Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 A la recherche du navire perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MeinorNombre de messages : 2071
Age : 21
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

MessageSujet: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptyJeu 1 Jan 2015 - 15:20
   Minas Tirith ! Enfin ! Après des jours de voyage la cité blanche s'offrait à leurs yeux fatigués. Fëascalen ne put réprimer un soupir de soulagement, il avait passé tout le trajet à scruter l'horizon pour voir si l'océan ne venait pas le reprendre. Heureusement les eaux noires s'étaient tenues tranquilles et l'elfe se félicitait d'avoir longé les montagnes blanches malgré le froid pour éviter sa pire ennemie. Surtout que l'ancien officier avait craint qu'à l'ombre des sommets, l'hiver ne se fasse trop vigoureux pour passer. Finalement, malgré un petit manteau blanc de gelée, les cieux avaient été cléments ! C'était donc fourbu, sale et curieux que le naufragé approchait de la capitale du Gondor. Dans ces murs se cachaient peut être les réponses qu'il cherchait depuis longtemps: à savoir où se trouvait son navire, sa cargaison et accessoirement son équipage !

   Le duo s'avança dans la plaine et pénétra dans la cité fortifiée. En se remémorant les remparts miteux de la ville précédente, il s'émerveilla devant ces pierres imposantes alors qu'il avait déjà vécu au milieu de ces murailles. Il se sentit un peu idiot et se détourna de ces murs pour chercher une auberge.

"- Et bien Nilù, je compte glaner des informations dans les tavernes... Seulement je ne suis pas sûr que ce soit un endroit convenable pour une jeune fille pour vous. Et peut-être que vous avez d'autres projets ? Dans tout les cas je pense que le mieux est de se retrouver à la grand porte pour trouver un endroit pour passer la nuit ?"

   Ne voyant pas d'objections flagrante il salua sa jeune amie et s'enfonça dans la foule. Sa haute stature lui permettait de ne pas subir les coups de coude ou de genoux de la plèbe. En contrepartie il se voyait gratifié de regards curieux supposés discrets. Comme à chaque fois il se sentit un peu mal à l'aise mais s'enfermant dans son impassibilité habituelle il ignora les humains. Après cent mètres de marche il trouva un établissement qui lui correspondait. Une épaisse fumée s'échappa à l'air libre et l'odeur âcre lui piqua la gorge. Il chercha des yeux l'équivalent masculin de la commère, la soif en plus. Dans le coin le moins sombre un de ces êtres étranges attendaient la prochaine tournée. Tel un habitué, Fëa s'installa en face de l'homme qui leva son regard vide sur lui, visiblement assoiffé. Mais hélas pour lui l'elfe n'avait pas un sou vaillant.

"- Mae Govannen mon ami, j'espère ne pas vous interrompre dans une de vos réflexions mais j'ai besoin de votre aide. Voyez vous, mon navire s'est abîmé en mer avec mon équipage et je suis actuellement à leur recherche." 

   D'un geste éloquent il montra sa chope vide. Devant la grimace de l'orateur il eut une moue désabusée parfaitement expressive que l'on pourrait traduire par: "Pas de bière, pas d'information." L'elfe se sentit quelque peu désespéré face à tant de vénalité et il chercha un moyen pour acheter la parole de son interlocuteur. Ne voyant pas d'autres moyens il tenta un coup de poker:

"- Ecoutez, je n'ai pas le moindre sou, mais si ce que vous me donnez me permet de retrouver ma cargaison j'aurai de quoi vous remercier. Si vous ne me dites rien, j'irai en voir un autre qui sera plus coopératif ! Voyez ça comme un investissement: en misant peu, vos informations ne seront utiles qu'à moi donc la demande est faible, vous pouvez gagner beaucoup ! Plus qu'une chope, pourvu que vous puissiez attendre !

- Mais j'vous en prie m'bon seigneur ! Aller chercher chez d'autres voir s'ils peuvent aider vot'grâce ! En attendant j'ai soif, et c'n'est pas vos beaux yeux qui vont m'sauver !"

   D
amned, c'est raté ! L'ancien officier se retrouvait dos au mur... il lui fallait trouver de l'argent, et ce rapidement ! Seulement il se voyait mal quémander une énième fois à son amie. Restait la force, je ne sais pas pourquoi, mais je sens que ce bougre serait plus bavard une épée sous la gorge ! Mais au milieu d'une auberge c'était quelque peu dangereux. De nuit dans une ruelle sombre ? Son esprit chevaleresque lui faisait répugner cette acte barbare. Et puis après cette conversation, s'il arrivait le moindre mal à cet alcoolique, l'étranger du coin serait pointé du doigt et jeté au cachot sans la moindre forme de procès ! Décidément il lui fallait de l'argent... et rapidement si possible ! Sans rien laisser paraître de son trouble il se leva et sortit de l'antre nauséabond pour retrouver l'humaine. 


Dernière édition par Meinor le Dim 14 Mai 2017 - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
NilùNombre de messages : 2618
Age : 19
Date d'inscription : 31/05/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Épée et bagage
Statut: Joueur(se) inactif(ve)
Nilù
Curio'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptyMar 27 Jan 2015 - 16:51
Nilù était à la cité où elle était née, et où elle avait en partie grandi. Elle se demandait où était maintenant son frère, qu'elle avait abandonné au Rohan. Était-il resté là-bas ou bien serait-il revenu à Minas ? Et Néï alors ? La petite fille que la marchande et son frère avaient tous les deux laissée avec ses parents dans la Cité Blanche. Nilù n'avait pas eu de nouvelles de cette petite famille, c'était probable qu'ils habitent toujours dans cette ville. A cette pensée, elle leva la tête et balaya la foule du regard. Elle n'aperçut aucun des deux parents, ni la petite tête de Néï, mais elle reconnut tout de même quelques visages qu'il était étrange de revoir. Certains avaient changé et elle s'en étonnait, d'autres non et cela l'étonnait tout autant. La jeune humaine n'osa pas aller vers tous ces gens, elle n'en avait pas envie bien que la raison en fut un mystère.

Depuis que Fëa était parti, elle s'était assise sur un muret, d'abord le regard dans le vide puis les yeux vagabondant dans son champ de vision. Il lui fallait un certain temps pour se réhabituer à l'ambiance de Minas, et ce qui lui vient rapidement à l'esprit, ce fut de retrouver son endroit...favori. Ses pas la menèrent entre deux hautes bâtisses qui étaient séparées par une petite cavité. Nilù se mit à genoux devant et observa l'intérieur de son ancienne alvéole. Abandonnée. Il n'y avait aucune trace de vie, rien qui montrait que des orphelins s'étaient réfugiés pendant des années ici en temps de pluie ou simplement pour dormir.

Alors que l'exaspération commençait à se lire sur le visage de la gondorienne, elle sentit que quelqu'un tirait sur son sac – plein de marchandises ! D'un geste vif mais assez incontrôlé, Nilù agrippa sa sacoche et la tira vers elle, avant de lever le regard vers la personne qui l'avait dérangée. C'était une dame, pas très âgée mais des traits de vieillesse commençaient à apparaître sur son visage. Elle avait de petits yeux sombres qui semblaient pleurer tellement ils étaient brillants. Elle fut interrogée d'un regard insistant, puis daigna de répondre :

« Je voulais juste voir ce que tu regardais. »

Son ton était plaintif, comme si elle craignait quelque chose de la part de la fillette. Mais celle-ci ne crut pas un mot de ce qu'elle entendit, et pour toute réponse, elle se leva et s'éloigna, les doigts si resserrés sur le tissu de son sac que les jointures en étaient blanchies. Elle en voulait à cette vieille humaine de l'avoir sortie de ses pensées et des retrouvailles de ce qu'on pourrait appeler son nid. Et bien que ce ne fut pas une surprise, cette dame l'avait suivie et à présent l'avait rattrapé, cette fois en posant une main sur son épaule et lui demandant ce que contenait son bagage. Pas besoin d'un long moment à la marchande pour trouver son mensonge :

« Des bricoles, de peu de valeur ! »

Mais avant de donner le moindre détail qui pourrait faire sombrer son mensonge, Nilù enchaîna :

« Vous êtes du coin ? Est-ce que vous avez entendu parler d'un naufrage, par hasard ? »

«  Du coin ? Pas très loin en effet...En tout cas, il me semble bien qu'il y a eu une histoire de bateau il n'y a pas longtemps...va voir s'il n'y a pas des gens qui ressemblent à des marins par là, va voir du côté du marché, ils sauront certainement mieux que moi ! Maintenant, désolée jeune fille, mais je ne vais pas rester plus longtemps à t'informer de quoi que ce soit ! »

La femme s'en alla, laissant la fillette avec une demi-réponse, mais qui était déjà un bon indice pour la quête au navire ! Nilù profita d'être à nouveau seule pour repasser rapidement devant l'alvéole creusée par les bâtisses, mais cette fois elle ne s'arrêta pas, continuant son chemin vers la place qui grouillait de gens. On entendait crier les commerçants, et la foule parlait fort et riait sans retenue. Et dans tout ce fouillis, une gamine devait trouver un marin qui serait assez aimable pour lui répondre gentiment (ce qui n'était pas souvent gagné lorsqu'on avait un jeune âge). Elle se fraya un chemin parmi toutes sortes de personnes pour arriver à un comptoir plein de poissons. L'odeur était presque insupportable, mais Nilù en fit abstraction pour se faufiler devant le marchand arborant un air heureux avec un large sourire, qui s'exclama à sa venue pour lui demander ce qu'elle souhaitait acheter. La fillette dut parler assez fort pour qu'il l'entende, elle sembla donc s'égosiller en formulant ces mots qu'elle avait tant prononcés depuis quelques jours :

« Bonjour ! Euh, je voudrais savoir si vous aviez entendu parler d'un naufrage, il n'y a pas longtemps ? »

Elle se faisait bousculer par les personnes mécontentes qu'elle leur soit passée devant. Le commerçant n'avait pas l'air de s'en soucier beaucoup mais il lui répondit quand même avec un sourire qui s'était légèrement effacé :

« Alors là tu m'en demandes beaucoup ! Je ne sais vraiment pas, je ne fais que pêcher le poisson, pas ramasser toutes les nouvelles du Belegaer ! Et dis,... »

La gondorienne n'entendit pas la suite de sa phrase, elle se fit rapidement éloigner du comptoir et le marchand recommença ses affaires comme si de rien n'était. Nilù s'écarta alors de la foule, déçue de ne pas avoir récupéré plus d'indices. Elle alla chercher Fëascalen près de la grande porte comme il l'avait indiqué mais ne le trouva pas. La jeune gondorienne s'assit donc par terre, le dos appuyé sur un mur blanc et froid, attendant l'elfe. Lorsque elle aperçut enfin celui-ci arriver, elle se leva et se dirigea vers lui en l'interpellant pour qu'il la voit (autant dire que Nilù peut facilement être invisible, surtout entourée de grandes personnes). Elle lui raconta ses faibles découvertes, au moins, il y avait certaines personnes informées de l'accident du navire, puis lui demanda ce que lui-même avait trouvé.



A la recherche du navire perdu Feaub10A la recherche du navire perdu Elroub10A la recherche du navire perdu Eldaub10A la recherche du navire perdu Bardeu10A la recherche du navire perdu Poldiu10A la recherche du navire perdu Zaza10A la recherche du navire perdu Sildau10A la recherche du navire perdu Xsnar10A la recherche du navire perdu Xtark10A la recherche du navire perdu Xthran10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6073-nilu-enie
MeinorNombre de messages : 2071
Age : 21
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptySam 31 Jan 2015 - 15:52
   Il n'eut aucun mal à retrouver le point de rendez-vous, mais un peu plus à retrouver l'humaine qui se perdait parmi ses hommes de grande taille. Finalement une voix fluette s'éleva au dessus de la pagaille qu'était la place et il la trouva, prête à lui faire un compte rendu de son après midi. Il l'accueillit avec joie et la remercia du fond du cœur de l'avoir aidé à chercher vu que rien ne l'obligeait à le faire. Sauf si elle comptait se débarrasser le plus vite possible de lui... Mais elle semblait trop gentille pour avoir de telles arrières pensées et Fëa avait autre chose à penser que les motivations de la jeune fille: le bruit d'un naufrage parcourait la ville. Il ne fallait pas pour autant se réjouir trop vite, cela pouvait être un autre navire ou une simple rumeur colportée par des marins superstitieux et crédules. Et en tant que capitaine, il avait déjà eu affaire à ces histoires (oui je m'auto-référence, mais ma modestie ne vous épargne pas la lecture de ce superbe rp !). Il faut avouer qu'autre chose inquiétait l'elfe, comme il l'avait remarqué, les étrangers passaient difficilement inaperçus dans cette ville, or il n'y avait pas de trace du passage de marins immortels à première vue... Soit il n'y avait pas de survivants, soit ils avaient été faits prisonniers. Curieusement aucune de ses solutions ne lui plaisait ! Et vérifier leur véracité risquait de prendre du temps... La côte était grande, les pilleurs d'épaves nombreux et les vies humaines n'étant pas éternelles, chaque jour passé à chercher amenuisait ses chances de retrouver des témoins et donc son navire. 

   Pour le moment il devait raconter ce qu'il avait récolté dans les tavernes et trouver un endroit pour passer une nuit tranquille ! Il tenta donc de hiérarchiser ses idées pour faire un exposé complet à défaut d'être clair. Il s'épancha donc sur sa conversation avec vieil homme, ses doutes et il s'aperçut qu'il n'avait pas été très intelligent sur ce coup là. Comme souvent, il marqua cette révélation d'un bon mot parfait pour l'occasion:

"- Suis-je stupide à ce point ?!"

   S
e rappelant qu'il n'était pas seul, il tenta d'expliquer sa pensée:

"- On peut réduire la zone de recherche, ce navire n'a pas pu remonter le courant ou le vent en si mauvaise état ! L'épave a du être emportée au gré des volontés des alizées... Si nous pouvons retrouver les conditions de la tempête... En fait je crois que c'est là où tout se complique. Il y a déjà longtemps que les vents se sont calmés et je doute que l'on trouve un marin qui s'en souvienne... Et même s'il s'en souvenait nous n'aurions pas de quoi le faire parler ! Il faut donc prendre le problème autrement: si les courants sont puissants et constants, il doit bien exister des cartes les représentant ! Mais pour les trouver c'était une autre paire de manches, les bibliothèques ne s'ouvriraient surement pas devant un étranger pauvre et si dans l'absolu une d'entre elles acceptaient de me laisser farfouiller dans les parchemins, il est hautement improbable que je trouve le moindre papier intéressant ! Et dans tout les cas ce serait une perte de temps énorme que je ne peux pas me permettre."

   Le désespoir s'insinuait au fil de son discours et au fur et à mesure que ses solutions se révélaient irréalisables... Il lui fallait autre chose. Et rapidement ! Qu'est ce qui lui permettrait de retrouver sa nef ? Il se laissa porter par la rêverie et son regard se porta sur des corbeaux qui jouaient dans le ciel immaculé, formant des figures aléatoires en poussant des cris. Un frisson le parcourut en pensant à ce que devait ressentir une victime quand ces charognards tournaient autour d'elle en attendant la fin de son agonie. Peut être que ses marins avaient eu comme dernière vision l'une de ces créatures s'approchant pour le délester de l'un de ses yeux. L'elfe ravala sa salive avec difficulté en imaginant la scène... Son vaisseau éventré laissant échapper les cris des derniers survivants alors que les vagues déposaient sur la côte le reste de la cargaison. Ce carnage attirait toutes sortes de choses allant du simple crabe aux plus cruels pilleurs de navire... Un pilleur de navire ? Ces vautours sans foi ni loi devaient s'être installés à des endroits précis, là où l'océan déposait ses victimes. Ainsi, comme lorsque l'on cherche le lieux d'une bataille on regarde le ciel pour repérer les corneilles, il fallait aller aux villages de ces hommes pour voir où se situait les lieux de naufrages fréquent ! Et peut être qu'il y retrouverait la trace de ses hommes... Il fit part à Nilù de ses réflexions:

"- Votre statut de marchande pourrait nous renseigner sur les lieux où acheter de la marchandise récupérée des naufrages. Ensuite j'irai voir en ces lieux, mais cette entreprise pourrait se révéler hasardeuse ! Ces populations ne sont pas particulièrement accueillantes et je ne sais ce comment ils réagiraient face à un homme seul... Surtout s'il commence à se montrer curieux ! Mais je m'occuperai de ces détails plus tard, je vous en prie Mademoiselle, trouvez ces informations. De mon côté je vais voir si je ne peux pas me dégoter un cheval voir un compagnon de route car je ne puis vous laisser partir avec moi dans une quête aussi périlleuse !"


Dernière édition par Meinor le Dim 14 Mai 2017 - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
NilùNombre de messages : 2618
Age : 19
Date d'inscription : 31/05/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Épée et bagage
Statut: Joueur(se) inactif(ve)
Nilù
Curio'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptyMer 11 Fév 2015 - 17:33
L'elfe partit dans un dialogue plus complexe que Nilù ne l'aurait cru. La quête d'un navire n'était pas sensée partir dans une raisonnement qui prend en compte les intempéries et l'activité des marins de la région. Mais à y réfléchir, bien sûr que si ! Comment ne pas avoir réagi plus tôt ? Tous ces facteurs rentraient en cause, et cela compliquait le travail ! Fëa essayait vainement de trouver une solution mais aucune ne paraissait faisable, et la jeune fille n'avait pas mieux à proposer. Elle n'eut donc rien à dire pendant le silence qui suivit le discours de l'elfe, mais bientôt il enchaîna. En voilà une bonne idée ! Il venait de délivrer à l'humaine une mission importante. Elle sourit de contentement. Il lui promit de partir de son côté pour trouver une monture et peut-être un compagnon de voyage, sous un prétexte bien drôle. C'était volontairement que la fillette avait voulu aider le marin à retrouver son équipage, et il l'avait accepté sans gêne, alors pourquoi maintenant voulait-il s'assurer qu'il ne lui arrive rien de mal ?

Mais bref, passons, nous n'avons pas tout notre temps ! Nilù hocha la tête pour exprimer son accord avec le marin, puis elle s'éloigna en direction de la place. Un tour du marché s'imposait. Il fallait bien commencer quelque part, et le lieu le plus évident pour trouver des marchands était bien sûr cette place, même si c'était peut-être pas le meilleur endroit pour un voleur de vendre ses trouvailles. Elle arriva donc là-bas, ce lieu qui regroupait autant de bruit que tout à l'heure. Certains stands étaient facilement reconnaissables, et d'autres non. Hélas pour la fillette, les stands d'objets divers étaient peu nombreux et assez petits, bien qu'il y avait tout de même assez de foule devant pour ne pas voir ce que c'est dès le début. Elle dut donc passer devant chaque marchand à regarder ce qu'il vendait pour ne trouver qu'à la fin qu'un plateau posé sur des tréteaux était recouvert de babioles. Curieuse, elle s'avança et découvrit, stupéfaite, la multitude d'objets.

Son premier regard se posa sur une boussole en fer rouillé. Les lettres qui indiquaient les points cardinaux n'étaient plus très distinctes, et le verre qui recouvrait le tout avait été rayé de nombreuses fois. Intéressée, Nilù prit l'objet entre ses doigts et le tourna légèrement pour le tester. L'aiguille à l'intérieur semblait fatiguée de montrer le nord, qu'elle trouva au bout d'un court moment. La fillette prit le soin de reposer la boussole à sa place, et c'est alors qu'elle releva les yeux et se rendit compte qu'un homme la regardait de l'autre côté de l'étal. Sans aucun doute, c'était le marchand et il semblait se préoccuper de ce qui pouvait attirer l'attention de la gondorienne. Malgré son large sourire, il ne lui inspirait pas confiance. Ce sourire ne lui semblait aucunement naturel, avec son visage grave et son regard dur. Mais la fillette tenta tout de même une question :

« Vous les trouvez où, tous ces objets ? »

Elle avait pris l'air de quelqu'un qui semblait plus que tout s'intéresser à cette boussole aux cartes, dès, gourdes, et autres qui s'entassaient devant elle. En tout cas, ce fut une question efficace, apparemment. Le marchand commença par la regarder étrangement, puis toussota et finit par écarter les bras en s'exclamant :

« Qu'importe ! Le principal, c'est qu'ils soient là, et que vous les voulez, n'est-ce pas? »

« Vous les dérobez ? »

L'homme devint aussitôt plus sérieux et nia ses paroles. Aussi étrange que cela puisse paraître, Nilù le crut, mais continua ses questions :

« C'est un ami qui les dérobe pour vous ? Vous savez où il les récolte ? Si ce n'est pas trop loin, je veux bien y aller et je reviens avec la marchandise, cela évitera un trajet à l'un de vous deux. »

« Que de sottises ! Allez vous-en, vous m'embêtez ! »

Que de sottises, oui. La fillette s'en alla en glissant discrètement la boussole dans sa manche. Elle quitta la place au pas de course et une fois en-dehors, elle sortit le petit objet. Et sur le moment, elle fut certaine qu'il lui servira à trouver un voleur dans les parages. Elle débuta par interroger les gens sur son passage en leur demandant s'ils avaient déjà vu cet objet auparavant. Certains la prenaient pour une idiote en riant et en lui disant que c'est une boussole, d'autres examinaient la chose avant de secouer la tête. Nilù perdit vite patience. Elle s'adossa contre un mur comme elle en a souvent l'habitude de faire et mis sa tête entre ses mains pour mieux réfléchir. Cependant elle laissait les yeux ouverts et voyaient les gens défiler devant elle. Ce mouvement répétitif lui fit tourner la tête mais avant qu'elle ne s'arrache cette vision, la jeune fille reconnut quelqu'un, avec un bagage sur le dos qui avait l'air bien rempli. Bien sûr qu'elle le reconnut, elle l'avait vu il y a à peine une heure ! C'était ce marchand si étrange à qui elle avait dérobé la boussole. A cette pensée, elle prit le soin de cacher l'objet, au-cas-où, puis, voyant l'homme marcher en une direction inconnue, elle décida de le suivre.

Vu la foule, ce n'était pas bien compliqué pour elle de le suivre à sept mètres derrière lui, se faisant passer pour une passante comme une autre. Mais plus il prenait de nouveaux tournants, plus les ruelles se faisaient étroites. Nilù dut alors être plus discrète, mais elle réussit tout de même à voir où il se rendait. Il avait jeté un coup d’œil à gauche puis à droite avant d'ouvrir cette porte. Une fois l'homme disparu, la fillette s'approcha et colla son oreille au panneau de bois. Elle ne distingua quasiment rien, mis à part le fait que ce soit un homme et une femme qui parlent, bien qu'elle soupçonna la présence d'une troisième personne. La gondorienne remarqua une minuscule fenêtre sur le côté, et ne put s'empêcher d'y jeter un coup d’œil. Elle avait eu raison quant à la présence des trois personnages, et elle remarqua en plus l'intérieur de la pièce. Des quantités de choses étaient disposées sur le sol et posées sur deux trois tables en plein milieu de l'endroit, mais la fenêtre était trop poussiéreuse pour que Nilù ne voie quels étaient ces objets. Bientôt, elle entendit des pas se rapprocher de la porte et s'éclipsa avant que quelqu'un ne sorte.

L'humaine reconnut aux pas lourds que c'était le même homme que tout à l'heure. Elle retourna se fondre dans les passants et il arriva peu après elle. D'un coup d’œil jeté derrière son épaule, Nilù vit qu'il n'avait pas le même sac et que celui-ci paraissait plus rempli. Elle se dirigea une nouvelle fois vers le marché où l'homme débarqua bientôt et disposa  sur son étal ses nouvelles babioles. La fillette ne put aller le revoir de peur qu'il la soupçonne de quoi que ce soit, mais elle demanda à une vieille dame d'aller voir quels étaient les objets, et sans tarder elle revint lui annoncer que c'était bel et bien de la marchandise récupérée des naufrages. Nilm la remercia de sa bonté puis décida de retrouver l'elfe, maintenant qu'elle avait accompli sa mission avec la fierté d'une gamine. Elle ne se faisait aucun doute quant à l'idée de retrouver l'endroit « caché », sachant qu'elle connaissait Minas Tirith comme sa poche !



A la recherche du navire perdu Feaub10A la recherche du navire perdu Elroub10A la recherche du navire perdu Eldaub10A la recherche du navire perdu Bardeu10A la recherche du navire perdu Poldiu10A la recherche du navire perdu Zaza10A la recherche du navire perdu Sildau10A la recherche du navire perdu Xsnar10A la recherche du navire perdu Xtark10A la recherche du navire perdu Xthran10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6073-nilu-enie
MeinorNombre de messages : 2071
Age : 21
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptyMar 3 Mar 2015 - 19:48
A la recherche du navire perdu 143763pnjmeinoradaghan3

  Le soleil se levait sur la cité blanche et quelques nuages vagabondaient dans le ciel. Le vieil homme soupira: il craignait pour ses rhumatismes. Quoi qu'il en soit la lumière était particulièrement agréable et le vent doux, une journée parfaite pour peindre ! L'artiste se leva péniblement de sa couche et s'extirpa de ses couvertures. Le froid le saisit et il se précipita près des braises, prenant ses haillons pour se réchauffer. Il remit une bûche dans l'âtre et se décida à se faire des œufs à l'orge. La couleur translucide disparut rapidement et la poêle se couvrit de blanc. Un doux fumet embauma la maisonnée et il ajouta du sel avant de mettre le tout dans une assiette presque propre. Alors qu'il dégustait ce plat frugal, une seule idée le tourmentait, où allait il poser son chevalet ? Il lui fallait un lieu fréquenté pour que les passants puissent découvrir son talent, mais pas trop pour qu'il puisse se concentrer sur un paysage. Hélas ces endroits étaient rares... Il soupira et jeta sa vaisselle dans un seau. Il prit son sac et se couvrit de son vieux chapeau de feutre rehaussé de plumes.

   Son chevalet sous le bras, il partit arpenter la ville en quête de son oasis. Il voulut d'abord s'installer sur la muraille mais les gardes n'étaient pas spécialement coopératifs. L'homme chercha donc un autre endroit, et il atterrit dans un marché. Si l'odeur n'était pas agréable, les couleurs étaient incroyables ! La place était entourée de maisons immaculées où courait du lierre, les étals couverts d'épices multicolores côtoyaient des armures qui reflétaient les lueurs du jour. Il planta les trois pieds dans la boue et sortit sa palette, ses pinceaux et un verre d'eau. Il y déposa des gouttes de peintures et commença à mélanger les couleurs avec un pinceau mouillé. Sous les coups précis du peintre, le tableau prenait vie. Mais pour le moment les touches qu'il ajoutait ne formait qu'un flot imprécis d'éclats et de blancheur. Ce n'est qu'au bout d'une demi heure qu'on commença à reconnaître le marché.

   L'homme en profita pour quitter sa peinture de yeux et observer ce qui se passait autour de lui. Le nombre de visiteurs n'avait cessé d'augmenter depuis son arrivée et maintenant la foule était dense. Pourtant peu de gens ne faisaient attention à lui, les regards curieux fuyaient son œuvre pour se perdre dans l'admiration de telle ou telle marchandise totalement hors d'atteinte pour ces gueux... Mais qui avaient le mérite de les faire rêver et les encourager à acheter malgré tout. Le reste des individus se groupait autour des marchands d'objet divers, espérant trouver comme à une loterie, la perle rare passée inaperçue qui fera leur fortune. Décidément, les hommes se ressemblaient; lui espérait trouver un mécène, eux trouver fortune par hasard... Mais un mouvement fortuit vint le tirer de sa rêverie. Une jeune fille courait. Le vieillard la regarda et s'attendit à voir surgir une dizaine de poursuivants criant et jurant... Rien ne vint, la gamine devait être une voleuse habile !

   Il laissa traîner son regard tout autour de lui par pure paresse mais s'arrêta brusquement, fasciné par le jeu de lumière des nuages. Posant son outillage à même le sol, l'artiste se saisit de son carnet et d'un bout de charbon pour poser sur papier la vision qui l'envoûtait. Ce n'était pas chose aisée de reproduire ce spectacle tout en gardant cette idée de puissance et de légèreté... Pourtant c'était le but ultime de sa vie, réussir à rendre la douceur à ses cumulus, la violence aux ciels d'orage, l'inexorable puissance d'un lever de soleil ou la douce nostalgie qui couvre le crépuscule. Le parchemin se noircit rapidement de formes diverses et variées, mêlant toute la palette du blanc au noir. Finalement, il reposa le tout et reprit un pinceau fin et sa tablette couvert d'huile. Il s'attaqua au détail des présentoirs, car demain les marchandises auraient sans doute changé, les vendeurs aussi, ... Quand aux pierres et aux plantes elles seront encore là dans des dizaines, des centaines et l'espérait il, dans des milliers d'années. 

   Concentré sur son travail, un détail le tourmentait néanmoins, dans un coin de son tableau il n'arrivait pas à rendre ce qu'il voulait... Un perspective particulièrement ardue mais qui ne rendait pas bien, le rendant furieux ! Il recula pour tenter de trouver une solution et quelque chose attira ses yeux, la voleuse était de retour, décidément bien tenace et intrépide ! Mais ce qui le marqua le plus fut sa belle chevelure blonde qui couvrirait parfaitement cet infâme mur récalcitrant ! La jeune fille parla à une femme ayant depuis longtemps dépassé ses quarante printemps et attendit. L'autre revint vite et la nouvelle qu'elle colportait semblait combler de joie la fille. Et alors qu'elle passait près de lui il la alpagua:
"- Vous permettez ? Mettez vous là s'il vous plait, parfait ne bougez plus ! Hum... un peu plus haut le menton... Voilà !"

   L'artiste s'arma de son carnet de dessin et se fit un devoir de commencer le portrait de la jeune fille. Mais il ne se priva pas de profiter de la conversation de la jeune fille, les distractions sont si rares pour un peintre !

"- Alors jeune fille, ça paye bien de chaparder ? C'est bien d'hommage qu'un si joli minois en soit réduit à de telles extrémités ! Hélas, ce n'est sans doute pas de votre faute... La vie est bien injuste avec la jeunesse, et ça ne s'arrange pas avec l'âge. Il ne faut pas pour autant continuer dans cette voie, vous n'y récolterez que la mort je le crains... Croyez moi, j'ai de l'expérience dans le domaine ! Dégagez votre nuque s'il vous plait, voilà, merci."


Dernière édition par Meinor le Dim 14 Mai 2017 - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
NilùNombre de messages : 2618
Age : 19
Date d'inscription : 31/05/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Épée et bagage
Statut: Joueur(se) inactif(ve)
Nilù
Curio'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptyDim 15 Mar 2015 - 11:40
Le vent se levait à présent, à peine quelques heures après le soleil. Son souffle glissait dans les ruelles de Minas en sifflant. Anar était maintenant haut dans le ciel, annonçant l'arrivée proche du midi. Les passants rentraient chez eux avec des sacs pleins de ce qu'ils avaient acheté sur le marché. Cette journée était bien joyeuse pour la plupart des habitants de Minas. Les enfants jouaient en profitant de la lumière et de la chaleur qu'apportait ce début de printemps. Les plus vieux se réjouissaient de pouvoir sortir leur tête de leur maison sans recevoir des gouttes d'eau sur le front. En cette période, on avait l'impression de voir une ville renaître d'une longue hibernation, et c'était beau à voir.

Il était temps pour Nilù de retrouver Fëa rapidement, et il lui indiquerait sûrement comment ils allaient procéder pour continuer leur recherche. La fillette espérait que ses découvertes soient utiles, cela aurait été dommage qu'elles n'aient aucun intérêt ! Seulement, pour retrouver l'elfe, il fallait chercher dans toute la cité, il pouvait être entré dans n'importe quel commerce ou taverne...c'en était presque décourageant, mais l'humaine ne pouvait pas attendre là des heures, peut-être, avant qu'il revienne avec une monture ou un compagnon de route.

Elle avait déjà traversé de nombreuses fois la foule qui se promenait sur la place de Minas, mais elle le fit une fois de plus pour rejoindre la grande allée de la cité qui en faisait le tour. Nilù longea les stands de quelques marchands et bientôt une voix ressortit parmi les autres. Une voix abîmée mais qui avait parlé assez fort, et à son intention. Quelque peu étonnée, elle releva la tête vers la personne qui se révélait être un vieil homme fatigué dont la longue vie avait laissé des empreintes sur son visage. Il était devant un chevalet, un pinceau à la main. Et apparemment, il demandait à la fillette de s'immobiliser pour qu'il puisse la dessiner. Ce n'est pas tous les jours qu'un artiste vous demande une telle chose ! Et puis il avait l'air si gentil que la gondorienne n'eut pas la force de refuser sa proposition. Elle obéit sans un mot alors que le vieil homme laissa tomber son pinceau pour saisir ses autres outils.

Il avait dû la remarquer depuis quelques temps déjà puisque apparemment il avait vu son chapardage et il ne se priva pas de lui dire. Il lui parla ensuite comme un sage qui apprend à la jeunesse l'art de vivre. Ses mots furent assez bien choisis pour faire culpabiliser Nilù qui répondit le mieux qu'elle put :

« Je...n'ai pris qu'un tout petit objet. C'est bien la première fois que j'agis ainsi, je vous assure ! »

Mais quelques mots qui étaient sortis de la bouche du peintre avaient particulièrement intéressé la jeune fille. Et puisqu'il n'avait pas hésité à lui rappeler son chapardage, elle lui demanda donc une explication à sa phrase qu'il avait laissée mystérieuse au beau milieu de ses mots :

« Vous avez de l'expérience dans le domaine, vous dîtes ? Cela voudrait-il dire que cela vous est aussi arrivé de dérober quelque chose ? »

Puis elle obéit au nouvel ordre qu'il lui donna alors qu'il continuait son dessin avec toujours plus d'entrain. Nilù le regardait faire avec attention, se demandant comment un peintre qui avait l'air si aimable aurait pu être un jour une de ses pires personnes occupées à grappiller des choses par-ci et par-là, provoquant le malheur de ceux qui en sont les victimes.



A la recherche du navire perdu Feaub10A la recherche du navire perdu Elroub10A la recherche du navire perdu Eldaub10A la recherche du navire perdu Bardeu10A la recherche du navire perdu Poldiu10A la recherche du navire perdu Zaza10A la recherche du navire perdu Sildau10A la recherche du navire perdu Xsnar10A la recherche du navire perdu Xtark10A la recherche du navire perdu Xthran10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6073-nilu-enie
MeinorNombre de messages : 2071
Age : 21
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptyJeu 19 Mar 2015 - 15:08
A la recherche du navire perdu 143763pnjmeinoradaghan3
"Pauvre petite..."

   Sans s'arrêter de griffonner, il se laissa porter par les souvenirs de sa jeunesse. Lui aussi avait sombré dans les petits délits avant de se consacrer à sa passion: la peinture. Son côté humaniste ressortit et il désira sortir sa nouvelle amie de ce mauvais pas... L'artiste lui apprendrait aussi les ficelles de sa raison de vivre, lui qui avait toujours rêvé d'avoir un disciple. Et qui sait, peut être que les générations futures reconnaîtraient son talent et son œuvre, une fois qu'elle aurait été perpétuée par ses élèves ! L'école Adaghienne, voilà qui sonnait bien ! Sa gloire serait si grande que Meinor deviendrait un nom commun pour désigner les plus beaux levers de soleil. Dans tout les cas il fallait que cette jeune fille reste à ses côtés ! D'abord il fallait l'éloigner du lieu de son forfait. L'homme rangea donc ses affaires et détendit avec plaisir ses muscles endoloris.

"- Ce sera tout pour aujourd'hui mademoiselle, mes doigts commencent à me faire souffrir et j'ai suffisamment de croquis pour cette fois. Je vous parlerais de ma vie avec plaisir mais je préférerais que ce soit dans un endroit plus tranquille. Vous comprenez que ce que j'ai à confesser ne peut être entendu par tous... Ceci dit avec ce brouhaha je ne suis pas sûr que quiconque entende quoi que ce soit, vous y compris !"

   Il prit ses bagages sous son bras et entreprit de quitter cette place, en espérant que Nilù le suive. Mais il était sûr que ça ne manquerait pas, elle transpirait la curiosité ! Clopinant sur les pavés, le vieillard descendit dans les bas fonds de la ville pour trouver un endroit calme. Il s'arrêta finalement devant une des grandes portes et s'assit. Peu de gens se pressaient en ce lieu, et le soleil le pourvoyait de ses généreux rayons. Tout le poussait à la confidence, alors que le vent soufflait doucement comme pour l'encourager.

"- Où en étions nous ? Ah oui, ma douce jeunesse... Je dois vous avouer que j'étais un peu comme vous, seul et insouciant. Je n'étais pas un mauvais garnement, mais la vie pousse parfois les meilleurs d'entre nous aux pires extrémités. Ainsi, un jour où la faim me tiraillait, je me perdis vers les hautes sphères de la cité en quête d'une âme charitable. Alors que ma quête se faisait difficilement, je décidais de rentrer pour dormir le ventre vide. Un notable me bouscula sans ménagement et je m'accrochai à lui pour stopper ma chute. Un regard méprisant comme excuse, l'autre continua sa route... sans sa bourse. Mes doigts l'avaient décrochés par accident et ni lui ni moi n'avions remarqué cet accident. Je me retrouvai donc avec une véritable fortune pour l'enfant que j'étais. C'est à partir de là que ma vie de brigand commença. La vieillesse aidant, je décidais de reprendre une passion de ma prime jeunesse: l'art. Et c'est pour vous éviter que vous ne fassiez les mêmes erreurs que je voudrais vous aider. Je pourrais même vous apprendre les rudiments de la peinture ! Qu'en dites vous ?"

   La fortune qui l'avait fui toute sa vie durant, lui souriait enfin. Lui qui n'avait pas eu la chance d'avoir de femme et d'enfants pour l'accompagner durant ses dernières années, il en avait enfin la possibilité. Tout dépendait maintenant de Nilù, savoir si elle accepterait de devenir l'élève, voir la fille adoptive de Meinor.


Dernière édition par Meinor le Dim 14 Mai 2017 - 17:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
NilùNombre de messages : 2618
Age : 19
Date d'inscription : 31/05/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Épée et bagage
Statut: Joueur(se) inactif(ve)
Nilù
Curio'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptyJeu 19 Mar 2015 - 21:35
L'artiste s'arrêta bientôt son dessin, jugeant ses doigts trop fragiles pour continuer. Il y avait de quoi comprendre ce vieillard dont la préoccupation n'était pas très active mais l'abîmait tout de même. Nilù fut prise de pitié mais elle se tut, par politesse. A la place, elle préféra lui emboîter le pas, car c'était trop tentant d'entendre l'histoire de ce peintre au passé bien fourni. Elle le suivit sans un mot jusqu'à une ruelle plus calme de la cité, où le mouvement et le bruit de la foule étaient presque inaudibles, ce qui faisait du bien aux oreilles. La fillette s'assit en face de l'homme et l'écouta avec attention. En tout cas, elle remarqua qu'il a laissé passer la transition entre sa période de brigand et celle d'artiste. « La vieillesse aidant » a-t-il dit, mais aidait quoi ? Passionnée par cette histoire et cherchant à en savoir plus, Nilù  lui demanda :

« Il s'est passé quelque chose pour que vous arrêtiez d'être un brigand ? »

Puis, pour répondre à sa question, elle continua :

« Je n'ai jamais appris l'art, et je ne sais pas si j'en serais capable ! En tout cas, sachez que je ne chaparde pas souvent, ce n'était qu'une exception et bien que dans votre histoire cela vous a incité à continuer, je...je ne pense pas faire de même. »

Elle fut prise par une sorte de crainte, comme si un risque s'approchait d'elle, prêt à l'engloutir. Un vent frais la fit frissonner au moment où elle eut cette pensée. Elle releva les yeux vers l'homme pour mieux revenir à la réalité, et c'est ainsi qu'elle y repensa. La recherche au navire ! Ou plutôt...la recherche aux brigands. Le peintre disait être passé par là, peut-être connaissait-il les lieux de vie de ses anciens amis ? Nilù était chargée de trouver les villages où habitaient des pilleurs...et en rencontrant ce vieil homme, elle s'était certainement rapprochée de son but. Ainsi, en sympathisant avec lui, il était probable qu'il laisserait passer des informations qui aideraient la jeune fille dans sa quête. Elle devait donc accepter sa proposition, et sans hésiter ! La gondorienne sourit avant de dire :

« Mais au final, votre aide serait la bienvenue, je pense. Qui de mieux qu'une personne telle que vous pourrait me conduire sur la bonne voie ! »

C'était presque du fayotage mais il ne fallait pas le moins du monde que cela se voit, aussitôt son plan tomberait à l'eau. D'ailleurs, elle devrait poser ses questions avec minutie, car ce ne serait pas très avantageux pour Nilù que le vieil homme sache ce qu'elle cherche. Il voudrait encore plus l'aider à se sortir de là, pourtant la fillette devait se renseigner sur les villages où le pillage était habituel, même si cela la ferait découvrir cette façon de vivre peu recommandable.

Afin de commencer une probable leçon de peinture, l'humaine dit d'un ton enjoué :

« Je n'ai jamais peint, et d'ailleurs mon habileté a des limites...mais je veux bien apprendre, j'essaierai du mieux que je puisse ! D'ailleurs, puis-je voir vos peintures, s'il vous plaît ? »

Elle tendit la main vers lui, espérant vraiment pouvoir observer les œuvres de cet artiste s'il en avait sur lui fraîchement peintes. Il avait l'air d'un passionné, ce qu'il faisait devait être admirable ! Mais tout de même, s'il a commencé à représenter le monde au pinceau après un certain âge, il était peut-être débutant. Nilù souhaitait aussi voir le coup de pinceau de cet artiste et, peut-être, s'en inspirer.



A la recherche du navire perdu Feaub10A la recherche du navire perdu Elroub10A la recherche du navire perdu Eldaub10A la recherche du navire perdu Bardeu10A la recherche du navire perdu Poldiu10A la recherche du navire perdu Zaza10A la recherche du navire perdu Sildau10A la recherche du navire perdu Xsnar10A la recherche du navire perdu Xtark10A la recherche du navire perdu Xthran10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6073-nilu-enie
MeinorNombre de messages : 2071
Age : 21
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptySam 21 Mar 2015 - 21:08
A la recherche du navire perdu 143763pnjmeinoradaghan3

   Il ne put s'empêcher de sourire lorsqu'elle lui apprit qu'elle ne voulait pas continuer à voler, partagé entre le soulagement et une certaine méfiance: la jeunesse était prompte au changement d'humeur. Mais c'était quand même bon signe ! Surtout qu'elle acceptait son offre, il avait enfin un élève. Et malgré les doutes de Nilù, le peintre était persuadé qu'elle ferait une très bonne artiste.

"- Ne vous inquiétez pas, votre dextérité à voler est telle que je ne me fais aucun souci. Un peu d'entraînement et vous serez aussi doué que moi...
La fin de ma vie de brigand ? Hum, ça risque de prendre un peu de temps, le changement n'a pas eu lieu en un jour ! Avant tout il faut que vous sachiez que j'ai passé une grande partie de ma vie à arpenter les rivages de la grande mer à la recherche de marchandises. Je confesse aussi que parfois leur propriétaire n'était pas tout à fait mort... Quoi qu'il en soit, au fil des ans, j'ai accumulé divers trésors. Surtout des livres en fait, c'est donc ainsi que j'ai commencé mon éducation. D'abord à l'aide de dessins, puis au fil des ans et des rencontres j'ai découvert la philosophie. Peu à peu ce métier me dégoûta, alors que la peinture m'attirait de plus en plus... Un jour j'ai déserté et me suis réfugié dans cette belle cité... Mais vous, qui êtes vous ?"


~*~
"La voie est libre... C'est le moins que l'on puisse dire !"

   Les gardes s'effondrèrent, Fëa réalisa avec horreur que l'étranger usait de manière bien peu convenable. Et s'il les avait utilisées contre eux, il pouvait bien en faire les frais ! Et sa méfiance demeura quand il s’aperçut que les deux porcs dormaient à poings fermés. Rassuré sur ce point, le petit groupe descendit de la ville haute pour des sphères plus plébéiennes. La foule était dense et empêchait les fugitifs de courir, mais les protégeait en même temps. Seulement la principale préoccupation de l'elfe était de retrouver sa jeune amie. Mais comment ? Les ruelles étaient nombreuses et sombres, et Nilù pouvait se trouver n'importe où ! Il faudrait un coup de chance inouïe pour tomber nez à nez avec elle. Surtout que dans quelques instants, l'armée serait à leur trousses, sans oublier l'assassin ! Décidément cette histoire commençait mal ! En attendant il fallait descendre.

   Au détour d'une rue, Fëascalen crut au miracle: une jeune fille qui ressemblait à son amie discutait avec un vieil homme. Sans discrétion aucune il s'approcha pour vérifier son impression. Effectivement, il ne s'était pas trompé et ne perdit pas de temps à répondre à l'inconnu.

"-Nilù il faut partir immédiatement ! J'ai trouvé quelqu'un qui peut nous aider, mais nous ne pouvons pas attendre, nous avons des spadassins à nos trousses ! Il faut que nous ayons fui la cité avant la nuit sinon... Et qui est ce ?"

   Demanda-t'il en désignant le peintre. Mais il n'attendit pas la réponse et s'élança vers l'étage inférieur. Il fallut encore une demi-heure pour sortir enfin de Minas Tirith. ils firent encore quelques kilomètres avant de faire le point. Au final, ils étaient cinq... Trois de plus qu'à leur arrivée: l'elfe, l'humaine, l'esclave, l'artiste et le diplomate. Des personnes très hétéroclites en somme.

"- Permettez que je présente, car vous n'avez pas du entendre grand chose là-haut... (ce qui était effectivement le cas) Je suis Meinor Adaghan, peintre de mon état. Il semblerait que vous connaissiez ma nouvelle élève...

- Enchanté, je suis Fëascalen Cuceleb. J'avais un navire mais la mer en a décidé autrement... Bref, je recherche ma nef et cet homme peut nous aider ! Le jeune homme était un esclave à qui on a rendu sa liberté. Un peu contre l'avis du propriétaire d'ailleurs, mais qu'importe... Attendez, votre élève ? C'est quoi cette histoire Nilù ?


Dernière édition par Meinor le Dim 14 Mai 2017 - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
NilùNombre de messages : 2618
Age : 19
Date d'inscription : 31/05/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Épée et bagage
Statut: Joueur(se) inactif(ve)
Nilù
Curio'Noob

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu EmptyDim 22 Mar 2015 - 20:35



A la recherche du navire perdu Feaub10A la recherche du navire perdu Elroub10A la recherche du navire perdu Eldaub10A la recherche du navire perdu Bardeu10A la recherche du navire perdu Poldiu10A la recherche du navire perdu Zaza10A la recherche du navire perdu Sildau10A la recherche du navire perdu Xsnar10A la recherche du navire perdu Xtark10A la recherche du navire perdu Xthran10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6073-nilu-enie
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A la recherche du navire perdu   A la recherche du navire perdu Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche du navire perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A la recherche du souvenir perdu, ou quand ce n'est plus un trou de mémoire, mais carrément le grand canyon ! [Adélaïde... et autres ?]
» recherche shih tzu femelle J'ai trouvé
» Seul et perdu...
» recherche chien petite taille.
» [L5r] Recherche de cartes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: A la recherche du navire perdu N448 :: Les archives :: RPs des Royaumes Humains :: Archives Gondoriennes-