes avant de le ranger. En revanche son discourt titilla la curiosité du mercenaire et lorsque l'homme retourna s'asseoir avec la femme elfe il se leva prudemment et fit signe a son lieutenant de le rejoindre, après quoi il s'avança.
Arriver devant les deux compagnons il s'inclina vers l'elfe.

" Pardonnez moi cette intrusion Ma dame mais votre compagnons m'a invité à vous rejoindre pour discuté affaires. Je m'excuse si ma présence est gênante ... "

Puis il se tourna vers l'homme qui l'avait abordé et braqua ses yeux bleu sur lui avec un regard pénétrant, tentant de décider si cette personne était un client potentiel ou si il le méprisé avec un assassin, ce qu'il n’aura jamais accepté même si on lui promettait monts et merveilles. Il reprit finalement la parole, bien décidé à clarifier la situation :


" Il va falloir être plus précis si vous souhaitez notre aide et je dis bien notre, car contrairement à se que vous pourriez penser c'est toute ma compagnie qui est à enrôler et non ma seul personne. Vous avez éveillez ma curiosité je l'avoue mais je ne suis pas un assassin je n'accepte pas tout les travaux ... "


Arthaniel fit signe a son second et s'assit entre l'elfe et l'homme, croisa les jambes et leva un sourcil en signe d'attente d'une réponse de l'un ou l'autre de ses interlocuteurs. Ce n'était pas la première fois qu'il aura des problèmes avec une mission et il espérait secrètement que l'homme abandonnerait et qu'il pourrait repartir en quête d'un travail moins douteux. Cependant sans trop s'avoir pourquoi il était près à parier que la journée ne se terminerai pas si bien et il était toujours curieux de savoir pourquoi l'elfe se laissée embarquer dans une histoire qui ne lui vaudrais à coup sur que des ennuis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 8 Nov 2009 - 23:48

Alatáriël sourit au nouvel arrivant. Elle tenait toujours fermement le papier dans une main. Un prudent? Bonne idée.. Mais pourquoi Bneol était allé chercher cet homme?

_Vous êtes le bienvenue si mon compagnon vous a invité..

À son tour de prouver qu'elle pouvait, elle aussi, être une manipulatrice de choix.

_Mon compagnon vous invite, donc vous fait confiance... Moi non.. Puis-je savoir qui êtes-vous? Et pour ce qui est des assassinats, ne vous inquiêtez pas, ça ne vous sera pas demandé..

Et bien oui, elle serait assez heureuse de s'occuper de cette besogne elle-même si elle en avait la possibilité (après tout, elle voulait du sang et une vengeance).
Elle reporta son attention sur l'homme à ses côtés.


Dernière édition par Alatáriël Mithrandír le Mer 11 Nov 2009 - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mar 10 Nov 2009 - 19:00

" Mon compagnon vous invite, donc vous fait confiance... Moi non.. Puis-je savoir qui êtes-vous? Et pour ce qui est des assassinats, ne vous inquiétez pas, ça ne vous sera pas demandé.. "

Arthaniel dévisagea l'elfe avec beaucoup d'attention cherchant à comprendre les possibles sous entendu glissés dans son discourt. Il n'avait gère rencontrer d'elfe par le passé et ne savait pas vraiment comment réagir vis a vis de son interlocutrice qui semblait ressemblée à une humaine par la façon de penser, ou le croit t'il. Sa curiositée se fit sentir une fois de plus et il allait baisser sa garde lorsque son lieutenant fit un mouvement de rappel dans son dos, le jeune homme se redressa et ferma à demi les yeux en observant alternativement Bneol et l'elfe. Puis avec une lenteur calculée il s'inclina et répondit finalement :

" Il est vrai que je ne me suis pas présenté, mon nom est Arthaniel Windrunner de Dol Amroth, je suis capitaine des mercenaires de la Lame de l'aube et vous êtes ? "

Le mercenaire sentit de nouveau un mouvement derrière lui et se retourna sourcils froncés et d'échanger quelques mots avec son bras droit. Il hocha finalement la tête et reporta son attention sur la belle jeune femme en face de lui.

" Voici mon lieutenant, Achmed, comme vous l'avez sans doutes comprit nous sommes certes des épées à louer mais nous avons notre fierté et notre intégritée il me faut des informations sur le travail que vous souhaitiez tout deux nous proposer si je veux accepter. Votre compagnon ne semble pas très communicatif, peut être le serez vous plus ...."

Arthaniel commencait sérieusement à ne plus prendre gare à se qui l'entourer, défaut qui lui avait déjà desservit mais le jeune homme était trop heureux d'avoir enfin une chance de passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mer 11 Nov 2009 - 16:56

Mercenaire? Oui, bien sûr, Bneol avait du le savoir d'une façon qu'elle ignorait. Bien, au moins il y avait très peu de chances qu'il refuse.

Et elle? Un sourire amusé éclaira son visage. Même Bneol ne s'en était pas inquieter.

_Alatáriël Mithrandír, c'est mon nom. Et je suis une simple voyageuse.

Son sourire s'agrandit encore.

_Mon compagnon, pas très comunicatif?! Il vaut mieux. A mon avis c'est un fou idéaliste qui va se cramer les ailes en voulant aller trop haut...

Elle adressa un regard à Bneol. Et bien oui, elle aussi pouvait être franche.

_C'est à dire que si son plan échoue, c'est la prison assurée... Ou pire... Mais s'il réussi... Et bien même à mon échelle, nous pourrons être riche un certain temps...

Et qui disait richesse disait puissance, et la puissance permettait d'arriver à certaines de ses fins. Dans le cas de notre belle amie un bain de sang quand elle retrouverait ceux qui l'avaient conduits à voir mourir les seuls êtres pour qui elle aurait donné plus que sa vie.

Elle joua un moment avec le mot sur lequel le plan de Bneol était inscrit. Puis elle le tendit à Arthaniel. Mais au moment où celui-ci le prit, elle le serra plus fort et plongea ses yeux émeuraudes dans ceux du mercaire, comme si elle cherchait à sonder son esprit, savoir si elle pouvait ou non lui faire confiance comme Bneol semblait le faire.

Puis elle lacha, son sourire était toujours présent mais il semblait plus sérieux qu'avant.

Après quelque temps, elle rompit le silence qui s'était installé à la lecture de ce mot.

_Alors?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mer 11 Nov 2009 - 19:32

Arthaniel sourit de manière plus franche qu'auparavent et se prit à apprecier le franc parler de l'elfe. Trop souvent le jeune mercenaire avait vu des hommes tentaient de le tromper ou de l'amadouer avec des paroles qui sonnaient faux, au moins cette foit il semblait qu'il était tombé sur quelqu'un d'honnête. Il se décida à jouer lui aussi franc jeux :

" Alors il se pourrai bien que j'accepte, cepenant vous ne sembler pas convaincu que nous ayont la moindre chance de réussir ce n'est pas vraiment l'étatt d'esprit qu'il faut avoir pour se genre de mission ... "

Il se tourna vers Achmed et lui présenta le bout de papier qui allait décider du reste de leur journée. Celui ci secoua la tête et fit une grimace de défiance en foudroyant l'elfe des yeux, puis il échangea quelques mots avec son capitaine et sortit de la taverne. Arthaniel se tourna vers Alatariël et reprit la parole :

" J'ai une question à vous poser ... Vous etes une elfe et je croit savoir que vous n'attachez pas beaucoup d'importance aux bien matériels alors pourquoi vous embarquez vous dans cette histoire ? Qu'est ce qui vous motive vraiment ? "

Les yeux bleu du jeune homme soutinrent le regard emeuraude et pendant un instant Arthaniel resta la à regarder fixement son vis à vis. Puis il sourit et baissa les yeux, bien qu'il ne puisse comprendre l'elfe il avait saisit asses de son caractère pour savoir qu'il faudrait qu'il se méfie d'elle, et surtout qu'il veille à ne pas devenir son ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Alaryc
Kommissar et Général d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 239
Age : 26
Date d'inscription : 19/04/2009

Feuille de personnage
Race: Homme (Angmar)
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mer 11 Nov 2009 - 20:45

Mode Mj= On

Bneol commençait à perdre le contrôle de la situation. Cela ne lui plaisait guère, mais après tout, s'il pouvait se faire oublier pour passer au second plan, cela l'arrangeait encore plus. Il echaffaudait déjà des plans pour subtiliser la part du butin du mercenaire, se faire la male et avoir la belle vie pendant que l'elfe serait aux prises avec le jeune homme aux yeux clairs. Toutefois, s'ils ne sortaient pas vite de la taverne, ils finiraient pas être repérés.

Alors les amis, va falloir me dire ce que vous en pensez et vite parce que le soir commence à tomebr et qu'on va agir dès cette nuit, sinon, il nous faudra attendre un mois encore ! Je vous attends devant la porte du niveau deux. A tout à l'heure. Venez si vous compter participer à l'aventure. Et, mercenaire, tâchez de ne pas rameuter toute votre troupe, cela ne serait guère sage ! A bientôt, très chers riches !

Bneol sortit en trombe de la taverne sans demander son reste. Il passa devant les mercenaires d'Arthaniel en évitant soigneusement de les regarder trop longtemps. Mais rien ne pourrait plus gacher son plaisir. Ca y est, il tenait enfin le bon bout. Dès ce soir, il réussirait, avec Arthaniel, à faire diversion pour que l'elfe réussise à subtiliser les plans. Tout fonctionnerait. Il ferait en sorte qu'Arthaniel soit repéré, ainsi, toutes les forces du Gondor lui courrait après et il pourrait lui fausser compagnie ou mieux, le dénoncer en se faisant prisonnier si jamais ils étaient arrêtés. Tout marchait à merveille pour le moment, et c'en était même trop pour Bneol !

Aussi, il commença à marcher dans les rues de Minas Tirith. Tout le monde rentrait dans les chaudes chaumières de la cité blanche. Il était l'heure de rentrer pour les gens honnêtes. Pour les corbeaux de nuit, en revanche, l'heure était aux chuchotements et aux persecutions. Après reflexion, bneol pensa qu'il était peut-être parti trop tôt. Mais s'il était resté plus longtemps, le doute aurait pu s'installer et tout aurait été fait en vain. A lui la richesse ! Il regarda ses mains qui tremblaient. L'anticipation, encore l'anticipation ! C'était formidable comme une simple vie pouvait devenir un conte de fées avec quelques pièces au bout du rêve.
Il avait passé la première porte et se dirigeait maintenant vers la porte ddu deuxième niveau qui menait au troisième étage de la cité. Cette porte donnait sur un escalier qui grimpait et dans ces escaliers était cachée la salle des coffres et des prospecteurs. Cela serait un jeu d'enfants.

Bneol prit le soin de s'emmitoufler dans ses atours et de se cacher dans le renfoncement de deux maisons. Il était bien en avance, mais d'après ses calculs, il n'aurait rien perdu à attendre un petit peu..


Mode Mj= Off


Mon intelligence est mon casque,
Ma sagesse est mon armure,
Mon courage est mon épée,
Ma foi est mon bouclier,
Ma force : mes convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mer 11 Nov 2009 - 22:12

Arthaniel regarda sortir Bnéol avec une pointe de colère, l'homme semblait ne pas vouloir restez trop longtemps à porter d'oreilles ou d'yeux indiscrets et la brusquerie avec laquel il s'était éclipsé ajouta aux soupcont du jeune homme. Il grinca des dents et se retouna vers Alatariël qui était toujours assise.

" Ma dame il semblerait que notre commanditaire nous presse, oubliez mes questions pour le moments, nous nous retrouverons tout à l'heure et vous aurez tout le temps de me répondre ou de me faire part de mon indiscretion ..."

Il lui fit un clin d'oeil et laissa quelques pièces sur la table avant de sortir à son tour de la taverne. Sur le pas de la porte il respira l'air frai du début de soirée, laissant l'aire jouer avec ses mèches d'argents. Il regarda les derniers habitants de la citées se hater de rentrer chez eux et il ressentit soudain une pointe de tristesse en pensant à sa femme et à ses amis du Rohan qui avaient placés tant d'espoirs en lui. Il se rappelait se même vent dans les plaines herbeuses ou sur les colonades du chateaux d'or, il se rapellait les chevauchées folles en pleines nuits avec son meilleur ami. Pour chasser ses pensées morose il se s'examina dans un flaque d'eau, son reflet rendu irréel sous le ciel nocturne et il se dit avec ironie que ses cheveux auraient bien mériter une petite coupe. Il éclata soudain de rire et rejoignit sa troupe à qui il exposa le projet de Bneol; il établit un groupe réduit qui l'accompagnerai et il fut décider que les autres attendraient hors de la citée et les aideraient en cas de problemes.
La petite troupe, composée d'Arthaniel, de son lieutenant Achmed et de ses meilleurs hommes se rendit sur le lieu de rendez- vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Jeu 12 Nov 2009 - 0:21

Alatáriël resta un moment seule, songeuse. Quelque chose la dérangeait mais elle ignorait quoi.
Elle posa une piece pour ajouter au paiement d'Arthaniel et sortit. Mais au lieu de se rendre au point de rendez-vous, elle alla récupérer Elessar et le conduii hors de la cité.
Ses pensées étaient dirigées vers Bneol. Elle avait fait confiance en cet homme parce qu'il semblait comme elle. Dans ce cas, il falait s'attendre au pire.. Mais qu'allait il donc faire?
Son cheval en sureté loin de cette cité blanche, l'elfe s'en retourna vers la oú se trouver ses compagnons d'infortune (ou pas). Au moins, si coup bas il y avait, ce ne serait pas pour elle, elle était trop utile.
Elle avait marché si lentement qu'il était nuit noire quand elle les rejoignit enfin .
Il ne restait plus qu'à passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Alaryc
Kommissar et Général d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 239
Age : 26
Date d'inscription : 19/04/2009

Feuille de personnage
Race: Homme (Angmar)
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Jeu 12 Nov 2009 - 21:42

Mode Mj= On

La nuit était tombée sur la Cité Blanche et les champs de Pelenor. La forteresse s'était faite silencieuse et déserte. Déserte ? Pas tout à fait. Devant la porte du second niveau, une petite troupe était assemblée. Pour des yeux pressés de citadins, cela ressemblait vaguement à un attroupement quelquonque. Mais pour des yeux habitués à guetter la pénombre, cela paraissait bien plus suspects. Encore plus suspects que toutes les armes dont les formes se dessinaient très nettement. Encore plus suspect que les hommes armés jusqu'aux dents accompagnés d'une elfe.

Or, la cité si elle était dorénavant fermée aux habitants, était encore sous la vigilance des gardes. Et c'est ainsi que les patrouilles de nuit commencèrent. Officiellement, on avait le droit de se promener la nuit tombée, mais les Gardes De la Citadelle n'aimaient guère les oiseaux de nuit. C'est ainsi qu'une compagnie de gardes arriva en vue de la porte et de la petite foule qui s'y assemblait. Jozad, capitaine de cette escorte, s'avança.

Au même moment, tapi dans sa cachette, Bneol sortit en courant. Ses habits étaient étrangement déchirés. Au passage, il jeta sa bourse aux pieds d'Arthaniel avant de courir en hurlant sur les gardes.


-A l'aide, à l'aide !

Jozad, qui s'avançait pour disperser la foule arrêta Bneol et l'interrogea abruptement.

-Hola, que se passe t-il seigneur?
-Cette troupe, juste là, vient de m'aggresser et de me depouiller ! Ah, je vois encore ma bourse à terre !

Sans reflechir, un homme de la troupe dégaina son épée, prêt à faire taire Bneol. A ce moment, Jozad fit signe aux autres gardes qui s'avancèrent, menaçants. Lances en avant, ils encerclèrent Alatariel et son compagnon humain. Déjà en sous nombre, les mercenaires n'auraient aucune chance face aux gardes de la citadelle, surentrainés.

-Il est vrai que je distingue une bourse à vos pieds, messire mercenaire. Et cet homme dit que vous lui avez dérobé.

Soudain, un concert de vives protestations fusa dans tous les sens, les mercenaires insultant Bneol et son comportement fourbe, lequel répondait et accusait de toutes les immondices la petite troupe. Le capitaine en eut vite assez

"Suffit ! Je vous emmène tous dans les geoles provisoires jusqu'a ce que vous regliez vos affaires. Dès que j'ai fini la ronde, je reviendrai vous chercher et nous tirerons cette affaire au clair ! En avant !"

Et c'est ainsi que toute la compagnie traversa les portes du second nievau, pourtant closes au public, pour se retrouver enfermée dans les prisons du Gondor. La grille qui délimitait l'espace était placée dans un vaste bureau aux couleurs chatoyantes. Juste en face se trouvait le but de la troupe : la porte de la salle des coffres. Sur un petit secrétaire, un érudit consignait on ne put lire quoi que ce soir. A ses côtés pendaient les clés de la cellule et de la salle. Bneol lui, avait été conduit dans une cellule adjacente, séparée par un mur. Et c'est comme cela, alors que tous les mercenaires se morfondaient sur leur sort, maudissant par démons et diables Bneol et sa fourberie, que ce dernier passa sa tête par la grille pour parler à ses compagnons d'infortune.

"Dites moi merci ! On est enfin passés, et à quelques mètres seulement de la Salle ! Bon, maintenant, je vous laisse jouer pour récupérer les clés. Dès que vous les avez, libérez vous, libérez moi. Pendant que vous déroberez les papiers, Alatariel, Arthaniel, vous, monterez la garde. n'hesitez pas à frapper. Pour ma part, je vais prendre la place de ce bon vieux Alfred et je redigerai notre paiement de caution. En route !

Et c'est ainsi que Bneol mit en routeson plan formidable...

Mode Mj= Off

[HRP / Suite dans "La salle des Coffres des prospecteurs]


Mon intelligence est mon casque,
Ma sagesse est mon armure,
Mon courage est mon épée,
Ma foi est mon bouclier,
Ma force : mes convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Lun 16 Nov 2009 - 21:16

Dolan se réveilla tout doucement. Confortablement installé dans son lit, réchauffé par la présence d’une magnifique jeune femme blonde qui dormait encore, les bras autour de son torse et la tête sur son épaule. Il passa sa main dans sa chevelure d’or en souriant tendrement. La jolie rohirrim remua un peu et releva son regard vers Dolan. Le jeune homme peina à garder le sourire. Un léger voile de tristesse passa même sur son visage. Cette fille là ressemblait énormément à Elyana, la femme qu’il avait aimée et abandonnée. Mais ce n’était pas Elyana et ce ne serait sans doute jamais plus Elyana qui regarderait Dolan avec ce regard à la fois emprunt d’amour et d’admiration.

S’écartant assez brutalement de sa compagne de la nuit, Dolan se leva et s’habilla sans un mot. Quand il entendit la rohirrim se plaindre de sa froideur à son encontre, la colère monta en lui. Cette femme ne le connaissait pas et il ne la connaissait pas. En réalité, il avait beau fouiller dans sa mémoire, il ne se souvenait même plus de son nom. La dispute qui s’en suivit se termina de la même manière que toutes les précédentes depuis l’abandon d’Elyana à la ferme de ses parents : par le départ de la jeune femme dans un claquement de porte.

Le jeune homme s’assit sur le bord du lit en soupirant. Il tentait vainement de refouler les souvenirs de cette nuit fatale qui remontait en lui comme la vapeur à la surface d’une casserole d’eau bouillante. Ils étaient encore clairs comme au premier jour...




    Dolan marchait en direction de sa ferme natale, entourée de la femme qu’il aimait et de celle qui l’avait mis au monde. Son cœur battait la chamade, mais il faisait encore bonne figure, composant avec la palette d’expressions propres à Amenelos de Nùmenor. Il avait réellement le désir de partager toute la vérité avec Elyana. Il savait pertinemment qu’il ne pourrait pas incarner ce rôle éternellement et le moment venu, il ne voulait pas que sa bien aimée soit témoin de sa fourberie. Mais il avait également la certitude que l’amour qu’Elyana lui portait allait d’abord à Amenelos de Nùmenor et que s’il n’était pas l’homme qu’il avait prétendu être, elle se détournerait de lui tout de même. Mais cela valait peut-être mieux après tout. L’amour est une chose dangereuse et il vaut mieux ne pas s’y brûler les ailes.

    Le combat intérieur qu’il menait était compliqué par la présence de sa mère qui marchait juste à côté de lui. Il ne l’avait pas vue depuis plus de dix ans. Les années n’avaient pas été tendres avec elle. Elle était maigre et fripée et ses cheveux autrefois d’un noir de jais étaient aujourd’hui d’un gris terne. Ses yeux autrefois rieurs étaient maintenant soulignés par des cernes et emprunts d’une immense tristesse. Et Dolan savait bien qu’il en était responsable.

    Quand ils arrivèrent dans la cours de la ferme, Dolan vit que le potager était laissé en grande partie à l’abandon. Seule une petite rangée de salades et quelques autres légumes subsistait. De la même manière, la basse-cour lui semblait bien vide comparé au souvenir qu’il en avait.

    -Je vous demanderais de faire doucement, mon mari est souffrant et très fatigué, fit la vieille dame et ouvrant la porte de la bâtisse.

    Dolan déglutit difficilement. Son père... était-il mourrant ? Puis soudain, son inquiétude initiale fut remplacée par une peur bien égoïste. Son père portait à la main le même tatouage que lui-même. Il fallait à tout prix éviter qu’Elyana le voit. Eviter qu’elle ne se pose des questions.

    Mais Diana, puisque c’était bien là le nom de la mère de Dolan, refusa de laisser ses invités déranger son mari. Intérieurement, le jeune homme la remercia. Il ne s’en voulait même pas de ne pas parvenir à se sentir plus concerné par la santé de son père. Il avait bien d’autres préoccupations pour s’inquiéter du sort de l’homme qu’il avait fuit si longtemps auparavant.

    La soirée se déroula de manière très charmante, autour d’un bol de soupe chaude, près de la cheminée. Dolan se crispa un peu lorsque Diana parla de son fils disparu depuis dix années huit mois et treize jours mais parvint à hocher la tête d’un air compatissant. Bientôt, ils partirent se coucher. La vieille dame mit à la disposition de ses deux invités une petite chambre que Dolan ne put s’empêcher de trouver misérable. Là, ils se couchèrent, mais Dolan ne parvint pas à trouver le sommeil alors qu’Elyana s’endormit presque immédiatement. Il passa quelques minutes à contempler son visage détendu, espérant en tirer un calme qui pourrait lui permettre de tomber à son tour dans les bras de Morphée. Mais rien n’y fit.

    Soupirant, il se leva et saisit son épée, la sangla autour de sa taille avant de sortir de la chambre en prenant garde à ne pas faire le moindre bruit. Il ne savait pas vraiment que faire, mais il devait s’éclaircir les idées avant d’espérer pouvoir fermer les yeux. Entendant quelques bruits venant de la salle principale, il s’y dirigea. Il y retrouva sa mère, attablée avec un vieil homme. Dolan n’eut besoin que de croiser son regard pour savoir qu’il s’agissait de son père. Son vieillissement était encore plus saisissant que celui de Diana. Du colosse bon vivant qui travaillait aux champs plus de dix heures par jours, il ne restait qu’un homme chauve aux épaules affaissées, l’air hagard.

    -Entrez, n’aillez pas peur, fit Diana d’un ton légèrement moqueur. Je vous présente Alden, mon mari.

    Le jeune homme pénétra dans la pièce, et salua le vieillard. Ce dernier lui tendit la main afin qu’il la lui serre. Le regard de Dolan s’attarda sur le tatouage en forme de patte d’ours que son père n’avait jamais caché. Ses yeux se dérobèrent du regard scrutateur du vieil homme.

    -Je suis navré, fit-il en montrant sa main bandée. Une mauvaise blessure, je préfère ne pas l’endommager plus qu’elle ne l’est déjà. Mais je vous remercie grandement pour votre accueil.

    -Oh, fit Alden d’un voix rocailleuse que Dolan ne reconnut pas. Je vois, la poigne d’un vieux paysan décharné et faible pourrait salir le noble bandage protégeant votre noble main. Mes excuses, seigneur Amenelos.

    -Alden, je t’en prie, fit Diana d’un ton de reproche. Soit un peu plus correct.

    Pour toute réponse, le vieillard renifla dédaigneusement.

    -Il n’y a pas de mal, assura Dolan. Je conçois que ce soit irrespectueux envers vous et vous m’en voyez bien désolé... Je... Je n’arrivais pas à m’endormir alors je voulais me... changer les idées. Je ne m’attendais pas à vous trouver éveillés.

    Diana acquiesça, compréhensive tandis qu’Alden haussait les épaules. S’en suivit un long et gênant silence.

    -Étrange tatouage que vous avez là, fit Dolan faisant mine de lancer une conversation anodine. A-t-il une signification particulière ?

    -Plus maintenant, répondit Alden se renfrognant encore plus. Il est le symbole d’une grande et honorable lignée. Mais cette lignée mourra avec moi.

    -Vous... vous n’avez pas d’enfants, fit Dolan sentant un boule monter dans sa gorge.

    -Nous avions un fils, je vous en ai parlé tout à l'heure, répondit Diana en posant une main sur l’épaule de son mari. Mais il nous a quitté il y a bien longtemps. Nous n’avons pas de nouvelles depuis. Nous avons remué ciel et terre pour le retrouver, mais à présent, il n’y a plus d’espoir. Il est mort. Probablement tué par quelque bandit en maraude.

    -Mais peut-être est-il toujours vivant, répondit Dolan. Tant que vous n’avez pas vu son cadavre, comment en temps que parents pouvez-vous avoir la certitude de sa mort ?

    -Comment ? demanda Alden en haussant le ton à nouveau. Cela fait plus de dix années que mon fils est partit. Je ne peux pas croire qu’en dix ans, il ne nous ai pas donné, ne serait-ce qu’une seule fois, de ses nouvelles. Mon fils ne ferait pas cela. Ce n’est pas ainsi que nous l’avons éduqué. Il avait ses défauts mais c’était un enfant dont je pouvais être fier. Avec le temps, nous serions parvenus à en faire un homme digne et respectable. Non... Je le sais au plus profond de mon âme : Dolan est mort.

    Dolan resta pétrifié en entendant son nom. Cela faisait si longtemps qu’il n’était pas parvenu à ses oreilles. Et entendre la voix de son père trembloter à la fois de colère et de chagrin en assénant cette terrible phrase eut raison de son sang froid. Il détourna les yeux en sentant les larmes y monter, se forçant à regarder les dernières braises qui rougissaient encore dans la cheminée. La culpabilité qu’il avait si longtemps refoulée menaçait de faire surface. De toute sa volonté, Dolan tentait de la refouler encore, mais son masque de héros s’effritait de lui-même et coulait sur son visage en long sillons salés, allant s’écraser sur le bois sombre de la table.

    -Nous avons édifié une tombe derrière notre maison, ajouta Diana. Même si elle n’abrite aucun corps, cela nous a permis de faire notre deuil et de recommander son âme aux valars.

    Cette phrase, prononcée d’une voix douce et résignée acheva de briser la résistance du jeune homme qui éclata en sanglots incontrôlables. Ses deux parents le regardaient sans comprendre son émotion.

    -Allons, monseigneur, fit Diana. Je vous en prie, ne vous mettez pas dans cet état, cela me gène. Nous avons eu le temps de faire notre deuil et nous savons que Dolan est à présent avec les valars. Notre douleur est apaisée.

    -Veuillez m’excuser, répondit Dolan entre deux sanglots. Je... Je trouve cette histoire tellement triste. Elle me rappelle simplement une autre histoire. Celle de mon frère qui nous a quitté voilà presque un an maintenant. Sans donner d’indication quant à la direction qu’il prenait et sans donner de nouvelles depuis. Mes parents ne peuvent pas se résoudre à sa disparition et refusent de le croire mort. Et j’avoue que jusqu’à maintenant... Je le refusais également. Mais vous avez raison. Il doit probablement être mort à présent lui aussi.

    Les automatismes vieux de dix ans reprenaient peu à peu leurs droits sur l’esprit du jeune homme. Il essuyait ses larmes tandis que Alden se déplaçait pour aller se placer en face de lui.

    -Gardez espoir, jeune seigneur, dit-il d’une voix grave. Un an n’est pas une si longue période que cela. Et laissez moi vous montrer quelque chose... Dites moi, croyez-vous aux légendes, jeune homme ?

    Dolan regard son père, interloqué. Il essuya les dernières larmes qui maculaient son visage avant de répondre.

    -J’ai tendance à supposer vraie toute histoire tant que je ne possède pas de preuve tangible la contredisant. Mais je tâche de rester prudent tout de même.

    -Bien. Alors connaissez-vous celle de Beorn ?

    Dolan sentit son cœur battre plus rapidement dans sa poitrine. Son regard glissa imperceptiblement vers le tatouage qu’arborait son père. Mais il parvint à garder son visage impassible.

    -Oui, répondit-il. Cet homme qui serait capable de se transformer en ours...

    -Exactement. Beorn était un changeur de peau. Et cette légende, pour le moins, est tout à fait exacte, sachez le. Beorn donc, avait cette faculté et il la transmit à sa descendance. Il eut deux fils : Bald et Brin. Bald était l’aîné et le fils modèle, celui qui ressemblait le plus à son père. Il était courageux et humble, fort et bon. Brin lui, aimait le calme et partageait avec son père l’amour de la nature. Il n’était pas peureux, mais la guerre le répugnait au plus haut point et il n’était pas doué pour le maniement des armes.

    Si bien que lors de la Bataille des Cinq Armées à laquelle participèrent les beornides, il refusa de se battre. Bald lui, se jeta dans la mêlée et y laissa la vie. Fou de chagrin et de colère à l’encontre de son lâche de fils qui avait eu la témérité de survivre, il le bannit du Val d’Anduin, lui et sa femme, ainsi que leur descendance, leur interdisant formellement d’y remettre les pieds un jour, sous peine de mort.

    Brin s’exila donc en Gondor où il parvint à vivre une vie agréable en exploitant une petite parcelle de terre, vivant au contact de cette nature qu’il aimait tant, se tenant loin des guerres et des combats. Plus jamais il ne revit son père.

    Il eut une fille qui grandit et montra les mêmes dispositions que lui pour le changement de peau. Pour la protéger, il fit appel à d’antiques incantations et il tatoua sur le dos de sa main droite un tatouage qui l’aiderait à dompter la bête qui était en elle.

    Car Brin savait que sa nature de change forme était sauvage et dangereuse. Incontrôlée, elle pouvait faire des ravages. Ce tatouage empêche la bête de se manifester de manière trop ostentatoire. Sans lui, l’humain est à la merci de l’ours et suit ses instincts les plus primaires. Mais même ainsi, il ne faut pas plus de quelques années pour que la bête se fraye un chemin à travers le canevas que représente ce tatouage et prenne possession du corps. Cette protection ne saurait retenir la bête pendant plus de vingt années au maximum. Sauf si l’individu est doué d’une humanité profonde et d’une volonté hors du commun. Auquel cas, il peut peut-être inconsciemment la refouler pendant quelques années de plus. Mais tôt ou tard, il faiblira et se transformera en une bête féroce et assoiffée de sang. Disons que ce tatouage permet de repousser la bête jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge adulte et soit capable de se mesurer à elle. Mais encore faut-il qu’il sache comment s’y prendre.

    Vous l’aurez compris, je suis un descendant de Brin moi-même. Son petit fils en réalité. Ma mère a dessiné ce tatouage alors que je n’étais qu’un très jeune enfant. Et c’est seulement le jour de mes seize ans qu’elle m’a révélé toute la vérité. Elle m’a apprit à contrôler la bête qui vit en moi. A m’en faire une amie. Il s’agit tout simplement d’une bête sauvage qui peut être domptée. Comme un cheval par exemple. Les meilleurs dresseurs savent qu’un cheval ne sera totalement dompté que s’il fait confiance à son maître. L’inverse est vrai également. C’est une vraie relation d’égal à égal qui doit se mettre en place. Aucun des deux ne doit être au dessus de l’autre. Sinon, la relation est biaisée et finira tôt ou tard par détruire aussi bien l’humain que la bête.


    Dolan ne disait rien, pendu aux lèvres de son père. Son cerveau emmagasinait toutes les informations qui lui parvenaient, tentant vainement de les trier et de les analyser par ordre d’importance. Beaucoup d’épisodes effrayants de ses derniers jours étaient ainsi expliqués.

    *Une nouvelle personnalité* songea Dolan. *Je devrais savoir m’en accommoder.*

    -C’est une histoire passionnante, fit-il après quelques secondes de silence. Mais pourquoi me la raconter ?

    -Parce que je n’ai jamais eu le temps de la raconter à mon fils. La protection du tatouage a dû le quitter depuis bien longtemps et la bête prendre possession de son corps. Si c’est le cas. Si aucune lame providentielle ne lui a transpercé le corps avant cela... il s’est transformé en une bête sauvage et féroce et n’appartient plus à la race humaine. Un sort pire que la mort. Et j’en suis responsable. J’avais besoin de raconter cette histoire à quelqu’un. J’espère ainsi qu’elle lui sera utile.

    Alden planta son regard dans celui de Dolan, sans ciller. Le jeune homme soutint se regard si semblable au sien pendant plusieurs secondes. Lentement, il hocha la tête. Il sentait que son père avait compris bien plus de choses qu’il ne voulait en laisser paraître. Pour une raison inconnue, il ne voulait pas en rajouter, se contentant de donner à Dolan les instructions qu’il n’avait pas pu lui donner dix ans plus tôt.
    Le jeune homme porta ensuite son regard vers Diana qui le regardait en souriant. Elle aussi avait comprit. Dolan lui sourit en retour.

    -Merci, dit-il. Merci beaucoup. Dites moi, cela vous dérangerait-il si je me recueillais quelques instants sur la tombe de votre fils. Je crois que cela apaiserait mon cœur.

    Alden et Diana hochèrent la tête à l’unisson et lui désignèrent la porte dérobée qui donnait sur l’arrière de la maison. Sans un mot de plus, Dolan sortit. Quand il sortit l’air frais lui fouetter le visage, il ferma les yeux appréciant ce sentiment de liberté infinie. Il remarqua un petit monticule de terre surmonté par une pierre taillée. D’un pas peu sûr, il se dirigea dans cette direction. Il contempla sa tombe d’un œil triste. Dolan était mort officiellement. Et pourtant, il semblait au jeune homme qu’il ne s’était jamais sentit aussi proche de sa véritable identité qu’en ce moment précis. Il esquissa un sourire amical à sa sépulture avant de s'en détourner et se dirigea vers l’écurie où était installé Ecthelion.

    Dolan avait pris la décision de s’éloigner d’Elyana qui devait encore dormir sur ses deux oreilles. Il avait parfaitement compris qu’il représentait désormais un danger pour les personnes qui l’entouraient et il ne supportait pas l’idée de mettre en péril la vie de la jeune femme. S’approchant de l’étalon, il le réveilla en douceur.

    -Allons mon ami, chuchota-t-il. Je suis navré, il nous faut de nouveau abandonner nos compagnes. Je sais que Ada t’a tapé dans l’œil, mais tu te trouveras une autre jument tout aussi charmante, j’en suis persuadé. Aller, suis moi, nous partons.

    Intérieurement, Dolan se demandait s’il pourrait jamais retrouver une femme telle que celle qu’il quittait à l’instant même.




Le temps lui avait donné une réponse négative. Il avait fait route vers la Val d’Anduin pour apprendre à maîtriser la bête dont il avait à présent conscience. Il avait compté sur le temps passé et sur son refus de suivre le chemin familial, et surtout sur ses aptitudes à la négociation, pour éviter le terrible châtiment promis à la descendance de Brin par son propre père Beorn. Bien lui en avait pris. Il avait aujourd’hui toutes les armes en main pour accepter sa vraie nature et se sentir enfin entier. Mais jamais il n’avait revu Elyana. Il ne savait pas où elle se trouvait et n’était pas certain de vouloir la revoir. Il l’avait abandonnée et redoutait de croiser son regard à nouveau et y voir la rancœur qu’elle devait éprouver à son égard. Et lui expliquer la vérité engendrerait sans aucun doute son dégoût.

Le jeune homme vivait donc de temps à autre de courtes aventures avec de jeunes femmes blondes ressemblant quelque peu à Elyana, mais sans jamais y trouver une quelconque satisfaction. En réalité, sa seule et unique source de satisfaction résidait désormais en Dormegil, cette épée qu’il aimait et détestait à la fois, pour laquelle il avait tant sacrifié et qu’il n’avait pas quitté depuis sa découverte dans le grand cimetière de Dagorlad.

Las de ressasser ses souvenirs, le jeune homme se leva de son lit et se dirigea vers un petit buffet en bois appuyé contre le mur. Il saisit la bouteille d’alcool qui s’y trouvait et s’en servit un verre. Depuis le jour où il avait quitté Elyana, il avait recommencé à boire plus que de raison. Ici, à Minas Tirith, les gens le connaissaient sous le nom de Dorman. Il vivait depuis quelques jours dans une petite chambre qu'il louait dans l’auberge de Patrocle.

De l’aristocrate nùmenoréen nommé Amenelos Prestor, il ne restait pas grand-chose, bien qu'il se soucie toujours énormément de son apparence. Désormais, Dolan arborait une petite barbe et ses cheveux lui tombaient sur les épaules. Son visage était plus dur également. Sa carrure impressionnante s’était encore développée depuis son dernier passage en ville. Cela lui évitait bien des ennuis : personne n’avait envie de lui chercher des noises.

Il vivait donc une vie relativement tranquille à laquelle il était peu habitué. Il s’était surpris à en apprécier certains moments, mais à présent, l’aventure lui manquait. Endosser à nouveau ses habits de héro le démangeait terriblement. D’un pas pesant, il descendit dans la salle principale pour y prendre une collation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   

Revenir en haut Aller en bas
 
Auberge 'chez Patrocle'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Gondor :: Minas Tirith-
Sauter vers: