Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CârmarôthNombre de messages : 45
Age : 25
Date d'inscription : 08/06/2014

Feuille de personnage
Race: Troll (Olog-Haï)
Possessions: Casque de fer, Armure de fer, Hache de fer, Chaînes
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Cârmarôth
Capitaine du Mordor / Boucher itinérant

MessageSujet: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyJeu 12 Juin 2014 - 6:12
Sous les hautes Tours de Barad-dûr restent en garde les sentinelles qui parcourent murailles et entrailles de la citadelle noire. Les nuages sombres qui hantaient le ciel se paraient de feu et de pluie de cendre dantesque, offrant les orques, les trolls et autres créatures peuplant les plaines de Gorgoroth à un pitoyable visage : Celui de la corruption, de la noirceur d’âme et d’une force. Cette force qui, dans ses boyaux rougissent forges et fourneaux de métal ! Pourfendu est la pierre pour donner les matériaux nécessaire au grand œuvre qu’est la corruption de toutes terres ! Fendu est la roche jusqu’aux profondeurs, jusqu’aux abysses insondables, vers le néant ! Cette énergie tirée des ténèbres et de l’obscurité, happant la lumière, la suçant comme une sangsue sur sa victime, est cette force ! Dans ses veines coulaient orques, trolls et engins de guerre fais de bois, d’acier et de fer dans des gigantesques couloirs d’obsidiennes. La lave se déversait dans des cuves brûlantes noircis par le temps, la chaleur était accablante. Des contremaîtres frappaient les esclaves à coups de fouets cinglants, orques, humains, elfes, nains, y étaient regroupés. La violence était un quotidien, pour n’importe quel habitant du Mordor, et la loi du plus fort régissait l’ordre. Un ordre strict, implacable, effroyable. Sauron était adulé et Morgoth divinisé. Leurs serviteurs étaient fidèles à leurs préceptes et ne craignaient qu’une chose, le courroux de leur maître.
Pour Cârmarôth, ce n’était pas le cas. Lui savait qu’il était loyal au seigneur des ténèbres, qu’il était sa création, son outil, son bras armé. Il était puissant, inébranlable et fanatique, peu de chose le perturbait. Il se savait supérieur aux créations des Maïars, car il était le poing de son dieu, crée de toute pièce dans le but de corrompre et détruire les ennemis de son maître. Et aujourd’hui, il pouvait montrer sa foi à la prétendante de son idole, l’intendante. Nombreuse étaient les rumeurs qui circulaient sur elle, de nombreuse histoire de cruauté mais aussi, de rapport entre amants très étrange. Autant les premiers faits étaient plus clairs, le troll ne comprenait pas le concept d’amour ni d’attachement dont faisait preuve certaines races peuplant les terres du milieux ; il en avait également cure, y voyant un moyen plus efficace pour corrompre et détruire, Cârmarôth savait au moins que ces sentiments pouvaient offrir à l’ensorcelé une force inimaginable, tout comme le désespoir. Oui, le plaisir, cette émotion forte qu’il ressentait comme une bénédiction et cette faim dévorante qui le forçait à saliver étaient les plus belles choses sur cette terre…  
D’un mouvement de l’épaule, il fit basculer les nombreuses chaînes accrochés à son dos et en attrapa une tête légèrement décomposé. L’on pouvait deviner que le crâne possédait des cheveux épars, une orbite vide et la nécrose dévorant la chair. D’un simple geste, le troll le mangea, le bruit sec des os se brisant sous ses crocs. La cervelle passait entre ses dents, mélange suave de pourriture et de vers tandis qu’il gobait la langue et le reste dans son estomac. Ceci fait, il se tourna vers le gigantesque escalier qui montait jusqu’aux hauteurs de Barad-dûr, ses yeux mauvais fixant la structure. Son armure de fer était noircie. Sur sa cape de chaîne, il portait une hache de fer double marqué du symbole maudit de Sauron en dessin de sang. Il commença à monter les marches, une à une, pendant de nombreuse minutes, jusqu’à finir par déambuler dans un long couloir finissant sur une grande salle. Dans cette salle, une unique porte, là où était l’intendante, son bureau. Certains elfes rattachés à Sauron patrouillaient et quelque gardes posté protégeaient l’entrée. Il semblait qu’elle était abîmée, briser était plus exacte, sans parler des joints de la pierre qui s’était fendu et effondré. Il s’approcha alors, visiblement sceptique, jetant des coups d’yeux furtifs vers le nouveau lieu qui s’offrait à lui. C’était une salle rudimentaire, un tapis rouge où était posé un bureau finement dessiné, des armes sur un mur et de l’autre côté, une bibliothèque. Ses yeux se posèrent alors de l’autre côté du bureau, apercevant une grande et belle elfe, la silhouette élancée et éloquente, ce qui aurait été pour un homme une beauté fatale. Elle se tenait visiblement immobile, occupée à lire un des nombreux parchemins entassés sur sa place de travail. Cârmaroth ne chercha pas à comprendre. Il défonça l’espacement qui l’empêchait de pénétrer dans la pièce, arrachant la roche d’un simple coup de buste, puis pénétra dans le bureau. Il prit soin que les nombreux membres qui parcouraient ses chaînes ne touchaient pas le tapis, de crainte que le sang ne le tâche, puis souleva le heaume à la queue de cheval de son visage, dévoilant son image hideux et repoussant. Une infâme odeur de cadavres en décomposition le suivait, comme si la maladie et la mort était sur ses pas.
Il tira sa hache et la posa au sol en geste de soumission, son corps massif s’agenouillant pour offrir le maximum de respect à son hôte. C’est alors que sa voix raisonna, guttural et forte, crachant des flots de paroles en Noir parler :


- Désolé pour cette intrusion plutôt brutal, Intendantegûl, mais lorsqu’un mur bloque le passage, il faut savoir le briser. La métaphore est bonne, visiblement. Je suis honoré de votre sombre présence et mes bras, ainsi que mon âme, sont à votre disposition autant qu’à celle de notre seigneur Sauron. Non pas que je sois serviable, mais l’on est toujours reconnaissant, en tant que fils du Mordor, du cadeau qu’offre nos créateurs à nous permettre mort, destruction et chair humaine. Vous m’avez fait mandé, je suis venu à vous, offrez-moi du sang pour combler la faim dévorante de mon corps…

En même temps, cette elfe aiguisait les sens du troll, son odeur appétissante enivrant l’air et rendant désireux Cârmarôth de croquer un bout de chair moelleuse. Les yeux étaient ces petites friandises, juteuses et visqueuses, qu’appréciait le troll. Les femmes étaient mieux que les hommes, car elles possédaient une poitrine filandreuse très appréciable et parfois un cadeau supplémentaire, un bébé dans leur corps. Rien que cette pensée fit saliver Cârmarôth, qui gromella un instant de plaisir, laissant échapper une longue inspiration. Ses membres se décontractèrent tandis qu'il restait figé au sol, comme une statut, attendant qu'on lui somme de se relever....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6095-carmaroth
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyVen 13 Juin 2014 - 16:26
-- § --

La femme occupant le bureau releva le visage de ses dossiers et posa sa plume avec un calme presque étonnant vis-à-vis des circonstances. D'un revers de main, elle balaya les quelques poussières de maçonnerie qui étaient tombé sur son bureau et sans un mot reprit la plume et continua ses annotations sur le parchemin après avoir montré du bout de celle-ci un fauteuil à taille humaine; Le dernier encore entier dans le bureau puisqu'un autre cassé gisait dans un angle, fauteuil sans doute prochainement rejoint par celui que l'intendante venait de présenter au troll pour qu'il tente de s'y asseoir.

Ne mentons pas...
Si Elfe il y avait dans le bureau, celle-ci ne répondait en rien aux critères* de sa race. Hormis la présence d'oreilles pointues qu'elle ne cachait pas à Barad-dur, son physique et sa couleur de peau n'était pas ceux des elfes communs.
Là où les elfes imposaient les cheveux longs comme un mode à adopter pour être dans le vent, la femme assise à son bureau portait des cheveux courts. Ses yeux étaient cachés derrière d'étranges verres teintés sombre, montés sur des branches de métal, renvoyant l'image de l'interlocuteur lui faisant face. Ses vêtements étaient ceux d'un homme. Une ample chemise blanche à lacets, dont elle avait retroussé les manches, tranchait sur sa peau d'ambre loin de la pâleur presque maladive des Eldar. Des armes dans leur baudrier, l'une corsaire l'autre de facture inconnue étaient accrochées au dossier du fauteuil où elle siégeait. Sa taille était cintrée dans une taillole turquoise et, bien qu'il ne pouvait pas le voir, un pantalon se devinait sous le bureau.

Mais le plus surprenant pour un troll au nez affuté comme un radar de l'armée américaine, pour ne pas dire le plus choquant, était sans doute l'odeur que dégageait cette femme. Une odeur inconnue dans ces contrées tristes de Mordor ou les forêts tempérés des Elfes qu'il croisait d'habitude. Un parfum inédit pour un vivant, nullement désagréable mais c'était comme compare l'odeur d'une noix de coco fraichement ouverte à celle d'une pomme. Elle sentait le soleil qui brulait les plages ombragées par des palmiers, la brise marine iodée, la vanille et le monoï, le poisson qu'on grille avant de le servir épicé, le porc caramélisé cuit dans un four de terre cuite. Elle sentait les tropiques et sa myriade d'effluves.

Loréalle, c'était ainsi qu'elle se faisait appeler dans ce royaume car comme disait Sauron " J'ai Loréalle comme intendante, parce que je le vaux bien **", n'était pas vraiment à jours en Noir-Parlé. En fait, on pouvait traduire son retard comme un horaire de train SNCF. Aussi, bien qu'elle ne le montrait pas, l'attente qu'elle faisait subir au Troll, le forçant à s'assoir dans un fauteuil ne pouvant contenir qu'une de ses fesses, était un moyen pour elle de gagner du temps pour traduire ce qu'il venait de dire. ... la vilaine petite tricheuse...

Au bout de quelques secondes, sans lever le nez de ses documents, elle répondit en Adunaïc ( langue des numénoréens noirs).
" Vous faites preuves d'un langage fort élevé pour un troll. Cela confirme qu'on ne m'avait point trompé sur votre personne mais ... pour ce qui est de frapper à la porte, vous n'êtes pas encore au point. Frapper à la porte signifie toquer pour signaler sa présence et non défoncer le montant de celle-ci pour passer en force. Éviter de faire cela à l'avenir, je doute qu'Any est autant de patience que moi pour ce manque d’étiquette."
Et en parlant de manque d’étiquette, elle venait d'en faire une belle en appelant le seigneur Sauron simplement Any, diminutif d'Annatar. Manquait plus qu'un Anychou et elle aurait gagné la palme de la familiarité avec un maïa.
" Si je vous ai fait venir ici, ce n'est pas sans raisons."

Elle releva enfin le visage pour scruter son interlocuteur.

-- § --

* je ne te l'avais dit sur la cb qu'elle ne ressemblait pas à une elfe? Wink
** c'est suite à cette phrase " je l'ai comme intendante parce que je le vaux bien" qu'il a dit sur la cb à l'époque que j'ai choisi le nom de mon perso quand elle adopte quand elle est intendante du mordor. lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
CârmarôthNombre de messages : 45
Age : 25
Date d'inscription : 08/06/2014

Feuille de personnage
Race: Troll (Olog-Haï)
Possessions: Casque de fer, Armure de fer, Hache de fer, Chaînes
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Cârmarôth
Capitaine du Mordor / Boucher itinérant

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyVen 13 Juin 2014 - 18:40
Le troll s’éleva alors, voyant l’Intendante lui indiquer le fauteuil qui se tenait non-loin de lui sans daigner bouger le bout de son nez. Cârmarôth ni fit pas garde, connaissant cette forme de supériorité hiérarchique qui faisait prédominer patience et frustration. Il regarda, perplexe, la taille du mobilier qui lui servirait de dossier, qui visiblement ne faisait pas la moitié de sa corpulence. Il ne paraissait pour lui qu’une solution très simple : De le lever, un côté vers le plafond, pour qu’il puisse poser au minimum son dos. Il écarta les chaînes qui lui servait de cape, ne souhaitant pas salir, du sang des nombreux corps attachés à ses chaînes, le canapé. Assis, il tenta de se mettre dans une position plus confortable. Il dépassait tout de même l’Elfe de par sa taille et sa corpulence, ce qui le forçait à devoir baisser la tête, fixant le visage ambré de l’Intendante. Elle restait concentrée sur son écriture, visiblement occupé. C’est alors que sa voix s’éleva, en langage Adunaïc, une langue que Cârmarôth comprenait légèrement.

" Vous faites preuves d'un langage fort élevé pour un troll. Cela confirme qu'on ne m'avait point trompé sur votre personne mais ... pour ce qui est de frapper à la porte, vous n'êtes pas encore au point. Frapper à la porte signifie toquer pour signaler sa présence et non défoncer le montant de celle-ci pour passer en force. Éviter de faire cela à l'avenir, je doute qu'Any est autant de patience que moi pour ce manque d’étiquette."


Un léger son sortit de la gorge du troll, comme une sorte de ricanement, qui visiblement se sentait très satisfait de son effet. Il avait toujours été taquin, surtout envers ceux qui n’étaient pas œuvre du grand architecte qu’était Morgoth ou de son prophète, Sauron. A vrai dire, il respectait très peu les Elfes, notamment qu’il les jugeait trop proche de l’image idéaliste des Valars. Ils n’étaient pas construits dans la haine et la pierre. Ils n’étaient pas la noirceur incarnée et pouvaient toujours changer de côté, du mal au bien. En faite, c’était juste de la viande. Une viande savoureuse, idéal en fin de repas ou quand on a un petit creux, une vraie sucrerie ! Ce n’était qu’aubaine, puisque de base les Elfes possèdent une musculature plus tendre et que leur voix suaves exaspérait Cârmarôth. Tant mieux s’il pouvait les manger, ce n’était qu’une opportunité de plus de réaliser les souhaits de ses seigneurs. Mais, en l’occurrence, elle était intendante du Mordor et parmi, semblait-il, les membres proches de Sauron. C’est pourquoi il ne se permit pas plus que se simple petit rire, comme un enfant aurait fait une bêtise à ses parents. Elle était trop importante, trop élevé hiérarchiquement par rapport à lui pour qu’il se permette de s’amuser de trop.

" Si je vous ai fait venir ici, ce n'est pas sans raisons."
Rajouta-t-elle,

A ce moment là, le troll s’imagina prendre le thé avec l’Intendante, un peu comme deux pipelettes causeraient de la pluie et du beau temps. Ce serait tellement ridicule. Un léger sourire hideux marbra son visage, autant par cette pointe d’humour que par l’excitation de recevoir une mission spécifique. Lui, le Boucher, était parmi les plus fidèles serviteurs de Sauron. Il était normal qu’on finisse par le remarquer, de part son efficacité et sa faim.
C’est à ce moment là qu’elle leva son visage, découvrant des lunettes noires ainsi que son visage élancé. Non, vraiment, même si elle était différente que les elfes qu’il croisait d’habitude dans les couloirs de Barad-dûr, elle serait meilleur dans son estomac. L’odeur était trop évidente et appétissante. Il balaya ses pensées d’un geste puis prit la parole, reprenant sa langue natale :


" Le grand ténébreux, le véritable maître des silmarils, Morgoth notre maître et père, nous a crée dans le but d’obtenir le pouvoir légitime que le seigneur Sauron convoite. Nous semons mort et destruction, nous dévorerons la chair des hommes, nous avalerons les elfes et étriperont les nain, nous sommes le Néant. Veuillez excuser mon manque de délicatesse et d’étiquette, mais mon sang et mes tripes ne sont pas faites pour la Cour…. Je me doute que l’Intendante ne ferait pas venir le Boucher pour une simple missive. Non, c’est tout autre chose, j’en suis persuadé. Veuillez, si vous le souhaitez, me donnez les réponses à mes questions, mes services sont requis pour l’horreur et la misère, pour ma faim… L'enthousiasme est mon bonheur, votre satisfaction, mes désirs..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6095-carmaroth
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyDim 15 Juin 2014 - 11:34
-- § --

Tandis que le Troll faisait son discours tel un robot protocolaire annonçant ses fonctions primaires, l'intendante se saisit d'un étui cylindrique d'où elle sortit un Kiseru sculpté dans l'or et le porta à sa bouche. Il faut dire qu'elle en avait écouté de tels propos au point d'en faire une indigestion.
Ce ne fut qu'après "Neant" que cette femme, quelque peu lassée pas les étalages verbaux sur la puissance, releva la tête vers son interlocuteur.

Attendant que Cârmarôth eut finit de parler, elle alluma cette étrange pipe dont le contenu rependit dans la pièce un fort parfum d'opium accompagné de volutes de fumée orangés dans la lumière tamisées du bureau.  

" Pourtant votre langue semble être apte à fréquenter les cours. Vous venez d'étaler vos titres tel un seigneur Gondorien cherchant à impressionner son entourage."
Fit-elle, avec un petit sourire.
" Mais ce n'est pas ce genre d'aptitude qui m'a fait vous convoquer. Vous avez pour vous les mots et le fanatisme nécessaire pour remplir une fonction de prestige. Cette fonction est loin des armées, cela vous désolera sans doute, mais est proche des puissances que vous vénérez.
Actuellement le Seigneur Sauron désire créer un culte vénérant sa personne et celle de Morgoth dans le Mordor. Accessoirement, cela va à l'encontre de mon avis personnel car je considère la religion comme une source d'obscurantisme, mais les décisions de Sauron sont celles de Sauron...
il le découvrira bien par lui même que j'avais raison."

Acheva-t-elle dans un marmonnement.

Aaah, les femmes de caractère.
Bien que Loréalle s'habillait comme un homme, elle en restait bien une femme qui ne supportait pas qu'un être de sexe masculin, fut-il maïar, lui tienne tête. Et elle attendait avec impatience que l'idée du mâle en question lui revienne en pleine tronche tel un boomerang!

" Il y a un poste de maître des sacrifices à pourvoir. Vous serez sous les ordres directs du Grand Prêtre de Morgoth. Si cela vous intéresse bien sur. Je demande votre avis car je préfère des agents motivés aux agents contraint"
Finit-elle en tapotant son kiseru contre le cendrier posé sur le bureau. Elle n'avait pas demandé au Troll si cela le dérangeait qu'elle fume, après tout, elle était dans son bureau et pouvait s'accorder quelques grammes d'impolitesse envers lui suite à son remaniement architectural de la porte.

-- § --

* kiseru = http://www.trocadero.com/meijibijutsu/items/1052470/catphoto.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
CârmarôthNombre de messages : 45
Age : 25
Date d'inscription : 08/06/2014

Feuille de personnage
Race: Troll (Olog-Haï)
Possessions: Casque de fer, Armure de fer, Hache de fer, Chaînes
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Cârmarôth
Capitaine du Mordor / Boucher itinérant

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyMer 18 Juin 2014 - 16:59
Un long silence s’installa tandis que le Troll regardait l’elfe hautaine et sans doute un peu trop égoïste, qui avait l’air grandement de sous-estimer la volonté du seigneur des ténèbres : Simplement porté un avis sur les décisions du maître noir était en elle-même une erreur et, en plus de cela, une affabulation. Mais Cârmarôth se gardait bien de proclamer haut et fort son désarroi, pas plus que d’exprimer l’étrange machination mentale qui opérait en lui : Il était obscurité, il était noirceur, et il comprenait très bien l’enjeu qu’opéraient les ténèbres sur le cœur de ceux qui, naissant sous le soleil d’Eru Ilúvatar, se plongent dans les abysses insondables et effroyables du Sans-Nom. Ce n’était que plus amusant de voir cette intendante, sans doute au plus haut de sa puissance, être prise au piège par la damnation éternelle. Petit à petit, elle sera happée par la force qu’elle nargue, comme une serre d’aigle se ferme sur sa proie, et alors l’ombre la dévorera, ce que Sauron et bien avant, Morgoth le Tout-Puissant, incarnaient. Ainsi, tel sera prit qui croyait prendre, et le Troll n’en serait que plus satisfait, car tout va au Néant et tout revient de droit au seigneur Noir.
Mais ce n’était que l’une des choses, comme lorsque l’on pioche d’un coup de fourchette son assiette, qui fournissait à Cârmarôth une excitation débordante, dévoilant ses crocs les plus reculés d’un sourire aussi sinistre et pervers que les traits macabres d’un squelette. En vérité, il laissa paraître, un instant, cette lueur d’intelligence si propre à ceux qui connaissent la valeur du pouvoir et qui la maîtrisent, à ceux qui, d’un geste, peuvent créer et détruire, comme un dieu omnipotent. Une intelligence terrifiante, une clairvoyance précise et un esprit dont la volonté serait à elle seule capable d’embraser des villes et villages entiers. C’était là, le vrai visage du troll, caché derrière cette apparence grossière et le nom de sa race, là où étaient le véritable Cârmarôth, le Boucher.
Aussi vite qu’était apparu cette expression aussi étonnante que déroutante, il revînt à des traits plus bourrus et courtois, plus agréables. Oui, même s’il délaissait sa carrière militaire, ce n’était qu’un temps avant que sa barbarie et sa soif de destruction ne ressurgissent et alors, une croisade opérerait. Peut-être que Loréalle ne se rendait pas compte du piédestal qu’elle offrait au Troll, en lui permettant d’entrer dans une caste religieuse avec pour seule consigne d’obéir à Sauron et au Grand prêtre du Mordor. Cârmarôth était alors au-dessus d’un simple prêtre, il était l’équivalent d’un commandant, il était devenu l’un des pions privilégiés du seigneur des ténèbres et il aurait accès à une large quantité de ressource de guerre ainsi qu’à des connaissances interdites. Le Troll deviendrait alors l’une des armes les plus dévastatrices de Sauron et par la même occasion, l’un des instruments de sa victoire !


« Bien entendu que j’accepte volontiers cette offre, Intendantegûl, dit le Troll, qui attrapa une seconde tête de sa cape, visiblement celle d’une Elfe, dont les derniers traits exprimaient l’effroi. Pourquoi refuser lorsqu’une offre si avantageuse et si prestigieuse convient au service du Boucher ? Je suis bien le serviteur et la créature du maître Noir, je suis bien fanatique comme vous le dites vous-mêmes, à quoi bon attendre ? Maiiiiiiiiiis….. »

Cârmarôth laissa un instant de suspend, le temps que Loréalle comprenne qu’il allait demander une contrepartie.

« Je souhaiterais vous demander quelques petites faveurs, rien des moindres évidemment, juste quelques outils et une démonstration personnel de votre carrure et de votre pouvoir, qui n’est pas des moindres. Il se trouve que j’ai croisé un Uruk-haï un jour, qui possédait d’étranges objets dont la propriété est particulièrement explosive…J’apprécierai que vous m’offriez, pour ce nouveau statut, comme un cadeau de bienvenu à votre monde, cette poudre noir en grande quantité, ainsi qu’un chaudron. Ho, je dis chaudron, je m’explique mal, un chaudron maudit, juste en tant que catalyseur, comme le sceptre d’un magicien….. Décoré, s’il vous plaît, avec des chaînes et des crochets que je puisse planter dans mon dos, comme un pauvre paysan porterait un fardeau, à mes proportions…. Je sais que, Intendantegûl, je vous demande déjà beaucoup, mais pourriez-vous également m’accompagner vers notre père, le Grand prêtre, lors de ma bénédiction, pour que nous puissions discuter plus aisément de mes responsabilités et de vos attentes, ainsi que celles de notre maître… »

En disant cela, il espérait en connaître plus sur la corruption qui opérait au cœur de l’intendante. Cârmarôth croqua un bout de la tête pourrie qui tenait entre ses deux doigts, laissant dégouliner un peu de sang et de cervelle sur le sol…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6095-carmaroth
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyVen 27 Juin 2014 - 15:58
-- § --

La corruption...
Oui, c'était une notion que Loréalle connaissait mais à laquelle elle n'accordait aucune importance. Elle partait du principe que les choses auxquelles ont ne croit pas ne peuvent exister. Et que rien n'est plus fort que la gravité et les lois physiques... hors la corruption n'est pas une loi physique, seulement une faille psychologique dans un esprit peu sur de lui et souvent torturé. Il était évident pour cette elfe que les personnes cédant à la corruption de Morgoth ou d'Eru avaient un passé trouble influençant négativement leurs décisions. Des morts, des désirs de vengeances ou un besoin de reconnaissances.
Bref, qu'ils soient serviteurs zélé de Morgoth ou fanatiques d'Eru, c'était kif-kif à ces yeux: ils sont fragiles mentalement. Et Eru corrompe autant que Morgoth. ... d'ailleurs, chaque valar est une partie d'Eru, il serait temps de se demander de quelles parties à hérité Morgoth, non?

Vingt année plus tôt, il l'avait regardé un long moment quand elle lui avait expliqué ce point de vu, cette nuit là, dans cette taverne. Il s'était demandé si il devait en prendre ombrage ou non? Il avait hésité à lui donner une leçon pour avoir ainsi insulté... insulter qui en fait? La patience était une qualité qui ne faisait point défaut à Sauron et il dû admettre que le raisonnement de cette tenancière d'auberge était fondé... bien que contrariant. N'était-il entouré que d'êtres mentalement faibles?  

Un fanatique attaquerait un pays neutre car ils n'ont pas LEURS idées. Lui avait-elle dit. Alors qu'il serait tellement plus intelligent de s'en servir comme bouc-émissaire... Un pays neutre est ni pour l'un, ni pour l'autre.. donc il peut devenir l'ennemi de l'autre avec les bonnes manipulations politiques.

Cette femme avait mit le doigt sur une faille de son armée, la corruption empêchait un raisonnement neutre et efficace. Cela l'avait troublé quelques temps. Laissant le pouvoir à la Bouche de Sauron tandis qu'il réfléchissait à l'avenir du Mordor.

Cela faisait plus de vingt années que le Seigneur Sauron connaissait l'existence de Renarde, Tlalpalli ou Loréalle, peu importait le nom qu'elle prenait, elle restait toujours la même. Vingt années durant lesquelles un jeu s'était établit entre lui et elle. Ils se croisaient régulièrement dans des situations, soit disant fortuites, mais que tout deux savaient calculés. Échangeaient quelques idées et l'un ou l'autre disparaissaient aussi vite dans les méandres de l'éternité.
Vingt années qui ne changèrent rien au point de vue de cette fausse semi-elfe, le Seigneur aurait pu se contrarier de voir ses tentatives de corruption glisser sur elle comme de l'eau sur une feuille de nénuphars, car s'était bien le mot adéquate. Elle buvait, se droguait, négociait avec des pirates, disséquait des cadavres, mais rien ne marchait! Plus elle se trouvait dans un marais putride, plus elle se sentait à l'aise et son esprit fleurissait tel un lotus. Cela amusait au plus au point le Seigneur des ténèbres de voir une créature créé pour Eru développer une tolérance à la corruption quasi divine. Capable de lui tenir tête sans pour autant être incorrecte.
Il n'était donc guère étonnant de la voir assise à présent dans le fauteuil de l'Intendant.

-- § --

L'intendante était parfaitement consciente de ce quelle faisait. Mettre une telle créature au service du Grand-prêtre était parfaitement calculé. Un être tel que Carmarôth était doué d'intelligence, mais pas seulement d'une intelligence vouée à la destruction.. il était temps que le Troll ouvre les yeux, élargissent sa vision du monde. Le poste de bourreaux lui ouvrirait le chemin sur des livres et des sources de savoir auquel il n'avait jamais eut accès. Son physique imposant pallierait la faiblesse corporelle du Grand-Prêtre. Elle allait contre l'avis du Seigneur des Ténèbres en donnant un haut grade à des créatures sous-estimées, mais elle savait qu'aucun noble nommé Ministre n'était reconnaissant envers son roi, il ne cherchait qu'à prendre sa place. Alors qu'un paysan mit à de hautes instances par un roi lui en serait éternellement reconnaissant.
Mettre Carmarôth à ce post était totalement planifié par cette femme qui lui semblait si innocente et fragile sous ses traits d'elfe. Elle venait de créer un fidèle à Sauron et, quand elle viendrait à disparaître, celui-ci aurait toujours de bons et loyaux serviteurs en place...

... et elle allait disparaitre tôt ou tard.

L'intendante regarda le Troll effectuer toute sa comédie, prendre sa voix sifflante et jouer avec triturer son crâne d'elfe. Et alors?
Elle était assise, au fond de son fauteuil, une main posée sur l'accoudoir et l'autre portant à ses lèvres son opium dans le Kiseru. Aucune réaction. Des Eldar, elle en avait déjà mangé. C'était une tradition de son clan Avari de manger les intrus, c'était ainsi que le secret de leur existence était préservé. Du Troll aussi.. mais c'était vraiment infecte. L'Eldar avait une chair plus parfumée... à condition de ne pas le laisser pourrir comme cet invité avec ses goûts culinaires plus que douteux. Les animaux étaient des êtres pensants, pourtant ils les mangeaient? Alors où était la différence de manger un animal qui s'habillait? Il y avait plus à éplucher, c'était tout.

" Évitez de salir mon tapis en jouant avec vos hochets. Sinon, je vous le ferais nettoyer vous même... Déjà que vous me devez une porte.  "
Fit-elle, sur un ton persiflant.
" Je ne suis pas là pour exhausser vos souhaits, vous êtes là pour exhausser les miens. N'inversez pas les rôles si vous voulez que votre tête reste en coordination avec votre corps. Vous ferez votre quémandeur auprès de votre grand-prêtre, ainsi il pourra pleinement profiter de votre caractère enfantin. Pour ma part, je n'ai pas de temps à perdre en chouinages divers et variés. Si j’exhaussais les souhaits, je serais habillée en Haradrim et accompagnée d'une lampe à huile. Vous en voyez une sur mon bureau? Navrée, il n'y a que Sauron qu'il est le droit de me frotter pour me demander quelque chose. "
Exposa-t-elle calmement, en se levant et effectuant avec lenteur le tour de son bureau.
" Et encore, il préfère me lisser dans le sens du poil.
Suivez moi. Je vais vous présenter à votre nouvelle nounou."

Elle franchit la porte invitant le Troll à la suivre. Dans l'ombre des angles des murs, quelque chose se déplaça presque imperceptiblement.

-- § --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
CârmarôthNombre de messages : 45
Age : 25
Date d'inscription : 08/06/2014

Feuille de personnage
Race: Troll (Olog-Haï)
Possessions: Casque de fer, Armure de fer, Hache de fer, Chaînes
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Cârmarôth
Capitaine du Mordor / Boucher itinérant

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyVen 4 Juil 2014 - 19:29
Quand elle dit cela, le troll regarda le bout de cervelle puis, d’un geste vif, lécha le sol comme un porc pour savourer son plat. De sa langue dégoulinait du sang mélangé à de la bave, raclant la pierre de ses crocs avancés. Il finit par avaler le reste du crâne puis pencha légèrement son buste, en signe de soumission :

-Rassurez-vous, rien n’était plus loin que la pensée que de vous prendre pour une simple servant, je suis juste heureux d’être un outil des plus profitables à notre père... Mes souhaits sont comme des sucreries et vous avez raison de me comparer à un enfant : Après tout, ne suis-je pas l’un des fils légitime de l’Ombre, tout en prenant les jouets nécessaires à la victoire de notre Maître Noir ? Au fond, vos mots sont des flatteries agréables et j’aime savoir qu’au-dessus de moi existe des êtres compétents qui peuvent offrir mort, destruction et pouvoir à notre seigneur aussi aisément qu’écrase un pied une fourmi ou façonne les mains l’argile…. J’y suis sensible, mon empathie est tel que la peur et le pouvoir sont des sensations, et des désirs, qui me font sourire, pardonnez-moi de mon ironie mal placé, mais je suis crée dans se sens…

Il était effectivement allez peut-être un peu trop loin, mais les paroles de l’Intendante l’avait effectivement conforté sur un point : Elle était bel et bien assez forte pour le discréditer, en tout cas, pour le moment… S’il y avait une chose qui ne le faisait pas rire, c’était bien les incompétents et les faibles.  Hors, elle n’était ni l’un ni l’autre. Dans un sens, cela faisait monter d’un palier l’estime du troll vis-à-vis de sa supérieure. Mais rien n’empêchait son appétit vorace de persister, cette faim dévorante qui le tentait à croquer un bout de chair si tendre et onctueuse qui tenait face à ces yeux. Pour un homme pervers, Loréalle paraitrait belle et délicieuse à profiter, son air hautain et sa supériorité accentuant davantage l’excitation et le souhait de se l’approprier. Pour l’Olog-haï, c’était un équivalent, à la différence que c’était un plat de choix et une opportunité. Cependant, Cârmarôth possédait suffisamment de contrôle sur lui-même pour ne pas commettre l’irréparable et perdre la seule chose capable de le contenter réellement: la satisfaction du seigneur des ténèbres. Tel était le lot pour ceux qui sont dans l’obscurité : Voué à être emprisonné par leur propre désirs. Mais cela ne dérangeait aucunement l’Olog-haï, qui se savait être grandement supérieur à de nombreux êtres et notamment, les elfes.
Bien entendu, son antipathie ne l’empêchait nullement de se montrer courtois, serein, et particulièrement calme et calculateur : Il se doutait très bien que l’Intendante savait tout cela, elle ne pouvait être à un tel statut sans connaître fondamentalement l’essence des ténèbres et sa nature. Malgré cette espèce de frustration, et d’une émotion qui pourrait s’apparenter à de la joie, forte et vive, enfantin comme dit Loréalle, Cârmarôth était juste dans une situation agréable et confortant. C’était de l’ironie qui sortait de ses lèvres, mais rien de moqueur et de rétrogradant ne pouvait être perçu. La folie ne s’était pas emparée de son esprit, il était juste heureux et affamé…
A tel point qu’il finit par arracher soudainement, pendant que l’Intendante commençait à marcher, un cadavre entier, qui était celui d’un orque cette fois-là et, suivant les sages conseils de sa hiérarchie, l’avala en entier sans la moindre trace de sang. C’était effectivement difficile, car derrière son sillage traînait moult et moult corps décharnés et pourris, laissant des traces s’entremêlant de terre et de sang en lignes irrégulières.
Tandis que l’Olog-Haï suivait l’intendante, il se mit à avoir l’impression qu'une autre présence était en ces lieux, comme une chose qui ne se voyait pas et ne se sentait pas. Sans doute étais-ce sa perception qui lui jouait des tours, mais il semblait bien à Cârmarôth qu'à plusieurs reprises, à la lueur des torches accrochés aux murs, une ombre supplémentaire s'ajoutait à lui et à l'intendante. Il mit cela sur le compte de son appétit, peut-être avait-il mangé un champignon de trop.... Ils croisèrent quelques orques, occupés à leurs affaires, et des numérorriens Noirs à leurs postes. C’est au bout d’un certain temps, les yeux brillants, que l’Olog-haï éleva la voix :


-Qui est donc le Grand Prêtre de Morgoth ? Rares sont les êtres supérieurs que j’ai pu rencontrer en face, occupé à l’époque à Bârad-dûr à tenir emprisonné les nombreux prisonniers. Je pense que c’était une belle époque, la nourriture était à foison et il m’arrivait parfois de rire en faisant manger les cadavres de prisonniers à d’autres. Jamais je n’ai eu l’occasion de rencontrer les grands de notre pays, de notre culte voué à notre père Morgoth et notre maître, Sauron. De quelle race est-il ? Son sang est-il pur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6095-carmaroth
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyLun 7 Juil 2014 - 17:11
-- § --

Loréalle écoutait avec indifférence les récits culinaire du Troll, car pour son peuple, tout ce qui n'était pas Mocitl était comestible.. et encore, il arrivait que sous certaine condition un valeureux guerrier mort au combat soit consommé afin que son être reste parmi les siens. Elle commençait à entrevoir pourquoi sa race était laissée en paix par Morgoth, il est vrai que face à un peuple comme le sien, les tortures comme "manger son voisin de cellule" était bien inefficace.

" Je vais finir par croire que vous me contez cela pour tester ma résistance mentale à ce que vous appelez "Atrocité" dans vos régions aux coutumes si .. folkloriques."
Folklorique. Le mot était lâché, pour l'Intendante tous les agissements des uruk-hai, trolls et autres créatures du même acabit; Tous ces agissements, que d'autres nations disaient cruels, n'étaient que du folklore. Des traditions qui avaient cour pour préserver une forme de culture différente qui échappait à l'entendement du commun des mortels.
Les cannibales paraissaient monstrueux aux yeux de l'européen, tout comme l'européen à la peau blanche du cadavre paraissait monstrueux aux yeux du cannibale.

" Sans mentir, le Grand-Prêtre de Morgoth vous décevra au premier abord. Son apparence chétive d'humain vous fera penser de lui qui n'est pas digne du poste. Mais quand vous apprendrez que cet humain est en contacte direct avec Melkor, cela devrait vous.. fasciner."
Fit-elle, en agitant de la main comme pour marquer l'importance de ce mot.

Puis, elle glissa ses mains dans les poches cousue a son pantalon et continua a avancer dans les couloirs. Ils sortirent dans la cour principale grouillante de soldat en manœuvre et prirent le chemin des écuries.

" Mais je vous en prie, continuez à parler cuisine, cela me distrait de mes conversations habituelles tournant autour des lois et autres tristes activités réservé aux Intendants. "
Il était difficile de savoir si dans sa voix pointait la moquerie ou non.


-- § --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
CârmarôthNombre de messages : 45
Age : 25
Date d'inscription : 08/06/2014

Feuille de personnage
Race: Troll (Olog-Haï)
Possessions: Casque de fer, Armure de fer, Hache de fer, Chaînes
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Cârmarôth
Capitaine du Mordor / Boucher itinérant

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptySam 12 Juil 2014 - 23:39
Pendant qu’ils avançaient, les gardes patrouillaient tels des fourmis dans leur termitière. Dans des rondes beuglantes, rugissantes, les orques se meuvent tels des rats excités par l’odeur du feu, du métal brulant et des effluves des forges infernales. Leur peau pourrie, blâme et pâle, comme la peau moisi d’un cadavre, ruisselait de sueurs noircis par la terre. Voilà ce qu’était la paix pour Cârmarôth : un monde sous les nuages noirs qu’expulsaient Orodruin. Un monde où régnerait l’esclavagisme, le barbarisme, sous une poigne de fer nimbé de flamme ! Des hautes tours noirs, acérés comme les serres d’un aigle, semblant vouloir s’emparer du ciel tels des mains avides? A l’intérieur, gigantesque salles de pierre volcanique, où brillait éternellement les brasiers des plus imposants fourneaux du royaume. Les orques criaient, frappaient les esclaves, parés d’armures noirs plantés de pics et de crochets. Tous hurlaient leur soif de destruction et de terreur, suppliant la corruption d’allez toujours plus loin vers les terres des hommes. Tous étaient possédés par un feu dévorant aussi noir que la nuit, un appétit féroce pour la chair tendre, même celles de leurs proches.
Descendant mille marches, l’intendante et le Boucher traversaient des merveilles d’architectures, aux salles de tortures aux tours de guets. Les couloirs étaient parfois étroits, sombres, perverti. Pendaient parfois crochets à bœufs au plafond, quelques chaînes éparpillées formant les lieux privilégiés des orques les plus pervers. Cârmarôth en sentait son goût pour l’art contemporain évolué. Mais ce qui s’accaparait toute son attention l’empêchait de d’apprécier pleinement ces endroits à leur juste valeur : l’intendante. Il l’écouta, silencieux pendant un petit moment. Puis soudainement, éclata de rire. Son rire gras et guttural raisonnaient à plusieurs mètres au loin comme des tambours aux oreilles. Il finit par inspirer lentement puis ses yeux s’écarquillèrent. Son ton se fit amusant :


- Du folkore, intendantegûl ? Nous sommes forgés dans la peur et la douleur, nous sommes les créations, fils et sœurs, du seigneur des ténèbres. Nous vivons sous la crainte et la peur d’être dévoré, mais nous aimons tellement la corruption. Vous y êtes sensible, j’en suis convaincu. C’est un besoin, un désir, une passion… Quels sont les charmes qui opèrent et qui font de vous l’une des pièces maîtresses du seigneur noir ? Il est vrai que cela m’encourage à vous connaître. Mais n’y voyez pas une ruse pour vous maîtrisez, mais la curiosité et l’admiration. Nous avons le goût pour élaborer de puissants produits, vous et moi, bien que j’utilise des méthodes plus artisanal, à base de plantation diverses et variés pour aiguiller un peu plus mes sens, pour aiguiser mes crocs. Vous êtes, selon certaines rumeurs, une personne étrange possédant de grands pouvoirs. Des grands pouvoirs s’allient toujours avec les grandes ambitions. Disons que lorsque deux grands esprits se rencontre, ils peuvent découvrir chacun des opportunités que le commun des mortels est incapable de concevoir. Vous êtes un supérieur, Intendantegûl. Ne le remettez pas en doute, vous m’offusquerez ! Le déplaisir de ma Dame est bien loin de ma conception.


Puis il tendit un bout de chair tendre, ce qui aurait put être un bras, à Loréalle. Il y dégoulinait une étrange odeur citronnée et poivré. Tout le membre était cuit, ressemblant à du porc en petit salé, légèrement caramélisé. L’olog-haï dit :

-Vous serez d’accord, je pense, à goûter ma dernière recette, j’appel ça un bras d’orque chaud. Rôti dans une mixture à base de plantes euphorique, de sels et de quelque produits haradrims tel des épices, caramélisé avec du sucre….Mais très salé quand même ! Saignant, à point, bleu ? Quand je fais e fais une recette, rien ne m’égal pour attiser la haine dans nos cœurs corrompus. D’un remède, j’en fais un miracle ! Et vous savez, plus un orque est drogué, plus il est efficace, dit-on.


Qu’elle fasse comprendre au troll qu’elle aussi mangeait de la chair fraîche était quelque chose d’agréable et l’on pouvoir voir le regard du troll s’armer d’admiration et de sympathie en l’égard de son intendante.
A se moment précis, ils arrivèrent aux écuries. Non loin l’on pouvait entendre les wargs grogner dans leur fosse, affamés. S’approchant des portes, l’olog-haï hurlait :


-Laissez passez Intendantegûl, où vous aurez affaire au Boucher. Ouvrez les portes principales de l’écurie, et donnez-lui sa monture… Faites moi venir un messager, tout de suite, où vous subirez le courroux du bourreau maître d’œuvre ! Un chevaucheur, au plus vite sinistres imbéciles ! Laissez passez seigneur Loréalle…. !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6095-carmaroth
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptySam 19 Juil 2014 - 2:16
(hrp :  désolé Chaak, mais nous ne sommes pas encore arrivé au temple, engueule karma Laughing  (je déconne)
je ne sais pas ce que veux faire Karma avec un messager et c'est pas mon style de zapper les actions des autres joueurs pour aller plus vite Wink )

-- § --

- Dans les couloirs -

" Les charmes qui opèrent? ... surtout les miens. Votre maître couche avec moi. Je suis une promotion canapé."
Répondit Loréalle avec simplicité à tout cet imbroglio d'éloges et de questions.

Ce ne fut qu'après quelques secondes écoulées qu'elle plaça un salvateur:
" Je plaisante."
Enfin, à moitié, car si sa prétendu relation avec Sauron était un énorme mensonge, elle prenait plaisir a utiliser celui-ci pour analyser ses interlocuteurs par leurs réactions à la nouvelle.

" J'ignore la raison profonde de ma présence à ce poste, et j'ignore tout autant comment j'y suis arrivée. Prétendre que je connais les tenants et aboutissants des véritables intentions de votre maître serait irréaliste. Pour avoir les réponses à ces questions, il vous faudra interroger le responsable de cette farce. "Il" doit avoir des projets pour moi que j'ignore tout comme il a toujours des projets pour tout le monde que tous ignorent... c'est son p'tit loisir de fomenter d'obscures plans ignorés de tous jusqu'à ce qu'ils nous arrivent dans le coin de la figure."  
Fit-elle, dans un espiègle sourire, parcourant mains dans les poches les couloirs.

" Quand au : Qui vous a créé? De quoi êtes vous fait? J'ai l’orgueil de dire : Je ne suis ni la création d'Eru, ni la création de Melkor. Je suis ma propre Création. Je suis faite de ces choses qui font de moi ce que je suis. Tout comme vous... si je vous propose un poste d'importance c'est grâce votre originalité. Si vous étiez un Troll comme les autres, mon regard ne se serait pas penché sur votre cas."
Et quand on avait plus de 7ooo ans, née d'un papa disant au Valars "d'aller se faire voir chez Morgoth" et doté d'un tempérament à faire passer les typhons tropicaux pour des brises d'été, on pouvait se permettre d'être orgueilleuse et de poser son regard sur certains cas.


-- § --

- Devant les Écuries -

" De plantes euphoriques?" Répéta-t-elle en relevant un sourcil. "Ne me trouvez-vous pas assez euphorique ainsi? Je vais devoir refuser l'offre pour des raisons évidentes de bienséance auprès du prête de Melkor qui n'apprécierait pas que je m’esclaffe durant notre entrevu. éhéhéh. " Son ricanement se fit discret. "Votre dosage est sans-doute bénin pour un Troll, mais du haut de mes 1m95 et mes 8oKilos toute mouillée, ce dosage risque de me faire agir un peu à la légère... enfin plus que d'habitude."
Une femme de cour. Ce genre d'intrigante se méfiant de la nourriture et des poisons qui pouvaient s'y trouver. Voilà un nouvel aspect que Loréalle n'avait pas encore dévoilée auprès du Carmarôth... ainsi que le terrible secret que toute femme désire cacher : SON POIDS!
" Mais ce n'est que partit remise, étant donné que je suis le plus mauvais cordon bleu du continent, il est possible que je vous convoque dans mes appartements pour m'y préparer des mets dont vous avez le secret.


C'est malin... maintenant j'ai la dalle."

Souffla-t-elle, en haradrim pour elle-même.

-- § --

- Dans les Écuries -

" z'en faites peut-être un tout petit peu trop?"
Suggéra discrètement l'Intendantegûl ou non gûl qui avait pour habitude d'arriver discrètement dans un lieu et de préférence derrière celui s’apprêtant à commettre un acte répréhensible. Elle roula des yeux dans les orbites en songeant que vu le gabarit du "monsieur" la discrétion ne devait pas être dans ses habitudes. Elle songea aussi que les cérémonies aux temples allaient devenir distrayantes au point qu'elle y assiste...
" Arrêtez de vous exciter. En premier, pourquoi faire venir un messager?"
Messager qui venait d'arriver dans le dos de Loréalle ce qui la fit soupirer d'exaspération devant tant de zèle.
" Et en second, un chevaucheur?? C'est quoi un chevaucheur? Et de nouveau pourquoi?"
Un orc, chevaucheur de Warg, était lui aussi arrivé, se plaçant docilement au côté du messager.
" Je suppose que c'est ça un chevaucheur...
bon...
bein...
Puisque ça marche ainsi...
Je demandes alors un beau mec célibataire et intelligent, accessoirement torse nu, pour réchauffer mon lit ce soir... nan? personne?... dommage j'aurais essayé."

Acheva-t-elle dans une petite moue et un haussement d'épaules.

Loin des enclos Wargs, dans des écuries réservées à leur usage, des esclaves palefreniers rattachés au service de Loréalle sursautèrent de terreur en entendant les ordres gutturaux d'un Troll. Ceux-ci avaient l'habitude de recevoir des consignes expresses comme d'arnacher les cheveux pour une sortie urgente... urgente au point d'être 1h plus tôt que l'horaire donné.. mais là... un Troll!!!
Ils se regardèrent entre eux... et se hâtèrent de seller le cheval de l'Intendante.


-- § --


Dernière édition par La Renarde le Lun 8 Sep 2014 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
CârmarôthNombre de messages : 45
Age : 25
Date d'inscription : 08/06/2014

Feuille de personnage
Race: Troll (Olog-Haï)
Possessions: Casque de fer, Armure de fer, Hache de fer, Chaînes
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Cârmarôth
Capitaine du Mordor / Boucher itinérant

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptySam 19 Juil 2014 - 18:28
(Je n’avais pas prévu qu’on commence si tôt le sujet, je m’en excuse, j’ai involontairement handicapé le rp sans le voir et comprendre. Je vais tenter d'y remédier le plus rapidement possible, cela me paraissait être un déroulement logique. Je veux bien, si cela ne te dérange pas La Renarde, que tu fasses notre arrivée au temple, je crois que ce sera plus simple ^^" Désolé encore!)

L’olog-haï resta silencieux un instant, visiblement perplexe par le comportement de Loréalle. Etais-ce son côté légèrement militaire et violent qui ressortait de trop, le mettant à une place qu’il ne possédait ou bien son intendante, si différente de lui, qui par son côté elfique se vouait à être un peu plus dans la retenue et dans l'étrangeté ? Le troll la laissa parler, de craintes de provoquer son courroux, et laissa patienter quelques instants les deux orques qui venaient d’arriver. Le premier était vêtu de vêtement léger, aussi sale que ne l’était sa face déformé et grimaçant. Le second était plus trapu, portant une cotte de mailles et une rapière, avec le nez en moins et des crocs plus saillants. C’est alors que l'olog-haï se mit à observer d’un air insistant la jambe qu’il tenait. Délicatement, il arracha un orteil de ses mains bouffis puis, la gorge déployée, avala la plus grande partie du membre mort. Un son affreux de mastication s’extirpait de sa mâchoire tandis que ses yeux brillaient de contentement. Il sentait ce petit goût prononcé à travers la chair, plus fort et relevé, qui allait, dans quelques instants, l’amener dans un état de plénitude et d’émotion forte. Cârmarôth prenait, quand il en avait l’occasion, certains de ces produits psychotropes, qui avaient tendance tout d’abord à le rendre heureux puis à le calmer et le détendre. Cela l’aidait considérablement dans ses réflexions et, selon lui, l’avait fait gagner de nombreuses batailles. Le troll la nommait Père-suprême, le Noir sentiment ou encore la Fleur d’âme, la plante qui avait servit à la préparation de son plat. C’était peut-être la deuxième chose la plus importante à ces yeux, juste en dessous de Sauron lui-même. Cependant, il n’en possédait pas particulièrement beaucoup et réservait ces produits à des moments précis, notamment lorsqu’il s’agissait, à ses yeux, de journées de fêtes.
Calmement, une fois les aliments dans son estomac et la bouche vide, l’Olog-haï tendit l’orteil à son intendante, attentionné :


-Vous pouvez garder ceci pour plus tard. Cela devrait vous faire du bien et vous faire oubliez que j’ai enfoncé votre porte. Elle n’était pas bien solide, c’était moche, alors je me fais un plaisir de vous la remplacer et de vous offrir quelque chose de convenable pour notre foi et votre carrure. Ce n’est qu’une partie de mes offrandes d’aujourd’hui, et je vous en donne une part parce qu’après tout, vous êtes ma supérieur et que vous le méritez bien plus que moi.


Disant ces mots, sa mine s’assombrit, ses sourcils se fronçant et ses lèvres s’étirant, accentuant son image de carnassier, son regard dérivant vers les orques.


« Ma nouvelle position au sein du Mordor me contraint à le signaler à mes petits, mon ancienne compagnie. Je compte bien garder cependant la plupart d’entre eux pour arriver à mes fins et à l’élaboration d’un avenir radieux pour notre maître noir. J’ai le pressentiment qu’il me faudra plus que des religieux, j’ai besoins de mains d’œuvres et de fanatiques chevronnés. Ils ont été bercé par mes propres soins, au son de ma musique et de mes…besoins. Sous mon commandement, ils agissent en tant qu’un seul être, et je ne permettrais à personne de leur faire oublier ce qu’est l’obscurité, la loi et la souffrance. Ceci sera le travail du messager. Quand au chevaucheur… !


Ses yeux s’étaient légèrement décalés pour parvenir droit dans ceux de l’orque en question. Un léger râle se fit entendre tandis qu’il perçait le regard du soldat. Ce dernier se mit à trembler, comme s’il se voyait devenir une proie potentielle, ce qui n’était que l’une des hypothétiques suites à ses services.


« Tu as ordre de te rendre au temple et de signaler notre arrivée le plus prestement possible au grand prêtre de Morgoth, dit Cârmarôth. Je suppose qu’il est déjà au courant de cette entrevue, mais je préfère largement qu’il soit tenu à la minute près, de craintes de le déranger. Alors va, snaga ! Et ne soit pas trop lent, je ne supporte pas les incompétents, et je saurais te retrouver. Le Boucher sait toujours s’occuper de ses affaires et de ses comptes….toujours. »

C’était purement involontaire que la bave dégoulinait de la mâchoire de l’olog-haï, mais cela suffit au chevaucheur pour ne rien rétorquer, pas même à l’insulte. Le second orque restait figé, entre l’étonnement et l’effroi, car il était excessivement rare de croiser un troll doté d’une intelligence si élevé et d’une supériorité hiérarchique indubitable. Aussi cynique que précédemment, Cârmarôth hocha la tête.

« Et bien, l’on est difficile, aujourd’hui ? Je peux te provoquer en duel, si tu continues, et crois-moi que tu n’as pas plus grande frayeur que celle que je vais t’infliger sur l’heure…Va ! »


Aussi tôt, le messager détala, quittant les écuries. Les effets de la recette commençaient à se faire sentir pour le troll, ses yeux rougissants et ses paupières s’affaissant lentement. Son cœur battait la chamade tandis qu’une agréable sensation lui parcourait l’échine et le corps, décontractant sa musculature. D’un petit rire, l’olog-haï retourna vers Loréalle, tandis que les palefreniers s’occupaient de sa monture.


« Vous avez au moins quelques esclaves utiles, ils savent ce qu’ils ont à faire… ! Mais dîtes-moi, qu’est-ce qu’un corps nu d’un homme peut vous apporter de si jouissif ? Et qu’est-ce que ça veut dire couchez ?


Effectivement, Cârmarôth connaissait le concept de lien, mais il ne savait strictement rien de la procréation. Pour lui, il était naturel de naître dans une fosse, sans géniteur, et de n'avoir rien d'autre qu'un père spirituel. La seule chose qui aurait put s'approcher de la petite mort ne serait que sa satisfaction de manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6095-carmaroth
CiryandilNombre de messages : 130
Age : 31
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Possessions: Une épée en fer météoritique et une armure de Galvorn.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Ciryandil
Chef de la Meute d'assaut et de Loisir

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyLun 21 Juil 2014 - 20:20
[hrp : hop, m'incruste^^]

Lorsque les derniers mots de Cârmarôth finirent de rebondir dans l'écurie, d'une ombre du bâtiment surgit une botte noir et claqua sur le sol. Les premières notes d'une musique entrainante, jouées d'un instrument à corde inconnu –ou maltraité- résonnèrent dans le lieu équestre.

Dans un bref éclat de lumière, Ciryandil apparut. Il était torse nu, la peau et les cheveux légèrement humides. Il portait un pantalon noir, ceins dans une ceinture a fermoir de métal sombre et de bottes assorties. Le masque de loup, symbole de sa charge et des ressentiments de ses ennemis était attaché à sa hanche. Grand et large d'épaules, l'elfe dégageait une impression de force physique étrange. Là où d'autres elfes paraissaient Félins, lui était Lupin. La scène semblait irréelle, surtout en ces lieux où la férocité des wargs le disputaient avec le caractère ténébreux des chevaux du Nùmenor. Derrière l'elfe noir se tenait une plage à l'eau d'un bleu profond et la musique semblait accompagner le ressac.
Il avait à la main une serviette d'un blanc immaculé qu'il jeta d'une puissante torsion du poignet sur le côté. De fines gouttelettes d'eau l'accompagnaient et il semblait se déplacer comme au ralenti, chacun de ses mouvements accentuant d'autant plus le déplacement de ses muscles juste sous une peau légèrement hâlée et lui donnant l'air d'une statue grecque qui aurait soudain pris vie. Des mèches rebelles de cheveux encadraient son visage et passaient devant ses yeux fauves, qui semblaient transpercer le troll et l'intendante. D'une manœuvre gracieuse de la tête, il rejeta sa crinière derrière lui, qui retomba en une coiffure impeccable dans son dos.

Mais alors qu'il se rapprochait et semblait vouloir prendre la parole un bruit, humide et légèrement écœurant, retentit.

Baissant les yeux, rompant le charme, Ciryandil s'exclama :

"Meeeeeerde!"

Et il ne croyait pas si bien dire, parce que c'est dans de la matière fécale qu'il venait de marcher! Sur cette fausse note, tout alla de travers :
Un pommeau de douche lui tomba sur la tête, un court instant avec une grande quantité d'eau qui le détrempa, suivit de ce qui ressemblait à deux gobelins lourdement maquillé et attachés à une corde. Derrière, le décor se révéla être une tenture qui se déchira soudainement, laissant apparaitre un homme au rasage approximatif et un orc qui, pas perturbé pour un sou, continuait de jouer de sa harpe dans un solo endiablé mais pas vraiment à propos.

Un raclement de gorge s'ensuivit après le fracas et le silence. Puis l'elfe, Maitre Espion de Sauron, commandant de l'Escouade d'Assaut et de Loisirs pris la parole avec un sourire qu'on ne pouvait qualifier autrement qu'ouvertement séducteur :

"Je suis un mec beau bien qu'un peu crotté, célibataire, intelligent et accessoirement torse nu, à votre service jolie demoiselle."

Lèvres figé, il ajouta dans un murmure :

"King, te reste de l'eau? J'ai la botte pleine de bouse..."

L'un des deux gobelins répondit sur le même ton mais d'une voix nasillarde :

"Un peu... J'm'en charge Patron."

Derrière eux retenti l'accord final de l'orc, qui fracassa ensuite sa harpe sur le sol dans un :

*Ckoioioooiiing!* "YEAH!"

Éternel optimiste et malgré ce qui ressemblait au passage d'un balrog diarrhéique sur le chemin des toilettes, Ciryandil resta pourtant souriant, lumineux même, attendant une réaction à son entrée en scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6047-ciryandil-maethiri
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyJeu 24 Juil 2014 - 20:01
( Hrp : Alors, oui, je dois passer pour la reine des casses pieds mais.. .
Pitié Karma!
Tu pourrais faire moins d'actions dans tes rps? Je n'arrive plus à suivre!
Ca me prends 1 semaine pour taper mes réponses alors que normalement je réponds en 1h-3jours max. Car je dois répondre à chacune de tes actions puisque mon perso n'est pas du genre "potiche attendant que ça se passe" ...  Et comme je réponds à tout. Tu réponds à tout aussi en rajoutant de nouvelle actions en cascade!
Ait pitié de moi et de mon clavier! LOL  Si je ne veux pas que mes rps fasse 100 lignes, je dois zapper toute les descriptions physiques! Donc, privé de description du cheval et de sa selle en détail! NA! lol
J'espère que ça ne t'embête pas que je te demande ça?)


-- § --

Loréalle était à la diplomatie ce qu'était un rappeur à la danse classique. Aussi il n'était pas surprenant de l'entendre pousser un soupire de lassitude alors que Troll prenait le temps de manger...
"Mais vous êtes un vrai gosse, hein? vous adorez faire peur à vos p'tits camarade de jeux."
commenta-t-elle, en ayant de plus en plus l'impression qu'elle devait se taire et attendre patiemment que le spectacle offert par la troupe de Théatre Carmarôth and CO se déroule.
" Vous allez faire fureur dans la prêtrise! C'est un métier où il faut savoir se mettre en scène pour captiver ses auditeurs. Ca devrait vous soulager de certaine tension psychologique à mon avis."

Ce fut à cet instant que l'Intendante en profita pour disparaître dans les écuries si bien que, quand Carmarôth voulut donner l'orteil, il ne rencontra que du vide en lieu et place où s'était tenue quelques secondes avant l'Elfe se disant semi. Mais bien que la femme avait disparut aux yeux du Troll, celui-ci pouvait toujours l'entendre faire des remarques par dessus ses propos quitte à les couvrir car quand on avait 14 frères, ont apprenait vite à parler plus fort qu'eux si on voulait se faire entendre.
" Si vous voulez garder certains de vos sous-fifres, il vous faudra passer par le système administratif afin d'obtenir les autorisations de mutations pour votre personnel. "

Des bruits de hennissement retentirent ainsi qu'un grand fracas suivit d'un esclave volant par dessus les box et d'un:
" Évitez de passer derrière aussi! Il déteste ça... Ce n'est pas un ch'wal de monte quoi!
Mon p'tit Carmarôth, il vous faudra remplir les dossiers F-21 en deux exemplaires pour .. Oh, vous verrez le moment venu. Mais les affectations ne se font plus comme avant. Le Seigneur Sauron en avait assez du gaspillage de personnel et du piston, donc, nous avons réglementé tout cela."

Oh que oui elle l'avait réglementé, et en avait extrait un plaisir sadique en créant toute une paperasse qui ferait même fuir un précepteur des impôts! A croire que Mairon avait passé sa vie à chercher un être capable de faire souffrir tout le monde de la manière la plus perverse qui soit. Si c'était le cas, il avait pêché un gros poisson en trouvant Témoa, dont la mère était une spécialiste en protocole, et quand on croisait le protocole à la Science, on obtenait : l'ADMINISTRATION !

Un bruit de grondement sourd recouvra presque les mots suivants:
" Oui, bien sûr, c'est tellement mieux de déranger deux fois le grand-prêtre plutôt qu'une... il va être ravit de cette initiative.. surtout si il était en pleine méditation ou prière.

Allons bon? Provoquez-qui en duel?"

Ne voyant pas la scène, étant occupée à l'autre bout des écuries, Loréalle se posait légitimement la question tandis qu'elle revenait vêtue différemment et tirant par la bride un massif cheval noir, dépassant les deux mètres au garrot, à la crinière de nuit légèrement ondulée, aux pattes massives doté de larges sabots capable de pratiquer une lobotomie par écrasement et couvert de poil. Son harnachement ne manquait ni de sacoches, ni d'argent, ni de noir, ni de franges, ni de plumes et encore moins de clous donnant à l'animal un air terriblement... aucun doute, l'animal ne pouvait s'appeler que Saharley. Dans un autre univers, il aurait été doté de deux roues. Et il avait cette manie de regarder le monde entier avec l'air supérieur de celui pouvant vous battre aux échecs et à la course.

... Ce fut alors que de la musique retentit et qu'un bô gosse fit apparition...


-- § --

L'Intendante posa sur cette mise en scène un regard où se mêlait l'incrédulité et l’effroi. Parfois, du coin de l’œil, elle vérifiait rapidement si elle était la seule à avoir cette étrange impression d'irréalité. Son cheval, en tout cas, partageait son point de vu sur la question.  
Et quand tout partie en cacahuète, son regard ne changea pas. Quand à Saharley, il trouvait la perruque de King fort à son goût aussi se mit-il à la mâchouiller consciencieusement.

Ce ne fut qu'après la déclaration glamour de Ciryandil, que Loréalle retrouva l'usage de la parole.
" ... je me disais aussi que c'était louche un elfe de votre âge encore célibataire..."
Répondit-elle avec désinvolture.

Elle écarta son long manteau bleu nuit dont chaque couture était rehaussé d'un galon doré, et souplement, monta sur Saharley . Puis décrochant son tricorne d'une attache à la selle, elle l'enfonça sur son crâne et déclara, en tirant sur les rennes.
" En quoi le corps d'un homme nu m'excite? ... c'est une bonne question, dès que j'ai la réponse, je vous la donne. Ciryandil? Vous êtes à mon service? Mettez vous nu qu'on voit ce que cela me fait... entièrement nu et vous nous accompagnerez au temple dans cette tenue.. prendre un peu l'air frais vous fera le plus grand bien! Courrez devant moi!
Pour ce qui est de "coucher", Carmarôth, savonnez-vous dans un bain à l'eau clair et je vous en ferais la démonstration en omettant aucun détail. "

Elle claqua de ses talons éperonnés sur les flancs de sa monture, celle-ci cracha par les naseaux de la vapeur en grognant avant de s'avancer au petit trot.

" En route!"

-- § --

HRP :  et je n'avance pas plus dans mon rp pour vous laisser réagir Wink
Chaak, on arrive!!! t'inquiééééétes!
lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
CârmarôthNombre de messages : 45
Age : 25
Date d'inscription : 08/06/2014

Feuille de personnage
Race: Troll (Olog-Haï)
Possessions: Casque de fer, Armure de fer, Hache de fer, Chaînes
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Cârmarôth
Capitaine du Mordor / Boucher itinérant

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyJeu 7 Aoû 2014 - 0:49
Cârmarôth était satisfait que son intendante le gratifie de petites remarques anodines concernant ses enfantillages et son art de la rhétorique. Le troll ne doutait pas de la gentillesse et de la générosité dont elle faisait preuve en l’honorant de si beaux compliments. D’un léger hochement de tête, l’olog-haï la remercie puis, alors qu’il se mettait à parler et qu’il lui offrit l’orteil, elle disparut. C’est quelques instants plus tard que Cârmarôth entendit les paroles de Loréalle, qui lui soumirent une idée pour la foi oubliée….

" Si vous voulez garder certains de vos sous-fifres, il vous faudra passer par le système administratif afin d'obtenir les autorisations de mutations pour votre personnel. "


Et oui, ces fameux sujets intellectuels par lesquels Cârmarôth avait tant souffert des années durants. Il lui avait fallu des années et des années pour comprendre le langage et savoir l’écrire à peu près correctement. On l’avait frappé de fouet, élevé dans une fosse remplie de trolls affamés. On l’avait humilié à coup de déjection sur la face, la gueule contre terre, a boire l’urine et à le prendre comme un simple animal. C’était à coup anthropophagique qu’il avait survécu dans cet enfer souterrain, dans l’obscurité la plus complète, dans l’horreur et l’effroi. Et c’est là-bas qu’on lui avait enseigné, à coups de crochets planté dans la chair, à parler. On lui avait apprit l’essentiel de ce qu’il avait besoin de savoir, c'est-à-dire à peu près tout, être une arme au service de son seigneur. Dans la souffrance aiguillée, dans le néant et dans le vide, c’était là qu’était né cet enfant si diabolique. Sa chair portait en lui des années de violence, flageller et humilier. Une torture qui était devenu tradition, puisque sa cape de chaîne est plantée à son dos. L’Olog-haï était parvenu à s’extirper de son puits et à observer pour la première fois l’immensité du Mordor. Un horizon de cendre. C’était tout ce qu’aimait Cârmarôth et tout ce qu’on lui avait apprit.
Et maintenant, ses devoirs lui montraient que tout ce qui lui était arrivé avait été nécessaire pour arriver à un tel triomphe. Le troll acquiesça d’un petit rire, puis se tînt droit.


« Vos souhaits m’ont peut-être un peu trop emballé, ma Dame, si vous me le permettez ? »


L’olog-haï se mit à regarder par-dessus les stands des chevaux, cherchant son intendante des yeux. C'est à ce moment là qu'apparait un étrange personnage. Il faisait pâle figure et ne semblait visiblement pas être dérangé par l’intendante, c’était donc une connaissance. Entendant une conversation plutôt étrange, Cârmarôth finit par répondre à l’intendante qui lui posait une question :

« Et bien, si cela peut faire plaisir à Intendantegûl, je le ferai volontiers. J’en profiterai pour vous donner ceci : »

Il jeta l’orteil à sa seigneur puis la regarda droit dans les yeux.


« Vous semblez mettre beaucoup de plaisir dans vos paroles, seigneur. Il y a t'il un seul plaisir que je ne connaisse pas ? La guerre, le bruit de feu et du métal, la nourriture, les plantes, Sauron et Morgoth ? Je serais très curieux d’en apprendre plus et….est-ce que je peux le fouetter?

Cârmarôth pointa du doigt l'elfe dont il ne savait rien, puis se mit à suivre son intendante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6095-carmaroth
CiryandilNombre de messages : 130
Age : 31
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Possessions: Une épée en fer météoritique et une armure de Galvorn.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Ciryandil
Chef de la Meute d'assaut et de Loisir

MessageSujet: Vers le Temple   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyJeu 7 Aoû 2014 - 20:41
Avec un sourire en coin et l'oeil brillant, Cyriandil commença à se déshabiller. N'importe qui d'autre se serait insurgé, ou rebellé contre la tyrannie de l'intendante, mais en fait, au fil du temps le Loup du Mordor avait pris un malin plaisir à exécuter les ordres qu'on lui donnait.
A la lettre.
Au mot prêt.
Si bien que très vite, les donneurs d'ordre le regrettaient amèrement, comme ce numénoréen noir qui lui avait dit, je cite "de passer ce désert au peigne fin". Enfin, avec l'intendante, c'était différent. Elle lui donnait des ordres loufoques, ou alors elle savait qu'il allait agir de manière disons, non conventionnelle. Si bien qu'il s'amusait toujours en sa compagnie. Et puis, il trouverait bien un moyen de le lui rendre de manière humoristique.

A vos ordres Intendante! Ça tombe bien je trouvais qu'il commençait à faire chaud dans le coin. Ça doit être parce que vous organisez un truc qui m'a l'air vachement intéressant avec notre ami Troll.
Le Loup lança ses vêtements à ses "sous fifres", qui les rangèrent promptement (sauf la botte, souillée de crottin de cheval, ou de warg allez savoir), puis il ajouta :

Ah, ce ne sont pas des sous fifres, ce sont des collaborateurs volontaires. Enfin j'imagine qu'il y a des formulaires pour ça aussi?

Le ton toujours enjoué de Ciryandil vacilla un instant dans cette question. Les formulaires de l'intendante étaient l'une des rares choses au monde qui l'inquiétait. Son don de la procédure l'impressionnait d'ailleurs. Parfois, il se demandait même si elle n'inventait pas, mais il n'avait pas réussi à la prendre en défaut jusqu'ici. Et c'était peut être ce qui l'effrayait le plus : qu'elle n'improvise pas au fur et à mesure...

Une fois nu, Ciryandil remua les hanches, ce qui eut pour effet d'appliquer un mouvement de rotation à son engin, mouvement couramment appelé hélicob... hélicoserpent. Entendant la demande du Troll à son égard, il eut une soudaine inspiration :
"Navré mais vous ne pouvez pas me fouetter. Vous risqueriez la sanction disciplinaire pour voie de fais sur supérieur. Pour éviter ça, vous devrez préalablement remplir une demande en bonne et dûe forme. Pour ce qui est du numéro du formulaire, je ne l'ai plus en tête. C'est le A38 je crois. Enfin bref.

Vous êtes prêts?"


Demanda Ciryandil, alors qu'il se positionnait "dans les starting blocks" : derrière en l'air, main posée de part et d'autre de son corp, jambe arquée comme le coureur de 100 mètres. Plusieurs Warg de l'écurie se demandèrent, à voir soudainement cette pleine lune, s'ils devaient hurler ou pas...

~ * ~

De leur côté, les compagnons de Ciryandil vacaient à leurs occupations : King récupérait ce qui lui restait de perruque, l'orc semblait réflechir en tenant une plume rudimentaire et une feuille de papier, tirant la langue, tandis que l'humain aiguisait son épée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6047-ciryandil-maethiri
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] EmptyLun 8 Sep 2014 - 13:40
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]   Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Déesse? Renarde? ou Sorière? [libre]
» Présentation -- Lyrrha, la Renarde qui ressemblait à un Chat -- [OK]
» Un écrivain quebecois s'en prend à Michaëlle Jean
» Hope is Dead : Lithium Elfensen & Vlad Siegfrey VS Dimitri Vladof
» Des amis~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Le Boucher et l'Intendante [Pv La Renarde] N448 :: Les archives :: RPs des Terres du Mal :: Archives du Mordor-