Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Enfin! Une halte...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
KrellNombre de messages : 388
Age : 29
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Race: Homme de l'est
Possessions: Ma colère.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Krell
Dieu-Roi Mort-Vivant

MessageSujet: Enfin! Une halte...   Enfin! Une halte... EmptyMer 5 Déc 2007 - 0:06
Voila quinze jours que moi et mes frères marchions, marchions...
les dix premiers jours avait été heureux au possible, nous rêvions de vie retrouvé dans un ouest bien moins chaotique que nos terre natal, nous rêvions de trouvé un endroit pour vivre et passé la centaine d'année prochaine a fumé de l'herbe a pipe et boire le fruit de nos récoltes, Siffleur et Fumeur avait lancé un jeux dans la longue colonne, chaque homme devait dire ce qu'il désirait le plus dans cette liberté qui nous tendait les bras, et je fut heureux de voir que tous mes frères répondirent la même réponses a quelque nuance proches...


"Vivre avec mes frères jusqu'a ma mort! Et vivement ma mort pour que j'ai plus a vous supportez!"

Répondit-je ironiquement en riant avec mon aide de camp, Vautour, un nom donné par des frères qui avait eu le malheur de jouer aux cartes avec lui...

Fumeur vint m'avertir de quelque chose, sa pipe en bois sur les lèvres, son casque sous son bras, il remonta la colonne au pas de course pour m'avertir que nous étions suivit, et en effet, en regardant dans la foret, je vit une fine silhouette nous observé...
La forêt du Rhovanion devait donc être pleine a craqué de guerriers rôdeurs ou éclaireurs...

Nous allions devoir forcé l'allure, je n'avais aucune confiance dans les clans installé ici bas, ils étaient tous plus ou moins dirigé par la volonté de notre ancien maître...


Ainsi, le voyage prit une autre tournure et j'avait commis une faute grave, descendre au Rhovanion se révélait être purement suicidaire...
Krell avait dut ordonnez a ses guerriers de nous abattre a vue...

Mais peu importait, nous étions la garde noire, nous représentions peut être une bande de traîtres, mais nous étions des traîtres d'élites dans ce cas...

Ainsi, ne disposant d'aucune monture et voulant m'assuré de disparaître le plus vite possible des anciennes terres encore bien indomptable du Rhovanion, j'ordonna a mes frères une marche forcé, pendant cinq jours, nous marchâmes sans relâche, de jours comme de nuits, sous un soleil de plomb puis sous la pluie, nos armures se montrèrent tour a tour trop chaudes, trop froides, glissantes ou inconfortables, mais peu nous importait, plutôt souffrir que mourir, pas question de mourir maintenant, alors que nous touchions du doigt notre liberté...
Je voulait que tous sache ce que c'était que d'être libre, de pouvoir faire ce que l'on voulait quand on le voulait, pouvoir s'arrêté de combattre, enlevez nos armures, prendre du bon temps et qui sait, peut être même, pour les plus humains d'entre nous, fondez une famille...
Même si je doutait que la moindre femme humaine désire pour époux un homme gargantuesque sans argent, sans logis et avec des compagnons difformes...
A plus forte raison si l'on apprenait nos origines, je promis donc de cacher notre véritable identité...
pour les occidentaux, nous ne serons que la garde noire, une bande de mercenaires venant des Montagnes Grises, en fuite devant des bandes d'orientaux farouche...
Je ferais passé le mot à notre prochaine halte...


Ha! Enfin! Nos poursuivants ont enfin abandonné la poursuite, pendant les trois derniers jours, nous n'avions fait que fuir une bande de maraudeurs Glaska, des brutes sans foi ni loi qui s'en prenait aux hommes de l'ouest comme aux orientaux, a plus forte raison si leur proie étaient en sous nombres, moins bien équipés et très fatigué...ce qui était presque notre cas...

Nous étions en sous nombre et très fatigué, quand a l'équipement...
Je devais tout de même remercié Krell de notre importance a ses yeux, car si les orientaux moyens ne combattaient pas doté de beaucoup de protections, nous autres gardes pourpres étions doté d'armures lourde, bien trop résistantes pour être percé aussi facilement par des armes de mauvaise qualité, quand a nos armes, elles étaient les meilleurs que l'est pouvait produire...
Malheureusement, comme nous, ces armes étaient voué a disparaître, nous ne disposions pas de forgerons capable de les réparés et ce fut un déchirement pour moi de devoir combattre avec une simple lames oriental récupérée plutôt qu'avec mon épée, mais je tenait a la gardé pour les "grandes occasions" comme disait Krell en parlant des champs de batailles les plus sanguinaires et donc les plus dangereux...

La tribu Glaska avait donc eut comme proie une troupe d'élite a la place d'une bande nomades d'hommes des tribus du nord, quel ne fut pas leur surprises quand ils nous chargèrent pour voir un véritable mur de bouclier s'opposé a eux...
Les criblant de carreaux, quand ils arrivèrent aux contacts avec nous, ils n'étaient plus assez pour même blessé le moindre de mes hommes...

Mais, ces barbares m'avaient obligé a dirigé mes frères très proche, trop peut être, de la Lothlòrien...tellement que lorsque nous pûmes enfin installé notre campement pour la nuit, j'interdit a tous le monde de pénétré dans la foret Elfique, même pour prendre un peu de bois...
Je craignais les elfes, pas plus que mes congénères barbares, selon Krell, ils n'étaient pas aussi belliqueux que mon peuple mais...mieux valait être prudent...l'on racontait que leur talents d'archers n'avait d'égale que leur beautés naturels, et j'imagine que pour un peuple raffiné, voir leur bordure de foret squatté par une bande de colosses barbares vêtu d'armures de nuits et de peau de bête en guise de cape ne devraient sûrement pas être plaisant...

Je prit donc la peine de m'installé a coté du feu de camp, j'était face a la foret pour être sur que nul elfes ne viennent nous massacré pendant notre sommeil...
Mon livre a la main, la dernière chope de bière a mes pieds et mon épée attachée a ma taille et même, par prudence, mon bouclier dans le dos, je relisait mes archives, et, dépité, je prit la décision de rangé tout cela quand j'aurait une table digne de ce nom…
Je n'étais pas du genre a écouté les racontars de saoulards orientaux, mais j'étais méfiant, trop peut être...
Mais après quatre-vingt année de combat, on apprend a se méfié de tous, sauf de ses frères d'armes...


"Le réconfort est un mythe que l'on sert aux jeunes jusqu'à ce qu'ils soient prêts a affronter les épreuves et les souffrances de la vraie vie."
Enfin! Une halte... 1378186_10151694622938506_1272905480_n

Thème de Krell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6954-krell-le-dieu-roi
GaladrielNombre de messages : 444
Age : 1052
Date d'inscription : 23/06/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions: Aucune.
Statut:
Galadriel
Dame de Lumière, Reine de Lothlorien / PNJ

MessageSujet: Re: Enfin! Une halte...   Enfin! Une halte... EmptyMer 5 Déc 2007 - 16:40
Alors que le groupe insouciant chantait et riaient de bon coeur sous le croissant de lune deuxième source de lumière après leurs feux de camps improvisés, la foret calme n'éméttait elle plus aucun bruit.
Les arbres étaiennt si nombreux et si serrés qu'il semblait impossible de pénétré à l'interrieur de cet enchevêtrement. L'endroit parraissait inateignable et pourtant dans le noir obscure existait une lumière, un aura invisible qui depuis toujours enchantait les hommes.
La rumeur voulait qu'aucun homme ni nain n'y entre mis à part les grands de se monde. La demeur était bien mieu gardé de ce qu'elle n'y paraissait....
Les hommes n'étaient souvent pas attentif à ce qu'apprenait la nature, plus occupé semblait il à gerroyer et festoyer. Torn faisait partie de ces hommes sages souciant du devenir de leurs compagnons, très à l'opposé de ceux qui entrait en Lorien comme si il s'agissait d'un territoire conquit.
Alors qu'il semblait occupé, le vent qui souflait à son oreille lui sembla d'abord un fait plus qu'habituel seulement, le curiosité de ce vent un peu trop doux et pas assez important pour alerter ces compagnons l'emportat d'une curiosité plus que maladive....Il écoutait à présent le vent comme on écoutait un enfant vous murmurer à l'oreille. De ces quelques notions de Sindar il compris que le vent parlait.Oui, il parlait à lui. Au fure et à mesure ce qu'il croyait parole devint chant, un chant mélodieu et envoutant qu'il ne compris d'abord pas:


Lanta i lómë,
Isil néca amorta
I eleni calima unótimë
Orontillor Eärenna
Caita I tella i arda né vanima ar ranya
Ilyë fëar autar.
I Estel vinta
ambarenna lómëo,
Ter fuini lantala,
pella enyalië ar lúmë.
Alatāriellë!Alatāriellë!


(Tombe la nuit,
Une pâle lune s'élève
Les étoiles brillent innombrables
Des montagnes à la mer
Là ou s'éttend le dernier royaume beau et libre
Toutes les âmes passent
L'espoir dissparait
Dans le monde de la nuit,
A travers les ombres tombantes,
Hors de la mémoire et du temps
Galadriel, Galadriel!)


Il rouvrit les yeux, étendu près du feu sur l'herbe il avait entendu un de ces compagnons revenu vers lui à motié inquiet car îvre et peu concient:

-Tous vas bien?Je ne sais pas ou est passé Vautour.

Torn eu juste le temps d'apercevoir Fumeur, rentrant dans les bois....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KrellNombre de messages : 388
Age : 29
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Race: Homme de l'est
Possessions: Ma colère.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Krell
Dieu-Roi Mort-Vivant

MessageSujet: Re: Enfin! Une halte...   Enfin! Une halte... EmptyVen 7 Déc 2007 - 2:30
Quel étrange pouvoir que celui d'apaisé un homme que par son simple chant…
Ce chant envoûtant avait percé toute mon attention, toute ma vigilance, mettez cela sur ma fatigue ou sur mes angoisses, peu m'importe, car moi Torn, vétéran de plus de guerre que beaucoup d'hommes, soldat entraîné, guerrier vigoureux, colosse puissant, un simple chant porté par le vent, a moins que ce ne soit le contraire, m'a apaisé en ce temps de ténèbres pour moi et mes frères, me rappelant ces souvenirs vivaces, lorsque ma femme prenait soin de moi quand je rentrait d'un autre sordide combat, portant en son ventre mon premier enfant…

Je ne sentis plus alors mon corps puissant, mon équipement lourd, plus rien…
Ce chant mélodieux m'avait pris de court, car si moi et mes hommes pouvions vaincre tous adversaires matérielles, notre puissance bien trop physique ne pouvait rien face aux pouvoirs des elfes…

Je sombra dans un lourd sommeil, le premier qui fut apaisé depuis des lunes, je ne sait pas combien de temps je resta ainsi allongé a terre, entendant au loin cette douce mélodie, mais je fut réveillé par un frère qui, tel une enclume tombant du ciel a votre nuit de noce, brisa le charme et me réveilla, je vous laisse imaginé mon état de caractère, mais je n'eut pas le temps de grogné…

Vautour…ou pouvait-il donc?...
A la lisière, je vis Fumeur entré dans la forêt d'or, encore bercé par les bribes de souvenirs qui me restaient de ce cadeau du vent, je me relevai comme un piquet…
La question ne se posait même pas…


"Frère d'arme, va te couchez, dort d'un sommeil apaisez cette nuit…nul ennemis matériel n'osera s'en prendre a nous ici…si je ne suis pas revenu demain a l'aurore, Bolgar devra prendre le commandement, marchez a l'ouest comme si vous aviez milles hordes de l'est a vos trousses…allez!"

D'un simple mouvement, je plaçai mes archives dans les bras de mon camarade avant de défaire mon ceinturon, mon fourreau contenant ma chère épée tomba au sol…
Je n'avais nul besoin de mon arme la ou j'allait, car si mon esprit pouvait être si aisément trompé, nul épée ne pourrait m'aidée…
Je saisit mon large pavois d'acier et le plaça sur mon avant bras gauche, ce "bouclier" au dimension titanesque et a la résistance formidable m'avait déjà protégé de tous ce que j'avait eut a confronté pendant ma vie, et si je savait qu'une fois dans la foret, toute attaque serait voué a l'échec, une défense intelligente grâce a ce bouclier serait parfaite…
Je me baissai de moi-même pour saisir mon casque de guerre cornu avant de le mettre, le reflet du feu sur mon bouclier m'indiqua que dans la nuit noire, si proche des elfes, mon œil rouge luisait comme une torche a travers la fente gauche de mon casque…
Allait-je passer pour un ennemis, un serviteur de Morgoth pour les elfes à cause de ce cadeau empoisonné de mon ancien maître?
Le risque était grand, mais peu m'importait, j'était responsable de la survie de mes hommes, j'était leur capitaine et j'était celui qui les avait mené a travers ce dangereux chemin, pas question d'abandonné ainsi des frères, l'idée de perdre des hommes avant qu'ils ne connaissent la liberté m'horrifiait…

Un frison parcouru mon échine a l'idée de devoir m'enfoncé ainsi dans cette foret qui m'était totalement inconnus, beaucoup me trouvait trop sévère, mais peu m'importait, c'était bien la capacité de jugé les événements qui distinguait les capitaines vétérans des simples jeunes guerriers…

Prêt…
Je fit un signe de la tête a mon camarade avant de m'élancé a la poursuite de Fumeur au pas de course, une fois pénétré dans la foret, je ralentit l'allure, mon armure noire me camouflait a la perfection dans les ténèbres ambiant, tout du moins, a mes yeux…
Mais cet œil ne cessait de luire, toujours plus, perçant les ténèbres par cette lumière pour le moins insolite au mieux et terrifiante au pire…
Ainsi, Krell m'avait offert un œil qui luisait la nuit en présence d'elfes?...
Mais quel était ce cadeau stupide? Je savait bien que mon ancien maître était dérangé mais la…


"Fumeur! Vautour! Revenez! J'ai interdit a tout le monde d'entrez dans la foret, les elfes sont dang…"

Par prudence, je ne me laissa pas finir mon appel, un frisson me traversa a l'idée qu'un elfe déjà peu amical entende ça et ne me vise de son arc dans les ténèbres…

Je continuai ainsi a travers la forêt, a la recherche de mes camarades…


"Le réconfort est un mythe que l'on sert aux jeunes jusqu'à ce qu'ils soient prêts a affronter les épreuves et les souffrances de la vraie vie."
Enfin! Une halte... 1378186_10151694622938506_1272905480_n

Thème de Krell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6954-krell-le-dieu-roi
GaladrielNombre de messages : 444
Age : 1052
Date d'inscription : 23/06/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions: Aucune.
Statut:
Galadriel
Dame de Lumière, Reine de Lothlorien / PNJ

MessageSujet: Re: Enfin! Une halte...   Enfin! Une halte... EmptySam 8 Déc 2007 - 19:28
Torn ne pouvait manifestement pas abandonné ces amis et d'ailleurs il tenait bien plus à leurs vie qu'à ce qu'il faisait de la sienne.
La foret sombre et épaisse ne l'aidait pas à trouver son chemin. Ici, seul les Elfes étant déjà venu ici une fois se retrouvait dans ces forêts. Dans la précipitation Torn n'y avait guère pris note mais rentrer ici c'était peut être ne jamais en sortir.

Les étoiles semblaient s' être éteintes une fois rentré dans la forêt. Les ténèbres n'en finissait plus.

Déjà une heur qu'il cherchait sans relâche mais ou aller?Tous semblais déjà exploré et la forêt un gouffre sans fin.

Le désespoir ne pouvait que croître alors qu'il se trouvait en terre Elfique et que l'esprit d' homme qui l' habitait faiblissait et se courbait fasse à l' aura toute proche des Elfes.

L'oeil luisant pesait lourd et il le sentait plus douloureux et brûlant encore. Krell avait un jour reçu de plein fouet les foudres de la Lorien, la forêt l' avait alors brisé et cet oeil, cadeau de l'homme continuait à montrer son appartenance au maître ici douloureusement à son porteur. Le danger devenait croissant.

Les hommes attirés par la lumière n'était qu'un prétexte pour que lui vienne ici. Les arbres l' avaient réclamé lui et ce vent....
Qui aurai pu douté de sa loyauté envers ces amis?
Les reverrait t il un jour?

Il n'en puis plus faire d'avantage. s' agenouillant recourbé la main serré sur son bouclier.
Il aurait fallu continué, se relevé, l'homme est courageux, sa force et quasi légendaire mais il ne pouvait plus. Cet homme là avait il donc trop d'esprit pour se confronté à cette vague de sentiments contradictoires.

Il n'aurait jamais dut venir ici, aussi près de la Lothlorien....

Il ne remarqua pas le changement car trop replié sur lui même mais une source de lumière nouvelle était apparu. De fines particules brillaient dans les airs, comme les égarées d'un ensemble plus vaste. Pied nu sur les feuilles, imperceptible pas. Ils s' approchaient de Torn sans que celui ci ne puisse l' imaginer.

Il oublia tous, sa quête, ce pourquoi il était rentré dans cette foret, ce que ces compagnons d' armes étaient devenu, ceux qu'il avait perdu....

La dame vêtu de blanc se trouvait devant lui recourbé,ses cheveux blond tombant sur ses épaules, les yeux brillants.
Il l'a senti dans sa tête:


"Torn, homme sage, bienvenu en Lorien"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KrellNombre de messages : 388
Age : 29
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Race: Homme de l'est
Possessions: Ma colère.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Krell
Dieu-Roi Mort-Vivant

MessageSujet: Re: Enfin! Une halte...   Enfin! Une halte... EmptyMer 12 Déc 2007 - 17:17
Quelle terre étrange...

Bien loin d'être apaisé comme je l'était il y'a moins d'une heure, je me retrouvais maintenant perdu en ces terres, je dit il y'a moins d'une heure, mais je ne sais combien de temps dura mes jusque la vaines recherches dans la Lorien, si a la bordure du bois, l'atmosphère me semblait légère et calme, ici, tout me semblait lourd et angoissant, j'avais comme l'impression que moi ou une partie de ma personne n'étais pas le bienvenu ici...
L'oeil pourpre fut donc mon fardeau en ces terres terrible...

Bientôt, je me sentit vidé de toute force, isolé, le poids de cet oeil maudit s'augmentait toujours a force de m'enfoncé toujours plus loin dans cette forêt, et moi qui avait plus l'habitude des grands espaces plats, des montagnes vertigineuses ou des souterrains sombres, je ne me sentait a l'aise ici bas...

Puis, brutalement, la douleur vint, brûlante, c'était comme si les serpents tatoués sur mon faciès gauche se mouvaient sous et sur ma peau, ondulants autours de mes nerfs et de mon oeil maudit et claquant leur redoutables mâchoires sur ma boite crânienne, cette idée me terrifia, je me servit du reflet de mon bouclier pour vérifié, tous ceci n'étais que pure imagination d'un cerveau fatigué...
tout ce que je voyait la, c'était un oeil luisant me fixant a travers le reflet d'un regard que je ne connaissait que trop bien.

Je prit sur moi de continué, pas question d'abandonnés mes frères ici, mais au bout de dix minutes, je n'y tint plus et, me servant de mon pavois comme d'une béquille, je mit un genoux a terre...
Avec un passé aussi lourd que le mien, aucun homme n'aurait su résister aux pouvoirs de la forêt.

Fermant les yeux pour je ne sais combien de temps, plus mort que vif, moi Torn, le plus ancien de la garde pourpre, je me retrouvais ainsi joué par la magie des elfes...
Je comprenait maintenant l'étrange regard qu'avait eu mon ancien souverain en revenant de cet endroit, nul homme n'aurait pu vaincre l'esprit même de ces terres, même celui qui dominait les hordes de l'est, même celui qui n'étaient que force, même lui ne pouvait vaincre un tel endroit.

Puis, je ne sais comment, une douce voie résonna dans mon ame, dans mon esprit, la voie d'une femme

Ma tête se redressa lentement pour voir...
Une magnifique elfe, plus belle que tout ce que mes yeux de guerriers avaient pu voir, j'était la, fixant l'elfe comme un enfant fixe la femme d'un de ces tyrans éphémère, émerveillé par tant de beauté!

Puis, tentant de retrouvé un peu de ma superbe, je me redressa lentement, toujours étourdie par la douleur mais aussi par le flot d'émotions brut que mon coeur cynique produisait: la peur, l'émerveillement, la détresse mais aussi l'envie de restez ainsi.

A l'est, on disaient que les elfes étaient des créatures superbes mais dangereuses, qu'ils étaient trop couard pour combattre au corps a corps comme nous, on disaient aussi en riant autours d'une table de taverne que les hommes elfes n'étaient que des faibles hommes dominé par leur femmes...
Que pouvaient donc comprendre un peuple de guerriers misogyne a la prestance d'une race du premier age?

Encore impressionné, je fis montre du moins d'agressivité que mon oeil de feu, que mon armure lourde de ténèbres et que mon visage austère pouvait faire.


"Je n'ai pas la présomption de me considéré sage dame elfe, mais je me nomme bien Torn…et vous?"

Voûtant volontairement mes épaules, fermant mon oeil de feu, je pris le temps d'identifier les lieux avant de continuer...

"Je...je suis désolé d'être ainsi entré sur vos terres, ma venue n'est justifié que par l'absence de deux de mes hommes qui sont entrés dans la forêt, j'ai voulu les suivre et...ete vous celle qui m'a lancé ce sort étrange, ce vent qui m'a apaisé, qui a chanté a mon oreille?...Et comment connaissez vous mon nom dame elfe? Je ne me souvient pas avoir fait parlé de moi chez les elfes"

Une foule de question vint alors à mon esprit, mais par politesse, je cessai toute paroles pour attendre mes réponses, moi qui ne savais rien de ce peuple, je me devais de ne savoir que ce qu'elle voulait bien me dire ...
Mes compagnons ne devaient plus être loin.


"Le réconfort est un mythe que l'on sert aux jeunes jusqu'à ce qu'ils soient prêts a affronter les épreuves et les souffrances de la vraie vie."
Enfin! Une halte... 1378186_10151694622938506_1272905480_n

Thème de Krell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6954-krell-le-dieu-roi
GaladrielNombre de messages : 444
Age : 1052
Date d'inscription : 23/06/2005

Feuille de personnage
Race:
Possessions: Aucune.
Statut:
Galadriel
Dame de Lumière, Reine de Lothlorien / PNJ

MessageSujet: Re: Enfin! Une halte...   Enfin! Une halte... EmptyDim 16 Déc 2007 - 0:58
Son visage s'éclaira. La dame elfe n'était pas étonné. Bon nombre d'inconnus en effet ne connaissait son visage, son nom. Peut être seulement avaient ils déjà entendu parler d'une sorcière ou d'un mage en Lorien mais il ne s'agissait pas là de parler concrètement d'un elfe. Seulement un légende stupide fondé sur des fait il est vrais forts étranges.

A présent, la lumière des arbres de Valinor c'était peu à peu estompé ou était ce peut être la vu du soldat qui s'habituait à la lumière.

La foret était moins effrayante aux yeux de l'homme assombris depuis tant d'années.

Il aperçu alors sur le visage de l'elfe un sourire à mis chemin entre la bienveillance et l'amusement, il ne savait pas trop...
Mais cela ne semblais pas important sur l'instant
.

-Je suis Galadriel, fille d'Artanis et de Nerwen, reine de Lothlorien, Eldar de la maison de Finwë, protectrice du bien et l'égale de Sauron.
Pourquoi je connais votre nom?
Votre coeur me l'a dit. Il m'a dit beaucoup de vous Torn. Des chose que votre esprit et le visage qui en ressort a dut petit à petit vouloir oublier.


Alors que le regard de Galadriel se faisait plus insistant encore aux yeux de l'oriental, celui ci sentit tout d'un coup son sang se glacer.
Il avait entendu le cris, ce cris de désespoir qui l'avait hanté et qui le hantait encore parfois dans son sommeille profond. Un corps de femme se précipitant dans le vide. Il l'avait oublié?


Ter fuini lantala,
pella enyalië ar lúmë.


D'autres images apparurent alors, une jeune fille à genoux, bafoué, aux cris désespérant suppliant grâce d'un enfant égorgé sous ses yeux. La face d'un vielle homme affamé et méconnaissable, un monstre.

Qui sont-ils?
Galadriel repris la parole


- Des martyres oubliés, de la même famille, de la même races morts pour l'exemple. Donné pour la gloire des grands tyrans. Votre famille Torn.

L'oeil brûlait, le rougeoiement qu'il produisait ici semblais reflété les événements passés. Il fallait que cela cesse, il aurait put l'arracher, se tuer, en finir alors que les souvenirs toujours plus nombreux remontaient à la surface.

Galadriel portait le fardeau de tous et aussi dans son coeur à présent le fardeau de Torn. Les plus vieux arbres de la terre du milieu l'avaient mené ici et maintenant le pauvre homme se débattait avec son passé, celui que sa condition avait bannis à tous jamais mais qui dans ces lieux reculés se manifestaient avec une puissance folle.

L'insurmontable avait pourtant une vison agréable, celle de l'elfe. La dame blanche n'avait pas bougé et ne montrait elle visiblement pas de défaillance. Elle restait calme et continua de parler:


- Tous ces souvenirs d'hommes que l'on rêve d'éradiquer et que la puissance divine sépare de notre corps. Krell n'avait pas compris. Sa disparition aurait pu être la votre seulement... vous n'étiez pas Krell, vous êtes là à cause de cette différence Torn. Vous n'êtes pas Krell, et il reste dans votre coeur un amour que la foret à décelé. Les arbres vous l'on sifflé plus tôt à vous amis pleins d'espoirs.

La pression devenait de plus en plus forte, il ne pourrait pas en supporté d'avantage, Galadriel le savait. Allait elle le faire ainsi mourir étouffé par sa propre histoire?

« á unducaita i lissë caselya alatuova
lómë lantëa, utúlielyë tieo mettanna.
á fumë sín ar na óla len quenion i epetuller
yálantë haira falassello arta
manen nyényelya? man i níri antalyassë?
rato cenuvalyë ilyë caurelyar autuvar
varna rancunyaissen fúmalyë
man polilyë cenë ambaro rénassë?
manen yalir i ninqui maiwi?
aire pella Isil marya ortëa
i ciryar utúlier colien lyë márenna
ar ilya ahyuva telemna hyellenna
cala nenessë yassë ilyë fëar lelyuvar arta
estel fifírui tenn' ambar móreva
terë lumbuli et enyalie ar lúmello
áva quetë sa utúlielmë sí tenn' i metta
falassi ninqui yálar, ómentielma ennauva
ar nauvalyë sinomë rancunyaissen fúmala
man polilyë cenë ambaro rénassë?
manen yalir i ninqui maiwi?
aire pella Isil marya ortëa
i ciryar utúlier colien lyë márenna
ar ilya ahyuva telemna hyellenna
cala nenessë yassë sindë ciryar autar
númenna »



Des paroles de toutes part, des voix parfois incompréhensible dans la tête de l'homme... Une qu'il compris lui dit

Nous nous retrouverons bientôt

Tous alors s'estompa et devint noir dans l'esprit de Torn. La sensation qu'il existait à présent un trou noir entre lui et Galadriel. Eu t il à peine le temps de l'admirer encore quelques instants avant de sombré dans ce que l'on nommait du bout des lèvres au pays des hommes, le songe elfique.

Une fois de plus, ce fut ces hommes qui l'en tirèrent inopinément. Fumeur et Vautour l'entourant l'air ahurit. Ils paraissaient fort déconcertés et un soupçons apeuré à la vus de Torn prostré sur le sol.

A l'endroit ou s'était avancé la belle dame blanche ne subsistait qu'une jolie fleur blanche complètement inconnue à Torn, le Niphredil. Un chemin s'était ouvert à travers les arbres menant probablement vers l'extérieur.


( hrp: suis dsl tous cela est bien court comme rencontre... le temps me manque...^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KrellNombre de messages : 388
Age : 29
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Race: Homme de l'est
Possessions: Ma colère.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Krell
Dieu-Roi Mort-Vivant

MessageSujet: Re: Enfin! Une halte...   Enfin! Une halte... EmptyMer 19 Déc 2007 - 18:06
Les elfes...
Quelle fourberie...

Avaient-on besoin de me rappelez cela?
Avaient-on besoin de me rappelez la mort tragique de ma famille?...

En fin de compte, les elfes comme les hommes n'étaient doués que de sadisme envers moi...

Étai-ce cela? La grandeur d'âme des elfes? Imposé a un homme tourmenté la vision de sa fille violée, de sa femme morte? La bonté n'avait sûrement pas lieu d'être ici...
Comme la politesse...

Mais heureusement pour moi, encore une fois, mes compagnons furent la pour me tiré de ces pensées moribonde...
Je pris sur moi de continuer ma marche vers l'ouest, j'avais vu les elfes, Galadriel n'était rien de plus qu'une belle femme imposant à l'oriental que j'étais des visions si horrible que mon esprit vrille encore de peur...
Et de déceptions...

Et moi qui pensait trouvé la paix ici bas, trouvez une femme qui ne m'imposerait pas mon passé, qui me laisserait a l'abris de ces rêves sordides...

Bah...


"Allons y mes frères, nous avons encore une très longue route vers le Rohan"

Vautour me fit un signe de la tête et s'en fut vers le camp, suivit de fumeur aussi sec...
Moi, je restai un peu en arrière, ressassant mes nouvelles découvertes avant de saisir la fleur qu'avait laissé la dame elfe derrière elle...
La si petite fleur blanche semblait minuscule dans mon énorme gantelet noir...

Étai-ce un cadeau?
Bah, de toute façon, se serait toujours un souvenir, et puis à mes yeux, elle semblait belle.
Je l'examina pensivement pendant une longue minute, avant de l'accrochée sous une plaque de ma cubitières gauche, laissant seul quelque pétales être visible, véritable preuve de ma rencontre avec la dame blanche, cette fleur était aussi la seule marque qui n'était pas sombre sur mon armure.
Lentement, je me détourna de la foret pour rentrez au camp, l'aube commençait a poindre, et je vit avec un plaisir amer mes frères m'attendre en rang, prêt a partir.

La garde noire re-partit alors, droit vers l'ouest, vers le Rohan, pour ma part, je m'installa dans la charrette pendant une heure pour relaté tous ceci dans mes annales.

Vers le Rohan, et puis après, seul le destin pourra nous le dire...

J'était si fatigué…comprendrai-je jamais le discours de la Dame blanche?
Un jour peut être, quand je la reverrais, alors je tenterais de comprendre, car elle m'avait bien dit que nous nous retrouverions…
Mais pour l'instant, j'avait d'autre chats a fouettés, Fumeur c'était encore permit de se servir dans notre réserve d'herbe a pipe, je prit donc le temps de fumé avec lui nos dernières feuilles tout en marchants a la tête de la longue colonne, nous étions maintenant en sécurité, ou plutôt hors de portée de nos principaux ennemis: nos anciens frères orientaux, nous n'avions plus qu'a trouvé un passage pour traversé l'Anduin au sec
Et les immenses plaines du Rohan s'offriraient a nous, l'idée de passé par le sud, tout proche de Dol-Guldur, ne me plaisait guère …


"Le réconfort est un mythe que l'on sert aux jeunes jusqu'à ce qu'ils soient prêts a affronter les épreuves et les souffrances de la vraie vie."
Enfin! Une halte... 1378186_10151694622938506_1272905480_n

Thème de Krell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6954-krell-le-dieu-roi
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Enfin! Une halte...   Enfin! Une halte... Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Enfin! Une halte...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon petit clan ( enfin ce qui est peint)
» Enfin je me manifeste!
» Halte a la discrimination sur l'age
» Enfin arrivé! (suite)
» Mise au point ? Non... une simple affaire de jalousie. { Gailis - Merriadeck }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Enfin! Une halte... N448 :: Les archives :: RPs des Royaumes Humains :: Archives du Rhovanion-