Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Le Conseil des Forges

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Le Conseil des Forges   Jeu 10 Mar 2011 - 0:22





En cette ancienne tour de garde, bâtit il y a de cela des siècles, il ne demeure nulle garnison. Elle repose sur un promontoire rocheux qui s'enroule en deux colonnes tortueuses. Au dessus repose de grandes tours reliés par des passerelles en bois couvertes de toits en bardeaux. Les tours sont coiffées de dômes en cuivre où pointent parfois quelques télescopes par lesquels les vieux maitres observent le roulement des constellations.

L'édifice a été réaménagé pour accueillir le Conseil des Forges, quatre des sept Achiforgerons. Ils partagent leur savoir et élaborent des techniques sans cesses plus aboutit. Parfois des jours durant, les coups de marteau sur l'enclume résonnent sans faiblir. D'autres jour un calme étrange plane. Et alors c'est qu'ils se murmurent leurs savoirs les plus secrets que nul autre qu'eux ne peut prononcer.

Patiemment ils forgent le fer, appesantissent l'acier en fines feuilles d'argent, l'aplatissent, le mêlent et le refrappent avant qu'à nouveau l'ensemble ne plonge dans la braise.
Et lorsqu'ils achèvent l'un de leur travail, c'est une œuvre à la qualité remarquable, sortit de ateliers après des semaines de travaille. Ce sont des lames de monarques, des heaumes de princes et des armures de héros. Et parfois on y croise un étranger venu prendre commande d'une arme pour son fortuné maître. Car les œuvres sont sans défaut et leur valeur est n'est acquittable que pour celui qui possède un château ou un guilde à ses ordres.

De nombreux artisans s'y rendent aussi pour y prendre conseil, et parmi eux certains artisans elfes venus de l'Eregion. Car les Archiforgerons ont réputation au delà des monts et des collines. Ils prodiguent leur conseil bien qu'on sentent que certains souhaitent voler leur secret. Mais ils sont sous bonnes garde, leur vaste demeure est fortifiée plus que de raison et de grandes herses de fer scellent son unique entrée. Et ils ne sont jamais seuls, il y a toujours des visiteurs comme les ingénieurs venu faire une pièce spéciale ou bien un maitre des runes passé pour débattre d'une question techniques. Et bien sur quelques propriétaires chanceux et leurs suites en apparat patientant parfois un mois pour obtenir une unique pièce à la réalisation sans pareil. Les dizaines de chambres n'abritent plus de gardes mais ces curieux visiteurs. Ont dit aussi que les ménestrels y arrêtent leur chemin où pour quelques musiques ils peuvent manger et coucher au sec.

Cette colloque de maitres forgerons a pour but de faire progresser les arts du feu et des flammes. Ils ont entamé quelques réalisations à l'état de prototype mais des secrets plus puissants dorment encore dans leur esprit brillants. La destruction de l'une des Neufs Lames des Morts semblent inquiéter Hatori Hanzok qui a confié ses craintes aux trois autres compères.


Dernière édition par Hatori Hanzok le Jeu 10 Nov 2011 - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Urin
Mineur de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 22
Date d'inscription : 03/03/2011

Feuille de personnage
Race: Nain de cavenain
Possessions: 150
Statut:

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mar 5 Avr 2011 - 18:53

Suite de Retour au pays

Urin arriva au conseil des forges où on lui retira toute arme pouvant blessé l'Archifogeron Hatori Hanzok ainsi que ceux de son père et de son frère puis on les fit patientaient dans une grande toute recouverte de tapisserie et minerai de grande valeur . Ainsi au bout de 30 minutes un jeune nain les conduisit dans une autre grande salle où était représentait une énorme peinture de l'Archiforgeron qui tenait une place des plus prestigieuse de la hiérarchie naine .On les fit remplir une fiche d'information sur eux et leur requête . Puis le jeune nain revenue encore 30 minutes après et les conduisit vers l'endroit où Hatori Hanzok recevait normalement ses invités .


La chanson de pippin

La maison est derrière
Le monde est devant
Et il y a de nombreux chemins à emprunter
A travers l'ombre
Jusqu'à l'orée de la nuit
Jusqu'à ce que les étoiles soient toutes allumées
Brume et ombre
Nuage et ombre
Tout va s'affaiblir
Tout va s'affaiblir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Jeu 7 Avr 2011 - 19:00

C'était une grande salle octogonale, au mur de pierre massives emboitées avec précision. Trois portes menait dans la pièce et à l'une des extrémités, on pouvait accéder à un balcon de pierre qui dominait le rocher sur laquelle le Conseil des Forges avait été installé. L'architecture de la pièce était de style tout à fait naugrim, et des lampes, comme on en trouvait dans les mines, éclairaient le plafond et livraient une généreuse lumière à l'endroit. Des pièces forgées reposaient au coin de murs, mais il s'agissait d'œuvres fantaisiste, à l'utilité réduite, qui étaient là avant tout pour démontrer aux hôtes l'imagination des maitres des lieux. Les Archiforgerons étaient tous des nains d'un certain âge qui avaient accumulé au fil des années une quantité d'œuvre prodigieuses.

L'un des portes résonna d'un cliquetis et Hanzok pénétra dans la pièce. Il portait son armure d'Archiforgeron, reconnaissable aux runes gravées dessus. Sa barbe étaient pleine de tresses rousses et de mèches rebelles que le feu des forges avait roussis. Elles étaient noué par des bagues de couleur ou en argent, semblant provenir de région lointaines.
Le nain était souriant, et portait avec lui un paquet de toile enroulée.


"Salut à toi Urin et au tiens!! J'ai bien connu votre grand père dans le temps. C'est lui qui m'a appris l'art de la fonte et des métaux. Dans son genre, c'était le meilleur. Son âme repose en paix à présent...

Grâce à la clé que vous nous avez rapporté, j'ai pu ouvrir le coffre de votre aïeul. Il contient donc ce parchemin. Nos érudits ont entreprit de le déchiffrer, mais bien sûr une partie en est codé et il faudra des mois avant de parvenir à percer son secret... Mais pour le moment l'heure est au réjouissances. Voilà..."



L'Archiforgeron de Khazad Dûm s'approcha. Il avait dans le main ce paquet qu'il dévoila en même temps. Et dedans il y avait cet objet d'acier trempé. Il scintillait de milles flammes.

"Je l'ai achevé hier soir. C'est une dague des plus solides. Elle peut percer le cuir d'un troll aussi facilement que nos pioches fendent la pierre!! Elle pourra t'être d'un grand secours... même si j'espère que tu n'auras pas à trop t'en servir!

Et bien cher Urin, je te remercie de ta visite, reviens me voir dans les semaines qui viennent. Je te dirais s'il y a du nouveau dans la traduction du manuscrit"



Et comme s'il avait une tâche importante à accomplir, Hatori Hanzok tourna les talons et repartit par la même porte d'où il était venu. Il avait sans doute d'important travaux à poursuivre ou achever. Urin se trouva seul, le long poignard entre les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Urin
Mineur de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 22
Date d'inscription : 03/03/2011

Feuille de personnage
Race: Nain de cavenain
Possessions: 150
Statut:

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Jeu 7 Avr 2011 - 20:51

Urin rester là son père et son frère l'attendait au dehors de la grande salle octogonale et se rendit compte que il n'avait pas donné le heaume de Balthus à Hatori Hanzok . Lorsqu'il voulut le poursuivre 2 nains sur équipés lui barrèrent la route et lui dirent :

- Déclinez votre identité et votre raison pour passer ou vous devrez nous passez sur le corps pour entrer dans les bureaux de Maitre Hatori Hanzok , Archifogeron de la cité de Khazad-Dum .


- Bon , je m'appelle Urin Narèï et je dois donner une affaire importante à l'Archiforgeron .

Le garde regarda sur une liste puis s'arrêta dévisagea Urin et lui dit d'un ton sarcastique :

- Narèï tu dis , il y a bien un Urin Narèï mais il n'est pas venu depuis ici 45 ans et je me souviens d'un nain beaucoup plus vieux !

Bon Urin avait le même prénom de son grand-père mais quelque chose retint l'attention du garde : le médaillon qu'il avait récupéré sur le cadavre de sa mère pendant sa fuite de Khazad - Dum .

- Vous avez le ... vous avez le médaillon qui se transmet au 4ème fils d'un 4ème fils dans la famille de ....... Entrer Maitre Urin .

- Euh .... Bah ... euh merci mais de quelle famille parlez vous ?

Mais déjà la porte se refermait et Urin avançait dans un sombre couloir et toute au bout il y avait il y avait une porte avec écrit dessus : Bureaux et Ne pas entrer sans autorisation . Urin suivit le couloir arriva devant la porte et glissa comme indiqué un papier avec nom et prénom sous la porte après avoir toquer à la porte . Cette dernière s'ouvrit doucement et Urin entra . Hatori regarda Urin d'un air soucieux et Urin montra le heaume et le médaillon de sa mère tombât par terre . Hatori étonné assis Urin qui ramassis le médaillon .


La chanson de pippin

La maison est derrière
Le monde est devant
Et il y a de nombreux chemins à emprunter
A travers l'ombre
Jusqu'à l'orée de la nuit
Jusqu'à ce que les étoiles soient toutes allumées
Brume et ombre
Nuage et ombre
Tout va s'affaiblir
Tout va s'affaiblir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Ven 8 Avr 2011 - 15:54

Lorsqu'Urin lui eu expliqué la provenance du heaume, Hanzok resta songeur quelques instants. Il avait été intrigué par les paroles du jeune naugrim. Il passait sa main le long de ses tresses comme cherchant à se rappeler un quelconque souvenir.

"Oui, Balthus, je me rappel...je l'avais rencontré lors d'une ambassade au pied des chutes du Rauros, quand nous traitions avec le Gondor pour construire nos forteresses extérieurs. Nous leur devons une fier chandelle, et nous ne nous en sommes pas encore acquitté... mais le temps viendra et j'espère pour eux qu'il ne viendra pas trop vite pour eux, où à notre tour nous leur porterons secours...
Et tu dis qu'il est juge à présent? Ma fois, c'est une bonne chose pour lui et pour le Gondor. Il m'avait semblé un homme intègre et droit. Si les apparences ne sont pas trompeuses, c'est sans doute un homme juste qui remplit sa mission avec zèle."



L'Archiforgeron examina le heaume quelques secondes. De ses doigts agiles il palpait le métal comme pour mieux en apprécier le travail. Il caressait les faces d'argent poli, fasciné par la qualité de l'ouvrage. Enfin il reporta son attention vers Urin.

"Et bien il me faudra au moins deux semaines pour effectuer un tel travail. Reviens après ce délai et je te livrerai le travail achevé."


Puis l'artisan naugrim se replongea dans son travail, comme si Urin n'avait jamais était là. Le génie inventif de cet individu provenait de son amour pour son travail qui le menait dans des sphères mentales vierges où il élaborait ses œuvres les plus poussées. Sa concentration et sa capacité à l'abstraction l'isolait parfois du monde de manière brutal et plus le temps passait, plus il avait parfois des difficulté à se replonger dans la réalité environnante. Car le monde n'était pas seulement fait de feu et de métal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Urin
Mineur de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 22
Date d'inscription : 03/03/2011

Feuille de personnage
Race: Nain de cavenain
Possessions: 150
Statut:

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Ven 8 Avr 2011 - 18:50

Urin sorti de la salle et partit voir son frère et son père qui l'attendait . Tous deux examinèrent la dague qui scintillait de mille feux dans la main de Urin et admirèrent sa beauté et envié Urin de détenir un tel objet forgé par l'Archifogeron Hatori Hanzok qui ne fait ses objets que pour ceux qui l'on qui l'on mérité ou pour lui même . Des qu'ils sortirent une épreuve les attendaient 2 nains encapuchonné étaient là accompagné par 1 homme lui aussi encapuchonné qui leurs dires de les suivre . Urin , son père et son frère se regardèrent anxieux et finalement suivirent l'homme et les nains au dehors . Dans un sombre endroits dans une rue reculé de la cité près de Cavenain

( suite à Retour au pays )


La chanson de pippin

La maison est derrière
Le monde est devant
Et il y a de nombreux chemins à emprunter
A travers l'ombre
Jusqu'à l'orée de la nuit
Jusqu'à ce que les étoiles soient toutes allumées
Brume et ombre
Nuage et ombre
Tout va s'affaiblir
Tout va s'affaiblir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Lun 31 Oct 2011 - 11:49

Le soir tressait sa natte d'ombre et peu à peu l'obscurité se fit. Bientôt il ne demeura que quelques lueurs lointaines, celle de la forteresse extérieur et des portes orientales de la cité. Théophraïn, le grand maître des runes de Khazad Dûm avait gagné le dernier niveau du conseil des forges, la tour astrologique où il tirait ses horoscopes et préparaient les éphémérides pour les cérémonies sacrées. Ce soir il établirait la nouvelle correspondance dans le tableau des runes majeurs. Car c'était l'orientation des astres qui gouvernait la puissance des artefacts produits par les naugrims. Si Théophraïn faisait la moindre petite erreur, la production des forges pour les mois à venir serait gâché. C'est donc dans la plus grande concentration qu'il commença à préparer son travail.

Le Maitre des Runes étala des parchemins sur les tables, remplit son encrier d'eau et de poudre avant de touiller la mixture. De ses doigts habiles, il tailla cinq plumes d'oie et les disposa près des parchemins. Puis il s'approcha d'un coin où pendait une chaîne en fer forgé. Il tira dessus et peu à peu se produisit un prodige de la mécanique naugrim: le toit se mit lentement à s'ouvrir, comme une fleur qui éclot dans le matin. Et peu à peu se dévoila le ciel dans toute sa splendeur. La voute blanche de la voie lactée, portant ce plafond d'étoile innombrables. La lune demeurait caché derrière les montagnes. Le temps était dégagé et l'air sec augurait une nuit sans nuages.

Théophraïn se mit alors à manœuvrer un long tuyau de cuivre, pas tout à fait symétrique. C'était la "lunette astronomique", conçue par l'ingénieur Malakiël. Elle permettait de grossir la taille des astres à l'aide de lentilles polies qui concentrait le flux lumineux et l'agrandissait. L'objet reposait selon un axe qui avait était défini et fixé lors du solstice d'été. Et cette axe était lui même constitué de plusieurs anneaux de métal sur lequel était gravé des chiffres comme sur une règle de mesure.

Patiemment le maitre des runes se mit en devoir d'accomplir sa tâche. Il portait son œil vers la lunette puis recopiait ses observations sur les parchemins. Peu à peu le dessins des constellations noircirent les pages qui s'entassèrent les unes après les autres sur un petit bureau jusqu'à déborder. Tous les notes de Théophraïn glissèrent par terre dans un grand bruit froissé. Cela sortit le maitre des runes de ses contemplations, et après avoir ramassé les affaires et les avoir disposé sur la table, il décida de s'accorder une petite pause et d'en profiter pour faire du thé.

Il enfourna quelques buchettes dans les poêle et posa un récipient plein d'eau. Et tendit que les flammes léchaient l'ustensile en fer blanc et amenait le liquide à ébullition, Théophraïn leva la tête et contempla dans le silence les mystères du ciel nocturne. Quand tout à coup, il fut surprit par une lueur grossissant à vue d'œil. Il écarquilla les yeux mais s'aperçut qu'il ne rêvait pas. Et c'était l'une de ces étoiles filantes trop importante qui trainait dans le ciel sa longue queue scintillante. Il la suivit des yeux pendant peut être une minute, mais finalement elle vint s'écraser sur le sol, à des milles de là. Sur un parchemin il nota les coordonnées de la chute et en estima la distance. Demain, il parlerait de tout ça à ses confrères du Conseil des Forges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Jeu 10 Nov 2011 - 21:00

Le Conseil des Forge était réuni. Il y avait le Grand Ingénieur de la Guilde, Théophraïn le Maitre des Runes, Trois des Septs Archiforgerons. Seul Hanzok était absent sans quoi le conseil eu été au grand complet. On a avait aussi invité deux archontes qui se montraient de généreux mécènes et en qui le Maitre des Runes avait suffisamment confiance.
Ils étaient assis autour d'une table de pierre à la forme heptagonale discutant de forte voix. Au murs reposaient différentes créations des artistes habitant ces lieux. Elles rivalisaient de splendeur et seule la salle d'arme d'un roi pouvait prétendre afficher pareils artefacts. Chaque membre avait pris place dans un trône de pierre d'ordinaire réservés aux Archifrorgerons. Mais depuis prêt de trois siècles celui-ci n'avait été au complet et même si l'exode de Nogrod et de Belegost avait permis d'en réunir à nouveaux plusieurs membres, des années encore s'écouleraient sans doute avant que la Salle du Conseil ne résonnent des voix profondes et caverneuses des Sept Maitre de la Forge.
Théophraïn s'avança pour débuter la réunion:


"À vous, grands sages du royaume, érudits venus de terre lointaines, il me faut dire une chose qui m'est apparue: il y a deux nuits, alors que je dressait dans ma tour le Calendrier Runique, j'ai observé une étoile choir à plusieurs milles d'ici. Elle semble être tombée au cœur du Val d'Anduin, peut être plus proche quelque part dans le champ aux Iris.

Les légendes parlent d'ores et déjà de tel évènements. Certains y voient de grands présages et des prophéties à interpréter. Pour ma part j'ai entendu que de telle pierre, Eöl en tira le galvorn, ce métal aussi souple que le tissu et solide que l'acier.

C'est pourquoi je propose que nous dépêchions une mission pour recueillir la météorite. Il nous faudra auparavant l'avis du conseil. Si la proposition est acceptée, les archontes ici présent nous feront une offre pour financer notre expédition. Je dois cependant rappeler que nos caisses sont au plus bas et qu'une telle entreprise met en péril notre stabilité économique en cas d'échec. À présent je désire vos avis..."



La salle s'emplit alors des discussions des érudits de longues heures. À chacun il fut donné un temps de parole égale, un sablier contrôlant les durées avec précision. Divers opinions s'affrontèrent, mais la majorité fut d'avis de dépêcher une mission de moindre importance pour découvrir l'étoile déchue. La localisation du point de chute, le territoire orientale, était le consensus majeur. Certains trouvaient que c'était la une mission trop périlleuse. Les archontes, leur soif attisée par le mystère et les profits potentiel qu'une telle découverte pouvait engendrer, soutirent vivement le projet.


"La compagnie des Barbes de feu est prête à offrir six mules et quatre guides"

"Le Conseil de la Cité vous fournira les vivres ainsi que quatre mules supplémentaires!! "

En échange, les compagnies commerciales et les fonds étatiques demandaient un intérêts dans les applications techniques qu'une telle entreprise pouvait rapporter par la suite. On négocia les taux qui furent fixés à dix pour cent pour chacun des deux mécènes. En outre le guilde des Ingénieurs se chargerait de recruter une vingtaines de guerriers et armerait l'expédition. Le Maitre des Runes se joindrait à l'expédition pour la diriger. Mais il fallait l'un des Sept pour représenter le Conseil des Forges. C'est ce que fit remarquer Malakiël, le Grand Maitre ingénieur. Mais les trois Archiforgerons n'étaient plus fort jeunes, et seule Hanzok était autre chose qu'un artisan surdoué pure et dur. Il avait l'expérience des voyages et des batailles étant un chef reconnu.

"Nous attendrons donc le retour de Hanzok, mais pour ce qui est d'organiser la mission, nous pouvons déjà faire le nécessaire. Il devrait être rentré d'ici quelques semaines. Mais rien ne dit qu'il acceptera..."

"Je crois que c'est dans son caractère. De plus, s'il veut reforger l'une des neuf lames, cela peut lui être utile. Je dirais au contraire que tout pousse à croire qu'il acceptera!"

Ainsi le conseil des forges se transforma bientôt en base d'expédition où le matériel afflua au cours des semaines qui suivirent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mer 8 Fév 2012 - 15:52

Les jours passaient et nulle nouvelles de Hanzok. Pire: les gobelins s'agitaient, et les rapports des compagnies indiennes faisaient part d'escarmouches dans les montagnes. De plus le régent Eberk, quelques jours auparavant, avait rassemblé ses armées. Des compagnies d'arquebusiers, ces inventions d'Erebor dont les érudits de Khazad Dûm ignoraient tout, étaient venus de la Montagne Solitaire pour leur prêter main forte. Ils s'étaient enfoncé dans les mines quelques heures auparavant et tous les naugrims attendaient des rapports sur les combats.

Cependant tout était prêt. Il fallait seulement patienter jusqu'au retour de l'Archiforgeron Hatori Hanzok. Les mules étaient arrivées la veille. On avait du faire acheter du fourrage. Les chargements étaient prêts, entassés dans une salle obscur à l’abri des rats et autre rongeur, deux matous aux yeux farouches veillant sur les colis. Il y avait les vivres, composés essentiellement de viande salé et de blé. Ils emportaient aussi un sac complet d'amandes pour les pauses durant les heures de marche, des haricots secs dont les naugrims raffolaient, ainsi que deux sacs de riz qui avait le mérite de se cuisiner froid afin d'éviter de faire du feux et d'être repéré.

Pour ce qui était du matériel, ils avaient avec eux nombre de masses et de burins, dont un à la pointe de mithril, des cordes de plusieurs dizaines de mètres, des chaînes en acier trempé. On avait aussi composé une réserve de charbon minérale, plus efficace que son homologue issus du bois. Une petite enclume avait même été fondue pour l'occasion. Car nul ne savait exactement ce qu'ils allaient trouver. Il fallait donc être assez prévoyant, sans pour autant trop se charger, la missions exigeant de pénétrer dans une région sous influence orientale.

Enfin il y avait les membres: Theophraïn s'était porté volontaire. Les guides envoyés étaient d’origines diverses: Erom était un haradrim des compagnies indiennes, Pilgrim un coureur d'Esgaroth, Finarfin un elfe de la forêt noir, et Khâlir un solide nain d'Erebor. Il y avait aussi les quatre guides envoyés par les Barbes de Feu, tous des montagnards aguerris qui connaissaient les monts brumeux dans leur moindre recoins, ainsi que vingt solides guerriers naugrims triés sur le volet après enquête quand à leur fidélité.
Tout ce petit monde s'était installé au conseil des Forges où la place commençaient presque à manquer. Les couloirs et les pièces étaient encombrés de caisse, de bagages en tout genre, de fagots de bois charme. Dehors, on avait aménagé une grange de fortune avec quelques rondins coupés dans les forêts de mélèzes. Les bêtes y avaient été installé. Il s'agissait de mules et non de poneys, ces derniers étant d'ordinaires les montures des naugrims aventureux, pour la simple raison que les mules sont plus robustes et peuvent emporter d'avantage de chargement. Les membres de l'expédition n'étaient pas des cavaliers, et les éclaireurs étaient pour la plupart de grands coureurs qui ne s’encombraient pas de la présence d'un animal.

Seule ombre au tableau: depuis deux jours, la cargaison de fourrage commandé par les nains n'était pas arrivé. Ce contretemps était malgré tout moins grave, puisque de toute manières Hanzok ne donnait pas de signe de vie. Malgré cela Theophraïn, qui était en charge de l'expédition et de sa préparation prit les devant. Il envoya un rapport sur l’absence de Hanzok au bureau des frontières. Un éclaireur indigène lui rapporta qu'il avait été aperçu quelques nuits auparavant au poste de garde de Targar. Le voyage avait donc du s'avérer plus périlleux.

Pour achever sa tache, le Grand Maitre des Runes décida de payer le fourrage de sa poche. Un matin il s'en vint du côté des trois moulins où il négocia le rachat de la balle des moissons à Gnabork Kutzil, le propriétaire agricole le plus important de la vallée. Ce fut d'ailleurs en vain, car trois jours plus tard, il s'avéra que les marchandises commandés avant avaient été égaré dans un entrepôt de la tour Sud où demeuraient les douanes de Khazad Dûm. Le surplus fut donc distribué au bêtes afin qu'elle prennent des forces avant le voyage à venir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mar 14 Fév 2012 - 0:17

Au terme de son voyage Hanzok parvint au Conseil des Forges. Les toitures du lieux étaient recouvertes d'un fin manteau de neige. Devant il fut étonné de trouver une grange fraichement construite et dans laquelle patientait des mules en grand nombre. Puis il frappa à la grande porte. Les verrous grincèrent et on éleva la herse. Quelle ne fut pas sa surprise. Les couloirs et la grande cour étaient encombré de ballots et sac en tout genre. Il y avait des fagots de bois ficelés avec précision et enroulé dans des toiles imperméables. De plus nombre de gens étaient là, parmi lesquels des nains en grand nombre mais aussi des hommes et un elfe. Ils tournèrent leur regard étonnés vers l'Archiforgeron qui lui même demeura interloqué. Mais de derrière un tas de colis une voix amis se fit entendre:

"Qu'est ce qui vous intrigue mes gaillards, il nous reste encore du travail et... ma parole, par les Valars et Aulë, Hanzok est de retour, mon ami, j'espère que tu as fait bon voyage!!"


Le jour touchait à sa fin et les membres du conseil restèrent de longues heures à expliquer le projet qui avait germé depuis cette nuit étoilée. Ils admirèrent l’œuvre dont Hatori s'était acquitté et comprirent qu'ils avaient encore beaucoup à apprendre des elfes. Mais la cécité de Hanzok posait problème, et bien qu'il fut fort enthousiaste, il ne pouvait se permettre un tel voyage. On évoqua diverses solutions, mais finalement il fallut se rendre à l'évidence: le forgeron risquait trop gros et sa présence handicaperait la mission. Il fallut donc qu'il choisisse un compagnon de confiance afin de le remplacer et de mener cette mission à bien. Et le naugrim porta son choix sur un être qui fit l'unanimité: Artaxerxias.
Ce dernier était le frère du barde Epixarkoïs dont la réputation n'était plus a faire. Il officiait comme commandant des compagnies indiennes et comme champion. Ses talents de duelliste étaient réputé et c'était de plus un chef avisé. En outre, Théophraïn serait présent pour s'assurer de ses choix.

Ainsi, le lendemain, Hanzok alla trouver Artaxerxias pour le convaincre de leur venir en aide. Devant l'infirmité de son ami et son insistance, il accepta de bon cœur et promis de gagner le Conseil des Forges dès le lendemain après avoir réglé ses affaires et confié le commandement à son plus fidèle lieutenant, ce qu'il alla faire sans plus tarder. De son côté, l'Archiforgeron, désormais secondé par un apprenti pour le guider regagna le manoir en fin de soirée alors que la nuit était déjà tomé. Pour plus de sécurité, Artaxerxias lui avait adjoint une escorte qui demeura à dormir dans la grande tour de granit.


Le lendemain, l'expédition était prête à partir: ils était prêt d'une quarantaine, Artaxerxias étant venu accompagné de deux frères d'armes, des hommes à l'allure élancée et au regard farouche. Les montures étaient chargées lourdement pour le périple en montagne (le bois par exemple n'étant pas partout présent) mais leur charge iraient en diminuant au fil des jours. De plus elles avaient était largement nourries grâce à l'impaire de Théophraïn. Hanzok s'était levé de bonheur pour les entendre partir et il les salua, quelque peu attristé de ne pouvoir les suivre.


« Mes amis. Que les Valars vous éclairent des lumière de jadis, et que votre chemin, si sinueux soit-il, vous porte vers bon port. Je serais avec vous par l'esprit et adresserait mes prières à Aulë. Bonne route !! »


La colonne se mit en branle et peu à peu elle s'éloigna. Mais Hanzok, longé dans les ombres, ne put les voir disparaître. Il se contenta d'écouter leur pas s'atténuer petit à petit, le claquement des sabot se faire plus étouffer, puis leur cris joyeux s'éteindre doucement dans l’écho des montagnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Lun 16 Avr 2012 - 19:03


Après le départ de l'expédition, Hanzok se retrouva un peu seul. Autour de lui rien n'était comme avant. Les forges pour lui ouvraient une nouvelle nature, plus sonore, faites des odeurs roussies. Il ne pouvait manier ses outils, lui qui était l'un des lus habiles. Il devait se contenter d'écouter à longueur de temps. C'était des percussions à timbre d'acier, ou bien la lente respiration des soufflets dans les fourneaux, le sifflement de tisons plongés dans les eaux et bouillonnant encore quelques instants. Une certaine morosité se fit sur l'âme de l'Archiforgeron. C'était pour lui la pire époque qu'il ai vécu. Les gens continuaient à lui témoigner quelques respects, mais ce qu'il attribuait jadis à sa force et son savoir, il lui fallait maintenant le prendre pour de la pitié, ce qui le mettait souvent hors de lui. Les gens lui adressaient moins la paroles. Et puis il ne pouvait lire dans leurs yeux leurs émotions comme auparavant.

Peu à peu, Hatori perdit le sens du temps: les journées se ressemblaient toutes, et sans constat des avancements du jour, il ignorait les heures et les minutes, ressentant simplement le soir par l’arrivée des brises fraiche de la nuit. Il se cloitra peu à peu dans un silence sans espoir, dans une sorte de mutisme qui rendit son attitude difficile pour ses proches qui ne comprenaient pas bien les raisons d'une telle attitude bien qu'ils en devinaient les motifs originelles. Il passait parfois de longues heures à créer des simulacres dans son esprit tortueux. Mais il devait se rendre à l'évidence, les images mentales étaient bien instables. Seul, parfois la nuit, il s'éveillait au milieu d'un rêve, une sensation de vision encore bien présente. Mais elle s'effaçait lentement, et bientôt il retrouvait les ténèbres les plus profondes.

Un jour il fut bousculé par un jeune nain et se prit d'affection pour le garnement qui étudiait les runes et les savoirs antiques. En échanges d'anecdotes et de secrets propres à l'Archiforgeron, l'apprenti qui avait pour nom Pilgrim, menait Hanzok jusqu'aux archives de Khazad Dûm pour lui faire la lecture et discuter avec lui du savoir des anciens. Ils devisaient ainsi de longues heures et certains écrits apportaient quelques quiétudes à l'artisan déchu. Ainsi les sciences métaphysiques ne lui ouvrirent que peu d'horizons, mais la poésie était parfois une révélation.


"Le Sommeil est un amour perdu", amour perdu du regard.

« Le centre n'est pas un point, sinon il serait facile de l'atteindre. Il n'est pas même la réduction d'un point à son infini... » la conscience intérieur est une explosion constante et non une réduction de l'être, cloitré dans les ténèbres.



Nulle message ni information ne lui parvint cependant de l'expédition lancée par le conseil des forges. Il demeurait un silence totale et après vingts jours passés, Hanzok commença à s'inquiéter. Il errait dans les halles des caravanes, quémandant, à droite à gauche, des renseignements aux voyageurs, aux marchands de passage. Seule une petite troupe déclara avoir bivouaqué en leur compagnie, mais cela remontait à prêt de deux semaines. Sans doute fallait il encore attendre et se montrer patient. Après tout, c'était une opération délicate et elle exigeait le plus grand secret. Aussi il valait mieux se résigner jusqu'à leur retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mer 12 Sep 2012 - 20:02

Les jours se faisaient longs, et l'attente insupportable, aussi, Hanzok trompait le temps du mieux qu'il le pouvait. Pilgrim l'emmenait lors de longues promenades, et il vint même passer quelques jours dans les mines. Là il revit quelques vieux amis, et s'il ne parla pas beaucoup, il parut satisfait de réentendre des voix amicales. Dans l'obscurité permanente, les heures semblaient une longue attente que seul le sommeil venait interrompre.
Lors d'une marche, ils franchirent le pont de Khazad Dûm. L'opération fut délicate car la passerelle de pierre n’était pas très large en son milieu, et l'abysse environnante eu donné des vertiges à plus d'un. Et lorsqu'il se trouvèrent à son extrémité Est, il s'arrêtèrent devant le lanterne des Fëamenels. La lueur des trois bardes scintillait très pâle. Chacune des clarté semblait avoir abandonné ses couleurs respectives pour se fondre dans celle des autres. On distinguait cependant clairement encore les différents protagonistes. Epixarkoïs, d'un vert bleui, lançait ses faibles rayons sur les espaces alentours.
Les deux naugrims firent silence. Et dans le grand espace enchâssé dans la pierre, une magie étrange les berça quelques minutes. Un chant sonnait presque inaudible. Mais ses spasmes aigus semblaient couler tout du long des parois, comme une plainte de la roche suintant dans l'air des cavernes. Un sifflement semblable à celui d'une lame bien affutée.

***

Lorsqu'il fut de retour au conseil des forges, Hatori se sentit assaillit d'une étrange solitude. Il ne pouvait lutter contre, et le flot de ses pensées parut se désagréger en désespoir. Seul dans une grande pièce il demeurait seul, sans dormir, et peu à peu, ses pensées se turent. Alors à nouveau un grand silence. Il fut bientôt gagné d'une étrange quiétude. Et alors du néant émergèrent les réponses à doutes. En quelques heures, il retrouva l'équilibre dans son humeur. La vie ouvrait de nouvelles perspéctives, et il était bien décidé à en profiter, et cela malgré sa cécité.

Il passa alors son temps dans les forges à écouter le bruit des marteaux. Les ombres semblèrent s'animer, comme une braise sur laquelle l'on souffle. L'odeur des fourneaux témoignait des procédés. Et même s'il ne parvenait pas à déceler les gestes il appréciait déjà ces anciennes sensations.
Il demanda alors à Pilgrim de réunir toutes les armures les plus solides et les mieux ouvragées du royaume. Le jeune nain s'en acquitta pendant près de sept jours, courant sans cesse du manoir à la mine, puis dans les quartiers riches des galeries. Hanzok, à l'aide de ses mains, palpait des heures durant les pièces composant cet attirail d'une valeur presque inestimable.

Après environ quinze jours à pratiquer cette étrange activité, Hanzok convoqua alors un ingénieur dont il savait les talents. L'artisan vint seulement équipé de tablettes d'argiles et d'un stylet. Assis dans un solide fauteuil de pierre, Hanzok se mit alors à dicter, de mémoire, les plans d'une armure qu'il avait conçu pendant prêt de dix jours.


"Cuirasse, 1/2 de pouces, largeur 50 pouces, hauteur 20 pouces
haubert en plaque d'acier, épaisseur des plaques 1/4 de pouces, largeur 2 pouces, hauteur 2 pouces..."


Cela dura ainsi pendant plus de quinze minutes. Une à une, il énuméra les pièces. Puis il se passa une heure pendant laquelle l'ingénieur, nommé Dorkim-fin-œil traça toute sorte de croquis sur la glaise fraiche. Puis il les passait à Hanzok qu'il lisait les croquis du bout des doigts avant d’émettre sans cesse le même commentaire:

"Recommence!!"

Mais au bout d'une heure, l'Archiforgeron parut satisfait. C'était un modèle plus simple que Dorkim avait épuré d'une épaulières en prévision du port d'un bouclier par le guerrier. La souplesse de l'ensemble plut à Hanzok. La cuirasse était un chef d’œuvre: un lacet au niveau du sternum articulait une série de longues lames d'acier comme un éventail. S'y ajoutait des bracelets, des cubitières, des canons d'avant-bras et des gantelets articulés formés d'une quarantaine de pièces distinctes. Les jambes ne porteraient pas de cuissard ni de genouillère, seulement une grève et un soleret à demi-ouvert.

C'était là une très belle œuvre et les autres forgerons présent vinrent donner leur différents avis. Dorkim fit encore quelques modifications minimes sur les indications des uns et des autres, et enfin l'on se trouva en présence des croquis d'un nouveau prototype. Ce serait sans doute un chef d’œuvre de solidité et d'équilibre, à condition que l'on trouve des matériaux exceptionnelle permettant d'alléger la charge du haubert, pour le moins très massif.
Hatori Hanzok avait déjà en tête les détails de la réalisation. Depuis presque dix ans, il ne fabriquait plus guère de lames, mais semblait concentrer son savoir sur les armures et les pièces défensives. Son accident l'avait privé de l'usage de ses mains dans le même temps, mais il n'avait rien perdu de son génie conceptuel. Cette œuvre en témoignait. Il fallait désormais replonger dans l'attente du retour de l'expédition. Plus les jours passaient, plus les doutes s'accumulaient dans les esprits, à tel point que l'on décida de contacter le Bureau des Régiments indigènes pour envoyer des patrouilles dans le Nord, à leur recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mar 15 Jan 2013 - 22:01

Ce fut donc un jour gris, presque neigeux, que Mélusiak, un capitaine d'Artaxerxias, se présenta au Conseil des Forges pour y rencontrer Hanzok. Il vint en compagnie du contingent de secours, et se présenta à l'Archiforgeron escorté de ses deux lieutenants. Après avoir fait le point avec le naugrim aveugle, il fut décidé que la troupe se diviserait en trois escortes de cinquante cavaliers qui remonterait vers le Nord en longeant l'Anduin tout en évitant de trop s'aventurer vers les montagnes où les orcs et les wargs pullulaient à cette saison de l'année. Ils établiraient leur base d'opération depuis le fort de Kumbalgar. De plus, pour sécuriser une partie des montagnes et des plaines situées entre Khazad Dûm et l'ultime bastion septentrional, les deux milles hommes de l'armée régulière étaient partis manœuvrer. Enfin, un messager serait envoyé aux elfes de Foncombe pour les prévenir de l'opération en cours. Si ces derniers proposaient leur aide où une éventuelle assistance, la proposition serait acceptée de tout cœur. Les noldors étaient de puissants guerriers et depuis quelques mois, des ponts diplomatiques avaient été jetés pour reforger l'alliance d'Eregion. Hanzok avait contribué à ce rapprochement, et depuis, il entretenait même une correspondance avec le forgeron Celebrimbor.
Dans sa récente solitude, les lettres de l'elfe avaient fait l'effet d'une lumière. Son élève Pilgrim lui lisaient les peties parchemins d'une voix hésitante, déchiffrant encore mal les caractères Tengwars usés par le maitre elfique. La réponse était ensuite rédigée sous la dictée d'Hatori et l'apprenti s'escrimait à tracer les lettres, une à une, tandis que l'esprit de l'artisan vagabondait à ses interrogations. Pilgrim emportait ensuite le messages au pigeonnier de la Mine où l'on chargeait alors une bête de transmettre la missive. Quelques jours plus tard une réponse arrivait de la même manière.

Lorsque quelques heures plus tard la mission de secours se fut mise en route, l'Archiforgeron regagna sa salle de travail. Le lieux grouillait maintenant sous les esquisses et les croquis divers. Dans un coin de la pièce Dorkim-fin-œil était afféré à corriger le travail entreprit en compagnie de l'Archiforgeron. D'autres l'avait rejoint, comme Tarki le tapissier, dont le savoir dans la confection de fils et étoffes était reconnu dans tout l'Eregion. Il y avait aussi Ockri, un fondeur d'une grande sagacité venu de Nogrod avec les réfugiés et dont l'ont connaissait les rapports avec les alchimistes. Il diluait jour après jour des mixtures, passait des alliages dans le fourneaux avant d'en tirer de nouvelles concoction qu'il plongeait ardente dans les flammes. Le but des recherches entamées par la réunion de ces artisans était demeuré secrète en dehors du conseil, mais dans les galeries et les tavernes de la mine, il courait le bruit que le Conseil des Forges cherchait à obtenir du fil de mithril. Certes la prouesse avait déjà été réalisée auparavant, mais les mystères touchant à de telle activités n'avait été transmises qu'au compte-goutte et les érudits nains ne transmettait de telles connaissances que sur leur lit de mort. La chute de Nogrod et Belegost avaient ainsi engendré la perte d'un savoir crucial et les Archiforgerons s'acharnaient à en retrouver les arcanes.

Hatori continuait à émouvoir tout ce petit monde. Les Maîtres des Runes rendaient régulièrement visite aux forgerons, tachant d'apporter des réponses. Une partie des archivistes de la bibliothèque étudiait à tout heure les légendes anciennes et les traités de métallurgie rédigés par les anciens. Hanzok lui, faisait désormais venir de grande quantité d'argile. Pendant de longues journées, et parfois même la nuit, il modelait la glaise rouge pour en tirer des moules où les forgerons faisaient ensuite couler l'acier en fusion. Puis d'autres artisans retravaillaient l'ensemble. Enfin, de son marteau d'airain, le naugrim aveugle frappait ces pièces jusqu'à les briser. Les ingénieurs en relevait alors les faiblesses, et l'on poursuivait l'opération. Avec le temps, les nains en vinrent à élaborer un modèle des plus résistant. La courbure du métal supportait des chocs de plus en plus puissant.
Un beau jour qu'Hatori venait de commencer sa journée, Ockri vint le trouver, surexcité. Il venait d'obtenir de nouveaux résultats. Hanzok suivit le fondeur dans une remise. Ancrée dans une pénombre bleuis, pièce était emplis de milles et uns fils qui traçaient leurs contours argentés parfois irisés de couleurs phosphorescentes. L’érudit s'empara d'un fil et le présenta au forgeron qui inspecta soigneusement l'ouvrage à l'aide d'une loupe. L'ensemble était homogène, et à l’œil on ne pouvait discerner la moindre irrégularité. D'un coup sec, le fondeur arracha des main le fils et prenant une hache il tenta de trancher la ligne de mithril. Le fil fut prit entre la lame et la pierre. Mais lorsqu'Orcki sépara l’ensemble, le fil était demeuré intact. Seul la lame de la hache était entamé d'une minuscule rainure, témoin de la résistance époustouflante du métal. Mais l’œuvre de Hanzok était encore bien loin d’être achevé et dans son esprit d'artisan génial et tourmenté, de nouvelles idées se bousculaient encore plus vives.


Dernière édition par Hatori Hanzok le Mar 19 Fév 2013 - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mar 19 Fév 2013 - 18:44

Les événements prirent un autre tournant lorsque que la colonne de secours reparut après quelques jours. Ce fut d'abord un cavalier, chargé d'apporter la nouvelle du retour de l'expédition. Puis, après deux jours, une sentinelle vint annoncer qu'une colonne était en marche vers le conseil des forges. Aussi Hanzok demanda que l'on se porte à leur rencontre. Le forgeron était trop impatient d'entendre le récit de leur voyage. Monté sur un poney, il s'avança en leur direction mené par son nouvel apprenti, Pilgrim. Le jeune naugrim les mena aussi vite que possible, pressé par les demandes incessantes de Hanzok. Après deux heures à crapahuter vers la vallée, ils rejoignirent la tête de colonne. Des soldats de Kumbalgar avaient renforcé l'escorte. C'était là le signe d'un probable succès. On mena alors le forgeron aveugle vers les membres survivants de l'expédition.
Les yeux d'Hatori ne lui permettaient plus de distinguer quoi que ce soit. La lumière était quelques peu revenue, mais tout n'était que formes floues, galimatias de couleurs et d'ombres sans nuances. Il ne distinguait pas un arbre d'un homme, aurait pu confondre un bœuf et un troll, et devinait seulement s'il faisait jour. Aussi lorsque sa monture s'arrêta, il fallut attendre le son des voix présente pour qu'il devina qui était de retour et qui avait donné sa vie pour le peuple Naugrim. Et quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il entendit la vois d'Artaxerxias. Ce dernier lui relata les faits, en commençant par annoncer le sort du Maître des Runes.


"Théophraïn a rejoint les cavernes de Mandos. Il est tombé sous le coup des orcs et son sacrifice a permit la réussite de notre mission. Son corps git à présent dans une grotte de Mirkwood où nous lui avons rendu les derniers hommages. Sans lui, nous ne serions parvenus à notre fin. Ainsi sous sa conduite, nous avons trouvé la pierre céleste. Nous en avons tiré tout le minerai possible, et avons chargé six sacs. Mais sur le retour, en franchissant l'Anduin, nous avons perdu deux d'entre eux. Dans l’obscurité et les flots tumultueux, il nous a été impossible de retrouver quoi que ce soit. La prochaine crue se chargera de disperser le précieux minerai. Toujours est-il qu'il nous reste encore quatre sac. Leur chargement devrait te satisfaire. Mais je dois te parler d'autre chose lorsque nous serons en privé."


La colonne, qui s'était arrêté le temps des retrouvailles, se remit en marche afin d'achever ce périple de plusieurs semaines. Une fois parvenu au conseil des forges, les voyageurs eurent droit à un large festin que le Conseil des forges avait fait préparé. Hanzok de son côté, bien qu'il pleura la mort de son ancien ami le Grand Maitre des Runes, était rassuré par la tournure des événements. Il inspecta le mystérieux métal. La couleur n'était pas celle du mithril, ni celle de l'acier ou du cuivre. Cela pouvait être un alliage, mais il serait alors probablement difficile d'en séparer les composants. S'il s'agissait d'un métal inconnu, il faudrait alors étudier soigneusement ses propriétés. Mais les reflets irisées de la pierre laissaient l'Archiforgeron perplexe.
Après avoir déguster son premier véritable repas depuis quelques semaines, Artaxerxias vint trouver Hanzok. Il allèrent trouver un coin paisible et le haradrim dévoila alors quelques détails supplémentaires, concernant en particulier le Magicien Brun qu'il avait rencontré. Certes, l'indien ignorait que ce dernier était un Istar, ce mot lui étant d'ailleurs inconnu. Mais il avait deviné quelques secrets du magicien et rapporta plus particulièrement une conversation secrète qu'il avait eu avec Radagast.


"L'homme, même s'il semble un vieillard, est doté d'un grand don pour ce qui touche à la nature et aux animaux. Il semble veiller sur les bois de Mirkwood et m'a rapporté que les choses allaient de mal en pis. Les araignées infestent le bois, et les Orientaux ne font rien pour lutter contre ce mal. Le Rhovanion tombe en décrépitude... Ce Radagast nous a aidé sans rien attendre. C'est de toute évidence un cœur noble. Il m'a demandé cependant de l'aide et je lui ai promis votre appuie. Je te prie de m'excuser d'avoir engager ta parole, mais il m'a semblé que si tu t'étais trouvé avec nous, tu aurais accepté..."

"N'ai crainte Arxtaxerxias, tu as toute ma confiance. L'urgence des missions vous confronte parfois à ce genre de problème. Tu as agi en suivant ton ton cœur et ton instinct ne t'as pas trompé. Je veillerai à respecter la parole engagé. Mais auparavant d'autres tâches nous attendent encore. C'est à présent à mon tour de déployer mes efforts pour mettre mon plan à exécution."

L'Archiforgeron esquissa un sourire. Le duelliste le lui rendit d'un clin d'œil. Des choses mystérieuses se tramaient en Khazad Dûm et nul n'aurait sut dire, en dehors de quelques initiés, de quoi il en retournait. Mais le conseil des forges était en ébullition. Les mois à venir verraient leur lot de surprises se dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Elrond
Seigneur de Fondcombe et d'Eregion

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 20
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Coffre de l'Eregion
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Jeu 7 Mar 2013 - 14:57

PNJ Celebrimbor

Celebrimbor fut heureux de trouver un lit pour se reposer après la traversée de la mine. Il s'effondra sur le matelas et s'endormit presque instantanément. Son esprit s'envola vers des temps où la soleil était jeune et les elfes plus puissant encore qu'aujourd'hui. Il marchait dans l'herbe verte d'Ossiriand puis naviguait sur Belegear sous les milliers d'étoiles.
Mais son rêve fut interrompu par un garde des Compagnies indigènes. Il était temps de partir. Il se rassasia avec ce que l'édain lui avait apporté. La bière finit de le réveiller et ses oeufs brouillés lui firent le plus grand bien. Il salua l'haradrim et en profita pour admirer le magnifique travail qu'était le masque. Cet objet servait à terrifier les orcs pendant une bataille, celui-ci était en acier trempé et on y avait gravé des runes puissant. Le Golodhrim rejoignit le reste du groupe et ils se mirent en route. Ils sortirent rapidement du bastion et commencèrent leur montée vers le conseil des Forges. Elle ne dura que quelques minutes et le forgeron fut heureux de pouvoir bientôt parler avec son ami. Les quatre enfants d'Iluvatar pénétrèrent par l'unique porte de la guilde sous l'oeil intéressé des nains présent. L'archiviste demanda au portier de les mener dans les appartements de l'Archiforgeron. Le naugrim les regarda avec attention avant de reconnaître le célèbre ami de son chef dans le petit groupe. Sans rien dire il les invita à le suivre à travers un dédale de couloirs et corridors. Finalement il les laissa dans une salle octogonale éclairé par de nombreuses lampes dans le pure style naugrim, faites d'or et d'argent. Trois portes en pierre la desservait, l'une d'elles devaient mener à la chambre d'Hatori. Les trois elfes s'asséyèrent sur un banc finement ouvragé. Le fils de Curufin inspecta avec attention la pièce, elle était en granit sombre et on ne voyait pas la délimitation des multiples blocs qui servit à sa construction. Il admira ensuite un magnifique vase en or incrusté de gemmes multicolores . Il reposait sur une table de chêne renforcée par une armature en fer. Des dizaines d'autres accessoires parfois inutiles trônait dans la pièce. Le forgeron n'aimait pas attendre et il se leva précipitamment pour se diriger vers le balcon qui surplombait la vallée. Un petit ruisseau coulait au fond malgré la température glaciale, on voyait aussi l'imprenable bastion de Khalim, sombre sur le manteau blanc du col de Caradhras. Le silence s’initia dans la salle d'attente, interrompu uniquement par le vent froid qui frappait par rafales. Soudain une porte s'ouvrit sur un longue-barbe casqué. Il fut étonné de voir ses visiteurs particuliers et s'assit en face. La porte se referma sans bruit et le noldor se dirigea vers le nouveau venu. Il lui demanda:

"- Bonjour maître nain.Vous êtes bien un forgeron de la guilde ?"

Il avait remarqué le marteau que le naugrim possédait. Ce n'était pas une arme mais un outils pour l'art de la forge.

"- Oui et vous le célèbre Celebrimbor?

- C'est ça."
répondit-il avec un sourire. "Quelles sont les nouvelles?"

Le nain hésita quelques secondes avant de continuer.

"- L'archiforgeron travaille sur un grand projet. Un fil de mithril!"

L’intéressé resta interloqué face à cette nouvelle. C'était une vrai prouesse technique de réussir à faire un fil fin, uniforme... et incassable! Il imaginait déjà les multiples usages d'une telle invention dans la marine, dans les travaux de la mine ou dans la construction.

[Hrp: dsl c'est un peu court ^^" /hrp]


« Car rien n'est mauvais au début. Même Sauron ne l'était pas. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4803-le-retour-d-elrond
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mar 12 Mar 2013 - 17:39

Depuis quelques jours Hanzok s’affairait à ce qui demeurerait probablement l’œuvre la plus importante de sa vie. Les étapes en étaient longues et il ne se trouvait qu'aux prémices de cette réalisation sans précédent. Les idées étaient nombreuses, mais chacune d'elles demandait un développement long et fastidieux dont Hanzok ignorait la faisabilité. Il fallait d'abord fondre le précieux métal rapporté par l'expédition. Puis sélectionner les plans de prototype et fondre les armures. Viendraient alors les longues heures de travail du métal sur les enclumes. Enfin il faudrait joindre l'ensemble, corriger les défauts, réajuster les armures aux porteurs.
Les fondeurs avaient entamé le travail depuis quelques jours. On avait porté des fours à leur plus haut degré, mais lorsque l'on y avait déposé les fragments de météorite, aucun des morceaux n'était passé à l'état liquide. Tout juste avaient-ils prit une pâle lueur blanche avant de retrouver leur nuance irisées. Les nains s acharnaient donc à tenter de construire un four à fusion plus grand. Ils avaient fait commander à la guilde des marchands, l'implantation de fabrique de brique. Cela nécessitait donc l'élaboration d'un savoir peu usité, bien que sans grande complexité. Des Prospecteurs seraient envoyés au niveau des champs aux Iris, à environ deux jours et demi de marche au nord-est du Conseil des forges pour creuser des puits d'argile. Les ingénieurs naugrims façonneraient à la hâte de petit four en glaise où ils cuiraient les briques afin de les vitrifier et de leur faire acquérir des propriétés réfractaires. Elles seraient alors envoyé au conseil des forges par petit bloc. Les maitres des runes y graveraient des runes de résistance avant que les artisans nains ne se mettent en devoir d'assembler les larges voûtes du fourneau. Hanzok imaginait pour sa part, une sorte de galeries perpendiculaire où de grand soufflets viendraient cracher leur bouffées d'air des montagnes.
Quand Hanzok eu vent de ce projet il songea aussi à profiter de l'aubaine et commanda au ingénieurs des empreintes dont il avait dessiné les croquis. Avec des moules cuits, il espérait tirer une plus grande précision dans le sillon de brique vitrifié. L'altération de brique lors du processus de fonte devrait s'en trouvé réduite et le produit obtenu amélioré. Mais tout cela contenait encore trop d’impondérable. Aussi lorsqu'un des apprentis vint lui annoncer la visite de seigneurs Noldors, l'Archiforgeron eu le pressentiment que les Valars venaient à son aide par l’intermédiaire de cette venue. Il laissa son travail en suspens et se porta à la rencontre des visiteurs.
Quelle ne furent pas sa surprise et sa joie de revoir l'un des plus grands artisans elfes de la Terre du Milieu. Le petit fils de Fëanor en personne, Celbrimbor du Gwaith-i-Mírdain. Il ne l'avait vu depuis quelques mois, lors de son voyage à Foncombe au cours duquel il avait fondu son marteau avec l'aide des forgerons Noldors. Aussi, le Forgeron s'inclina pour saluer ses hôtes.

"Bienvenue à toi Celebribor, mon cœur se réjouit de ta présence en ces lieux et j'y vois moi-même une bénédiction des Valars. Tu es peut être au courant de quelques rumeurs, mais de grandes choses se trament en notre demeure, et ton aide ne serait guère de trop...Mais je manque à tous mes devoirs, Pilgrim !!..."

Son apprenti refit surface par une trappe dans le sol. Il avait l'air vif et intelligent et malgré sa courte barbe qui illustrait son jeune âge et son inexpérience, ses yeux noirs luisait d'une malice intriguante, et même quelque peu pleine de vie.

"Dresse nous donc une table et apporte nous à boire. De la bière, et de la meilleur. Prend ce qu'il faut dans l'arrière cave."

Pilgrim disparut de là où il était venu et referma la trappe derrière lui. Quelques minutes plus tard ils revint avec d'autres nains, apportant avec eux des choppes, deux tonneaux, ainsi que des tréteaux et des planches avec lesquels ils dressèrent une table. Ils repartirent puis revinrent à nouveau et apportèrent cette fois quelques victuailles alors que Hanzok achevait de servir la bière aux convives.

"De la bière de miel. Elle est produite par un distillateur installé plus dans le sud de la vallée. Il a aussi des ruches et mélange les fruits de la terre pour en tirer cette bonne brassée à la robe d'or sans pareille.
Cependant je ne t'ai pas demandé la raison de ta visite. As-tu fais bon voyage depuis l'Eregion ? Comptez-vous demeurer longtemps parmi nous? Si c'est le cas vous êtes les bienvenu, notre demeure est assez vaste pour tous nous abriter!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Elrond
Seigneur de Fondcombe et d'Eregion

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 20
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Coffre de l'Eregion
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mar 19 Mar 2013 - 23:15

PNJ Celebrimbor

La table fut rapidement mise et la nappe blanche fut couverte de plat fin et de bières raffinées. Les assiettes finement ouvragées furent remplies de victuailles de toutes sortes. Les pigeons au vin blanc côtoyaient les langues de beaufs. Le tout accompagné d'un bouillon au croûtons. Les verres de cristal furent remplies d'alcool par leur hôte. Ce dernier leur murmura avec un clin d'oeil.

"De la bière de miel. Elle est produite par un distillateur installé plus dans le sud de la vallée. Il a aussi des ruches et mélange les fruits de la terre pour en tirer cette bonne brassée à la robe d'or sans pareille."

Il est vrai que le breuvage était délicieux. Le gosier des visiteurs fut rafraîchis et le naugrim reprit avec curiosité:

"-Cependant je ne t'ai pas demandé la raison de ta visite. As-tu fais bon voyage depuis l'Eregion ? Comptez-vous demeurer longtemps parmi nous? Si c'est le cas vous êtes les bienvenu, notre demeure est assez vaste pour tous nous abriter!!

- Elrond ma confié une quête. Il fut un temps où les elfes connaissaient le moyen pour rendre leurs armures plus splendide et terrible. Malheureusement, leurs arts fut perdu lors de la chute du Beleriand. Le seul moyen de retrouvé ce savoir perdu reste la mémoire de votre peuple. Je n'ai pas à te l'apprendre, tu reste le meilleur forgeron de la terre du Milieu et si tu dis que vous n'havez rien à ce sujet je rentrerai. Mais avant j'espère bien que tu me parleras de ton invention."


Il faisait allusion au fil de mithril que l'achiforgeron avait conçu. La curiosité le dévorait et sa faim disparut comme par enchantement. Déjà une idée avait germé dans son esprit, pas très orthodoxe pourtant il avait hâte de la proposé à son ami. Mais il resta le plus stoïque possible, goûtant les plats de son assiette. Mais il ne voyait pas la viande rouge, ni les légumes, il revoyait ses souvenirs et ses armures magnifiques. Ne se souvenant seulement de la chaleur des forges et le bruit sourd du marteau couvrant les paroles de son père. Il pensait donc qu'il fallait dire des runes pour apporter à cette pièce d'acier trempé une "âme". Mais cette "formule magique" restait inconnu et il commençait à croire que personne ne la retrouverai avant que les elfes rejoignent Valinor. Il avait donc laisser sa pensée se détourné vers son plan. Celebrimbor commençait à percevoir des détails qui aurait rendu sa pensée impossible. Mais quelque chose semblait clocher,... Hatori semblait, content, très content de sa venue... Or, d'après ce que lui avait dit le nain, ils avaient finis le projet. Pourquoi était-il donc si heureux de le voir ? Travaillait-il sur un autre projet ? Mais son il écarta l'hypothèse, mettant la joie de son compagnon sur la surprise de son arrivé.


« Car rien n'est mauvais au début. Même Sauron ne l'était pas. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4803-le-retour-d-elrond
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Jeu 21 Mar 2013 - 22:05

Hanzok écouta son ami d'une oreille attentive. Ainsi les elfes avaient oublié certains secrets de leurs forgerons et même un artisan comme Celebrimbor semblait ignorer les savoirs antiques jadis développé par les Noldors. Ainsi, sous le conseil d'Elrond, le Gwaith-í-Mirdain se tournait à présent vers les nains, espérant que les survivants de Nogrod aient conservé le savoir. Mais Hanzok, bien qu'Archiforgeron, n'était pas doué d'une mémoire infaillible. Aussi après quelques instants de réflexion, il se mit en devoir de répondre au petit fils de Fëanor.

"J'ai jadis étudié les arts du feu et de la forge avec les elfes de Nargothrond. Et bien que ma mémoire me fasse défaut, j'ai souvenir d'avoir consigné en un grimoire le précieux savoir des Noldors. Si tu souhaites consulter nos archives, je peux te mener à notre bibliothèque. Quand à ce qui est de notre "invention", tu seras mis dans la confidence bien assez tôt!"

L'Archiforgeron prit sa chopine, la vida d'un trait, puis la reposa sur la table dans un tintement bruyant qui signifiait que la collation touchait à sa fin. Il fit signe à un serviteur d'approcher et lui demanda d'aller chercher Artaxerxias qui les rejoint quelques secondes plus tard. Le nain se leva et indiqua à Celebrimbor de prendre sa suite. Les trois compagnons s’engouffrèrent dans un petit escalier de pierre en colimaçon. Ils descendirent de nombreuses marches, avant de parvenir dans une petite salle taillé à même la roche. Des babioles sans grande valeur était entreposées. Artaxerxias s'approcha d'un pan de mur auquel un bouclier d'allure très simple était accroché. Il retira l'objet suspendu à un crochet de fer. Puis il ôta le crochet à son tour dévoilant une longue tige de métal et révélant un mince trou cependant très profond. Il écarta alors ses vêtements et en tira une autre tige, en bronze, accrochée à son cou par une lanière de cuir. Il plongea la tige dans la fente et fit tourner le tout. Il y eu un déclic et une porte s'ouvrit, dévoilant une salle plus vaste mais plongé dans la pénombre.
Hanzok pénétra à l'intérieur et les deux autres lui emboitèrent le pas. Le nain alluma une lanterne, puis une autre. L'indien se mit en devoir de le seconder et après un instant, une douce clarté orange illuminé la pièce. L'endroit était en fait très vaste, et de toute part, des rangées d'étagères accueillaient les parchemins par milliers.

"C'est là notre véritable bibliothèque. Elle contient tout le savoir de mon peuple. Beaucoup croient que la chambre de Mazarboul est notre salle des archives. En vérité, elle liste seulement l'histoire de notre peuple et les affaires administratives. Ici se trouve notre science et les héritages de nos pères...Artaxerxias en est le gardien."

Le forgeron laissa quelques instants à Celebrimbor pour parcourir la salle, avant de poursuivre:

"Il y a de cela cinq lunes, notre Grand Maître des Runes a observé la chute d'une étoile. Nous avons recueillit la pierre céleste au prix d'une expédition menée par Artaxerxias. À présent nous construisons un fourneau pour la fondre et forger ainsi des armures. Le métal semble encore plus résistant que le mithril ou que les écailles d'un dragon. Mais la quantité en est assez réduite, tout au plus de quoi réaliser cinq armures complètes, et pour réaliser les jointures il me faut recourir à du fil de mithril. L'entreprise est ardue mais je commence à obtenir des résultat.
Cependant, lors de mon dernier voyage, nous avons fondu le "Marteau de Telchar" à l'aide du Gwaith-í-Mirdain, et cela à partir des reste de l'une de mes neuf lames en Galvorn. Lors de l'opération je perdis la vue pendant de longues semaines, et aujourd'hui encore, le domaine du visible se limite à une trame bien floue, des couleurs trop pâles, sans chaleur. Je ne croie pas que mes yeux reverront un jour le contour des formes de manière clair. Mes mains sont habiles, mais sans mes yeux perçant mon geste n'est pas sur, sans application...
Aussi ta venue est une bénédiction. Tu est de loin le meilleur artisan en Terre du Milieu. Ainsi je te propose un marché: forge pour moi les meilleurs armures qu'une être ai jamais porté. En échange de cela je te révèlerai ce que tu ai venu chercher. Qu'en dis-tu?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Elrond
Seigneur de Fondcombe et d'Eregion

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 20
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Coffre de l'Eregion
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Sam 23 Mar 2013 - 22:25

PNJ Celebrimbor

Le petit fils de Fëanor resta sans voix... La bibliothèque caché le remplit d'admiration, admirait les milliers de livres qui s'étendaient sur les étagères forgées. Les livres reliés remplient de secrets le laissa sans voix. Lui qui était persuadé que la salle de Mazarbul était le lieu le plus sacré de la mine... Mais autre choses l'interpella: comment une étoile avait elle pu tomber sur Arda sans que personne le sache à part les nains? Mais la chose qui l'étonnait le plus fut le secret qui en cette découverte pour que si peu de personnes soient au courant. Lui qui pensait que le secret de l'Archiforgeron était les fils en mitrhil il ne réagit même pas quand on lui proposa le marché.
Ce dernier reposait sur Celembrimbor. Le pour et le contre fut rapidement pesé: il forgerait un métal inconnu pour qu'on lui donne les secrets de l'art de la forge. Il savait que ce serait dur, la météorite était plus dur que le vrai argent et donc serait plus dur à fondre... et à modeler! Mais le noldor n'était pas d'humeur à refuser un défi.

"- C'est d'accord, je te forgerais tes armures mais j'ai besoins de tes connaissances pour les réaliser."

Il était heureux mais une ombre restait sur le tableau: la perte de la vue de son ami le chagrinait. Il décida donc de se mettre au travail dés maintenant pour se changer les idées. Il demanda à être conduit à la forge, laissant son vieil ami l'archiviste, se plonger dans les parchemins qu'on lui permettrait de lire. Le noldor suivit un naugrim qui le mena dans un labyrinthe de couloirs et de portes pour finir dans une immense pièce où trônait une immense cheminée. Elle venait d'être allumer et la chaleur n'était pas encore trop forte. Il descendit et inspecta l'édifice. Les briques étaient de grandes qualité et aucune faille n'était à signaler. Il se prépara, enlevant son haut pour mettre des gants et un tablier en cuir. Il prit aussi un marteau en acier et admira les moules que l'archiforgeron avait conçu. La température augmentait peu à peu et de grosses goûtes de sueur commençaient à perler le front du premier né. Celebrimbor Il se fit un devoir pour aider les apprentis en activant un grand soufflet. Les flammes se firent plus nombreuses à lécher le charbon de bois. Il demanda d'apporter d'autres combustibles et accéléra la cadence. Il commençait à faire très chaud dans la salle et il dut faire des pauses. Puis il essaya de faire fondre le morceau de météorite mais ce n'était pas encore suffisant alors il se remit au travail. Pendant dix minutes il pompa l'air pour le remettre dans l'âtre avant de remettre le métal dans le foyer. La température habituel d'une forge avait été dépassé depuis longtemps et ce fut le miracle: il commença à fondre. Le fils de Fëanor continua son travail fatigant jusqu'à porter le mélange à ébullition. Puis il le coula dans un moule et, utilisant une pince, plongea le future plastron dans de l'eau glacé. Un brouillard brûlant envahit la pièce et on dut ouvrir les fenêtres pour pouvoir respirer. Puis posa l'armure encore chaude sur une enclume et commença à frapper, gommant les imperfection, réduisant l'épaisseur à quelques millimètres. Il laissera le soin de décorer son oeuvre par des orfèvres et sortit prendre l'air pendant qu'on maintenait le tout à ébullition. L'air froid lui frappa le visage et lui fit beaucoup de bien. Dés qu'il eut reprit sa respiration il reprit son travail. Cette fois si il forgea une épée, le bruit de marteau frappant la lame résonna longtemps dans les montagnes et dés qu'il eut finis, il l'envoya à son ami pour qu'il la rende plus forte et aiguisée grâce au savoir naugrim. Il n'eut pas le temps de faire autres choses car il s'effondra littéralement de fatigue. Au fond de lui même il espérait que les forgerons nains commenceraient les liaisons en mitrhil.


« Car rien n'est mauvais au début. Même Sauron ne l'était pas. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4803-le-retour-d-elrond
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mar 14 Mai 2013 - 0:58

Hanzok et ses acolytes œuvrèrent activement à l'achèvement du four afin que Celebrimbor fondre les pièces dans les meilleurs conditions. Lorsque le four eut été chauffé pour les forgerons et les fondeurs, Hatori gagna la bibliothèque secrète avec son apprenti Pilgrim et se mit en devoir de consulter les archives avec plus d'attention que lors de la visite en compagnie du Noldor.
Cependant pour cela, il dut attendre que l'heure soit avancée, car le règlement de la bibliothèque interdisait formellement le moindre usage prolongé de torche ou de lanternes utilisant le feu comme éclairage. Mais le lieu avait un moyen ingénieux de faire la lumière sur ses archives : des sphère couvertes de fluor emmagasinaient les rayons du soleil à l'air libre. En actionnant certains leviers dans un pan de mur, elle plongeaient de la surface et descendaient dans la salle souterraine par quelques puits percés dans les plafonds de la grande voûte célébrant le ciselage des colonnes de pierre blanche.

Le vieux maître prépara soigneusement ses recherches. Pendant de longues minutes, il fit rassembler à Pilgrim divers documents, piochant en de multiples rayons des savoirs enfouis sous la poussière. Les parchemins s'entassèrent les uns après les autres. Hanzok, sous la lecture de son apprenti consulta rapidement certain d'entre eux, s'attarda plus longuement sur d'autres. Les langues et les écritures qui les composaient étaient variés et il fallut que Hanzok mettent certains d'entre eux de côté. Il remonta dans les étages du Conseil des Forges et alla trouver Torgrim actuellement le nouveau Grand Maître des Runes de Khazad Dûm. Ce dernier avait succédé à Théophraïn après que ce dernier fut mort au combat lors de l'expédition visant à récupérer le précieux métal. Aussi, lorsque Hanzok lui eu fait part de sa demande, l'érudit se mit joie de rendre service à l'Archiforgeron. Il savait que, derrière l'artisan habile et aujourd'hui aveugle, demeurait encore un naugrim aux influences puissantes et au savoir précieux. De plus la mine devait bien plus à Hanzok que de simples « épées ». Aussi lui apporter assistance était un honneur, même pour un Grand Maître des Runes.
Torgrim se fit un plaisir de traduire, ligne après ligne, les arcanes d'encre. Il déchiffrait sans peine, les langues elfiques, comme les plus vieux dialectes naugrims, maitrisait des runes secrètes de Numénor. Les membres du Conseil Runes et les astrologues avaient élus ce nain à l'intelligence sans pareille et il faisait honneur à son ancien maître Théophraïn. Cette élection signifiait aussi l'appuie donné à l'entreprise initié par le Haut Conseil Khazâd, celui des sept Archimaîtres, représentant les Sept Guildes Majeures : celles des forgerons, des mineurs, des ingénieurs, des maitres des runes, des tailleurs de pierre, des orfèvres, et des alchimistes.
Hanzok, écoutait d'une oreille attentive. Pilgrim de son côté notait à la plume les différentes informations que son maître retirait des traductions fournies par son homologue. Les runes khuzdul noircirent bientôt les pages de plusieurs papyrus. Lorsqu'il eu achevé, Hanzok remercia Théophraïn qui le laissa pour retrouver ses activités.
Alors Hanzok se lança dans la lecture plus approfondie des manuscrits. Il mit en corrélation les savoirs divulgués dans les calligraphies habiles dressées par les maîtres de jadis. Pilgrim notait sans s'arrêter les hypothèses de l'Archiforgeron, et les mots sortaient parfois si vite de la bouche de Hanzok qu'il fallait que l'élève demande un moment de répit pour remplir à nouveau l'encrier ou tailler la pointe usée de sa plume. Leurs recherches durèrent toute la nuit et au petit matin, alors que ses paupières étaient devenues lourdes comme du plomb, Pilgrim put ranger les outils de copies. Hanzok avait atteint son but et rassembler les informations nécessaires. Certes il lui faudrait encore du temps pour trouver ce qu'il cherchait mais les clés avaient été rassemblées et il restait qu'à ouvrir les portes du labyrinthe qui les mènerait à la connaissance.

L'Archiforgeron rendit alors visite à Celebrimbor qui avait achevé une première armure. Il vint aussi avec l'épée qu'on lui avait remis. Il trouva l'elfe en train de se reposer. Il le salua et observa son humeur matinale avant de commencer.

"J'ai travaillé pendant plus de vingt heure durant. Je n'ai pas encore trouvé les formules que tu cherches, mais je pense pouvoir en retrouver les grandes lignes d'ici quelques jours. Je consulterais mes frères ce soir afin d'obtenir certains éclaircissements dans des spécialités qui me sont moins connus. Mais j'ai de bon espoir de réussir. J'ai étudié les pièces que tu as forgé...
Tu sais depuis que je n'ai plus mes yeux, mais ce brouillard lumineux permanent, mes doigts ont acquit une sensibilité toute autre. Mes oreilles aussi. Je sais par le tintement du fer si une pièce possède un point faible qui mettrait sa solidité en péril. Et de mes mains, je juge la qualité d'une œuvre bien frappée sous l'enclume. L'armure que tu as forgé est presque sans pareil, et seuls les œuvres des plus grands forgerons Noldors égale le galbe de cette cuirasse. Je dois donc t'en féliciter, mais dans le même temps te blâmer pour ne pas avoir respecter mes instructions en forgeant une épée.
Nous avons trop peu de métal précieux pour l'utiliser à d'autres fins que celles que nous nous sommes fixés. Aussi il nous a fallu choisir. Les nains n'ont guère d'ambition de conquête. Les Montagnes sont notre royaume. Ils nous importe d'avantage de les protéger et le Conseil a voté la réalisation de cinq armures. Je dois donc te demander de refondre la lame que tu as forgée. Je comprend l’enthousiasme qui a put te prendre, mais un pacte demeure un pacte. Si tu ne fais pas ce que nous avons convenu, alors je ne pourrais te donner ce que tu cherches. Ce qui bien entendu me désolerai, mais comme tu le sais, j'ai engagé ma parole auprès du Conseil."


L'archiforgeron souriait d'un air gêné. Sa voix était calme et grave et il ne voulait en aucun cas froisser son invité, que cela soit d'une manière ou d'une autre. Mais le devoir lui imposait d'être franc et juste dans ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Elrond
Seigneur de Fondcombe et d'Eregion

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 20
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Coffre de l'Eregion
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Mar 11 Juin 2013 - 15:11

PNJ Celebrimbor

La remontrance lui fit l'effet d'une gifle, ce n'est jamais agréable de subir cette honte surtout quand on voulait bien faire... Mais Celebrimbor ne broncha pas, et quand son ami eu finit il posa un regard triste sur l'épée. Elle était belle pourtant, noir comme le jais, grande, solide et légère. Mais un marché est un marché et il devait le respecter.

"- Vous avez raison mon ami, j'ai été rattrapé par mon zèle. Pardonnez-moi."

L'eldar baissa la tête, gêné, et réfléchit pour partir sur un autre sujet et raccourcir ce moment de honte qui lui rougissait les joues. Il respira un grand coup et continua:

"- Merci, mais je sais que votre talent dépasse le mien malgré votre problème d'yeux. Je vous laisse cette armure et son équipement, je vais continuer mon travail... Bonne chance pour le votre et merci."

Il repartit dans le sombre couloir, l'épée à la main. L'obscurité lui glaça le sang, le vent qui courait dans les galeries le frigorifia et sa paume se serra autour du manche. Ses battements de cœur ralentirent et il reprit sa route. La lame brillait d'un éclat sombre, la lumière de la lointaine forge miroitait sur le métal. Son regard n'arrivait pas à quitter cette froide lueur qui faisait vibrer son Fëa.

"Une si belle arme, c'est dommage de la faire fondre... Et puis des armures seuls ne servent à rien sans un outil pour se défendre!"

Celebrimbor frappa un bout de bois. Le bruit résonna mais fut rapidement recouvert par l'écho des soufflets. Chaque bout de conifère vola et rebondit sur la pierre.

"Une si belle arme..."

L'elfe posa l'épée sur un morceau de quartz, peut-être que son ami accepterait de revoir son avis. En attendant il fallait reprendre le travail. Cette fois ci il fallut moins de temps pour que la température soit suffisante. Peu à peu les bulles se formèrent sur la surface, d'abord au rythme du cuir plié, puis sur la surface plane apparut des milliers de sphères pleine de gaz. Quelques minutes après le métal était aussi liquide que du vin, avec les pinces, le forgeron versa le précieux liquide dans un des moules. Puis le plongea dans un tonneau d'eau, un sifflement retentit et la vapeur s'éleva. Il prit le marteau et enleva le métal encore rouge, le posant sur une enclume. Les coups plurent alors, et la future armure prit forment... D'abord le plastron, puis il incorpora les côtes de mailles qui allaient servir aux épaulières. Les gouttes de sueur coula de son front et la vue commençait à se brouiller. La chaleur lui faisait tourné la tête mais il fallait continuer, coup après coup, pièce après pièce. Chaque armures étaient différentes, même taille, même résistance mais la première dépassait toute les autres par sa légèreté, la seconde protégeait chaque centimètre. Les deux suivantes étaient des joyaux du travail de la forge, diverses cachettes pour des poignards. La cinquième fut travaillé pour faire glisser les lances sur la cuirasse. La dernière fut la plus dure, car en plus de sa technicité, la fatigue rendait son bras plus lourd que du plomb. Mais à la fin l'eldar était fière de son travail, le sombre métal prenait vie et respirait la force. Le casque qu'il avait attribué avait fait chuter la température de plusieurs degrés quand il l'eut finis. Celebrimbor fit porter chaque armure à son ami et s'apprêta à aller se reposer. Mais alors qu'il marchait il trébucha sur quelque chose de froid... L'épée. Il ne put encore en délivrer son regard et comme hypnotisé la prie entre ces mains...

" Il ne l'aura pas, si il ne peut apprécier la beauté de cette lame comment peut il me demander de la refondre, mon oeuvre ?"

Et il la cacha sous son matelas avant de s'effondrer, mort de fatigue.


« Car rien n'est mauvais au début. Même Sauron ne l'était pas. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4803-le-retour-d-elrond
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Lun 17 Juin 2013 - 18:44

Les préparatifs s'enchainèrent les unes après les autres. À nouveau les fours furent portés à  leur plus haut degré de chaleur. Malgré l'épaisse atmosphère qui empestait les lieux, les nains poursuivirent leur effort jusqu'à ce que leur barbe roussissent dangereusement, au point qu'ils durent les enduire de glaises afin de les protéger d'une escarbille malencontreuse. Vers trois heure du matin, il se mit à pleuvoir à grosses gouttes.


Hanzok de son côté se trouvait aux archives, ou d'une voix concentrée il dictait à son scribe des phrases de peu de sens pour un esprit non averti. D'un moment à l'autre il consultait quelques codex dans la pile qu'il avait auparavant entassé et en demandait la lecture à Pilgrim qui s’exécutait avec parfois quelques hésitations . Et l’apprenti marquait les parchemins d'annotations et de runes pour certaines très anciennes et très rares que seuls les plus vieux nains de la mine avait jadis aperçu dans leurs jeunes années.
Le stylet du scribe courrait sur le papier déroulant ses formules hermétiques. La pointe crissait et tous les quarts d'heure, le jeune naugrim la changeait avant de la replonger dans l'encrier d'où elle en sortait noyée de gouttes noires qui venaient se figer sur l’entrelacs de lamelles tressée en un support plus souple. Parfois, l'Archiforgeron revenait sur ses pensées et faisait raturer des pans entiers de textes. Il en corrigeait certain, construisait lentement un index, et en annexe ajouté quelques subtilités sur les difficultés de traduction qu'il avait rencontré et qui viendrait pus tard éclairer Celebrimbor dans sa lecture. Au petit matin seul la venue d'un visiteur avait interrompu leur travail.

Les premières lueurs du jour pointait sur le dôme du conseil des forges alors que le Noldor apportait l'ouvrage commandé enfin achevé. Les six armures étaient plus belles l'une que l'autre. Hanzok les inspecta de ses paumes attentives, frappa à plusieurs reprises les cuirasses déceler dans le tintement de l'alliage quelques failles ou imperfection. Mais l'œuvre de Celebrimbor était simplement parfaite. L'archiforgeron pensa alors que celui-ci ne commandait par le Gwaith-i-Mírdain par hasard et que l'elfe faisait honneur à son grand père Fëanor et que son travail était digne des plus grands Eldars.
Il appela Pilgrim et ordonna que l'on porte les armures à la trempe. Elles devaient en effet recevoir deux bains successif: un premier de mithril afin d'en renforcer encore la solidité. Ensuite une trempe dans une cuve d'étain viendrait rendre les pièces moins oxydables.
Hatori Hanzok en profita pour parler plus sérieusement avec le forgeron Noldor. Il l'emmena sur une grande terrasse qui dominait la vallée et d'où l'on admirait aussi le Celebdil et Carhadras. Les neiges avaient fondu au niveau des cols et le retour des elfes à Foncombe serait plus aisé. Une brise matinale caressait leur visage.

"Le printemps s'achève bientôt...là bas dans la vallée, la moisson sera bientôt prête pour la moisson si le soleil nous est favorable. Je pense que tu as entendu quelques bruits, et tu n'ignores pas que de grands événements se préparent. Nos destins semblent liés au delà de notre marché et de notre amitié.
La nuit dernière, un naugrim est venue me trouver. Il m'a chargé d'une mission d'ambassadeur auprès du seigneur Elrond. Je dois le rencontrer à Foncombe, mais cela dans la plus grande discrétion. Si je le peux, je te suivrait sur le retour et serait heureux de voyager en ta compagnie.

Pour ce qui est des savoirs antiques de Gondolin, j'en ai consigné les moindres détails dans un grimoire. Mon copiste achève en ce moment d'en recopier le manuscrit original. J'espère qu'il te sera utile.
Demain ils auront achevé la trempe et la reliure. Le fil de mithril a put être fondu avec la qualité escompté et il ne reste qu'à broder les articulations les unes avec les autres. Le soir, nos Maître des runes pourront ajouter leurs grappes de signes protecteur. Après cela nous partirons. Es-tu disposé à m'attendre ces deux jours ou d'autre affaires te pressent-elles en Eregion?"




Dernière édition par Hatori Hanzok le Ven 13 Sep 2013 - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Elrond
Seigneur de Fondcombe et d'Eregion

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 20
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Coffre de l'Eregion
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Lun 24 Juin 2013 - 22:41

 PNJ Celebrimbor


Le mur s'étendait à perte de vue au nord et au sud, noir et froid. Le soleil peinait à percer les nuages pour réchauffer l’atmosphère et le vent. Ce blizzard roulait sur la plaine sans vie qui fut la partie la plus occidentale du Taur-im-Duinath. Il ne pouvait y croire! Comment se dire que des milliers d'arbres croissaient encore un quantiën auparavant alors qu'il ne restait rien... Les souches brûlées c'étaient désintégrées et ses habitants avaient fuient en Terre du Milieu. Comme lui... Comme tant d'autres... A cause de Morgoth ! Celebrimbor serra sa lame et pénétra en Beleriand. La poussière l'entoura rapidement et il continua sa marche à l'aveuglette, mais finalement déboucha sur Anfauglith. A l'horizon s'élevait le Thangorodrim, siège de Melkor. L'elfe repartit et s'approcha des lourdes portes avant de crier son défi:

"- Viens te battre Morgoth Bauglir... Sauf si la peur t'empêche de descendre de ton trône !"

Le temps qui suivit s'écoula lentement, aucun bruit ne laissa présagé l'issu du rêve. Soudain l'Angband se mit à trembler et des bruits de pas résonnèrent dans les mines peuplé d'esclaves. Une longue minute s'insinua encore avant que l'Ainur débouche à la surface, Grond à la main. Il posa son regard glacial sur l'être qui osait lui faire face, un elfe rien qu'un elfe. Il mourra comme les autres. Sans le moindre investissement il abattit son marteau sur son ennemi... Mais c'était sans compté sur la vivacité de ce dernier qui l'évita et se rapprocha imperceptiblement de son adversaire. Un grognement sorti du casque du "dieu" avant qu'il ne réessaya de transformer le noldo en flaque de sang et d'os. Le sol trembla et la lame de l'elfe se rapprocha encore un peu mais Celebrimbor restait sur la défensive. Cette attitude perturba l'autre qui sentit le sang battre sa tempe. D'un coup de poignet il réitéra mais une fois encore Melkor rata son coup et cette fois l'eldar se lança. Après avoir glissé sous le marteau il assaini un une frappe d'estoc sur le genou protégé par seulement par un bout de tissu. Le cri qui en résulta perça l'air environnant et provoqua un éboulement quelque part sur le Thangorodrim. La souffrance était telle que le Vala lâcha son arme et permit à son ennemi de lui enfonça sa lame dans son cou. Le sang noir gicla et éclaboussa l'armure noir, l'ancien maître du monde s'écroula, sans vie. Le vainqueur n'eut que le temps de récupérer son épée avant que des milliers d'elfes et d'hommes viennent l'acclamé. Au loin les ainur traversait la mer pour le félicité et les Vanyar se prosternèrent devant le nouveau roi d'Arda. Soudain une énorme clameur partit des entrailles de la terre où des milliers d'esclaves s'échappaient:

"- Gwaingil, Gwaingil, ..."

La nouvelle Ringil, et il montrât sa lame sombre au monde.


*
*  *
"- Gwaingil...

-Que ce passe-t-il seigneur ?"

Le soleil éclairait la chambre et le nain qui venait de le réveiller. Une légère brise emplit la pièce d'odeur de conifères et le fit frissonner, un combat même en rêve fait transpirer. Le froid finit de le réveiller et il se leva pour se rafraîchir grâce à une bassine de bronze. La sueur de son front, des ses mains et des son dos fut enlevées avec la crasse accumulé pendant son travail. Après avoir enfilé une tunique de lin cintré d'une ceinture en or serti de lapis lazulites, il suivit l'enfant d'Aulë dans le dédale de couloir qui le mena à son ami.

Ce dernier lui exposa ses projets et ses attentes ainsi que sa nouvelle mission:
"- Je te remercie de ton travail, je sais qu'il ne fut pas simple mais je voie que vous avez réussi en moins de temps que quiconque qui aurait essayer. Je serai ravi de t'accompagné dans ta mission, surtout que restait ici quelque jours ne me déplais guère."

Il souriait, mais au fond le forgeron avait espéré pouvoir retourné au Gwaith-i-Mirdain pour terminé son oeuvre.


« Car rien n'est mauvais au début. Même Sauron ne l'était pas. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4803-le-retour-d-elrond
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Ven 13 Sep 2013 - 20:04

La trempe des armures fut faite durant la nuit. Chacune des armures reçut deux bains de mithril successifs avant d'être plongé dans une troisième cuve rempli d'étain. Les bains devaient à la fois renforcer la solidité des pièces sans pour autant en réduire la souplesse. De plus l'étain possédait des propriétés contre la corrosion occasionnée par le sang et l'eau.
On cessa alors la chauffe des cuves et les métaux en fusion se solidifièrent lentement. Des apprentis s'occupaient de racler les "bavures" provoquées par les impuretés de scories ou de poussières. Une fois l'opération achevé ont porta les reliquats de métal dans un nouveau four où les morceaux furent à nouveau fondus puis filtrer afin d'en purifier la teneur. L'opération se déroula sous la conduite d'un maitre alchimiste de la Guilde des Ingénieurs. Il ajouta aux métaux bouillonnant quelques acides colorés tiré des fioles rangés dans une grande cassette d'ébène. Finalement il demeura trois grand lingots de mithril, estampillé d'un sceau réputé: celui de la Corporation Marchande, organisation chargée du commerce extérieur pour le royaume de Khazad Dûm. Le Conseil des Forge demeurait, pour ses entreprises les plus lourdes, dépendant des banquiers naugrims, rassemblé sous l'égide d'Hypotarque, le nain le plus riche de la mine dont l'on murmurait que la fortune était supérieur aux finances de la Cité Minière.
Un naugrim à la barbe plus rousse que l'automne vint chercher le mithril qu'il chargea dans un coffre cerclé de fer. Il referma l'objet à l'aide d'une lourde clé d'acier qu'il rangea sous son armure. Puis quatre naugrims lourdement armés entrèrent et s'emparèrent du bagage pour le ramener dans les coffres de la cité où il dormirait quelques temps, en attendant que la saison estivale du commerce et des foires ne reprenne. À moins que le hasard du commerce n'en décide autrement.

Le lendemain, un spectacle bien étrange se produisit: dix naines se présentèrent au porte du manoir. Elles furent conduites dans les ateliers où elles trouvèrent les armures montés sur des pantins de paille. Des rouets cerclés de fil argenté étaient disposés devant chacune des armures. Deux à deux elles se mirent au travail. Quelques apprentis se trouvaient là pour servir les mystérieuses artisanes, ce qui dans ce sanctuaire si solennelle rendait la scène quelque peu comiques. Mais les tisseuses n'avaient pas été choisis au hasard et il s'agissait des mains les plus expertes de la Mine. l'art de la broderie et des la science des étoffes n'était pas la plus grande qualité des naugrims. Là où les Noldors ou même les hommes produisaient des tissus d'une finesse raffiné parfois à l’extrême, les nains pour leur part confectionnaient des lainages épais et des textiles d'une grande solidité mais d’aspect rugueux et souvent grossier. Il excellaient d'avantage dans le tannage des peaux animales et le travail du cuir. Mais pour l'heure, il s'agissait de réaliser une œuvre solide pratique, non une robe de cérémonie.
Heures après heures, les tisserandes s'appliquèrent à la tâche. Une à une, les articulations se trouvèrent jointes par le mince fil de mithril issu des expériences du Conseil des Forges. De leur mains habile, à l'aide d'épaisses aiguilles, elle brodaient un complexe nouage, juxtaposant parfois aux fil quelques plaques d'armure prévues à cet effet et produisant ainsi un caparaçon des plus solides.
La Lune s'était déjà levée depuis plusieurs heures lorsque les rouets eurent dévidé tout leur matière. On fit appeler Hanzok qui émergea de ses parchemins. Le copiste avait achevé son travail la veille, mais l'Archiforgeron n'avait pas résisté à l'envie de réapprendre ces savoirs antiques égarés. Et page après pages il s'était fait lire les antiques savoirs Eldars. Dans l'obscurité de son monde, les mots prenaient alors une nouvelle forme. Ils distinguait encore les cirth qui combinait la parole sous forme écrite mais dans son imagination, elles prenaient des aspects insoupçonné: les lignes s'allongeaient, certains caractères disparaissait au profit d'une accentuation plus complexe. Hatori comprit alors qu'il devait désormais tourner son esprit vers les sons et la parole. Il devait inventer un nouveau palais pour sa mémoire, composer par la voix et non par les yeux. La forge lui était à jamais interdite, mais son esprit était encor jeune. Lorsqu'on vint le tirer de ses méditation, il abandonna ce monde purement psychique pour le froid des montagnes et de la nuit.

Le naugrim gagna l'atelier principale où les armures étaient entreposées. Pilgrim le guida devant chacune d'elle. De ses mains habiles, il inspecta le moindre recoin, la moindre plaque de métal. Et son souffle calme trahissait sa joie secrète. Sa bouche esquissa lentement un sourire léger mais qui en disait long: c'était là sa dernière œuvre, mais elle n'était pas des moindres. Il soupesa les ensembles. Alors une chose terrible lui apparut. L'une des armures paraissait plus légère. Il réitéra l'expérience à plusieurs reprises, mais toujours le problème demeurait. Il l'inspecta alors avec une attention redoublé. Et au niveau de l'épaule il décela une faiblesse lié au manque d'épaisseur. C'était le point faible de l'arme.

Il comprit alors: Celebrimbor avait trahi sa confiance!! Le nain faillit hurler de fureur, mais il se ravisa et prit sur lui. Il regagna sa chambre où il médita sa colère. S'il rendait la chose publique, l'alliance des nains et des elfes serait réduite à néant. Et c'était ruiner le travail de plusieurs années, tâche à laquelle il avait lui même prit part. Il songea à aller trouver l'elfe et à lui faire rendre gorge. Mais les conséquence eussent été les mêmes. Heures après heures, il méditait sa rage. Il ne savait que faire. Si l'elfe avait refuser de rendre la lame une première fois, il était à parier qu'une seconde demande ne pouvait qu'envenimer les choses.
Hanzok chercha alors une compensation. Mais rien ne lui vint à l'esprit. Il songea à ce Noldor, issu d'une des plus hautes lignées Eldar. Un sang maudit coulait dans ses veines... En était-il pour autant fautif? La fatalité est cruelle et le nain en vint à prendre Celebrimbor en pitié. Peu à peu il songea à sa propre jeunesse, son impétuosité. Lui même avait commis quelques faute par le passé: des excès vaniteux lié à son orgueil. Il se remémora sa première lame de mithril et la fierté, et même l'amour, qu'il avait éprouvé pour celle-ci. Si on lui avait arraché, nul doute qu'il aurait réagi semblablement. De plus, qui savait à quoi une telle arme pourrait servir? Peu à peu il comprit le geste de l'elfe. Après tout il était encore jeune, du moins pour un Noldor. Et il s'était trouvé mêler à un projet qui le dépassait. Hanzok fit alors son choix: il pardonnerait à Celebrimbor. Son geste et la honte secrète qu'il en éprouverait serait son unique châtiment. Si un tel évènement avait eu lieu, c'était là volonté d'Eru. Aussi il ravala sa rancœur et décida de ne rien dire à personne. Mais pour que Celebrimbor mesure la gravité de son geste et les conséquences qu'elle aurait sur l'armure imparfaite, il décida de lui offrir cette dernière. Ainsi la responsabilité irait au Noldor. Si un guerrier était blessé avec une telle armure, cela serait le faite de Celebrimbor. Hanzok ne pouvait se résoudre à condamner un nain de cette manière.

Il ordonna donc aux Maitre des Runes de concentrer leur travail sur l'armure imparfaite afin qu'elle soit achevé pour le lendemain. Ils y gravèrent de nombreuses cirth, dont certaines des plus complexes, compilant sans gène les runes elfiques et naugrims. Sous la clarté de la lune croissante, ils inscrivirent les mots suivants dans une langue ancienne dont seule Hanzok savait le sens:

"Je suis le chaos de la matière
la glaise encore malléable
le fluide qui prend forme
l'inachevé qui patiente pour sa rédemption"


Vers dix heures, dans la cour du manoir, Hanzok et une cinquantaine de guerriers étaient présent, prêt pour gagner Foncombe. Une quinzaine de poneys était chargés de divers présent à l'attention d'Elrond, ainsi que du nécessaire au voyage. Ils attendaient Celebrimbor pour entamer le voyage vers l'Eregion et ses vallées escarpées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   Ven 18 Oct 2013 - 17:30

La caravane se mit en route. Ils descendirent les flancs des monts brumeux pour gagner par la vallée les contrefort du Carhadras. Son sommet était noyé sous une épaisse toison de nuages. Les neiges éternelles entourant son sommet ne tarderaient pas à retrouver leur splendeur argenté au cours des semaines à venir. Dans la vallée, les pins avaient tapissé le chemin de leurs aiguilles, rendant la progression du cortège presque silencieux. Hanzok demeurait muet comme une carpe, préférant ne pas adresser la parole à Celebrimbor. Sa colère contre l'Eldar était encore grande, et il n'osait lui parler, craignant de s'emporter au moindre mot de travers.

En fin de journée, alors que le soleil avait déjà disparu à l'Ouest derrière les falaises abruptes, la compagnie parvint devant les épaisses portes du Bastion de Khâlim. Après en avoir emprunté les longs "couloirs de garde", ils se trouvèrent sur le plateau dominant la vallée et conduisant au pont de Khazad Dûm. Mais alors qu'ils n'avaient pas fait plus de cent pas, un naugrim arriva en courant, s'agitant en tout sens, incapable d'articuler le moindre mot.
Visiblement il avait fait une longue course et semblait venir délivrer un message urgent. L'Archiforgeron attendit cependant qu'il reprit son souffle pour entendre la nouvelle.

"Maître Hanzok! Je vous ai cherché toute la journée...je vous ai cherché au conseil des forges, mais déjà vous aviez quitté les lieux. J'avais emprunté le sentier à flanc de falaises pour gagner du temps et ne vous ai donc pas croisé... une grande nouvelle Maître!! Eberk a été élu sur le trône par le conseil. La cérémonie d'intronisation aura lieux dans les prochaines semaines...!"

"C'est là une excellente nouvelle. La mine avait besoin d'une plus grande stabilité politique. Voilà qui est presque fait."

Il se tourna vers ses camarades pour se féliciter de l'évènement. Les nains semblaient ravis. Il aperçu alors Celebrimbor dans un coin et se rappela de sa mission. Il s'avança vers lui.

"Vous avez entendu...ce qui implique que je ne puisse me rendre dans l'immédiat à Foncombe. En tant qu'Archiforgeron, je me dois d'être présent au couronnement afin de représenter le conseil des forges. Votre souverain sera peut être là pour l'occasion ou du moins enverra-t-il quelques ambassadeurs. Aussi la nécessité de ce voyage semble à présent secondaire. Peut être nous reverrons nous bientôt... en tout cas j'ai pour toi une offrande..."

Hanzok fit des signes à l'un de ses serviteurs. Ce dernier alla décrocher un coffre du dos de l'une des mules et leur apporta. D'un geste habile il fit sauter le verrou et souleva le couvercle, dévoilant ainsi, empaqueté dans de la paille, un heaume somptueusement ouvragé. Il scintillait d'un feu secret et bleuis, et des runes et des cirth étaient gravé en divers points de l'objet.

"Celle ci est pour toi. Tu l'as mérité je pense. Je comptais te l'offrir à Foncombe, mais les évènements ont voulu que les choses se passent autrement... Fais en un usage prudent et juste."

C'était l'armure imparfaite. Hanzok retournait donc au coupable un cadeau empoisonné en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Conseil des Forges   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Conseil des Forges
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes nains (uniquement RP) :: Khazad-Dûm-
Sauter vers: