Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Le Sceau d'Aganarth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thirisruku

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 29
Date d'inscription : 05/05/2011

Feuille de personnage
Race: Elfe
Possessions: Scribe et Forgeron
Statut:

MessageSujet: Le Sceau d'Aganarth   Mer 11 Mai 2011 - 0:25

C'était par un pâle matin de printemps que Thirisruku eut une vision familière, devant un rocher, détaché de sa montagne, et portant les traces de l'Ered Luin : Un bleu profond, et de légers éclats de mithril et d'argent. Ce rocher est ses yeux était similaires, effectuant une sorte de connexion à ses souvenirs de ses jours heureux, au près des siens, perdus et errants sur des terres hostiles désormais. C'est alors qu'il eu un flash, et dans un rêve sans localisation précise, il entendit le nom son lointain ancêtre Asganarth, Grand Elfe et Mage, qui est devenu esprit parmi les pierres, suivit d' "althanaya" (humanité, ou "unité des peuples unis sous un même destin"), puis le symbole d'Asganarth, la fleur de la maison d'Eon, créé par Asganarth lui-même.

Thirisruku n'est pas bête, et il connait la légende d'Asganarth1, ainsi que la prétendue réapparition de la Fleur d'Eon. En effet, on raconte que le mal aurait refait plusieurs copies de Krishkhû ("r" est roulé, "kh" représente la jota, "û" est le u du français, "u" est le "ou" du français), à base de pierres sombres, trouvées dans les fondements d'Angband. Mais au bout de 4 pierres fabriqué, l'artéfact aurait disparu, et nul ne l'aurait vu.
La vision montrait un paysage qui ressemblait aux pied de la forêt qui couvre les racines de l'Ered Luin du côté de Forlond, en Forlindon.

En effet, si ce que pense juste Thirisruku, son ancêtre proposerait au bien, d'acquérir la Fleur d'Eon, afin de faire au moins 4 (pense-t-il) copies d'Uliën, le Mivoshévine de Bien.



Près pour une nouvelle aventure, il se mis en état pour se préparer à celle-ci, c'est à dire méditer, se préparer mentalement, affûter ses lames, et son Okarn, et bien dormir, pour partir le lendemain des Havres Gris, avec les compagnons dignes de foi qu'il pourrait trouver, pour tenter de faire pencher la balance en faveur du bien, dans cette guerre sans merci.

_____________________________
1 Voici la légende d'Asganarth :
Citation :
Asganarth, petit fils de Réla, et donc descendant de la maison de Rélan et de celle d'Eon, fut doté de sublimes pouvoirs pour un elfe. Même les maïar qui l'approchaient ne comprenaient pas "pourquoi" de telles capacités lui avaient été données. Il comprenait le pluie, le vent, le bien ou le mal, il discutait tant avec le vent qu'avec les pensées des autres, il acquérait les connaissances comme on peut cueillir un brin d'herbe, tout semblait si simple pour lui. Il fut d'ailleur un grand pédagogue, et permit d'ouvrir aux efles, aux hommes et aux nains un grand nombre de domaines tels que les pratique de visions ou celles de construire des mur infranchissables. La vie d'Asganarth est d'ailleurs liée à celles des Grands Mivochévines (les palantiri en quenya). En effet, en y mettant tous son savoir, et sa vie, il créa les 3 grands palantiri. Leur destin est funeste, mais leur existence changera la face du monde, et il le savait.
Le premier Mivochévine (Uliën), destiné au bien, était fait d'opale noble, au scintillantes couleurs turquoises, feu et indigo, d'argent natif, au reflets bleutés par le titane, de Kilanto (lapiz Lazuli), d'agate blanche, de célestine et ornée d'un diamant en son centre, que l'on pouvait voir si l'on avait l'esprit pur. Cette pierre faisait presque 1 Emod (14, 342m) de haut, et était taillé en goutte d'eau tombant du ciel.
Le second mivochévine (Malaan) était pour la neutralité, ni le bien ni le mal ne pouvait l'utiliser, s'y connecter ou même le voir s'il était camouflé. Il était composé d'améthyste, de cuivre natif, de fluorite de toute couleurs, de galène et d'hématite, de jade et de kunzite, et tourmaline noire et de rhodochrosite. Et contenait un coeur vide, impénétrable pour toute personne appartenant à un côté précis, mais ouverte et rassurante pour tout personne dont l'esprit était vide, ou en doute. Et était très large, et plus taillée comme un bol. Elle fut mise en terre, et caché des yeux du monde, pour que seul les âmes en peines puissent la trouver, et y récupérer le réconfort et les visions qui leur serait nécessaire pour avancer.
Le troisième mivochévine (Krishkhû) était pour le mal, exclusivement. Composé d'émeraude, d'antimoine et d'obsidienne oeil céleste, il contenait en son centre une pierre de soleil, brûlante et détruisant et corrompant toute âme bienfaisante ou perdue qui s'en approchait. Elle fut taillé en boule, diffusant malveillance plus qu'elle n'aurait du en continuité tant qu'elle n'était pas recouverte.

Se rendant compte de la puissance de ses créations, Asganarth décida de les cacher aux yeux de ceux qui ne pouvait les utiliser, et rompu les liens qu'il existait entre eux, de sorte à ce qu'aucune ne puisse corrompre une autre.
Sur son lit de mort, si l'on peut dire, puisqu'il fut absorbé vitalement par les 3 pierres, il dit ceci : Althanaja, et fit voir à tous son symbole. Il expliquait que son symbole représentait les vivants. Partant du bas, ou arrive à un point simple, et évolué, complexe et construit, mais ça ne suffit pas, alors par vers l'une des boucles, et on arrive au même point, mais pensant qu'il s'agit d'un niveau supérieur. De même avec les autres. Alors qu'on a atteint le summum dès le début, mais qu'on se refuse à croire que c'est aussi simple.
Symbole emblématique de la Famille d'Eon, la fleur d'Eon existe en vrai, c'est un artéfact créé par Asganarth lui-même, et c'est ce qui l'aurait aidé à concentrer son pouvoir afin de créer les mivochévines. L'artéfact s'est vaporisé après la mort du Mage Elfe, mais il est dit qu'il serait réapparu en plein bélériand il y a 1000 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thirisruku

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 29
Date d'inscription : 05/05/2011

Feuille de personnage
Race: Elfe
Possessions: Scribe et Forgeron
Statut:

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Mer 11 Mai 2011 - 1:06

Pour mieux comprendre l'histoire généalogique d'Asganarth, voci ses liens de parenté :
En remontant, donnant : [parent royal](conjoint), un "+" vaut un frère ou une soeur, un "*" veut dire enfant unique.

Petit glossaire de l'orthographe utilisée :
r est toujours roulé
R est le r français
x est la "jota"
th est prononcé à l'anglaise
dh est l'équivalent voisé de th
toute lettre est prononcée, même en finale, et les nasales ("an/en", "on", "un/in" en français) sont marquée ã, õ, ...
u = "ou" français
û = u français
O = o ouvert de "or" en français standard
le g est toujours un "gu"
h est prononcé à l'anglaise
ch = tch
sh = ch
s = ss tout le temps
z = z tout le temps
les autres lettres se lisent comme en grançais
[Asganarth]
[gwèndaliv](alik)
[olorin](ea)
[vol](gnedhROn)
[héna](?)
[Turnian](eOl)+(Réla)
[kOviliy](viviR)
[lèv](kègn)
[vil](?)
[lOkOR](?)
[dû](Kilith)+(dûmyan)
[id](?)
[iv](?)
[efRaOnn](?)
[Okmin](ousimilan)
[AsgarOth](eonaRth)

AsgarOth, déscendant de la maison d'Orki, repris le trône au nom de la maison d'Eon à la mort d'Eothin II, dont il était l'héritier également, puisqu'Orki épousa la fille d'Eothin premier, giltaèn.

Voici l'arbre de la maison d'Eon, d'Eothin II à Eothin premier, fondateur du royaume de l'est :
[eothin II]
[thèmmèn](gothRõd)
[eodintar](beOr)
[eodonnèn](ménya)
[milénian](jilian)
[dèlérian](mûna)
[eodon](mèan)
[eothin I](gOrnedhèl)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hùrin
Guerrier de l'ancien peuple des Edains

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 21
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Heaume de la Maison d'Hador et son âme meurtrie qui guide ses pas vers la Lumière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Sam 14 Mai 2011 - 18:00

Dès qu'Hùrin fut habillé de l'habit donné par l'elfe et eut le Heaume d'Or vicé sur le crâne, l'elfe le pressa de repartir. Mais Hùrin n'était pas pressé et était plutôt émerveillé de ce retour à la vie après cette longue stase et sommeil de l'eau, gardé par Ulmo à qui il devait bien des choses. Il appréciait le contact de son pieds dans le sable, ces petits grains glissant entre ces orteils, ces picotements lui rappelant qu'il vivait. Et pourtant, s'il était en vie, ce n'était que pour se battre désormais, il avait donc tout perdu, lui, le plus valeureux des guerriers...
Il accepta enfin les bottes que lui tendaient l'elfe et les enfila rapidement puis contempla son reflet dans l'eau de la mer sous le soleil déjà haut. Il y voyait un homme vêtu en guerrier mais sans armure de fer, un homme dont le regard était presque vide mais dont la flamme semblait s'éveiller. Un Edain. Un guerrier des anciens temps, fléau des Orques et des Trolls. Hùrin soupira et se tourna vers l'elfe qui attendait derrière lui, la main sur la garde de son épée.

- Allons, Hùrin ami des Eldar, mettons-nous en route, même si nous ne sommes pas loin des Havres, nous sommes attendu au port, et le monde grouille là-bas, nous faufiler jusqu'à votre hote sera long. Attrapez cette épée en attendant d'en avoir une plus noble, ne sait-on jamais ce qui peut arriver une fois que vous aurez quitter les terres amies, si vous ne retrouvez pas vos anciennes armes. Il se peut qu'elles aient été perdus.

L'Elfe lui jeta un fourreau qu'Hùrin attrapa lourdement et dont il sortit lentement une lame. C'était une épée elfe de belle construction, forgée par un eldar qui ne devait pas avoir grande réputation mais le travail d'un elfe était toujours d'une extrême qualité.
Il la mania un peu, observant le miroitement de la lame au soleil puis mis le foureau à sa ceinture et alors ils se mirent en route. La région était bien calme et ils n'eurent aucune difficulté à atteindre les Havres.
Là, Hùrin s'émerveilla de revoir des Eldars, peuple aîné des Edains qu'il respectait et aimait. Mais il ne s'attendait pas à ce qu'il découvra, le nom du lieu lui laissait paraître un endroit paisible, d'où partait surement les Eldar pour le pays d'Aman, mais lorsqu'il arriva dans cette immense port, ce n'était que des hommes en armes, des elfes sur le pieds des guerres et d'immenses navires de guerre, des équipes las et d'autres qui partaient, une foule sur les quais et le cliquetis des armures. Cependant, cela raviva encore un peu sa flamme. Les peuples ne s'étaient pas soumis face au Mal. Il souria. Il se laissa guider par l'elfe tout en se faufilant parmi la foule parfois dense parfois moins. Soudain l'Elfe le laissa près d'un bâtiment et lui dit :

- Cirdan a été prévenu de votre venue en Arda, Hùrin et il veut vous rencontrer avant que vous ne quittiez le Lindon. Attendez ici que quelqu'un vienne vous chercher.
Hùrin dit alors ses adieux à l'elfe car celui-ci partait pour une certaine entrée d'un mur où il devait porter des messages où quelque chose de ce genre.


Hùrin s'assit sur un banc de pierre et attendit songeur. Il ne connaissait vraiment plus la terre qui l'avait portée. Enfanté de l'espoir et du sang, Hùrin était plus perdu que lorsqu'il croyait ne plus rien avoir. Cirdan ? Cela sonnait dans sa tête comme un grand elfe dont il avait eu echo il y a bien des printemps. Le Charpentier, ami d'Ulmo ou quelque chose de ce genre. Un Teleri ? Hùrin n'en savait rien. Il avait hâte de le rencontrer. En attendant, il sortit l'épée elfe de son fourreau et l'admira, puis voyant qu'elle était quelque peu salie, comme si elle avait servie à tuer mais n'avais pas été nettoyée, il commença à l'essuyer avec un bout de tissu.

Autour de lui, les murs blancs se dressaient et la foule s'égayait. Beaucoup de soldats passaient, de marins et l'odeur de la mer emplissait les narines de l'Edain. Voilà pourquoi certains elfes étaient restés près de ces rives sans répondre à l'appel des Valar, ils n'aimaient que cette mer et son chant doré, le bruit des vagues et la brise de l'océan.
Paix brisée par la guerre... Edain serra son épée en songeant au Prince de la Nuit et la colère envahit ses yeux quelques minutes. La vengeance était-elle une bonne chose ? Non, il ne devait pas agir pour lui. Il devait agir pour Arda entière, pour la lumière, et pour ce que les Vala voulaient. On lui avait donné une chance unique, il devait la saisir et ne jamais la lâcher. Le souffle de la vie lui était revenu.
La lumière, était revenue. Son cri avait été entendu.

Aurë, entuluva !


[ Un peu court ^^ J'ai demandé à Gandalf s'il pouvait faire intervenir Cirdan ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5903-errances-memoires-
Círdan
Seigneur du Lindon

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 31/05/2006

Feuille de personnage
Race: Elfe sindar
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Mar 17 Mai 2011 - 13:41

    Du passé avaient résulté bien des raisons pour que Noldor, Sindar et Nandor se vouent une haine réciproque et parfois mortelle, ne serait-ce que depuis le massacre des Teleri (frères, soeurs, parents, cousins et cousines des Nandor) par les Noldor. Et pourtant vivaient aujourd'hui au Lindon Sud des membres des trois communautés elfiques ayant choisi de rester sur les Terres du Milieu; et les Havres Gris, haut-lieu du Lindon, étaient le paroxysme de cette étrange et dangereuse et pourtant fonctionnelle mixité. Quand bien même chacun y allait de son langage pour nommer la ville, les Sindar l'appelant ouvertement Mithlond pour se l'accaparer tandis que Noldor et Nandor gardaient jalousement pour eux seuls la traduction d'Havres Gris dans leurs langues, il fallait avouer qu'un tel regroupement n'avait pour l'instant pas donné lieu à de graves conséquences. Peut-être cela était-il dû à celles et ceux qu'ils avaient communément désigné pour les guider et, en premier lieu, Cirdan le Charpentier.
    Bien qu'il ne pouvait évidemment pas être un descendant des trois communautés, il était apprécié de tous pour sa bienveillance, sa sagesse, sa clairvoyance et sa loyauté. Que les Dieux lui parlent, enfin, achevaient de réaliser un tel consensus. Car, en effet, Cirdan le Charpentier avait été, était et probablement serait encore à l'avenir l'un des confidents des Valar, particulièrement d'Ulmö, qui s'adressaient à lui dans son sommeil ou ses méditations. L'on disait que Cirdan savait à l'avance lorsqu'un être venait en Arda depuis Valinor car Ulmö, maître des eaux, venait toujours lui dire quand la marée amènerait l'arrivant à bon port. Tel en avait été le cas lorsque Hùrin fut ramené sur les plages du Lindon et Cirdan avait dépêché un Elfe à sa rencontre pour l'amener jusqu'aux Havres Gris, attendant avec impatience de pouvoir converser avec l'un des derniers Edains au monde.

    Il était vêtu de bleu comme à l'accoutumée et marchait parmi la foule des rues des Havres Gris, sa longue barbe blanche détonant exagérément avec quiconque à ses côtés puisqu'il l'était l'un des rares Elfes, si ce n'est le seul, à en porter une. L'on avait dit à Hùrin d'attendre que quelqu'un vienne le chercher pour l'amener jusqu'au Charpentier, toutefois ce dernier ne voyait point de mal à faire lui-même le chemin jusqu'à son hôte, profitant ainsi de la compagnie de tout un chacun jusqu'à destination. Le Heaume d'Or eut l'effet d'une balise, les rayons du soleil le faisant briller de mille feux et guidant Cirdan jusqu'à son porteur. Apparaissant enfin devant lui, Hùrin put voir un Eldar souriant et bienheureux qui, pourtant, paraissait aussi fatigué par les évènements et usé par le temps. Cirdan, lui, posa les yeux sur un Edain qui semblait partagé entre l'incompréhension, le doute, la puissance et la force de caractère d'une personne et de tout un peuple, un monument encore incomplet d'une gloire éternelle.

    « Soyez le bienvenu aux Havres Gris, Seigneur Hùrin, bienvenu au Lindon et bienvenu en ce nouveau monde. Lointain est le temps où vous avez foulé pour la dernière fois les Terres du Milieu et je puis comprendre que vous ayez maintes questions à nous poser, nous Eldars, dépositaires et gardiens du Savoir et de la Mémoire du monde. Vous me feriez un véritable plaisir en m'interrogeant sur les comment et les pourquoi des réalités d'Arda telle que vous ne l'avez encore jamais vu... Je crois avoir moi-même beaucoup à vous apprendre. »


[Hrp : Je propose que nous gardions ce tour par tour : Thirisruku => Hùrin => Cirdan => Thirisruku => etc. pour plus de facilité. Thirisruku, tu es donc libre de poster et d'interagir immédiatement ou non, selon ton choix, avec Hùrin/Cirdan. Ta localisation était assez imprécise et j'ai préféré ne pas m'aventurer à t'intégrer sur le chemin de Cirdan sans ton consentement.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5840-cirdan
Hùrin
Guerrier de l'ancien peuple des Edains

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 21
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Heaume de la Maison d'Hador et son âme meurtrie qui guide ses pas vers la Lumière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Ven 27 Mai 2011 - 21:34

Alors qu'il rangeait la lame elfe dans le fourreau et que, quelque peu fatigué il commençait à somnoler, seul sur son banc, une silhouette se détacha de la foule et avança tranquillement vers lui. Cirdan, reconnaissable entre milles Eldar. Personnage étrange, se dit intérieurement Hùrin. Un Eldar portant une barbe généreuse et blanche, le visage d'un homme sincère et pieux au regard pourtant usé par les guerres fratricides et les malheurs d'Arda, marchant dans sa robe bleue qui rappelait la douce Mer que les habitants de cette cité aimaient tant.

Lorsque l'Elfe arriva à la hauteur de l'Edain et que ce dernier se leva, lui faisant face, Hùrin sentit monter en lui un sentiment de nostalgie, et il se rappela vaguement l'époque où ce fut des milliers d'Edain, qui se levèrent devant les Eldar, et qui brandirent leurs épées pour eux, leur jurant la fidélité et qui versèrent leur sang d'innombrables fois dans les terribles batailles contre les sbires de Melkor le Fourbe.

Hùrin ne sachant pas trop comment marquer son respect, perdu dans l'évolution du temps, fit une légère courbette, voutant le dos et ramenant son bras sur son torse. Il laissa parler la sagesse de Cirdan qui lui fit bon accueil et qui entra directement dans le vif du sujet.

Hùrin adressa à Cirdan un léger sourire et répondit :

- Merci de votre accueil, Cirdan maître des Navires, et cela émeut mon coeur de vous rencontrer, et de revoir les Eldars, mes Aînés. Oui, cela fait bien longtemps que je n'ai pas foulé ces terres, si bien qu'il se peut que je n'ai jamais foulé celles-ci tellement les choses ont changées, mais malgré le temps jamais mon amour et ma passion pour votre peuple et votre sagesse ne s'est éteint, et même lorsqu'Ulmo me tenait en sommeil, mon coeur battait pour les chants des femmes Elfes.
J'ai peu à dire je pense, mais beaucoup à demander comme vous devez vous en douter, mais j'aimerais aller dans un endroit plus serein, la foule et les cris ne sont pas encore pour moi, ma tête me fait souffrir de ce réveil brutal et mon corps est encore engourdis malgré ma marche jusqu'ici. Si cela n'est pas trop demandé, j'aimerais que l'on s'asseoit pour parler tranquillement, ami Elfe.


Hùrin commençait déjà a parlé familiairement en désignant Cirdan comme son ami, même s'il ne l'avait jamais rencontré auparavant ou alors pas qu'il ne s'en souvienne, mais c'était plus fort que lui. Tout être, petit ou grand, barbu ou aux oreilles pointues, tant qu'il ene brandissait pas le fer contre lui devait forcément être son ami. Cela était plutôt paradoxal, alors qu'il devenait méfiant, mais comme on dit, on ne se méfie jamais assez de ses amis... C'était donc un sentiment mêlé de compassion, de doute et de méfiance qui s'installait chez Hùrin à chaque nouvelle rencontre. Mais ici, au sein des Eldar il se sentait bien et il faisait bon vivre encore même en ces temps encore plus sombres que dans les sombres recoins du Dor-lomin, avant sa "mort" lorsqu'il délivra son peuple des Orientaux.

Cirdan accepta bien sur, et ils marchèrent tranquillement en commençant déjà à parler vers un lieu calme. Cirdan les guida vers un bâtiment désert, dans lequel ils s'installèrent à une table.

[ Pas trop d'inspiration, désolé ^^' Semaine difficile. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5903-errances-memoires-
Círdan
Seigneur du Lindon

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 31/05/2006

Feuille de personnage
Race: Elfe sindar
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Sam 16 Juil 2011 - 19:38

[MJ on]


Autour d'eux, les murs de pierre blanche entretenaient une certaine lumière dans cette vaste pièce. Une entrée au fond donnait sur une terrasse,ensoleillée à cette heure de la journée, et l'ouverture était noyé sous une vigne vierge laissant pendre ses branches lascives, couvertes de ces feuilles en écu qui rougissent à l'automne. La pièce était vide, mais cependant dans certains angles, enchâssées dans la muraille, de grandes statues des rois antiques surveillaient la pénombre alentour. Et des pousses de lierre avaient lézardé certains pans entiers, avant de mourir du manque de clarté.

Au milieu de la salle, perçant le plafond, un puits à lumière laissait pleuvoir au travers de ses vitres ambrées et dressait une colonne de poussière d'or s'enroulant lentement dans la masse des rayons. C'était une journée chaude et la fraicheur de la salle reposait les deux individus. La vaste voute qui les surplombait faisait résonner leur parole avec un écho feutré. Et le vent de la mer s'engouffrait dans la pièce au travers des portes donnant sur le balcon. Il avait goût de sel et d'algue marine et c'était pour Hùrin et Cìrdan un souvenir étrange et pénétrant, une repos pour l'âme en ces temps difficiles.


« Vois-tu, ton retour parmi nous m'intrigue au plus haut point. La volonté des Valars et d'Eru nous est inconnue, mais aucun de leur gestes n'est vain. Tu nous reviens d'entre les morts et je ne saurais te questionner sur ce mystère, car l'inquiétude est le luxe des vivants, même pour des êtres immortels comme les premiers-nés jamais à l’abri d'une mort tragique et prématurée. Les Cavernes des Mandos sont un mystère est nul ne doit parler de son séjour là bas, c'est pourquoi tu devras garder le silence sur ce que tu y as vécu... »



L'elfe tourna alors son regard vers la petite porte ouvrant sur la terrasse. Elle laissait entrer une brise qu'il sembla inspirer un long moment, comme pour mieux se sentir respirer. Les temps étaient fort trouble et même les êtres dotés de clairvoyance tel le vieux Cìrdan ne pouvaient présager des événements à venir. Mais il ressentait depuis quelques temps un grand trouble et il décida de faire part de ses inquiétudes à son locuteur dont le retour était peut être signe d'espoir et témoignait sans doute d'un geste des Valars destiné à secourir les peuples libres.

« A l'Ouest, les forces de Morgoth tiennent le Beleriand et seul le Grand Mur et les havres gris se dressent face au désertique de ces territoires à présent mort et souillés par les engeances du Noir Ennemi. Mais je pressent une ombre qui se lève au cœur de nos pays. Elle gronde dans les vallées reculées de nos montagnes et s'agitent. Patiemment, elle prend naissance et lorsqu'elle s’abattra sur nos cités, ce sera temps de larmes et de désespoir.Le seigneur Elrond ne nous donnes que peu de signes depuis quelques temps et nos éclaireurs nous ont rapporté des rumeurs de troubles en Rohan. De plus nous sommes sans nouvelles des naugrims de Khazad Dûm. Le mystère qui planent sur les monts brumeux depuis quelques temps mérite d'être éclairci...peut être pourriez vous vous rendre à Foncombe. Les dernières missives de nos frères d'Eregion parle d'agitation des gobelins, le seigneur Glorfindel rassemble ses armées et semble se préparer à une guerre. Si vous acceptez ma demandes, pourriez vous porter au gens de Foncombe ces quelques lettres ?.. »


Il sortit de ses vêtements un petit paquet d'enveloppe cachetées d'une mince couche de cire bordeaux et les tendit à demi vers l'homme assis en face de lui. Mais comme son interlocuteur faisait mine de réfléchir, il déposa les missives sur la table de pierre qui s'interposait entre eux, laissant libre Hurin de faire son choix et de les prendre si nécessaire.



[MJ off]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5840-cirdan
Hùrin
Guerrier de l'ancien peuple des Edains

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 21
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Heaume de la Maison d'Hador et son âme meurtrie qui guide ses pas vers la Lumière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Ven 22 Juil 2011 - 13:28

Le lieu était calme et majestueux, reposant pour les sens et la tête d'Hùrin le faisait moins souffrir. Il sentait son coeur revivre devant la splendeur des bâtisses elfiques, et son coeur voguait loin dans les souvenirs, la nostalgie le pris et il fut épris d'un sentiment de nostalgie pour ces douces années désormais bien loin, lorsqu'il fuya les Orcs avec ses parents de la maison d'Haleth et que Thorondor le porta jusqu'en Gondolin, dans le doux repère de Turgon qui le prit sous son aile une année entière, le nourrissant de savoir et d'images de la majesté des Elfes.

Cirdan se remit enfin à parler, et il lui parla des cavernes de Mandos et des secrets de la volonté des Valar, jamais dévoilée aux mortels ni aux Eldar depuis qu'ils eurent quitté le lieu saint de Valinor.

- Moi qui ait tout perdu, le silence et la solitude sont devenus mes frères, et si j'ai gardé le silence face au Noir Ennemi de ce monde, je le garderai bien sur ce dont je ne me rappelle rien... Les Cavernes de Mandos doivent être si mystérieuse que ma mémoire n'en garde aucune image, n'ayez donc crainte, Cirdan le Charpentier, je serais aussi bon à garder le slence que je fus bon à me battre aux côtés des votres. Je me rappelle encore de vos navires quand ils remontèrent le bras de mer de Drengist et aidèrent Fingon à repousser les orcs jusqu'à Angband.


Cirdan lui parla alors des malheurs qui gagnaient Arda et de ses inquiétudes. Beleriand était donc définitivement tombé et à cette nouvelle le coeur d'Hùrin se serra. Du Seigneur Elrond et des Naugrim qui ne donnaient plus de nouvelles, le monde allait toujours aussi mal que quand Hùrin l'eut quitté... Puis il lui demanda de se rendre à Fondcombe porter des missives importantes. Hùrin retira lentement son heaume et le posa sur la table, devoilant sa chevelure noire et il sembla réfléchir un instant. Puis il posa la main sur le tas de lettre et le tira vers lui.

- Si les Valar m'ont accordé une chance de rattraper les échecs de mes pairs, de rétablir l'honneur et la réputation des Edains, je ne puis que vous demandez d'accepter mon aide... Je porterai ces messages à Fondcombe, cependant je n'en connais pas la route et si y accéder est aussi dure qu'il l'était pour Gondolin, j'aurais besoin de gens qui connaissent le chemin. Il est temps de rassembler les moeurs, Cirdan. Les inquiétudes des elfes sont toujours fondées, et tant que mon glaive fera couler le sang, je les écouterai, et je les suivrai comme Beor l'Ancien suivit les votres, et comme moi-même et tous ceux de la maison de Hador vous suivirent. La noire semence des maléfices de Morgoth germait déjà dans nos coeurs et chez nos propres frères à l'époque où j'étais jeune et vaillant, et si cela est toujours le cas, il est temps pour les Ennemis des Hommes et des Elfes de payer, une fois pour toute, pour nos frères disparus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5903-errances-memoires-
Círdan
Seigneur du Lindon

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 31/05/2006

Feuille de personnage
Race: Elfe sindar
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Sam 13 Aoû 2011 - 18:42

[MJ on]

Círdan écouta parler et Hùrin tout en lissant sa barbe d'une main au doigts longs et étrangement épais pour un elfe. Cela venait des années où le vieux marin travaillait le bois pour en faire des coques avec l'aide de ses semblables. Et depuis il aimait à modeler le corps des arbres de ses outils ciselées. Il n'avait que peu de temps à consacrer à cette activité, mais jamais il ne se passait un jour sans qu'il pratiqua cette passion solitaire.
Il ne naviguait plus beaucoup et depuis que le Mur avait était bâtit, il avait surtout observé les allés et venus de la flotte d'Ouistrennesse qui revenait de raids meurtriers sur les terres plus au Nord.


"Foncombe est bien gardé et son accès n'est pas évident, bien qu'il le soit moins que celui de Gondolin à mon avis. Mais je n'ai pas d'escorte pour vous y mener, mes gens sont peu nombreux et leur présence indispensable, et je n'ai qu'un guide en qui je n'aurais guère confiance...un renégat qui nous a trahi et qui était de parenté lointaine avec le seigneur Elrond. Il croupit dans nos geôles. Je puis vous le confier, mais je ne peux vous garantir qu'il vous mènera à bon port. C'est à vous d'en juger.

Une autre solution serait plus sur mais plus longue: bien qu'Imladris soit difficile d'accès, son territoire est plus vaste que la vallée et les frontières en sont gardés par maintes sentinelles invisibles. Il vous suffira de tomber sur une patrouille. Mais afin qu'elle vous connaisse comme un ami et vous mène au seigneur Elrond, je vous donnerais un signe de reconnaissance que les elfes ne peuvent ignorer..."



Il leva la main vers son épaule et en sortit une broche argenté qui jetait quelques reflets argentés. Elle avait forme de fleur de montagne et ses pétales étaient finement ciselés. Au centre, un cristal de roche très pur faisait office de cœur végétale et semblait contenir une lueur propre, indépendante des scintillements produit par la lumière de la pièce. Il la posa sur le paquet de lettres.

"Ce bijoux imite une fleur qui ne pousse que dans les recoins les plus haut de la vallée. Tous les elfes qui vivent à Foncombe savent la reconnaitre et certain d'entre eux l'emporte dans leur voyage pour se remémorer les splendeurs d'Imladris. Que vous choisissiez l'une ou l'autre des solution, elle sera votre laissé-passé."


[MJ off]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5840-cirdan
Hùrin
Guerrier de l'ancien peuple des Edains

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 21
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Heaume de la Maison d'Hador et son âme meurtrie qui guide ses pas vers la Lumière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Jeu 18 Aoû 2011 - 22:07

Hùrin écouta l'elfe parlé, restant immobile et le fixant avec un regard désormais apparemment ravivé. La flamme vaillante de son coeur ne s'était pas réveillée mais les cendres étaient devenus des braises fumantes et le feu pouvait reprendre on ne sait quand, il ne manquait qu'un léger souffle et des étincelles, pour que la vie ne reprenne ses droits sur les restes de la mort qui habitait l'âme de Hùrin.

Fondcombe était donc encore une de ces cités mystérieuses et cachées dont la beauté devait exalter les hommes, tout comme le faisait Gondolin. Son accès y était donc difficile, et le monde avait changé si bien que Hùrin était incapable de se repérer, et il écouta avec attention ce que lui disait Cirdan car il connaissait sa sagesse. Un guide ? Un renégat certes, et un traître de plus, mais de la lignée du maître de Fondcombe. Il pouvait être utile, et pourquoi pas lui donner une chance de laver la honte et la haine qui le couvrait ? Ou au pire mettre fin à ses sombres desseins s'il trahissait de nouveau. Et Hùrin aimait les défis et le souffle d'aventure qui lui venait aux oreilles l'égayait de nouveau dissipant peu à peu la morosité de son âme. La solution de la facilité ne l'intéressait pas, au final, et il voulait découvrir Fondcombe et ressentir les sentiments étranges et merveilleux de la découverte, et de la compagnie pendant son voyage, aussi mauvaise soit-elle, lui ferait le plus grand bien.

Hùrin suivit du regard la broche et dès que Cirdan l'eut posé, il la prit doucement et la tourna entre ses mains, admirant le travail minutieux et la beauté de l'éclat comme des formes du bijou avant de la reposer.

- Magnifique ouvrage enfin... ouvrage elfique. Et bien, je choisis le premier choix, celui de prendre ce fameux traître avec moi pour qu'il me guide... Mais il lui faudrait une raison de m'aider, ne serait-ce qu'une promesse dérisoire ou l'illusion d'une récompense si vous ne pouvez lui en donner, sans quoi il me trahira sans hésiter ou alors il faudra que je le rencontre et le convainque moi-même. Mais pour cela il me faudra connaître tout sur lui afin d'être en mesure de juger ce qui est bon à lui dire et ce qui est mauvais, comment le rendre mielleux et de bon service au lieu de mauvais augure... Vous en parlez comme s'il était un oiseau de malheur et cela m'intrigue. Au pire des cas s'il me laisse tomber, la deuxième option sera toujours à ma portée avec la broche en ma possession. En tout les cas j'irai à Imladris portés ces lettres et j'espère y trouver lueur d'espoir car vous me parlez comme si le monde touchait à sa fin, et c'est déjà comme ça que les elfes faillirent me parler il y a bien longtemps et pourtant nous sommes ici assis face à face, bercés par la brise de l'océan et son odeur salée, réchauffés par le soleil doux et chaud. Le monde ne finira plus que quand celui qui siège au-delà des Valar ne le voudra...

Sur ces mots Hùrin prit les lettres et les posa soigneusement dans un sac en toile que lui avait donné l'elfe sur la plage, puis il prit la broche et la mit dans son sac, pensant qu'il valait mieux ne la sortir que quand il serait à portée des patrouilles de Fondcombe, sans quoi marcher en étant l(ami des elfes pouvait être dangereux par endroit.

[Relativement court ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5903-errances-memoires-
Hùrin
Guerrier de l'ancien peuple des Edains

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 21
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions: Le Heaume de la Maison d'Hador et son âme meurtrie qui guide ses pas vers la Lumière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   Mer 12 Oct 2011 - 19:01

Cirdan et Hurin ne parlèrent que peu par la suite, quand le vieil Edain devait se préparer à partir. Il ne souhaitait pas se languir ici et l'ennui le gagneraient vite, dans son sang coulait le désir irrépressible d'aventure et les épiques batailles de jadis lui revenaient à la mémoire comme un marée montante. Il les revoyait claire comme l'eau limpide des montagnes, chaque visage, chaque orque, chacun de ses frères tombés. Huor, mort, transpercé par une flèche, et les trolls l'approchant, fourbes et puissants, déjoués par sa vaillance. Il entendait son propre cri, résonnant avec force et fermeté dans les marais de Serech... La lumière reviendra, oui. Cruelle désilussion, enchaîné par Morgoth.

Rien ne servait de se lamenter sur un passé révolut et Hùrin secoua légèrement la tête comme pour chasser ces sombres pensées. Il rassembla les lettres et les rangea soigneusement dans un que les elfes lui donnèrent. Après leur entretien, Hùrin ne revit que très peu Cirdan qui devait être très occupé. La port était toujours en effervescence. On donna à Hùrin des vivres, et plusieurs gourdes pour tenir longtemps sans avoir à chercher des points d'eau. On lui donna un autre glaive, neuf et déjà à soif de combats, et c'était un bel ouvrage que les elfes avaient forgés pour fêter le retour de l'Ami des Elfes. Et cette lame comme tant d'autres n'avait pas de noms, son créateur avait mis en elle la vaillance qu'il avait au coeur et le réconfort des batailles gagnées, bien que les heures soient obscurcies en ce bas monde. Hùrin ne lui donna pas de nom, ne sachant pas encore bien comment l'appeler et décida d'attendre avant de la nommé, si l'inspiration d'un nom lui venait.

Avant de partir, l'Edain voulu entendre une dernière fois les chants des elfes, et ces derniers lui accordèrent bien que leur coeur n'était pas très égayé. Ils chantèrent peu, et brièvement, mais cela suffit à Hùrin dont le coeur se réchauffa quelques instants. Il s'équipa, rassemblant ses affaires, se chargeant de son sac et mettant sa lame dans son fourreau, vissant sur son crâne le Heaume d'Or qui brillait de mille feux avec une arrogance guerrière.

Il revit alors Cirdan, aux portes de la cité, et s'inclina respectueusement devant lui.

- Il est temps pour moi de partir, ami elfe. Je marcherai promptement jusqu'à Fondcombe, mais en réalité je ne veux plus de guide. Quelque chose s'est ravivé en mon coeur et cette flamme me guidera où le Destin le veut, et si les Vala sont avec nous, j'irais jusqu'à Elrond d'Imladris. Cela reste néanmoins mon but, et je suis sur que l'echo des légendes résonnant à travers les vents d'Arda m'y portera. Au revoir, Cirdan, que le Ciel vous garde tandis qu'il châtie ceux qui menacent votre demeure.

Il inclina sa tête pour le saluer avant de franchir les portes d'un pas vif. Il alla jusqu'à un elfe posté une dizaine de mètre plus loin, qui tenait une monture par la garde. Hùrin grimpa sur la scelle et sourit à l'elfe qui tapota la croupe du cheval tandis qu'Hùrin partit au galop, sentant l'air déferler soudainement sur son visage, les paysages du Lindon défilant tandis qu'il galopait sur la route et que les Havres s'éloignaient ainsi que la tâche bleue de la robe de Cirdan. Hùrin était ivre d'aventure et il ne pu s'empêcher de rire contre le vent, croisant de long convoi de caravanes, guerrières comme marchandes, et son rire retentissait dans les alentours tandis qu'il chevauchait.
Il ne chevauchait pas comme les elfes, avec grâce et discrétion, mais comme chevauchait les hommes d'autrefois, avec une bravoure et une dignité non-dissimulé, le bruit retentissait de leurs sabots et de leurs cors éloignant les enemis et rameutant les amis. Hùrin filait vers Imladris, courbé sur sa monture. Il se sentait de nouveau libre et pourtant le poids de son peuple lui manquait terriblement. Il songea à son fils, sa femme, et sa fille dont il n'avait jamais vu la silhouette. Il se surprit à larmoyer avant de se reprendre. Tout cela n'était qu'un passé révolu. Il n'avait plus d'attaches hormis les paroles qu'eurent les gens de l'île au-delà de la mer. Il était là pour vaincre, pas pour pleurer.

Il chevaucha ainsi avec fougue toute la journée, ne s'arrêtant ou ralentissant que quand sa monture pour ne pas que sa monture commence à peiner. Il ne voulait pas exténuer son cheval et étant un bon cavalier n'aimait de toute façon pas cela. Il s'arrêta alors que le ciel s'assombrissait. Il ne savait pas bien où il était mais c'était un petit bosquet d'arbre qui l'entourait. Il s'était éloigné des chemins afin de se trouver un petit endroit parmi les arbres où attaché son cheval et faire un feu. Il ne mangea que très peu mais bu la moitié d'une gourde en une soirée avant de s'assoupir au pieds d'un arbre, bordé par la végétation et la mousse humide du bois.

Et il en fut ainsi quelques jours durant. Il ne rencontra pas âme qui vive sur les petits chemins du Lindon, ou alors d'autres voyageurs passant à fond de train et ne répondant même pas à son salut. Il savait devoir traverser l'Arnor pour atteindre Imladris mais ne connaissait aucunement sa position exacte. Cependant il gardait précieusement dans son sac la broche qu'on lui avait confié.


Thème Hùrin - Le Retour du Heaume d'Or

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5903-errances-memoires-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Sceau d'Aganarth   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sceau d'Aganarth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sceau et blason du Comté
» 5.Sceau et blason des villes
» Kurumi ... Une fille possédant un sceau. [Terminée]
» Un sceau des Saints
» [Guide] Le charpentier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Divers (uniquement RP) :: Fosse abyssale des Sept enfers démoniaques :: RPs des Royaumes Elfiques :: Archives du Lindon-
Sauter vers: