Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Gwaith-í-Mirdain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ElrondNombre de messages : 316
Age : 21
Date d'inscription : 18/04/2009

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Coffre de l'Eregion
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Elrond
Seigneur de Fondcombe et d'Eregion

MessageSujet: Gwaith-í-Mirdain   Gwaith-í-Mirdain EmptyJeu 7 Fév 2013 - 22:21
Gwaith-í-Mirdain Er


Dans la nuit noir un cavalier galopait sur les routes sombres d'Houssaye. Soudain les nuages laissèrent passer un rayon de Lune et l'armure du premier né rayonna de milles feux. Chaque gemmes resplendissaient de leurs propres éclats emmagasinant la lumière de Vingilot. Sur ses longs cheveux reposait un casque en vrai argent surmonté de plume d'émeraude, rubis et diamant taillés avec finesse et précision. Sur la base de la crête reposait un unique topaze, le reste de la coiffe semblait simple et unit quand la plaine fut illuminé par Isil. Alors les runes tengwarite apparurent rehaussant l'ensemble. Sa cape verte émeraude brodée d'or et argent portait en son milieu le blason de son grand père, le grand Fëanor. Sur le flan de sa monture reposait son bouclier de Mithril où le même blason reposait composé de toutes les pierres et semi-pierres d'Arda. Alors il traversa le pont qui le menait à Fondcombe et les Eldar sur son chemin restait sans voix. Il atteint rapidement le palais d'Elrond le Peredhil, il déposa sa monture à l'écurie et se dirigea vers le bureau du seigneur des lieux. Sa marche soulevait des poussières de diamants dans le long corridor qui allait le mener à son roi. Il s'arrêta une seconde devant une grande porte de chêne puis pénétra dans la pièce. Elle n'était éclairée que par un feu de bois dans l'immense cheminée. Au milieu de la pièce trônait un bureau en orme où siégait le Peredhil. En face un fauteuil recouvert de soie rouge restait inoccupée car le forgeron préférait rester debout. Le maître des lieux commença son discours:
"- Bienvenue Celebrimbor, fils de Curufin de la Maison de Finwë, chef du Gwaith-i-Mirdain. Votre réputation de forgeron n'est plus à faire et je voudrais que vous nous aidiez à retrouver les secrets des anciens Noldor du Beleriand. Vous avez carte blanche et la bibliothèque d'Ismaldris est à votre disposition."L'interpellé resta pensif et fixa l'âtre rougeoyant. Il aimait les défis et celui ci était particulièrement intéressant, retrouver les secrets d'une science disparue. De plus le maître incontesté de cet art restait son grand père. Mais une légère appréhension le saisit car ce n'était pas chose simple de retrouver un héritage perdu depuis un âge. Puis les souvenirs l'assaillirent, le petit feu de cheminée devint celui d'une forge et il revit son père frappé le fer et produire les artéfacts qui le rendit si célèbre. Le roi de Nargothrond tourna la tête laissant découvrir une couronne et un sourire. La chaleur du four l'envahit et des larmes lui montèrent au yeux. Il fit un effort et ravala sa nostalgie.
"-C'est d'accord."
Il savait que les livres de la dernière maisons simple ne lui sera pas utile. Il décida donc de repartir directement vers l'Ost-en-Edhil. Sans saluer le garde il repartit vers sa demeure. Un clocher sonna une heure et le voyageur sortit de la ville. Il suivit le chemin du sud et dans son esprit fleurissait diverses créations de joyaux. Le paysage restait morne et des houx pendait maigrement sur les rochers. Derrière des ombres cachaient quelques créatures étranges. Au dessus de lui les étoiles continuaient leurs routes dans le Vide, mais peu à peu elles disparurent laissant place à une aube sans nuages. La fatigue engourdie ses membres et le vent froid de la première heure piquait son visage de milliers de petites aiguilles. Il décida de s'arrêter à la prochaine auberge pour se restaurer et dormir un peu. Le premier né ne parcourra même pas un mille avant de trouver son bonheur. La taverne de style gothique était illuminée de petites bougies et l'étage restait lui silencieux et sombre. Le noldo déposa sa monture dans l'écurie et pénétra dans le rez de chaussez. La salle était vide si ce n'est deux elfes qui mangeait un petit déjeuner frugal. Le nouveau venu s'installa à une table et un serveur s'approcha. Le tavernier prit sa commande:
"-Une choppe et une pièce de viande."
Après un hochement de tête il repartit vers les cuisines. Le client se mit à l'aise avant d'entamer son repas qui venait d'être apporté. La bière était frelaté et la viande trop cuite mais la faim le poussa à les dévorer sans hésitation. Quand il fut restauré il prit une chambre et s'endormit. Le lit était dure et la couverture trop fine mais le voyageur n'y fit pas attention. La soleil montait solitaire dans le ciel et réchauffait la plaine. Le premier dormait depuis quatre heure quand son lit fut illuminé par Miriel. Il sortit péniblement de son sommeil avant de s'asseoir sur le cadre en bois. Il se leva et ouvrit la fenêtre, laissant entrer le doux parfum de la pierre chauffé. Il descendit alors et paya l'aubergiste avec trois pièces d'or avant de repartir. Il lui restait encore sept heure de chemin avant d'arriver chez lui. Son cheval avait lui aussi reprit des forces et son seau d'avoine était vide. Le cavalier l'enfourcha et galopa vers le sud. La route en terre grimpait faiblement sur les versants des Monts Brûmeux et la température chuta peu à peu tandis qu'il se rapprochait des sommets. Heureusement pour lui, la route infléchit vers l'ouest et le noldor redescendit dans la plaine. Le paysage restait le même si ce n'est quelques buissons rabougris. En vent d'ouest se leva et apporta des nuages voilant le plateau, et le temps se rafraichit. Celebrimbor fit accélérer sa monture car il espérait échapper à l'averse. Mais le ciel était maintenant noir et les premières gouttes s'abbatirent sur le sol aride. La pluie s'intensifia créant flaque et boue, éclaboussant le cavalier et la robe blanche de sa jument. Les rafales leurs envoyaient de l'eau dans les yeux pourtant ils durent continuer sans broncher, les abris faisant défaut. Aucun arbre ni aspérité leurs donnaient la moindre protection face à cette tempête. Il se trouvais alors à moins de cinq heures de l'ancienne capitale d'Houssaye et dut un peu ralentir pour éviter de glisser. Bientôt la pluie s'apaisa et la brise tomba. Dans le ciel plus clair apparaissait maintenant des bouts de ciel bleu et la route était pavé. Bien qu'encore glissante, l'ami des nains mit son cheval au galop pour rattraper le temps perdu. Le reste du voyage se passa sans histoire et la plaine sans vie laissa place à des collines boisées où des paysans revenaient de leurs champs pour déjeuner car il atteint cette région verdoyantes quand la soleil était à son zénith. Les oiseaux chantaient et une rivière tout près ruisselaient. Dans cette chanson résonnait encore la musique des Ainurs. Rien ne semblait pouvoir rompre l'enchantement quand son estomac se mit à crier famine. Il avait galopé pendant deux heures et quatre lui restaient encore à faire. Le noldor s'arrêta quelque minutes dans une auberge pour prendre un bout de pain fourré au pâté avant de repartir. Les sursauts de la routes rendaient la tâche difficile pourtant il engloutit son repas en dix minutes.



*
* *

Quatre heures sonnait quand il atteint le siège de sa guilde. Son cheval était fourbus et lui aussi mais il était excité de dévoiler le projet du Seigneur Elrond. Celebrimbor atteint rapidement la lourde porte en bronze incrusté de gemmes et pénétra sans porter un regard sur les toits des tours recouvert d'or dans lequel se reflétait le faible soleil de février. Il sauta lestement de son cheval et se dirigea vers la salle commune. Là entre les bibliothèques et les tables de chêne se reposaient plusieurs forgerons de renom. A l'entrée de leur chef ils se retournèrent vers lui, leurs curiosités piquées au vifs. Le nouveau venu se mit à parler doucement:
"-Notre Guilde à pour but de fabriqué les plus belles chose jamais forgé. Or une grande partie du savoir de nos père est perdu... Notre Seigneur Elrond nous donne carte blanche pour retrouver notre savoir faire anciens."
Un brouhahas s'éleva dans l'assemblé, les uns disaient que ce n'étaient pas possible, les autre plus jeunes étaient fous de joie. Alors un des plus respectés d'entre tous se leva et prit la parole:
"- Nous avons longtemps essayer de retrouver notre adresse mais n'avons encore jamais réussi pourquoi réussirions nous maintenant ? Nos pères sont mort et leurs connaissances avec eux... Plus personnes ne peut témoigné de la beauté des fabrications Eldarines!
-Tu parles sagement, il n'y a plus d'elfe encore en Terre de Milieu. Mais il existait un autre peuple qui nous aidèrent et peut être que leurs archives seront plus fournis que les nôtres à ce sujet. Je pars demain pour Casarrondo."
Alors chacuns partit aider à préparer l'expéditions. Des volontaires furent choisies et pendant que le Gwaith-i-Mírdain réunissait des vivres et outils, leur maître partit se détendre dans un ban chaud pour se détendre avant un voyage qui allait être éprouvant pour le corp comme pour l'esprit.


« Car rien n'est mauvais au début. Même Sauron ne l'était pas. »

Gwaith-í-Mirdain Bg111111

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4803-le-retour-d-elrond
CìryonNombre de messages : 17
Age : 28
Date d'inscription : 26/12/2012

Feuille de personnage
Race: Elfe
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Cìryon

MessageSujet: Re: Gwaith-í-Mirdain   Gwaith-í-Mirdain EmptyDim 10 Fév 2013 - 23:27
Un long voyage implique toujours une bonne organisation. C'est pour cela que Cìryon avait tout prévu à l'avance pour son départ... Ainsi, il avait confié son atelier à un forgeron renommé de la Lòrien et le laisserai gérer ses affaires actuelles sur le territoire. Il avait aussi préparé un sac de provision qu'il avait pris le soin de ranger dans un plus grand contenant où y était déjà tous les outils lui servant dans son métier et assez petit pour le transport.

Le réveil fut rude mais non sans excitation pour un si jeune elfe partant pour le plus grand voyage de sa vie. Il ne savait pas encore exactement où il allait atterrir au fil de son aventure mais il connaissait déjà sa première destination. Depuis longtemps maintenant il espérait rencontrer ceux qui formait la plus grande guilde de forgeron de la Terre du Milieu.
Une fois assis sur son matelas, soutenu par un sommier en bois finement sculpté en forme de cygne qu'il avait fait il y a quelques années, il pris le soin de réfléchir encore une fois à toute son organisation puis se leva pour entamer le début d'une journée normale. Après s'être lavé et avoir comblé sa faim matinale, il enfila son habit et mit son sac sur les épaules. Il était maintenant inutile de réfléchir d'avantage ; il devait partir.

Il laissa la clef de l'atelier ainsi qu'une lettre testamentaire, au cas où, à son remplaçant puis fila droit sur une route illuminée par le feu de son destin sans se retourner. Son voyage commença ici...

Les trois heures qui suivirent pour arriver jusqu'au montagne de la Moria furent les plus longues de sa vie tellement ses pensées l'occupaient. Le temps était ralenti par tant d'excitation mais la fatigue reprit vite le dessus après avoir traversé les pics et il ne fut pas mécontent d'être accepté dans une caravane qui partait pour Eregion...


- Où te rends-tu, Elfe ?

Ces mots avaient été prononcés par le nain qui semblait au commande de la caravane. De petite taille et d'humeur bourru, son visage était quasiment caché par une épaisse barbe jaunâtre et sa vielle tunique semblait aussi vieille que lui mais son hospitalité fut fort appréciée.

- Ost-in-Edhyl. Je vais à la rencontre de la Gwaith-í-Mirdain.

- Oh, alors tu dois être forgeron... Allez, monte.

C'est ainsi qu'il fit parti de la caravane. À ses côtés dormait un autre nain, ivre d'après l'odeur et en face, une humaine qui ne semblait guère faire attention à ce qu'il se passait autour d'elle, était plongée dans un manuscrit. Le noldo appuya sa tête contre la toile et ferma les yeux, laissant la fatigue faire le reste. Le soleil commençait à baisser à l'horizon quand le jeune elfe quitta son moyen de locomotion, récompensant le nain par quelques pièces qu'il avait préparé pour ce genre d'éventualités.
Il s'arrêta dans une taverne de la ville pour déguster quelques mets humains qu'il n'avait guère l'occasion d'ingurgiter. Cela n'était pas forcément mauvais et le changeait de la nourriture elfique. La nuit était tombé quand il se présenta aux portes de la guilde qu'il cherchait. Il ne savait pas vraiment comment se présenter, ni même comment aborder la personne d'allure elfique à peine visible, qui se tenait devant la porte.


- Bonsoir, je cherche la guilde des forgerons noldor. Serait-ce ici ?

[Étant donné que j'ai encore quelques lacunes à combler niveau contexte et Rp, dis-moi s'il y a quelque chose à modifier.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5165-anaril-ciryon
 

Gwaith-í-Mirdain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Gwaith-í-Mirdain N448 :: Les archives :: RPs des Royaumes Elfiques :: Archives de l'Eregion-