Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Kibilturg "le-penseur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
KibilturgNombre de messages : 388
Age : 18
Date d'inscription : 03/09/2014

Feuille de personnage
Race: nain de Khazad-dûm
Possessions: un manteau noir et un pourpre, un gilet en cuir écarlate, une armure, une hachette, une pertuisane naine, une Urgrosh naine (dans sa réserve personnelle), une ceinture sertie de joyaux, et une longue pipe en hêtre peinte de noir
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Kibilturg
Général des armées de Khazad-dûm
MessageSujet: Kibilturg "le-penseur"   Kibilturg "le-penseur" EmptySam 6 Sep 2014 - 10:33
En Jeu:

Nom :
/
Prénom : Kibilturg
Surnom : "le vieux fou" ou "le penseur"
Âge : 210 ans
Race : nain
Taille : 1,16 m
Poids : 85 kg

Emploi : Général des armées de Khazad-dûm
Pays natal : Erebor (Dale)
Pays actuel : Khazad-dûm

Description physique :

Kibilturg est un nain de petite taille. Dans sa jeunesse, il était particulièrement enveloppé, mais au cours de ses pérégrinations, il maigrit fortement. Avant, comme aucune ceinture n’était à sa taille, il utilisait une corde sertie de joyaux pour serrer ses vêtements, qu’il garda longtemps, bien longtemps après. Comme l’indique son nom, sa barbe est argentée. De loin, elle paraît réellement bleue, mais elle est blanche grisâtre et peut, éventuellement, présenter des reflets bleutés. Comme sa barbe, sa chevelure et ses sourcils sont bleuâtres, si bien que certaines peuplades primitives, tels que les orcs, l’ont souvent pris pour l’incarnation même d’un Dieu… mais il n’en est rien.
Kibilturg possède des traits sévères, ce qui reflète parfaitement son comportement. Il ne possède comme arme qu’une petite hachette, qu’il garde comme présent de sa mère depuis qu’il a fui Erebor. Avant d’arriver en Khazad-dûm, Kibilturg était vêtu d’une veste en cuir écarlate, et d’une cape noire. Il se revêtit plus tard d’une armure de fer, lorsqu’il devint…

Description mentale :

Kibilturg, au détriment de sa force d’esprit et de sa vaillance, est quelque peu schizophrène. En effet, ce problème mental lui a causé maints torts. Kibilturg peut aussi paraître un peu lunatique sur les bords. Tantôt il vous écoutera et pleurera votre détresse, tantôt il s’en ira au moindre mot, laissant dernière lui un grognement d’agacement.
Malgré le fait que Kibilturg soit un penseur aguerri, sa schizophrénie lui a valu la qualification de « vieux fou de Khazad-dûm » de la part de ce qu’il avait exaspéré. Mais de la part de ceux qui le comprenaient vraiment, il était qualifié de « penseur », voir même de « grand penseur » ou de « fin stratège ».
Kibilturg cherchera toujours à convaincre son agresseur, et non à lui trancher la tête à la première provocation. D’ailleurs il ne s’est pas souvent battu… d’un côté de sa personnalité. De l’autre, il est particulièrement susceptible ; plusieurs fois il tint conseil en Moria, et jamais il ne pipa mot, sauf en de rares occasions. Quand une opinion l’agace, il se contente de fracasser la chaise de celui qui la tient d’un grand coup de hache…


Historique :

Kibilturg est né dans la ville de Dale, mais durant son enfance il demeura dans les mines d’Erebor. Son père il ne le vit que très rarement, et au bout d’un moment il ne le vit plus du tout, ce qui fait que Kibilturg ne garda qu’un très vague souvenir de lui. C’est sa mère qui s’occupa de son éducation durant ces temps-là. Elle voulait en faire un philosophe, et non un guerrier, car elle ne désirait pas qu’il meure en combattant. C’est pourquoi jamais Kibilturg n’appris l’art du combat… du moins il l’apprit à sa manière.
Comme on le dit souvent, il est inintéressant de raconter les temps de paix, car un récit ne devient palpitant que quand les choses se corsent, voyez-vous.
Kibilturg, à l’arrivée de Smaug, dût s’exiler dans les Terres Sauvages. Sa mère le supplia de l’attendre et de la secourir, mais il ne le fit point et s’exila seul. Il ne vit pas sa mère sombrer dans les flammes du dragon, mais à jamais il s’en voulut de ne pas lui avoir porté secours. Ce remord il le garda en son cœur toute sa vie, et il le déchirait terriblement.
Longtemps, le voyage de Kibilturg fut sans interruptions. Il longea la forêt sombre de Mirkwood, et ne sachant trop rien de l’endroit où se trouvait Khazad-dûm, il continua vers l’Est en suivant le cours de la rivière Carnen, qui menait à la Mer de Rhûn. C’est là, sur la rive rocheuse, que Kibilturg fut pris en embuscade. En ces temps-là le Rhûn proche des plaines de Rhovanion était infesté de fantassins de Krell, qui tentait la conquête de toute la région. Et ce sont sept de ces fantassins qui capturèrent Kibilturg. Voyant sa détresse, ils décidèrent, comme il était encore jeune, de le former au pillage et à l’art du combat de l’Est – « le meilleur » disaient-ils. Mais celui-ci, déjà mature, essaya tant bien que mal de leur enseigner la loyauté et l’honneur. Malgré tous ses efforts, seul l’un des fantassins le comprit et le rejoignit dans ses idées et ses convictions, et ce fantassin était un nain. Et une nuit, Garfor, le fantassin, et Kibilturg, désertèrent le camp des pilleurs et continuèrent dans la direction de la mer de Rhûn.
Cependant ce ne fut que quand Kibilturg eût une entière confiance en Garfor qu’il lui livra son secret. Et il lui dit ceci, alors qu’ils étaient déjà en vue de la mer de Rhûn :

« Garfor, mon ami, je dois vous confier quelque chose, peut-être pourrez-vous m’aider encore une fois. Vous êtes un nain, alors vous me comprendrez. Voilà ; cela fait quelques jours ou quelques semaines que j’ai déserté mon pays natal, la montagne solitaire et la ville de Dale. Et j’ère à la recherche de Khazad-dûm, la cité sous le Caradhras ! Vais-je bien vers cette cité ? J’en doute, car ce pays est bien désert, et il n’y a aucune montagne à l’horizon ! »

Et Garfor, consterné, lui dit, avec une certaine pitié :

« Kibilturg, mon bon Kibilturg, que ne me dis-tu pas là ! La Moria est bien à l’Ouest, et chaque jour nous nous enfonçons un peu plus dans les terres de l’Est ! »

Kibilturg, désespéré, se recueillit auprès de la mer intérieure de Rhûn, et une deuxième part de sa personnalité le fit détester Garfor. Parce qu’il lui avait annoncé une triste nouvelle, mais aussi car ce nain lui rappelait un mauvais souvenir…
Pendant peut-être une année Kibilturg resta à penser dans son antre au bord du vaste lac, et chaque jour Garfor l’incitait à repartir tant qu’il était encore temps. Et c’est en se disant qu’il n’avait rien à perdre à essayer de trouver Khazad-dûm, au péril même de sa vie, qu’il repartit de bon cœur. Il aima Garfor, sous une nouvelle personnalité, et il le remercia longtemps de l’avoir incité à reprendre la route.
Les deux nains durent se résoudre à traverser les Terres Brunes, combattant à plusieurs reprises des hordes de fantassins du Rhûn, qui convoitaient ce territoire. Puis ils traversèrent le fleuve Anduin, où Garfor faillit se noyer, sauvé de justesse par Kibilturg. Puis, s’approchant sans pourtant le savoir de la Lorien, les deux nains furent pris en otages par une troupe d’elfes qui surveillaient les alentours de la forêt. Ils furent emmenés devant le roi de Lorien, qui à cette époque subissait le harcèlement des gobelins chassés de la Moria. Et dès qu’ils rencontrèrent le roi, un grand regroupement de gobelins se jeta dans la vallée. Kibilturg fit preuve à cet instant d’un acte que nous pourrions sans doute qualifier d’héroïque : il déroba au roi son arc, et transperça d’une seule flèche cinq des gobelins assaillant les remparts de la forêt. Garfor lui, dégaina sa hache, et alla se jeter dans la foule et semer la panique parmi les ennemis. Sa rage et sa colère firent peur aux gobelins qui reculèrent devant ses cris de guerre. Et grâce à une petite aide des elfes, ils réussirent à repousser la horde entière de bêtes immondes.
Le roi de la forêt fut furieux contre Kibilturg, car il lui avait substitué son arc. Mais il était tout de même rassuré, car grâce à la vaillance des nains, son royaume avait été protégé d’un lourd assaut. Il décida donc que les nains pourraient quitter la forêt sans que rien ne leur soit fait. Et Garfor et Kibilturg se rapprochèrent ainsi plus vite de Khazad-dûm qu’ils ne l’auraient jamais espéré.
S’en suit alors l’arrivée de Kibilturg et Garfor à Khazad-dûm, le bon accueil que leur fait le seigneur de la Moria et leur premier festin depuis bien des années. Kibilturg fait ses preuves en tant que fin stratège auprès du roi, et Garfor fait les siennes en tant que soldat aguerri. Ensembles et avec tous les soldats sous le Caradhras, ils continuent de repousser les gobelins et les orcs qui déjà ont causé trop de torts… et Kibilturg vieillit, et s'affaiblit, et il n'a toujours pas revu son père... à moins que celui-ci ne l'ai accompagné depuis le début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6308-kibilturg-le-pense
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: Kibilturg "le-penseur"   Kibilturg "le-penseur" EmptySam 6 Sep 2014 - 11:17
J'aime beaucoup ton historique, même si le passage en Lorien est un peu abusé (piquer l'arc de Celeborn...). A part ça rien à redire.

Je suppose que tu as vu avec Brogin pour le poste de chef des armées.

[ FICHE VALIDÉE ]


Je t'invite à visiter la partie Demandes de RP si tu n'as pas déjà trouvé de partenaire RP.

Bon jeu.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
 

Kibilturg "le-penseur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toussaint Louverture le penseur de la republique d'Haïti
» "Je suis un libre penseur, un trublion, un emmerdeur..."
» Elyos Fayllen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Kibilturg "le-penseur" N448 :: Fiches de Personnages :: Fiches validées-