Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Narög'Durub FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narög'DurubNombre de messages : 14
Age : 28
Date d'inscription : 17/03/2015
Narög'Durub

MessageSujet: Narög'Durub FINI   Narög'Durub FINI EmptyMar 24 Mar 2015 - 18:11

   

   
Narög



   

   


   

   
Narög'Durub (Narög le Souverain en noir parler).

   
Général Suprême des Armées de Sauron .


   
Uruk-Hai.

   
80 cycles.

   
1.85 mètres.

   
95 kilos.


   
Mordor.

   
Mordor.



   

   



   
Description physique

   
Narög est un Uruk, il a donc la sale trogne qui va avec, il a un visage dur et disgracieux, sa peau est grise, assez foncée lui donnant l'air d'avoir été construit à même la roche. Son corps est bardé de cicatrices si bien que l'on peut penser qu'il est né ainsi, pour continuer avec son corps on peut également dire que ce dernier est sculpté pour la guerre, Narög possède des muscles extrêmement travaillés et il ne semble pas avoir de matière grasse inutile dans son corps, que du muscle. Son visage et une partie de son corps est parcouru de sortes de petites taches plus foncées que le reste du corps. Pour ce qui est du visage on peut également ajouter qu'il possède un petit nez assez discret, des oreilles pointues et des crocs acérés, malgré qu'il soit moche son visage montre également une certaine prestance chez lui. Il porte de longs cheveux noirs, agrémenté de petits objets brillants, des bijoux pris sur les corps d'officier ennemis.
Narög n'est pas extrêmement grand pour un Uruk Hai, mais il est très musclé comme expliqué en haut. Il est cependant assez rapide et surtout étrangement agile. Comme tous les Uruks il est capable de parcourir des distances impressionnante sans même s'arrêter et en sautant plusieurs repas, mais Narög semble plus rapide que certain Uruk plus massifs
Pour ce qui est des vêtements, Narög ne porte généralement pas grand-chose, un vieux pantalon en cuir c'est tout, c'est rare de le voir porter quelque chose aux pieds ou sur le torse. Il possède bien entendu des armures pour la bataille, deux en réalité. L'une est une armure légère préférant le cuir et les renforts métalliques légers et l'autre est une armure Uruk-Hai plus conventionnel si ce n'est que son métal est de meilleures qualités que celui des autres Uruks et également plus clair, presque blanc.

   

   
Description mentale

   

Dans sa jeunesse Narög était comme tous les Uruks, fier, fort et surtout totalement addict' aux combats. Il n'y avait rien de bien particulier qui semblait annoncer qu'il changerait, ou qu'il vivrait aussi longtemps. Aujourd'hui Narög à près de 80 cycles, ce qui est un bon score pour les Uruk qui ont tendances à mourir assez vite et assez jeunes. Il a vu passer beaucoup de bataille, allant du raid rapide, à la grande bataille plus rude et à présent il est beaucoup plus mesuré en parlant de bataille, il aime toujours se battre, mais voilà presque un siècle qu'il le fait et encore personne ne la tué et chez un Uruk perdre veut dire mourir.
Très rapidement Narög c'est détaché de la propagande religieuse des prêtres de Morgoth et de Sauron, il préfère croire en ce qu'il voit et surtout prendre ce qu'il mérite. Néanmoins, il n'a pas délaissé la caste religieuse du Mordor, il a appris beaucoup de choses de ces derniers, lire, écrire, compter, si bien que dès qu'il avait un peu de temps, il ouvrait et lisait un livre. Grâce à cela il est aujourd'hui un fier guerrier, mais il n'est pas le dernier pour la réflexion, surtout celle qui concerne l'armée, il est devenu plus rusé et malin qu'autrefois, cela est due aussi aux promotions qu'il a reçus au fur et à mesure, il devait se mettre à jour pour prouver qu'il méritait plus.
Si au début il était totalement sous le coup du conditionnement naturel du Mordor (voir histoire), au fil des années l'esprit de Narög c'est déchiré en deux, il est partagé entre son amour pour son peuple et son envie de donner aux Uruks ce qu'il mérite (la liberté et un royaume à-eux) et son profond respect pour Sauron. Certes il s'est déjà surpris à le vouloir mort, car il pense que c'est une étape obligatoire pour la liberté, mais le seigneur des ténèbres est puissant, charismatique et intelligent et pour tout cela Narög ne peut que le respecter.
Pour le reste et pour le moment Narö' reste un Uruk obéissant et protecteur vis-à-vis de ses hommes, mais il reste brutal, il sait très bien qu'au Mordor les soldats doivent être tenu par la crainte et la fermeté. Il a pas mal de préjugé sur différentes races, enfin il les connait de ce qu'il a vu dans les batailles, même s'il a déjà parlé à des hommes de Sauron et à des elfes l'ayant rejoints, mais il ne les aime pas, les premiers viennent d'une race faible et les autres viennent d'une race composée uniquement de femelle selon lui.



   

   
Historique

   


Un simple Uruk ou plus ? :

Avant de commencer, déjà il faut préciser que Narög est né de façon naturelle, il possède donc d'anciens gènes d'elfe, ce qui lui permet d'être encore frais à 80 cycles. Au Mordor, quand des Uruk ou Orc ont un enfant il faut savoir que ce n'est pas comme dans les autres contrées, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle. Car oui les parents doivent devenir les formateurs de leurs portées et une fois que les petits Uruks sont des adolescents ou de jeunes hommes les formateurs les balances dans la violence. Ne vous attendez donc pas à voir Narög passer le bonjour à ses parents, ils n'ont été que des professeurs sadiques pour lui en plus ils sont certainement morts. Donc je passerais sur la petite enfance de Narög, même si le jeu pour enfant "tabasse le faible" est assez drôle à connaitre.

Ainsi donc quand le jeune Narög devint un guerrier à son quinzième cycles, il fut envoyé en garnison à la porte noire, sous le commandement à l'époque de Trüm'Zouho, c'était un petit Orque, qui portait le grade de lieutenant. Il était assez connu pour mener la vie dur aux Uruk-Hai. Il ne fallut pas longtemps avant que le jeune Narög défie le vieux Trüm, ce dernier était certain de gagner grâce à son expérience, mais finalement au bout d'un combat rapide, l'Uruk décapita l'Orque sous les hourra de ses frères autour de lui. La mort de Trüm fit rendit les autres Orques complètement fous et haineux et il y eut une belle bagarre sur les portes noires ce jour-là et finalement les dix jeunes recrues Uruk eurent l'avantage sur les orques censés les encadrer. Quand le supérieur arriva pour avoir des explications il n'y eu qu'une version de l'histoire, les petits verts étant morts et finalement l'histoire resta sans suite. Mais c'était le début de quelque chose entre ces Uruks, ils avaient protégé Narög quand ce dernier fut la cible de l'attaque des orques suite au duel et pour cela il éprouva un grand respect pour eux, respect partagé, puisqu'ils estimaient que Narög les avaient défendus.
Suite à cette histoire Narög fut promu adjudant, à seulement 17 cycles, un record, il fut envoyé dans une garnison proche des frontières du Mordor, afin d'y faire des raids en extérieur. C'est également à cette époque que le jeune Uruk se rapprocha du culte de Morgoth et Sauron, devenant un véritable croyant, mais il ne faisait pas qu'idolâtrer son maître, avec les prêtres il appris également à lire. Bien sûr au début Narög ne voulait pas se lancer là dedans, pour lui un Uruk servait à se battre, pas à lire ou réfléchir. C'est un prêtre qui lui appris que les livres contenait la sagesse des anciens et qu'il pourrait devenir meilleur guerrier en s'y consacrant, il n'en fallut pas plus pour intéresser l'adjudant. Quelques orques tentèrent de se moquer de lui quand ils le voyaient lire un livre (avec difficulté au début), mais Narög leur faisait rapidement passer l'envie de rire, surtout qu'il avait été affecté avec les dix Uruks qui l'avaient défendu sur la porte noire, des alliés de choix devenus ses frères d'armes.
Narög était doué pour ce qu'il faisait, même si ce n'était que des raids il ne déclarait presque jamais de pertes et en plus de ramener les contenus des caravanes il ramenait aussi des esclaves. Un raid en particulier le fit connaître un peu plus.
C'était une belle journée, un grand soleil et pas un nuage à l'horizon, Ëlhyan, une jeune marchande gondorienne, finissait les préparatifs pour faire repartir sa caravane du Harad jusqu'au Gondor. Elle transportait pas mal d'objet de valeur demander par de riches clients, il était donc logique de voir une véritable petite troupe armée suivre le cortège. Ëlhyan n'avait pas peur des embuscades, elle avait avec elle presque vingt soldats entrainé bien plus qu'il n'en faut, de plus le plan en cas d'attaque était simple, les soldats occupent les assaillants et la caravane peut s'enfuir en toute tranquillité.
Le cortège arriva bientôt sur les terres du Gondor et la marchande lâcha un petit soupire rassuré, il y avait encore moins de chance que des attaquants viennent à présent. Ils entrèrent dans un petit bosquet, la route était bordée de forêt des deux côtés et d'une petite rivière tranquille sur l'un des côtés. Ëlhyan regarda la petite rivière, elle remarqua la présence de roseaux, choses qu'elle n'avait jamais remarqué alors qu'elle passait souvent ici pour son travail, alors qu'elle était perdue dans ses pensées, la tête de la caravane s'arrêta à cause d'un arbre visiblement déraciné sur la route. Peu de temps après une volée de flèches partit de la forêt et vint blesser trois soldats et en tuer deux de plus. Les autres se tournèrent vers les tirs et dégainèrent les épées, ils virent alors cinq Uruk foncer vers eux, les hommes du gondor estimaient donc que la victoire était assurée étant donné qu'il leur restait encore dix hommes frais.


Soldats !! Renvoyez ces bêtes chez leur maître !!! Hurla le capitaine de la troupe.

Malheureusement pour ses hommes, derrières eux dans la rivière le petit groupe de roseaux repérer par Ëlhyan se mirent à bouger et c'est six Uruks de plus qui sortirent des eaux, dont un ayant une peau grise, de longs cheveux noirs et des oreilles assez pointues.

A MORT !!! Rugis Narög, alors adjudant responsable de ce raid.

La bataille tourna rapidement court, les hommes furent pris en sandwich et se firent tuer les uns après les autres sans qu'un seul Uruk de Narög ne se fassent tuer. Et très vite c'est le rugissement victorieux des serviteurs de Sauron qui retentit dans le bosquet. Les Uruk se félicitaient et riait, fiers de leur attaque surprise. Il n'y avait aucun survivants, Ëlhyan comptait parmi les morts, son regard bleu et sans vie diriger vers le ciel...
Quelques heures plus tard le groupe d'Uruk fêtait sa victoire dans une bonne taverne, le grog coulait à flots et les voix des Uruk retentissaient dans la salle, chantant à tue tête l'air qu'ils avaient inventé pour leur groupe :


"Un cri de gueeeereuh
Et nous chargeons de front
Daaans le sang les viscèeereuh
Tous les peuples tomberont

Par la force de nos êeeetreuh
Nous seront sans pitié
Pour nooos ennemis nos frèeereuh
Qui nous ont provoqués."

Après ses deux couplets ils trinquèrent ensemble en rigurlant (un mélange entre le rire et le hurlement). Ils étaient fiers d'avoir ramené un très gros butin à leur base, ils se couvraient de gloire grâce à Narög et cela, aucun des dix Uruks ne l'oubliaient. Ce dernier d'ailleurs buvait avec ses hommes, même s'il était moins démonstratif qu'eux, il souriait, mais avait du mal à totalement se lâcher, ce qui n'était pas plus mal, il valait mieux qu'il paraisse sérieux, cela le différenciait de la plupart des créatures du Mordor.

Ha ha, dit donc Boss, t'a encore fait fort, ça t'es venu d'où c't' idée des bambous pour se cacher sous l'eau ?
D'un livre que j'ai lu.
Haaaa, Narög l'adjudant instruit, moi qui croyais que les livres ça servait juste à ce torcher le c...

Et une nouvelle fois ils éclatèrent tous de rire, même Narög se laissa aller cette fois, mais intérieurement il pensait déjà à la prochaine attaque, il en avait un peu marre de tout cela, les raids c'étaient bien, mais trop faciles, lui et ses hommes méritaient un véritable challenge. Vivement qu'on l'envoie en guerre, vivement la guerre alors...

La Décima :

Ce passage de la vie de Narög se passe quelques années plus tard. Ce dernier avait noué un lien fort avec les dix autres Uruks de la porte noire et leur petit groupe était devenu célèbre au Mordor quand on parlait de raid, que ce soit au nombre de morts, de perte, le montant du butin ou la technique utilisée, Narög et ses Uruk-hai raflaient tous les records possibles. De plus ils étaient de véritables patriotes et de fidèle croyant du Culte de Morgoth et Sauron de véritables exemple pour tous les orques, Uruk-hai et autre...
Il fallait dire que la propagande naturelle avait joué son rôle, en effet généralement pour conditionné les futurs générations il faut des spectacles, des affiches et des discours pour glorifier une personne ou un parti. Au Mordor c'est plus simple, les créatures moulées sont conditionnées presque instantanément ayant totalement conscience d'être là grâce à son maître et pour les naturels c'était simple aussi. Leur éducation était faite par les géniteurs qui devenaient leurs formateurs et toutes les vérités qu'apprennent les enfants deviendront de féroce arguments une fois adulte et à son tour l'orque deviendra géniteur et formateur ect... Un système de propagande intégré totalement au pays, un chef-d'oeuvre.

Bien entendu Narög et ses frères avaient tous subi la même chose, voilà pourquoi ils mettaient tant de ferveurs dans leurs actes, Narög surtout, les prêtres lui avaient appris à lire et à écrire, mais aussi à parler le noir parler et à penser par lui-même, certainement leur plus grande érreur. Car éduquez un Uruk-hai cela peut-être utile, sauf quand le destin s'en mêle.
Le destin se matérialisa en un ordre de mission. Un nouveau raid plutôt dangereux, car il se passait assez près d'un campement humain, ils devaient attaquer un campement de marchant du Rhûn, le danger était qu'ils pouvaient faire trop de bruits et attirer les soldats du campement gondorien. Malgré qu'il puisse emmener toute sa petite troupe il décida de partir avec uniquement trois frères à lui, soit quatre au total, il jouerait sur la discrétion aussi il choisit ses hommes en fonction. C'est au moment de partir que Narög eu sa première surprise de la soirée. Un petit orque s'avança vers lui et ses hommes, armé d'un arc.


Adjudant ! Adjudant ! S'écria t'il pour se faire remarquer, puis arrivant devant son supérieur : Attendez je veux venir avec vous.
Pas besoin d'un orque tu vas nous ralentir.
Je suis très discret boss,et très agile, y'a pas meilleurs que moi pour tirer à l'arc en plus.
C'est ça, aller va retourne au camp et va faire quelque chose plus dans des cordes, comme.... nous préparez du grog pour notre retour.

Les Uruk-hai avec Narög s'esclaffèrent se moquant du petit orque, ce dernier leur tourna le dos et s'en alla en marmonnant dans sa barbe. C'est ainsi que les quatre Uruks se dirigèrent vers le camp de marchant, ils étaient partis pendant la nuit histoire d'arriver assez tard et de pouvoir frapper quand il y avait le moins de monde éveillé. Le camp adverse était gardé surveillé par trois hommes seulement, le reste des gardes devaient être endormis et les marchants aussi, le plan consistait à tuer les gardes et s'enfuir avec la caravane elle-même. L'attaque ne se passa pas trop mal, jusqu'à ce qu'un homme se réveille pour aller pisser et la tout s'enchaîna, les gardes leur tombèrent sur le dos et très vite la situation devint hors de contrôle. Narög ordonna à ses hommes de partirent avec le butin, c'était le plus important, malgré leur réticence il réussit à les convaincre, il réussit à donner le temps nécessaire à ses hommes pour qu'ils s'enfuient et il réussit même à tuer toute résistance des marchants du Rhun. Malheureusement une fois à terre mort de fatigue c'est les gondoriens qui arrivèrent et qui le capturèrent.
Les trois Uruks restant arrivèrent assez vite à leur base, la mission était réussie, mais aucun des frères d'armes de NArög n'avaient l'intention de le laisser crever la-bas, ils avaient remarqué que les humains avaient pris leur chef vivant. Pendant que d'autres créatures déchargeaient le butin pris par les Uruks, ces derniers allèrent informer le reste de leurs frères de la situation, puis ils allèrent tous ensemble voir leur supérieur.


Chef ! Narög s'est fait capturer pour nous permettre de mener à bien la mission. Nous demandons l'autorisation d'aller le chercher.
A dix contre un camp entier ? Oubliez le il est déjà mort. De toute façon j'ai des ordres d'en haut, pas de sacrifice inutile.
Nous pouvons le faire chef.
La ferme !! Rien à foutre de votre Narög, il est rien pour moi.
C'est certainement votre meilleur soldat et...
La ferme j'ai dit, raclure !!


Les Uruks décidèrent entre eux de ne pas abandonner, ils se préparèrent alors au combat à venir, ils savaient à peu près comment procéder Narög leur avait enseigné pas mal choses sur la stratégie. Ils utiliseraient les trois meilleurs pour s'infiltrer et les autres attendraient non loin pour leur filer un coup de main et les couvrir. Pendant que les créatures sombres se préparaient un petit orque armé d'un arc vint à leur rencontre. Le même qui avait demandé à Narög de l'emmener avec lui la première fois, les hommes de Narög estimèrent qu'un archer de plus ne serait certainement pas de trop, ils avaient besoin du plus de monde possible.

Pendant ce temps Narög était torturé par les humains qui voulaient des réponses, mais Narög était un Uruk-Hai, la torture était une habitude pour lui et cela ne lui faisait rien du tout. Les hommes étaient découragés si bien qu'ils préférèrent laisser l'Uruk pourrir dans une geôle, Narög ne comprenait pas pourquoi ils ne le tuaient pas tout de suite, après tout ils savaient qu'il ne dirait rien alors pourquoi le garder en vie ? Il ne trouvera certainement jamais la réponse, mais une fois dans sa cellule, Narög fut questionné par un autre homme, son geôlier, ce dernier était très jeune pour un humain, c'était certainement la première fois qu'il voyait un Uruk-Hai d'aussi près.
Le jeune humain était extrêmement curieux et il posait tout un tas de questions à Narög, ce dernier se pris assez au jeu et répondit à certaines d'entre elle. Au final, l'Uruk-Hai fut assez surpris de certaines réponses que lui fournit le jeune homme sur le monde humain et Narög se rendit compte que Sauron n'était pas que son maître, c'était aussi son esclavagiste, il se rendait compte qu'à cause des origines violentes des Uruk et de leur esprit de guerre ils se battaient sans poser de question, mais pouvaient ils faire plus ? C'est à ce moment précis et à cause de ce jeune homme que la graine de la révolte fut semée dans son esprit.

Alors qu'ils discutaient tous les deux, ils furent surpris par un boucan incroyable à l'extérieur, Narög ne savait pas ce qu'il se passait, mais il fallait en profiter, il réussi à se saisir du jeune homme et le rapprocha des barreaux de sa cellule pour venir l'assommer et récupérer les clés. Une fois libre il enferma le jeune homme à sa place histoire qu'il évite de se prendre un coup, c'était la première fois qu'il sauvait la vie d'un homme. En sortant des geôles il se rendit compte que le boucan était fait par ces fameux dix hommes de la porte noire, d'ailleurs en voyant leur chef ses derniers vinrent à sa rencontre pour l'aider à sortir de ce mauvais pas. Le groupe d'Uruk-hai réussi à s'enfuir, grâce à la couverture de flèches offerte par l'orque à l'arc, malheureusement ils n'eurent pas tous de la chance et l'un d'entre eux tomba lors de la fuite. Ils réussirent à s'arrêter un peu avant le campement orques, tous les hommes de Narög étaient en cercle autour du cadavre de leur frère.


Gûrbh.... Soupira Narög. Il a donner sa vie pour moi et vous avez tous risqué la votre pour moi et pour cela je vous en remercie, c'est triste de ne plus être dix maintenant...

L'Uruk entendit alors quelqu'un ce racler la gorge bruyamment et en se retournant il vit un petit orque équipé d'un arc, celui qu'il avait envoyé chier plus tôt.


Et tu es ?
Tarhbag, Seigneur Narög.
Y'a pas de seigneur entre nous, t'as risqué ta vie comme les autres pour moi également, je t'en remercie et te fait entre dans notre groupe.
Et il a un nom votre groupe boss ?
La Décima. Les dix créatures de la porte noire.



La guerre au pied de Barad-Dür :

Narög était devenu Lieutenant à cette époque, lui et ses fidèles amis Uruk, devenu des frères d'armes, étaient postés au sud du Mordor. A cette époque Narög encore assez jeune dirigeait une compagnie de 150 Uruk-Hai. Il avait gagné le respect de ses troupes par ses capacités martiales et son esprit vif. Plus que craint il était respecté. Ses troupes étaient parquées près de la frontière sud entre le Harad et le Mordor, ils avaient un rôle de sentinelle.

Narög lui était assis dans son campement, il regardait une carte de la terre du milieu, les nouvelles n'étaient vraiment pas bonnes, les supérieurs avaient essayé d'épauler le roi fou Algobar, mais cela avait eu pour effet de voir une large coalition aller combattre l'ennemi commun : le Mordor. Selon les rapports une armée menée par Aragorn en personne fonçait vers le Morannon et Narög se demandait bien pourquoi il devait rester ici.

Il obtint la réponse peu de temps après, l'un de ses hommes revint, Tarhbag, le seul orque de la décima, un petit être très doué avec un arc et surtout possédant de très bon yeux étrangement. Lui et Narög c'étaient rencontrés lors d'un raid, Tarhbag avait prouvé aux yeux de l'Uruk que les orques n'étaient pas tous bon à jeter.


Lieutenant !! On a un gros mouvement de troupe à la frontière sud, environ dix mille hommes marchent vers nous !
Les princes du Harad nous ont finalement abandonné, les sales shraks. Une armée plus grande encore marche sur Morannon.... plus celle-ci qui vient du sud... ils doivent vouloir se regrouper par la suite.
Mais où ?
Ici.
Dit Narög en plaçant son doigt sur la carte... Barad-Dür. Envoyez un message à notre commandant Gröom et remballez le camp, nous partons pour le post avancé.
Très bien.


En moins de temps qu'il en faut pour le dire, les 150 Uruk-hai avaient pliés bagage et étaient partis pour un post avancé un peu plus au nord. Ils y retrouvèrent leur commandant et le reste des troupes dans un petit camp fortifié, ce dernier était assez simple et fait de rondins de bois, son avantage était qu'il se trouvait entre deux petites falaises trop érodé pour y grimper, cela permettait à ce camp de fortune d'être un passage obligatoire pour l'armée à venir. Le commandant était à la tête de 2000 lances. Dont environ 500 Uruk, le reste était composé d'orques et de gobelins.
A son arrivée Narög remarqua que beaucoup de regard se posait sur lui et surtout des regards Uruk-Hai, ses derniers considéraient Narög comme un véritable exemple, voir même un héros, les idées stratégiques de Narög sa capacité à combattre et l'esprit de camaraderie qu'il pouvait montrer étaient les clés de son charisme auprès de ses frères.
Le camp ne comportait aucun bâtiment, juste des tentes, c'est dans l'une d'elle que Narög retrouva son capitaine et son commandant et il leur fit son rapport. Pour Narög il n'y avait pas à réfléchir longtemps, il fallait stopper cette armée ici même, il savait que leurs hommes, même à un contre cinq, pouvaient le faire, de toute façon la bouche de Sauron avait été claire, il fallait rester ici et garder ce passage coute que coute. Le commandant Gröom lui ne le voyait pas de la sorte, il prétexta vouloir aller chercher des renforts, pour pouvoir se sauver, mais son capitaine, l'Uruk-Hai Ash'Khan essaya de le retenir, ce dernier reçu une épée dans le ventre pour avoir voulu raisonner son commandant. Gröom entreprit alors de fuir à pied vers le nord, sous le regard médusé de ses hommes resté sur les murs en bois du camp. C'est Narög qui le tuera d'une flèche dans le cou depuis les rempart de bois, il ne pouvait pas laisser la figure d'autorité du camp s'enfuir comme un lâche sans conséquence. Et voilà comment Narög se retrouva seul gradé encore apte à se battre, en charge de 2000 soldats et devant défendre un camp de bois face à cinq fois plus d'adversaires.

Les troupes adverses étaient arrivées peu avant le coucher du soleil, les hommes s'arrêtèrent donc, pour la nuit, ont leur avait appris à ne préférer combattre les orques le jour, même si au Mordor cela ne servait pas à grand-chose les croyances sont tenaces. Narög eu donc toute la nuit pour préparer ses troupes, les re-motiver et surtout mettre au point deux trois tours de passe-passe pour pouvoir repousser cette attaque. Il fit renforcer le mur avant et la porte, le terrain obligerait les attaquant à entrer dans le camp, il décida donc de faire enlever tous les rondins de bois à l'arrière, pour pouvoir s'en resservir. Ainsi le camp devint rapidement un simple mur, mais après tout ils n'avaient pas besoin de plus.
Tarhbag fit office d'éclaireur et put ainsi informer son supérieur que l'ennemi avec une majorité de fantassin, mais également des archers et une cavalerie, probablement deux mille chevaux. Narög fit démonter les tentes, pour ne pas avoir d'incendie sur les bras et il rassembla toutes les denrées utiles, équipement, matières premières, nourritures ect.... Mine de rien la petite troupe était suffisamment équipée et il avait aussi et surtout du grog en grande quantité.
Narög, Tarhbag et le reste de la Décima se glissèrent alors à l'extérieur du mur de bois pour préparer le terrain, ils cachèrent sous la boue des gourdes en tissu remplis de Grog, cette boisson avait la fâcheuse tendance à s'enflammer pour un rien, même si les orques étaient dégouté de l'utiliser ainsi, cela faisait une parfaite arme, il fit également couler plusieurs lignes de grog jusque près du mur, pour sa stratégie. Narög donna également l'ordre de préparer des sangles à attacher à plusieurs rondins qu'ils avaient préalablement enlevés, malgré qu'il soit le responsable il ne rechignait pas à la tâche aidant au maximum ses hommes, heureusement les Uruk-Hai étaient de véritable machines à effort, les orques aidaient beaucoup également. Narög provoquait un véritable sentiment de fraternité entre ses soldats chose plutôt rare au Mordor entre les différentes races.
Au petit matin, toutes les créatures derrières le petit mur de bois entendirent les cors d'hommes, signifiant que leur troupe se mettait en route. Narög était sur le chemin de rond du mur de bois et regardait droit devant apparemment les humains allaient commencer par envoyer leurs fantassins, ils avaient de petites échelles, mais pas d'engin de siège, même minime, ce qui confirma à Narög qu'ils étaient là pour rejoindre le plus gros de la bataille, certainement pas seulement pour buter contre ce mur ridicule. Narög sauta du mur pour se retrouver en bas avec le plus gros de ses forces.


Très bien, on change de plan. Les archers en bas et les soldats sur le mur, on va les laisser poser les échelles et venir mourir vers nous. Pendant ce temps Tarhbag et les archers vous faites feu à volonté. Visez leurs propres archers.

La bataille commençait, la stratégie était simple, les soldats sur le mur s'occupaient des fantassins et les archers les couvraient. Un plan audacieux, car la logique voudrait que les archer soient également sur le mur au début de l'attaque, Narög avait également donné l'ordre de faire tomber les échelles quand il y en aurait de trop, ces dernières ne pouvant pas s'accrocher au mur, ils pouvaient les faire tomber sous un effet de domino ce qui serait utile pour empêcher les ennemis sur le mur d'avoir plus d'hommes, ainsi les orques pourraient y aller par vague : laisser les hommes monter, balancer les échelles, les tuer, puis recommencer. Bien entendu les hommes se défendaient et même si les fantassins avaient du mal à prendre un quelconque avantage, les archers eux faisaient leur boulot en touchant les soldats de Narög, même si les siens se défendaient bien aussi.
L'Uruk décida de se mêler au combat, attrapant son bouclier rond léger et son épée à une main, il se rua sur les petits rempart pour aider ses hommes à repousser l'adversaire. La bataille était féroce, même si les deux troupes étaient petites et que le champ de bataille l'était encore plus, les humains se pressaient en bas pour prendre d'assaut le ridicule rempart, Narög voyait aussi les cavalier plus loin derrière attendant le bon moment pour charger. Le lieutenant Uruk avait prédit que la bataille ne durerait pas longtemps, elle se finirait dans l'après-midi au pire des cas restait à savoir quand jouer ses cartes.
Après presque trois heures de combats les hommes prenaient significativement de l'avance sur les Uruk, les assauts répétés contre la porte allaient avoir raison d'elle et Narög commençait à avoir pas mal de perte, même si le ratio était toujours de son côté. Il était temps de passer à la deuxième et dernière phase de son plan, c'était risqué, car cela leur couterait le mur et surtout cela allait les obliger à utiliser une technique que Narög avait inventer sans même savoir si elle allait marcher. Narög fit donc le signe de placer les tonneaux de grogs contre le mur, le plus possible. Puis il donna l'ordre à tous de se replier, les hommes sur le mur firent tomber une dernière fois les échelles puis descendirent pour se regrouper sur la terre ferme.


Former le point noir, les archers derrières la formation, préparer vos flèches enflammées, tir sur mon ordre.

Des hordes d'homme passaient le mur à présent, par la porte détruite ou par le mur lui-même. Narög avait le bras levé, près à donner l'ordre, mais il attendit encore et encore, puis quand la première vague arriva dangereusement vers lui, il abaissa le bras et une véritable nué de flèche en feux fut décochée, mais cela ne visait pas les humains, mais le mur de bois et lorsqu'une d'entre elle toucha l'un des nombreux tonneaux attaché, une violente déflagration retentit cela mit feu aux autres tonneaux et finalement c'est tout le mur qui explosa. La direction de l'explosion envoya valdinguer plus morceau de bois énorme un peu partout vers l'ennemi. Vous vous souvenez des trainés de grogs menant à des gourdes de tissu contenant le même liquide, disposé par les orques la nuit d'avant ? Et bien les traînés s'embrasèrent et firent exploser les quatre gourdes de l'autre côté du mur de bois, devenu un mur de feu.
Les soldats qui étaient passés, mais qui n'avaient pas trépassés face à l'attaque de feu, se retrouvèrent face à une formation guerrière étrange. Les créatures étaient disposés en plusieurs lignes (une dizaine) et ils formaient un véritable cube de bouclier, chaque ligne protégeant le dessus des autres et les quatre lignes des bords formant le reste des côtés. Narög rengaina son épée et jeta son bouclier pour prendre le bouclier classique des Uruk, long et rectangulaire, parfait pour cette formation et une fois intégré à celle-ci la formation se verrouilla et avança doucement mais sûrement vers les ennemis qui étaient coupés de leur allié par un mur de feu. Le but était simple, les boucliers formait un mur qui empêchait les flèches et les hommes d'entrer, la première ligne attaquait avec des lances sans briser la formation, blessant ou tuant les adversaires et les lignes derrières les achevaient.
De l'autre côté, le capitaine de la troupe voyait presque tous ses fantassins disparaitre dans le feu, la dernière attaque surprise avait certes détruit le mur, mais la plupart de ses hommes à pied étaient morts, en train de mourir, blessés, ou en peur panique. Heureusement il lui restait deux mille cavaliers et autant d'archer, une fois le feu éteint une simple charge de cavalerie suffirait à éradiquer ces sales Uruks et comme si le destin l'avait entendu, une pluie battante débuta.
Du côté des Uruks, les derniers fantassins étaient morts, mais bientôt le combat recommencerait, Narög décida de séparer ses forces, le plus gros resterait ici pour combattre les fantassins (s'il en restait) et la cavalerie, alors qu'environ cinq cents Uruks allaient faire un détour et passer par la montagne pour prendre le bataillon d'archer par derrière.

Finalement, le feu s'estompa et le capitaine humain décida d'envoyer toute sa cavalerie charger : 2000 chevaux au galop cela allait faire des dégâts, bien assez pour détruire le faible restant de l'armée orque. Sauf que les cavalier ne se butèrent pas à une petite résistance, les Uruk avaient perdu très peu d'hommes comparer aux humains et quand les chevaux approchèrent Narög, alors en première ligne de la formation poing noir, donna de nouveaux ordres.


Ok on reste immobile, faites glissé les rondins jusqu'à la première ligne, les archers vous vous tenez prêt. Deuxième et troisième ligne prête à tirer les sangles.

Au moment où la cavalerie humaine fut à porter, Narög hurla un "maintenant", à ce moment-là les boucliers de la première ligne montrèrent un peu d'espace entre eux, pendant que les hommes de la deuxième et troisième ligne tiraient sur les sangles reliés aux rondins. Les hommes de la première ligne sortirent également des lances entre leurs boucliers. Ce dispositif faisait ressembler ce cube à un véritable hérisson. Les chevaux et leur cavalier s'empalèrent littéralement dans le dispositif, le choc fut terrible aussi pour les Uruk, mais ils tenaient bon. Certain adversaire une fois désarçonné tombèrent dans la formation qui se referma sur eux comme un sable mouvant, les achevant par la suite. Puis à l'arrière la formation se déstructura quelque peu pour permettre aux archers de décocher plusieurs salves de flèches.
Autant les fantassins avaient fait des victimes chez eux, autant il semblait à Narög que la cavalerie n'avait pas fait mouche une seule fois. Le premier assaut de la charge fut catastrophique pour les hommes, il ne restait que quelques centaines de soldats et ses derniers se replièrent rapidement vers leur capitaine, suivi par la formation toujours solide, avançant prudemment. Narög pour motivé ses troupes pour la dernière bataille (où ils étaient toujours en léger sous-nombre), commença à chanter :


Un cri de guèèeereuh...
... Et nous chargeons de front !!!
Reprirent les Uruk en cœur.

Le capitaine humain était fou de rage, lui qui était venu sur ordre de son roi avec dix mille hommes, il allait finalement le rejoindre avec à peine trois mille d'entre eux et encore.... rien n'est joué. Il saisit les réserves d'huile des archers et utilisa cela de la même manière que Narög, pour créer un mur de feu ce qui eut pour résultat de bloquer l'avancé du poing noir. Alors que le capitaine comptait battre en retraite pour ajuster sa stratégie et demander des renforts, il vit environ cinq cents Uruks foncés droit sur lui et ses hommes. Cette fois et sans stratégie il aurait une victoire vu qu'il venait de bloquer le passage pour le gros de la troupe orques.
Seulement, Narög n'avait pas dit son dernier mot, il mit en place dix groupes de deux Uruks le long du mur de flammes, chacun des groupes portaient un bouclier, puis ils se mirent à genoux et dix files d'Uruks se formèrent et au top de Narög chaque Uruk et Orque des files couraient et utilisait les deux hommes au sol avec les boucliers comme courte échelle pour franchir les flammes. Les premiers furent Narög et ses neuf meilleures créatures, ceux de la Décima.


Wolooooo !! Hurla Narög en retombant de l'autre côté du mur de feu transperçants le crâne d'un soldat en même temps.

Puis à leur suite dix autres Uruks, puis dix de plus ect, bien sûr certains se plantèrent et finirent en torche "Urukaine", mais le résultat était là. Les hommes combattaient cinq cent Uruks par devant et près de mille arrivaient par derrière, ce fut un massacre... Aucun survivant, parmi les hommes et environ six cent Uruks morts lors de la bataille, mais c'était une sacré victoire. La pluie continuait à la fin du combat et Narög finit d'achever un homme à terre et il releva la tête pour regarder le champ de bataille, le camp de bois n'existait plus et le panorama avait pris cher, mais qu'elle victoire, il avait mal à l'épaule à cause d'une flèche, mais il survivrait. Les hommes se rassemblèrent autour de lui en criant son nom.


Narög'Durub !! Narög'Durub !!

Par ces mots scandés, Narög savait maintenant qu'il était devenu une figure au Mordor, bientôt tous les Uruks connaîtront cette histoire de leurs frères combattant à un contre cinq et tous les Uruks verront en Narög un leader pour leur race, mais plus encore, leur frère d'armes. Pour les officiels et les supérieurs, se serait certainement l'exploit d'avoir discipliné des orques et des Uruks ensemble qui serait certainement le mieux vu.

Des responsabilités et des rêves :

Narög était un capitaine courageux et en plus de cela il était l'un des officier du Mordor le mieux protégé grâce à cette fameuse Décima qui le suivait partout où il allait. Certes ils étaient passés de dix à sept, mais le groupe restait extrêmement soudé et mieux encore extrêmement doué. Narög était au service de Jarkrähn le général, mais une nouvelle fois le destin s'en mêla pour permettre à Narög de franchir ce qu'il pensait être le dernier échelon. Un soir son général se fit assassiner par un autre capitaine briguant le poste, mais l'idiot avait oubli" que pour prendre une place de force il faut provoquer un duel et pas bêtement assassiner la personne, aussi cet acte provoqua une véritable bataille générale au sein de la forteresse de Jarkrähn.
Narög accompagner de ses six frères , alla remettre de l'ordre dans la forteresse, tuant l'assassin et mettant un terme aux combats fratricides. Malheureusement le mal était fait, l'annonce de la mort du général avait provoqué un vent de folie, beaucoup d'officiers étaient partis avec leur homme, pensant certainement pouvoir en recruter d'autre et devenir plus important. Après avoir repris le contrôle de la forteresse, tous les hommes encore présents la-bas se prosternèrent devant Narög en lui demandant de les guider comme Jarkrähn l'aurait fait, fait incroyable, Narög n'avait pas pris le pouvoir par la force de son bras comme d'habitude, mais ce sont les anciens hommes de Jarkrähn qui le lui avaient offert.
Le lendemain matin, Narög, accompagner de tous ses hommes partis à la recherche du reste de l'ancienne armée de Jarkrähn, ce ne fut pas aussi simple pour tous les officier, si les plus faibles se joignit à lui très rapidement, il dut provoquer et tuer en duel ceux qui se pensaient plus légitime que lui pour diriger l'armée. Le plus compliqué à convaincre était certainement Gorbug, l'olog hai chef d'un petit groupe de trolls. D'ailleurs ce dernier vint par la suite rejoindre la Décima, grâce à son intelligence immense pour un Troll et bien sûr grâce à sa puissance et à son autorité avec les trolls.
Finalement, Narög devint le général d'une nouvelle armée, il avait réussi à remettre tous  les hommes de son défunt général dans le droit chemin et impressionnée par ce tour de force, la bouche de Sauron lui confia le grade de général. Narög pensait être enfin arrivé le plus haut possible et pourtant...

Peu de temps après cela, Narög commença à faire de drôles de rêves. Ils étaient extrêmement réaliste, il se voyait sur une terre étrange qu'il ne reconnaissait pas, généralement il n'était pas seul il y avait souvent d'autres personnes autour de lui, c'était souvent des Uruk, mais parfois aussi des Oques ou des trolls. Etrangement ils pouvaient tous se mouvoir de jour et ils étaient tous intelligents, mais aussi poli. Enfin bref un monde étrange, même s'il n'a pas tout compris de la signification de ces rêves.
Le fait que Narög devienne général changea aussi pas mal de choses pour ses derniers. En effet les réunions entre eux étaient souvent très difficiles, car en l'absence de Sauron, de la bouche ou d'un supérieur, les généraux ne s'entendaient pas du tout, hormis sur certains points précis. L'arrivée de Narög changea radicalement tout cela, il devint en quelque sorte l'Uruk qui frappe le plus fort sur la table et son charisme et son autorité naturelle on fait de lui un véritable chef de file. Cela n'échappa pas aux supérieurs, car il faut rapidement et assez récemment, nommé Général Suprême.Aujourd'hui Narög fait tout pour contenter son maître, mais dans l'ombre, il cherche un moyen d'offrir la liberté aux Uruks qui le voudront et il les sait nombreux.


   


Dernière édition par Narög'Durub le Mar 7 Avr 2015 - 14:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6707-narog-durub-fini
La RenardeNombre de messages : 1854
Age : 119
Date d'inscription : 20/01/2014

Feuille de personnage
Race: Truc louche, voir étrange
Possessions: A proximité de Ôju et toujours avec Ritournelle
Statut: Joueur(se) actif(ve)
La Renarde
1ère Touriste des Terres du Milieu

MessageSujet: Re: Narög'Durub FINI   Narög'Durub FINI EmptyMar 24 Mar 2015 - 18:25
( pour le staff : Oui, ce grade existe Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5781-mais-que-dit-le-re
Narög'DurubNombre de messages : 14
Age : 28
Date d'inscription : 17/03/2015
Narög'Durub

MessageSujet: Re: Narög'Durub FINI   Narög'Durub FINI EmptyMar 7 Avr 2015 - 14:54
Okay, ma fiche et officiellement TERMINER !!! enjoy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6707-narog-durub-fini
Araekin NirokiniNombre de messages : 515
Age : 22
Date d'inscription : 22/12/2013

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar-Sindar
Possessions: Shalla'dor / Bâton de mage/ 2 lames elfiques / Côte de maille en mithril / Protection de voyage en acier nain / un arc composite d'Erebor
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Araekin Nirokini
Le Mage Gris

Le Mage Gris
MessageSujet: Re: Narög'Durub FINI   Narög'Durub FINI EmptySam 11 Avr 2015 - 17:45
Bien j'ai lut ta fiche j'ai prit du temps à réfléchir, j'ai failli tiquer sur le fait que t'es hommes viennes ta sauver de ta captivité mais je me suis rappeler que les huruk sont "mieux" que les orques et surtout que les orques ont un grand respect pour leur chef, donc hormis cela ...

[ FICHE VALIDÉE ]


Voila ça c'est fait ! Maintenant tu peux créer ta demande de RP et rejoindre les innombrable membre du Mordor souhaitant le renverser pour leur propre compte, car oui c'est pas un monopole ce genre de chose xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5684-araekin-nirokini#5
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Narög'Durub FINI   Narög'Durub FINI Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Narög'Durub FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FB1622]Dans les rouages de l'homme poisson [FINI]
» Allen walker (fini)
» Hermione Granger ♣ Fini
» [Fini]La liberté résonne dans l'âme des humains corrompus par ces lois factices....[PV Raclaw]
» Men ki jan 2 kou deta fini ak Haiti/GREAT LEADERS OF THE CENTURY: ARISTIDE, MAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Narög'Durub FINI N448 :: Fiches de Personnages :: Fiches validées-