Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Dans la salle du trône

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
La Main Noire
Prophétesse Késilisteavatar

Nombre de messages : 1206
Age : 317
Date d'inscription : 15/09/2006

Feuille de personnage
Race: Naine bien sûr !!
Possessions: Des problèmes d'argent, la foi et un livre religieux format poche
Statut: Personnage décédé(e)
MessageSujet: Dans la salle du trône   Mar 21 Oct 2008 - 19:04


La jeune femme, après un dernier regard vers Dornaîn, suivit ses deux guides à travers d'étroits couloirs. Elle vit ainsi des tunnels de la mine dont elle n'avait jamais eu vent, pas même durant sa quête avec ses anciens compagnons. Ils avaient pourtant ensemble visités chaque recoin de la cité à la recherche de traces de vie ou de Peaux Vertes.

Erebor était un bijou d'ingéniosité, chaque couloir était pensé dans les moindres détails, aucune salle ne pouvait ainsi être bloquée en cas de siège, ce qui était aujourd'hui officieusement le cas. Les pièces maîtresses de la cité, comme la salle du trône, pouvaient ainsi demeurer son contrôle.
Devant tant de génie dans la conception de la mine, Koo prenait encore davantage conscience de la nécessité de défendre cette dernière et de ne jamais la laisser tomber entre les mains des barbares de l'Est.


A leur arrivée dans le couloir principal menant à la salle du trône, la jeune femme se rendit compte à quel point elle et son "escorte" étaient passés près des Gardes Pourpres qui postaient non loin de là. Comme le veut la logique de guerre, même non déclarée, les lieux de pouvoir sont les premiers à être mis sous surveillance.


C'est discrètement qu'ils entrèrent dans la somptueuse salle du trône et se retrouvèrent nez-à-nez avec d'autres nains, comptant parmi eux de grandes figures de la cité. Du simple soldat au chef d'armée, tous étaient là, restés fidèles à Erebor, par dizaine, par centaine.
Les vrais Nains refusant toute domination étrangère demeuraient donc encore bien vivant.

En toute logique le trône était resté vide et d'ailleurs personne ne s'y était approché à moins de quelques mètres, respectant ainsi la disparition du roi. Même mort, la mémoire de Thraïn restait encore vivace. Toute la salle était en état d'alerte. Ce qui se déroulait ici serait sûrement mal vu par l'envahisseur et sujet à discorde. De ce fait, les gardes surveillaient les portes avec bien plus de zèle qu'ils ne le feraient pour leur propre vie.

Se jouait ici peut être l'avenir d'Erebor ou du moins de la souveraineté Naugrim dans la cité.

L'un des gardes de Koo prit la parole :



-Dornaîn ne devrait plus tarder beaucoup, fit l'un des deux nains. En attendant, nous devons prendre possession des lieux stratégiques d'Erebor. La salle du trône est le symbole du pouvoir nain et en fait donc partie.


Sa voix résonna dans les murs de la salle, personne n'avait prit la parole depuis l'arrivée de la jeune femme, il régnait un profond silence. Devant tant de solennité, Koo n'avait pas osé répondre, se contentant de se faire la plus discrète possible. Dans l'ombre elle regardait les visages fermés des nains présents, certains la dévisageaient avec insistance. On pouvait sentir à quel point l'heure était grave.

Le silence se prolongea, dans l'attente de l'arrivée de Dornaîn.




[HRP: dsl pour ce genre de post, mais cette semaine est un peu chargée, je ferait mieux la prochaine fois promis]


Spoiler:
 


Koori Vījjāyāteshvārā, Kesiliste convertie.
Go Go Kirby Dance Machine ! <('-'< ) ^( '-' )^ v(._.)v (>'-')>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mar 28 Oct 2008 - 20:10

[MJ on]

La tension montait lentement dans la salle du trône alors que les nains attendaient. Ils ne savaient pas exactement ce qu'ils attendaient mais les murs de roche de la splendide salle semblait murmurer à leurs oreilles que bientôt, quelquechose allait se passer.
Le silence était oppressant, à peine perturbé par quelques murmures de ci de là. Et soudain, un nain pénétra en courant dans la salle. Il avait sa hache à la main et était couvert de sang.

-Ces chiens d'orientaux nous ont trahi. Les perfides vipères nous ont attaqué sans somation ! Beaucoup de nains sont morts sans avoir pu se défendre. Ils ont massacré des familles entières sans défenses ! Aux armes frères ! Ils arrivent par ici !

Des cris de colère s'élevèrent parmi les nains présents dans la salle du trône. Ils levèrent leur hache, maudissant les hommes de l'est. Apparemment, Dornaîn avait donné des consignes strictes. En effet, il n'était toujours pas revenu, mais sans qu'aucun ordre ne soit donné, les nains formèrent immédiatement deux lignes de combattants bien organisés chacune faisant face à l'une des entrées de la salle, tout cela sans que la confusion ne gagne leurs rangs. Une détermination implacable se lisait sur leurs visages tandis qu'ils serraient les manches de leurs haches à s'en faire blanchir les phalanges.

Quelques courtes minutes plus tard, des bruits se firent entendre dans les couloirs adjacents. Et il n'y avait toujours aucun signe du vieux nain. Les orientaux se lancèrent à l'assaut de la salle du trône. Les guerriers du désert se jetèrent contre les nains engoncés dans leurs armures. La première vague fut repoussée sans trop de dommages pour les nains. Les hommes de l'est n'avaient jusque là pas rencontré de résistance, s'attaquant principalement à des nains désarmés et ne s'attendant pas une seule seconde à leur traîtrise.

Lors de l'accalmie créée par la retraite des orientaux, les nains en profitèrent pour faire reculer leurs blessés, afin de les mettre en sécurité derrière leurs rangs. Pour certains, il fallut les forcer à abandonner le combat. L'un d'entre eux, avait une entaille béante à la jambe droite mais refusait de laisser la place aux nains valides. Les yeux exorbités, noyés par les larmes, il vociférait sa haine à l'encontre des hommes de l'est. Finalement, les lignes naines reculèrent, le laissant à une distance qui leur permettait de manier leurs armes sans être gênés par sa présence, et en lui permettant d'assouvir sa vengeance, en donnant sa vie pour la cité.
Lorsque la seconde vague d'hommes de l'est chargea, un genou à terre, il en abattit une demi-douzaine avant d'être transpercé par une lame orientale.

[MJ off]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
La Main Noire
Prophétesse Késilisteavatar

Nombre de messages : 1206
Age : 317
Date d'inscription : 15/09/2006

Feuille de personnage
Race: Naine bien sûr !!
Possessions: Des problèmes d'argent, la foi et un livre religieux format poche
Statut: Personnage décédé(e)
MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Ven 31 Oct 2008 - 21:15

La jeune femme n'avait pas bougé de son coin, toujours prostrée, intimidée par autant de figures au milieu d'un si grand silence.

De son endroit, derrière l'ombre d'une colonne, elle entendait parfaitement les messes basses qui parcouraient cette assemblée d'infortune.
Alors qu'elle commençait à peine à se sentir plus à l'aise, un élément perturbateur, c'est le cas de le dire, vint trancher ce long silence. Le Nain qui entra précipitamment dans la salle était recouvert de sang.



-Ces chiens d'orientaux nous ont trahi. Les perfides vipères nous ont attaqué sans somation ! Beaucoup de nains sont morts sans avoir pu se défendre. Ils ont massacré des familles entières sans défenses ! Aux armes frères ! Ils arrivent par ici !


Alors que les Naugrims présents vociférèrent contre les hommes de l'Est, Koo eut en premier lieu un mouvement de recul. De toute sa vie elle ne s'était jamais battue, si l'on excepte le douloureux combat contre Smaug qui lui avait laissé un bien mauvais souvenir. Elle s'était jurée de ne plus jamais se battre depuis cet épisode sanglant qui avait coûté la vie à l'un de ses amis. A cette occasion elle avait conclu cela en se débarrassant définitivement de son unique dague. Elle était maintenant sans défense dans cette salle du trône, face à l'arrivée des homme du Rhun.

Alors que ses compagnons avaient pris position devant les entrées de la salle, elle n'avait eu d'autre choix que de se mettre à l'abri derrière "sa colonne", encore plus en retrait qu'auparavant.

Des bruits de pas précipités se firent entendre dans les couloirs de la mine. De plus en plus bruyant, de plus en plus proche. Les Nains proche de la jeune femme eurent un moment bref de recul, le moment tant redouté était là, la vague d'Orientaux vint se briser contre la barrière naine.

L'assaut fut bref et "remporté" par les Nains, Koo n'avait pas bougé durant toutes les longues minutes qu'avait duré cette confrontation.
Alors qu'elle poussa un ouf de soulagement et que les soldats s'occupèrent des blessés, une nouvelle vague d'assaillant fit son apparition à la surprise de tous. Si il était sûr que les Orientaux ne pouvant en rester là, les Nains ne s'étaient pas doutés un seul instant que leur réponse eût été aussi rapide.

L'un des défenseurs naugrims fut gravement blessé mais tout en continuant valeureusement son combat. Habité par une haine profonde envers les chiens de l'Est, il se jeta sur l'ennemi en faisant fit de sa propre vie, sous les yeux horrifiés de Koo, impuissante dans une telle situation.


La vague d'Orientaux faiblissait d'intensité, sans pour autant perdre le moindre centimètre de terrain. Ces fous furieux se seraient tous jetés vers une mort certaine si leur chef leur en avait donné l'ordre.
La situation devenait grave devant ce possible retournement de situation, la jeune femme, bien que de faible secours au combat, décida d'en prendre part autant qu'elle le pouvait.

Quelle meilleure occasion que de venger la mort héroïque du Nain qui avait donné sa vie pour sauver la cité. Le combat faisait rage, les cris, les bousculades, les cadavres qui jonchaient le sol imprégné de sang
"des hommes du Rhun" pria la jeune femme. Au milieu de cette cohue indescriptible, cet attroupement incontrôlable, tout était possible : tomber nez-à-nez avec un Oriental, recevoir par mégarde un coup de hache de l'un de ses frères... Elle parcourrait chaque mètre avec la plus grande prudence, aussi clame et prudent qu'on peut l'être dans un moment comme celui-là, et se dirigea vers l'arme laissée par terre, du Nain mort. Il y en avait d'autres dans cette salle d'horreur, beaucoup d'autres, mais c'était celui-là qu'elle voulait atteindre et prendre son arme. Elle s'en saisit avec peine, le pauvre s'y était accroché jusque dans la mort.

Sa nouvelle possession en main, une hache de bataille trop lourde pour son faible gabarit, elle se mit à courir vers le lieu de l'affrontement avec une rage que personne ne lui connaissait. Si son père la voyait à ce moment, il ne l'aurait pas reconnu une seule seconde.... Voilà que la petite naine timide et peureuse se jetait à corps perdu dans la bataille, armée d'une hache d'homme afin d'éventrer de l'Oriental....

Elle se dirigea vers le premier venu, qui ne s'attendait pas une seule seconde à voir débouler une femme armée d'une hache, il n'eut pas le temps de réagir face à cet état de surprise qu'il reçu un violent coup à la jambe. Il eut tout juste le temps de voir son morceau de jambe projeté contre un mur de la salle avant de tomber, totalement déstabilisé, sur le sol. La dernière chose qu'il pu voir brièvement fut un objet tranchant se rapprochant à grande vitesse de son visage, puis plus rien.


Koo venait de tuer son premier homme de l'Est, galvanisée par cet "exploit" morbide, elle ne fit pas attention à ce qui se passait autour d'elle.
Erreur fatale puisqu'un violent coup la frappa à la tête, sans qu'elle sache d'où cela provenait. Elle s'écroula au sol, un liquide chaud s'écoula sur son visage, pénétrant jusque dans ses yeux.
Les cris du combat se faisaient de plus en plus sourd, elle n'entendait plus rien, alors que le noir s'imprégnait dans ses yeux.

Aucune douleur, aucun cri, aucun son, aucune image, juste le vide....

----------------------------------------------------




Spoiler:
 


Koori Vījjāyāteshvārā, Kesiliste convertie.
Go Go Kirby Dance Machine ! <('-'< ) ^( '-' )^ v(._.)v (>'-')>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Dim 2 Nov 2008 - 20:08

[MJ on]

Lorsque la deuxième vague d'orientaux fut repoussée, au prix de nombreuses vies naines, les nains firent une nouvelle fois passer leurs blessés derrière eux. Ainsi, la jeune naine inanimée fut mise en sécurité. Sans pitié, ils achevèrent les blessés orientaux restés sur place. Se préparant pour un nouvel assaut, les nains de la salle du trône entendirent soudain des bruits de combat dans les couloirs. Quelqu'un était venu à leur secours et attaquait les assaillants !

Prudemment, il s'engagèrent dans le couloir duquel les hommes de l'est lançaient leurs attaque et ce qu'ils virent les laissa pantois. Des orientaux se battaient contre d'autres orientaux. Les nains ne savaient pas quoi faire. S'ils se jetaient dans la bataille, il leur serait impossible de savoir qui était leurs alliés (s'ils en étaient réellement). Pour eux, un oriental ressemblait à un autre. Ils se replièrent donc dans la salle du trône, attendant l'issue du combat qui se déroulait à quelques mètre d'eux, priant pour la victoire de ceux qui leur était venus en aide. C'était une réelle torture pour ces guerriers que d'attendre la bataille alors qu'ils en entendaient les bruits.

Ils purent en profiter pour s'occuper de leurs blessés. Ils pensèrent donc leurs plaies, et lavèrent leurs blessures. Koo avait pris un coup à la tête qui l'avait étendue pour le compte. Mais la blessure était superficielle. Le cuir chevelu était entamé ce qui avait produit une effusion de sang importante, mais la petite entaille cicatriserait en peu de temps. Profitant de ce qu'elle était inconsciente, un nain nettoya la blessure et y appliqua un pansement. La pression douloureuse sur sa tête réveilla la jeune naine qui entrouvrit les yeux.

-Ne bougez pas, restez allongée, fit le nain qui l'avait soignée en se relevant. Vous n'avez rien de grave alors tâchez de ne rien aggraver.

Puis il s'éloigna, rejoignant un groupe de nains qui fixaient l'embouchure du couloir d'un oeil sombre.
Quelques minutes plus tard, un petit groupe d'oriental pénétra dans la salle. Les mains des nains se resserrèrent sur le manche de leurs haches mais les orientaux ne firent aucun mouvement vers les lames pendues à leur ceinture.

-Notre empereur à bafoué notre honneur en vous attaquant. Nous sommes des hommes d'honneur et ne pouvions accepter ce qu'il nous a ordonné de faire. La tribu des bladefist ne fait plus à ce jour partie de l'empire d'orient.

Les nains étaient méfiants. Et dans leurs rangs, aucun ne se sentait l'étoffe d'un chef. Ils s'entre-regardèrent, sondant leurs compagnons. Un silence inquiétant s'installa.

[MJ off]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
La Main Noire
Prophétesse Késilisteavatar

Nombre de messages : 1206
Age : 317
Date d'inscription : 15/09/2006

Feuille de personnage
Race: Naine bien sûr !!
Possessions: Des problèmes d'argent, la foi et un livre religieux format poche
Statut: Personnage décédé(e)
MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Dim 23 Nov 2008 - 14:59


Au milieu des cris et de la fureur qui se déchaînaient tout autour d'elle, la jeune naine restait immobile, étendu sur le sol. Elle avait perdu l'usage de tous ses sens et ce n'est qu'après plusieurs longues minutes qu'elle senti des mains la tirer hors de la mêlée.

Une silhouette inconnue mais apaisante se penchait vers elle pour soigner sa blessure. De l'eau froide coulant sur son visage ensanglanté la sortit de sa torpeur. Ses yeux s'ouvrir très légèrement mais suffisamment pour distinguer le visage de son désormais sauveur. Il s'agissait d'un nain dont la barbe bien moins longue que les autres guerriers indiquait son très jeune âge. Il avait reçu lui aussi une blessure au visage, à moins que ce ne soit l'éclaboussure du sang d'un oriental... la vision de Koo était trop faible pour pouvoir discerner clairement. Le jeune nain ouvrit la bouche pour parler, mais la jeune femme ne distingua qu'une parti de sa phrase, masqué par le bruit des combats qui se déroulaient à quelques mètres.


- Ne bougez pas, restez allongée. Vous n'avez rien de grave alors tâchez de ne rien aggraver.


Elle n'eut pas le temps d'essayer de répondre quelque chose que le guerrier s'éloigna, la laissant seule au milieu des autres blessés. Koo essaya vainement de se relever, ignorant les conseils du jeune nain qui l'avait sauvé. Dans la détresse dans laquelle elle se trouvait, son seul réconfort lui venait de son arme, sa nouvelle hache à laquelle elle tenait fermement désormais. On ne lui avait pas ôté des mains.

Alors qu'elle tendit le bras pour la saisir, un autre groupe d'oriental entra dans la salle. Contrairement à la fois précédente, elle pu entendre les paroles que leur chef prononça.


-Notre empereur à bafoué notre honneur en vous attaquant. Nous sommes des hommes d'honneur et ne pouvions accepter ce qu'il nous a ordonné de faire. La tribu des bladefist ne fait plus à ce jour partie de l'empire d'orient.


Elle fut surprise de voir de telles paroles dans la bouche de guerriers qui, il y a encore quelques instants, voulaient leur mort à tous.
Les nains, eux aussi surpris par un tel revirement de situation, se regardèrent mutuellement dans la plus grande inquiétude. Le silence régna dans la salle. Koo de son côté se releva difficilement, appuyée sur sa nouvelle hache qui lui servait de canne.


Spoiler:
 


Koori Vījjāyāteshvārā, Kesiliste convertie.
Go Go Kirby Dance Machine ! <('-'< ) ^( '-' )^ v(._.)v (>'-')>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mar 25 Nov 2008 - 19:19

[MJ on]

Les orientaux et les nains se regardaient. La méfiance se lisait sur les visages de tous les protagonistes. C'est dans cette ambiance que Karzad fit son arrivée. Tous les regards se portaient sur les orientaux, et la seconde entrée de la salle du roi était donc non surveillée.

-Que se passe-t-il ici ? demanda-t-il d'une voix impérieuse.

Quand les nains se retournèrent pour voir de qui il s'agissait, ils virent un nain dans un état pitoyable. On se demandait encore comment il pouvait tenir debout. Son visage était marqué de profondes entailles et un bandeau lui cachait un œil, probablement manquant. Une partie de sa barbe avait été arrachée et découvrait son menton. La colère et la rage se lisait sur son visage. Son œil unique flamboya quand il vit les orientaux. Il voulu se saisir de sa hache qui lui servait de béquille mais la douleur le submergea et il fut forcé de la reposer.

-Vous négociez avec ces traîtres, nains ? Avez-vous perdu l'esprit ? Regardez ce qu'ils m'ont fait !

Il porta la main à sa barbe, puis à son œil bandé. La barbe des nains était quelque chose de sacré et celle de Karzad avait été saccagée... volontairement selon toute évidence.

-Leur roi... leur empereur... Regardez ce qu'il m'a fait. Regardez ce qu'il a fait de ma barbe... de mon œil ! Vous n'avez pas en face de vous des gens avec qui l'on peut négocier.

Karzad fut alors prit d'une quinte de toux et du s'interrompre.

-Ils ont manqué à leur parole. Ils ont lâchement attaqué leurs hôtes. Dornaîn, mon vieil ami l'a payé de sa vie. Et il n'a pas eu droit à l'honneur de la défendre. Il a été transpercé d'une épée dans le dos ! Nous n'avons pas affaire à des personnes dignes de discuter avec nous...

Un silence suivit cette déclaration. Puis, le chef oriental reprit la parole.

-Comme je l'ai dit à vos compatriotes, Krell a bafoué notre honneur en vous attaquant. Nous sommes des hommes d'honneur et ne pouvons accepter ce qu'il nous a ordonné de faire. La tribu des bladefist ne fait plus à ce jour partie de l'empire d'orient. Désormais, notre paroles et nos actes ne sont que ceux des bladefists. Et les actes de Krell ne sont plus les notres.

Karzad écouta attentivement puis grogna :

-Comme c'est pratique ! Vos compatriotes vous ont abandonné. Vous n'avez plus aucune chance de vous en sortir vivant par le combat alors vous tentez le mensonge. C'est pathétique ! Vos lames sont encore rouge du sang de nos frères !

-Cela n'est pas vrai. Le sang qui macule nos lames est celui de nos anciens compatriotes. Maintenant, nous allons partir. Nous devons regagner nos terres. Elles vont avoir besoin de nous pour les défendre.

-Et vous allez vous battre contre vos semblables jusqu'à ce qu'un nouvel empereur parvienne à imposer sa loi. Dès lors, vous marcherez de nouveau sur Erebor. Pourquoi nous laisserions-vous faire cela ?

-Parce que l'honneur des gens de votre peuple coule dans vos veines. Tout comme il coule dans celles des bladefists.

A ces mots, Karzad se redressa à l'aide de sa hache et s'approcha du chef oriental. Les personnes qui étaient le plus proche purent voir que son œil unique était humide.
Quand il parvint en face de l'humain, il s'arrêta et dit :

-Puissent les bladefists trouver la paix dans leurs terres. Et puissions nous affronter des hommes d'honneur la prochaine fois que les orientaux attaqueront Erebor.

L'oriental hocha brièvement la tête avant de faire demi-tour avec ses hommes. La petite colonne se dirigea vers les portes de la cité et prit la direction du sud. On ne devait plus les revoir dans cette région avant longtemps.
Quand les orientaux eurent quitté la salle, Karzad s'effondra. La hache sur laquelle il s'appuyait n'y fit rien. Son corps et son esprit en avait subit tellement que le nain avait perdu connaissance. Deux nains se précipitèrent pour l'examiner et lui prodiguèrent les premiers soins.

Peu à peu, la salle se vida, chacun retournant à ses activités ou bien s'activant pour soigner les blessés, et nettoyer la cité qui avait été le théâtre de violents combats.

[MJ off]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Sam 6 Déc 2008 - 22:12

[MJ on]

Karzad se reposait dans sa chambre. Depuis qu'il avait ceint la couronne d'Erebor, il n'avait plus une seconde à lui. Par moment, il lui arrivait de regretter d'avoir été élu à ce poste. La victoire avait été presque trop facile. Il était parvenu à rallier Gordan à ses idées et Larki avait eu la décence de ne pas se présenter. Il l'avait emporté sur ses adversaire avec un large majorité.
Mais aujourd'hui, les réalités de ses devoirs de gourvernant lui pesaient. Il aurait aimé passer plus de temps à parcourir les Terres du Milieu, combattre contre les orcs et les gobelins. Mais il y avait beaucoup a réparer en Erebor avant de songer à s'aventurer à l'extérieur. Le passage des orientaux avait été dévastateur. De plus de nombreuses inquiétudes pesaient sur son cœur. Comme par exemple ce messager envoyé à Khazad-dùm qui n'était pas revenu.
Le monarque allait s'assoupir lorsqu'on frappa à sa porte. Il grogna :

-Entrez, qu'y a-t-il ?

Un garde pénétra dans la pièce et fit le salut militaire.

-Un nain venant de Khazad-dùm désire vous voir. Il dit avoir d'importantes nouvelles à vous transmettre.

Karzad se leva d'un bond. Voilà qui était intéressant et qui méritait toute son attention. Il remercia le garde et se dirigea vers la salle du trône. Il grimpa sur son trône de pierre et attendit qu'entre le nain annoncé par le garde. Du haut de son piédestal il avait une vue imprenable sur toute la salle. Et toutes les fois qu'il s'asseyait sur ce trône, il pouvait voir les dégâts causés par les orientaux lors de leur trahison. Plusieurs groupes de nains s'affairaient encore à effacer toutes les traces des violents combats qui avaient eu lieu dans cette même salle.

Soudain, les portes s'ouvrirent et Eberk pénétra dans la salle du trône.

-Bienvenue en Erebor, fit le roi. On m'a dit que vous aviez des nouvelles de Khazad-dùm à me transmettre. Je suis impatient de les entendre.

[MJ off]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Eberk
Régent de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 28
Date d'inscription : 03/11/2008

Feuille de personnage
Race: Nain
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: mauvaise nouvelle   Lun 8 Déc 2008 - 15:33

Eberk s'avança vers le trône en laissant passer le garde nain. Une étrange odeur était propagée dans l'air et la désolation laissait par les orientaux l'inquiétait un peu. Le nain s'approcha du roi, se mit à genoux sa hache à terre. Il regarda le seigneur sur son trône et lui dit d'une voie forte:

-Bonjour mon seigneur, je me nomme Eberk et je reviens de Khazad-Dùm. Mon cousin Kramil ma fait parvenir un message me demandant de l'aide, je n'ai qu'une réponse le rejoindre. Mes affaires et ma hache sur le dos, me voilà parti pour la grande cité naine. Mon voyage fut long, mais lors de mon arrivée devant les portes je vis la désolation et la destruction. Les corps des nains et des gobelins jonchés le sol. Le sang coulait dans l'herbe, soudain je vis mon cousin.


En reparlant de son cousin une lueur étrange parcourut ses yeux.

-En m'approchant de lui une flèche était plantée en son sein. La mort ra battée ses ailes sur lui, ma fureur ne fut que plus grande lorsqu'il m'apprît qu'une horde de ces vils gobelins arrivèrent à entrer dans la cité de Khazad-Dùm pour la pillait et la prendre à leur compte.

Il se releva et demanda de nouveau au roi qui le regardait d'un oeil impartial:

- Je vous demande mon seigneur, de lever une armée assez forte pour retourner en Moria. Nous devons reprendre notre belle cité et je dois venger mon cousin, je lui en ai fait la promesse! Quand dites-vous?

Eberk s'agenouilla à nouveau et fixa son roi en l'attende d'une réponse. Khazad-Dùm devait être repris à cette sale race de gobelins coute que coute.


"Place ta confiance dans le fer et la pierre car ils ont toujours été les meilleurs amis des nains"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3436-eberk
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mar 9 Déc 2008 - 18:01

[MJ on]

Karzad écouta avec attention les paroles d'Eberk. Il se leva et descendit les marches de son trône. Il détestait rester assis, à force de rester dans la même position, il en avait des fourmis dans les jambes. Il se dirigea vers le nain porteur de la mauvaise nouvelle et s'arrêta en face de lui.

-Alors les gobelins ont de nouveau repris notre belle mine... Décidément, les nains payent un lourd tribut en ces temps obscurs. Je suis persuadé que votre cousin était un nain hors du commun. Nous pleurons tous sa mort, ainsi que celle de tous les nains morts lors de cette attaque.

Tout en parlant, Karzad avait posé sa main sur l'épaule d'Eberk. Le chagrin menaçait de le submerger et le roi se devait de lui offrir le peu de réconfort qu'il était capable de lui donner.
Puis Karzad se détourna, commençant sans s'en rendre compte à faire les cents pas dans la salle du trône.

-Comme vous pouvez le voir, nous avons également eu des ennuis à Erebor. Les orientaux... Je ne suis pas en mesure d'envoyer une armée immédiatement. Si je le faisait, ce serait une armée en mauvais état et sans aucune chance de victoire qui arriverait à Khazad-dùm. Ce ne serait que de nouvelles pertes pour les nains. Des morts inutiles.

Comme s'il avait soudainement pris une décision, le roi stoppa ses aller-retours et se retourna brusquement vers Eberk.

-Mais si jamais il reste des nains vivants dans la mine, nous ne devons pas les abandonner. Les gobelins ont probablement fait des prisonniers, après tout comme ils le disent eux-même, la viande se conserve mieux si elle est vivante...

Karzad réprima un frisson. Des souvenirs de sa captivité chez les gobelins revinrent à sa mémoire. Quand il reporta son attention sur Eberk, une étincelle de colère brillait dans ses yeux.

-Il faut aller les chercher. Mais pas avec une grande force, cela ne servirait à rien, sinon à faire tuer nos frères. Un petit groupe d'une vingtaine de nains devrait suffire. Les gobelins n'installeront pas de sentinelle à l'extérieur, ce n'est pas dans leurs habitudes. Ils se cantonneront aux tréfonds de la mine. Si ce groupe passe par des couloirs inconnus des gobelins pour accéder au territoire contrôlé par les gobelins et à leurs geôles, ils pourront sauver les prisonniers.

Cependant, je ne peux me séparer d'aucun des nains de la garde d'Erebor en ce moment. Ceux qui viendront avec vous seront volontaires et libérés de toute obligation envers Erebor. Faites une annonce dans le hall de la cité. Prenez vingt compagnons avec vous et retournez à Khazad-dùm. Sauvez nos frères enfermés. Assurez-vous d'avoir avec vous quelqu'un qui connait la mine comme sa poche, à moins que vous ne connaissiez vous-même les moindres recoins de Khazad-dùm.

Karzad hocha la tête comme pour confirmer sa décision.

-Nous reprendrons Khazad-dùm, nain. Soyez en sûr. Quand nous auront repris des forces, nous marcherons sur la Moria et nous lui redonneront sa grandeur. Je vous en fait la promesse.

Le roi s'en voulait de ne pas pouvoir faire plus mais il savait qu'une opération militaire de cette envergure avec les moyens dont il disposait était vouée à l'échec.

[MJ off]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Eberk
Régent de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 28
Date d'inscription : 03/11/2008

Feuille de personnage
Race: Nain
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mar 9 Déc 2008 - 18:21

Eberk se figea en voyant la colère dans les yeux du roi. La nouvelle du roi le submergea de joie, la promesse faite à son cousin se réaliserai peut-être, mais avec du mal et beaucoup de souffrances. L'espoir de reprendre la Moria à ses gobelins fit montait en lui une nouvelle chance de victoire des nains après la désolation qui régnait dans la cité de l'Erebor. Ses pensées de savoir que seulement vingts nains seraient près à partir pour la Moria l'ennuyer un peu. Car si peu de nain ne pouvais reprendre la cité, mais l'Erebor devait se reconstruire avec l'aide de tous les nains possibles.
Eberk se releva et pris sa hache entre ses mains qui le démangeaient. Il regarda de nouveau le roi Karzadet lui dit d'une voix plus joyeuse

- Je vous remercie mon seigneur de m'avoir accordé votre temps. Vous avez raison à propos de la cité, nous devons la reconstruire pour la fierté des nains. Pour cela je vais attendre un peu pour vous aider dans votre tâche . Mais dans deux jours, j'irai siéger sur la place de la cité pour trouver les nains qui voudront bien partir avec moi pour la Moria. Nous devons les en empêcher de faire du mal à nos frères.

Eberk voulut sortir de la salle du roi quand il se retourna et demanda de nouveau au roi

- Seigneur voulez-vous venir avec moi sur la place pour demander à nos frères de m'accompagner vers la Moria. Ils vous écouteront certainement. Et j'ai dans l'espoir que bientôt, lorsque la cité sera reconstruite que vous m'envoyiez des troupes fraiches.

Eberk resta près de la porte et attendit une nouvelle réponse de la part de Karzad.


"Place ta confiance dans le fer et la pierre car ils ont toujours été les meilleurs amis des nains"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3436-eberk
Dolan
Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration

Escroc Mythomane / Fondateur Adulé de son équipe d'Administration
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 30
Date d'inscription : 07/05/2005

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Dormegil (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mer 10 Déc 2008 - 18:52

[MJ on]

Karzad réfléchissait à toute vitesse. S'il annonçait à toute la cité ce qui s'était déroulé à Khazad-dùm, Erebor deviendrait vite incontrôlable. Nombre d'habitants de la cité avait de la famille et des amis à Khazad-dùm. Que se passerait-il s'ils apprenaient que la cité avait été attaquée et que l'armée d'Erebor ne bougerait dans un premier temps pas le petit doigt pour reprendre la mine ? Peut-être devait-il faire confiance au raisonnement et au bon sens de ses sujets, mais il doutait encore. Parfois les sentiments peuvent obscurcir le jugement des plus sages.
Mais pire encore, il serait sans doute impossible de limiter le nombre de volontaires pour faire partie de la mission d'Eberk. Chacun voudrait se rendre à Khazad-dùm, pour obtenir des nouvelles de ses proches. Et la plupart ne feraient qu'entraver la progression de la quête.

-Attendez, fit-il précipitamment. Nous allons procéder autrement. Je vais vous fournir des nains de confiance pour vous accompagner, nous ne pouvons laisser cela au hasard des volontaires. J'annoncerais la prise de Khazad-dùm par les gobelins dès demain, lors de mon allocution de l'après-midi. Mais vous serez partis avant. Vous ne pouvez pas attendre deux jours. Sachez que deux jours de retard, ce sont sans doute deux nains de moins dans les geôles gobelines... Nous ne pouvons pas laisser faire cela. Soyez demain matin aux aurores, à l'entrée sud de la cité, prêt à partir. Je m'occupe du reste.

Karzad se dirigea de nouveau vers son trône et se rassit.

-Je compte sur votre silence. Bientôt, tous les nains connaîtrons la vérité, bien entendu, je m'y engage. Mais si tout le monde l'apprenait maintenant, votre mission serait en péril et je ne peux autoriser cela. J'espère que vous comprenez.

Karzad détestait déjà son nouveau métier. Il n'aimait pas les secrets, même s'il savait qu'il n'avait pas d'autre solution. La politique ne l'avait jamais vraiment attiré et il savait maintenant qu'il avait raison. Mais il devait coûte que coûte redonner sa fierté au peuple nain. Et pour cela, il était prêt à tout.

[MJ off]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3640-dolan-ses-differen
Gimli
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 255
Age : 148
Date d'inscription : 10/10/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Possessions:
Statut:

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Jeu 19 Fév 2009 - 23:00

Une énième séance du Conseil des Seigneurs de Guerre venait de s'achever, et la porte de la salle de réunion s'ouvrit avec fracas, laissant apparaître Gimli, visiblement pressé.
On venait effectivement de l'instruire de la situation à Khazad-dûm, dont il semblait que personne, depuis son retour en Erebor, n'avait jugé bon de l'avertir.
La seconde des cités naines, mais première en perfection architecturale, était aux mains des gobelins, et une simple troupe, aux effectifs plus que réduits, y avait été envoyée pour la délivrer du joug des créatures de Sauron ; chose que ne pouvait tolérer Gimli.
Le nain avait insisté pour que cette question soit à l'ordre du jour du Conseil, et était parvenu, après des heures de délibérations, à faire accepter à l'ensemble de ses membres l'idée qu'une intervention militaire de grande envergure était nécessaire. Le plus réticent avait semble-t-il été le roi Karzad, qui avait lui-même commandité l'entreprise périlleuse, dirigée par Eberk, des quelques nains qui s'en étaient allés plusieurs semaine auparavant. Ils n'avaient, depuis, donné aucune nouvelle, ce qui avait poussé le roi à approuver l'initiative de son Chef de Guerre.
Et, dans son excitation, Gimli s'était proposé pour mener lui-même l'expédition qui serait chargée de libérer Khazad-dûm, depuis trop longtemps, à son goût, sous domination gobeline.
Aussi désirait-il que celle-ci soit sur pied le plus rapidement possible, ce qui expliquait son empressement à la sortie de la réunion ; il comptait en effectuer les préparatifs au plus vite, et était parti rassembler ses propres affaires, dans ses quartiers.

Bien que les troupes n'aient été prêtes que deux jours plus tard, l'agitation du nain était palpable à chaque instant, et lui-même fut paré à peine une demi-heure après que la décision d'envoyer des troupes dans les mines occidentales ait été prise.
Son impulsion fut d'ailleurs déterminante. Une telle mobilisation pouvait durer jusqu'à une semaine ; Gimli se rendit dans chaque caserne, inspecta chaque régiment et hâta tout ce qui pouvait l'être, si bien qu'il écourta de moitié le temps requis à l'appel aux armes.
En tant que Seigneur de Guerre, Gimli "disposait" à volonté d'un cinquième de l'armée, et c'est donc avec trois mille soldats qu'il aurait pu partir vers Khazad-dûm. Les négociations avec les autres Seigneurs afin d'obtenir des troupes supplémentaires auraient en effet bien trop allongé les délais de départ, les généraux étant plus que réticents à l'envoi d'une seconde mission dans les mines ancestrales. Pourtant, la population du contingent dépêché par l'Erebor fut bien moindre : seuls cinq cents Naugrims prirent la route, comme les cinq cents hommes du Gondor qui avaient autrefois aidé les nains à reprendre la Montagne Solitaire. En vérité, cette réduction d'effectifs s'apparentait davantage à un choix stratégique qu'à un acte symbolique, ou à une pure folie de la part de Gimli. Car celui-ci, plutôt que d'envoyer une armée massive déloger les gobelins, avait opté pour une alternative certes plus modérée, mais probablement plus efficace. Ainsi, son armée de campagne fut constituée de trois cents fusiliers et de deux cents soldats en armure. Les premiers étaient équipés, contrairement au fantassin quelconque, des nouveaux modèles de fusils à baïonnette-hache, qui leur permettait d'être aussi efficaces à distance qu'au corps-à-corps ; et c'était là un avantage non négligeable dans les mines de Khazad-dûm, dont certaines salles étaient si vastes et si hautes qu'on peinait à en voir les extrémités sans éclairage approprié. Et il était effectivement plus aisé d'abattre un gobelin perché à cinquante mètres au dessus du sol à l'aide d'un fusil, qu'à l'aide d'une hache de lancer.

Ainsi, deux jours plus tard, les nains quittaient leur cité natale. Certains lui accordèrent un dernier regard, vaguement mélancolique, mais qui était aussitôt remplacé par la vigueur insufflée par l'écho lointain des tambours de guerre.
L'armée s'était rassemblée devant la grande Porte, et attendait son général.
Celui-là même qui était à l'origine de sa mobilisation, elle l'attendait pour le voyage.
Gimli, lui, était allé saluer une dernière fois le roi, qui siégeait au fond de la salle de trône. Il était d'ailleurs confortablement installé sur ce même trône, écoutant patiemment les requêtes du jour. Il accueillit avec joie son lieutenant, et tous deux échangèrent quelques mots. Puis, Gimli prit congé de son souverain, et alla rejoindre ses troupes.
L'heure du départ avait sonné, et le nain s'en réjouissait.


Un jour, Chuck Norris a perdu son alliance. Depuis, c'est le bordel en Terre du Milieu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Sam 19 Sep 2009 - 23:50

Après être passé par la taverne et avoir regouté à l'ambiance de la cité sous la Montagne, Thorin décida d'aller à salle du trone demander audiance auprès du roi Karzad. Il quitta donc ses amis qui réstèrent à leur table et il partit dans les long couloir de l'Erebor croisant de nombreux autres nains. Il arriva finalement devant les portes de la salle du trone gardée par deux soldats. Un garde lui ouvrit la porte et Thorin entra dans cette salle immense. Il fut emmerveillé par la beauté du travail qu'avait accompli ses camarades. Il s'avança vers le trone et le roi.

Bonjour Roi sous la Montagne, il s'inclina. Je me présente, je suis Thorin, fils de Thrain et je reviens du Pays de Dun afin de reprendre place sur le trone qui m'est dû suite à la tragique mort de mon père.

Thorin sentit sa gorge se serrer à l'évocation de son défunt père. Il devait à présent reprendre l'héritage que lui avait laissé Thrain c'est à dire le royaume de l'Erebor. De grandes responsabilités l'attendait mais il était préparé pour cela car il avait compri assez tôt sa destiné. Mais pour cela, il fallait que Karzad nommé roi après la mort de Thrain abdique et laisse la place à Thorin.
Revenir en haut Aller en bas
Karzad
Roi d'Erebor / PNJ

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 47
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Jeu 1 Oct 2009 - 15:28

La nouvelle était assez incroyable pour que Karzad y prête attention. Avec toutes les menaces pesant sur sa cité, quelles viennent des Morts, ou plus prosaïquement de ces querelleurs d'Orientaux, le roi naugrim d'Erebor avait fort à faire. D'ailleurs, tout ceux qui le connaissaient depuis longtemps s'accordaient à dire que Karzad avait vieilli. Certes, son esprit était toujours acéré et son bras fort, mais du nain jovial qu'il était, toute trace avait disparu. Il arborait désormais un air grave et sa barbe virait au gris foncé tandis qu'un certain nombre de rides avaient pris place sur son front. Mais quelque part, cela lui avait donné en majesté et tout ceux qui était amené à le rencontrer était saisi d'un immense sentiment de respect, sentiment renforcé lorsque le roi parlait car sa grande intelligence et son dévouement sans borne à son peuple transparaissait dans chacune de ses paroles.

Aussi, ce fut avec toute sa modestie coutumière que Karzad accueillit celui qui se prétendait le fils de Thrain. Pour l'occasion, il ne s'était pas assis sur le trône, symbole du pouvoir, ni n'avait sorti sa couronne de son coffre en or, décoré de mithril, non, Karzad avait tenu à rencontrer Thorin comme tout nain, c'est à dire, comme un frère.

Aussi, après que Thorin ait fait sa présentation, Karzad répondit:

"Bienvenue chez toi Thorin, fils de Thraïn. Puisses-tu trouver la joie et la félicité dans la maison de tes pères."


Frappant dans ses mains, deux jeunes nains apparurent et apportèrent une petite table, deux tabourets et un pichet de bonne bière avec de superbes chopes ouvragées. Karzad et Thorin s'assirent, et le monarque actuel d'Erebor servit lui même la bière tandis que les serviteurs se retiraient dans l'ombre des hauts piliers de la salle.
Une fois les chopes pleines, Karzad et Thorin portèrent un toast aux ancêtres et burent en silence. Pendant ce temps là, pas un instant l'oeil unique du souverain de la cité n'avait quitté l'héritier présomptif de Thraïn, mettant ce dernier dans l'embarras, surtout que le silence s'éternisait. Enfin, Karzad reprit la parole et dit:

"Les temps changent jeune Thorin, et les Valars semblent se jouer de nous. Au moment où nous aurions eu le plus besoin de ta présence, personne ne savait où te chercher, et maintenant que la stabilité revient dans nos coeurs, tu refais surface. Ne vois là nulle jalousie jeune Thorin, mais un simple constat d'un naugrim qui a trop vu couler le sang de son peuple. Pourquoi te présentes-tu maintenant à nous pour réclamer ton héritage?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3744-karzad
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Dim 4 Oct 2009 - 23:03

Un grand nombre d'émotion submergea Thorin. Il était d'abord ému par le chaleureux accueil du roi Karzad. Il avait vécu si longtemps en dehors d'Erebor qu'il en avait oublié son hospitalité. L’attitude du roi plu à Thorin. Il se dit que le royaume sous la montagne était entre de bonnes mains. Il fut ensuite surpris et mal à l'aise car il avait en face de lui un vrai roi. Un nain sage, intelligent, simple et digne de diriger le royaume de la Montagne Solitaire.

Il bu une longue gorgée de bière avant de répondre à Karzad.

"Ecoute Karzad, j'aurai tellement aimer être là le jour où les nains ont récuperé ce royaume. Mais malheuresement lors de mon exile j'ai subi une blessure qui m'a immobilisé pendant une longue période. Je t'épargnerai les détails de ma convalescence. Mais quand j'ai appris la nouvelle qu'un groupe avait été créé pour récuperer la montagne, il a fallut bon nombre de mes camarades pour m'empecher de les rejoindre. J'étais encore faible et je ne pouvais certainement pas faire subir les dégats d'une nouvelle guerre à mon corps. Ce fut un grand déchirement pour le guerrier que je suis. Je peux t'assurer qu'il ne se passe pas un seul jour sans que je regrette de n'avoir pu participer à cette reconquète et aider mes frères au combat.

Il soupira.

"Maintenant l'Erebor est en pleine reconstruction et je suis donc là pour aider mon peuple à se développer et faire que cette cité brille comme elle le faisait dans les temps anciens."


Thorin était surtout revenu pour se faire pardonner son absence pendant la guerre et tout faire pour permettre à l'Erebor de retrouver sa gloire passée.

Il reprit une grosse gorgée de bière et attendit la réponse de Karzad.
Revenir en haut Aller en bas
Karzad
Roi d'Erebor / PNJ

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 47
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Dim 11 Oct 2009 - 18:25

Karzad écouta en silence les dires de Thorin, et bien malin aurait été celui qui aurait deviné les pensées du roi nain. Même le puissant Krell n'avait su le faire, et pourtant, le Dieu roi connaissait les hommes mieux que n'importe qui... Aussi, quand Thorin eut fini, il se sentit bien mal à l'aise face au recueillement de Karzad qui ne dit mot durant de longues minutes. Puis, levant la tête pour fixer son oeil unique sur Thorin, Karzad dit:

"La charge d'une couronne est lourde sur une tête jeune Thorin et il ne se passe pas un jour sans que je me dise pourquoi moi? Et pourtant, je ne lâche pas parce que je sais que quoi qu'il m'en coûte, c'est mon devoir. Quand il a fallu choisir un nouveau chef, c'est vers moi que se sont portés les espoirs de tout un peuple et j'ai du laisser ma tranquillité de côté pour la sécurité de tous. Comprends-tu ce que j'essaye de te dire? L'Erebor n'est pas un simple trône, non, il est bien plus que ça. Tourne ton regard à l'Est, au Sud, à l'Ouest et au Nord, et tu verras ce que représente l'Erebor. C'est une citadelle d'espoir pour tous les nains et gens libres de la Terre du Milieu, c'est un pic de lumière au milieu des ténèbres car le peuple d'Erebor se dresse seul face à la menace du Mal. Au Nord, l'Angmar reconstruit ses armées, au Sud et à l'Est, l'Empire du défunt roi Krell continue à nous menacer et à l'Ouest, la forêt de Mirkwood nous reste inhospitalière tandis que les autres miens naines, qui faisait la fierté de notre race, sont tombées petit à petit dans la désolation, leurs forges éteintes et leurs couloirs infestés de gobelins."

Tout en parlant, le visage en apparence calme de Karzad s'animait tandis que ses mains venaient en appui à ses dires. Même, emporté, il se leva et la grande salle du trône, déjà si sombre en temps normal, devenait plus opaque à mesure que le souverain d'Erebor faisait le constat géostratégique de sa cité. Puis, son argumentaire terminé, il se rassit et regarda à nouveau Thorin:

"L'Erebor a besoin de tous les bras disponibles Thorin et je suis heureux que tu sois parmi nous. Mais ne clame pas que l'Erebor est ton héritage. Cela ne l'est plus depuis le jour où l'Erebor s'est débarrassé seule de Smaug..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3744-karzad
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Dim 1 Nov 2009 - 21:48

Thorin resta un moment a regardé Karzad en silence. Il était impressionné par la préstence du roi et ne savait que dire. Mais après tout il avait peut-être raison, peut-être avait-il loupé l’occasion de marcher dans les pas de son père et que maintenant l’Erebor avait trouvé un roi digne de succéder à Thrain.
Thorin baissa la tête et dit en parlant bas :

« Ecoute Karzad, je reconnais que j’ai loupé l’événement le plus important de la reconquète de l’Erebor et que pour son peuple, tu es plus digne que moi pour prendre la place de mon père."

Il releva la tête et frappa du poing sur la table. Puis il dit en levant la voix

"Mais maintenant que je suis ici, je vois que l'Erebor est toujours en danger et qu'elle ne s'est pas totalement relevée des précédents assauts. Même si le trône ne me reviens pas tout de suite après mon retour, s'il le faut, je ferrai mes preuves en aidant la cité à se rebatir et en la protégeant. Et je jure devant Aüle que je donnerais ma vie pour mon pays, l' Erebor, s'il le faut."
Revenir en haut Aller en bas
Karzad
Roi d'Erebor / PNJ

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 47
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mer 11 Nov 2009 - 12:30

Karzad regarda le jeune Thorin qui revenait. Certes, il ne manquait pas de bravoure ni de toutes les qualités requises, mais Karzad, en cette heure, avait bien du mal à céder cette couronne qu'il avait ramassé alors que tout allait mal. C'était bien lui qui avait su être présent, tandis que le descendant des Ecu-de-Chêne était perdu on ne savait où. Et voila qu'il refaisait surface. De ses pensées de pierre et de sa voix de roc, Karzad reprit.

-Non, non je ne puis te céder le trône maintenant. Vois l'Erebor, vois sa place. Notre patrie n'est pas un objet de marchandage qui revient au plus méritant. Car le sang de notre peuple a coulé mais tu le sais aussi bien que moi.. Tu sais aussi bien que moi que tu reviens au moment où tout semble rentrer dans l'ordre, si on oublie toutes les hordes malféiques qui veulent nous asservir, nous, la dernière puissance libre, le dernier exemple des peuples et des nains libres. Comme je te l'ai précédemment dit, n'y vois pas de la jalousie ou de l'orgueuil blessé, mais vois y un Roi qui s'est sacrifié pour sauver ce qu'il restait de son peuple. Les nains aspirent à la tranquilité et à une hierarchie bien établie. Nous autres nains, ne ressemblons pas aux hommes pour qui la loyauté sert de morale. Nous autres nains, ne pouvons nous permettre de faire bouger nos fondations sans cesse. alors Thorin, oui, tu devras faire tes pruves avant que mon coeur entende ta requête.

Le Roi d'Erebor se leva et se détourna faisant quelques pas. Il était blessé, blessé de voir un si prompt guerrier promettre monts et vaux. Il était blessé car ce n'était pas seulement son corps qui avait été blessé et qui avait souffert durant la reconquête. Et aujourd'hui, cette apparition lui rappellait tous ces terribles moments. Avait-il fait tout cela en vain, pour être seulement remplacé par un nain absent, qui revient après la bataille ? Karzad ferma son oeil puis reporta son attention sur Thorin.

-Les batailles ne sont pas finies, loin de là. J'ai envoyé en mission de fidèles naugrims, qui, s'ils ne sont pas revenus, sont surement en train de promettre et de permettre le renouveau à notre peuple. Alors sois patient et attends Thorin. Quand l'heure sonnera, à toi d'être présent cette fois-ci et de montrer à notre peuple que ton coeur est toujours vaillant et méritant. Tu as perdu ce que tu dis être ton héritage ainsi que la confiance de ton peuple. Sache le reconquérir. Et alors, peut-être et seulement peut-être à ce moment là, tu reprendras ce que tu réclames.

Karzad se rassit à la table, vidant sa chope d'un trait. Quoi que puisse dire Thorin, fils de Thraïn, la décision de Karazad serait prise une fois que Thorin aurait lavé ses fautes dans le sang et l'acier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3744-karzad
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mer 11 Nov 2009 - 19:20

Thorin était furieux. Comment Karzad un simple nain pouvait-il lui manquer autant de respect. Il était de descendance royale. Le sang de Thrain coulait dans ses veines. Il n'avait pas à faire ses preuves. Il se leva et cria :

"Pour qui te prends tu Karzad, tu n'es qu'un simple..."

Thorin se ravisa. Il repensait à tout ce que lui avait apprit ses ainés. Les nains sont des personnes courageuses et fieres. Il se calma et se rassi. Ce que disait Karzad n'était pas faux après tout. Il n'avait encore prouvé sa valeur et n'avait encore rien fait pour son peuple. Il reprit une pinte de bière et réfléchit un moment à ce que venait de lui dire Karzad. Thorin ravala sa fierté et dit :

"Je te comprends Karzad. Tu as acqui le trône après de durs sacrifices et moi je n'ai encore rien fait et je te réclame ta place." Il hésita puis reprit : "Je suis prés à te prouver que je suis digne de prendre la couronne de l'Erebor. J'aiderai mes frères partis en mission et je redorerai le blason de notre peuple."

Il serra ses poing et sourit. Sa fierté royale n'était pas morte. Il dit sur un ton de défi :

"Karzad, roi sous la montagne, confit moi une mission. Envoi-moi en territoire ennemi ou envoi-moi reconquérir nos places fortes. Je te prouverais que je suis digne de te reprendre cette couronne et ce trône... A moins que tu ais peur que notre peuple apprenne que je suis plus apte que toi à les diriger et les aider."

Thorin éspérai avoir touché Karzad dans sa fierté. Après cela, il était obligé de le laisser prouver qu'il était le digne successeur de son regrété père Thrain.
Revenir en haut Aller en bas
Karzad
Roi d'Erebor / PNJ

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 47
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mer 11 Nov 2009 - 20:30

Karzad, qui était resté calme jusqu'a là perdit son sang froid. Son unique oeil se fit plus froid, plus lucide. Comment osait un simple nain parler à un descendant royal ? C'était bien ça la phrase qui brûlait Thorin. C'en était trop pour Karzad qui se leva brutalement sans attendre la fin du discours de Thorin, qui ne vient pas car il avait déjà fini de parler. Le Roi sous la montagne se retourna, piqué au vif.

-Comment j'ose te traiter de la sorte ? Tu parles comme un fils de Krell ! Ton coeur est il si perverti par l'appat du gain ? Penses-tu que je suis en train de m'amuser ? Erebor n'est pas une course ou un championnat qui reviendra à celui qui a le plus de médailles. Comment oses-tu parler comme cela? Tout fils légitime que tu sois, tu n'en étais pas moins absent ! Et toi, comment oses-tu être absent lorsque ton peuple a besoin de toi ? Comment oses-tu revenir ici et proclamer que l'Erebor est ton héritage ? Comment oses-tu ?!

Karzad se détourna de nouveau pour se calmer. Il fulminait par tant d'insolence et d'orgueuil. Toutefois, il décida de faire un véritable effort pour se contrôler. Les nains étaient ils devenus des simples imitations des hommes qui se fachent et frappent pour des querelles de pouvoir ? Non. Et Karzad n'était pas plus légitime que Thorin. Mais lui, avait été là. Confier une mission à Thorin ? Oui, cela n'était plus qu'une question d'heure. Mais dans la tête de Karzad se bousculaient trop de prévisions. Eberk n'était toujours pas rentré, avec ou sans bonnes nouvelles et il ne pouvait se permettre de frapper l'Orient à l'aveuglette sans être certain de l'appui des Rohirrims. Si ces derniers répondaient à l'appel, Karzad libererait la rage des nains qui feraient une percée mémorable dans les troupes orientales.

-Thorin, ne crois pas que je te considère plus faible ou moins grand que moi. Je te demande donc de prendre ton mal en patience avec moi. Car les ténèbres nous guettent une nouvelle fois. Bien que nous ayons réussi à nous défendre, nous ne sommes pas encore debouts. Si mon entreprise réussit, tu auras tout le loisir de conduire nos fiers naugrims à la bataille et alors, tu seras toi même proclamé roi par le peuple, sans que j'aie à esquisser un geste. Alors patiente avec moi mon ami et affutons nos haches car il se pourrait que la vengeance nous
vienne sur le bruits des sabots de mille cavaliers du tonnerre.


Et comme toute déclaration de cette teneur naine, Karzad commanda une nouvelle chope de bière qu'on s'empressa de lui amener. Après avoir fini cette dernière, il fit signe à Thorin de le suivre. Le roi et l'héritier avancèrent dans un dédale de couloir jusqu'a arriver devant une statue de pierre de Thrain. Karzad vit que Thorin, malgré lui , bombait le torse.

-Tu vois mon ami, que tous tes trésors et ton héritage ne se résument pas à une simple couronne. Sois fidèle au sang qui coule dans tes veines et comporte toi en nain émérite. Bientôt, tu auras l'occasion de sauver et relever notre peuple dans toute sa totalité. En attendant, repose toi, de grandes choses nous attendent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3744-karzad
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mar 24 Nov 2009 - 23:48

Thorin restait pensif devant la statut de son père. Même si ce n'était qu'une représentation de pierre, il voyait la fierté avec laquelle son père était représenté et il sentait l'aura réconfortante de celui qui lui avait tout apprit. Thorin comprit alors qu'il était encore loin d'être un roi digne de succeder à Thrain et Karzad.

Tu as raison Karzad, je ménerai mes frères au combat et j'obtiendrai la notoriété necessaire à mon intronisation avec la victoire sur le champ de bataille. Il soupira et marqua un temps d'arret. Le chemin est encore long avant que je ne puisse prétendre à la couronne de l'Erebor. Mais je prendrai mon mal en patience et attendrai le bon moment.

Thorin comprit alors que Karzad était un nain bon et sage. Il l'avait accueillit alors que Thorin était venu pour lui prendre ce qui lui était surement le plus cher, son trône. Et pourtant le roi ne l'avait pas rejeté, au contraire il lui avait proposé une solution qui permettait à Thorin de prendre sa place. Il le respectait, même plus, il l'admirait.

Ecoute Karzad, je suis vraiment content qu'on est eu cette discussion. Je vais maintenant retourner voir mes amis à la taverne. Mais ne t'inquiete, cette fois ci, je serai là quand mes frères auront besoin de moi.

Il salua le roi et repartit en direction de la taverne. Il était maintenant impatient de prouver à son peuple se dont il était capable.
Revenir en haut Aller en bas
Karzad
Roi d'Erebor / PNJ

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 47
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Lun 30 Nov 2009 - 18:43

Karzad regarda Thorin s’éloigner. Au moment où il allait passer sous les immenses portes de la salle, il l’interpella.

-Thorin ! Tu disais vouloir prouver ta valeur. Tu la prouveras sur le champ de bataille, j’en suis certain. Mais en attendant ce jour, permet moi de te demander un service. Un service que nous devons rendre aux nains d’Erebor… Comme tu ne l’ignores probablement pas, nous sommes entourés d’ennemis. Les orientaux nous ont coupé de nos potentiels alliés en construisant cette fichue muraille. Mais j’ai eu des rapports faisant état d’habitants de Dale luttant encore pour leur liberté, refusant le joug des hommes de l’est. Nous pouvons leur apporter notre aide en échange de la leur… En effet, nous allons bientôt avoir besoin de nourriture fraîche. Nos stocks sont importants, mais ils ne seront pas éternels.
Nous possédons une connaissance avancée en matière d’explosifs. Je suis prêt à fournir à ces hommes de quoi mettre un peu de pagaille chez les orientaux en échange de nourriture et de la promesse de nous venir en aide le jour où nous serons en mesure de renvoyer en orient ces diables ! J’aimerais que tu conduises ces négociations en mon nom.
Qu’en dis-tu ?


Le roi d’Erebor éprouvait une réelle sympathie pour ce jeune nain encore impétueux et irréfléchi mais dont la fierté n’avait d’égal que la foi dans le peuple naugrim. C’est avec un sourire à la fois moqueur et bienveillant qu’il le regardait. Il connaissait d’avance la réponse à sa question.

-Prend contact avec les nains Dorïn et Dwarlïn. Ils sauront t’orienter dans la bonne direction. A cette heure là, je pense que tu pourras les trouver à la Taverne du Tonnerre de Bière… Tu les reconnaîtras facilement je pense, vêtus d’une cape rouge, toujours fourrés ensembles, parlant haut et fort, buvant plus que de raison et tenant l’alcool mieux que n’importe quel nain, ce qui n’est pas peu dire ! Mais je préfère t’avertir, ils ne faut surtout pas se fier à la première impression qu’ils donnent…


Le roi Karzad s’autorisa un petit rire. Cela faisait une éternité qu’il n’avait pas ri. Le poids de la couronne était bien lourd et la situation générale plutôt catastrophique, mais cette conversation avec le fils de son roi et ami décédé lui redonnait l’espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3744-karzad
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Lun 30 Nov 2009 - 22:57

Thorin s'arreta et écouta attentivement ce que lui disait Karzad. Il se retourna et sourit. Il allait enfin pouvoir aider les siens et parler au nom de l'Erebor.

"Bien Karzad, je te rendrai ce service avec plaisir. Je pourrai ainsi voir les dégats causés par les orientaux, ma colère sur le champ de bataille n'en serra que plus grande. Je me rends desuite à la taverne retrouver Dorïn et Dwarlïn."

Son regard s'arreta sur la statut de son père. Il regarda ses yeux empli de fierté et de courage.

"Tu peux compter sur moi, cette mission sera accomplie avec brio et les hommes de Dale auront de quoi se défendre."

Sur ce, Thorin se retourna et parti en direction de la Taverne.

[suite à la taverne du tonnerre de bière]
Revenir en haut Aller en bas
La Main Noire
Prophétesse Késilisteavatar

Nombre de messages : 1206
Age : 317
Date d'inscription : 15/09/2006

Feuille de personnage
Race: Naine bien sûr !!
Possessions: Des problèmes d'argent, la foi et un livre religieux format poche
Statut: Personnage décédé(e)
MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Jeu 24 Déc 2009 - 19:34


Les portes se refermèrent dans un vacarme encore plus assourdissant. Les derniers rayons de lumière vinrent mourir dans les profondeurs de la mine. Cette ambiance caverneuse frappa d'autant plus l'esprit des Nains, pourtant habitués, qu'ils venaient de passer les dernières semaines dans l'étendue des plaines du Rohan ou sous les frondaisons des forêts. Ce contraste saisissant les médusa d'autant plus.

Mais le message important qu'ils portaient les fit rapidement redescendre sur Terre. Ils devaient prévenir le roi dès maintenant. Leur périple avait durée bien au-delà de leur prévision, et même si cela était sans conséquences en apparence (l'Erebor trônait toujours fièrement à l'horizon comme un défi au monde et à l'Orient), mais à l'intérieur, le Mont Solitaire avait bien changé. La cité ne ressemblait plus à ce qu'ils avaient en souvenir. L'angoisse transpirait sur les murs, l'inquiétude d'une attaque finale et brutale de l'Est était dans tous les esprits. La peur se lisait sur tous les visages, auparavant sereins, des habitants. L'ambiance était tendue, à son paroxysme. Rien à voir avec la joie d'antan, lorsque les Nains et leurs alliés avaient boutés les chiens de l'Est hors de la Montagne.

Borgir prit les devants et marcha en tête du petit groupe. Sans se retourner il s'adressa à ses deux compagnons, Eberk et Koo.



- Dépêchons-nous, nous n'avons pas une minute à perdre.


Les trois nains gravirent les nombreuses marches, parcoururent les sinueux dédales de la mine jusqu'à la salle du roi.
A leur départ, deux gardes fièrement armés surveillaient la porte, pour des raisons avant tout protocolaires. Là, il n'en restait qu'un et il n'était plus la pour décorer. Ses armes étaient sorties et il se tenait sur le qui-vive. En éveille au moindre mouvement suspect ou la moindre approche. Il se montra bien plus suspicieux qu'avant. Si la garde n'avait pas été renforcée il n'en demeurait pas moins alerte. Probablement que l'agitation grandissante de la mine avait fait renaître des sentiments conspirationnistes au sein des frères Naugrims. Karzad, malgré sa grande popularité, n'était pas aimé de tout le monde. Et la situation grave dans laquelle se trouvait le Mont Solitaire n'allait pas en arrangeant les choses.

Lorsque les compagnons approchèrent de l'entrée de la salle royale, la sentinelle se dressa d'un bond, pointant sa lance dans leur direction.



- Halte ! Que venez-vous faire ici ? Le roi n'attend pas de visite, déguerpissez !


- Du calme Gramlin ! La peur obscurcit-elle tant ton regard que tu ne reconnais plus ton ancien compagnon d'arme ?



Le garde abaissa lentement sa lance, sans pour autant les lâcher du regard. Il avait manifestement reconnu Borgir mais ses ordres étaient formels.
Le trouble en Erebor était tel que les attaques les plus basses et les plus violentes pouvaient provenir de n'importe qui, même des hommes les plus fidèles.



- Je te vois Borgir, mais j'ai pour ordre de ne pas déranger le roi. Il n'accepte aucune visite jusqu'à nouvel ordre ! Vous avez une autorisation ?
Borgir, si tu veux le voir, il me faut une preuve de ta fidélité, as-tu la moindre autorisation ?


- Non Gramlin, je n'en ai pas. Nous avons été envoyés par le roi lui-même en Rohan, nous devons lui faire part d'un message de la part du Régent d'Edoras, c'est de la plus haute importance. Il en va de l'avenir de notre Peuple.

Laisse nous passer, mon ami, ce message pourra peut-être faire pencher l'issue de la guerre en notre faveur. Allez ouvre-nous !



La sentinelle rangea son arme, la tension retomba, mais c'était là le signe évident que l'Erebor était en train de vivre des heures sombres. Les trois nains n'avaient aucune idée de ce qu'il s'était passé durant leur absence, pendant qu'ils voyageaient, qu'ils découvraient Edoras ou festoyaient au palais de Méduseld, mais la situation était plus que préoccupante. Quelque chose couvait en ces murs, quelque chose grondait et ne semblait qu'attendre le bon moment pour exploser.

Alors que la porte de la salle du trône s'ouvrit en un léger grincement, Gramlin leur adressa une dernière parole.



- Sachez que je reste ici et qu'en cas d'alerte, les anciennes amitiés ne tiendront plus.



Koo, Eberk et Borgir à leur tête se dirigèrent vers le trône. La pièce était plongée dans une obscurité que même des yeux de nains avaient du mal à percer. Le roi était assis sur son siège, perdu dans ses pensées. Il avait probablement reçu quelque visite troublante. Les chaises étaient déplacées et deux pintes vides reposaient sur la table.


Dans ce silence glacial, Borgir se risqua à avancer et à entamer la discussion. Le roi semblait songeur, les deux autres nains étaient très impressionnés car ils ne l'avaient jamais vu comme cela jusqu'à maintenant. Seul Borgir était assez vieux pour avoir connu Karzad dans des moments pareils. Il était le seul à pouvoir le sortir de sa perplexité. Le roi ne les avait pas encore remarqués lorsque Borgir ouvrit la bouche.



- Sire, nous revenons du Rohan, comme vous nous l'avez ordonné.


Avant de poursuivre, il s'arrêta, afin de voir s'il avait réussi à capter l'attention du roi et pour voir sa réaction face à cette visite imprévue et très retardée. D'autant plus que non seulement les nouvelles n'étaient pas bonnes, comme si l'Erebor n'était pas tombé assez bas, mais en plus, Borgir avait gardé pour lui le but de sa venue ici.

Ce garde du corps avait remplit sa mission, il avait bien escorté la jeune naine et Eberk en Rohan et étaient tous revenus sains et saufs. Mais à Edoras, la donne avait changé.


Spoiler:
 


Koori Vījjāyāteshvārā, Kesiliste convertie.
Go Go Kirby Dance Machine ! <('-'< ) ^( '-' )^ v(._.)v (>'-')>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eberk
Régent de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 28
Date d'inscription : 03/11/2008

Feuille de personnage
Race: Nain
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   Mer 20 Jan 2010 - 17:19

Eberk restait plongé dans ses pensées, comment aller réagir le roi Karzad en apprenant les mauvaises nouvelles en provenance du Rohan. Personne ne savait comment aller réagir le roi, sans doute la consternation, prendra le pas sur la colère. Où son courroux fera trembler les parois même des montagnes, faisant tomber les fondations du royaume.
Eberk passa sa large main, dans sa barbe rousse, enfin un peu noiraude, avec la poussière du voyage. Il lui faudrait sans doute un bon mois de lavage, avant de retrouver sa splendeur. Ses yeux brillaient d'un éclat nouveau en voyant le roi se lever de son trône, accompagné d'un nain étrange. Le Prospecteur, le dévisagea du regard.

"Comment un nain de cette allure et de faible renommé, peut se joindre au roi et pénétrer dans la salle du trône" pensa Eberk.

Maintenant il fallait passer au moment de vérité, avouer la stupidité des fils d'Eorl et la peur de voir leur pays tombé eux aussi. Eberk farfouilla dans son sac, en sorti une pipe et une petite sacoche d'herbe. Il la bourra, prenant son briquet dans le petit sac. Un objet illumina son visage. Une bague ayant appartenu à son défunt cousin. A ce moment à l'approche du roi, les flash des anciennes missions d'Eberk lui revinrent en mémoire. Le tourbillon des atrocités et des horreurs de la guerre, lui tordait les entrailles. Soudain tout s'arrêta, le Prospecteur se calma. Posant une main sur l'épaule de sa jeune ami, il lui marmonna à l'oreille.

-Parlait au roi tous les deux, je dois aller dormir. Je rencontrerais le roi demain.

Un sourire se dessina sur le visage du naugrim, ses yeux se plissèrent. De nouveaux flash le pertubèrent, pendant qu'il quitté la pièce sous le regard de Borgir. Il venait enfin de prendre une décision importante pour lui et pour le royaume tout entier.


"Place ta confiance dans le fer et la pierre car ils ont toujours été les meilleurs amis des nains"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3436-eberk
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la salle du trône   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la salle du trône
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lidia Faith Columbus - J'suis le genre de personne qui va s'enfermer dans la salle de bain, qui va pleurer toutes les larmes de son corps, et en ressortir comme si rien n'était.
» [EVENT] Salle du trône - Groupe 3
» Dans la salle de détente.
» [RP] La salle de classe
» strip poker dans une salle vide [PV Cassandra et Jun]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes nains (uniquement RP) :: Royaume d'Erebor :: Cité d'Erebor-
Sauter vers: