Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 [Archives] Le Trône de Sauron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ShraknagNombre de messages : 294
Age : 26
Date d'inscription : 05/04/2008

Feuille de personnage
Race: Orc
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Shraknag
Maréchal du Mordor surnommé "Pue-la-Mort"

MessageSujet: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptyDim 22 Déc 2013 - 1:02
 Shraknag avait parcouru le chemin menant de Cirith Ungol à Barad-Dûr seul, comme il ne s'était plus déplacé depuis longtemps. Un vieux Warg grisonnant à l'allure famélique l'avait transporté sur sa bosse branlante au travers des chemins de pierre stériles et des fumerolles tièdes salivées par le sol volcanique pendant un temps que l'Orc aurait été bien incapable d'estimer. Perdu dans la sensation étrange de deuil et de liberté mêlés qui s'était emparée de lui depuis qu'il avait achevé sa missive, il ne regardait les étendues cauchemardesques de sa terre que d'un oeil éteint. Il ne voyait plus dans les gouffres semblables à des gueules affamées, les montagnes tranchantes et les plaines de cendre de futures forteresses ou casernes. Il appréciait encore le paysage, mais pour ce qu'il était et non pour qu'il pourrait être : une transcription minérale des Ténèbres, sublime dans sa cruauté, rayonnante dans sa noirceur. Le Maître ne l'avait pas encore libéré de ses obligations martiales, pourtant Shraknag réfléchissait comme si c'était déjà le cas, et ses éternels plans de campagne et stratégies guerrières semblaient avoir quitté pour longtemps son esprit pour le laisser s'offrir un moment de contemplation. Un Orc de bas étage n'y aurait rien entendu, mais ce n'était pas le cas de Shraknag ; son âme était trop noire pour ne pas avoir depuis longtemps érigé un temple intérieur voué au culte de l'Ombre, et ce moment de solitude le plongeait dans un état d'admiration quasi-religieux. Il avait à coup sûr fait le bon choix : seul la propagation de la parole du Mordor comptait, et guère les destins personnels.

 Il arriva donc aux portes de Barad-Dûr sans même s'en rendre compte. Il resta un long moment devant les battants titanesques, ses yeux tentant d'apercevoir le sommet de la Reine des Tours enveloppé dans d'épais nuages ; il avait une profonde vénération pour la forteresse immensément haute, colosse d'obsidienne hérissé de lames et de feux qui semblait avoir été planté au pied d'Orodruin par le divin Morgoth lui-même. Il ressentit le même frisson que les rares fois où il y était entré lorsque, descendant de sa monture, il fut reconnu par un des Orcs qui gardaient la porte et qui s'empressa de la lui ouvrir.

 Shraknag dut se forcer à ne pas se laisser emporter par son désir de contemplation lorsqu'il pénétra dans la forteresse : les hurlements qui rebondissaient contre les murs tout de nuit et de vapeurs, la foule de créatures qui courait en tout sens pour exécuter des ordres multiples, les couloirs énormes et abyssaux, tout attisait violemment sa curiosité ; il aurait voulu avoir le droit et le temps de visiter les interminables salles saturées de secrets qui l'appelaient à elles, mais il avait bien conscience de n'être pas là pour cela. Il se fit violence et s'engagea sans plus d'hésitation dans l'escalier principal, qu'il gravit le plus prestement que ses jambes torses et son armure le lui permettaient.

 Lorsqu'il arriva devant la majestueuse porte de la salle du trône, l'Orc s'immobilisa. Une angoisse mystique avait saisi ses tripes : allait-il avoir l'audace de se faire annoncer au Seigneur des Ténèbres...pour lui demander de le relever de ses fonctions ?


Durbatulûk ! Agh burzum-ishi krimpatul...
Il n'y a pas de vie dans le Néant...
[Archives] Le Trône de Sauron 55039_m
...seulement la Mort.
...ash Burz-Durbagu burzum-ishi, daghburz-ishi makha gulshu darulu.



"Il t'emportera vers les maisons de la lamentation, au-delà de toutes ténèbres, où ta chair sera dévorée et ton esprit desséché laissé nu face à l'Oeil Vigilant."
[Le Retour Du Roi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3151-shraknag
Saroumane.Nombre de messages : 47
Age : 25
Date d'inscription : 07/01/2014

Feuille de personnage
Race: Maia / Istar
Possessions: Bâton de fer noir numénoréen, surmonté d'un jais en forme d'oeil
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Saroumane.
Conseiller Noir

MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptySam 11 Jan 2014 - 0:09
Obscure était son âme. Sombre étaient ses intentions. Et pourtant, clair était son objectif.

Saroumane, venait de traverser une situation terrible. Morgoth, ou Melkor, Valar des Ténèbres, s'était emparé de son âme. Il l'avait enchainé à sa volonté. Curunir, autrefois si redouté et puissant n'était plus qu'un pantin, une marionnette entre les mains de celui que tant de peuples craignent, et dont la volonté n'a de limite que sa rage de vaincre et de domination.
Ainsi, le Sage Blanc n'était plus. Il avait laissé place à une entité bien plus funeste, bien plus préoccupante. Il était devenu le Sombre, un Maia aux côté de celui qu'il s'apprêtait à visiter : Sauron, Seigneur du Mordor.
Son chemin vers le Mordor se fit sans trop d'embûches et sans trop de difficultés. Il semblait porter par une rage et une haine qui le rendait invulnérable à toute attaque. De plus, voyageant seul, il était plus difficile à détecter. Il se contenta de raser les montagnes entourant la terre brûlée, et atteignit les portes de la muraille rocheuse. Sans peur, il se mit face à celle-ci, et regarda droit devant lui, son bâton, sculpté dans un métal très sombre, à la main. Il ne lui servait pas vraiment d'appui, mais il se sentait fort avec, il se sentait respecté. Il entendit un orc l'interpeller d'en haut, un des gardes sur une tour.

"Présentez-vous, humain !"


Se présenter ? Vraiment ? Saroumane se mit à rire. Ce rire n'était pas innocent, bien au contraire. Il était grave, assez effrayant et même plutôt sordide. Le grand Sage releva la tête, avec lenteur, et sans crainte, pour plonger son regard de jais au plus profond de celui de l'insignifiant être des ténébres, comme pour le transpercer, le faire souffrir. Et tandis qu'il croisa le regard de l'orc, ce dernier vit ses pupilles se dilater soudainement, et poussa un cri d'horreur. Il l'avait reconnu, et soudain il le respectait. Le misérable être courut vers le cor et souffla dedans de toutes ses forces pour donner l'ordre d'ouvrir la porte au Maia noir. Ainsi, un maître-Troll fouetta deux de ses créatures qui poussèrent un levier ce qui eut pour effet d'actionner le mécanisme bruyant et lourd de la porte qui s'ouvrit devant le mage dans un fracas insoutenable. Curumo entra alors, la tête haute, un sourcil légèrement courbé, dans son attitude la plus dédaigneuse et la plus fière qu'il n'eut jamais porté. Il avançait, le pas lent et la mine renfermé, plus froid que les plus hauts monts de la Terre du milieu. Il ne rencontra aucune opposition sur sa voie, au contraire, tout le monde s'écartait devant lui et le laissait passer. On n'entendit pas un bruit derrière lui, tout le monde semblait hypnotisé par sa présence, mais en vrai, tout le monde en avait peur. Il ressentait en lui une puissance énorme, celle de Melkor qui lui avait insufflé une partie de son pouvoir.

Il arriva finalement devant la grande tour couleur ébène. Jamais elle ne lui avait paru aussi magnifique et pleine de superbe. Elle s'érigeait au-dessus de toute cendre, de toute flamme, elle était unique et supérieure. Deux orcs, à l'allure gauche et plutôt forts s'inclinèrent légèrement à l'arrivée du Maia et lui ouvrirent les portes du bâtiment. Et tandis qu'il pénétra dans l'enceinte du monument, les portes se refermèrent derrière lui et il put sentir le changement de climat et d'ambiance à l'intérieur de la tour. Dehors tout n'était que sécheresse, chaleur, puanteur et maladie. Cependant, et étrangement (ou non), cela n'avait pas l'air d'avoir ébranlé Saroumane qui était arrivé jusqu'ici sans laisser transparaitre l'ombre d'une défaillance ou d'une faiblesse physique ou mentale : il était vraiment devenu quelqu'un d'autre, un monstre. A l'intérieur, l'obscurité n'avait pas cessé de régner, mais on percevait quelques torches accrochées sur les murs ci et là. Le bâtiment avait été somptueusement sculpté, et répondait aux critères de beauté du Mordor : une beauté que peu auraient su discerné. Ainsi, l'anciennement Multicolore, entreprit de grimper les marche de la gigantesque tour une à une, jusqu'à arriver à la salle du trône de celui qui gouvernait ici, celui à qui tout appartenait : Sauron.

Devant la porte de la salle se trouvaient deux immenses colosses orcs, portant de gargantuesques haches entre leur main, le regard noir injecté de sang. Ils semblaient bien déterminés à ne laisser passer personne, et pourtant, devant l'homme à la barbe blanche, ils se soumirent et lui firent place en lui ouvrant la porte. Un tapis bordeau, couleur sang, parcourait le sol en long de la salle immense autant en largeur qu'en hauteur. Au bout de cette allée de braise, le trône, et sur ce dernier, il se tenait là. Le prince des ténèbres siégeait, plus majestueux et plus impressionnant que jamais. Toujours avec la même franchise dans le pas, Saroumane s'avance, aidé de son bâton, quand il entendit soudainement déboulé de derrière un orc, sa ferraille cliquetant au bruit de ses pas dénué de grâce et de douceur. Et tandis qu'il passait près du flan du mage, celui-ci bloqua sa route d'un trait à l'aide de son bâton, ce qui coupa l'orque dans son souffle :

"Seigneur, Sarou ....."

Le Maia ne prit pas le temps de le regarder, qu'il lui répondit, d'un ton lent, mais pourtant plein d'insensibilité et de froideur :

"Hors de mon chemin, misérable vermine."


L'orque, apeuré, et un peu secoué par ce que venait de lui faire subir Curunir, prit ses jambes à son cou et sortit de la salle du trône à toute allure, sans regarder derrière lui, et l'on entendit les portes se refermer. C'est ainsi que Saroumane arriva finalement devant celui pour qui il avait parcouru tant de kilomètres :

"Seigneur Sauron, je me présente à vous aujourd'hui et vous offre mes services pour la cause du Mordor."


Une telle servilité était rare de la bouche du sombre vieillard, seul Sauron ou Melkor auraient pu le voir de la sorte. Mais là, sa fierté ne prônait pas, le respect envers le Roi du Mordor s'imposait à lui. Le vieux sage avait déjà un plan, et il n'attendit pas de réponse qu'il présenta son argumentaire au Seigneur de l'ombre :

"La situation semble catastrophique pour les alliances l'Empire du Mordor ... Cependant, permettez-moi de vous exposer mon projet. En effet, il m'est apparu que votre Royaume ne compte ses alliés que sur les doigts d'une main, et c'est encore une hyperbole de ma part. Nous ne serons pas capables de vaincre seuls ... C'est pour cela qu'il m'a semblé évident qu'Angmar nous revienne de droit. J'entends par là que le peuple est à la déroute depuis la disparition de leur Roi, et ils ont préféré choisir le camp de la neutralité plutôt que de se placer dans un camp. Mais qu'est-ce que la neutralité dans un monde en guerre ? Ce n'est qu'un brin de paille, un brindille au milieu des flammes, une force inexistante, qu'il serait fort aisée de rallier à notre cause. Ils sont faibles, mon Seigneur, mais ils possèdent une force inexploitée, et cette période d'errance, sans quelqu'un pour les gouverner aura pu les rendre serviles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5719-saroumane
SauronNombre de messages : 187
Age : 28
Date d'inscription : 25/12/2013

Feuille de personnage
Race: Maïa
Possessions: Inestimable
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Sauron
Roi-Empereur Immortel

MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptySam 11 Jan 2014 - 18:38
Seigneur Sauron, je me présente à vous aujourd'hui et vous offre mes services pour la cause du Mordor.

Lorsque l’ancien Istar se présenta à Sauron, ce dernier fut surpris et sa première réaction était celle de se débarrasser définitivement de la menace potentielle que représente le mage pour lui, l’occasion se présentait sur un plateau d’argent…

Le récent passé de Saroumane le sauva, ainsi l’Istar basculait vers le mal...
Il est vrai que son esprit logique, froid et impassible et son attrait pour les nouvelles technologies ferait de lui un bon allié.
Sans compter que le mage blanc dégageait une certaine autorité naturelle et était un puit de connaissance à exploiter…


La situation semble catastrophique pour les alliances l'Empire du Mordor ... Cependant, permettez-moi de vous exposer mon projet. En effet, il m'est apparu que votre Royaume ne compte ses alliés que sur les doigts d'une main, et c'est encore une hyperbole de ma part. Nous ne serons pas capables de vaincre seuls ... C'est pour cela qu'il m'a semblé évident qu'Angmar nous revienne de droit. J'entends par là que le peuple est à la déroute depuis la disparition de leur Roi, et ils ont préféré choisir le camp de la neutralité plutôt que de se placer dans un camp. Mais qu'est-ce que la neutralité dans un monde en guerre ? Ce n'est qu'un brin de paille, un brindille au milieu des flammes, une force inexistante, qu'il serait fort aisée de rallier à notre cause. Ils sont faibles, mon Seigneur, mais ils possèdent une force inexploitée, et cette période d'errance, sans quelqu'un pour les gouverner aura pu les rendre serviles.

Sauron avait déjà pensé à Angmar, mais le projet ne figurait pas dans les priorités actuelles du Modor…

Je suis ravi que vous vous présentiez à moi Saroumane !

Vos compétences sont les bienvenues au Mordor…

Concernant l’Angmar, cette terre est corrompue et la mal y est enraciné profondément depuis des siècles…

Malgré les tentatives du dernier et pathétique « roi » Toranur de reformer le pays et d’éradiquer mon culte, il existe des orques et des hommes des collines barbares des landes d'Etten qui me sont restés fidèles et attendent dans l’ombre un signe de mon retour…


Le Maïa se leva lentement  tout en fixant Saroumane dans les yeux, ce dernier sentait tout le « poids » du charisme malveillant du seigneur noir.
Un feu interne semblait prendre en Saroumane, une volonté inébranlable, le "mage blanc" se sentait plus fort que jamais, en ces lieux tout lui paraissait plus clair à présent.
Cela dura bien guère d’une minute, les effets cessèrent et Saroumane reprit ses esprit progressivement.


Sauron ouvrit une carte de l’Angmar et la montra à Saroumane.

Saroumane, rejoignez mes fidèles à Angmar, leur repère secret se trouve à cet endroit précis dans les monts d’Angmar.

Ils seront au courant de votre venue...

Infiltrez les sphères du pouvoir, l’armée, corrompez et éliminez toute résistance.

Préparez la chute d’Angmar, dans l’ombre…

Nous communiquerons directement grâce aux crébains.

Quand Angmar tombera, nous établirons un état fantoche fidèle au Mordor sans que personnes s’en aperçoive et établirons une base arrière…

Vous avez  les compétences nécessaires pour réussir Saroumane grâce à votre intelligence combinée à vos pouvoirs Maïa.

Ne me décevez pas !


[Archives] Le Trône de Sauron J8kz


Dernière édition par Sauron le Mar 18 Fév 2014 - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5663-sauron
ShraknagNombre de messages : 294
Age : 26
Date d'inscription : 05/04/2008

Feuille de personnage
Race: Orc
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Shraknag
Maréchal du Mordor surnommé "Pue-la-Mort"

MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptyJeu 30 Jan 2014 - 0:07
 Shraknag décida finalement d'en finir avec l'attente insoutenable qui faisait trembler son âme comme une forteresse condamnée sous les coups d'un bélier d'acier. Il écarta violemment les deux Orcs qui gardaient l'immense porte aux arrêtes tranchantes ; ceux-ci, bien conscients d'être normalement les protecteurs du Seigneur Noir, n'eurent, reconnaissant celui qui fut longtemps Maréchal du Mordor, pas la présence d'esprit de l'arrêter. Appuyant ses mains griffues sur chaque battant, Shraknag prit une profonde inspiration et les poussa avec témérité. Ils s'écartèrent avec une légèreté qui surprit l'Orc, laissant apparaître une salle aux dimensions colossales et baignée d'une obscurité surnaturelle.

 Il n'eut pas le temps de pousser plus avant son exploration visuelle de la pièce. À peine la porte eut-elle achevé de s'ouvrir qu'il se sentit comme foudroyé par une force venue d'outre-monde et s'effondra sur les dalles glacées. Fanatique et idolâtre, il venait de saisir, en un instant, l'essence de l'être qui trônait dans les profondeurs de la salle. D'immenses lanières d'un fouet fait de nuit et d'horreur semblaient avoir saisi chacun de ses membres et fait plier ses genoux bossus ; étouffant, crachant, il pressait ses mains contre le sol comme s'il avait voulu y creuser un trou et s'y enfouir en attendant que passe la terreur ; ses pupilles dilatées trahissaient le choc profond de la révélation qu'il était en train de vivre tandis que son corps était agité de tremblements fiévreux. Tout entier pénétré par la sensation de se trouver en face d'une incarnation de la toute-puissance, il se sentait à la fois accéder à des sommets insoupçonnés et tomber dans des abîmes sans fond. Luttant contre les spasmes de terreur et de vénération qui le parcouraient avec une violence inouïe, il entama une lente progression vers le Trône Noir, dans une sorte d'étrange reptation quadrupède. À chaque mètre parcouru, il lui semblait que le pouvoir qu'il croyait déjà infini l'instant d'avant croissait encore et devenait plus écrasant que tout ce qu'il pouvait concevoir.

 La distance qui le séparait du Seigneur des Ténèbres parut à Shraknag bien plus grande que ce qu'il avait imaginé en apercevant le trône lorsqu'il avait ouvert la porte. Il avait l'impression que jamais il ne l'atteindrait (et, dans les tréfonds de son âme, peut-être une telle possibilité était-elle de nature à le rassurer) et il y parvint pourtant. Son crâne en lambeaux heurta la première marche de marbre noir menant au Siège et il s'arrêta net, retenant même sa respiration haletante. Il sentait au-dessus de lui le regard du Seigneur Noir, tel celui d'un oiseau de proie divin et magnifique, le scruter avec une sublime indifférence. Se remémorant soudain la raison de sa venue, il se saisit d'une main tremblante de la missive qu'il avait accroché à sa ceinture et le tendit, sans oser relever la tête d'un iota, vers la présence ténébreuse qui le dominait. Il se retint de pousser un hurlement d'angoisse et d'adoration mêlées lorsqu'il sentit une force s'en saisir et le lui retirer, et plus encore lorsqu'il entendit le bruit d'un sceau que l'on brise et du parchemin que l'on défroisse. Il savait que, pendant les instants qui allaient immédiatement suivre, les yeux du Maître se poseraient sur ces mots, écrits en lettres de sang :

"À Sa Majesté Sauron le Magnifique, Maître des Dons, Divin des Ombres, Prophète du Tout-Puissant, Roi du Mordor et Empereur de la Terre du Milieu,

Moi, Shraknag, Général du Noir Pays et serviteur dévoué de Votre Magnificence, demande avec humilité à Votre Seigneurie à être relevé de mes fonctions officielles en Mordor. Bien que la bonté avec laquelle Votre Excellence m'a toujours traité et honoré ait été une source incommensurable de fierté pour ma misérable personne, les circonstances actuelles me forcent à prier Votre Excellence d'être déposé des postes qui sont les miens. Devant la venue de serviteurs de Votre Seigneurie bien plus aptes que moi-même à exercer les rôles les plus importants pour la bonne marche des affaires courantes et militaires du Pays Noir, et ma propre incapacité à avoir fait suffisamment honneur à la confiance que vous m'avez accordée en me permettant d'occuper lesdits rôles, je vous demande, ô Maître des Dons, de m'en déchoir dès que possible.

Je vous prie de croire, Divin Sauron, qu'une telle demande n'est motivée que par les intérêts du Mordor et, en premier lieu, la propagation de Votre Parole et de Votre Gloire dans les contrées impies. Si vous avez la bonté immense d'accéder à ma requête, je fais à Votre Seigneurie la promesse solennelle de me consacrer plus entièrement que je ne l'ai jamais fait au triomphe de la cause du Tout-Puissant Morgoth, béni soit son nom jusqu'à la fin des temps, et de mettre sur pied un escadron d'élite dont je ferai le fer-de-lance de l'assaut victorieux contre nos ennemis.

Je jure devant Votre Magnificence de me dévouer absolument à notre cause et de n'offrir nulle rémission à ceux qui s'opposent encore à vos sublimes desseins, ainsi que d'être toujours présent dès que Votre Seigneurie aura besoin de moi à nouveau en Pays de Mordor. Puissiez-vous ne point douter de ma parole et me laisser répandre Votre Vérité en Terre du Milieu."



 Les termes du message étaient lourds, alambiqués et trop précieux pour ne pas sembler grotesques lorsque écrits par la main d'un Orc : ils dégageaient une impression étrange de fanatisme profond mêlé d'une servilité démesurée, de laquelle semblait pourtant émaner une volonté franche et implacable. Shraknag s'était vraisemblablement appliqué à transcrire le fond de sa pensée pour apparaître d'une sincérité absolue devant le seul être sur Arda, à part Morgoth, qu'il considérait comme au-dessus de toutes choses.

 Le Seigneur Noir devait maintenant faire son choix et décider s'il allait ou non affranchir son fidèle général et le laisser semer la mort selon ses instincts en Terre du Milieu.


Durbatulûk ! Agh burzum-ishi krimpatul...
Il n'y a pas de vie dans le Néant...
[Archives] Le Trône de Sauron 55039_m
...seulement la Mort.
...ash Burz-Durbagu burzum-ishi, daghburz-ishi makha gulshu darulu.



"Il t'emportera vers les maisons de la lamentation, au-delà de toutes ténèbres, où ta chair sera dévorée et ton esprit desséché laissé nu face à l'Oeil Vigilant."
[Le Retour Du Roi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3151-shraknag
SauronNombre de messages : 187
Age : 28
Date d'inscription : 25/12/2013

Feuille de personnage
Race: Maïa
Possessions: Inestimable
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Sauron
Roi-Empereur Immortel

MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptyJeu 30 Jan 2014 - 22:07
Quand Shraknag entra dans la salle du trône, Sauron fut surpris, il n’était pas dans les habitudes de l’orque de venir à Barad Dûr.

Il vit l’aspect grave et soumis du général de Cirith Ungol, ce qui ne laissait rien présager de bon.
Il est vrai que cet orque était aguerri et un loyal serviteur du Mordor, il avait accompli de hauts faits et ses états de services étaient irréprochables.

Il ne connaissait pas la pitié, dirigeait ses troupes avec une poigne de fer, traquait ses ennemis et les exécutait en leur faisant subir d’horribles souffrances…

Sauron ne dit mot, le général orque lui tendit respectueusement un parchemin scellé qu’il décacheta, et prit connaissance de son contenu…


"À Sa Majesté Sauron le Magnifique, Maître des Dons, Divin des Ombres, Prophète du Tout-Puissant, Roi du Mordor et Empereur de la Terre du Milieu,

Moi, Shraknag, Général du Noir Pays et serviteur dévoué de Votre Magnificence, demande avec humilité à Votre Seigneurie à être relevé de mes fonctions officielles en Mordor. Bien que la bonté avec laquelle Votre Excellence m'a toujours traité et honoré ait été une source incommensurable de fierté pour ma misérable personne, les circonstances actuelles me forcent à prier Votre Excellence d'être déposé des postes qui sont les miens. Devant la venue de serviteurs de Votre Seigneurie bien plus aptes que moi-même à exercer les rôles les plus importants pour la bonne marche des affaires courantes et militaires du Pays Noir, et ma propre incapacité à avoir fait suffisamment honneur à la confiance que vous m'avez accordée en me permettant d'occuper lesdits rôles, je vous demande, ô Maître des Dons, de m'en déchoir dès que possible.

Je vous prie de croire, Divin Sauron, qu'une telle demande n'est motivée que par les intérêts du Mordor et, en premier lieu, la propagation de Votre Parole et de Votre Gloire dans les contrées impies. Si vous avez la bonté immense d'accéder à ma requête, je fais à Votre Seigneurie la promesse solennelle de me consacrer plus entièrement que je ne l'ai jamais fait au triomphe de la cause du Tout-Puissant Morgoth, béni soit son nom jusqu'à la fin des temps, et de mettre sur pied un escadron d'élite dont je ferai le fer-de-lance de l'assaut victorieux contre nos ennemis.

Je jure devant Votre Magnificence de me dévouer absolument à notre cause et de n'offrir nulle rémission à ceux qui s'opposent encore à vos sublimes desseins, ainsi que d'être toujours présent dès que Votre Seigneurie aura besoin de moi à nouveau en Pays de Mordor. Puissiez-vous ne point douter de ma parole et me laisser répandre Votre Vérité en Terre du Milieu."


Sauron leva lentement les yeux et transperça du regard Shraknag, son aura maléfique enveloppa l’orque qui pouvait ressentir toute la noirceur du maïa…

Shraknag, quelle déception, quelle dommage… oui vraiment… ces quelques mots que je sais sincères me vont droit au cœur…

Avant même que Shraknag s’aperçut de quoi que ce soit et immobilisé par une force inconnue, une poigne de fer lui serra la gorge et ses pieds ne touchaient plus terre…

Pourtant l’orque était bien bâti et assez grand, Sauron semblait moins fort physiquement que lui mais s’était mal juger les pouvoirs du maïa…


On ne se défait pas de mes services comme ça mon ami, non, si vous n’êtes pas avec moi, vous êtes forcément contre moi !

Sauron posa Shraknag à terre et lâcha son étreinte, au grand soulagement de l’orque…

Un silence s’instaura pendant quelques secondes qui semblaient un éternité à Shraknag, Sauron le sondait, jusqu’au plus profond de son âme, il se sentait tellement vulnérable…

Sauron savait qu’il pouvait faire confiance à Shraknag et tirer parti de sa notoriété en Mordor et ailleurs.
Il pourrait la mettre à profit, il était respecté des orques et même de certains hommes…


Je suis prêt à considérer votre offre Shraknag, mais cependant vous devrez comprendre que vous êtes déchus de votre grade de général, vous perdez également tous les avantages de votre caste ainsi que vos biens, à partir de ce jour vous n’êtes plus considéré comme un résident du Mordor…

Rassemblez vos affaires, quittez le Mordor sur le champ !

Rependez ma parole, des alliers puissants se sont déjà joints au Mordor et il y en aura d’autres encore qui suivront.

Soyez mes yeux et mes oreilles, rendez-moi compte Shraknag.

Tuez, pillez, corrompez, en temps voulu,  je saurai où vous trouver pour défendre les intérêts du Mordor comme vous l’avez déjà si bien fait dans le passé…




[Archives] Le Trône de Sauron J8kz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5663-sauron
AdminNombre de messages : 1420
Age : 32
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Admin
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptySam 12 Juil 2014 - 14:02
Le sourire de l’ambassadeur avait disparu de son visage au moment même où sa monture avait franchi la frontière du Mordor. Décidément, il n’aimait pas ce pays dépressif, ces mornes vallées, ces montagnes déchiquetées et menaçantes… Cela n’entrait pas dans le large éventail de choses qu’il pouvait qualifier de belles. Il s’y sentait oppressé, alors même qu’il était libre de ses mouvements. Il s’y sentait épié à tout moment et cela était peut-être le cas.

Dolan laissait la bride sur le cou de son destrier. L’animal maléfique semblait connaître la route pour rentrer au bercail. Il se dirigeait de lui-même vers Barad-dùr, avec une certaine impatience qu’était loin de partager Dolan. En effet, il n’avait finalement aucune envie de se retrouver à nouveau face à Sauron, même pour lui annoncer de bonnes nouvelles. Mentalement, il commença à se préparer à l’épreuve que constituait pour lui cette rencontre.

Quand il passa sous le porche menant à l’immense cours intérieure de la citadelle, il mit pied à terre et laissa un orc prendre en charge sa monture.

-Faites en sorte que le Seigneur Sauron soit informé que Lord Nalod est de retour, lança-t-il à l’orc sans se retourner.

Puis, l’ambassadeur se dirigea à grands pas vers la tour où se trouvaient ses appartements. Il avait hâte de se décrasser du voyage, et surtout hâte de quitter l’atmosphère nauséabonde de cette cours où une rixe lui semblait sur le point d’éclater à n’importe quel moment.

________________________________________

Ce ne fut qu'une fois dans ses modestes appartements que Dolan pu respirer à nouveau normalement. Il faudrait vraiment qu'il demande à vivre autre part, se dit-il. Ou bien qu'il reparte rapidement en mission à l'extérieur, il ne tiendrait pas longtemps dans cette horrible citadelle. Comment faisait-il pour se faire couler un bain? Il répugnait de demander à un snaga de se charger de la douteuse besogne de se procurer de l'eau propre.
Mais il n'eut pas longtemps à se poser la question, car sa porte fut bientôt victime d'un assaut de coups de poings peu discrets. Grommelant, Dolan alla ouvrir pour se retrouver nez-à-nez avec un autre orc. Plus volumineux celui-ci. Mais tout aussi moche et sale.

-Le Seigneur Sombre est disposé à vous recevoir, grogna-t-il. Il vous attend dans la salle du trône.

Dolan hocha sèchement la tête et referma la porte au nez de la créature. Il lui fallait au moins changer de manteau. Ce noir poussiéreux ne lui seyait pas du tout. Il alla donc fouiller dans son coffre pour en sortir une autre cape, d'un noir profond, avec de légères et discrètes incrustations argentées. Au moins ce vêtement-là était propre.

L'ambassadeur prit même le temps d'attacher ses cheveux en queue de cheval avant de se rendre à la salle du trône. Il n'avait pas, pour ainsi dire, fière allure, mais il en imposait déjà plus que lorsqu'il avait mis pied à terre dans la cours. Cela semblait sans doute inutile aux autres habitants de Barad-dùr, mais pour Dolan, l'habit avait toujours fait le moine. Et s'il voulait se sentir en confiance, il lui fallait l'apparence qui allait avec cette confiance.

Arrivé devant les portes de l'imposante salle du trône, l'ambassadeur retira son masque et le fixa à sa ceinture. Les portes s'ouvrirent devant lui et il avança d'un pas sûr. Parvenu au bas des marches que surplombait le trône, il s'agenouilla et baissa la tête devant son seigneur.

-Seigneur Sauron, dit-il. Je suis devant vous, comme vous me l'avez ordonné. J'ai accompli avec succès la mission que vous m'aviez confiée et j'espère que vous serez satisfait du résultat de celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnnatarNombre de messages : 175
Age : 2018
Date d'inscription : 22/06/2014

Feuille de personnage
Race: Ainur
Possessions: Innestimable
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Annatar
Roi-Empereur Immortel

MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptyMer 16 Juil 2014 - 23:47
( Hrp : Comme je n'ai pas eut le temps de faire un rp Sauron-Renarde, puisque Loréalle est un peu juste au niveau du timming avec tout les rps en cours ( et surtout que ça fait pas mal nombriliste d'en faire un rp duo-solo! LOL ) j'inclurais des minis chapitre au dessus de notre rp. Comme cela concerne ton personnage, tu devrais apprécier... enfin j'espère. )


-- <(l)> --

- Prologue -

Dans un bruit de frottement, le petit bâton de bois grésilla et s'orna d'un flamme élégante. Autour de ce point de lumière l'obscurité régnait en maitresse absolu ne voulant partager son domaine. Pourtant,  elle dû battre en retraite quand la bougie s'embrasa à son tour mais ne s'éloigna guère, cherchant le moment où cette lumière vacillerait pour posséder de nouveau la pièce.

L'être se cachant sous les traits d'un Elfe regarda un long moment ce bâtonnet qu'il tenait entre son index et le pouce. Il était difficile de percevoir dans son regard d'hiver si l’indifférence, devant la futilité de l'objet, ou l'admiration, devant cette invention, y était.

La bouche rubis d'une femme s'approcha de la petite flamme accrochée à cette baguette et souffla sur celle-ci.
"- N'allez pas vous bruler les doigts. Après vous diriez que je ne créé que des objets dangereux. Mais c'est fou ce qu'on peut faire avec un peu de souffre, non? "
Loréalle se rassit dans le sofa disposé autour d'une petite table ronde où trônait la bougie, seul éclairage de cette pièce sombre aux volets clots.

"- Me brûler? ..."
Les yeux pâles pivotèrent vers la femme, l'incrédulité et l'amusement pouvaient s'y lire cette fois-ci avec la netteté d'un iceberg vu du ciel.
" Comme vous voici prévenante... Il est parfaitement évident que les Ainur de feu craignent celui-ci, ma très chère et prudente Intendante. Je vous remercie de tant de sollicitude... Mais trêve de plaisanteries."
Ordonna-t-il tandis que d'une main il rabattit sa longue chevelure de ténèbres sur une épaule, avec une gestuelle presque féminine, avant de se laisser choir dans son fauteuil d'où s'échappa un nuage de poussière accompagnée de quintes de toux de Loréalle.

Il n'avait pas choisit cette salle, ce n'était pas une salle de réunion ni un bureau de fonction. Elle n'était qu'une annexe d'un appartement privée laissé depuis longtemps à l'abandon de tous si ce n'est de la poussière et des rampants. Barad-dûr était grand et peu connaissaient les lieux aussi bien que leur maître; Ainsi, quand il s'agissait de parler à son Intendante, il se contentait d'attraper au vol la dame et de trouver le lieu calme le plus proche possible sous peine de voir une Loréalle s'échapper à nouveau pour disparaitre à ses tâches. Pourtant il lui avait offert un bureau afin de l'avoir à disposition quand bon il lui semblait, mais elle n'y était jamais. Il était le soleil, fixe sur son trône, et elle une météore, tout comme ces deux astres, leur collision était bien rare à moins d'être provoquée.

" Que pensez-vous de lui?"
Reprit-il, avec sa hâte habituelle et son impatience à obtenir les informations qu'il souhaitait entendre.

Elle soupira et demanda "- Vous voulez mon avis de femme ou d'intendante?"


-- <(l)> --

- Salle du Trône-

Démesurée était le mot qui s'appliquait à la salle du trône. Celle-ci n'était que le reflet de l'orgueil du seigneur des lieux mais aussi de son état d'esprit.
Mû par deux Trolls noirs, la porte à double battant se referma derrière le visiteur dans un fracas sinistre perçant le silence ambiant. Aucun mouvement si ce n'était les siens n'était perceptible. Immobiles comme des statues de la même série, des gardes Elfiques s'alignaient de part et d'autre du long tapis rouge et noir. Il fallut bien 1o minutes au Lord Nalod pour parcourir la distance séparant le trône de la porte d'entrée et, tandis qu'il avançait, il pouvait voir le décors évoluer.

Si, près de la porte, les hautes colonnes soutenant la voute s'ornaient de motifs de Loups dévorant des Elfes, celles du centre s'ornaient d'Orc et autres créatures sous fond de volcan en éruption; D'autres arboraient des motifs plus doux, presque elfique sans doute Numénoréen.
La salle était un livre ouvert contant, à qui osait prendre le temps de regarder, l'histoire du lieutenant de Morgoth. Et autour du trône, les quatre dernières colonnes étaient celles tranchants le plus du reste. Il n'était plus question de motif orc, numénoréen ou elfiques incrustés d'or et de pierreries sombres ou rougeoyantes, ces piliers là étaient cerclé de rouages de bronze, de mécaniques complexes incrustés de joyaux solaires.
Car Sauron s'éveillait peu à peu à un nouvel art, un art encore inconnu des Valars. Telle la lave traversant une forêt et dévorant tout sur son passage, il désirait s'approprier certains savoirs et les colonnes le reflétaient tout comme elle reflétaient l'histoire actuelle du Mordor. Arda ne pliait pas sous la violence, alors il la ferait plier d'une autre manière.
Et... si sur une des premières on pouvait découvrir une discrète représentation de Ciryandil. Sur celles autour du trône, Nalod pouvait s'y apercevoir, minuscule, négociant avec l'Harad.

Enveloppé de noir, assit sur son trône d'obsidienne, il baissa son regard de cristal vers le Diplomate revenant victorieux. Appuyant l'un de ses coude sur l'accoudoir, il se pencha en avant, sa chevelure glissant sur ses joues tel un voile diaphane, et, d'une voix mélodieuse terriblement calme où perçait un soupçon de jouissance d'apprendre une telle nouvelle, il questionna:
" Ainsi l'Harad est de nouveau notre allié?
Je suis grandement satisfait par vous, mais contez moi donc cela, Archiduc Nalod. J'ai ouïe dire du don inné qui vous attire les sympathies de la gente féminine. A-t-il eut l'effet escompté sur notre Nouvelle Alliée? "

Sauron ne prit la peine de lui annoncer sa décision quand à la promotion sociale qu'il venait de lui accorder avant d'utiliser ce titre pour s'adresser à lui.
Peut-être était-ce un jeu pour le Maia? Peut-être aimait-il l'effet de surprise?


-- <(l)> --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdminNombre de messages : 1420
Age : 32
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Admin
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptySam 2 Aoû 2014 - 16:34
Chacun des gestes du maïa semblait menaçant à l’ambassadeur. Il ne savait pas comment son interlocuteur s’y prenait, mais il le mettait mal à l’aise par n’importe laquelle de ses postures. Même si l’intonation de la voix de Sauron semblait suggérer qu’il était satisfait de son serviteur, Dolan n’était jamais totalement rassuré en sa présence. Le serait-il jamais ?

" Ainsi l'Harad est de nouveau notre allié?
Je suis grandement satisfait par vous, mais contez moi donc cela, Archiduc Nalod. J'ai ouïe dire du don inné qui vous attire les sympathies de la gente féminine. A-t-il eut l'effet escompté sur notre Nouvelle Alliée? "


Dolan grimaça un sourire pour faire bonne figure. L’Intendante Loréalle, sans aucun doute avait touché quelques mots à son sujet à leur employeur commun. Une pointe de vexation vint percer la surface de son malaise. Il commençait à en avoir assez de passer pour un simple charmeur, un Dom Juan tout juste bon à s’attirer les bonnes grâces des femmes qu’il convoitait. Il était ambassadeur du Mordor diantre !

-Mon Seigneur, commença-t-il, le Harad est en effet redevenu notre allié. Au départ méfiante, l’impératrice Azûul Li, dans sa sagesse, a fini par se ranger à mes arguments. J’ai réussi à présenter cette alliance comme la seule véritable solution pour le Harad. Le « don inné » dont vous parlé m’a probablement aidé dans cette tâche, mais n’allez pas commettre l’erreur de sous-estimer Azûul Li. Ce n’est pas le genre de femme à chuter pour les beaux yeux d’un homme. Elle ne se laisse pas aisément charmer ou tromper. Elle a simplement vu l’impasse dans laquelle se trouvait son pays sans l’aide du Mordor.

Mais laissez-moi vous décrire les principaux termes que je suis parvenu à négocier.
L’impératrice demande de l’aide pour soumettre les tribus autonomes du désert. Ce sont eux qui sont en mesure de dresser les mumakils pour la guerre et leur appui est donc indispensable. En revanche, Azûul Li n’acceptera aucun orc sur son territoire.
En échange de ce service, l’impératrice s’est engagée à rouvrir les routes commerciales entre nos deux pays. Les caravanes pourront donc voyager librement sur les anciennes routes. Des débouchés sont donc assurés pour notre production d’armes et de souffre. Nous pourrons en outre obtenir à bon prix les matières premières qui nous manquent, ainsi que quantité d’esclaves via des échanges fructueux avec les corsaires d’Umbar.
Enfin, Azûul Li assure le Mordor de son aide militaire en cas d’attaque en provenance d’Ouistrenesse. Je pense qu’elle sera également disposée à apporter son aide si nous décidons de lancer une attaque, si elle estime que ladite attaque a une chance d’aboutir.


L’ambassadeur se tut pendant quelques secondes après cet énoncé. Quelque chose le troublait sans qu’il arrive à mettre le doigt dessus. De quel titre l’avait affublé le Seigneur incontestable du Mordor ? Archiduc ? Quel était cette nouvelle plaisanterie ?

-Mon Seigneur, reprit-il. Vous venez de m’appeler « Archiduc Nalod ». Excusez mon ignorance et l’ingénuité de ma question, mais je suis arrivé au Mordor depuis trop peu de temps pour en connaître tous les titres. A quoi correspond ce grade exactement ?

Dolan était à la fois curieux et inquiet. Il s’agissait là sans doute d’une récompense pour ses bons et loyaux services mais quelle en était la portée ? Il n’avait aucune envie de commander des troupes, et encore moins des orcs. Archiduc… Aurait-il la charge de l’administration d’un territoire ? Voilà qui lui plaisait encore moins. Devoir administrer ne serait-ce qu’une partie de cet atroce pays lui donnait presque la nausée. Comment administre-t-on un pays mort ?
De nombreuses questions se bousculaient dans son cerveau, mais il n’en prononça aucune. Il attendait avec anxiété la réponse se son employeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnnatarNombre de messages : 175
Age : 2018
Date d'inscription : 22/06/2014

Feuille de personnage
Race: Ainur
Possessions: Innestimable
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Annatar
Roi-Empereur Immortel

MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptyMar 2 Sep 2014 - 19:01
-- <(l)> --

Le malaise n'était pas passé inaperçu aux sens exacerbés du Maïa qui considéra celui-ci comme une curiosité du genre humain. Pourquoi les humains s'empressaient-ils de refouler leurs qualités qui, si elles ne répondaient pas aux moeurs de la bonne société, devenaient des défauts dans leur esprit?
Piètre humanité coincée par les propres limites qu'elle s'est fixée.

Les doigts de Sauron s'étaient mit à tambouriner sur l'accoudoir de son trône au fil du récit de Nalod. Pourtant, il le  laissa expliquer ce dont les traités en retournaient sans l'interrompre, jusqu'au bout. Mais une fois qu'il posa sa dernière question, il revint sur les points qui le contrariait fortement:

" Elle nous demande de l'aide pour soumettre mais refuse des orcs sur son territoire? Cela veut dire que nous devrions consacrer pour un temps, dont nous ignorons la longueur, d'autres troupes. Devons-nous sacrifier nos troupes d'élite à cette tache ou nos troupes numénoréennes, Ambassadeur Nalod? Connaissez-vous la limite du territoire de l'Harad, Lord Nalod? Et vous avez signé cela en notre nom? Voila qui est bien ridicule, cela pourrait nous prendre des centaines d'années, heureusement la vie d'une mortelle n'est point aussi longue et le traité porte sa signature.  

De plus, elle nous offre, comme "récompense" pour notre aide, la réouverture des routes commerciales passant par NOS frontières? Donc, nous devrions laisser des failles dans des frontières fermées depuis des millénaires pour permettre à ses caravanes marchandes de traverser de part en part notre royaume? "

A croire qu'il prenait un plaisir pervers à souligner tout les défauts du traité.
"Non seulement vous venez de lui offrir des soldats et d'amoindrir ainsi notre force de frappe, mais aussi un magnifique raccourcit pour le Rohan ou le Rhûn Nord qu'elle nous fait payer."

Nalod pouvait sentir une colère monter telle la lave d'un volcan dans le Maïa. Celui-ci poussa un soupir en regardant un instant dans le vague pour déclamer:
"Et pour couronner le tout, elle veut bien participer aux guerres seulement en cas de victoire assurées?"
Il toussota pour marquer le détail qui avait échappé au Diplomate mais avec peu de doutes à l'ancienne pirate devenue impératrice.
" Donc en cas de bénéfices assurés, elle désire être du partage. "

Bien. "

Il se renfonça dans son trône posant son visage sur son poing fermé.
"Qu'avez vous obtenu pour nous?
Et ne nous reparlait pas des esclaves car nous sommes le seul pays limitrophe avec le Harad à consommer de cette marchandise. Aussi elle ne pourrait la vendre ailleurs. Autant que nous le sachions, le Gondor n'est pas un grand adepte de l'esclavage et le Rhûn hors d'atteinte à cause du désert de pierre."


Sauron ne revint pas sur le titre dont il avait affublé le Lord, car il se demandait, en entendant le récit de la mission diplomatique, si son Intendante avait eut une bonne idée d'offrir une telle récompense à ce politicien ayant une notion de réussite totale toute relative.


-- <(l)> --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdminNombre de messages : 1420
Age : 32
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Admin
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptyMar 2 Sep 2014 - 21:57
Dolan encaissa la rebuffade sans broncher. Sa mâchoire se crispait à chacun des reproches formulés par Sauron, l’emplissant d’une colère qu’il ne connaissait pas. Il était étrangement calme pourtant. Etonnamment, la peur que lui inspirait le maïa s’estompait à mesure qu’il le récriminait. L’ambassadeur était en effet persuadé d’avoir réussi à négocier les meilleurs termes possibles pour le Mordor. Et pourtant, son employeur n’était pas satisfait. Et bien qu’il aille lui-même se frotter à la beauté toxique d’Azûul Li ! Mais plus important encore, Sauron le prenait-il vraiment pour un imbécile ?

Dolan compta mentalement trois secondes avant de reprendre la parole après que Sauron se soit tu. C’était le temps qu’il lui fallait pour parvenir à maîtriser le tremblement colérique de sa voix. Quand il s’exprima, ce fut avec un accent mielleux au possible, mais soulignant une assurance qu'il semblait avoir perdue depuis son entrée dans la salle du trône.

-Monseigneur, ces accords attendent toujours votre signature. Ils ne seront en vigueur que lorsque vous aurez personnellement apposé votre paraphe au bas du document que je vous ai apporté, il est déjà signé par Azûul Li. Libre à vous de signer ou non ce document. Si vous estimez que les termes négociés ne sont pas à notre avantage, ne prenez pas la peine de saisir votre plume, j’informerai au plus vite l’impératrice du Harad de vos positions et m'efforcerai de négocier des termes plus avantageux.

Dolan fit une pause et avança d’un pas avant de poursuivre.

-Mais excusez-moi par avance et permettez-moi d’insister tout de même pour que vous signiez ce contrat. Car si je l’ai négocié c’est parce que je pense sincèrement qu’il est bénéfique au Mordor. En réalité, il est bénéfique aux deux pays. Mais laissez-moi vous dire qu’avec Azûul Li à la tête du Harad, nous n’obtiendrons rien de mieux. C’est une femme habile et pleinement consciente de ses forces comme de ses faiblesses. Elle ne sera pas aisément trompée.

Faisons le point sur la situation actuelle si vous le voulez bien.
Le Harad et l’empire d’Ouistrenesse ont commencé à lier des liens comme il n’en a jamais existé auparavant entre ces deux pays traditionnellement ennemis. En effet, pour la première fois depuis bien longtemps, ces deux peuples ont combattu côte à côte. Cela peut vous sembler anodin mais on ne regarde pas de la même façon un peuple aux côtés duquel on s’est battu. L’opposition entre Harad et Gondor notamment n’est plus aussi forte qu’auparavant. Si une nouvelle alliance militaire entre eux semble improbable, il ne nous en faut pas moins nous assurer que ces liens ne se resserrent en aucune manière. Auquel cas, nous serions coincé entre deux ennemis.
Autrement dit : le Harad a le choix de s’allier à l’Ouistrenesse ou bien au Mordor. Nous n’avons pas ce choix : nous devons gagner les haradrims à notre cause. Et Azûul Li est pleinement consciente de ce fait.


C’est le premier point, et sans doute le plus important. La seconde chose qu’il faut avoir en tête, c’est qu’Azûul Li surestime la puissance du Mordor. Au point d’en avoir peur. Cette peur est notre atout maître. Tant qu’elle se sentira menacée par le Mordor, elle n’osera pas se joindre ouvertement à Eldarion. Voici ce que je recommande : aidez Azûul Li à reconquérir son pays. Et profitez-en pour lui en mettre plein la vue. Pas d’orcs a-t-elle dit. Alors je dis oui : envoyez vos troupes d’élite au Harad! Faites cela comme si ça ne vous coûtait rien. Elle s’imaginera que nos ressources sont infiniment grandes. Et elle sera notre alliée indéfectible. D’autant plus qu’elle aura tendance à surestimer nos chances de victoire si nous nous attaquons au Gondor. Croyez-moi, grand Sauron, après cette démonstration de force, Azûul Li vous suivra dans n’importe quelle guerre les yeux fermés.
Quant au temps que cela peut prendre, je laisse ce calcul à vos généraux. Il s’agit en effet d’un immense territoire. Mais retenez qu’il n’est pas nécessaire de conquérir tout le désert haradrim. Quelques points stratégiques devraient suffire à soumettre les tribus nomades. Il nous faut simplement prendre le contrôle des rares points d’eau qui parsèment cette immensité. Certains sont bien connus. D’autre, de moindre importance, devront être découvert. Mais j’ai cru comprendre que vous aviez un talent incomparable pour arracher ce genre de secrets aux hommes récalcitrants…


Enfin, concernant les routes commerciales. Je crains que vous m’ayez mal compris. Le présent contrat ne prévoit que la réouverture des routes du sud. Cela nous sera bénéfique en premier lieu. Nous manquons terriblement de matières premières. Nous ne pouvons tout simplement pas nous en passer. Ensuite, certes cela profitera au Harad mais l’ouverture de ces routes ne profitera en aucun cas à nos ennemis si c’est ce que vous redoutez. Le Mordor n’est définitivement pas le passage idéal lorsqu’on veut se rendre au Rohan. Prendre la mer est tellement plus simple… sauf si les corsaires se rangent à notre côté, ce qui ne manquera pas d’arriver si vous signez ce contrat, considérant l’influence certaine d’Azûul Li sur ces derniers. Mais ne préférez-vous pas avoir la possibilité de voir ces caravanes passer au Mordor plutôt qu'au large de nos côtes, là où nous n'avons aucun contrôle?
Et puis si vous tenez absolument à en tirer un apport en espèces sonnante et trébuchante, rien ne vous empêche de percevoir un péage pour ces routes, les contrats ici présents ne précisent rien en la matière. Je le déconseille pourtant. Nous avons besoin que les marchandises transitent vite et bien jusqu’au cœur du Mordor, pas de nous engluer dans la paperasse administrative que ne manquera pas d’apporter une telle mesure.


Dolan ne mentionna pas à nouveau les esclaves bien qu’il en ai eu très envie. Sauron savait-il qu’Azûul Li ne contrôlait pas le commerce des esclaves ? Les marchands d’hommes agissaient à leur guise. Et Dolan était bien placé pour savoir que les esclaves étaient une denrée appréciée au Gondor. Bien sûr, leur commerce était caché, mais il n’existait pas une grande maison bourgeoise sans ses serviteurs aux origines suspectes et à la rémunération sujette à discussion… Mais Sauron lui avait ordonné de ne pas en reparler donc il tint sa langue. Il reprit pourtant :

-La loyauté sans faille d’une impératrice : voilà pour résumer ce que j’ai obtenu pour vous, Seigneur Sauron.

Dolan sentait une douleur sourde dans sa mâchoire. Il assenait ses mots avec toute la conviction dont il était capable, au point que ses dents s’entrechoquaient parfois entre ses phrases. Il avait mis tout son cœur dans cette mission et il n’acceptait pas qu’elle soit aussi rapidement dévaluée. Certes il n’avait pas soumis le Harad mais le souverain du Mordor attendait-il réellement cela de lui ?
Droit dans ses bottes, l’ambassadeur attendait le verdict de Sauron. La peur l’avait déserté. Il était désormais sûr de lui. Il avait fait ce qu’il devait faire, il en était convaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron EmptyVen 4 Mar 2016 - 18:03

Mise à Jour.

Nouveau Sujet ici :


Passage de ce sujet dans les archives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Archives] Le Trône de Sauron   [Archives] Le Trône de Sauron Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

[Archives] Le Trône de Sauron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les archives du KGB
» Je suis le messager du Mordor - Mordu la Bouche de Sauron (Prochaine partie)
» profil des figurines pour SDA
» Les Dorwinions: Orientaux du Nord ou Nordiques Orientaux?
» archives webtv

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: [Archives] Le Trône de Sauron N448 :: Les archives :: RPs des Terres du Mal :: Archives du Mordor-