Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Le palais d'or de Medusel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

avatar

Nombre de messages : 2061
Age : 19
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Au quartier général   Ven 30 Sep 2011 - 20:54

Un cavalier arriva de l'ouest, il semblai fourbu lui et son cheval et pouratant il arriva en ville au galop. Il remonta alors la rue principale. Le soleil se levait mais déjà des paysans partaient à leurs travails. Il furent les seuls à le voir arrivé. Il arriva enfin en haut de la forteresse, il sauta de sa monture et entra dans le palais. Tout les regard furent tourné vers lui: il était grand au cheveux d'argent, tout de vert vêtu et on remarquait aussi ses oreilles pointus. Il traversa la grande salle et sans mots dire il donna ses armes au soldat qui se trouvait. Le pauvre garde surchargé titubait mais l'elfe coàntinua sans lui prêter attention. Il gravit alors les dernières marches qui le séparait du trône et s'approchant il déclara:

-Je suis Fëascalen de la maison d'Ararien et je viens vous aidés à sauvé l'Isengard en l'honneur du traité entre elfes et ami des elfes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
Thais Lælias
La Dame de Feravatar

Nombre de messages : 367
Age : 27
Date d'inscription : 22/09/2010

Feuille de personnage
Race: Demie-elfe
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Ven 30 Sep 2011 - 21:30

Dans la salle, ses paroles furent accueillies par un silence gêné. Theodred, Régent du Rohan, se leva se son siège à la droite du trône royal. L'homme était grand, mais pas démesurément. Ses épaules bien bâties supportaient sans peine le poids d'une armure couverte d'éraflures, qui avait supporté de nombreuses batailles. L'homme avait combattu les Orques, chez lui comme au Nord, et commençait seulement à goûter à la paix, encore que des bandes de brigands traversassent toujours le pays de temps à autres. Quand l'Elfe fit son entrée aussi spectaculaire que courte, il n'eut pas plus de considération pour lui qu'il n'en aurait eu pour un gamin courant au travers de la pièce dans un de ses jeux, préférant terminer tranquillement la discussion qu'il avait avec un de ses lieutenants.
Mais maintenant, il était levé, et son regard, dur mais franc, jaugeait Fëascalen comme s'il s'agissait d'une monture qu'il souhaiterait aquérir.

"Vous me parler de 'sauver l'Isengard'... Vous devez êtes bien fous ou bien mal renseigné pour vous lancer dans pareille entreprise. L'Isengard est sous le contrôle de l'Empire de l'Ouest. Thais Lælias a réalisé le rêve de son Intendant, Denethor, de l'intégrer une fois pour toute à son territoire. Ce que la diplomatie n'a pu acheter, elle l'a prit par la force des armes, appellant les habitants des traîtres et des violeurs de serments. Il n'y a plus d'Isengard. Ses savants sont morts ou en exil, ses hommes dans leurs tombes ou les dieux seuls savent où. Quant aux enfants, j'ai entendu dire qu'ils avaient été envoyés dans des familles gondoriennes ou arnoriennes, pour y être élevés en parfait citoyens de l'Empire, en leur apprenant la haine de ceux qui furent leurs compatriotes. L'Isengard n'est plus, je le répète. Il n'y a plus qu'une province de l'Ouistrenesse, contre lequel il faudrait être fou pour s'élever..."

La voix du Régent était amère. Il avait été un des rares à parler en faveur de l'Isengard lors du fiasco qu'avait été le dernier Conseil Blanc, mais ça ne l'avait pas empêché de rester immobile tandis qu'on massacrait ses voisins. Pour dire vrai, il avait tenté d'en protéger quelques uns en interdisant le passage sur ses terres à l'Empire, mais malgré cela, bien peu en avait réchappé...

"Nous n'avons rien à craindre de l'Isengard, et bien plus de l'Empire de l'Est. Une armée est massée à sa frontière sud, sous le commandement du Régent. Cinquante mille hommes, principalement de l'infanterie légère, et à sa tête le Porteruine. Les bannières ne trompent pas: un crâne traversé d'une épée verticale, aux yeux émeraude, entouré à gauche d'un croissant de lune et à droite d'une étoile à sept branches, le tout argent sur fond noir. Les hommes racontent qu'il a fauché son chemin à travers les lignes adverses lors de la Bataille de Krell-Kain et a défait des champions presque paresseusement. Dites-moi, Elfe, combien d'épées amenez-vous pour nous aider contre cette force? Combien de chevaux? Et combien de guerriers?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4438-thais-lalias-princ
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

avatar

Nombre de messages : 2061
Age : 19
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Ven 30 Sep 2011 - 21:59

Fëascalen fronça les sourcils à ces propos bizarre.

L'Isengard est en danger. Il ya trop longtemps qu'aucune attaque était survenue en ces territoires et répondit:

- Trop peu malheureusement, une dizaine à cheval et une autres dizaines d'archers et de fantassins. Mon frère viendra peut être mais demain quelque chose viendra. Je vous demande de mesurer vos mots devant ce... chat. Je disais donc que l'Isengard n'est pas un danger mais est en danger. Et vous parlier des orientaux ?? D'après vous que vont-ils faire dés qu'Orthanc sera tombés ou dans leurs mains ou dans celles de Sauron. De plus si le rohan tombe la Lorien sera menacé et l'Empire de l'Ouistrenesse devra soutenir les assauts pour deux. Il nous faut donc faire une diversion. Je vous propose de délivrer les elfes verts de la forêt Noire pour avoir plus d'homme: un soutien précieux et pour finir on pourra les prendre au nord et à l'est !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
Thais Lælias
La Dame de Feravatar

Nombre de messages : 367
Age : 27
Date d'inscription : 22/09/2010

Feuille de personnage
Race: Demie-elfe
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Ven 30 Sep 2011 - 23:36

Theodred contempla un instant l'Elfe en face de lui, incrédule. Puis il éclata de rire. Un rire qui fut bientôt reprit par certains membres de la noblesse présents dans le hall de Meduseld. Quand il cessa, et que le silence retomba à nouveau dans ce hall qui avait vu tant d'histoire se dérouler et avait survécu à tant de sièges, de guerres et de sang, il répondit:

"Depuis quand n'êtes vous pas sorti de vos forêts, messire Elfe? L'Isengard ne peut être en danger. Je vous le concède, quelques Orques se terrent encore dans la région, mais ils ne sauraient représenter une menace plus grand qu'à l'accoutumé. Orthanc est tenue par une forte garnison Impériale, près de sept cent hommes en armes, et pas n'importe lesquels: tous des Hommes de Fer, l'élite de l'Empire. Ils sont suffisamment bien installés pour tenir un siège de trois mois sans trop de difficultés, et si l'ennemi essaye d'attaquer directement... Je doute qu'il existe un seul engin au monde capable d'endommager la Tour. Si jamais siège ou assaut il y avait, je n'aurais besoin que de quelques jours pour fondre sur les assaillants. Orthanc n'est pas en danger, quant à l'Isengard... Ce sont des affaires de l'Empire. Je n'ai pas à m'en mêler, pas plus que l'Impératrice n'a à se mêler de mes ennuis avec des brigands ou des Orientaux à mes frontières..."

Visiblement, la mention d'un chat avait totalement échappé au régent, puisqu'il enchaîna:

"La Forêt Noire... Dol Guldur... Nous en avons déjà fait le siège par le passé, assistés par des Elfes, sans résultat. Il n'y a plus d'Elfes dans ces bois, pas depuis que Krell le Conquérant les a massacrés devant lui dans sa marche furieuse vers le Sud et Minas Tirith. Dol Guldur est tenue par les Orientaux, par la Garde Pourpre. Ils semblent très bien s'accommoder de l'endroit, puisque d'après mes espions, ils n'en sont pas sortis depuis des années. On les voit sur les remparts, mais c'est tout. Personne n'entre ni ne sort de cette forteresse, pas depuis que l'Impératrice est partie reconquérir son trône à la tête de son armée. Le ravitaillement est déposé devant les portes, les caravanes s'éloignent, et des esclaves sortent pour tout amener à l'intérieur."

Il se rassit sur son siège, invitant Fëascalen à faire de même en face de lui.

"J'ai mené de nombreuses guerres durant ma vie. Mais celle que vous me proposez est perdue d'avance. Je ne doute pas de la valeur de vos compagnons, mais... Ils sont trop nombreux. Je peux mobiliser trente mille hommes rapidement, et trente mille de plus si j'appelle mes bannières. Rien que l'armée qui s'avance compte presque autant d'hommes que ça. Une deuxième serait en marche. Soixante dix mille hommes. Je vous laisse faire le calcul: si jamais ils attaquent, je n'aurai pas la force de m'opposer à eux... Mais pour l'instant, ils semblent se cantonner sur leurs frontières, ou alors avancer vers les terres tenues par le Mordor. Je ne risquerai pas de provoquer une guerre qui aurait pu être évitée, messire Elfe..."

Il bu une gorgée dans un gobelet de vin, avant de reprendre la discussion.

"Ce qui ne veut pas dire que je resterai inactif. Fournissez-moi des éléments précis concernant ces menaces dont vous parlez, et je marcherai vers ces Orientaux pour savoir quelles sont leurs intentions."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4438-thais-lalias-princ
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

avatar

Nombre de messages : 2061
Age : 19
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Sam 8 Oct 2011 - 21:15

Soudain un spectacle encore jamais vu dans le palais d'or arriva. Les grandes portes s’ouvrirent et comme l’elfe l’avait dit un chat entra. Il portait les mêmes habits que Fëascalen à la différence près qu’ils étaient assujettit à sa taille. Il marcha sur ses pattes arrières jusqu’au trône sous l’œil médusé de ceux qui ceux qui se trouvait là. Il salua le roi et chuchota quelques mots à Fëascalen. D’abord l’expression de son visage ne changea pas. Puis un sourire se dessina peu à peu. Il se leva alors et dit d’une voix forte pour que tout le palais l’entende :


« - Messieurs, un bataillon de 10 archers étaient partis en un territoire hostile aux rohirims : l’empire de l’Est. Ils sont revenus avec des bonnes nouvelles. Il sont prêt à traiter une trêve contre Sauron. Allions nous avec eux ça permettra de repoussé Sauron des terres touchant les vôtres. De plus après avoir enduré cette guerre les relations entre le Rohan et l’Empire de l’Est risque de s’améliorer. »

Tous en furent étonnés : d’abord un chat puis un retournement de situation inédit. Ceux qui le connaissait n’en furent que peux étonné. S’ouvrirent et comme l’elfe l’avait dit un chat entra. Il portait les mêmes habits que Fëascalen à la différence près qu’ils étaient assujettit à sa taille. Il marcha sur ses pattes arrières jusqu’au trône sous l’œil médusé de ceux qui ceux qui se trouvait là. Il salua le roi et chuchota quelques mots à Fëascalen. D’abord l’expression de son visage ne changea pas. Puis un sourire se dessina peu à peu. Il se leva alors et dit d’une voix forte pour que tout le palais l’entende :

« - Messieurs, un bataillon de 10 archers étaient partis en un territoire hostile aux rohirims : l’empire de l’Est. Ils sont revenus avec des bonnes nouvelles. Il sont prêt à traiter une trêve contre Sauron. Allions nous avec eux ça permettra de repoussé Sauron des terres touchant les vôtres. De plus après avoir enduré cette guerre les relations entre le Rohan et l’Empire de l’Est risque de s’améliorer. »

Tous en furent étonnés : d’abord un chat puis un retournement de situation inédit. Ceux qui le connaissait n’en furent que peux étonné. Attendant la réaction du roi il continua:

"- Je vous présente Töoro de Tol Siltalath, il commandait le bataillon. C'était un elfe il est devenu un chat. Je vous pris de mesurer vos mots car il peut parler, marcher... et griffer ce qui n'ait jamais agréable. Je vous demande aussi de le traité d’égal à égal. A voici mes troupes… »

La troupe composée 30 hommes, 10 cavaliers et 20 archers-fantassins-piquiers, ils étaient fourbus mais ils entrèrent en ordre et portant le même uniformes que Fëascalen. Ils se ressemblaient comme des gouttes d’eaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
Thais Lælias
La Dame de Feravatar

Nombre de messages : 367
Age : 27
Date d'inscription : 22/09/2010

Feuille de personnage
Race: Demie-elfe
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Sam 8 Oct 2011 - 22:48

Theodred n'eut certes pas de mot déplacé à l'encontre du félin, mais la perplexité se lisait sur son visage, jusqu'à ce qu'il lève les yeux au ciel.

"L'Empire de l'Est, traiter. Et c'est un chat qui apporte cette nouvelle? Messire Elfe, si vous pensez que votre petit numéro est amusant, je suis loin de partager votre opinion. Traiter avec l'Est...et oublier les maisons brûlées, les enfants massacrés, les femmes violées? Savez-vous de qui vous parlez, Elfe? Les orientaux sont des bêtes vêtus de peaux humaines. Rien de plus. Ils peuvent paraître civilisés quand vous les croisez dans leurs demeures, dans leurs palais... Et l'instant d'après, vous vous effondrez avec un poignard dans le dos, ou alors du poison dans vos veines... Et sur un champ de bataille..."

Il s'était levé, maintenant, dominant l'Elfe d'une demi-tête, et avançant vers eux.

"Sur un champ de bataille ils n'ont aucune peur. Ils avancent, pour tuer. C'est leur vie... Dans les clans guerriers de Rhûn, les enfants doivent exécuter un homme à l'âge de cinq ans, pour les endurcir, les habituer à tuer. Chez eux, il n'y a rien de plus naturel qu'éventrer un homme. Certains portent une marque par guerrier tué, d'autres ont arrêté de les compter. Ce sont des hommes bâtis pour la guerre, bâtis pour tuer, et si vous pensez que vos hommes peuvent tenir ne serait-ce qu'une seconde face à leur charge, alors vous vous trompez lourdement... S'allier avec l'Est, c'est laisser le loup entrer dans la bergerie."

Las, il retourna sur son siège, et les congédia d'un geste de la main.

"Je vous laisse partir, au nom des bonnes relations que nous entretenons avec la Lothlorien. Mais ne vous avisez plus de venir déblatérer vos sottises à mes oreilles, où vous goûterez à mes cachots."

L'entrevue était clairement terminée. Les Elfes n'avaient plus qu'à repartir, après cette piteuse impression qu'ils avaient fait au Régent de Rohan.
Venir proposer une alliance entre deux vieux ennemis qui comptaient depuis des dizaines d'années leurs griefs mutuels, sans rien apporter de concret, sans avoir la moindre légitimité à avancer des alliances, qu'avait cru Fëascalen? Pensait-il vraiment qu'un homme prendrait au sérieux une proposition amenée par un chat? Il n'était pas plus émissaire de l'Empire de l'Est que Theodred, et n'avait donc pas la moindre autorité pour conclure des alliances. Et à vrai dire, si le Régent de Rohan, en homme d'honneur, aurait reçu des émissaires de son ennemi sans leur faire de mal, il les aurait très certainement éconduit de même.

"Vous avez jusqu'à l'aube pour quitter cette ville, Elfes. Passé ce délai, je vous ferai escorter par mes hommes jusque chez nos amis Orientaux. Peut-être apprécieront-ils plus que moi votre petite farce? Ou peut-être serez-vous la farce d'un de leurs festin, qui sait? Maintenant sortez, ou je vous ferai sortir de ce palais par la force."

Autour de lui, Fëascalen et ses hommes ne pouvaient que sentir les regards moqueurs des Rohirims présents, qui semblaient partager l'opinion de leur chef. Il n'y en eut pas un pour prendre sa défense, pas un pour suggérer de donner une chance à ses propositions. Tous étaient unis par leur haine des Orientaux et leur manque de confiance en cet improbable émissaire (pour peu qu'il s'agisse d'un émissaire...).



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4438-thais-lalias-princ
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

avatar

Nombre de messages : 2061
Age : 19
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Mer 12 Oct 2011 - 17:33

"-Sachez, seigneur, que si vous voulez continuer à subir leurs asssauts, c'est votre problème... Et que j'aurai tout fait pour vous aidé! Bonne chance et adieu jusqu'à la prochaine fois"

Sur ce il sortit alors avec son bataillon la tête haute, sous l'oeil des personnes qui se trouvaient là. Ils descendirent la rue, en ordre derrière un oriflamme qui claquait aux vents. Les Elfes sortirent de la ville et un cor sonna. Il résonna encore quelque dixaines de secondes puis ils ls reprirent leurs marche.

message suivant ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
Eomer

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 21
Date d'inscription : 03/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Guthwinë, Déorhaleth
Statut: Joueur(se) inactif(ve)

MessageSujet: Le Maréchal, le Général et le Régent   Mar 24 Jan 2012 - 23:16

Le repos fut envisagé par le Maréchal alors qu'il quittait Vakalor, en s'étant entendu sur la tâche à accomplir. La force de conviction du Général était grande et ce personnage fascinait Eomer qui désirait ardemment en savoir plus sur la profondeur de son être. Il lui faudrait patience et tact pour dégager quelques informations clés pour une compréhension seulement partielle de cet homme. Un homme d'honneur, empli de vertu, général dont le Maréchal de la Marche prit congé en lui annonçant que le départ serait pour le lendemain à l'aube. Bien que Vakalor semblait plutôt sceptique quant à cette décision, Eomer tenta de lui expliquer que même les troupes gondoriennes avaient besoin de repos et qu'il faudrait une journée au Maréchal pour dépêcher les Seigneurs ou représentants, déjà loyaux à la royauté rohannaise. En effet, Eomer ordonna à ces plus proches gardes que l'on envoyât des messagers avertir les domaines les moins lointains. Une trentaine d'hommes devrait suffire à imposer la personne du Maréchal; il n'était guère question de débuter le siège d'Edoras. On disait le Régent clairvoyant, il était d'heure de démontrer si celle-ci fut la véritable.

Une journée de préparatifs laborieuse pour les écuyers, les forgerons, les coursiers mais bien satisfaisante pour les nobles du Riddermark, exception faite du Cavalier de Méduseld. Eomer semblait bien pensif et songeait, par anticipation, aux réactions d'Edoras, qu'elles fussent incontrôlables, démesurées ou encore meurtrières. D'humeur changeante, le Maréchal errait de façon inopinée rencontrant à quelques reprises Vakalor, posé de par son attitude. L'inquiétude et l'angoisse s'insinuait sur les traits du Rohirrim tandis que les heures défilaient. L'air lui était plus pesant, une chaleur inconfortable l'envahit et des picotements au bout des doigts survinrent. Était-ce une forme de peur qui prenait le pas sur lui? Il fallait bien reconnaitre qu'une telle entreprise ne pouvait laisser de marbre un homme quel qu'il fût. Mais, la maitrise de soi était une chose indissociable de tout Maréchal. Même s'il éprouvait une quelconque angoisse, rien ne devrait transparaitre. Le masque devait demeurer.
Ainsi, la nuit tomba sans perturbation. Les hommes s'agitaient à point d'heure. Dans d'obscures ruelles, il était dit que le Maréchal abandonnait Aldburg pour attaquer Edoras alors même nation. Si la majorité du peuple verrait d'un bon œil cet accès au trône, les basses âmes se serviraient allègrement de l'occasion pour accuser sans rancœur leur protecteur de toujours, l'homme à l'origine de toute paix en Eastmnet. Passons cependant l'indicible car des âmes plus noires encore insultaient, juraient dans l'ombre. Comment de tels hommes pouvaient-ils vivre si faussement?



"Maréchal, il nous faut partir pour atteindre Edoras dans les temps. Guidez-nous jusqu'à Méduseld, Cavalier!"

Ce fut par ces quelques paroles que le Maréchal ouvrit les yeux. Un cavalier de la Marche, dignement vêtu, avait entrouvert la porte et s'était avancé dans le but de réveiller la noble personne. Le visage d'Eomer était empreint de détermination. Le retour en arrière n'étant plus possible, il fallait avancer sûrement. Le garde s'était attiré la sympathie du Maréchal qui n'hésita pas à le remercier d'un "Eorl blètsian thü, Hërman eoredane!" Face à ceci, Hërman ne pouvait que s'incliner, le poing sur le cœur et se retirer. Eomer put donc se vêtir aisément d'un bordeau sobre. Bien que son vêtement était délicat, il appela d'une voix forte et ferme un écuyer. Le jeune garçon vint précipitamment et fut tout réjoui d'avoir été mandé par sa seigneurie. Il lui fut ordonné de préparer Déorhaleth et de l'orner afin de symboliser à lui seul l'arrivée d'un roi. Le garçon parut stupéfait mais partit bientôt exécuter la demande d'Eomer. On n'entrait pas à Edoras en roi mal vêtu et mal mis.

Le prétendant au trône quitta bientôt sa salle de repos et s'en alla vers le Grand Hall où les Gondoriens étaient déjà rassemblés visiblement aptes à s'y rendre. Le Maréchal ne se priva pas de saluer cordialement les hommes et plus amicalement encore le Général Vakalor qu'il appela "Mïn Aethelwine" (Mon noble ami). Il fut fort probable que l'homme du Gondor ne comprit pas le sens de l'expression mais le timbre de voix et l'attitude d'Eomer ne trahissaient en rien la profondeur de ces paroles. Puis, il s'en alla revêtir son armure habituelle, sans omettre pour autant de soigner sa présentation à l'aide d'une cape verte, ornée sur la partie supérieure d'un or fauve. Ceci fait, il se rendit aux écuries où l'attendait son destrier plus comparable à un palefrenier en cette occasion. Une parure entre le bordeau et le sang de bœuf drapait Déorhaleth. Il avait fière allure.

Une trentaine d'hommes attendaient le Maréchal aux portes d'Aldburg la Vieille. Les Rohirrim étaient vigoureux et tous avaient fait honneur par leur digne présence au Cavalier de Méduseld. Il y avait là les plus puissants seigneurs de l'Eastmnet, tels que Fréagrim, Isenhorsa, Bregocyne ou encore le loyal Frodéod. Tandis que Isenhorsa avait accablé son cheval de fer, Bregocyne portait la bannière royale en manifestant sa volonté de porte-étendard. Fréagrim lâcha un rire tonitruant en apercevant Eomer si majestueusement drappé, alors que Frodéod ne lui adressa qu'un sourire.
Le voyage débuta alors pour atteindre Edoras. Les Seigneurs paraissaient las de la chevauchée incessante sans pause d'aucune sorte. Mais, vigoureux et indéniablement déterminé, Eomer chevauchait en tête sans sourciller bien que ses pensées ne traitaient que d'un proche futur. Certes, il était tracassé et ce fut sans doute cela qui l'amena, en milieu de journée, à demander le Général Vakalor à ses côtés. Il lui lança un sourire sincère:


"Vous m'êtes d'un grand soutien, mon ami. Ne songez pas seulement à l'action militaire mais plutôt à votre présence morale et physique. Je n'oublierais pas une telle aide alors que je me trouve en train de vivre le plus grand évènement que le Rohan ait pu connaitre depuis quelque temps: nous allons mettre fin à une époque et débuter une nouvelle ère. Dans ma précipitation, j'ai oublié de vous présenter mes loyaux vassaux. Indéniablement, ils savent mieux faire chanter leurs arcs ou parler le glaive que déclamer au peuple. Ils sont la fierté du Riddermark! Immédiatement à votre gauche, vous pouvez apercevoir le brave Fréagrim, un guerrier impitoyable et sans pitié. Je doute qu'il y ait une chose qu'il préfère plus que la guerre. Alors que je ne désire pas la guerre en allant à Edoras, j'ai dû me résigner à amener Fréagrim qui représente une trop grande puissance militaire pour qu'elle soit mise de côté. Vous comprenez, n'est-ce pas?
A ma droite, c'est Bregocyne. Il n'existe pas de plus grand fervent du Rohan que cet homme. Il revendique d'ailleurs qu'il vaut mieux mourir pour la Nation que décéder, caché par ses défenseurs. Un homme qui n'admire que le courage et la grandeur d'âme. Plus loin, vous pouvez voir un robuste chevalier monté sur un destrier de fer; à n'en point douter, il s'agit de Isenhorsa. La charge de son eored est réputée à travers tout le Rohan. Cet homme est craint et son franc parler l'est tout autant. Enfin, nous finissons la présentation des quatre plus puissants seigneurs par le fameux Frodéod. Cet homme se distingue des autres par son sens tactique, ses splendides discours et sa sagesse bien précoce. Si vous désirez vous entretenir avec un homme cultivé et fin stratège, c'est à lui qu'il faut s'adresser.
Voilà, Général, j'espère ne vous avoir pas trop ennuyé mais parler m'a permis d'oublier un temps quelques soucis. Je ne sais que penser, l'excitation se mêle à l'appréhension.





En fin d'après midi, la troupe parvint aux portes d'Edoras, ville-capitale du Rohan, qui s'étendait dans les plaines entourant la colline où fut bâtie Méduseld. Tout le monde s'avança et c'est interloqué que le garde salua habituellement les Rohirrim:
"Wilcumen, fréond."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eothain
Roi du Rohan

avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Mer 25 Jan 2012 - 13:51

La sentinelle fut surprise, certes, car il était rare de voir voyager un agent de l'Empire escorté par des chevaliers Rohirrims. Mais après tout, cela ne relevait pas de ses affaires. Si la troupe était forte et bien armée, elle était aussi richement ornée et ne manifestait pas d'intentions belliqueuses. Une rapide discussion s'engagea entre la sentinelle et Frodéod qui avait ouvert la marche, et, rassuré sur les intentions des voyageurs qui ne cherchaient qu'à aller voir le Régent, le brave soldat laissa passer la troupe par la porte déjà grande ouverte pour les besoins du commerce. Il leur indiqua par ailleurs une riche écurie tenue par son cousin pour laisser les montures. En effet, si les Rohirrims étaient les Seigneurs des chevaux, leurs rues et ruelles étaient étroites et ne favorisaient pas le passage de cavaliers. Aussi était-il plus prudent et tout aussi rapide de confier les montures à des palefreniers professionnels pour se rendre au Palais que de vouloir à tout prix y arriver par le trot de son cheval.

L'ascension de la colline jusqu'au Palais pris quelques temps car l'activité battait son plein, mais enfin, ils furent devant les portes ouvrant accès à l'endroit le plus protégé du royaume. Reconnaissant les couleurs de la maison d'Eorl et prévenu depuis longtemps par les guetteurs, les agrdes royaux, élite de l'armée de Theored, laissèrent à nouveau passer Eomer et ses compagnons. C'est alors que, venant directement à Eomer, un garde royal dit:

"Bienvenue à Edoras Maréchal. Le Régent a été prévenu de votre arrivée et vous attend dans la grande salle. Je prierai tous vos compagnons qui assisteront à l'entrevue de nous remettre leurs armes et soyez assuré qu'elles seront parfaitement gardées..."

Anticipant une remarque d'Eomer et jetant un regard de biais vers le colosse Gondorien qui l'accompagnait, il ajouta avec calme:

"Un Maréchal de la Marche étant au-dessus de tout soupçon, vous êtes autorisés à garder votre épée. En revanche, et n'ayant pas été prévenu de la présence d'un émissaire Impérial, si Monseigneur souhaite vous accompagner, il devra lui aussi se désarmer."

Ceci fut dit en se tournant vers Vakalor et accompagné d'une courte révérence parfaite à tout point de vue si on n'y avait pas senti une certaine forme de ressentiment. Il était clair que la présence de Vakalor à Aldburg n'était pas inconnue du Régent et qu'il n'était pas porteur de bonnes nouvelles étant donné l'armée qui l'accompagnait...

Toutes ces formalités accomplies, on mena Eomer devant les belles portes ouvragées du Palais d'Or et là, deux soldats d'élite l'ouvrirent devant les invités du Régent. Pénétrant dans cette vaste et magnifique salle malgré son austérité d'ameublement, Eomer put immédiatement apercevoir le trône dans lequel il avait si souvent vu son oncle Theoden et à côté, un simple fauteuil de campagne mais taillé dans un bois des plus exquis. Le Soleil étant presque couché, la pièce n'était pas très lumineuse et ils ne virent pas le Régent tout de suite. En effet, loin d'être sur l'estrade qui supportait les deux sièges et à laquelle on accédait par quelques marches, Theored se tenait les bras croisés contre un des pylônes supportant le le vaste toit du Palais et les derniers rayons de l'astre solaire n'arrivait plus jusqu'à lui.
Quittant sa posture, Theored marcha droit à Vakalor et Eomer et les salua raidement. Ce n'était sans doute point par mauvaise humeur, encore que le Régent se douta vraisemblablement du caractère de cette visite, mais plus parce que malgré son rang actuel, Theored restait avant toute chose un soldat et qu'en tant que tel, les ronds de jambe politicien lui étaient aussi inconnus qu'à Eomer et Vakalor.

"Bienvenue à tous en Edoras. Bien que n'ayons pas été prévenu, veuillez accepter l'hospitalité de Meduseld pour ce soir."

Son rôle d'hôte ayant ainsi été accompli, il leur tourna le dos et alla s'asseoir son le siège à côté du trône tandis qu'on apportait à Eomer et ses compagnons des tabourets. Pour un non habitué aux habitudes du Régent, cela pouvait passer pour une marque d'irrespect, mais nullement. Theored menait une vie spartiate et sans vouloir l'imposer aux autres, il refusait de se plier aux coutumes ineptes des diplomates et des nobles arrogants. Quand tous furent assis et qu'on eu servi à chacun une boisson chaude pour se réchauffer dans cette salle glaciale avec le coucher du Soleil, Theored entra dans le vif du sujet avec sa délicatesse habituelle.

"Quelle nouvelle d'Aldburg m'amenez-vous si prestement que nul ne m'a prévenu de votre arrivée Maréchal? Il est rare de vous voir ici et je ne vous cacherai pas que je suis bien curieux de savoir la raison de votre venue, venue concomitante à celle d'un illustre général de l'Empire..."

Après avoir ainsi interrogé Eomer et sans lui laisser le temps de répondre, le Régent se tourna vers le général Vakalor et l'apostropha aussi rudement qu'il eut accueilli un diplomate de l'Impératrice.

"Général Vakalor, veuillez m'excuser de ne pas manifester une grande chaleur pour votre arrivée mais je ne puis accueillir mieux un homme qui traite les frontières de son allié comme celles d'un pays vaincu. Je me doute que vous obéissez à des ordres supérieurs aussi je ne puis vous tenir pour personnellement responsable, mais j'aimerai que vous m'expliquiez les raisons du passage des armées Impériale sur le domaine du Rohan et votre présence avec le troisième Maréchal de la Marche."

Une discussion à coeur ouvert... Voilà ce que proposez le Régent. Il ne s'agissait pas de louvoyer mais d'exposer clairement les buts de chacun. La discussion risquait d'être houleuse, mais au moins serait-elle sincère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
Eothain
Roi du Rohan

avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Ven 7 Nov 2014 - 19:32

Derrière le grand hall du palais doré se trouvait une petite pièce prévue pour les réunions au sommet entre le Roi du Rohan et ses maréchaux. Il s’agissait d’une pièce, aux murs boisés, à l’intérieur de laquelle se trouvait une grande table. La table aussi était en bois mais elle était constamment recouverte d’une carte de la terre du milieu, coincée entre le bois de la table et un fin support de verre servant à protéger le papier. Ainsi ils pouvaient poser leurs mains et représenter les éventuelles choses importantes sur le verre de manière temporaire sans risquer d’abimer cette belle cartographie.

Turold était le second maréchal de la marche. C’était un homme d’environ quarante-cinq ans aux longs cheveux dorés et à la barbe bien fournie. Il avait connu maintes batailles aux côtés d’Eothain et il était maintenant devenu son second pour la gestion des armées de rohirrims. Il avait d’ailleurs la lourde tâche de remplacer le Roi dans ses décisions si celui-ci devait s’absenter, comme ce fut le cas quelques jours avant lorsqu’il s’était rendu au Gondor pour y rencontrer l’empereur Aragorn. Eothain avait confiance en cet homme et les cavaliers le respectaient tout autant.

C’est donc avec Turold qu’Eothain avait décidé de s’entretenir afin d’avoir un compte rendu complet de la situation militaire du pays et peut-être donner de nouvelles directives selon les dernières circonstances. Le second maréchal de la marche entra dans la pièce et y attendit son souverain pour lui faire son rapport détaillé. Il n’attendit pas bien longtemps car le Roi était toujours ponctuel. Eothain entra donc et prit soin de fermer la porte derrière lui pour pouvoir parler stratégie sans risquer d’être espionnés. Les gardes avaient ordre de ne laisser personne approcher la pièce à moins de dix mètre et eux même ne devaient pas se trouver trop près du conciliabule. Toutes ses directives furent établies par Eothain lui-même qui craignait toujours qu’un espion ou une taupe soit au courant de ses plans de défense. Selon lui : On n’est jamais trop prudent en politique…
Les deux hommes discutèrent alors en observant la carte et montrant parfois avec la main les endroits dont il était question.


- Alors, quelle nouvelles de nos troupes ? demanda Eothain.

- La moitié des hommes en garnison, au gouffre de Helm, ont été relevés par des cavaliers de Dunharrow.

- C’est une bonne chose, ceux qui manquent d’action et surtout d’entrainement pourront retrouver leurs sensations dans notre camp de base.

- Justement ! Les hommes de Dunharrow ont reçu un entrainement complet par alternance de groupes de mille cavaliers. Chevauchée dans tout le pays jusqu’au frontières nord-est, entrainement à la charge, manœuvres en formation …

- Parfait, notre armée est celle qui à connu le plus de batailles ces dernières années mais cela ne la rendue que plus redoutable et il faut veiller à garder cette expérience acquise au sein de nos troupes.

- En revanche on est toujours sans nouvel de l’un du capitaine Eodan que fait-on ?

- Remplacez-le. Et dans la mesure où l’on ne sait pas s’il a rejoint l’ennemi, émettez un mandat d’arrêt contre cette personne. S’il remet les pieds en Rohan, il devra réponde de ses actes.

- Ce sera fait Monseigneur. Ah oui, en parlant d’ennemi, toutes les sentinelles des postes frontières ont été relevées, doit ou envoyer du renfort en plus ?

- Non c’est inutile. Le Rhûn est bien loin d’être une menace pour nous. Quant au mordor, rien ne laisse présager un conflit et quand bien même, le gondor serait certainement le premier royaume visé.

- A vos ordres !

- Niveau banditisme ou en sommes-nous ?

- C’est plutôt calme en ce moment. Les crébains semblent se terrer dans leur trou depuis un petit moment.

- Bien. Bon je pense que l’on a tout vu. Vous pouvez disposer Turold !

- Merci Monseigneur !
dit alors le second du roi en inclinant la tête en avant en signe de respect

Le rohirrim quitta la pièce et sortit du palais tandis que le Roi quittait lui aussi la pièce secrète en fermant la porte derrière lui. Finalement, tout se passait bien dans le royaume et les troupes étaient correctement gérées par les hauts officiers. C'est donc avec un léger sourire de satisfaction que le Seigneur de la marche regagna ses appartements privés.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
Eothain
Roi du Rohan

avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Dim 7 Déc 2014 - 12:19

Quelques temps après sa nomination au poste de régent, Eothain avait fait demander aux paysans de chaque régions, de désigner des personnes pour les représenter auprès du roi. Au final, ce furent quatre exploitants qui furent nommés par la majorité des paysans. Ainsi, le seigneur de la marche pouvait les convoquer de temps à autres, pour former un conseil visant à améliorer leurs conditions. Généralement, après une ou deux plaintes au sujet de la pénibilité de l’exercice du métier, les représentants arrivaient à faire avancer les choses et ainsi l’agriculture du pays en général. Pour beaucoup de souverains, la préoccupation principale d’un royaume consistait à entretenir une armée surentrainée. Ce n’était pas le cas d’Eothain qui se souciait d’améliorer les conditions de vie de son peuple quitte à allouer un budget pour l’agriculture.

C’est donc pour réunir les représentants agricoles que le Roi Eothain avait fait convoquer chacun de ces membres. Tous étaient des exploitants importants et respectés dans les milieux ruraux. Et tous répondirent à l’appel en se présentant à Edoras dans la salle de réunion prévue à ce genre d’occasion. Le Roi du Rohan entra dans la pièce et salua les quatre hommes avant de leur demander de s’asseoir. Ainsi commençait une nouvelle réunion sur l’agriculture du Rohan.

Eothain prit alors la parole pour lancer la réunion.

- Messieurs, soyez les bienvenus ! Je vous ai, une nouvelle fois, convoqué pour discuter de vos projets, de vos idées pour améliorer la contions paysanne du Rohan.

Peoren, l’un des hommes habitué aux plaidoiries de mauvaise foi prit la parole.

- Sauf votre respect Monseigneur, je ne vois pas comment vous pourriez rendre le travail moins difficile… Cultiver la terre c’est un dur labeur pour pas grand-chose. On se crève à la tache tous les jours !

- Sauf votre respect, Peoren, vous possédez la moitié des terres cultivables de l’est emnet. Vous employez plusieurs dizaines de paysans pour vos tâches agricoles. Ne vous faites pas passer pour celui qui se ruine la santé à labourer les champs pour à peine gagner de quoi faire vivre sa famille. Je sais que le métier est dur et ces réunions sont justement faites pour améliorer les conditions de ces travailleurs, aussi petits et indépendants soient-ils.

L’homme se tût. Il était plutôt du genre à penser que seul l’argent pouvait arranger les choses mais ça n’était pas tout à fait l’avis du Roi qui préférait investir dans des moyens techniques plus élaborés plutôt que de jeter de la poudre aux yeux des pauvres gens. Eothain reprit alors la parole en s’adressant à tout le monde.

- Je vais vous exposer la raison de votre présence ici. Les royaumes voisins sont en période plutôt pacifique et les routes commerciales ne manquerons pas d’être à nouveau sûres et donc d’avantage utilisées par les marchands. Il serait intéressant de pouvoir augmenter la production et la rentabilité des exploitants pour pouvoir vendre d’avantage à nos voisins et ainsi, augmenter la richesse du pays qui passe notamment par la richesse de son peuple. Je suis donc ouvert à toute idées d’innovation pour améliorer le travail agricole.

Un second exploitant répondit à Eothain avec enthousiasme :

- La dernière fois, vous aviez financé la mise en place d'un canal d'irrigation près de l'entwash. La plupart des propriétaires des champs qui on profité de ce systeme semblaient assez satisfaits. Moi même j'en suis plutôt content. Ca nous permet de rendre la terre plus fertile et mieux alimentée en eau, on gagne en temps de main d’œuvre !

- Bien, c'est peut-être une technique à généraliser pour la plupart des exploitants vivants près des points d'eau. C'est sans doute à cela que sera attribué le budget. Cela permettra au plus grands exploitants d'augmenter leur productions, et au plus petit de faire un peu plus que ce qu'ils se contente pour vivre afin de revendre sur le marché aux habitants.

Le troisième demanda alors intrigué et perplexe

- Excusez moi, monseigneur, mais si les grands exploitants comme nous quatre et quelques autres produisons plus, et que les petits paysans font du surplus pour revendre dans tout le royaume... Les prix vont baisser et on se retrouvera le bec dans l'eau !

- Cela dépendra de votre attitude les uns envers les autres... Pour venir demander des fonds pour la cause paysanne, vous êtes toujours solidaire mais pour vous entendre sur les affaires ce n'est pas toujours le cas n'est ce pas ? Laissez le marché local aux paysans les plus humbles pour que leur travail leur rapporte un peu plus. Les grands exploitants, de votre genre, peuvent voir plus grand en visant l'exportation des denrées alimentaires, des bêtes et des produits fermiers.

- L'exportation ? au prix ou sont les taxes ?! répondit Peoren.

- Monseigneur, sans vouloir jouer les victimes, il est vrai que les taxes des autres royaumes sont si élevées que personne n’achète ici.

- Oh je sais quelle était la situation. Mais croyez moi les taxes baisserons maintenant que les guerres sont terminées. L'Empire de l'ouest qui nous entoure est maintenant en pleine reconstruction. Durant la période de guerre civile, la production n'était pas au mieux et maintenant ils auront besoin de vivres. Les routes commerciales sont à nouveau ouvertes entre nos royaumes et les marchands ne manquerons pas de venir jusqu'à vos portes pour acheter  les produits de vos exploitations. Bien entendu, je ne parle pas de nos voisins elfes ou nains qui sont eux aussi des amis et alliés. Tout ne sera que bénéfices pour vous, et pour les plus modestes aussi si vous acceptez de leur céder le marché local tout en les aidant à améliorer leurs exploitations et ainsi donc, vous montrer dignes d'être leurs représentants légitimes... Qui est pour ?

Les quatre hommes levèrent alors la main. Même Peoren se devait de reconnaitre qu'eothain avait un raisonnement implacable. Tous signèrent alors le compte rendu qui consistait à approuver l'attribution du budget dans l’amélioration de l'irrigation. Pour le reste, eothain n'était pas à l'abri que l'avidité des un ai raison de son plan qui reposait sur la solidarité des paysans entre eux.

Le rohan était le royaume incontesté des dresseurs de chevaux. Si bien que certains individus, un peu trop simples d'esprits, s'amusaient à considérer les rohirrims comme de vulgaires paysans. Mais il se pourrait que cette forte activité agricole améliore le commerce et donc l'exportation pour permette au rohan d'être encore plus serein et plus respecté par les autres peuples. Soit parce qu’ils seraient intéressés par des vivres, soit parce-que l'économie du royaume ne se porterait que mieux.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
Gabriel
Haut Général du Gondor

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 18
Date d'inscription : 12/02/2015

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Armure lourde, Marteau, Épée courte, cape verte, médailles
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Jeu 29 Oct 2015 - 16:59

[FLASHBACK MARK SPORN / EOWYN]



Mark Sporn

Spoiler:
 

Le Rohan ! Pays des seigneurs des chevaux, l'un des derniers royaumes des hommes libres avec le Gondor et le Rhùn. Les forces de Morgorh, d'Angmar ainsi que ceux du Mordor et d'Harad se sont liguées pour détruire les derniers peuples libres de la Terre du Milieu. L'Empire de L'Ouest a disparu et presque la totalité des elfes ont quittée Arda. Erù a quitté notre monde, il y a fort longtemps, les Valars se cachent et font comme-ci ils ne voyaient rien et n'avaient rien entendu Désormais, nous ne pouvons que compter sur nous-mêmes, tous les peuples libres doivent se souder et combattre ensemble contre les vils et les abominables serviteurs de Morgoth et de Sauron.

« Monsieur, nous sommes arrivés à Edoras. Déclara un chevalier qui m'escortait. »

« Fort bien ! Il est temps ! Répondis-je. »

Nous entrâmes à Edoras à cheval, nous étions dix, il y avait moi, un autre ambassadeur plus jeune nommé Gabriel, un émissaire de la Bourse de Methir, un autre émissaire d'une puissante guilde marchande du Gondor et six spartiates de l'ordre des chevaliers d'Harondor pour nous escorter et faire office de gardes du corps durant nos voyages.

Nous n'avons pas eu de problèmes durant le trajet de Kazad Dûm au Rohan. En effet, avant d'arriver au Rohan, nous sommes allés chez les nains de la Moria pour signer un traité commercial et le début d'une futur entente entre le Gondor et Kazad Dûm. Nous sommes partis le lendemain dès que le traité fut signé. Nous avons mis douze jours pour arriver à Edoras, la capitale du Rohan.

Nous arrivâmes devant la porte du palais d'or, un soldat du Rohan posté devant la porte s'avança près de nous en nous interrogeant :

« Qui êtes-vous pour entrer dans la cité du royaume des marches ? »

D'un ton calme et courtois, je déclarais :

« Nous sommes des ambassadeurs et des émissaires du Gondor. Je me nomme Mark Sporn ancien commandant du Gondor, ambassadeur du Gondor, fils d’un simple fermier, j’ai grimpé les échelons du Gondor malgré la classe sociale où je suis né. Voici le jeune Gabriel, lui aussi ambassadeur, né de la maison de la noblesse du Lebenin. Les deux autres sont Georges et Angorn, le premier est un émissaire de la bourse de Methir, l’autre un émissaire d’une guilde marchande de Methir. Les soldats en armure lourde sont des spartiates de l’ordre des chevaliers D’Harondor. »

Après un bref arrêt pour pouvoir reprendre souffle, je repris toujours sur le même ton :

« Nous souhaitons nous entretenir avec la reine du Rohan ou avec un ambassadeur. Y a-t-il quelqu’un avec qui je peux traiter, s’il vous plaît ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eowyn
Seconde Maréchale du Rohan

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 17
Date d'inscription : 11/12/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Equipement rohirrim
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Jeu 29 Oct 2015 - 17:07

L'après-midi s'écoulait rapidement en cette journée d'automne, où le vent se glissait dans les ruelles d'Edoras. A l'intérieur du palais de Meduseld, on se réjouissait d'être au chaud et peu s'aventuraient au dehors. Eowyn se trouvait assise face à une table sur laquelle était posé un imposant livre aux épaisses pages. Cela faisait plusieurs heures que la jeune femme lisait ce manuscrit rédigé par un de ses ancêtres. Bien évidemment, il traitait des événements passés au Rohan à son époque. La Dame Blanche du Rohan appréciait lire ces écrits, ce qu'elle n'avait pas pu faire lorsqu'elle était petite et s'intéressait déjà à l'histoire de son royaume. Ce n'était pas la première fois qu'elle prenait du bon temps à dévorer ces longs textes avec cet air concentré. Autour d'elle, les rohirrims veillaient à la laisser en paix et à ne pas venir la déranger pour des choses anodines.

Pourtant, l'un d'eux n'eut pas le choix en entrant au palais. C'était un garde de la cité qui surveillait spécifiquement l'entrée, veillant à ce que n'importe qui n'entre pas dans la capitale du Rohan aussi facilement. Il venait de voir arriver une équipe d'ambassadeurs du Gondor, demandant à traiter avec un ambassadeur du Pays des Cheveux ou la Reine elle-même. Le soldat avait répondu simplement :

« Ne bougez pas, Dame Eowyn ne devrait pas être très loin. Sinon, un ambassadeur se chargera de traiter avec vous. »

A présent, il avait trouvé la fille d'Eomund et s'approcha d'elle afin de lui annoncer :

« Dame Eowyn, des émissaires du Gondor venant d'arriver souhaiteraient vous voir au plus vite. »

L'interlocutrice leva la tête de son livre et fixa le garde avant de lui répondre :

« Bien, amenez-les, je les attendrais dans la salle du trône. »

Tandis que le Rohirrim hochait la tête et s'en allait, Eowyn se leva et referma le bouquin qu'elle reposa sur une étagère, avant de se rendre dans la salle du trône et de s'asseoir sur le siège qui lui était destiné. Ainsi, elle attendit l'arrivée des Gondoriens qui ne devrait pas tarder.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6755-eowyn-fille-d-eomu
Gabriel
Haut Général du Gondor

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 18
Date d'inscription : 12/02/2015

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Armure lourde, Marteau, Épée courte, cape verte, médailles
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Jeu 29 Oct 2015 - 20:54

Mark Sporn

Spoiler:
 

Nous y sommes ! Nous voilà dans le palais ! Le garde nous ouvra la porte. Devant se tenait le trône du royaume du Rohan où la reine était assise. L'architecture était principalement faite en bois avec des symboles, des écritures et des gravures typiques du Rohan. Lorsque nous arrivâmes devant la reine, nous nous agenouillâmes devant elle. Tandis que je m'agenouillais, je déclarais d'un ton calme :

« Reine du Rohan, nous sommes des émissaires du Gondor venu pour pourparler avec vous. Les temps sont durs pour les royaumes des hommes encore libres. L'Empire de L'Ouistrenesse a disparu pour laisser place au Gondor à cause des armées de Morgoth qui ont ravagés l'Arnor. L'empereur Aragorn a disparu mystérieusement sans laisser de traces, des rumeurs racontent qu'il serait de retour, mais nous n'en savons trop rien. »

Après, un bref moment d'arrêt pour reprendre mon souffle, toujours du même ton, je repris :

« Tant qu'au Harad, ce dernier a décidé de se tourner vers notre ennemi commun, le Mordor. La preuve, ils ont détruits des navires marchands sans le moindre scrupule. Le Rhùn, malgré l'alliance qu'on a conclue avec eux ne donne plus de nouvelles. Le Rhùn s'est renfermé sur lui-même. Nous n'en savons pas grand-chose, mais des rumeurs racontent que le roi Arthan Llstyn ne serait plus actif sur le trône et l'Empire de l'Est serait à nouveau dans l'anarchie. »

Toujours à genou, je déclarais sur le même ton :

« Royaume du Rohan, vous êtes le seul royaume des hommes libres qui n’a pas eu d’impact et de guerres sur son territoire ces deux dernières années. Je suis venu … Non ! Nous sommes venus, moi et mes compagnons pour parler de la situation actuelle de la Terre Milieu, mais aussi pour discuter de diplomatie et d’alliance. »

Misère, j’ai oublié le plus important, très vite je repris :

« J’ai oublié de me présenter, j’en suis navré. Je me nomme Mark Sporn, ancien commandant du Gondor, fils d’un simple fermier, mais j’ai pu réussir à grimper les échelons. Je suis maintenant un ambassadeur, mon ami qui se situe à côté de moi est Gabriel de la maison de Belefast. Les deux hommes derrières sont des émissaires, le premier vient d’une guilde marchande, l’autre de la Bourse de Methir. Les soldats lourdement armés sont mes gardes du corps, ils viennent de l’ordre des chevaliers, dame et reine du Rohan. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eowyn
Seconde Maréchale du Rohan

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 17
Date d'inscription : 11/12/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Equipement rohirrim
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Ven 30 Oct 2015 - 22:32

Comme prévu, une dizaine d'hommes entrèrent dans le palais et s'avancèrent jusque la Reine. Honorablement, ils s'agenouillèrent et l'un d'eux prit la parole. Il commença par exposer la situation de la Terre du Milieu à l'heure actuelle. Certes, Eowyn savait déjà tout ce qu'on lui disait, mais commencer ainsi assurait que tout le monde ait les mêmes bases pour leur échange à venir. Pourtant, au fur et à mesure que l'homme parlait, la jeune femme trouvait plusieurs choses à lui dire, mais il ne la laisser pas prendre la parole pour le moment. Ce qui est compréhensible, car il voulait certainement mettre les choses à plat dès le début. Il finit par se présenter et Eowyn sentit que ce n'était pas utile qu'elle en fasse autant. Elle leur adressa un léger sourire, comme pour les accueillir, qu'elle accompagna de quelques mots :

« Je vous remercie d'avoir fait ce voyage jusqu'au Rohan afin d'échanger sur la situation de notre monde à l'heure actuelle et plus particulièrement de nos deux royaumes. »

Puis, elle enchaîna avec ce à quoi le discours de Mark Sporn lui avait fait penser :

« Pour ce qui est du Rhùn, leur Roi a conclu une alliance avec notre ancien Roi Eothain il y a environ deux ans de cela. Depuis, il est vrai que peu de nouvelles nous sont parvenus de l'Empire de l'Est, mais je ne pense pas qu'il soit totalement abandonné pour le moment. »

En effet, même si ce territoire était assez discret les temps derniers, rien ne disait qu'il se trouvait sans dirigeant et cela ne semblait pas être encore le cas.

« Certes, nous avons annexé l'Isengard et la trouée du Rohan à notre royaume, nous nous sommes donc moins affaiblis que d'autres royaumes durant la rude période que nous avons enduré dernièrement. En revanche, nous sommes tout autant exposés au danger que fait courir Morgoth sur Arda. »

Un territoire agrandi garantissait bien sûr des soldats à ajouter dans les rangs des armées Rohirrimes. En revanche, il y avait aussi plus de terres à défendre si les forces de Morgoth décidaient de s'y attaquer. Le royaume de la marche n'était donc pas plus protégé que les autres devant cette menace qui s'adressait à tous. Il est vrai que le Gondor avait plus souffert pendant les deux ans, en perdant l'Arnor à leurs côtés en brisant l'Empire de l'Ouistrenesse. La fille d'Eomund exprima son soutien envers le pays voisin et allié :

« Je comprends par contre que votre royaume fut affaibli dernièrement. C'est pourquoi en tant qu'allié, nous vous proposons de l'aide, bien que nous ne pouvons peut-être pas recourir à toutes vos demandes. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6755-eowyn-fille-d-eomu
Gabriel
Haut Général du Gondor

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 18
Date d'inscription : 12/02/2015

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Armure lourde, Marteau, Épée courte, cape verte, médailles
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Sam 31 Oct 2015 - 17:32

Mark Sporn

« Je vous remercie d'avoir fait ce voyage jusqu'au Rohan afin d'échanger sur la situation de notre monde à l'heure actuelle et plus particulièrement de nos deux royaumes. »

Puis, elle enchaîna :

« Pour ce qui est du Rhùn, leur Roi a conclu une alliance avec notre ancien Roi Eothain il y a environ deux ans de cela. Depuis, il est vrai que peu de nouvelles nous sont parvenus de l'Empire de l'Est, mais je ne pense pas qu'il soit totalement abandonné pour le moment. »

Elle s’arrêta un moment avant de reprendre :

« Certes, nous avons annexé l'Isengard et la trouée du Rohan à notre royaume, nous nous sommes donc moins affaiblis que d'autres royaumes durant la rude période que nous avons enduré dernièrement. En revanche, nous sommes tout autant exposés au danger que fait courir Morgoth sur Arda. »

Puis, elle reprit :

« Je comprends par contre que votre royaume fut affaibli dernièrement. C'est pourquoi en tant qu'allié, nous vous proposons de l'aide, bien que nous ne pouvons peut-être pas recourir à toutes vos demandes. »

C’est alors que je décidais de me relever lentement, ce que fit de même mes camarades. Toujours d’un ton calme, je déclarais à la reine du Rohan :

« La menace de Morgoth est certes à proximité, même si nous avons beaucoup perdu, nous avons un petit peu repris, mais la puissance du Gondor n'a toujours pas repris comme elle était au temps de l'Empire. »

C'est alors que je commençais à regarder mes hommes avant de reprendre :

« Ce n'est pas Morgoth que je crains le plus, même si ses armées sont immenses, ce sont les forces de ses alliés le Mordor et le Harad que nous devrions nous soucier. Ces deux royaumes alliés à Morgoth sont les plus proches de nos frontières. Morgoth n'aura pas besoin d'aller venir détruire nos foyers, ces alliés s'en chargeront. Nous avons trop longtemps oublié Sauron, mais ce dernier n'est pas endormi. D'ailleurs, il a profité pour attaquer le Gondor quand la majorité des forces de l'Empire ont été en Arnor pour combattre les forces de Morgoth et d'Angmar. Même si le Gondor est sorti victorieux contrairement en Arnor, nous avons combattu sur deux fronts. »

Après un bref moment pour reprendre mon souffle, je déclarais :

« Reine du Rohan, nous devrions garder un œil sur le Mordor et s'entre aider mieux face à cette menace. »

Puis, je commençais à regarder le plafond. D'un ton un peu plus calme, je déclarais :

« Même si la guerre a affaiblie le Gondor, nous avons encore des soldats prêts à se battre. Nous pourrons vous aider en envoyant quelques forces pour vous venir en aide à l'ouest de vos frontières vers l’Isengard. Les forces de Morgoth ne sont pas la seule menace à l'ouest, les gobelins des monts brumeux et les dunlendings pourraient attaquer à tout moment. C'est pour cela que nous vous enverrons des soldats pour vous épauler. Pour Morgoth, il ne peut pas venir nous attaquer tout de suite au risque de se faire attaquer à revers par les elfes et les nains. Mais, je pense que la priorité serait à l'est, la menace du Mordor est toujours constante et la plus dangereuse qu'une bande de gobelins et de "barbares" désorganisés. »

Je retournais une nouvelle fois vers mes hommes avant de reprendre :

« Nous pourrons vous offrir des armes, des armures et  dubétails pour vous aider dans cette lutte tout comme je pense vous le ferez. Quand pensez-vous ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcibiade
Gouverneur de Pelargir, Amiral de l'Empire de l'Ouestavatar

Nombre de messages : 310
Age : 30
Date d'inscription : 18/05/2008

Feuille de personnage
Race: Númenóréen
Possessions: Des cartes de navigation, une pierre de soleil, le cor du Gondor
Statut: Joueur(se) actif(ve)
MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   Dim 3 Juil 2016 - 18:44

PNJ VAKALOR


Meduseld, cité coiffée d'airain et dont le toit luisant abrite les seigneurs des chevaux, palais des fils d'Eorl que leur chevelure d'or dispense de couronne, joyaux sur le rocher qu'encercle la ville basse de ses vagues de chaumes, îlot parmi la plaine que le soleil oblique sur l'herbe grasse à changé en miroir : les visions oniriques qui content l'étrange beauté d'Edoras ne manquent jamais de souligner la singularité de sa chape royale. Vakalor la contemplait pour le septième fois, bien qu'il n'ait encore jamais foulé le seuil de ses portes.

Jadis, Vakalor avait combattu aux côtés des rohirims : il connaissait leur vaillance, mais surtout la vélocité de leur charge, leur vivacité de manœuvre et la discipline de ses cohortes nommées éoreds. C'était des alliés dignes de la plus grande confiance, et jamais de mémoire d'homme, un souverain rohirim n'avait renié sa parole.Il était mal aisé de définir le contingent rohirim : à mi-chemin entre la cavalerie lourde et les archers montés, capable des manœuvrer comme des troupes légères et pourtant redoutables par son puissant impact. Joint aux troupes du Gondor, les royaumes des hommes libres disposaient d'une infanterie en nombre et d'une puissante cavalerie d'élite.

La différence entre les hommes de l'Ouest et les colosses du nord résidaient dans leur usage des armes de hast : à l'inverse des chevalier du gondor joutant de leurs longues lance, les rohirims projetaient leurs javelots avant l'impact, abattant ainsi les éventuels murs de pics avant de pourfendre les troupes ennemies. À la suite de la Bataille de la Troué du Rohan, Vakalor en avait tiré quelques enseignements partiels, tel que l'utilité des archers à cheval et des javelines pour rompre les formations ennemies ou harceler ses flancs d'une grêle létale et imprévisible. Mais la lourdeur administrative inhérente à toute réforme profonde de l'armée rendait la mise en œuvre laborieuse et une telle tentative ne pouvait se faire que par un exemple. Aussi, Vakalor avait-il engagé de nouvelles unités en nombre limités : des archers de cavalerie, suppléant le corps des éclaireurs.


Il avaient fait bonne route et leur preste allure matinale leur avait conféré une avance considérable sur l'heure de l'entrevue et Vakalor décida de la mettre à profit. Après s'être signalé au poste de garde et avoir remis l'essentiel de leur armement aux sentinelles, le général et ses compagnons décidèrent de rattraper le déjeuner dont les avait privés leur départ précipité et matinal. Ils gagnèrent une auberge spacieuse et de laquelle suintait une odeur de cuisine et de condiments. À l'intérieur, ils dégustèrent un pot-au-feu épais et gras, dont le fumet corsé laissait deviner l’épiçage relevé. Des abats de mouton et leur gélatine laiteuse surnageait parmi les fécules frits et noyés par l'épaisse sauce crémeuse. Quelques grains de carvi dépossédés de leur arôme flottaient dans le plat et venaient croquer sous la dent, libérant leur dernière saveur. Accompagné d'une bière à la robe vermeille et au parfum boisé, le repas fut copieux et rassasia les voyageurs. Ils demeurèrent un moment pour prendre du repos puis, l'heure étant avancée, ils quittèrent les lieux pour entamer l'ascension des ruelles d'Edoras et ainsi gagner le palais d'Or de Méduseld.

Parvenu à son parvis où la garde royale semblait l'y attendre, Vakalor s'annonça et, précédé par les colosses rohirims casqué d'or et d'argent, il franchit l'arcature sculptée de la porte, pleines de lianes et de chevaux emmêlés qui célébraient la gloire des montures. Enfin il pénétrait dans le palais des suzerains cavaliers. Il eu alors, à la vision des colonnes de bois massif sur lequel l'édifice asseyait sa charpente, le sentiment de se trouver dans la matrice du peuple rohirim : il y avait ainsi, étalé à ses yeux, les figures légendaires de la dynastie eorlide. Aussi il s'avança jusqu'au trône sur lequel siégeait, imposant et immobile, le monarque Eothain, les épaules recouvert d'une épaisse fourrure qui le rendait plus imposant encore. Parvenu au niveau des deux gardes qui encadrait le roi tout en le précédant, Vakalor mit un genoux à terre et présenta ses hommages :

« Salut à toi Eothain, seigneur du Rohan et de son peuple. Je viens au nom du Gondor négocier quelques points relatif à notre alliances et aux synergies qu'elle pourrait engendrer. J'ajoute que la récente nouvelle de votre retour sur le trône m'a procuré une grande joie à titre personnel : j'ai encore souvenir de la bataille que nous avons mené ensemble et qui a vu périr certains de vos braves. Et j'ai mémoire de votre ardeur au combat et je n'oublierai pas la dette que nous avons envers votre royaume. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4550-chroniques-maritim
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le palais d'or de Medusel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le palais d'or de Medusel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Palais de Caras Galadhon
» Le palais Sans-souci en Danger
» (Haïti-Diplomatie) Le Palais veut des diplomates vendeurs
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Rohan :: Edoras-
Sauter vers: