Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Les Montagnes Bleues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Les Montagnes Bleues   Les Montagnes Bleues EmptyLun 27 Sep 2010 - 20:00
Le ciel palissait dans le soir. Il était tombé de nombreuses averses au cours de la journée. Mais le soleil était demeuré avec les naugrims pour les sécher après chaque pluie. La contrée était verdoyante. La colonne de Gotrek avait longé les frontières de la Comté, probablement sous l'œil attentif des rôdeurs et des elfes de Lindon. Enfin ils étaient parvenu au pied des Montagnes Bleues. Mais il n'avait guère pénétré dans ses vallées. Car la nature y était par bien trop sauvage et le gibier trop rare.
Non Gotrek avait choisit un lieu des plus avisés: un immense lac à la sortie des montagnes. Autour poussaient de nombreuses collines. Il y avait des forêts, des plaines verdoyantes. Et les hobbits ne semblaient pas avoir poussé la colonisation de la Comté jusqu'ici. Il ne gênerait donc personne et se trouverait prêt d'un grenier idéal. La saison des récoltes était passé, les nains survivraient donc grâce à la chasse et la pêche et aussi à un artisanat sommaire qu'il tenteraient de troquer contre des vivres. Surement que la prochaine pinte de bière serait pour l'année prochaine.

Gotrek divisa la colonne en trois groupes à peu près égale (environ cinq cent naugrims), qui s'installèrent sur trois collines distinctes bordant le lac. Les quelques guerriers furent à leur tour répartit. Alors que la nuit tombait des feux commencèrent à illuminer la vaste plaine descendant sur le lac. Les collines scintillèrent bientôt d'un milieu de feu. Au milieu de la nuit, un milieu de torches convergèrent jusqu'à la colline centrale où Gotrek avait établi l'un des groupes. Les gens s'assirent en silence, fatigué du voyage mais heureux d'être arrivé. Sur un grand rocher, Gotrek se hissa tant bien que mal, ses muscles fatigué par l'épuisement. La foule se tut.


"Mes frères et sœurs! Votre détermination vous a permis de marcher jusqu'en ces lieux où dès demain nous établirons la base d'une nouvelle colonie. Puisse Aulë nous aider dans notre tâche!
Je vois vos visages fatigué, vos yeux perdu dans le vide. Mais j'y vois aussi la détermination d'un peuple capable des chose les plus grande. Contemplez à l'Ouest et voyez ces montagnes bleuis. Leur mélèzes respirent les versant de notre cher Caradhras. Regardez ces nuages accrochés aux cimes d'argent. C'est ici que certain demeureront à jamais!!"



Alors les chants d'autrefois se firent entendre. Certaines femmes vinrent trouver Gotrek pour le remercier. Mais de quoi au juste. Gotrek ne sut quoi répondre. Plus tard les feux perdirent leur puissantes flammes et rougeoyèrent bientôt comme des havres de châleur. Et leur nuit fut un profond sommeil sous les étoiles qui s'étaient dévoilé dans le courant de la soirée. Bientôt règna le silence et la quiétude de l'obscurité.


Au première lueurs, les nains s'éveillèrent. Certain s'en furent à la chasse, poser des pièges et des collets. Les femmes se mirent à raser leur chevelures et même leurs barbes pour certaines. Elles tressèrent des cordes, puis des filets. On commença à abattre des arbres et à creuser des terrasses au milieu des collines. D'autre s'en furent chercher des pierres et dressèrent quelques fourneau pour la forge: les épées allaient être fondu en outils car c'était là la priorité. Et peu à peu les collines grouillèrent d'une activité coutumière aux naugrims.


Revenir en haut Aller en bas
http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: Les Montagnes Bleues   Les Montagnes Bleues EmptyDim 17 Oct 2010 - 22:49
Gromil transpirait à grosses gouttes sous sa chemise de laine épaisse. Il travaillait un gros rondin de bois, qu'il tailladait à l'aide d'un ciseau à bois forgé pour l'occasion. Il devait ainsi pratiquer les billes de chêne par dizaines afin de fabriquer les mortaises nécessaires aux toitures et aux jalons de portes. Ensuite il faudrait tailler des poutres mais c'était déjà le travail d'un autre jour.
Il travaillait dans un atelier au flanc de la colline, prêt de l'entrée de l'un des bourgs fortifiés que les nains avaient commencé à ériger. En face de lui se dessinait les palissades et les terrassements des autres bourgades.
L'odeur d'un gibier grillant au dessus du feu lui parvint aux narines. Au moins il ferait un bon repas ce soir. Cependant l'après midi était encore longue et il taillerait encore une bonne trentaine de mi-bois avant de gagner sa paillasse. Elle était d'ailleurs plutôt douillette, les nains ayant un sens pratique bien plus élaborés que les autres peuples d'Arda. D'un rien il vous façonnait un ustensile avec une malice dans leur approche de l'ergonomie. C'est ce qui faisait des naugrims les dignes œuvres d'un Valar surdoué, Aulë. Son talent et son génie transpirait par ses créations qui réinventait chaque jour de nouveaux savoirs.

Les nains avaient progressé de manière raisonnable ces derniers temps. Leur colonie se dessinait progressivement sur les crêtes de verdure qui gonflait les abords du lac. Et le grand miroir d'eau où luisait la lumière du soleil était maintenant parcouru par des embarcations de joncs tressés où des pêcheurs de fortune s'aventurait pour lancer leurs filets et remonter le poisson en abondance dans ces terres encore presque vierges il y avait de cela quelques semaines.

***


Imrik déposa sa pioche. C'était l'heure de la relève. Le fossé Nord était à présent achevé. Il s'avança vers une outre remplie de tisane de thym et se désaltéra, salua ensuite ses camarades et pris le chemin qui descendait au lac. Il longea l'une des palissades achevées et s'enfonça dans un bourbier qui glissait sous un portail chevauché d'une passerelle et encadré de petites tourelles en bois planté dans des tertres de glaise. Car sur cette colline reposait un gisement de glaise qui descendait jusqu'au berges du lac. En quelques minutes, Imrik fut en bas.

Il longea alors une espèce de plage couverte d'un sable humide à la teinte nacrée sous les rayons du soleil. Là quelques naugrims avaient installé un atelier de poteries, où l'un des rares nains à avoir pratiqué ce métier enseignait à des jeunes nains à utiliser le tour et à façonner la glaise. Sur la plage, les poteries de glaise séchait sous les derniers rayons courbes du soir. La lumière rougeoyante du soir trouvait écho dans ces vases couleur de brique. Imrik s'arrêta un instant et observa le travail des apprentis. Ils utilisaient des tours de fortune fabriqué de brique et de broque. Le vieux maître les surveillait, corrigeait leur mouvement, leur murmurait quelques mots d'encouragement, ravi d'avoir trouvé des élèves parmi les siens (bien que cela soit d'avantage lié à la circonstance qui voulu que les nains fabriquent rapidement une quantité suffisante de produits afin de les échanger contre des céréales pour passer l'hiver et semer au printemps.

Le terrassier s'approcha du flot. Il s'accroupit et commença à rincer ses mains couverte de terre séchée. Puis il se frotta le visage et frictionna ses bars encore puissant malgré les années. Cependant son dos le faisait souffrir. Par chance ce travail ne durerait qu'un temps. Dans trois semaines le travail serait achevé. Il devrait alors s'occuper dans le charbon, et c'était là un travail bien moins usant pour un naugrim de cet âge.

***


Gurdil salua sa mère qui passa emportant dans son tablier des baies ramassées en forêt. Mais sa vue se brouilla. Une nouvelle bouffée de fumée l'enveloppa et à nouveau il suffoqua quelques secondes. Il fabriquait du charbon pour l'hivers, lui et une quinzaine d'autres naugrims. Il avaient débité une cinquantaine d'arbres et les ensevelissait maintenant sous la terre et dans le feu, répandant ainsi une longue cohorte de nuages bruns craché par des tertres noircis. Le visage du jeune nain était couvert de suie. Et son visage encore imberbe, quoi que noyé par endroits sous un épais duvet, laissait couler de longues larmes cendrées. De temps à autre, il retournait la terre. Ces journées étaient longues mais peu pénibles. Avec les dernières journées de soleil de la saison, Gurdil avait le temps de tourner ses regards vers les montagnes. Elle le fascinait. Pas autant que le grand Caradhras bien sur, mais tout de même assez pour qu'il passe de longues journées à fixer son regard sur les pics bleuis par les glaciers s'écoulant sur les face Nord. Quelques neiges éternelles persistaient tant bien que mal. Mais l'hiver viendrait les reconstituer.



Revenir en haut Aller en bas
http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: Les Montagnes Bleues   Les Montagnes Bleues EmptyVen 28 Jan 2011 - 18:31
Il pleuvait depuis prêt de semaines sans interruption. C'était une pluie venue de l'océan et elle portait avec elle des parfums de mer et d'algues que l'évaporation n'avait pu lui ôter totalement. L'exploitation de l'argile avait cessé et on confectionnait à présent des fours de cuisson qui serviraient en réalité pour divers fonctions. Ainsi leur emplacement se trouvait d'ore et déjà au cœur du village. Il étaient installé entre deux bâtisses encore inachevées mais dont avait porté une partie des murs.
Les nains n'avaient guère l'habitude de construire des maison en dehors des montagnes et peu d'entre eu avaient conscience des enjeux qui différaient de leurs demeure des mines. Par exemple l'écoulement des eaux et les toitures étaient presque un problème inconnu pour les naugrims. Jamais il n'avaient conçu cela auparavant. Mais certains d'entre eux avaient bâtit des fonderies par le passé en en avait élaboré les voies d'évacuation. Ainsi lorsque les pluies eurent endommagé les soubassements que les naugrims avaient entreprit, il fut confié à l'un de ces vieillards le soin d'élaboré des gouttières pour drainer le flot tombé du ciel. Pour pallier au problème de boue on avait demandé aux enfants de ramasser des écorces et de les disséminer dans tout le chantier. Au bout d'une semaine il avaient accompli leur tâche.

Peu à peu, les murs des trois campement s'élevèrent et bientôt tout le monde eu un toit. Il s'agissait de grands dortoirs communs, au murs épais. Les nains avaient astucieusement élevé des palissades de jonc tressés qu'ils dressaient en parallèle et comblaient ensuite le néant avec un torchis très pâteux.
Pour le moment les toitures n'étaient constituées que d'un épais branchage de sapin. Mais les fours tout juste achevé allaient servir à la cuisson de tuiles de terre cuite. Car les nains savaient depuis l'aube des temps les secret qui permettaient de passer de la terre à une pierre que les hommes nommaient "brique".


On avait constitué un stock de charbon raisonnable qui durerait pour les premiers temps de l'hiver. Les forêts n'étaient que peu entamé par les travaux de nains, car ceux ci étaient fort peu nombreux et vivaient les uns sur les autres. Mais ainsi ils se tenaient chaud dans le froid des nuits. Ils mangeait peu mais suffisamment pour poursuivre leur aventure contre la misère et la mort. Et puis il y avait un espoir: Alaric était allé quérir l'aide des semi-hommes, ceux que l'on nomme hobbits. Si la chance leur souriait ils pourraient aller de l'avant et continuer à vivre. C'était là un combat de chaque heure, chacun devant se rendre utile.
Ils étaient un peu sec en vivre. Les dernier fruit d'automne avaient tous étaient consommé et il ne restait que les châtaignes et les marrons dont ils tiraient une maigre farine pourtant suffisante à faire du pain. Il y avait aussi du poissons et c'était là l'unique chose qu'ils avaient en abondance. Car les nains avaient su fabriquer des filets d'une remarquable qualité. Cela prouvait la capacité de ces fils d'Aulë qui savaient sans cesse réinventer le savoir, le moduler selon leur besoin et tirer de leur talent de créateurs des œuvres si variées et remarquables.


Mais le retour d'Alaric se fit attendre. De temps à autre, les chasseurs parvenaient à prendre assez de gibier pour que l'on prépara de grandes goulaches, avec des racines, du laurier, quelques féculents sauvages et des baies. Parfois aussi l'on envoyait une "caravane" vers les villages côtiers au sud de leur position. Car à un peu moins d'une journée et demi de marche se trouvait une série de petits ports de l'Arnor et du Lindon. Ils y échangèrent des poteries contre quelques sacs de blé ou d'orge qui venait enrichir le plat du soir. Une caravane passa même par leur bourgade et les marchands eurent pité des nains. Ils leur laissèrent quelques vivres contre la promesse d'être payé plus tard.


Les premières neiges blanchirent les plaines. Pendant quelques jours le travail du cesser et l'on se contenta de longues corvée de bois qui avaient aussi leur utilité. les chevelures et les barbes des naines commencèrent à repousser. Grâce à leur tonte on avait pu faire des filets et tresser des cordes. Mais rapidement la matière première avait manqué et il fallut que les nains trouvent un substitue végétale, le chanvre sauvage. On fabriquait aussi des fourrures avec le gibier abattu et peu à peu tous eurent le nécessaire vitale. Cependant leur situation demeurait fragile et des caprices de la nature auraient pu balayer toute leur effort en un instant.


Revenir en haut Aller en bas
http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Bilbon SacquetNombre de messages : 45
Age : 30
Date d'inscription : 18/03/2010

Feuille de personnage
Race: Hobbit
Possessions: 150
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Bilbon Sacquet
Ca c'est du Hobbit, du vrai !

MessageSujet: Re: Les Montagnes Bleues   Les Montagnes Bleues EmptyJeu 10 Fév 2011 - 4:47
Bilbon se trouvait assis seul sur un petit rocher, grignotent un morceau de pain rassie et un bout de jambon tout sec. Alaric venait de l'abandonnait pour aller rejoindre l'un de ses supérieurs et quelques compagnons pour ramener des informations sur ses derniers jours. Alors que le hobbit grignoter, les enfants nains le regardaient tout sourire. Le vieux Hobbit se mit à ronchonner et à parler tout seul.

-Quel mal ma pris de bien vouloir accepter la requête d'un nain fou. La Comté me manque, l'ancien me manque avec ses belles histoires et ses nouvelles. Je ne connais personne dans ses régions, tout le monde me dévisage comme-ci j'étais une bête folle où à l'agonie dans un coin sombre. Je dois avoir un bouton sur le nez, peut-être un trou dans les cheveux. Enfin avec cette drôle d'aventure je pourrais encore en écrire de bien belle sur l'hospitalité des nains et sur l'aventure qui va suivre. D'ailleurs avec la courte explication d'Alaric, je sais vraiment pas dans quoi je m'embarque.

Bilbon quitta sa petite assisse, essuya les miettes de pain sur sa veste et lavant sa bouche. Il se mit en route de faire le tour du campement. En avançant il laissa ses yeux se perdre sur les frêles battisse que les nains avaient monté à la hâte. Les fours énormes et les immenses trou cernant la petite bourgade. Le hobbit fut toujours émerveillé de voir autant d'habilité dans l'art de fabrication des nains. Il aimait beaucoup leur façon de façonnait et voudrais bien apprendre comment faire. Mais le temps jouer déjà en sa défaveur. Et les futurs mésaventure ou aventure allaient bientôt l'occuper à plein régime. Quand un nain de petite taille, étrange pour ceux de son espèce. Viint le voir. Bilbon fut attristé en voyant son visage. Un énorme nez en plein centre, soutenant une petite barbe naissante. Deux petits yeux noirs et les cheveux bruns crasseux. Le nain salua le nouveau venu et lui s'annonça.

-Je me nomme Gromgur, monsieur Sacquet. Alaric ma nommé auprès de vous pour occuper votre temps libre pendant qu'il parlemente avec les chefs de sections.

Bilbon souffla de contentement enfin un peu de compagnie. Depuis l'arrivée des voyageurs, il c'était retrouvé tout seul dans le camp, à être assis sur un rocher, cernait comme une bête en foire par les enfants des naugrims. Pour une fois, il allait se sentir comme les nains, personne ne le regarderais plus d'un œil bizarre. Enfin ce qu'il pensait, puisque sa plus petite taille ne passait pas inaperçu.

-Merci Gromgur, je me sentais bien seul en ce lieu depuis le départ d'Alaric. Bien vas-y je te suis.


Bilbon parti en compagnie de l'étrange nain, il allait enfin visiter la bourgade et peut-être avoir des nouvelles de son compagnon de route et enfin prends par à la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4126-bilbon-sacquet
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les Montagnes Bleues   Les Montagnes Bleues Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Les Montagnes Bleues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» montagnes bleues
» Du vent dans les montagnes [Libre]
» Rêveries et autres fleurs bleues || Tanagra Elis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Les Montagnes Bleues N448 :: Les archives :: RPs des Royaumes Humains :: Archives Arnoriennes-