Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Araekin Nirokini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Araekin NirokiniNombre de messages : 515
Age : 22
Date d'inscription : 22/12/2013

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar-Sindar
Possessions: Shalla'dor / Bâton de mage/ 2 lames elfiques / Côte de maille en mithril / Protection de voyage en acier nain / un arc composite d'Erebor
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Araekin Nirokini
Le Mage Gris

Le Mage Gris
MessageSujet: Araekin Nirokini   Araekin Nirokini EmptyVen 3 Jan 2014 - 14:25
En Jeu:

Nom :
Nirokini
Prénom : Araekin
Surnom : L’Errant, surnom plus utiliser par les nains et les elfes, les hommes ignorant beaucoup de lui si ce n’est tout – Araekin aux trois couleurs, surnom que c’est donner Araekin à cause de son apprentissage auprès de quatre des Ishtari et du fait qu’il porte principalement sur lui trois couleur, seul les Ishtari connaisse ce surnom et il ne l'utilise pas ou peu
Âge : Inconnue mais déjà de nombreux siècle mais certain dise qu’il vivrait depuis plusieurs millénaire
Race : Elfe Sindar
Taille : 1 mètre 90
Poids : 80 kilogrammes

Emploi : Mage/guerrier itinérant, saltimbanque auprès des humains et hobbits (joue parfois d’un instrument de musique exotique ou utilise quelque petit sortilège qu’il fait passer pour des tours de passe-passe afin d’amuser quand il passe dans des villages)
Pays natal : Les Terres Immortels
Pays actuel : Aucun, voyage constamment. Mais possède une demeure dans la Compté

Description physique :
Araekin est un elfe de taille plutôt normal, son poids lui est un peu moins normal à cause de sa mase musculaire, s’entrainant souvent cette dernière est asse conséquente mais pas extrêmement visible pour autant tant qu’il porte des vêtements. Il possède une peau au teint légèrement bronzé et de longs cheveux noirs au reflet bleuté à la lumière, sur l’avant de son visage tombe quelques mèches de cheveux tressés et une partie de ses cheveux son attacher à l’arrière de son crâne formant une courte queue. Il possède des oreilles pointues dont le dessus de la gauche est couvert par une sorte de protection en or à but décoratif.
Du point de vue vestimentaire, il ressemble peu à un elfe. Il porte une tenue assez simple dont les couleurs des tissus sont le bleu, le rouge, le blanc et le brun. A sa ceinture pend de chaque coté de con corps deux lames d’apparence elfique qui sont ses armes de prédilection. Un grand tissu blanc pend en bas de son dos jusqu’à ses genou, son pantalon lui est assez ample et de couleur bleu. Ses bottes au même titres que ses gants sont quand a eux fait d’acier et magnifiquement ouvrager dans un style proche de celui des nains. Il porte aussi une cape assez longue et d’un bleu très sombre presque noir ainsi qu’un capuchon qu’il porte lors de certain voyage. Il porte aussi sur lui un carquois remplis de flèche simple mais l’arc qu’il utilise néanmoins est très différent étant fait d’acier composite, un chef-d’œuvre très utile et mortel. Il porte aussi un bouclier dont l’apparence est semblable à ceux des guerriers orientaux mais fait de métal, néanmoins seule la face intérieure du bouclier peut le prouver, le métal ayant été polie à l’intérieur et peut agir ainsi comme un miroir, la face extérieur en proie aux agressions physique est couverte de cuir teinté de bleu et d’or. Avec tout cela on trouve encore dans son dos un long bâton de bois se terminant par un énorme cristal sphérique qui est habituellement accrocher dans le dos d’Araekin à la diagonale et aussi l’objet auquel il tient le plus, Shalla’dor, une longue lame qui fut forger dans les terres immortels et qui est la seule chose de cette endroit à l’avoir accompagner depuis son départ il y a de cela des éons.

Description mentale :
Les pensées d’Araekin sont assez étrange pour le commun des elfes, fruits de ses nombreuses, très nombreuses années de vie. Il traite tout être comme son égal, les animaux et les plantes au même titre que les nains, les elfes, les humains et toute chose vivante. C’est aussi et surtout un savant, outre le fait qu’il soit mage il considère la connaissance comme une alliée puissante et terrible suivant comme on l’utilise et il a su étoffer les siennes au fil du temps. Il fait partit de ceux qui aime la solitude, mais la compagnie ne le dérange pas aussi bien celle très calme des elfes, ou bien plus bruyante dont peut faire preuve des nains. Avec les autres il sera toujours calme, patient et gentil, son but étant de protéger Arda et ses habitants, leur donner un peu de joie ou de réconfort est comme un deuxième objectif qu’il fait de son mieux pour le remplir.

Historique :

Dans un trou vivait un elfe. Ce n’était pas un trou sale ou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d'une atmosphère suintante, non plus qu'un trou sec, nu, sablonneux, sans rien pour s'asseoir ni sur quoi manger : c'était un trou de hobbit, ce qui implique le confort. Mais depuis tout à l’heure je suis sur qu’une question vous ai venu à l’esprit, que fait un elfe dans un trou ? Eh bien c’est ici qu’Araekin Nirokini, elfe Sindar de son état avait décidé d’avoir un foyer, un point d’attache pour lui se reposer. Cela faisait peu, une trentaine d’année tout au plus qu’il avait cette habitation. Les hobbits n’était pas du genre à avoir beaucoup d’étranger passant dans la Compté. Et encore moins qui décidait d’y vivre, néanmoins Araekin de part son amabilité, le fait qu’il agissait comme l’être le plus commun d’Arda dans la Compté et sa magie parvint à se faire une place dans leur monde, quand il se reposait dans la Compté il sortait souvent pour amuser les passant, souvent tous des hobbits, de ses différents tours de magie, parfois de feux d’artifices tout comme pouvait le faire auparavant Gandalf son ancien professeur.
Ainsi donc il vivait ici, dans ce trou de hobbit qui n’abritait pas un hobbit. Il vivait dans une grande maison, elle était placer sur une colline un peu à l’écart des autres, sur cette dernières poussait un immense arbre. Lui dans sa demeure souterraine côtoyait ses racines en quelque sorte, cette maison était tout ce qu’il y avait de plus hobbit, si on oubliait la taille de du sol jusqu’au plafond adapter pour des personnes de grandes tailles comme lui et qui impressionnait de ce fait les hobbits qui se risquaient à entrer. On remarquait aussi beaucoup d’accessoire divers et varier rappelant à la fois les nains d’un coté et les elfes de l’autre. La roche par exemple était tailler dans un style droit et géométrique tout ce qu’il y a de plus nain, quand aux table ou à l’argenterie et divers autres choses, elles étaient d’un style noble et fin comme pouvait le faire penser celui des elfes.
Araekin lui était là, assis devant son bureau sur un beau siège fait de bois, il fumait à sa pipe, une habitude qu’il avait prit en compagnie des Ishtari et notamment de Gandalf. Cette dernière néanmoins n’avait rien de commun, elle venait des terres des hommes, de terres très éloigné. Elle était longue et fine, faite de bois sur lequel avait été gravé de belles arabesques, le bec et la tête était couvert d’or ou peut-être même fait d’or plutôt que d’en être seulement couvert car il était sur qu’ils étaient en métal. La tête elle avait été faite pour rappeler un dragon, une belle œuvre somme toute, mais ce n’était pas sur cela qu’était attardé Araekin actuellement, assis devant son bureau il était concentrer sur une lecture, un livre très étrange un peu comme, magique. Les pages du livre étaient grandes et blanches, sans aucun signe du passage du temps ou d’un quelconque désintérêt pour elles. Les phrases écrites sur ce dernier avait été fait avec le plus grand soin et la plus grande attention, elles avaient été rédigé dans le langage commun afin que tous puisse le lire, pour peu qu’ils aient ce livre qui n’existe qu’en un seul exemplaire, car il s’agissait en fait d’un journal tenue par Araekin, relatant les évènements de sa vie depuis son départ des Terres immortels jusqu’à aujourd’hui.
Dans sa maison ainsi, il se reposait en relisant ce qu’il avait écrit de son passé, lisant quelques extraits afin de se rappeler de ces évènements pour certain remontant à des périodes lointaine même pour des elfes. Voici l’extrait qu’il relisait ainsi :

« J’avais marché tellement longtemps, depuis que j’avais quitté les Terres Immortels, je n’ai eut de cesse de chercher les Ishtari, ces Maiar partit de ces mêmes terres avant moi, pour protéger Arda, tout comme moi. Etant un elfe je savais user de la magie, j’ai beaucoup apprit chez moi, mais le savoir des Ishtari lui serrait encore plus inestimable je pense. Avec ce qu’il pouvait m’apprendre j’étais sur de parvenir à les aider dans leur quête, pas comme l’un d’eux, jamais je n’aurais la prétention pour me dire leur égal, mais au moins comme un assistant, une aide. Car même les Ishtari peuvent avoir besoin d’aide, enfin je l’espère afin de recevoir leur enseignement. Ou plutôt je l’espérais, car maintenant je suis arrivé dans l’est de la Terre du Milieu, comme on me l’avait conseillé car deux personnes vêtue de bleu s’y était rendu. Et je les ai enfin trouvé Alatar et Pallando, les deux mages bleus, lorsque je les ai enfin trouvé j’ai fait en sorte que nous ne soyons que nous trois, puis je leur ai expliqué mon plan. Ils ont eut un long moment de réflexion, mais je ne les pressais pas de répondre, je leur confiais aussi qu’un refus de leur part ne me gênerais pas, c’était leur droit d’accepter ou non un élève. Je ne savais pas pour combien de temps j’allais être leur élève, mais je savais que je ferais tout pour me montrer digne de la confiance qu’ils ont placé en moi en m’acceptant. »

Araekin releva la tête ensuite un sourire amuser aux lèvres. Il avait passé plusieurs siècles avec eux, leur savoir était vraiment inestimable et de plus il se plaisait avec eux, car bien sur il ne fit pas qu’apprendre et il aida énormément les deux mages à l’est. C’est grâce et avec eux qu’il créa son bâton, en tant qu’elfe il pouvait user de la magie sans cet artefact, mais il utilisait ce dernier pour canaliser sa magie, comme pouvait le faire les Ishtari et aussi car cet outil pouvait être utile pour un voyageur et un combattant. Par la suite, il était repartit et avait finis dans la forêt de Mirkwood, où il avait cherché Radagast le brun. Radagast fut plus dur à convaincre que les deux mages bleus, lui préférait la solitude au centre de ces animaux et de cette forêt qui partageait son quotidien. Mais Araekin de par son animosité envers la nature, plantes et animaux confondue ainsi que le fait qu’il avait été un disciple des deux mages bleus réussi à devenir l’élève de Radagast. Ce dernier était un spécialiste de la nature et Araekin apprit autant avec lui qu’avec ses deux autres Ishtari. Mais tout comme pour ces deux anciens maîtres cet apprentissage devait et eut une fin, néanmoins Araekin était toujours le bienvenue chez Radagast car on n’efface pas aussi facilement ce genre de lien. Bien plus tard il parvint enfin à trouver Olórin, plus connus sous le nom de Gandalf, il fut très dur à trouver car celui-ci voyageais énormément, mais il y était parvenus tout de même. Gandalf lui fut peut-être même le plus simple à convaincre, Araekin l’appréciait beaucoup pour son savoir, son amabilité, mais aussi sa force, car malgré son apparence il était une personne fort physiquement et mentalement. Il lui apprit de nombreuse chose, dont à appeler les grands aigles mais seulement si cela devait se montrer nécessaire, ces derniers acceptèrent de répondre à ses appels car il était le disciple de celui qui sauva l’un d’entre eux. Puis Gandalf fit d’Araekin un gardien du feu secret en lui apprenant les secret de la flamme d’Anor, afin qu’il puisse garder tout comme les Ishtari les Terres du Milieu avec force et sagesse contre les maléfices de Melkor et de son pus fidèle serviteur, Sauron.
Tant de souvenir qui lui était revenus à cause de seulement quelque ligne. Araekin ensuite tourna les pages du livre pour finalement arriver vers les dernières pages marqué d’encre, puis il lut le texte devant lui.

« Je peux enfin reprendre le court de mon histoire, ça faisait si longtemps que je n’avais put écrire dans ce livre, ces jours passer avec ces gobelins auront été un véritable enfer. Précédemment je parlais d’un assaut que j’allais porter avec les nains, afin de les aider à reconquérir Khazad-Dûm. L’assaut apparemment porta ses fruits et mieux que je ne l’espérais car nous avions put empiéter assez loin sur le territoire des gobelins. Mais à un moment lors de la bataille quelques hommes furent attaquer par un groupe de gobelin, je suis donc partit les aider, ça c’est mal terminer. Les gobelins parvinrent à me capturer et je n’eus que le temps de lancer Shalla’dor, mon bâton et ce livre à un nain avec lequel j’avais tissé une amitié il y a peu. Les gobelins me séquestrèrent alors dans leur infâmes villes, j’ai bien crut ma dernière heure arriver. Mais en fait non, ces dernier mes firent participer à des combats en arène, je participais bien malgré moi à ces « boucheries » organiser dans ce qui ressemblait à une arène circulaire. J’étais armer et en armure, à croire qu’il n’avait pas peur de ce que je pourrais faire, mais en même temps, seul entourer de tout ces gobelins, mis à part un massacre inutile et causer ma propre mort je ne risquais pas de faire grand-chose aussi. Finalement j’étais parvenue à me lier avec un autre détenus/gladiateur tout comme moi. Il se prénommait Logosh et était un demi-troll d’apparence, mais je comprenais qu’il arrivait à marcher au soleil qu’en il me compta son histoire ce qui m’intrigua, tout autant que le fait qu’il était un demi-troll. Il était immense, plus de deux mètre, il avait la peau pâle, couverte de cicatrice, il avait aussi un animal de compagnie un immense warg albinos, je n’avais pas de mal à le croire car la créature immense était avec nous, elle servait aussi pour les jeux macabres organiser par les gobelins. Il laissa beaucoup d’ombre dans son histoire mais je compris qu’il n’était pas manipuler par le mal comme beaucoup d’autre et qu’un évènement marquant le fit combattre ami et ennemis, même s’il me dit qu’il n’avait pas vraiment d’amis dans cette armée. Il fut capturé puis les gobelins de la Moria le rachetèrent pour jouer avec, je fus touché par son histoire, mais je ne savais s’il fallait vraiment le croire ou non …
Finalement nous avons finit par nous respecter tout les deux, et je pense que sans vraiment me le dire je le croyais, lui et son histoire passé. Et un jour finalement nous décidâmes de partir de cette villes pourrîtes jusqu’à la moelle par les gobelins. Une fois que le calme tomba et que la majorité des gobelins se mirent à dormir nous mettions en marche un plan que j’avais inventé pour nous échapper. Je murmurais alors quelque parole afin de nous libérer tout deux de nos chaines en débloquant les cadenas les retenant, mais dans la plus grande discrétion, car les autres auraient voulu nous suivre, mais les autres étaient de vrais monstres et des tueurs, j’étais le seul non-orque présent ici, en plus de ce demi-troll. Ainsi dans le plus grand calme nous sortîmes de nos geôles, allant là où il entreposait les armes et les armures, servant au gladiateur, car ce que nous portions pour ces jeux étaient fait pour la guerre et c’était tant mieux car nous pourrions partir au pus vite ainsi vêtue même s’il nous fallait être discret. Lui portait une armure que l’on voit plus souvent porter par des trolls, mais sa forte carrure lui permettait de la porter sans problème, et avec ça il portait une immense masse, la tête, énorme et faite d’acier devait être si lourde que jamais je n’aurais put la porter ! Le manche lui était surement en chêne ou un autre bois solide pour soutenir un tel poids. Moi j’étais vêtue comme un guerrier gobelin tout à fait banal, armure de torse, épaulières, jambières, gantelets, casque mais comme à mon habitude je portais un bouclier avec mes deux lames. Cette armure était assez lourde mais supportable et après tout je n’allais pas marcher trop longuement, enfin je l’espérais. Nous sommes ensuite partit libérer son animal sans lequel il me dit qu’il ne partirait pas d’ici, ce fut aisé et je fus étonné de le voir supporter le poids de son maître ainsi habiller mais aussi le mien même si je pense il était dérisoire en comparaison. Nous avons parcourue un long chemin mais bien sur à un moment nous avons finis par être repérer et nous avons commencé à être poursuivis. Une chance pour nous fut la présence d’un pont passant au dessus d’une rivière souterraine, le warg le passa d’un bond immense qui m’étonna tout autant ç cause de la présence de ces deux cavaliers puis s’arrêta après, comme Gandalf m’avait apprit sa langue je compris aisément qu’il disait ne plus en pouvoir, ce que je comprenais il faut dire. Je prononçais alors quelque formule tout en faisant des mouvements des bras pour finir par croiser mes lames au dessus de ma tête. Un grondement fut poussé au loin, mais il se rapprochait et commençais plus à ressembler à un hennissement, un immense cheval fait d’eau apparut au loin de cette rivière, puis galopa jusqu’au bout. Le pont ne survis pas à ça et les gobelins dessus non plus je pense, ceci nous laissait du temps pour nous enfuir avant qu’il ne trouve un moyen de nous poursuivre. Le warg trainait la patte à cause de sa fatigue et Logosh essaya de l’aider à aller plus vite, mais finalement les gobelins n’eurent pas le temps de nous rattraper, nous tombions alors nez à nez avec des nains qui nous sautèrent dessus nous confondons avec des ennemis, ainsi habiller je trouvais ça normal mais aussi bête. Mais finalement le nain à qui j’avais confié mes bien était là et il dit aux autres de me relâcher, il me rendit alors mes biens et me demanda de lui dire ce qu’il s’était passé. Je lui répondis tout d’abord que je voulais sortir un peu, puis je regardais Logosh et son warg et je ne pus les laisser ainsi et demanda leur libération expliquant qu’il m’avait aidé à sortir. Lorsque nous avons quitté la caverne c’était l’aube et j’en profitai, Logosh ne se changea pas en pierre, ce que je trouvais toujours étonnant en fait. Même si je savais que les demi-trolls n’étaient pas comme les trolls communs, ça me surprenait car on n’en voit pas tout les jours, même avec mon âge. Il se reposa lui et son warg puis il abandonna un peu de son armure qui n’aurait fait que le ralentir lui ainsi que sa bête, il cassa ensuite son marteau et avec un bout du manche, de la corde, mes deux lames et mon bouclier gobelins se fit ce qui semblait être une hache de fortune surement déjà plus légère que ce marteau. Je lui indiquais aussi de se rendre à un endroit puis de dire qu’il venait de ma part tout en lui disant une certaine phrase afin qu’il soit crut quand il y arriverait. Je le vit alors partir au loin, je savais qu’un jour nous nous reverrions mais je ne savais quand. »

Le livre ce continuait sur quelque page relatant des jours suivant et de la Moria reprise. Araekin n’avait pas encore revu Logosh mais espérait que ce jour viendrait et sous peu. Assis là, il se reposait et se souvenait en fumant la pipe, tout en sachant que bientôt il allait repartir, mais il ne savait quand et ne savait où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5684-araekin-nirokini#5
MeinorNombre de messages : 2071
Age : 21
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

MessageSujet: Re: Araekin Nirokini   Araekin Nirokini EmptyVen 3 Jan 2014 - 15:37
[ FICHE VALIDÉE ]

Amuses toi bien tu connais déjà les lieux alors éclates toi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
 

Araekin Nirokini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soutien préfectoral (pv Araekin) [PAST]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Araekin Nirokini N448 :: Fiches de Personnages :: Fiches validées-