Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Dans la vallée d'Imladris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gandalf le Blanc
Istar

avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 26
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Dans la vallée d'Imladris   Sam 21 Fév 2009 - 14:31

Descriptif

Autrefois le nom que les Eldar donnèrent à la vallée verdoyante où s'écoulait la rivière Sonoronne (ou rivière Bruinen), Imladris était désormais le nom porté par le refuge des Elfes à l'ouest des Monts Brumeux et à l'est de la Grande Mer. C'était un havre de paix gardé par celui qui l'avait fondé, Elrond Peredhil le Semi-Elfe. Il le voulut refuge pour toutes les personnes cherchant repos et paix, et pour ceux qui fuyaient l'ombre maléfique de l'Angband loin au Nord ou de l'Angmar bien plus proche et toujours au Nord, ou encore du Mordor au Sud. Dunedain, Elfes et même Hobbits, Elrond fit d'Imladris un refuge pour tous parfaitement isolé... Protégé à l’ouest par le Gué de Bruinen et à l’est par les Monts Brumeux, il était nécessaire d'avoir une connaissance parfaite des sentiers pour espérer y accéder enfin...

Qu'on aimât la nourriture, le sommeil, le travail, la narration d'histoires, le chant, ou que l'on préférât simplement rester assis à penser, ou encore un agréable mélange de tout cela, Imladris offrait à ses habitants la paix. La cité d’Elrond était également un lieu de savoir où étaient renfermés de nombreux récits, ainsi que l’histoire de la Terre du Milieu.

Imladris signifiait en sindarin « combe fendue », et on surnommait également la cité Rivendell ou Fondcombe.

Quelques images :




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
Gandalf le Blanc
Istar

avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 26
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   Sam 21 Fév 2009 - 16:51

Bien que les Monts Brumeux rendaient impossible l'accès à la vallée d'Imladris par l'est, il existait une voie d'accès à travers les montagnes. Elle n'était connue de seuls ceux qui avaient déjà pu pénétrer une fois dans la vallée et qui avaient gagné la confiance d'Elrond, et alors celui-ci leur révélait cet accès caché et insoupçonné. Gandalf était de l'un d'eux et venant du Sud depuis les plaines du Lamedon (en contrebas des Montagnes Blanches), les Monts Brumeux étaient la voie la plus proche à prendre pour lui s'il voulait se rendre à Fondcombe, et c'était bien là son intention.

Le Magicien pensait que les conseils du Semi-Elfe lui seraient d'une grande aide, car la sagesse d'Elrond était immense et les limites de son savoir étaient sans cesse repoussées. Il était du petit nombre des Enfants d'Iluvatar à qui Gandalf demandait conseil, au même titre que la Dame de Lothlorien ou que le Seigneur de Gondolin, bien que le Magicien ne l'ait plus revu depuis... depuis que la Compagnie Blanche s'était dissoute. Et il était bien peiné d'ignorer ce qu'il était advenu de chacun, ayant fait route à part une fois qu'il eût été décidé que tous se sépareraient. Une infime partie des raisons qui l'avait amené à faire route vers Imladris était qu'il espérait y retrouver certains de ses compagnons... La cité d'Elrond était un refuge idéal et lui-même, Gandalf, s'y serait rendu s'il n'avait pas croisé la route d'un autre semi-elfe errant tout comme lui : Eldarion...

Le Magicien Blanc avait aidé durant un temps les résistants au règne d'Herunumen tandis qu'Eldarion en avait pris la tête, mais les choses s'emballèrent lorsqu'Eldarion puis lui-même croisèrent la route d'un Elfe répondant au nom d'Ayaral. Celui-ci avait réveillé en eux le sens du devoir et des responsabilités, et en cet instant Gandalf l'en remerciait vivement. Bien qu'Eldarion ait choisi l'exil devant le retour sur le trône de son père, Aragorn, le Magicien Blanc avait lui été soulagé d'apprendre que le Dunedain était bien en vie et bien au fait des responsabilités de sa charge. Le vieillard n'avait pas pour autant jugé indispensable pour le moment de voir son ami et ancien compagnon de quête, préférant prendre la route jusqu'à la Demeure d'Elrond.

Ainsi, Gripoil le menait de son pas céleste, semblant avaler la distance à mesure qu'il avançait, sur les chemins cachés des Monts Brumeux. Il n'était pas rare, autrefois, d'y croiser des Elfes car ceux-ci savaient pertinemment que seuls des amis de leur peuple connaissaient ce chemin. En ces jours, pourtant, nul n'était plus sûr de ne pas faire une mauvaise rencontre. Si les forces gobelines ou autres immondes créatures n'avaient toujours pas eu connaissance de cette voie d'accès, les Morts étaient particulièrement fouineurs et s'aventuraient pourtant, n'ayant après tout rien à perdre... La magie de Gandalf le protégeait durant ses voyages mais il ne pouvait en être dit autant des Elfes de Fondcombe. Les pouvoirs d'Elrond n'étaient suffisants que pour couvrir la cité en elle-même et pas ses environs ni ses voies d'accès, aussi personne ne s'y aventurait. Le vieillard et sa monture firent donc route seuls jusqu'à apercevoir enfin les demeures de la cité de Fondcombe...

" Lye naa rato eller, Gripoil. "
(" Nous y sommes presque, Gripoil. ")

Le cheval blatéra, visiblement réjoui à l'idée de goûter aux verts pâturages de la vallée. Il força même un peu plus l'allure, à la surprise de son cavalier. Gripoil était bel et bien un Mearas et le Seigneur des chevaux, foncièrement libre et d'une véritable personnalité qui forçait un respect immense de la part de Gandalf. Le vieillard était lui-même enjoué, un sourire aux lèvres, à la vision de la beauté de Fondcombe... Voilà longtemps qu'il n'y avait pas fait destination et tout son être lui rappelait comme il avait oublié les splendeurs de la vallée. Une voix le ramena soudain à la réalité, une voix qui lui était connue et qu'il se réjouit d'entendre à nouveau.

" Amin faithe ten'llie a'tul, Olorin. "
(" Je vous attendais, Olorin. ")

" Ta nae luumean caele na essa ve'tanya... heru Elrond... "
(" Cela fait longtemps qu'on ne m'avait pas appelé ainsi... Seigneur Elrond... ")

Le Magicien, descendu de sa monture, s'inclina devant l'Eldar au visage si particulier... Ne révélant ni vieillesse ni jeunesse, le visage d'Elrond était empreint de sagesse et de sévérité. C'était un être bon ayant traversé maintes et maintes choses... Il ne put accepter la révérence respectueuse de Gandalf et le voir ainsi incliné devant lui.

" Tula, Gandalf, naa de. "
(" Allons, Gandalf, relevez-vous. ")

Le vieillard s'exécuta et releva la tête, contemplant à nouveau à la fois le visage d'Elrond et la beauté d'Imladris derrière son Seigneur. Pourtant, le Semi-Elfe semblait en proie à un tourment que Gandalf ne pouvait encore déterminer... Pour l'instant, ils prirent tous trois ensemble un court chemin qui parvenait jusqu'à l'intérieur-même de la cité puisqu'ils la surplombaient alors encore. Les Eldar qui croisèrent leur route ou qui purent les apercevoir, de loin comme de près, eurent la mine réjouie et le coeur apaisé, émus de voir ces deux êtres converser, tels de vieux amis, et le Mearas Gripoil les accompagnant, sa belle crinière et son pelage argentés le confondant avec une véritable source de lumière bienfaitrice...

" Llie tuula Hyallondië. Llie men core sinome, mankoi ? "
(" Vous faites route depuis le Gondor. Votre chemin vous a mené ici, pourquoi ? ")

" A'utu bethoo... A'sint mani a'um ar' a'nyar... I'nwalka tel'erea ar' i'merka tel'n'at aute amin vanwa... "
(" Pour trouver des réponses... Pour savoir ce qu'il me faut faire et ce qu'il me faut dire... La cruauté des uns et la folie des autres m'ont dépassé... ")

Les sourcils d'Elrond se froncèrent et son visage s'endurcit plus qu'il ne l'était déjà d'habitude. Les compagnons de route parvenaient à un jardin et tandis qu'Elrond et Gandalf se dirigèrent vers les balcons, leur offrant une des plus superbes vues d'Arda, le Seigneur des chevaux Gripoil comprit parfaitement quelle était sa place dans cette conversation et s'écarta pour goûter à l'herbe de Fondcombe prévue pour son repas... Un tel invité méritait les meilleurs mets que l'on pouvait lui offrir... Le Seigneur d'Imladris s'exprima alors en langue commune :

" Gandalf. Les heures sont plus sombres qu'elles ne l'avaient déjà été et vous ne pouvez vous morfondre. Qu'importe le prix de vos actes, leurs conséquences, et les retombées de vos paroles. Vous savez déjà ce qui vous incombe, n'est-ce pas ? Votre devoir... Depuis qu'il m'a été offert de vous connaître, Olorin, jamais vous n'avez ignoré ce qu'il vous incombait d'accomplir. "

Les paroles d'Elrond étaient aussi dures qu'elles étaient vraies. Gandalf n'ignorait rien des tâches qu'il lui faudrait accomplir, et en vérité son travail avait déjà commencé... Le Semi-Elfe, devant le silence du Magicien, se permit alors enfin de révéler la nature des tourments qui l'accablaient.

" Vous n'êtes pas sans savoir que les Naugrim de Khazad-Dûm sont en danger, Gandalf, n'est-ce pas ? C'est là toute la raison de votre venue ici, dans la vallée d'Imladris, et c'est là la raison et le but de notre conversation. Je le sais. Voilà pourquoi j'attendais votre arrivée. "

Gandalf aurait pu ou dû paraître surpris, mais il ne l'était pas, car encore une fois les mots d'Elrond étaient l'expression de la vérité. Ce dernier estimait qu'il n'y avait pas un seul instant à perdre et continua à parler en même temps qu'ils reprirent tous deux la marche.

" Les gobelins ont envahi les mines et de très nombreuses batailles furent livrées dans l'obscurité grandissante du royaume des Naugrim. Beaucoup sont morts, tous avec la même hardiesse au combat que nous leur connaissons, mais les gobelins sont parvenus à vaincre leur ennemi. Gandalf, vous devez vous rendre à Khazad-Dûm et rétablir la paix au royaume. Les gobelins n'auront de cesse de traquer jusqu'au dernier des Naugrim respirant dans les mines, puis ils y en sortiront et où dirigeront-ils leur haine, Gandalf ? Sur l'Eregion, et lorsqu'ils parviendront jusqu'à la vallée d'Imladris, mon peuple n'aura pas la force nécessaire de les repousser. Nous sommes affaiblis et acculés par la menace des spectres errants, nous ne supporterons pas une invasion des gobelins. "

La nature des tourments accablant l'esprit d'Elrond étaient désormais on-ne-peut-plus claire pour Gandalf qui, de plus, saisissait parfaitement l'urgence de la situation. Le Magicien Blanc avait fait son choix, et cela avant même d'avoir parlé avec le Seigneur d'Imladris...

" Ainsi je vais à Khazad-Dûm, Seigneur Elrond, et j'aiderai les Nains à chasser les gobelins de leur royaume. "

" Des vivres sont déjà prêts. Prenez la route dès cet instant. "

Gandalf acquiesça et vit Gripoil arriver subitement. Le Mearas savait déjà qu'ils allaient tous deux repartir sans même que son cavalier ne le lui dise... Les yeux du Seigneur des chevaux capturèrent un instant le regard d'Elrond et tous deux se dirent des mots que même le Magicien ne pouvait entendre. Gripoil hennit et un sourire s'esquissa enfin sur les lèvres du Seigneur d'Imladris...

" Llie aran'koromindo nauva varna, heru Elrond. "
(" Votre royaume restera sauf, Seigneur Elrond. ")

" Amin sinta ta. "
(" Je le sais. ")

Une fois monté sur Gripoil, qui n'acceptait et n'accepterait jamais ni selle ni harnais, et pris avec lui les vivres promis par Elrond, Gandalf n'eut pas à indiquer la destination à prendre que sa monture y faisait déjà face. Le Seigneur d'Imladris la lui avait peut-être indiqué alors que tous deux se parlaient d'esprit à esprit... Malgré la peine que cela créa dans le coeur des habitants de Fondcombe de voir le Magicien Blanc déjà repartir, tous savaient qu'il avait fort à faire et se réjouissait d'avoir eu l'occasion de l'apercevoir...


[hrp : et hop, suite aux voyages pour ce bon vieux Gandalf^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   Mer 30 Nov 2011 - 19:45

Après quelques jours à travers l'Eregion, Zarielle, Hurin, Reimgall, quelques naugrims et Hanzok parvinrent dans la vallée d'Imladris. Le soleil d'automne faisait luire les arbres de teintes flamboyantes. Et quand le vent passait dans les hautes ramures, c'était comme des vagues sanguines ondulant sur la masse arboricole. Les feuillages, jaunes et empourprés, jetaient leur feu sauvage, flammèches végétales qui parfois se décrochaient et venaient tapisser les chemins de traverses et les sols mousseux.

L'atmosphère était fraiche, et du fond de la vallée, une fine vapeur était brassée dans l'air et s'élevait doucement, portant sa délicate sensation sur les visages des voyageurs. Elle émanait du Bruinen qui tombait en cascade le long de parois rocheuses jusqu'au fond des gorges d'Imladris. Les sapins, poussant sur les hauteurs et les places les plus abruptes, faisaient flotter un arôme de résine sucrée qui semblait imprégner tout l'espace au creux des montagnes.


Les voyageurs étaient exténués mais touchaient au but. Grâce à la présence de Zarielle, des deux elfes et de Hurin, le groupe avait pu passer les barrages de sentinelles sans encombres. On avait seulement demandé au naugrim de déposer leurs armes qui n'avait pas d'utilité en ces lieux de paix. Il les avait donc déposé dans un poste frontière. Cela avait de plus été l'occasion pour les nains d'enterré leur frère tombé au combat.
Hanzok n'avait pas eu le temps de remercier Zarielle pour son geste, trop prit par l'émotion du moment et ne sachant comment s'y prendre. A présent que sa peine commençait à s'estomper et que la beauté du lieu chassait sa tristesses des précédentes journées, il décida de remercier l'elfe et se porta à son niveau.


"Je ne vous ai pas gratifié pour votre geste. Mais il est d'une grande noblesse et prouve votre beauté de cœur. Sachez qu'un nain n'oublie jamais un service rendu. Nous vous serrons donc éternellement reconnaissant de pareil attitude..."


Il s'inclina pour appuyer ses dires. Ses yeux brillaient et on sentait dans sa vois une pointe d'émotion. Il s'adressa alors à tous.

"Quand nous serons à Foncombe, je devrais rencontrer Celebrimbor. Il dirige le Gwaith-i-Mírdain, la guilde des forgerons Noldors installés en Eregion. Je dois m'entretenir avec lui de quelques affaires importantes. Je pense demeurer une semaine, peut être un peu plus, dans Foncombe même. Mais à mon retour, j'espère que certains d'entre vous m'accompagneront?"


Il avait cessé sa marche, afin que tous aient le temps de se mettre d'accord et pour rendre cette conversation moins confuse. Sa question s'adressait d'avantage aux elfes et à Hurin, car parmi les naugrim, tous retourneraient à Khazad Dûm, quoi qu'il advienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Zarielle
Carto'noob

avatar

Nombre de messages : 272
Age : 795
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Race: Elfe
Possessions: Épée et arc rohirrims
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   Jeu 1 Déc 2011 - 10:57


Imladris, enfin.. Zarielle laissait vagabonder son regard sur le paysage depuis que le petit groupe avait pénétré dans la vallée abritant la demeure d'Elrond. La gorge encaissée renfermant les flots bouillonants de la Bruinen offrait un spectacle éblouissant que le pâle soleil d'automne se chargeait de magnifier, rendant justice à la beauté du lieu. Cette vision était d'autant plus appréciable quand l'on songeait à toutes les épreuves qu'ils avaient endurées pour la contempler.

Le groupe avait franchit les frontières de l'Eregion quelques jours auparavant, s'assurant une relative sécurité. Même s'ils étaient encore proches des montagnes et donc à la portée d'une éventuelle attaque gobeline, Zarielle avait senti une bonne partie de la tension qui l'habitait s'envoler. Peut-être était-ce le fait de se retrouver - d'une certaine facon - à la maison, elle qui avait passé de longues années d'études dans les bibliothèques d'Imladris.

Les soldats chargés de la surveillance des frontières s'étaient rapidement manifestés aux nouveaux arrivants, demandant aux naugrims de déposer leurs armes tout en leur assurant qu'ils pourraient les récupérer au retour. Une première halte où des soins plus conséquents avaient enfin pu être prodigués aux blessés, la compagnie n'étant plus pressée par l'ennemi. Zarielle s'était donc ainsi un instant écartée du groupe avec une autre elfe qui s'était chargée de panser ses blessures et d'appliquer une crème brunâtre sur son flanc pour calmer la douleur de ses côtes fêlées. On lui assura également qu'après quelques jours de repos elle serait à nouveau en pleine forme, les elfes guérissants plus rapidement que les autres races.

Malgré ces nouvelles réjouissantes, les hommages à Kazador et le soldat de l'Eregion tombé avaient été pénibles, dire adieu à des amis n'étant jamais facile. Zarielle avait de la peine à imaginer la perte que représentait le naugrim pour l'archiforgeron Hanzok, des mots ne suffisant pas pour décrire la tristesse qui se lisait dans son regard. Malgré tout il restait fier et droit, comme tous les fils d'Aulë présents.

Après ce triste chapitre, la compagnie avait reprit sa route afin de rejoindre au plus vite Imladris. Au fur et à mesure qu'ils s'enfonçaient dans le territoire elfique, Zarielle reprenait des couleurs et son habituelle bonne humeur. Elle pressait souvent Hatori et Reimgall ainsi que le reste des naugrims de questions sur leur histoire, leurs merveilles architecturales ou encore leurs traditions. La galadhrim se lançait aussi parfois dans de longues discussions avec Hùrin, tentant souvent sans succès de recueillir des informations sur le passé de son maître. Les nuits autour des feux de camps, qui ponctuaient le trajet jusqu'à Imladris, resteraient sans doute gravées dans la mémoire de Zarielle à tout jamais. Et a présent que le petit groupe parcourait les toutes dernières lieues qui le séparait de la demeure du seigneur Elrond, la jeune elfe sentait comme une tristesse en elle, un sentiment qui devenait de plus en plus vivave à mesure qu'ils avalaient la distance.

Absorbée par sa contemplation silencieuse du lui, elle ne vit pas Hatori s'approcher avant qu'il ne soit à sa hauteur:


- "Je ne vous ai pas gratifié pour votre geste. Mais il est d'une grande noblesse et prouve votre beauté de cœur. Sachez qu'un nain n'oublie jamais un service rendu. Nous vous serrons donc éternellement reconnaissant de pareil attitude..."

Hatori s'inclina en conclusion, ce qui mit mal à l'aise la galadhrim. Elle ne sut pas quoi répondre tout de suite, touchée par les propos de l'archiforgeron, la gratitude qui se lisait dans son regard et l'émotion qu'il avait mit dans ses propos. Elle se sentait indigne de cette honneur et choisit soigneusement ses mots avant de répondre:

- "Au contraire, c'est moi qui vous suit reconnaissante seigneur Hanzok.. Sans les vôtres je ne serais pas ici à contempler la beauté de cette vallée mais sans doute gisante, morte, sur l'un des flancs de vos fiers montagnes... Si dette il y a, c'est bien moi qui vous la doit.. Permettre des funerailles dignes à ce grand guerrier qu'était Kazador ne sera jamais que le moyen d'en rembourser une infime partie..."

Elle appuya ses paroles d'un sourire sincère, tout en posant gentillement la main sur l'épaule du naugrim dans un geste d'amitié. Ce dernier s'adressa alors à l'ensemble du groupe:

- "Quand nous serons à Foncombe, je devrais rencontrer Celebrimbor. Il dirige le Gwaith-i-Mírdain, la guilde des forgerons Noldors installés en Eregion. Je dois m'entretenir avec lui de quelques affaires importantes. Je pense demeurer une semaine, peut être un peu plus, dans Foncombe même. Mais à mon retour, j'espère que certains d'entre vous m'accompagneront?"

Sur l'impulsion de l'archiforgeron le groupe s'arrêta pour discuter avec plus de facilité. Zarielle lâcha la bride de son cheval qui profita de ce répit pour aller brouter quelques rares touffes d'herbes présentes sur le bord du sentier. La question que soulevait l'archiforgeron devait être abordée tôt ou tard, mais la jeune elfe redoutait cet instant.

Depuis qu'elle avait rencontré Reimgall, puis Hatori et Hùrin, beaucoup de choses s'étaient passées. Les épreuves traversées ensemble ou tout simplement les nombreuses heures passées à converser et à faire connaissance avaient tissés des liens entre chaque membre du groupe. Zarielle avait développée une amitié sincère pour chacun d'eux et l'éventualité d'une séparation lui fendait le coeur.

D'un autre côté elle s'était rendue à Imladris pour y retrouver son maître, le cartographe Lorònar. Et il faudrait bien compter sur lui pour prévoir la suite de son voyage. Cependant, et si l'information que les elfes lui avaient données à la tour de garde de Targar était exacte, à savoir que son maître avait quitté Imladris il y avait de cela presque deux semaines, elle serait alors libre d'agir à sa guise. Cette fois il était hors de question qu'une simple note laissée à son attention, comme si elle n'était qu'une simple coursière, ne lui dicte ses actes futurs.

Elle jeta un regard à Hùrin qui comme à son habitude semblait indifférent, même si - elle en était convaincue - il devait sans doute être envahi des mêmes sentiments qu'elle. Voyant qu'Hatori attendait surtout une réponse des non-naugrims du groupe, Zarielle se hasarda à une réponse:


- "Nous ne sommes même pas arrivés que vous parlez déjà de repartir.." dit-elle sur le ton de la plaisanterie avant de reprendre, plus sérieuse: "J'avoue cependant que l'idée de vous accompagner sur le voyage de retour est séduisant d'autant plus que pour ne rien vous cacher, je me suis beaucoup attachée à vos personnes, fils d'Aulë!"

Elle passa son regard sur chaque naugrim, s'attardant particulièrement sur Reimgall et Hatori pour leur signifier qu'elle pensait plus précisément à eux deux. Puis elle les gratifia d'un sourire éclatant et d'un regard taquin:

- "Et puis j'ai bien peur de devoir vous suivre comme votre ombre tant que vous ne m'aurez pas donné cette fameuse recette de bière naine"

Une voix s'éleva des rangs naugrims en réponse:

- "A ce sujet, tu peux toujours te brosser, oreille pointue!"

Zarielle tourna son regard vers le nain qui venait de parler, à savoir Goïn, l'un des mercenaires d'Hatori. Depuis quelques jours la galadhrim et le naugrim avaient noué une relation cordiale basée sur l'envoi réciproque de taquineries. Au lieu de s'en offusquer, la jeune elfe éclata d'un rire crystallin, imitée par le reste du groupe. Après toutes les épreuves qu'ils avaient traversés, ces instants de détente faisaient le plus grand bien et témoignaient de la bonne ambiance qui régnait dans la petite troupe.

Après quelques instants, le calme revenu, Zarielle se tourna vers Hùrin:


- "Qu'en pensez-vous Hùrin? Avez-vous des projets à mettre en oeuvre une fois arrivé à Imladris?"

Attendant la réponse de son maître, la jeune elfe se massa négligemment son flanc gauche, heureuse de ne pas ressentir de douleur depuis bien longtemps.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4775-zarielle
Eberk
Régent de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 28
Date d'inscription : 03/11/2008

Feuille de personnage
Race: Nain
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   Jeu 1 Déc 2011 - 15:39

Alors que long demanda au groupe d'abandonner les armes au poste frontière, le conseiller réfuta l'idée. Seulement en voyant le regard accusateur de l'archiforgeron, le naugrim ne put que se résignait à laisser son arme aux elfes. Les naugrims chérissaient leurs armes plus que tout, mettre de côté une hache était comme abandonner un fils à un inconnu. Heureusement que l'on assura à Reimgall que les objets allaient être mis en sureté et garder jusqu'au moment du départ.

Le groupe s'engouffra alors dans la vallée d'Imladris, les arbres se dressant fièrement au-dessus de leur tête. Le soleil étouffant éclairait les voyageurs en quête de repos. Maintenant en sécurité, avant de pénétrer dans Imladris, cela n'empêchait pas une autre attaque des gobelins. Le conseiller se pausait la question de savoir pourquoi les peaux-vertes se réunissaient ainsi dans les Monts Brumeux, pour quelle intervention maléfique. Les créatures pullulaient encore plus nombreux cas l'époque. Certainement qu'un chef charismatique, réussit à réunir les troupes gobelins sous une même bannière. Maintenant c'était aux nains de Khazad-Dùm de découvrir le pourquoi du comment.

Hatori demanda un moment de pause, Reimgall s'arrêta, souffla grandement. Il retira son heaume de guerre, pour laisser la chaleur inondait son visage crasseux et hideux du voyage. Depuis les affrontements, le conseiller accumulait les mauvaises aventures. Un coup dans les côtes, un vole plané mémorable en prenant une baffe monumental d'un troll vicelard. Le voyage était sérieux, bien plus que n'aurait put l'imaginer le nain. Qui se demandait ou pouvait bien se trouver son ami Orki en ce moment. Sans se doutait que le capitaine des portes était actuellement dans la Lorien.

Reimgall suivit du regard l'archiforgeron, qui alla remercier l'elfe d'avoir sauvé le corps de Kazador. Pour un nain abandonner un ami entre les mains des gobelins était innommable. Rien que cette pensée de voir le corps d'un naugrim dévorait par les créatures vertes répugné le conseiller. Hanzok remercia alors l'elfe qui se lancèrent dans une courte discussion de remerciement. Quand enfin le forgeron revint au centre du groupe et demanda l'attention de tout le monde. Il expliqua qu'il devait retrouver le forgeron elfe Celebrimbor et ensuite au delà de la semaine, il partirait en voyage. Ayant vécu beaucoup d'aventure depuis son départ de la montagne le conseiller souhaitait retourner à Khazad-Dùm. Se dont Hatori parla en disant que les autres retourneraient au pays. Reimgall laissa parler Zarielle, puis le naugrim se releva sentant ses jambes craquelaient sous le poids de la fatigue, avant de reprendre d'une voix calme.

-Retourner à Khazad-Dùm, pour ma part cela serait bien intéressant. Mais depuis mon départ, j'ai juré d’amener l'elfe jusqu’au bout. Il laissa ses yeux vagabondaient aux alentours, découvrant le paysage l'entourant. Ce qui est le cas maintenant, mais je n'accepte pas de rentrer seul. Même avec vos hommes, bien sur j'ai des responsabilités au pays, mais je doute que le régent m'en voudra de vous suivre plus longuement mon cher Hatori. Tel que je connais vos manières de faire, vous êtes un forgeron formidable reconnu de vos congénères et du régent. Mais aussi un infatigable bravache, capable de se mettre dans le pétrin comme tout nain qui se respect. Donc pour ma part, j'irais avec vous, parole de Reimgall. nos chemins ne se quitteront que le moment venu. Puis Zarielle doit encore apprendre des choses de ma personne.

Le nain fit un clin d’œil à l'elfe, puis esquissa un long sourire de contentement. Un plan, prendre l'entrainement de cette jeune inconsciente, avec l'aide de l'Adan. Ainsi les deux amis pourraient faire quelques chose de la cartographe. Le conseiller sentant le poids de la fatigue peser sur ses épaules il demanda.

-Pouvons nous reprendre la route, un peu de repos nous fera du bien à tous!


"Place ta confiance dans le fer et la pierre car ils ont toujours été les meilleurs amis des nains"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t3436-eberk
Hùrin
Guerrier de l'ancien peuple des Edains

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 21
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Heaume de la Maison d'Hador et son âme meurtrie qui guide ses pas vers la Lumière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   Sam 3 Déc 2011 - 12:31

Le voyage jusqu'à Imladris dura encore quelques jours mais rien ne vint leur barrer la route cette fois mais toute la compagnie resta dans un funeste silence à l'image des paysages mystérieux qu'ils traversaient en Eregion, bois sombres de ces temps et silencieux restant dangereux avant de n'entrer dans le domaine d'Elrond. D'ailleurs Hùrin ne tarda pas à se repérer quant à son voyage allé et ils en approchaient, des sentinelles les interceptant ne tardèrent pas à confirmer sa pensée. Hùrin qui était venu il y a peu fut rapidement reconnu et Zarielle leur parla aussi, ainsi les nains purent passer tranquillement à la condition de déposer leurs armes. Mesure qui surprit légèrement Hùrin mais après tout, les elfes et les nains ne s'accordaient pas plus de confiance en ces temps sombres qu'en temps de paix.

Alors qu'ils avançaient vers Imladris et la belle Bruinen aux reflets éclatant, Hatori prit à part Zarielle, surement pour la remercier d'avoir emporter avec elle le cadavre de leur frère d'arme tombé contre les trolls. Par respect, Hùrin qui restait machinalement aux côtés de Zarielle descendit de sa monture et s'éloigna un peu, allant rejoindre les autres nains qui en profitaient pour boire un coup et manger un encas.

Une fois que le nain et l'elfe eurent finis de parler, Hatori revint au centre du groupe afin de s'adresser à tout le monde tandis que toute la compagnie s'approchait formant une bien étrange et chaleureuse compagnie formée de représentants des trois peuples.

Il parla de rencontrer Celebrimbor, chef de la guilde des forgerons Noldor d'Eregion avec qui il avait d'importantes discussions à mener. Il pensait demeureur une semaine ou plus à Imladris avant de repartir, et il exprimait son désir de ne pas voyager seul pour le retour. Hùrin pouvait le comprendre, voyager seul pouvait être exhaltant mais d'un terrible ennui, et surtout, au vu de leur voyage pour venir jusqu'ici, extrêmement dangereux, voir mortel.

Hùrin ne savait guère que décider car en réalité il n'avait aucune attache, n'appartenait à aucune seigneurie, n'était redevable à personne et au contraire n'avait rendus que des services pour le moment. Son seul désir était d'aller dans un futur plus ou moins proche en Dor-lomin, quoi qu'il en soit advenu, pouvoir enfin porter le deuil de ses proches et de voir l'apocalypse qui s'était abattu sur son ancienne demeure et seigneurie, car lui et son frère avait dans le passé regné d'une main de maître sur le Dor-lomin alors habité par les Hador et leur peuple.

Il laisserait Zarielle choisir, à moins qu'elle ne désire déjà se séparer de lui. Celle-ci disait d'ailleurs aux nains car elle ferait le retour avec eux avec plaisir. Ils parlèrent bruyamment quelques instants, lançant quelques blagues avant que le calme ne revienne et que Zarielle se tourne vers l'Adan qui était resté légèrement en retrait, observant la discussion précédente un sourire discret en coin.

- Non... Je n'ai rien qui ne me vienne à l'esprit pour le moment, Zarielle. Votre route sera mienne.

Reimgall invita tout le monde à se remettre en route et Hùrin aquiesça.

- Je suis de l'avis de Reimgall. Remettons-nous en route que nous puissons enfin profiter de l'acceuil des elfes et de la chaleur de leur refuge, nous débarasser de la crasse du voyage et nos bagages qui nous fatiguent, armes comme armures.


Ainsi ils se remirent en route d'un pas un peu plus tranquille et lent, de toute façon la Bruinen était déjà là et ils gagneraient bientôt Imladris et les gens d'Elrond, qui, Hùrin n'en doutait pas, les acceuillerait tous avec le plus grand soin. Hùrin profiterait de ce nouveau séjour à Rivendel pour chercher un nom à sa lame et profiter de la sereinitude des lieux.


Thème Hùrin - Le Retour du Heaume d'Or

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5903-errances-memoires-
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   Dim 4 Déc 2011 - 16:13

Ainsi il fut décidé que le retour se ferait en la même compagnie. Hanzok n'en était que plus serein. Tous avaient prouvés lors du voyage qu'il pouvait leur accorder sa confiance. Et c'était l'essentiel. Il devaient à présent achever leur voyage. Il ne restait que quelques heures avant d'atteindre Foncombe. Tous étaient épuisés après des journées de marche harassante, des affrontements brutaux et le climat difficile des vallées montagneuses. Et c'est donc l'esprit rêveur que les nains parvinrent sur les sentiers cheminant sur un coteau de la vallée, pénétrant dans la vallée d'Imladris, afin de gagner la dernière maison simple.

La végétation était fortement colorée par les première rougeurs d'automne, mais les feuilles étaient encore verte, et les sapins, eux ne se métamorphosaient pas ainsi à l'équinoxe. Imladris garderait donc ses couleurs pendant encore de longues semaines, avant d'être peut être recouverte par la neige d'une épaisse chape blanche qui luirait sous les rayons des lunes hivernales.

Tout le voyage commençait à se façonner dans l'esprit du nain comme un souvenir déjà lointain. Il repensa aux nombreuses étapes, du passage du Carahras, de leurs nuits à Targar, puis d'une course folle achevé par un combat face à deux trolls. Ils y avaient laissé l'un des leurs, mais l'archiforgeron s'était convaincu que ce compagnon n'était pas mort en vain. Et grâce à Zarielle, il jouissait à présent d'une sépulture digne de ce nom.
En fin d'après midi, le ciel se couvrit, et la vallée leur apparue sous un autre jour, plus mélancolique, plus douce et majestueuse, comme un lieu solennelle où le moindre bruit semblait un outrage. Le forgeron était déjà venu par le passé, ayant à négocier l'achat de son manoir. À l'époque, deux commandes lucratives lui avaient permis d'accumuler quelques fonds qu'il avait investit dans l'achat d'une demeure modeste perché dans les montagnes au Sud de l'Eregion. Mais avec le retour des gobelins, l'endroit s'était montré moins sur, et désormais il n'y allait plus. Une partie des équipements avaient été déménagé au conseil des forges, comme un grand télescope dont Théophraïn le maitre des runes avait désormais l'usage.

Finalement ils parvinrent à Foncombe. Les choses n'avaient pas réellement changé depuis son dernier passage. C'était toujours le même lieu, cette atmosphère sacralisée. Ils se trouvèrent alors devant un croisement où leurs routes bifurquaient. Hanzok ne suivrait pas les autres car il devait voir la guilde des forgerons Noldors. Il logerait chez Celebrimbor durant la semaine. Il posa son barda, sala ses hommes avant de s'incliner face aux elfes et Hùrin en leur disant:


"Je me trouverait à un mille d'ici, dans les forges du Gwaith-i-Mírdain. J'ai un gros travail à accomplir et pour cela il me faut travailler pendant de longues heures et recourir au savoir des Premiers Nés. Je vous avertirez quand ma tâche sera achevé... A bientôt alors!"

Il ramassa ses affaires, les jeta par dessus son épaule, avant de partir, les saluant une dernière fois d'un signe de main. Puis peu à peu il s'éloigna avant de disparaitre au tournant de son chemin et de s'enfoncer dans les bois, au milieu des cimes de sapin élancées vers le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Zarielle
Carto'noob

avatar

Nombre de messages : 272
Age : 795
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Race: Elfe
Possessions: Épée et arc rohirrims
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   Lun 5 Déc 2011 - 7:22


En arrivant à Imladris Zarielle soupira de soulagement, heureuse d'être enfin arrivée à destination. Et en vie.. En soi, un chapitre de sa vie venait de s'achever, ponctué par la douleur des batailles et la joie des rencontres. La jeune elfe sentait que quelque chose s'était brisé en elle, sans doute l'innocence que les bois de la Lothlòrien avaient préservés jusque-là. Elle n'avait que rarement fait couler le sang avant son arrivée à Khazad-dûm mais depuis elle avait fait chanter son arc de nombreuses fois. Une dure prise de conscience: la Terre-du-Milieu n'était finalement pas cet havre de paix qu'elle avait espéré. Et la violence parviendrait toujours à sa frayer un chemin de le coeur de ses habitants.

Fortes de ces constatations elle devrait faire quelques achats à Imladris, profitant de la richesse de sa famille pour cela. Elle avait quelques lointains cousins habitant la cité de Fondcombe et il se ferait sans doute une joie de pourvoir à ses besoins et celui de ses amis. Mais Hatori prit la parole avant de pénétrer dans l'enceinte de la ville:


- "Je me trouverais à un mille d'ici, dans les forges du Gwaith-i-Mírdain. J'ai un gros travail à accomplir et pour cela il me faut travailler pendant de longues heures et recourir au savoir des Premiers Nés. Je vous avertirez quand ma tâche sera achevé... A bientôt alors!"

Zarielle acquiesa avec un sourire, consciente qu'elle reverrait l'archiforgeron et qu'il ne s'agissait d'un "au revoir" et non d'un "adieu":

- "Bonne chance pour vos recherches, Hatori... Nous attendrons de vos nouvelles avec grande impatience! De nôtre côté nous allons profiter d'un repos bien mérité..."

Enfin "repos" n'était sans doute pas le terme qui convenait le mieux: si effectivement ils pourraient se restaurer et se remettre de leurs blessures en la demeure d'Elrond, Zarielle avait dans l'idée de s'entraîner très sérieusement pendant le temps de leur séjour.

Hùrin était un grand guerrier et il en avait fait la preuve lors des derniers jours, mais il n'avait pas eut le temps de lui enseigner grand chose par manque de temps. Enfin en tranquillité, il serait à même de prendre sérieusement en main son entraînement. De plus Reimgall avait émit l'idée de venir épauler l'Adan dans cette tâche. Avec deux pareils guerriers pour son entraînement, elle se devait de progresser rapidement de manière à pouvoir se défendre efficacement lors du voyage de retour.

En franchissant une alcôve menant directement au coeur du refuge d'Elrond, la petite troupe parvint enfin au terme du voyage. Quelques elfes vinrent prendre soin des montures d'Hùrin, du soldat elfe ainsi que de Zarielle. Les eldars étaient réputés pour leur lien avec la nature et c'est donc en toute confiance que la galadhrim remit les rennes de son cheval à un écuyer.

Zarielle laissa glisser son regard sur les bâtiments alentours, se remémorant de nombreux souvenirs de son passé, notamment les longues heures d'études que l'exercice de la cartographie lui avait imposées. Elle ressentait la douce sensation d'un retour aux sources, même si rien ne remplacerait jamais en son coeur les Bois d'Or.


- "Imladris, enfin..." murmura-t'elle en sindarin

Quelques elfes avertis de leur arrivée vinrent prendre en charge les soldats d'Hatori, les menants vers les dortoirs où ils logeraient pendant leur séjour. Sans doute afin de garder un oeil sur eux, un nain restant un nain malgré tout. L'un des gardes s'approcha de Reimgall, sans doute pour lui demander de rejoindre les siens, mais Zarielle l'intercepta d'un bras tendu:


- "Le conseiller Reimgall est avec moi! Je m'en occupe merci..."

Le garde se contenta d'acquieser avant de rejoindre les autres soldats qui s'occupaient de mener les nains dans leurs quartiers. Devant la mine étonnée de ses compagnons, Zarielle expliqua:

- "Mon nom jouit d'une bonne réputation ici.. Ma famille à toujours entretenue de bonne relation avec leurs voisins de l'Eregion et une partie s'est même installée ici! L'un de mes cousins fait partie du gouvernement d'Elrond et cela donne droit à certains avantages dirons-nous..." termina-t'elle avec un sourire

Elle jetta un regard aux blessures de ses amis qui, même s'ils ne laissaient rien paraître, semblaient encore vives.


- "Reimgall je sais bien que tu dois voir Elrond le plus tôt possible mais si cela peut attendre demain je te propose, tout comme à Hùrin, de profiter de l'hospitalité de ma famille pour la nuit.. Ce sera également l'occasion de se rendre plus présentables..."

En terminant sa phrase elle se rendit compte qu'elle avait oublié de vousoyer le naugrim, sans s'en rendre compte. Le résultat du lien qui s'était tissé entre eux ces derniers jours y était sans doute pour quelque chose. Un peu gênée, Zarielle attendit la réponse de l'adan et du naugrim en espérant qu'ils opteraient pour sa proposition.

Prendre un bon bain et revêtir des vêtements propres, plus pratiques pour parcourir ces lieus, ferait le plus grand bien à tous. D'autant plus que la journée de marche avait été longue et harassante, en digne conclusion de leur périple depuis Khazad-dûm.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4775-zarielle
Hùrin
Guerrier de l'ancien peuple des Edains

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 21
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Heaume de la Maison d'Hador et son âme meurtrie qui guide ses pas vers la Lumière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   Sam 10 Déc 2011 - 16:24

Hatori les quitta rapidement car il devait gagner Gwaith-i-Mírdain et les forgerons qui y siégeaient, ainsi le reste de la compagnie gagna Fondcombe sans lui.

- A bientôt, maître nain,
dit simplement Hùrin en guise d'au revoir tandis que les autres en disaient plus long.

Hùrin lui s'écarta pour s'avancer un peu sur le chemin, attendant le groupe un peu plus loin, appréciant la gaieté silencieuse de Rivendel et son calme apaisant. Il attendit que les autres ne le rejoignent pour se remettre en route tandis qu'ils arrivaient à la maison d'Elrond. Des elfes vinrent cueillirent leurs montures et Hùrin la confia sans crainte aux elfes, amis des bêtes depuis bien longtemps.
Puis il suivit le groupe jusqu'aux bords des grandes bâtisses d'Imladris tandis que des elfes vinrent séparer les nains du groupe et les emmener vers leurs dortoirs. Hùrin observa les elfes faire avec cette diplomatie pourtant malvenue, de traiter les nains comme des invités spéciaux. Hùrin espérait qu'ils ne seraient pas trop embrigadés bien qu'il doutait que les elfes ne leur causent de soucis.

Zarielle sauva néanmoins Reimgall de l'apartheid en disant qu'il était avec elle, et les gardes, à l'étonnement d'Hùrin, ne trouvèrent rien à redire et décampèrent. L'Adan jeta un regard intrigué vers Zarielle qui répondit rapidement à ses questions muettes. Sa famille était donc de haut rang et connue, faisant même partie du gouvernement d'Elrond.
Elle jouissait donc de l'amitié des gens d'Elrond et de quelques privilèges politiques, apparemment.
Puis elle leur proposa de jouir de l'hospitalité de sa lignée pour la nuit, et Hùrin ne savait guère que dire. Accepter ? Il ne savait pas trop. Il savait déjà avoir l'acceuil de la maison d'Elrond depuis sa dernière visite et pourrait avoir facilement une chambre, minime sans doute, mais largement suffisante à ses besoins, et il ne désirait pas importuner la famille de Zarielle. Cependant il n'osa pas non plus refuser l'invitation de Zarielle et inclina poliement la tête.

- Je ne voudrais pas vous importuner, cependant j'accepte avec honneur de partager votre couvert.


Puis Hùrin attendit la réponse du naugrim. S'il déclinait l'offre, Hùrin reviendrait surement sur son choix aussi. Il se sentait déjà mal à l'aise au milieu d'une famille entière d'elfe, s'il les cottoyait avec joie dans la vie quotidienne, s'imiscer dans leur vie privé lui semblait osé et dérangeant.


Thème Hùrin - Le Retour du Heaume d'Or

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5903-errances-memoires-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la vallée d'Imladris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la vallée d'Imladris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans la vallée d'Imladris
» Ca craint de plus en plus dans la vallée du Rhône
» [event cal] Anniversaire de la conf 15-16 mai - Grande fête
» Un vol, dans une vallée pas si éloignée que ça...
» Dans la vallée de l'ombre, ne craindre aucun mal [Madison]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes elfiques (uniquement RP) :: Région d'Imladris :: Fondcombe-
Sauter vers: