Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Auberge 'chez Patrocle'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 9:57

La jeune femme était restée au comptoir tandis que Patrocle s'affairait à remettre son affaire en place. Elle se désaltérait tranquillement...

La première réaction de Morgane aux dires de Patrocle fût un semblant de sourire... Ou plutôt un petit rictus d'ironie. Comment aurait elle pu connaître la vie de ses hommes ? Elle qui n'avait vécu que par le combat une grande partie de sa vie...

Mais une partie des paroles de Patrocle attira subitement son attention.

" Ce qui se passe en ce moment ? La vie m'a l'air plutôt bien calme en ce moment. A moins que je ne sois passée à côté de quelque chose ? Dîtes moi, vous m'avez l'air bien renseigné Patrocle. Pouvez vous me raconter ce qu'il se passe ? "

Le visage froid de Morgane était devenu interrogatif. Ses yeux turquoise fixaient le vieux Patrocle sans sourciller.
Revenir en haut Aller en bas
Toranur
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 1366
Age : 28
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Race: Numénorien Noir
Possessions: Trésor Royal d'Angmar
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 11:51

[MJ on]

Patrocle s'était mis à astiquer avec nonchalance un pichet, fidèle à l'image d'aubergiste. Cependant, la question de Morgane fit bien plus que l'étonner.


"Comment? Une voyageuse comme vous me demande ce qu'il se passe?"


Levant les bras au ciel, il murmura toute une série d'incantations avant de s'accouder à son comptoir et de dire l'air bougon:

"Ma foi m'amzelle, faut vraiment être sourde et aveugle pour ne pas constater ce qu'il se passe. Depuis la venue de ces Morts, que les Valars les précipitent aux Enfers, il y a que l'activité économique est au plus bas. les marins refusent d'embarquer, les mercenaires demandent des tarifs trop élevés et les paysans n'osent plus venir approvisionner les marchés. Voilà ce qu'il y a. Et encore, c'est sans parler des problèmes politiques. Avec ces changements de souverains, on ne s'y retrouve plus. N'y a guère que les charognards pour se réjouir de situation pareille..."

Et Patrocle de recommencer à astiquer son pichet sans s'apercevoir qu'il était déjà propre. Un tel contexte le chagrinait. Heureusement pour lui qu'il y avait encore quelques voyageurs comme Morgane ou l'éclaireur qui logeait plus haut...

[MJ off]




Les soldats vivent mais ne savent pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2301-une-vie-au-service
Relkan

avatar

Nombre de messages : 11
Age : 32
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 12:03

A l'étage, Relkan s'était remis sans peine de la tentative de vol de maitre Rufus. Apres avoir pris une gorgée de vin, il tendit la bouteille à son interlocuteur et lui répondit:

"Disons que, les contrées lointaines ne sont plus sures. En tout cas pour moi. Je prefere donc aller de ville en ville. Pour Minas Tirith, c'est un pur hasard."

Le bruit de l'auberge semblait s'être calmé d'un coup. Relkan écouta un peu, tentant de deviner quelques mots mais les murs étaient bien épais dans la cité Blanche.
Il tira une bouffée de sa pipe et demanda à son tour:

"J'imagine que vous êtes ici depuis longtemps. Vos "clients" doivent être nombreux, non?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 16:41

Morgane écouta le vieil homme attentivement. Elle voulait tout savoir. Mais il lui paralait surtout du contexte économique et politique... Enfin du point de vue d'un aubergiste c'était normal. Mais elle crût comprendre que des invasions recommençaient encore... Une guerre de plus ? La dernière qu'elle avait subi lui avait enlevé ce qu'elle avait de plus cher...

" Disons que je suis restée loin de route civilisation depuis un sacré bail... " dit elle d'une voix quasi inaudible...

Elle bût à nouveau une gorgée de bière. Mais elle s'aperçût qu'elle arrivait à la fin de sa pinte.

" Toute bonne chose a toujours une fin... "
soupira t'elle.

Puis elle fixa Patrocle qui avait l'air nerveux.

" Ne vous en faîtes pas vieil homme. Il y aura de mauvais moments à passer et la Mort s'abattra sur ce que vous avez de plus cher. Mais la vie triomphe toujours et l'enemi sera, cette fois encore, repoussée... "

En disant cela, elle avait posé une main sur celle de Patrocle qui frottait le pichet et le regardait droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Toranur
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 1366
Age : 28
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Race: Numénorien Noir
Possessions: Trésor Royal d'Angmar
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 16:55

[MJ on]

L'aubergiste la regarda d'un oeil torve. Comment pouvait-on ne pas avoir entendu parler des Morts? Enfin bon, le monde était remplie de suffisamment de bizarreries pour que Patrocle s'en occupe. Il préféra s'occuper du verre de sa cliente qui paraissait vide. Mais, tandis qu'il reposait le pichet qu'il tenait à la main en vue de saisir le tonnelet de bière, la jeune femme prononça cette phrase étonnamment naïve tout en lui enlaçant une main. Autant dire que pour le coup, l'aubergiste fut surpris. Ce n'était pas tout les jours que ses clients agissaient de la sorte. Habitué à fréquenter les ivrognes et les hommes rudes, il resta là pantois, se demandant comment il devait réagir. Grognant, il dégagea sa main, saisit le tonnelet de bière et la servit, retrouvant dans ces gestes quotidiens un peu de retenue.

"Hum, hom hum. Oui, on aimerait tous qu'il en soit ainsi, pour sur. Mais enfin pour le moment, ces foutus Morts sont invincibles. Aucun moyen de les tuer. Remarque, normal vu qu'ils sont déjà morts à ce qu'y paraît."


[MJ off]




Les soldats vivent mais ne savent pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2301-une-vie-au-service
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 17:10

Morgane s'aperçût de son erreur... Mais trop tard le mal était fait. Elle n'était pas habituée à converser avec d'autres personnes que son frère. Et encore, elle parlait à un mort... De quoi devenir folle!

Elle remercia Patrocle pour la bière et reprît place sur le tabouret.

" Invincibles ? Je suis persuadée qu'il doit être possible de les vaincre tout de même. Je veux bien qu'ils sont morts mais ce qui est mort doit logiquement le rester et de ce fait être totalement inerte. Là ils ont un "semblant de vie" je dirais. Donc ils doivent avoir une faiblesse quelle qu'elle soit."


Elle s'étonnait de discuter de cela avec un tavernier mais il était la seule personne qu'elle rencontrait depuis trois années d'ermite...

La jeune femme replongea le nez dans son verre...
Revenir en haut Aller en bas
Toranur
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 1366
Age : 28
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Race: Numénorien Noir
Possessions: Trésor Royal d'Angmar
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 17:36

[MJ on]

Patrocle était pour le moins embêté, il ne savait plus trop quoi faire ou quoi dire. Il se tenait là d'un pied sur l'autre. Déjà que parler des Morts ne l'amusait pas, mais en plus, son interlocutrice semblait ne pas comprendre la réalité de ce qu'ils affrontaient. Ou du moins, faisait mine de ne pas le voir, ce qui revenait du pareil au même pour Patrocle. Remarque, il n'aurait pas du être étonné. C'était une jeune femme, mais aussi une guerrière. Elle devait avoir le combat dans le sang. Tiens tiens, le combat dans le sang hein?
Son trouble passé, Patrocle se remit à penser affaires. Son grand ami Billdegarde cherchait désespérément des mercenaires pour son convoi en direction de l'Arnor. Il devait livrer à tout prix une importante cargaison de tissus et de vins mais aucun mercenaire ne voulait partir. La prime était trop basse, le voyage trop long et la peur leur prenait les tripes à la seule évocation du mot Mort.
Or, Morgane n'en semblait pas effrayée,et perdue dans cette cité, avoir une occupation pourrait lui plaire. Se frottant intérieurement les mains, Patrocle dit à Morgane:


"Je ne peux pas dire que personne pense comme vous. J'ai un ami, Billdegarde qu'y s'appelle, il est persuadé qu'avec de la prudence et tout, on peut se débrouiller pour passer outre ces Morts. Mais le problème, c'est qu'y a personne qui veut tenter l'aventure avec lui. Lui, je le crois car y s'y connaît un rayon. C'est le meilleur convoyeur de tout le pays, mais y sont trop rares les comme lui. Alors en attendant, personne ne sort de la ville. C'est malheureux mais c'est comme ça."

Un client lui demandant quelque chose, il s'éloigna quelques instants. Puis, lorsqu'il revint, un grand sourire lui illuminait le visage et il dit:

"Mais au juste, vous, ça vous tenterait pas l'aventure? Car si j'ai bien compris, ça n'est pas votre premier voyage non?"


[MJ off]




Les soldats vivent mais ne savent pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2301-une-vie-au-service
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 19:05

En haut à l'étage de l'auberge, Le voleur Rufus prit le pichet de vin que lui tendait celui qu'il avait failli volait. Il avala une gorgée a même le goulot avant de rendre le pichet à Relkan.

- Sur ? Cela dépend...des rencontres nocturnes. Cependant, nous avons du bon rouge. C'est au moins cela.

Les clients ? Ils n'étaient pas nombreux ces temps ci même si un vieux receleur lui avait parler d'une bicoque branché dans Minas Tirith même.

- Rien de bien impressionnants...Je dois faire une "visite" dans une bicoque bourgeoise bientôt si cela vous dit...

Il murmurait pour pas que les gens de l'étage inférieure entendent.

- Un peu d'or ne devrait pas vous faire de mal...surtout de l'or de bourgeois, si vous êtes de taille l'étranger..
Revenir en haut Aller en bas
Relkan

avatar

Nombre de messages : 11
Age : 32
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 5 Avr 2009 - 22:21

Relkan hesita un moment avant de répondre. Le vol était l'héroïsme des braves, lui avait enseigné son maître, il y a des années. Il reprit le pichet, tira une nouvelle bouffée de tabac et finit par répondre:

"Je n'ai jamais fait ca..."

Il se perdit dans un peu de nostalgie, et reprit:

"Pourtant, je dois avouer que l'argent manque."

Il regarda sa besace, soupira:

"Non, je ne me joindrais pas à vous. Je prefere encore dormir sous la lune. Enfin..."

Relkan repensa à ces nuits, où le sommeil ne parvenait pas à traverser la peur, lorsqu'il était allongé, sous un arbre, dans une foret si sombre qu'un orc y passera inapercu, même de jour. Il ne voulait plus revoir ces nuits longues et froides.
Toutefois, apres reflexion, il n'avait jamais rencontré de voleur. C'était peut-être l'occasion de découvrir un métier, tres en vogue à cette époque.

"Non, apres tout, je pourrais vous etre utile et mes finances sont au plus bas. Où allons nous nous retrouver?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Lun 6 Avr 2009 - 11:28

(Hors Jeu : Je ne pourrai pas me connecter ce soir, désoler. Quelques problèmes administratif à régler. Demain, par contre, je serais disponible. Désoler du dérangement.)

Rufus saisit le pichet de vin et en buva une grande gorgée, qelques gouttes de vin rouge de Minas Tirith dégoulina le long du bouc du voleur et termina dans son foulard.

- Ne crayez rien, ce n'est qu'une petite bicoque, une mansarde de deux étage d'une famille bourgoise...Un Capitaine de la Garde je crois...Peut importe la personne, les trésors comptent plus.
Rufus tira une boufée d'herbe a pipe.

- Quelques babioles, un peu d'or et de l'argenterie...Cela se revend bien. Voyez pas compliquer : on entre, on prends et on sort.

Rufus ouvra la porte.

- Rejoingez moi dans une heure dans la ville...Venez, Etranger, ne prenez pas peur avant.

Il fit un signe de la main à l'homme et descendit l'escalier avant de quitter l'auberge. Il regarda rapidement les deux personnes au comptoir puis disparut.

( HJ : Je créerai un post demain pour cela, désoler de ne pouvoir le faire avant.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Lun 6 Avr 2009 - 11:40

Morgane écoutait toujours Patrocle jusqu'à ce qu'il aille dans la salle. Escorter quelqu'un ? La dernière personne qu'elle voulait protéger était décédée. Et puis bon... Elle n'était pas très douée au niveau des relations sociales alors ça ne serait pas une partie de plaisir pour la personne à escorter...

Elle était toujours en pleine réflexion lorsque Patrocle revînt... Elle s'attendait à ce qu'il lui demande d'accompagner Billdegarde...

" Je ne serais pas de charmante compagnie pour cet homme mais pourquoi pas ? Que faut il que je fasse exactement ? "
Revenir en haut Aller en bas
Toranur
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 1366
Age : 28
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Race: Numénorien Noir
Possessions: Trésor Royal d'Angmar
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Lun 6 Avr 2009 - 16:54

[MJ on]

Patrocle était très satisfait de son coup. Non seulement il avait rendu service à un ami, mais en plus, il toucherait une commission non négligeable sur ce recrutement. C'était tellement rare ces temps ci que pour un aubergiste, l'occasion était trop belle.

"Eh ben ma foi, Billdegarde passe tout les soirs chez moi. Il vous suffit de l'attendre ici. Croyez moi, il s'reconnaît facilement."


Puis, Patrocle alla s'occuper d'autres clients. Avec le soir tombant, de plus en plus de personnes affluaient. Et même si ce n'était pas la joie, il y avait du boulot pour notre homme qui dût délaisser Morgane. Il prit cependant soin de lui servir un repas chaud et consistant pendant l'heure qui s'écoula. Soudain, la porte s'ouvrit avec fracas et un homme petit, dégarni de cheveux sur le sommet du crâne mais pourvu d'une belle crinière blanche sur les côtés et portant un bandeau noir sur son oeil gauche, fit son entrée. Il alla droit au comptoir, s'assit à côté de Morgane sans la voir et tapant du poing sur la table, il cria plus qu'il ne dit:

"Alors Patrocle, toujours à vendre ta pisse de rats en guise de bière? Sert moi donc du porto, vieil escroc."


"Billdegarde, crâne d'oeuf, toujours à venir enquiquiner les braves gens hein? Tiens, pour toi, double ration de ma meilleure pisse de chiens malades. On en trouve pas de moins bonne dans toute la ville. J'espère qu't'en choperas la crève."


"Il t'en faudras plus pour me tuer brigand."

Après cet échange "amical", le dit Billdegarde s'enfila cul sec son verre de porto et un rictus pouvant passer pour un sourire apparu sur son visage. Sa gorge enfin hydraté, il commença à parler affaires avec Patrocle qui lui répondit et s'engagea une ennuyeuse discussion sur le cours du vin, les impôts et une foule d'autres choses. Mais soudain, Patrocle fit un signe de tête vers Morgane et dit:

"Té, Billdegarde, voici une jeune femme qu'a pas froid aux yeux. Elle voyage et p'te bien qu'elle voudrait bien accepter du travail."


Billdegarde darda son oeil droit sur Morgane et la jaugeant de haut en bas, il dit avant de porter son nouveau verre à la bouche:

"M'a pas l'air bien solide mais si y a la foi. Alors comme ça minette, tu serais prête à voyager à travers les terres? Ils sont plus beaucoup à être prêt à le faire. Qu'est-ce qui me dit que tu tourneras pas tes mignonnes gambettes une fois les ennuis arrivés?"

[MJ off]




Les soldats vivent mais ne savent pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2301-une-vie-au-service
Relkan

avatar

Nombre de messages : 11
Age : 32
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Lun 6 Avr 2009 - 22:06

A peine l'intrus avait refermé la porte, Relkan eut un long soupir de soulagement. Il s'allongea sans grace sur le lit. La fatigue le tuait mais la peur et l'instinct de survie l'avait évéillé pour au moins une heure. Il se releva pour se rafraichir et se saisit d'un gateau sec. Il fallait dormir. Le temps pour que le sommeil revienne, et il devait etre en ville. Pour voler. Il ne connaissait pas les voleurs, les vrais, ceux qui en vivaient. Pourtant, il connaissait le vol. Les famines à l'Est avait poussé des villages entiers à dérobés tous ceux avec un soupcon, une once de nourriture ou de saveur. Voila pourquoi le vol n'était pour Relkan qu'un geste deseperé. Toutefois, à l'heure actuelle, il ne fallait pas sous-estimé la moindre alternative. Les Morts laissaient une peur telle que même les joueurs de longue dates avaient cessés de flamber leurs bourses jusqu’à l’aube.
Relkan descendit se changer les idées au comptoir, où quelques clients parlaient un peu fort et riaient bruyamment. Malgré les époques difficiles, peu importe lesquelles, les auberges proposaient toujours la chaleur pitoresque des feux à la tombé de la nuit. Les étrangers partagaient leur peurs, leurs rumeurs et même leurs espoirs autour d’une pinte, d’un breuvage chaud.
Et Relkan trouva cette chaleur immédiatement. Finalement, le Sud ressemblait plus au Nord qu’il ne le pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Relkan

avatar

Nombre de messages : 11
Age : 32
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Mar 7 Avr 2009 - 18:09

Apres avoir bu un long thé chaud, Relkan demanda une biere. Apres le réconfort, il était temps de se donner des forces, sans pour autant soritr îvre mort.
Il savoura sa bière et fut surpris par l'heure. Il laissa une pièce d'or sur le comptoir et se leva.
Il marcha paisiblement jusqu'à la porte, pour que personne ne le remarque.
Devant la porte, il s'arreta un instant. Il semblait avoir tout le nécessaire. C'est à dire, pas grand chose. Sa lame était cachée sous sa tunique, et sa capuche cacherait son visage. Une besace avec quelques objets et denrées de premiers secours.
Sans se retourner, il ouvrit la porte et la referma, caché par les fortes discutions detaverne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyana

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 24
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 26 Juin 2009 - 14:03

Elyane descendit avec grâce de sa monture. La chevauchée avait été longue et le moment était venu de s'arrêter un peu pour faire et une pause. Et puis quel meilleur endroit que Minas Tirith pour faire de nouvelles découvertes et être au courant de ce qui se passait en ce monde! La jeune femme jeta un bref coup d'oeil à sa jument. Pauvre Ada, elle devait être épuisée. La jeune femme se contenta de flatter l'encolure de sa jument avant de se diriger vers l'auberge la plus proche. Elle marcha un petit moment dans les rues avant de se retrouver face à une enseigne "Chez Patrocle". Elyana soupira de soulagement. Enfin une auberge, ce n'était pas trop töt.
La jeune rohirrim ouvrit la porte et entra silencieusement. L'endroit était rempli de monde, nul doute que des voleurs devaient se mélanger à la foule. Prudente, Elyana avança à une table vide, une main posée sur l'une de ses dague, prête à les dégainer si le besoin s'en faisait sentir. Elle s'assit à la table qu'elle avait repéré un peu plus tôt, et desserra les liens de sa cape marron. La jeune femme frotta machinalement sa robe légèrement salie sur les extrémités faute des dépôts de boue qui s'y étaient posés lors de sa chevauchée. Heureusement, cela ne se voyait pas trop car sa robe était d'un rouge bordeaux qui s'accordait parfaitement à la couleur de sa cape.
La belle rohirrim regarda autour d'elle et demanda une tasse de thé bien chaude. Cela la ferait reprendre un peu ses esprits quelque peu embrouillés par la longue chevauchée qu'elle venait de faire.
La jeune femme but son thé aux plantes sans un mot observant chaque personne présente, leur manière, leur façon de parler et leur mimique.
Certaines personnes buvaient beaucoup de bierre, d'autres mangeaient, et il était bien agréable d'observer chacun, de se détendre et même de se laisser aller à ses pensées.
Néanmoins, Elyana avait la sensation étrange et désagréable de se sentir observée...


On n'en découvre jamais assez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toranur
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 1366
Age : 28
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Race: Numénorien Noir
Possessions: Trésor Royal d'Angmar
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 26 Juin 2009 - 14:23

(MJ on)

L'arrivée d'une jolie jeune femme dans l'univers de la taverne avait provoqué quelques émois. Mais cela se calma rapidement car chacun avait d'autres choses à "méditer". Après une rude journée de labeur, une bière bien fraîche était un excellent moyen de se requinquer...

Comme l'avait remarqué si justement Elyana, la taverne était noire de monde et elle avait eu beaucoup de chance de trouver une table inoccupée au fond de la salle. Mais cette relative tranquillité fut bien courte. Se sentant observée, Elyana tourna la tête vers la porte d'entrée et vit entrer trois soldats de Gondor en harnachement complet. Mais à voir leur tête, on sentait qu'ils n'étaient pas là pour de mauvaises intentions, mais bien pour fêter la fin du service de jour. En effet, la bière de la caserne était imbuvable et les soldats préféraient de beaucoup se rendre chez Patrocle pour étancher leurs soifs et dépenser leurs deniers. Le sergent, reconnaissable grâce à son casque plus finement ouvragé, discutait avec l'aubergiste. Pendant ce temps, le plus jeune, qui avait enlevé son casque, ne pouvait détacher son regard de la belle jeune femme. Depuis qu'il était entrer, il n'avait vu qu'elle et lorsqu'il s'aperçut qu'il était découvert, un rouge vif monta à ses joues et il détourna le regard.

Elyana aurait pu se croire tranquille après cela mais l'aubergiste se dirigea droit vers elle, suivit des trois soldats. Avec obséquiosité, Patrocle s'inclina devant la rohirrime et demanda:


"Demoiselle, cela vous dérangerait-il de partager votre table avec ces soldats de Notre Majesté? Mon auberge est pleine et je n'ai point d'autres endroits où leur permettre de se restaurer?"

Derrière lui, les trois soldats s'étaient légèrement inclinés pour la saluer et attendait sa réponse avant de prendre place.


(MJ off)




Les soldats vivent mais ne savent pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2301-une-vie-au-service
Elyana

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 24
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 26 Juin 2009 - 17:20

Elyana entendit des cliquetis de métal et des bruits de pas ordonnés. La rohirrim se retourna vivement et aperçu trois soldats de Gondor.
Mais elle avait cette impression d'être observée étrange. Elle regarda autour d'elle et croisa le regard d'un des soldats. Il était assez jeune, à peu près son age et elle devait le reconnaitre il était plutôt mignon. Lorsque leur regard se croisèrent, le jeune soldat devint rouge vif et la jeune femme ne put s'empêcher de lui adresser un sourire éblouissant. Décidément ce que les hommes pouvaient etre timides. Elle devait les intimider par sa grâce naturelle. Elyana vit que soudain les trois soldats accompagnés de l'aubergiste se dirigèrent vers elle.
La jeune femme regarda patiemment l'aubergiste s'approcher d'elle. Il lui demanda alors de partager sa table avec les soldats présents. D'ailleurs ces desniers d'étaient inclinés devant elle et elle ne put s'empêcher de sourire une nouvelle fois. Elle aimait qu'on la respecte ainsi. D'ailleurs elle ne voyait pas pourquoi elle refuserait la compagnie de soldats aussi charmants. Elle se retourna vers l'aubergiste et lui dit d'une voix claire:

Je ne voit aucun inconvénient à ce que les soldats de Sa Majesté viennent s'asseoir à mes côtés. C'est d'ailleurs avec plaisir que je les cotoierais.


Elle les regarda tour à tour et leur dit:

Je vous en prie Messieurs, installez vous.

Ils s'assirent alors à sa table et demandèrent d'ailleurs une bierre chacun à l'aubergiste. La jeune femme cala son menton dans sa paume et était toute ouïe à ce qu'ils pourraient raconter.


On n'en découvre jamais assez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faramir
Capitaine de l'Ithilien

Capitaine de l'Ithilien
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 19
Date d'inscription : 26/06/2009

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Une épée longue. Arc long de l'armée Gondorienne. Cape de Rôdeur
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 26 Juin 2009 - 18:02

(MJ on)

Les trois hommes s'assirent alors dans un grand concert de ferraille et de cuir. Une fois confortablement assis, ils commandèrent chacun une bière à l'aubergiste qui se précipita pour remplir son office. D'autant que les autres clients ne se considéraient pas comme encore assez servis et en redemandaient toujours plus. On le vit bientôt disparaître entre les tables d'où il ne devait ressortir qu'un long moment plus tard, un plateau plein de bière.

Entretemps, les trois soldats avaient défaits les courroie de leur casque et de leurs gantelets d'acier et posé au sol ces derniers afin de pouvoir profiter de ce moment plus aisément. Le sergent avait une cinquantaine d'années, probablement un vétéran des guerres orcs qui avaient fait toute sa carrière dans l'armée. Il avait une moustache poivre sel et l'air las de celui qui n'attend plus qu'une chose de la vie: les moments toujours trop rares de boire une bière après le service. Les deux autres étaient plus jeunes, pas plus de trente ans. L'un était petit et courtaud, les cheveux longs bruns, l'air renfrogné mais avec ça, un visage plutôt agréable à regarder. Enfin, le derier qui semblait plus jeune, était aussi le plus mignon à regarder. Grand, élancé, il avait les traits typiques des hommes fiers du Gondor avec sa fine moustache noire, ses yeux marrons et ses cheveux légèrement noirs ondulés. Depuis qu'il était là, il n'osait plus lever les yeux de ses mains, comme s'il craignait de se brûler les yeux à regarder la belle femme en face de lui.
Une fois à l'aise, le sergent se tourna vers Elyana et lui dit:


"Merci beaucoup mademoiselle de nous avoir accepté à votre table. Sans cela, nous aurions du aller nous rafraîchir ailleurs et croyez moi, les bières de Patrocle sont inégalables dans le quartier. Mais pardon, je maqnue à tous mes devoirs. Je suis le Sergent Landir, d'Arnor et voici deux de mes hommes: le plus petit est Grandor, venu tout droit du Rhûdaur tandis que son camarade est un pur gars de Minas Tirith, Bregil qu'il s'appelle."

A ce moment, l'aubergiste revint et posa les bières sur la table. Les trois soldats s'en saisirent avidement. Mais, Bregil, qui était le plus éduqué, sembla se réveiller. Et, faisant signe à son sergent, il reposa la bière.


"Sergent, je pense que nous pourrions porter un toast à la santé de notre bienfaitrice. Après tout, sans elle, nous serions en train de courir les rues. Euh, enfin, si cela ne vous dérange pas mademoiselle, euh... mademoiselle?"

Le discours qui avait été dit d'une voix sûre et tranquille venait de se transformer en quelque chose de bafouillant et de timide lorsque Bregil s'était tourné vers la jeune femme.


(MJ off)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyana

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 24
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 26 Juin 2009 - 18:55

La jeune femme regarda les trois soldats s'installer à la table. Et à sa grande satisfaction d'ailleurs, le plus charmant d'entre eux, celui qui avait rougi un peu plus tôt, s'installa en face d'elle. Elle les vit se défaire de quelques pièces d'armures encombrantes. Ils lui rappelaient son propre père. Elle eut un petit pincement au coeur à la pensée de son géniteur mais ce fut de courte durée car elle regarda les soldats et d'ailleurs les observa un petit moment.

Le sergent était facilement reconnaissable, il devait a peu près avoir la cinquantaine. Un autre était assez trapu et ne semblait pas commode vu l'air qu'il arborait. Mais le regard de la jeune femme s'attarda plus longuement sur le jeune homme assis en face d'elle. Elancé, les trais fins, brun avec des cheveux ondulés et une fine moustache élégante, il était assurément à son gout...et cela semblait réciproque puisque le jeune homme n'osait pas la regarder. Il devait très certainement etre assez timide.

La jeune femme fut alors tirée de ses pensées par le Sergent qui lui présenta ses remerciements et se présenta egalement lui meme et ses hommes. Il était le Sergent Landir et celui qui n'osait plus lever les yeux était Brégil et l'autre Grandor.
Brégil...Un joli nom tout comme l'apparence de celui auquel il appartenait.

Lorsque les bierres, furent servies, Brégil, au grand étonnement de la rohirrim, demanda à porter un toast à la jeune femme. Cette derniere était plutôt flatée de cette délicate attention qui la fit pourtant sourire car le jeune homme prit une voix hésitante lorsqu'il posa son regard sur elle.

Non, ça ne me dérange pas. Au contraire, je dois avouer que c'est très flatteur.

La jeune femme ne put retenir un léger clin d'oeil tout spécialement adressé à Brégil qui rougit de plus belle.
Les trois hommes levèrent alors leur bierre eb l'honneur de la jeune femme qui les remercia d'un hochement de tête. La jeune femme n'avait jamais sut ce qui s'était réellement passé lorsque son père avait décidé de quitter les rangs de l'armée. Ce qui fit qu'elle ne put s'empêcher de demander d'une voix innocente:

Dites moi, messieurs que se passe-t-il si un homme quitte les rangs de l'armée de Sa Majesté pour s'occuper de sa famille?


On n'en découvre jamais assez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 26 Juin 2009 - 20:19

[HRP: Je viens taper l'incruste avec la bénédiction de l'admin^^ )

Des tables sur lesquelles trainent des monceau de bouts de nourriture aussi ancien que les tables dont les planches disjointes recelaient ces trésors et nid de dragons pour fourmis dont les plus redoutables prédateurs surveillaient, en tuant nonchalamment les légions de soldats qui venait périr sous les mains distraite, les trésors de ce monde microscopique si lointain des occupations grossières et frustres, mais civilisés des hommes. Seul moi, semblait avoir conscience de la folle témérité des légions de fourmi partant a l’attaque de nos restes depuis une fissure dans le mur est de la taverne. Et pendant que les nobles créatures périssait écrasé par les hommes, mes bras s’activer machinalement sur mon luth lorsque ma voix récitait avec habitude les mêmes vers dont ne se lassaient jamais un public qui ne m’écoutait pas. Personne ne se rendait compte que je chantai pour la troisième fois la même chanson et toujours avec cette mécanique acquiert a force de concert. Aucune émotion mise dans les arpèges mélancoliques de « Quiconques veut d’amors joïr » et le chant se contentant de suivre les lignes mélodique.

« Quiconques veut d'amors joïr
Doit avoir foy et esperance.
Sans ces deus ne puet nuls chevir,
Quiconques veut d'amors joïr,
Car l'un tient l'amant en desir
Et li autre li donne allegance.
Quiconques veut d'amors joïr
Doit avoir foy & esperance. »

Et pendant que je chantais le rondeau, je continuais d’observer la sale comble m’arrêtant un instant sur l’un de ces bouchers, aux tabliers sanglants et aux mains de la taille d’une bock de bière, celui découpait avec le talent du plus fin des orfèvres une pomme dont la peau entaillait formé des cristallines volutes de chair pulpeuse.
Et mon attention se détourna de lui pour se fixer sur la porte qui venait de s’ouvrir pour laisser passer un ange au cheveux blond dont l’apparent mélange des sexes de l’être asexué n’en révélait pas moins sa pleine féminité. Sa démarche et son teint trahirent ses origines, le Rohan patrie des centaures, là ou l’homme revenait à la bête pour mieux en relevait le cheval. Les vastes prairies vertes ou les sens inhibés ne respire que la quiétude. Le Rohan terre des bardes et d’origine de mon maitre. Mais elle ne portrait que le rouge sanglant s’étalant de manière hypnotisante sur la peau de neige de la demoiselle. L’artiste que je suis fut immédiatement saisit par ses charmes envoutant comme tous artiste l’est par la beauté et le putride. Et mon machiniste fut brisés par la force des sentiments et du respects, les arpèges devinrent cristallins lorsque le chants se remplit d’émotion, le rondeau devenait ainsi un hommage à la beauté de cette belle inconnu dont la simple silhouette avait bouleversés l’ennui de l’artiste et rendu son sens à la chanson. Mais la quiétude de cette scène d’amour courtois a la discrétion tellement invisible de par la lumière de l’astre rouge dominateur fut brisés par l’entrée de l’ordre sanglant.

Trois soldat du Gondor entrèrent dans la taverne. Dégout immédiat de celui qui préfère l’harmonie pacifique a l’ordre talionique. Celui qui croit en la bonté de l’homme et celui qui en traque la noirceur. Après avoir copieusement établie leur domination la journée durant, il se sentait obliger d’infliger dans ce havre de liberté leurs grossière et fumeuse dictature.
Et pire ils avaient le culot de s’installer à la table de celle qui en un instant était devenue une muse qui en l’éphémère seconde avait marquer de sa silhouette les yeux du chanteur. Les bêtes hideuses et serviles entourait la dame en un tableau grotesque de la pure virginité lâché au milieu d’une orgie barbare. Cependant le pire, fut de la voir accepté leurs corps flasque autour d’elle et même de faire la coquette. Et pendant que les dernières notes s’envolèrent vers la voute, le barde sortit sa guitare.
Je l’accordait avec patience, mi, la, ré, sol, si , mi . Chacune des notes étaient autant de lame pointu vers cette trahison. Une fois de plus la triste virginité de mes rêves fut souillé par la réalité et par la femme en la dame. Puis formant mentalement les paroles dans son esprit il commença a plaqué les accords avec une force plus proche de la violence que de l’énergie pendant que le chant s’élevait grave et frondeur. Recouvrant de par son puissant gosier les conversations et étonnant les gens de découvrir qu’ils étaient la. Seul l’aubergiste, Patrocle, ferma les yeux et récita une courte prière au valar en attendant le drame qu’il présentait arriver.


« Peuple du Gondor ne voyez-vous point,
Ces immondes brigands dilapidant,
Vos maigres biens acquis par votre sang,
Qu’ils usent pour ceux que vous avez oint,
Innocentes créatures naïves,
Trompés par l’ennemie de votre classe,
Qui vous fera payer toutes casses,
Car vous êtes nés de l’autre rives,

Oh, peuple réveille-toi,
Que le sang du tyran coule,
Et que de tes fers brisés s’élèvent,
L’homme libre tant attendu par nous,


Mais le temps n’est pas encore venue,
L’ennemie attend dans son antre,
Le relâchement, pour planter ces Cros,
Dans les corps enfantin innocent,


Et regarde les attablés chez toi,
A boire ton vin quant misère est roi,
Ennemie du peuple qui te trouble,
Et qui pour mieux dominer se dédouble,
Pour mieux t’asservir et te voler,
Et vois comme il s’apprête a s’envoler ,
Pour qu’il ne te reste plus que les pleurs,
Et ton salaire de simple leurre,

Oh, peuple réveille-toi,
Que le sang du tyran coule,
Et que de tes fers brisés s’élèvent,
L’homme libre tant attendu par nous,
Et que l’homme libre tant attendu soit parmi nous. »


Et cessant de jouer et poussant un terrible cri d’une noire bestialité, il pointa un doigt tremblant de violence contenue sur les soldats en s’exclamant :

« Peuple voici ton ennemie ! Regarde le et souvient de son visage lorsque pour quelques pièces il violera ta famille et pendra ton fils……»

Un silence de plomb s’abattit sur l’assemblé.


Dernière édition par Alcest le Mer 1 Juil 2009 - 0:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elyana

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 24
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 26 Juin 2009 - 21:49

Les soldats n'eurent même pas le temps d'ouvrir la bouche pour répondre à la question d'Elyana lorsque le barde qui jusque là avait chanté d'une voix douce et mélodieuse, changea son style harmonieux en une sorte de chant agressif aux notes particulièrement pointues. Elyana sursauta aux paroles grossières et pessimistes du barde. Il rabaissait vivement les solldats de Sa Majesté. Lorsque le barde pointa son doigt accusateur vers eux, Brégil, le plus jeune et le plus charmant des trois, posa une main sur son épée et la jeune rohirrim ne connaissant que trop ce geste posa une main sur son bras et lui jeta un regard lui signifiant de n'en rien faire, ce qui d'ailleurs le fit légèrement rougir certes, mais c'était bien moins que peu de temps auparavant. Il ne devait pas cotoyer beaucoup de femmes en servant dans l'armée.

Elyana regarda autour d'elle. Le silence s'était abattu sur la population de l'auberge et chacun regardait autrui avec méfiance.
Le barde qui avait demé le trouble, ne voyait que les mauvais côtés des actes des soldats. S'ils étaient là c'était pour protéger leur peuple et en tant que fille de soldat, elle approuvait leurs actes.

La jeune femme, se dirigea droit vers le barde, se moquant des regards rivés sur elle. Elle le toisa un instant avant de dire:

N'avez vous pas honte de parler ainsi d'hommes qui défendent notre peuple? Sans eux vous ne seriez peut etre pas la pour chanter vos chansons.

Elle avait dit cela calmement mais fermement. Elle retourna aupres des soldats. Ils lui jetèrent un regard reconnaissant tandis que la foule attendait une réaction du barde à l'intervention de la jeune femme.


On n'en découvre jamais assez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Ven 26 Juin 2009 - 23:21

Portrait par la passion et la tempête de sentiment, le barde ne vit point le garde prêt a éventrer ce coquin a la langue trop pendu et aux paroles inconvenantes. Mais la Rohirrime faisant toujours insulte par sa beauté intact au milieu de cette zone de tension, l’arrêta d’un geste que notre barde a l’aérien esprit tellurique ne vit pas plus que le mouvement de colère d’un homme qui lui voua en un instant une haine ardente. Et la déesse aux aspects trop humain pour le barde, s’approcha de lui avec sa démarche si indescriptible et si évocatrice de longue et ardente chevauché nocturne , avant de le toiser. Les yeux gris empreint d’une dureté minéral croisèrent les yeux verts teintés de flammes ardentes en un instants le feu se jeta sur la pierre qui le repoussa en le moralisant, mais le feu se nourrit de se nouvel ingrédient et le barde répondit au dos de la jeune femme :

« Douce dame, votre innocence vous rends charmante ! Cependant si votre candeur ne peux qu’aviver ma sympathie envers vous, je me dois tout de même, par sympathie, déciller vos yeux et démonter quelques absurdes arcanes et préjugé de votre esprit. Car cet obscurantisme ne sied guère a une femme aussi belle que vous ! »

Puis rejoignant la jeune femme, il s’assit avec grâce sur la table en tournant volontairement son dos aux trois soldats non sans éprouver une peur glacial de prendre un coup de couteau. Mais comme toutes choses de glace , elle fondit au soleil de sa passion. Et il reprit son discours en faisant quelques gestes de prestidigitateur sous le visage de la femme.

« Vous me parlez de gens qui défendent leurs peuples, or vous vous trompez !Ils ne défendent pas leurs peuples mais leurs avantages, et celui en qui elles dépendent, c’est a dire le pouvoir et en l’occurrence notre roi ! Bien évidemment vous me citerez les devoirs du roi et plus particulièrement celui de défendre son peuple, or rappelés moi combien de village ont été abandonné aux forces ennemies pour renforcer l’armées du roi dans le but de poursuivre le mal en son royaume ou tous vous savez qu’il n’y a aucun de l’en déloger avec les seules forces du royaume.
Alors pourquoi, ne pas faire appel a tous les souverains bon de ce monde pour éradiquer a jamais le mal ? Simplement car tous ces nobles souverain, qui sont les meilleurs des hommes, n’arrive point a se mettre d’accord. Même les plus grandes alliance excluait toujours plusieurs bon seigneurs. Rappelez-vous les grandes alliances et vous verrez !
Cependant, diantre, pourquoi n’arrive t’il pas a s’unir ? Vu qu’ils sont tous bon, ils sauraient bien être raisonnable et tous s’hiérarchiser pour le bien suprême. Mais, non ! Mais non car tous se dispute les jouets de la gloire et des rapines.
Cependant là, n’est point encore le pire ! Ils ont besoin de cet empire du mal pour justifier leurs actions. Et la modeste poignée de paysans qui meurt, ne sert qu’a rappelée a quel point l’ennemie est dangereux et qu’elle l’intérêt d’obéir au roi. Ce qui est vous l’avouerez cher peu payer pour raffermir sa domination !
Cependant n’ouvrez point encore votre charmante bouche car je sais qu’elle question vous vous apprêtez a sortir ! Pourquoi on-t’il besoin du mal ? Car tant qu’il existe un danger, nous avons besoins des roi et des chevaliers pour nous défendre. Or si le mal ultime disparaît contre qui se battront-ils ? Entre eux et le peuple en payerai les frais, mais surtout nous aurions droit a une guerre qui durerais sur au moins 100 ans uniquement pour assurer la puissance et l’orgueil d’homme qui se sont juste efforcer de naitre pour obtenir des choses que nous n’espérerions jamais un jour effleurer !
Or qu’on t’il fait pour obtenir sa ? Il a suffit qu’un lointain ancêtre soit a la bonne place a la bonne heure pour qu’il deviennent supérieur aux autres , révoltant n’est-ce pas ?
Et les hommes qui se soumettent a cette noblesse son tous ce qu’il y a de plus répugnant car ce ne sont que des chiens ! Or mieux vaut-il être un renard libre d’être ce qu’il veut être ou juste être une créature qui humilie ces frères ? Faite votre choix ! Moi, j’ai choisi et je n’en ai encore eux jamais a m’en plaindre ! Donc non, je n’ai aucune raison d’avoir honte a vouloir les éradiquer car ils ne seraient survivre sans leurs et vice versa. Il faut détruire ce système et ceux qui s’accrocherons a leurs ruines décrépie pour leurs seuls égo méritent bien de mourir. Carla chute de ce système, c’est la liberté pour tous ! Nous serions tous égo ! Nous n’aurions plus de raison de craindre les grands car il n’y aurait plus de pouvoir, nous serions libres ! Nous aurions une liberté infinie dont les seules limites sera celle de l’autre mais dont la volonté sera égal ce qui fera disparaître la notion même de guerre de la terre du milieu, nous vivrons en harmonie avec la nature et dans la quiétude des vieux patriarches qui regardent leurs champs poussés avec amour. Ne serait-ce point formidable !
Parce que le drame de tout cette histoire c’est que ce sont des hommes qui nous défendent et qui nous domine. Et l’homme n’est ni mauvais, ni bon, il est juste naturel. Or cette nature est neutre et ne cherche que l’harmonie, mais elle corrompue par des citées qui promeut la domination du fort par le faible et cela en faisant croire l’inverse ! »

Le barde attrapa un gobelet sur la table et lapa une gorgé avant de continuer :

« Pour finir, effectivement que sans eux, je ne serais plus en vie et que je ne pourrais plus pratiquer mon art, mais cela n’enlève rien a l’inutilité de ces hommes.
Car si nos seigneurs ne veulent se débarrasser, le mal lui ne peux dominer le monde. Réfléchissez une seconde si Sauron l’emporte sur toutes la terres de milieu, alors un nouveau bien et un nouveau mal apparaitrons, vous me suivez bien. Or Sauron ne pourrait accepter cela car avec cette redéfinition des limites du bien et du mal, Sauron verrait son pouvoir fragmenté et non seulement il ne sera plus la noirceur incarné, mais en plus par sa victoire il recrée un nouveau courant d’espoir. Ce qui fait que tous hommes mauvais a gagné sa guerre a partir du moment ou il est sur le point de gagner ! Car c’est a ce moment là qu’il rentre dans les mémoires et que finalement il atteint cette reconnaissance au qu’elle aspire tous les êtres y compris ceux qui se réfugie dans la corruption du mal. Car après il commet volontairement son erreur fatal qui verra sa chute, et je pense qu’il y a suffisamment eut de cas pour vous permettre d’en juger. Au final chaque époque a le mal qu’elle mérite !
Et puis même Sauron fut un enfant innocent un jour. Car les mauvais sont avant tout des êtres qui souffre car il est plus dur de faire le mal que de faire croire que l’on fait le bien. »


Puis le barde posa sa main délicatement sur la joue de la jeune femme en face de lui :


« Avez-vous compris, ange ? »


Dernière édition par Alcest le Mer 1 Juil 2009 - 0:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elyana

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 24
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Sam 27 Juin 2009 - 7:59

Le barde s'avança vers la jeune rohirrim avant de s'asseoir face à elle, ignorant les soldats qui se tenaient derriere lui. A ce moment là il lui fit un long discours sur les soldats et les actes qu'ils commettaient, leurs conséquences...
Lorsqu'il lui demanda si elle avait compris la jeune femme acquiesça d'un mouvement de tête mais retira la main qu'il avait posée sur sa joue mais sans la lacher. Elle resta là quelques instants à le fixer avant de prendre doucement la parole:

Vous savez, mon cher j'ai parfaitement compris ce que vous avancez là. Mais le fait est que vous avez un avis sur le sujet, moi je ne suis pas de cet avis. Mon pere lui même fut un soldat au service de Sa Majesté et voyez, il n'a pas engendré que de choses horrible.

Elle laissa un sourire entendu au barde avant d'adresser un clin d'oeil aux soldats qui se tenaient toujours derriere le barde. Elle regarda un instant ce dernier avant de reprendre la parole:

Sachez que vous ne me ferez pas changer d'avis. Et aussi..je ne suis pas vraiment un ange. Du moins peut etre le suis-je à l'exterieur mais point en mon interieur qui, lui, est animé d'un feu ardent de curiosité et d'insolence.


La jeune femme s'arreta, meditant sur ses dernieres paroles. Ces dernieres étaient presque de la poésie et pourtant jamais elle ne s'etait interressée à cet art. Ce devait être tout simplement l'inspiration qui lui etait venue. Elyana lacha la main du barde qu'elle tenait toujours dans sa main et se rassit à sa place, intimant aux soldats de faire de même, ce qu'ils firent sans un mot. Il etait si facile de plier un homme à sa volonté qu'elle s'en etonna elle-même. Elle ne put s'empêcher d'adresser un sourire eblouissant à Bregil qui, en guise de réponse, baissa les yeux vers ses mains.

Ne soyez donc pas si timide, je ne mange personne plaisanta-t-elle en posant une main sur celle du jeune soldat.

La jeune femme attendit la réaction de l'une ou l'autre des personnes présentes à table.


On n'en découvre jamais assez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toranur
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 1366
Age : 28
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Race: Numénorien Noir
Possessions: Trésor Royal d'Angmar
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Sam 27 Juin 2009 - 12:58

[MJ on]

Les gardes avaient porté avec enthousiasme un toast à la jeune femme. Complètement détendus, les quatre membres de la table semblaient enclin à faire la conversation sereinement. Mais c'était compter sans un cinquième larron... Le ménestrel que l'on n'entendait guère depuis le début, augmenta le volume sonore de sa voix et commença une chanson pour le moins litigieuse... A vrai dire, les gardes ne voulaient guère y faire attention mais plus ils ignoraient le musicien, et plus ce dernier mettait de fougue dans sa musique. Il fut bientôt impossible d'y échapper et les trois gardes commencèrent à voir rouge. Brégil notamment, était sur des charbons ardents et semblait presqu'oublier la présence d'Elyana. Presque... Car, alors qu'il souhaitait se lever et faire taire l'impertinent, une main douce vint l'en empêcher tandis qu'un regard plein de feu lui signifia de la laisser faire. Vaincu, il dut s'incliner et laissa faire la belle rohirrime. Ce qu'elle dit fut bien moins violent que ce qu'aurait dit Brégil ou ses camarades mais peut être était-ce mieux ainsi. Du moins, c'est ce que pensait Patrocle qui craignait pour sa boutique. D'ailleurs, depuis quelques minutes, il ne cessait de ranger à l'abri derrière son comptoir tout ce qui avait un peu de valeur tandis qu'n énorme gourdin était apparu sur le comptoir.

Peut être faisait-il bien car le barde ne se laissa point démonter. Insensible à l'ambiance colérique qui couvait dans l'auberge et aux regards hostiles, il vint s'asseoir à la table qu'il aurait du au contraire fuir. Folie, inconscience, courage? Nul n'aurait su le dire. Ce qui était certain en revanche, c'est que son blabla était incompréhensible pour le commun des mortels de l'auberge. Seul furent perçus l'hostilité au roi et à ses armées. Même, certains allèrent plus loin et croyant entendre là un hommage à Sauron. La salle jusque là silencieuse commença à s'animer et le sergent et le tavernier voyaient tout deux cela d'un mauvais oeil... L'un parce qu'on le tiendrait pour responsable s'il y avait une bagarre, l'autre craignant pour son fond de commerce.

Mais les deux jeunes gens qui discutaient semblaient insensibles à leur environnement et continuaient à discuter. L'un voulant étouffer toute contestation par son flot de parole poétique mais incompréhensible pour le commun des mortels, l'autre voulant user de son charme. Feu contre pierre. L'animé contre l'inanimé. A côté d'eux, Brégil bouillonnait d'impatience. Il n'avait pas cherché à comprendre ce que disait le troubadour. Après tout, s'il était soldat, ce n'était pas pour réfléchir à la finalité des actes de l'homme mais pour défendre ce en quoi il croyait. Aussi, les insultes à peine voilées que cet inconnu énonçait d'un air tranquille envers le système de valeur du soldat avaient quelque chose d'insupportable.

Heureusement, la longue tirade de l'homme prit fin, permettant à Elyana de dire sa pensée et la jeune femme signifia que pour elle, la conversation était close, intimant par son charme naturelle aux soldats de faire de même. Les trois s'y plièrent de bonne grâce, car il est bien difficile de résister à une jolie femme. Mais le sergent perçu quelque chose. C'est que le troubadour ne semblait pas prêt d'abandonner et que la foule derrière eux ne demandait plus qu'une chose, c'était de faire la peau au ménestrel. Plissant le nez de manière assez grave, il se releva et saisissant l'inconscient Alcest par l'épaule, obligea ce dernier à le suivre. Les deux hommes se frayèrent un chemin jusqu'au comptoir tandis que le vieux sergent criait par dessus son épaule à destination de tous:


"Très chers amis, continuez la fête sans moi, notre joyeux compère a décidé de m'offrir une bière. N'est-ce pas troubadour?"


Sentant un bon coup, Grandor se leva et suivit son sergent, pour aller chercher des bières soi-disant. Il rejoignit rapidement Landir et Alcest, laissant seuls Brégil et Elyana. Ce dernier se sentait mal, partagé entre le désir de respecter son devoir, et l'autre, tout aussi puissant, de rester avec la jeune femme. Un sourire, quelques mots et Brégil s'avoua vaincu. Il resta assis et répondit timidement:


"Oh, je me doute qu'une personne aussi charmante que vous ne ferez pas une chose pareille."

Rougissant encore plus sous la main de la jeune femme, il ajouta:

"Oh juste, quel est... euh... votre prénom? Je ne crois pas que... euh... nous ayaons été présenté..."


Pendant que le pauvre Brégil essayait de se sortir d'un piège beaucoup plus dangereux que ceux fabriqués par les orcs, Landir, Grandor et Alcest étaient attablés au comptoir, le pauvre ménestrel coincé entre les deux soldats en armure. Après que le tavernier eut servi trois bières, Landir se tourna vers Alcest et lui dit:

"J'espère que tu es fier de toi troubadour. Tu viens de transformer cette paisible auberge en volcan et j'en connais plus d'un qui voudrait te faire la peau. Par chance vois-tu, ces méchants soldats que nous sommes, et bien, ils ne peuvent laisser cela se produire. Oh non, ce serait dommage. Mais vois-tu, je pourrais peut être fermer les yeux sur un coup de couteau entre tes frêles omoplates donné dans la rue. Hum, oui, après tout, ça ne serait pas si mal. Tu éviterais ainsi à l'avenir de nous casser les oreilles. N'est-ce pas Grandor?"

"Oh oui sergent, et croyez moi, je ne serais étonné en plus que ce couteau provienne des armureries royales."

En disant cela, le dénommé Grandor avait sorti sa dague et commençait à se nettoyer les ongles en jetant un regard lourd de sens au troubadour. Souriant de toutes ses dents, le sergent ramena l'attention d'Alcest à lui.

"Peur être pourrait-on éviter de telles mésaventures, non? Paye donc une tournée à boire à tous ces braves gens et peut être serais-je plus enclin à t'escorter dans els rues jusqu'à ton logis de ce soir..."



[MJ off]




Les soldats vivent mais ne savent pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t2301-une-vie-au-service
Elyana

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 24
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   Dim 28 Juin 2009 - 0:22

Elyana suivit du regard le sergent et Grandor s'éloigner en compagnie du troubadour insolent. Elle se retrouvait à présent seule à table en compagnie du jeune soldat qui au lieu de suivre ses camarades resta auprès d'elle. Cela était d'ailleurs bien aimable de sa part et ne déplaisait pas à la jeune rohirrim..Bien au contraire, cela lui était très agréable de partager quelque moment avec quelqu'un, ce quelqu'un était d'ailleurs bien charmant. Elle reporta son attention sur Brégil quelques instants lorsqu'il répondit à sa petite plaisanterie qui l'avait fait rougir. Comme beaucoup de gens, il la prenait pour un ange ou une femme innocente alors qu'elle, elle savait en son intérieur qu'il n'en était rien. Elle n'avait pas la langue dans sa poche et ne marchait presque qu'a l'instinct. Elle lui adressa un large sourire mais jeta tout de même un regard en direction des camarades du jeune homme et du troubadour. Pour l'instant, il ne se passait rien de bien méchant mais néanmoins elle se tenait prête à intervenir si l'affaire tournait mal. Elle le savait, ce n'était plus ses afffaires maintenant, mais elle ne pouvait s'empêcher de se sentir concernée malgré tout.

La jeune femme fut tirée de ses pensées par le charmant Brégil qui lui demanda timidement son nom. Elle se retourna vers ce dernier et lui répondit joyeusement:

Je me nomme Elyana. Et je pense qu'il est inutile de vous dire que je viens du Rohan, mon apparence parle d'elle même. On ne trouve pas beaucoup de blondes à la peau claire en Gondor me trompe-je? Il n'empêche que les femmes de votre peuple sont tout aussi charmantes que nous.

La jeune rohirrim marqua une pause. Il était certain que la beuté des femmes du Gondor n'était pas la même que celle qui émanait des femmes du Rohan. Elle était néanmoins toute aussi attirante. Mais le jeune homme ne semblait pas prêter attention à autre chose qu'a la jeune femme. Elle se demanda même s'il avait déjà croisé beaucoup de femmes et succombé à leur charme. Mais vu sa timidité, il ne devait pas en avoir connu beaucoup. Et cela ne la gênait pas, elle aimait bien les timides bien éduqués. Soudain elle se rendit compte qu'elle n'avait pas encore retiré sa main de celle du jeune homme mais n'en fit rien. Après tout pourquoi ce priver d'un contact aussi agréable que celui là. Elle désirait faire un peu plus connaissance avec le jeune soldat. Elle reprit alors la parole:

DItes moi, Brégil, pourquoi avez vous rejoint les rangs des soldats de Sa Majesté?

Une question sur sa carriere etait un bon début pour se connaitre mieux. Elle le mettrait ainsi plus en confiance en lui montrant qu'il l'interessait. Elle attendit patiement sa réponse tout en jetant un regard en coin vers le barde.


On n'en découvre jamais assez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Auberge 'chez Patrocle'   

Revenir en haut Aller en bas
 
Auberge 'chez Patrocle'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Gondor :: Minas Tirith-
Sauter vers: