Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rose AlwenaNombre de messages : 36
Age : 23
Date d'inscription : 27/05/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Rose Alwena

MessageSujet: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyDim 7 Juin 2015 - 23:32
Le matin était aussi doux que cela puisse être conçu à Angmar. Une brise légère de 3°C agitait en effet les rideaux miteux de la cellule de Rose, offrant un contraste agréable avec les températures négatives auxquelles elle s’était accoutumée. Plus encore, une subtile lumière s’infiltrait poétiquement par la lucarne entrouverte de la jeune fille, promesse d’une journée acceptable.

- Eh la morveuse, bouge ton cul d’ta paillasse !

Ouvrant un œil embué, Rose se retourna dans son lit en grommelant, coupant le flux du minuscule filet de salive qui toute la nuit avait cheminé le long de son menton. Sortant une jambe hors de sa couverture, elle serra sa maigre épaisseur entre ses tout aussi maigres bras, et sentit de nouveau la torpeur s’emparer de son esprit.
Malheureusement pour ses espoirs de repos éventuel, une main gluante, qui avait potentiellement cheminée dans cinq intestins grêles au cours de ces deux dernières heures, secoua son épaule nue en broyant allègrement sa clavicule droite.

- Mmmm Maldrat, encore cinq petite minutes s’teuplait.

Rose entendit l’orc grogner derrière elle et ravala un sourire. Un maigre espoir vint même gonfler sa poitrine, la jeune fille ayant appris depuis longtemps à décrypter les différents tons des soupirs de son seul allié, qui s’échelonnaient de « Ça ira pour cette fois mais tu m’fais vraiment ch*** » à « Que les Hunger Games commencent. Oups, t’es morte ». Néanmoins, en tout bougre relativement abordable qu’il était, Maldrat restait un orc. Et comme tout bon serviteur du mal qui se respectait, il possédait une patience similaire au nombre de fleurs sur la table de nuit de Saroumane.
Aussi Rose eut-elle la délicate surprise de se faire soulever par le col et plonger dans un baquet d’eau glaciale, qui lui arracha un hurlement de douleur.
M’enfin de quoi se plaignait-elle, au moins, elle se lavait.

La rumeur des gardes dehors attira bien vite l’attention de Rose, désormais réveillée. Luttant contre le choc thermique, la jeune fille sauta sur ses pieds et posa ses deux mains sur les épaules de son surveillant.

- C’est aujourd’hui ? C’est aujourd’hui !
- Ouais
, confirma l’orc maussade.

Rose marqua un temps de silence, l’amusement pétillant dans ses prunelles acier.

- Oooh s’il te plait Maldrat, prête moi un peu de ta joie et laisse moi goûter à ton émerveillement face à la vie, ironisa-t-elle finalement.

Pour toute réponse, l’orc leva les yeux au ciel et se dégagea de son emprise. Rose profita qu’il eut le dos tourné pour lui tirer grossièrement la langue, mais ne s’éternisa pas sur la morosité de son compagnon. Empoignant son sac avec fougue, elle ouvrit la porte d’un geste brusque, grimaçant légèrement lorsque cette dernière heurta le pan de l’unique meuble de sa cellule : une armoire en bois noir, dont le degré de finition était si élevé que se saisir de sa simple poignée vous garantissait une matinée entière à lutter contre des échardes infectées.

S’engouffrant à l’extérieur de son habitat, Rose prit une grande inspiration, ignorant l’air putride qui s’engouffra dans ses poumons. Aujourd’hui était un grand jour. Pour la première fois depuis son enlèvement, la jeune fille était autorisée à quitter sa prison, le petit village de Kuska où l'Innommable la gardait obstinément prisonnière.
Sitôt qu’elle eut réussit à convaincre son maître de l’importance de sa mission, Rose avait senti un tremblement fébrile remonter de la pointe de ses orteils jusqu’à la racine de sa tignasse rousse, et avait été pour la première fois depuis longtemps, malgré sa situation difficile, soumise à une grande émotion.

Car Rose était une esclave. Et le voyage qu’on lui permettait d’entreprendre, en compagnie d’un régiment d’orcs et d’hommes potentiellement aussi sympathiques qu’un troupeaux d'wargs forcés à prendre leur bain, avait fait jaillir l’étincelle de l’espoir d’une fuite vers les terres des ennemis de Sauron, auxquelles elle pensait appartenir.
Tout à fait coupée du monde extérieur depuis dix-sept ans, la jeune fille se visualisait en effet tout homme et elfe comme une sorte de Bisounours gigantesque, les bras chargés de friandises. Cette naïve vision tranchait ainsi vivement avec le manque de confiance absolu qu’elle accordait à ses pairs, dégainant sa dague à l’ombre de chaque soupçon.

La rumeur d’un conflit au loin interrompit le cours des pensées de Rose, qui immobile, souriait béatement à la fortune, enfin penchée sur elle avec bienveillance. Une voix rauque, inconnue, la héla sans ménagement, accompagnée d’une haleine qui aurait assommé un Balrog enrhumé.

- Eh, esclave ! Prends mes valoches et met les sur l’chariot ! Tu m’entends tas d’morve ?

Rose soupira et jeta un coup d’œil rapide à Maldrat, qui à quelques mètres d’elle feignait la surdité. Portant enfin son attention sur son vulgaire donneur d’ordres, elle fut un moment surprise de se retrouver nez à nombril avec l’orc le plus gigantesque qu’il lui ait été donné de contempler. Levant des yeux vers le visage patibulaire de son ennemi, elle déglutit et s’écarta d’un pas, avisant la dentition du dit adversaire, pourvu de crocs plus longs que ses avant-bras.
Rose haussa finalement les épaules, ravalant l’impertinence qui lui brûlait les lèvres, et jugea plus prudent d’obéir au grossier personnage.
Soulevant les paquets puants de ce dernier, la jeune fille crut reconnaître deux ou trois contenus, qui allaient de la tête coupée au bocal de doigts. Se hissant sur la pointe des pieds, Rose hissa le chargement sur le chargement principal de la compagnie, qu’elle serait certainement amenée à tirer elle même le long des chemins instables.
Malheureusement, le gros sbire ne paraissait pas satisfait de ses services. Cherchant visiblement à se libérer de tout un tas de frustrations accumulées au cours de ces six derniers mois, et profitant de sa position de faiblesse, il l'agressa de sa grosse voix :

- J’tai posé une question, tu m'as pas répondu. Qu’est c’que t’as ? Tu veux qu’j’te coupe la langue c’est ça ?

Une certaine lassitude envahit la poitrine de Rose, chassant à tort la crainte inhérente à son instinct de survie :

- Bon, vous avez fini de geindre ?


L’orc fronça ce qui lui servait de sourcil et gronda de sa voix rauque :

- Qu’est c’que tu dis ?

Rose planta son regard dans le sien, et haussa les épaules.

- Qu’un simple « merci » aurait suffit.

La jeune fille sentit Maldrat se tendre derrière son épaule, mais ignora ce dernier, préférant concentrer son attention sur la fureur grandissante de son adversaire. Sentant que le moment était venu pour elle d’éviter une mort aussi regrettable que douloureuse, Rose coupa l’herbe sous le pied de la montagne de muscles, et se mit à babiller, faussement ingénue :

- Bon c’est pas tout ça, mais j’ai encore du boulot ! Allez, à bientôt !

Joignant le geste à la parole, elle se faufila alors entre les membres de la garnison en masquant ses cheveux d’une large capuche noire, les yeux brillants de rage contenue. Cette altercation n’avait eut pour conséquence que d’ajouter un visage de plus à ses futures victimes de guerre, lorsqu’enfin elle parviendrait à se battre du côté du bien.
Inconsciente du fait qu’une telle pensée la rapprochait indéniablement du camp elle honnissait de tout son être, Rose oublia momentanément l’incident et jugea bon de demander quelques précisions à un quelconque chef. Avisant une silhouette gradée qui à quelques mètres, lui tournait le dos, la jeune fille s’approcha et tapota son épaule :

- S’cusez moi ! Je suis Rose Alwena, esclave personnelle de Saroumane ayant reçue l’autorisation de vous accompagner dans le voyage qui nous fera traverser la terre du milieu, d’ici même jusqu’à la forêt de Fangorn.


Fouillant dans sa sacoche, la jeune fille en sortit finalement un papier chiffonné et marqué du sceau du magicien blanc. Remettant une mèche de cheveux derrière son oreille, elle continua sa tirade d’une voix claire quoique légèrement stridente :

- J’dois aller chercher du bois pour les instruments du maître, et participer aux combats prévus contre les elfes ! Du coup, j’ai quelques questions. On part à quelle heure exactement ? Et surtout, quels sont les noms importants à connaître histoire que j’adapte mes services en fonction ?

Avisant le regard aguicheur d’un orc de seconde zone, Rose assombrit son regard et précisa à son encontre :

- Range ton chibre gros porc, je parlais de la quantité de vin dans leurs coupes crâniennes !


Un léger silence salua sa réplique, pendant lequel le spécimen gradé de la horde se tournait vers elle. La jeune fille sentit automatiquement sa gorge se serrer et porta la main à sa garde.

- Blorg, pesta-t-elle.

Son pire ennemi se tenait devant elle, l’air aussi arrogant que de coutume. Pire encore, un sourire torve défigurait son hideuse face, promesse d’atrocités imaginatives. Rose soupira et pinça les lèvres, affligée.

- Hello poupée ! On part maintenant et crois moi, on va bien s’amuser.

Et tandis que la compagnie se mettait en marche, Rose songea que si tous les membres de la troupe appartenaient à son top 10 des êtres vivants les plus détestables de sa connaissance, elle ne parviendrait certainement au royaume des elfes qu’en pièces détachées. Même la pensée de Maldrat, qui à l’arrière de la horde lui offrait le maigre réconfort d’une relative bienveillance, ne parvint pas à briser la morosité qui s’était emparée d’elle. La route allait être longue.


Dernière édition par Rose Alwena le Ven 10 Juil 2015 - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6781-rose-alwena
L'InnommableNombre de messages : 486
Age : 23
Date d'inscription : 15/10/2014

Feuille de personnage
Race: Numénoreen Noir
Possessions: -Deuil-de-Tout, Lame maudite
Statut: Joueur(se) actif(ve)
L'Innommable
Seigneur Sorcier

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyLun 8 Juin 2015 - 12:09
( HRP : Attention Rose, mon personnage principal est l'Innommable et non Saroumane. Je gère Sarou pour faire avancer l'Angmar. Ton Maître est donc l'Innommable que tu appelle "Maître" tout simplement^^ Et avant que tu poses la question, personne ne sait qui est l'Innommable. Voilà ! )

Barad Morkai, siège provisoire de l'Ordre de l'Hélice en pleine restructuration. Gulan Rias monta les escaliers de la tour principale, marcha à pas rapide dans le corridor jusqu'à une porte gardé par deux soldats de l'Ordre. Après un instant, l'un des Gardes ouvra la porte. Gulan Rias y entra et s'agenouilla devant son Maître.

Ce dernier était en pleine écrit. Il laissait toujours un moment parfois long avant de s’intéresser à la personne en face de lui. Après plus de cinq minutes passé dans un silence de mort ou Gulan Rias ressentait l'aura morbide de son Maître, l'Innommable se décida à parler.

- Relevez-vous.

Gulan Rias s’exécuta et alla s’asseoir sur un des deux fauteuils en face du bureau en marbre incrustés de gemmes.

- Vous m'avez demandé Maître ?

- C'est exact. Un convois doit arriver sous peu à Barad Morkai. Ce convois ira ensuite couper du bois pour qu'une esclave puisse créer ses cor de guerre. Vous avez deux objectifs. Vous devez récupérer plus de bois que prévus pour les cor en question ainsi que pour alimenter nos forges. Votre autre objectif est en rapport avec l'esclave, Rose Alwena. Elle est encore jeune.

Gulan Rias savait ce que voulez dire son Maître. Il était tout de même encore marchand d'esclave au Rhun.

- Elle a encore le gout de la liberté.

- En effet.

L'Innommable daigna pour la première fois lever la tête et regarder son serviteur. Gulan Rias ne vit que la mort et les ténèbres dans le linceul d'ombre qu'était le visage de son Maître. Cela faisait toujours froid dans le dos d'imaginer un être sans visage et c'était le cas pour son Maître.

- J'ai la conviction que cette esclave se montrera utile à l'avenir. J'ignore sa futur utilité mais je sens qu'elle aura un rôle à jouer. Si elle fuit, ne la tue pas. Punis-là gravement mais qu'elle reste en vie.

- Je me fis à votre vision Maître. Il en sera fait selon vos désirs.

- Quatre Gardes de l'Ordre d'attendent.

Gulan Rias partit en s'inclinant puis alla exécuter sa mission. Il se revêtit de son armure de couleur noir et de sa cape noir désignant un haut rang. De chaque côté de sa ceinture se trouva ses épées courbés mortel enduit de poison et un fouet. Il alla aux portes de la forteresse accompagné de quatre Gardes de l'Ordre de l'Hélice dans leurs lourdes cuirasse d'acier.

La troupe arriva en compagnie de Rose. Gulan Rias sut alors de qui il s'agissait. " Comment veux-tu passer inaperçu avec cette touffe rousse." se dit-il. Il s'approcha de la troupe.

- Je suis envoyé par sa seigneurie, l' Intendant d'Angmar, pour diriger cette expédition ! Si cela pose un problème à l'un de vous, je serais heureux de le décapiter !

Gulan Rias était assez connu des orques mais surtout des esclaves. Bon nombres devez leurs séjours en Angmar par sa faute. Organisateurs de rafles dans les coins mal surveillés de toutes civilisations, il était aussi amateur de bonne vie et de pouvoir. Ainsi, personne ne dit rien. Gulan Rias en fut satisfait. Les orques ne réagissent qu'à la réputation.

- Que l'esclave Rose Alwena et le Capitaine orques ou le responsable humain s'avance. ( HRP : ça peut-être l'un de tes PNJ comme Blorg histoire de faire bien chier ton perso^^ )


La Lumière et les Ténèbres ont pour destin de s'opposer. L'un comme l'autre ne pourra prendre le dessus sans jamais parvenir à porter le coup de grâce. Dans notre futur, il n'y a que la guerre et la guerre n'est que l'hygiène de ce monde. Après les Flammes de la Destruction, viendra la Paix et le cycle recommencera à nouveau car nous sommes dans l'Age des Luttes Éternelles. Nous menons la Longue Guerre.


Spooky Scary Unnameable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6433-demande-de-changem
Rose AlwenaNombre de messages : 36
Age : 23
Date d'inscription : 27/05/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Rose Alwena

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyLun 8 Juin 2015 - 13:39
(Ouuuups navrée, légère confusion ! J’en prends note !)

- Je suis envoyé par sa seigneurie, le Connétable d'Angmar, pour diriger cette expédition ! Si cela pose un problème à l'un de vous, je serais heureux de le décapiter !

La voix était dure, tranchante… Et étrangement familière. Rose sentit un frisson remonter le long de sa colonne vertébrale, avisant le nouvel arrivant. Se retrouver à deux mètres d’un type dont l’aura écrasante n’avait d’égal que sa froideur ne fut pas accueillit par son système nerveux aussi sereinement qu’elle l’eut souhaitée.
Des bribes de souvenirs déchirèrent son esprit, violents éclairs dans un marasme trop longtemps mis de côté, et des cris résonnèrent en échos au passé. Elle se revit petite fille, les cheveux enduits de boue terne, enfermée dans une cage en compagnie d’autres enfants. Ses colocataires d’infortunes hurlaient, mais elle se taisait. Jetant des coups d’œil autour d’elle, elle avait attendu que son oncle mette fin au jeu extrêmement réaliste auquel elle avait été invitée à participer.

Parmi la tourmente de ses souvenirs confus ressurgit le visage du nouvel arrivant. Immobile près des chars que ses employés garnissaient, il fixait froidement la détresse de centaines d’âmes. Rose avait inscrit en sa mémoire le souvenir de cette méchanceté viscérale, qui à l’époque lui avait parut trop énorme pour être tout à fait réelle. Les mains repliées sur deux barreaux de la cage, elle n’avait pas quitté des yeux la grande silhouette une seule fois. Sauf peut être lorsque le coude d’un enfant particulièrement turbulent lui avait pratiquement rentré une côte dans le poumon, détruisant simultanément son tympan gauche sous l’effet de son hurlement de panique.

L’esprit vif  de Rose ne se laissa pas submergé par la violence des souvenirs qui venaient de ré-émerger après des années d’oubli protecteur. Jetant un étrange regard au responsable de sa tourmente actuelle, elle songea simplement à un moyen de contourner l’attention aigue que l’homme porterait sur chacun de ses sujets. Il fallait juste qu’elle passe inaperçue et…

- Que l'esclave Rose Alwena et le Capitaine orques ou le responsable humain s'avance.

Une sueur froide vint déposer une pellicule moite sur le front et les paumes de Rose. Super. Adressant une prière silencieuse à toutes les divinités du périmètre, qui depuis trop longtemps semblaient trouver hilarant de faire d’elle l’incarnation de l’essence de malchance, la jeune fille s’avança d’un pas, se démarquant de la foule qui au demeurant, s’était déjà écarté pour gentiment la mener à sa mort.
Gardant un visage le plus neutre possible, Rose s’inclina devant le chef de l’expédition :

- Rose Alwena pour vous servir, maître.

Puis jetant un coup aux alentours, elle remarqua une autre esclave, dont la blondeur cendrée mettait en valeur son sublime et délicat minois. Mue par un espoir tout à fait égoïste, elle tira la jeune fille par la manche et tenta d’une voix rendue aigue par la panique :

- Mais elle s’appelle Rosaline, ce qui, vous conviendrez, est presque la même chose, et elle fait beeaaucoup mieux la bouffe que moi !


Ignorant le regard outré de son appât, Rose se força à sourire aussi ingénument que cela se pouvait, sans toutefois parvenir à masques tout à fait l’insolence rusée qui hantait ses prunelles. La jeune fille était tout à fait consciente qu’une telle proposition ne pourrait jamais duper le marchand d’esclave, mais avait articulé son plan d’esquive génial en plusieurs étapes. Et la prochaine était…

- Blorg, général des orcs. Pardonnez cette impertinence, je lui ferais regretter proprement par la suite
.

La poigne de son ennemi enserra sa nuque dans un impitoyable étau. Vociférant contre l’orc, Rose fut légèrement soulevée de terre tandis qu’elle se débattait dans le vide. Il fallait toujours qu’il gâche tout c’t’abruti ! Jetant un regard noir à Rosaline qui mauvaise, souriait méchamment, la jeune fille se détendit enfin, croisant les bras sur sa poitrine. Tordant finalement le poignet de Blorg, qui, pour une fois coopératif, la laissa s’échapper, Rose prit un air affable et tenta un rattrapage de son futur clairement raccourcit de moitié par la situation.

- Je ne voulais que garantir le meilleur à un maître tel que vous, lui affirma-t-elle d’une voix de velours en s’inclinant à nouveau. Et puis…

Sentant son naturel spontanée et sauvage, lié en grande partie à son manque flagrant d’éducation, revenir au galop, Rose se détourna en espérant ainsi échapper momentanément à l’attention de son nouveau maître.

- Bon, c’est pas l’tout, mais faudrait peut être y aller hein ? Allez hop hop hop, au petit trot, renchérit-elle en tapotant le fessier de Blorg qui paraissait tout à fait motivé à la retourner comme un gant au beau milieu de la place publique.

Et tout en s’éloignant de quelques pas, Rose pria pour que Gulan Rias – comme son prénom lui revenait – la laisse s’en tirer, et se demanda pendant un instant tout à fait absurde pourquoi l’Innommable ne la laissait pas une seconde tranquille, au lieu d’envoyer tous ses toutous paranoïaques goûter son urine. La fuite vers la liberté allait définitivement être plus difficile que prévue.


Dernière édition par Rose Alwena le Lun 8 Juin 2015 - 19:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6781-rose-alwena
GaëlNombre de messages : 164
Age : 18
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
Race: Homme du Nord
Possessions: Son épée...
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gaël
Capitaine du Concasseur

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyLun 8 Juin 2015 - 16:29
(En fait, j'ai totalement changé le caractère et l'apparence de mon PNj, ainsi que son nom, dites moi ce que vous en pensez !)



(Attendez la fin de la musique et éspérant que la musique et le texte soit sincro, mais je pense pas ^^ Typiquement sda, tout à fait #SNARDAT)

Loin de là, enfin, pas tant que ça mais assez pour que barad Morkai ne puisse être aperçu se tenait un attroupement d'Orc censé garder prisonnier un homme, il paraissait vieux, rabougri, ses cheveux et sa barbe étaient gris, son visage à moitié éteint. Tous se tenaient à bonne distance de cette homme, comme s'ils avaient peur de lui, mis à part sa tenue, sombre, ressemblant à celle des jeunes aventuriers il faisait peine à voir. Ses mains étaient solidement attachées dans le dos.

Puis, d'une voix forte, âgée, errailée, il dit :


_ A boire.

Sa tête baissé semblait meurtrie, un filet e sang coulait le long de son menton pour goutter sur son menton. Il n'empêche qu'une vague de panique emplit le groupe d'Orcs :

_Faut lui donner les gars, ordre du maître... Pas le laisser crever.

_Allez, vas-y toi !

_Pourquoi moi ? C'est déjà moi qui...

_Fermez-là bande de lâches ! J'vais y aller moi !!

Le molosse armé qui avait gueulé alla prendre une gourde moisie et s'approcha doucement du vieux, avec une certaines appréhension, et il jeta la gourde par terre :

_Tiens, sale bête !

_Mes mains !

_Eh, j'suis pas ton warg ducon ! Tu crois quoi hein ?

Et il se tut aussitôt, tout les Orcs se mirent à se regarder et il s'éloignèrent du grand costaud vert qui faisait que gueuler.

_ Allez bois !

Le vieillard leva la tête, son visage était effectivement défoncé, mais il avait changé de mine du tout au tout, une lueur de colère luisait dans ses yeux, limite effrayante. Il se leva doucement et les mains toujours jointes, il marcha vers l'Orc. A chacun de ses pas, l'autre reculait. Puis enfin, ils se retrouvèrent face à face, le gueulard faisait une bonne tête de plus que le prisonnier mais il semblait inquiet...


_Tu veux quoi ?!

_Mes mains.

_Bah non, j'suis pas bête !

Tout se passa en un éclair, le vieux, avec une déxtérité digne des plus grands guerriers passa derrière son adversaire, lui passa ses mains autour du cou et à l'aide de ses menottes commençait à le faire suffoquer ! Puis après un gros coup vicieux dans l'aine il coupa ses liens avec l'épée de l'Orc ! Les compagnons du blesé eurent des réactions différentes, certains partirent en courant en direction de Barad Morkai, d'autres se jettèrent sur le prisonnier !

Et là, le vieux n'était plus vieux du tout, à l'aide de l'épée du gros costaud il contrait les coups, donnait des coups, frappait fort.

Puis une tête vola, une autre, plus que deux Orcs, Muent par une colère aveugle, ils combattaient avec maladresse et force tandis que leur mortel adversaire combattait la tête froide, tenant l'épée à deux.


_Saleté d'humain !

Celui qui avait parlé fut démembré, un instant de déconcentration avait suffi au vieux. L'autre prit la décision de suivre le fuyards vers Barad Morkai, le prisonniers aurait apparemment bien voulu le suivre. Préférant économiser ses forces, il se pencha vers le mourant à qui il manquait à présent un bras et une jambe et il lui souffla :

_ Si t'es encore en vie quand les secours arriveront, tu leur dira comment je m'appelle...

_ Connard !

_ Je m'appelle Jack Griffes d'Acier.

Il se leva, s'approcha des provisions et prit deux épées, une basqiue et une autre qui était un mélange fleuret et épée. Puis il prit un chapeau noir à large bord décoré d'une plume blanche.

Doucement il le posa sur sa tête, puis avec une grande lenteur, il ramassa un crâne et l'accrocha à sa ceinture.

A présent, il devait trouver un cheval et partir d'ici au plus vite, sans quoi il serait bientôt vidé de toute ses forces et à la merci des forces maléfiques de cette région.


(Le voilà : )
Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) Empire10


Thème du Concasseur:
 


Thème de Gaël Azra:
 


Dernière édition par Maldagath le Lun 8 Juin 2015 - 19:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7072-olgierd-everec#731
L'InnommableNombre de messages : 486
Age : 23
Date d'inscription : 15/10/2014

Feuille de personnage
Race: Numénoreen Noir
Possessions: -Deuil-de-Tout, Lame maudite
Statut: Joueur(se) actif(ve)
L'Innommable
Seigneur Sorcier

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyLun 8 Juin 2015 - 18:39
Gulan Rias écouta tour à tour les différentes personnes parler. Il lança à l'esclave blonde un regard noir afin de lui signifier qu'elle n'avait pas le droit de parler. Il fit un simple signe négatif à Blorg concernant la punition. Alors que Rose allait partir, elle reçu le lourd gants du Marchand et Maître des Esclaves sur l'épaule.

- Allons, restez donc un peu avec moi très chère. Votre langage soutenu sonne comme une mélodie à mes oreilles, ricanna t-il en la prenant dans ses bras tout en saisissant son fouet à bout clouté.

- Tu te souviens de cela n'est pas, continua t-il en tapotant le visage de Rose avec le fouet enroulé, tu sais les souffrances qu'il inflige. Tu l'as vu. Il serait dommage d’abîmer ce joli petit corps.

Gulan Rias se délecta de se moment. Si jamais il venait à s'ennuyer durant le voyage, il pourrait profiter du festin qu'offre la jolie petite Rose. Après tout, cela n'est pas contraire au ordre de son Maître. Après se moment, il fit signe à deux Gardes de l'Ordre d'un claquement de doigt.

- Surveiller-là à chaque instant. Même pour ses besoins.

Il se tourna alors vers Blorg.

- Vous voyez Général, sous son impertinence se trouve la peur. Elle ne fait que porter un masque, masque qui peut être briser, dit-il en marquant une pause.

- Vous voulez la liberté jeune fille. Commençait par cesser de mentir à vous même. Lorsque vous aurait accepter votre condition, vous vous sentirez plus légère.

Il rapporta alors son attention sur Blorg. Il sortit une carte de l'une de ses bourses.

- Bien, nous descendrons sur Shedûn pour prendre ensuite la route longeant les Monts de Gram pour nous conduire au Mont Gundabad. Nous y ferons une halte. Ensuite, nous descendrons des Monts Brumeux pour atterrir dans le Val d'Anduin. Lorsque nous aurons atteint la rivière Rhimdath, nous traverserons l'Anduin pour arriver à la lisière de Mirkwood. Compris ?


La Lumière et les Ténèbres ont pour destin de s'opposer. L'un comme l'autre ne pourra prendre le dessus sans jamais parvenir à porter le coup de grâce. Dans notre futur, il n'y a que la guerre et la guerre n'est que l'hygiène de ce monde. Après les Flammes de la Destruction, viendra la Paix et le cycle recommencera à nouveau car nous sommes dans l'Age des Luttes Éternelles. Nous menons la Longue Guerre.


Spooky Scary Unnameable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6433-demande-de-changem
Rose AlwenaNombre de messages : 36
Age : 23
Date d'inscription : 27/05/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Rose Alwena

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyLun 8 Juin 2015 - 20:03
Sitôt que le gant de Gulan eut atterrit sur son épaule, Rose soupira profondément. Comme prévu, son maître était un sadique de niveau supérieur. Prêtant une attention toute relative à son trait d’esprit sur son parlé orquesque, au demeurant tout à fait explicable par ses fréquentations de la précédente dynastie, elle fut en revanche légèrement plus impliquée émotionnellement dans l’étreinte menaçante dont le connétable l’entoura.

- Tu te souviens de cela n'est ce pas ? Tu sais les souffrances qu'il inflige. Tu l'as vu. Il serait dommage d’abîmer ce joli petit corps.


Débuta ainsi en son esprit une sorte de duel à mort entre sa raison et son cœur, la première martyrisant le second pour qu’il survive à la crise cardiaque qui menaçait sérieusement d’émerger dans les prochaines secondes. Par chance, son passé douloureux lui avait forgé une force de caractère qui lui permit de maitriser les traits de son visage, où aucune peur ne vint se refléter.
Levant des yeux effrontés vers Gulan, elle en ignora la lueur lubrique pour se plonger dans ce qui se cachait derrière, et ne vit que la noirceur d’une âme corrompue. Surgit alors en son esprit une réelle curiosité sur le passé d’un homme aussi sombre, et ses prunelles se teintèrent d’interrogation.  Ce fut bien évidemment le moment que choisit son maître pour la lâcher, passant le monopole de sa liberté à deux sbires dont la principale qualité ne paraissait définitivement pas être l’intelligence.

- Surveillez-là à chaque instant. Même pour ses besoins, entendit-elle derrière son épaule.


Levant les yeux au ciel face à tant de méfiance, aussi justifiée soit-elle, Rose analysa davantage ses deux compagnons forcés, et sentit pratiquement les courants d’air passer au travers de leurs caboches déformées. Les conversations promettaient d’être enrichissantes.

- Vous voyez Général, sous son impertinence se trouve la peur. Elle ne fait que porter un masque, masque qui peut être brisé.

Blorg parut approuver son chef, tandis que Rose luttait contre une sourde colère, liée à une frustration trop longtemps accumulée.

- Vous voulez la liberté jeune fille. Commencez par cesser de mentir à vous même. Lorsque vous aurez accepté votre condition, vous vous sentirez plus légère.

Sa spontanéité prenant le dessus, Rose se retourna d’un bond afin de faire face à son tortionnaire et laisser libre court à sa fureur. Cependant, ce dernier, ayant certainement mieux à faire que de se préoccuper d’une gamine colérique et excentrique qui possédait le quart de son âge, avait déjà reporté son attention sur Blorg, qui en parfait lèche-botte prétendait boire chacune de ses paroles.

- Bien, nous descendrons sur Shedûn pour prendre ensuite la route longeant les Monts de Gram pour nous conduire au Mont Gundabad. Nous y ferons une halte. Ensuite, nous descendrons des Monts Brumeux pour atterrir dans le Val d'Anduin. Lorsque nous aurons atteint la rivière Rhimdath, nous traverserons l'Anduin pour arriver à la lisière de Mirkwood. Compris ?


Blorg hocha la tête et se saisit d’une réplique de la carte que Gulan tenait entre ses mains. L’enroulant adroitement sur elle même, il demanda des précisions sur quelques détails du voyage, ignorant royalement la jeune fille, qui à quelques mètres de leur duo, rongeait ses ongles avec une nervosité grandissante. Quelques instants passèrent pendant lesquels les deux meneurs conclurent sur les modalités de leurs pérégrinations.

- Très bien chef, grogna Blorg. Je m’occupe de mener la garnison d’orcs. Quant à elle, cracha-t-il en lançant un regard haineux à Rose, je ferais en sorte qu’elle ne vous gâche pas trop le voyage, ne vous en faite pas. Je la connais depuis son arrivée ici, elle braille fort depuis toute gamine et c’est pas près de changer.

Ouvrant la bouche pour rouspéter, Rose fut tirée avec véhémence par les deux types, qui la maintinrent sous les aisselles jusqu’au chariot où quelques instants plus tôt, elle empilait les paquets des autres soldats.

- Ecoute morveuse, grogna l’un des deux hommes, déjà qu’ça m’plait pas de m’retrouver dans la ligne des orcs pendant tout l’voyage, tu vas pas nous faire chier longtemps en plus !

Levant un sourcil surprit Rose lui répondit sans réfléchir :

- Tiens tu sais parler ? J’aurais jamais parié tu vois !

La gifle du premier vint aussitôt heurter sa joue, lui faisant regretter son attitude précédente. Maudissant son peu d’instinct de survie, Rose accola sa main fraîche à sa pommette cuisante, et essuya le sang qui perlait à sa lèvre. S’écartant finalement d’un bond léger, elle rouspéta comme si l’événement ne l’avait pas ébranlé.

- Oh ça va, t’énerves pas ! Qu’est ce que vous êtes susceptibles par ici !

Puis faisant craquer ses jointures, la jeune fille s’empara des deux manches du chariot, en affichant un sourire de façade. Elle remarqua du coin de l’œil le deuxième de ses gardes retenir son compagnon violent, qui paraissait légèrement motivé à la battre un peu plus, et l’analysa comme étant le plus coopératif des deux. Bien, c’était toujours bon à savoir.

Un claquement de langue de Blorg la tira de ses pensées. Aussitôt, le convoi se mit en route, et Rose sentit son chargement peser sur ses maigres bras. La route était escarpée, et nombreuses étaient les pierres qui faisaient vaciller dangereusement la carriole en bois, mais la jeune fille tenait bon, tout à fait consciente que sur ces terres, les déchets étaient radiés.
De longues heures passèrent, pendant lesquels ses deux surveillants gambadaient pratiquement, leurs gourdes à la main, tandis qu’aucune goutte potentiellement rafraichissante ne lui était accordée. Ses épaules, soumise à rude épreuve par l’effort, la cuisaient terriblement, et Rose sentit poindre la menace de la crampe. Le froid glacial de la bise, qui lui mordait les joues, engourdissait son corps pétrit de douleur.  
La jeune fille sentit la panique s’insinuer sournoisement en son esprit, lorsqu’elle comprit que son corps rendait littéralement l’âme, une journée à peine après son premier départ de sa prison.

Toutefois, alors qu’elle maudissait sa fragilité avec autant de fougue qu’elle en était capable, elle sentit deux secourables mains la relayer. Levant les yeux vers son sauveur, elle laissa un sourire sincère venir illuminer son visage.

- Laisse gamine, grogna Maldrat, j’vais te le porter pendant un moment.

Cédant à une pulsion, Rose baissa la tête et l’étreignit au niveau de la taille, manquant de peu de le faire vaciller à son tour. Etirant finalement ses bras au dessus de sa tête, elle sentit sa colonne vertébrale craquer et serra les dents. Une soif terrible la tiraillait et elle tenta de déglutir le peu de salive qu’il lui restait, en vain. Maldrat, attentif à ses gesticulations, lui tendit de force sa gourde, dont elle avala quelques lampées avec précipitation.

- Te force pas trop morveuse, continua-t-il, c’est la première fois que tu marches à plus de dix mètres de Kuska, et c’est pas ton corps de ficelle qui va compenser !

Rose hocha la tête, la bouche pleine d’eau, avant de lancer avec humour.

- C’est le comble quand même ! Une rôdeuse qui ne sait pas marcher !

La jeune n’eut pour seule réponse qu’un coup vigoureux sur la tête de la part de Maldrat, qui à chaque fois qu’elle songeait à son passé, paraissait désireux de lui faire oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6781-rose-alwena
GaëlNombre de messages : 164
Age : 18
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
Race: Homme du Nord
Possessions: Son épée...
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gaël
Capitaine du Concasseur

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyLun 8 Juin 2015 - 22:10
Jack marchait à vive allure, restant proche des rochers, de sortes que pas grand monde ne pouvait l'apercevoir dans l'ombre.D'un geste rapide la main, il essuya le filet de sang qui perlait sur son menton et rajusta son chapeau.

Enfin, il aperçut, non loin Barad Morkai et des petits points noir, sûrement les Orcs qui seraient arrivés très bientôt dans la forteresse... En attendant, Griffes d'Acier escalada lentement la paroi de la falaise et une fois arrivé en haut, il s'agenouilla et sortit son chapeau, recoiffa sans grande attention ses cheveux gris épais vers l'arrière, s'occupant de plus près de ses entailles profondes.

Il s'était retrouvé dans cette situation tandis qu'il chassait l'une de ses "proies" comme il aimait les appeller. Tout deux s'étaient trop approchés de la frontière entre l'Arnor et l'Angmar et Jack s'est rendu compte trop tard que tout cela n'était que piège.

Malgré sa vivacité, il n'eut pas le temps de se défendre, on lui couvrit le visage et les Orcs le frappèrent violemment  jusqu'à qu'il perde connaissance.

Il s'est réveillé peu avant de brutalement et très simplement défoncer ses ravisseurs.

Dans quelques instants, il devrait y avoir quelques manifestations plus ou moins hostiles... Alors le chasseur de primes plissa les yeux et se mit à attendre.

Il attendait la réactions des créature putrides, laides à souhaits et affreusements puantes que l'on appellait communément sous-merdes... Euh, Orcs. Autant pour moi, on fait vite la confusion.

Enfin bref, il voulait attendait la réaction de ces choses, il se demandait si elles allaient partirent à sa recherche ou alors elle ne bousculerait pas leurs habitudes. Dans tout les cas, il allait rester en haut des falaises et observer ou suivre le ou les groupes d'Orcs.

Jack était vêtu de façon assez simple, une tenue qui paraissait légère mais elle était rembourrée de partout, l'une des ses épées servait à désarçonner l'adversaire, le contrer tandis que l'autre était toujours prêt à lui porter le coup fatale.

Enfin, il comptait quitter cet endroit mais, la curiosité l'emporte souvent chez lui, et ce n'est pas une si mauvaise chose pour un chasseur de primes, parce qu'il se plaisait aussi à explorer les diverses régions de la terre du Milieu.


Thème du Concasseur:
 


Thème de Gaël Azra:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7072-olgierd-everec#731
L'InnommableNombre de messages : 486
Age : 23
Date d'inscription : 15/10/2014

Feuille de personnage
Race: Numénoreen Noir
Possessions: -Deuil-de-Tout, Lame maudite
Statut: Joueur(se) actif(ve)
L'Innommable
Seigneur Sorcier

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMer 10 Juin 2015 - 17:42
La colonne avançait lentement mais surement. Bien que rien ne le laissait paraître, il étais midi passé et la troupe avait avançait d'une cinquantaine de kilomètres. Il étais non loin de Shedûn. Les orques parlaient entre eux mais les esclaves n'étaient pas autorisés à le faire, aussi certains d'entre eux le prirent des coup dont Rose qui avait parfois du mal à tenir sa langue. Gulan Rias était au milieu de la troupe, derrière Rose afin de surveiller cette dernière. Le Maître souhaitait que cette femelle reste en sa possession et il ne le décevrait pas. Par la suite, un des Gardes de l'Ordre alla voir Gulan Rias.

- Seigneur, une esclave prend du retard. Si cela continue, elle va ralentir toute la colonne.

Gulan Rias ne dit rien et se contenta de regarder derrière lui.

- Mais que fait cette vieille peau avec nous ?? lâcha le Maître des Esclaves.

- Elle faisait peut-être partie de ce groupe depuis le début et personne ne la changé d'affectation.

- C'est fort dommage pour elle. ( il se retourna et cria ) Blorg ! Que la troupe s'arrête !

Gulan Rias rejoint la fin de la troupe en compagnie du Garde et de quelques orques. Ils attendirent avec une impatience perceptible que la vieille esclave arrive.

- Attendre est insupportable ! Ce sera votre dernière faute envers moi. Attachez là à cette arbre.

La voix du Maître des Esclaves était dur, froide avec une pointe de cruauté.

- Mettez tout les esclaves à genoux et en ligne afin qu'il puisse profiter de cette punition !

Alors que les orques et les soldats humains mettaient les esclaves en lignes et à genoux, deux orques enchaîna la vieille femme à l'arbre et mit son dos à la vue de tous. Elle essaya de se défendre mais en vain. Gulan Rias ordonna aux deux Gardes qui devaient surveiller Rose de le lui amener.

- Profite de ce spectacle, tu seras peut-être la prochaine, susurra Gual Rias à Rose.

Sans aucun préambule, il déroula son fouet clouté, arma son bras et donna le premier coup. Le fouet fusa dans l'air et frappa la vieille femme. Ce premier coup lui déchira la peau tout en lui arrachant un cri de douleur. Sans attendre, il donna un second coup. Celui-ci fut plus horrible encore car les clous du fouet restèrent plantés. Gulan Rias donna un coup sec et cela arracha de la peau. Le cri de l'esclave fut plus fort encore. L'un des Gardes obligea Rose à regarder et les autres soldats l'imitèrent avec les autres esclaves. Deux autres coups furent asséné à la vieille esclave et cette dernière hurla de plus belle. Cela faisait afficher un sourire carnassier à Gulan Rias. Cette dernière commença à implorer sa pitié mais tous le savaient, il n'en avait aucune comme celui qu'il servait. Néanmoins, sa réponse en choqua plus d'un.

- Très bien, je pense que tu as compris...

Après un instant, Gulan Rias termina sa phrase.

- Blorg, lâché votre Warg sur l'esclave ! Qu'il a dévore vivante et que tous regardent !!! ( Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) 956144591 )

Il se baissa vers Rose pendant que le Warg chargé la vieille femme enchaîné.

- Je te ferais passer l'envie de t'enfuir. Voilà l'une des punitions, dit-il d'un air malsain et lui écorchant la joue de son ongle.

Il se leva et admira le spectacle du warg dévorant sa proie vivante. Les cris d'horreurs et de douleurs s’estompèrent pour ne laisser que les bruits du warg arrachant la peau et brisant les os.

[ #Superconnard : Mais oui, c'est moi, c'est superconnard ! C'est le mec qui bute des gens de manière horrible et par pur gratuité ! Superconnard ! Superconnard ! Ah oui c'est moi ! Twisted Evil ]


La Lumière et les Ténèbres ont pour destin de s'opposer. L'un comme l'autre ne pourra prendre le dessus sans jamais parvenir à porter le coup de grâce. Dans notre futur, il n'y a que la guerre et la guerre n'est que l'hygiène de ce monde. Après les Flammes de la Destruction, viendra la Paix et le cycle recommencera à nouveau car nous sommes dans l'Age des Luttes Éternelles. Nous menons la Longue Guerre.


Spooky Scary Unnameable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6433-demande-de-changem
Rose AlwenaNombre de messages : 36
Age : 23
Date d'inscription : 27/05/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Rose Alwena

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMer 10 Juin 2015 - 22:12
La route s’étirait devant l’armée, interminable ligne de poussières et de pierres. Rose, perdue au milieu d’orcs, désarçonnée par son propre manque de souffle, se taisait. Cette randonnée champêtre n’avait rien de féérique. Et être placée face à sa propre fragilité physique, qu’elle niait de toutes ses forces depuis maintenant trop longtemps, la désarçonnait plus encore que les coups dont elle était victime. Tapotant un bleu dans un de ces réflexes masochistes propre aux humains, la jeune fille soupira, passablement déprimée. Les deux sbires dont on l’avait affublée paraissait bien trop soumis à Gulan, et elle sentait au demeurant le regard de ce dernier lui brûler la nuque de par sa fixité.

Dégageant une mèche de son visage crispé par la frustration, Rose passa sa langue sur ses lèvres gercées qui se mirent automatiquement à lui brûler.  Un sifflement de douleur lui échappa, vite étouffé par une gifle d’un de ses deux gardiens de prison.

- Oui bon bah ça va ! râla-t-elle en plissant le nez avec dégoût. J’ai le droit de respirer aussi !

La deuxième gifle partie aussitôt, cuisant son autre joue d’une marque ensanglantée. Un grognement de rage s’échappa des tréfonds de sa poitrine, tandis qu’elle se jetait sur son tortionnaire, le martelant de coups de poings enragés.
Aussitôt, Maldrat la tira en arrière, lui intimant de se calmer. Rose obtempéra sur le champ, hors d’haleine, mais étrangement défoulée. Frottant ses mains, elle jeta un coup d’œil craintif à Blorg qui, bien entendu, n’avait pas perdu une miette de la scène. Un air mauvais avait d’ailleurs remplacé son renfrognement habituel, et la jeune fille le vit faire glisser son pouce le long de sa gorge, dans une promesse des plus définitive.

- Petite traînée, s’étrangla de rage sa plus récente victime. Je te ferais écartelée, furie !

Rose éclata d’un rire sans joie, purement provocateur, mais avisa tout de même Gulan d’un œil craintif. Par chance, ce dernier avait l’air préoccupé par un sujet tout autre, qui la sauvait au moins momentanément d’un aller simple au cimetière. Sans le quitter des yeux, elle tenta alors d’élaborer un moyen d’entrer dans ses bonnes grâces. Assez rapidement, néanmoins, elle comprit que tout stratagème lui serait inutile. L’homme était trop avisé pour être dupé par son jeune esprit, tout son être étant câblé dans une sorte de sagesse malsaine parfaitement assumée.

- Blorg ! Que la troupe s'arrête !

Rose sursauta, prise de court par le timing de l’interjection. Son premier sentiment fut le soulagement. Un pas de plus et elle finissait tétraplégique. Son second, animé par l’instinct de survie, fut la méfiance. La halte n’était pas prévue avant de longues heures, et si une chose était certaine à propos de l’esclavagiste, c’est qu’il n’était pas sensible à la douleur de ses sujets. Elle adressa même une pensée émue à son véritable maître, l’Innommable, qui malgré sa gentillesse à peu près aussi élevée que le sex appeal de Gollum, s’était montrée relativement clément avec elle à plusieurs reprises. Comme quoi, ça pouvait toujours être pire.

L’agacement de son maître provisoire était en attendant presque palpable. Du genre aussi tangible que le mur d’enceinte autour du Mordor, dont elle avait tant entendu parlé. Une rumeur inquiète agita la foule du convoi, qui curieuse, se rapprochait de Gulan. Profitant de sa petite taille et de sa silhouette menue, Rose se glissa entre les corps massifs des soldats du mal, et émergea discrètement au premier plan, les cheveux tout à fait ébouriffés. Au milieu du cercle de fidèles, le connétable s’énervait.

- Attendre est insupportable ! Ce sera votre dernière faute envers moi. Attachez là à cet arbre.

Se tordant le coup pour comprendre le sujet de sa frustration, Rose hoqueta de surprise. Madeleine avait été attrapée. La jeune fille connaissait la vieille femme. Ce fut âgée de dix ans à peine, que désarçonnée par le climat de terreur qui régnait en Angmar, la petite fille s’était enfuie en courant pour s’enfermer dans une salle où ses larmes pourraient couler sans qu’elle ne se fasse réprimander. Or, la fillette avait - dans sa course - heurté la maigre silhouette voûtée qui sans un mot, l’avait attiré à l’ombre d’un escalier. Rose reçut à cette occasion la première marque d’affection depuis sa captivité, Maldrat faisant parti à l’époque de ses pires persécuteurs. La vieille femme, maternelle, l’avait enveloppée dans une étreinte réconfortante, avant de la sermonner gentiment mais fermement, l’index pointé vers elle :

- Ne pleure plus jamais ici, avait-elle dit. Ce n’est pas le lieu des sentiments. Conserve un cœur sensible et forge toi une âme de fer, petite fille, et tu ne te feras pas manger.

Rose fut touchée par le souvenir, et se demanda pendant un instant tout à fait déplacé pourquoi son inconscient choisissait toujours les moments les plus dangereux pour la sensibiliser.

- Mettez tout les esclaves à genoux et en ligne afin qu'il puisse profiter de cette punition !

Tout à fait prise au dépourvu, Rose recula d’un pas. Elle fut aussitôt repoussée par la foule au côté de ses compagnons d’infortune. Un orc du convoi, qui lui parut pour l’occasion tout à fait antipathique, contra sa résistance instinctive et lui fit ployer le genou. Quelques secondes plus tard, toutefois, le sbire la releva d’une main forte, pour la pousser vers l’avant.
Dans les bras de son nouveau pire ennemi.
Qui relayant sa garde aux deux vigils habituels, lui susurra à l’oreille la plus douce des poésies.

- Profite de ce spectacle, tu seras peut-être la prochaine.

Rose poussa un gémissement de détresse, vite étouffé par les cris de la malheureuse. Haletant, les yeux affolés, Rose tenta de se dégager de la prise des deux hommes.
Le spectacle de la bonté mise à feu et à sang devait demeurer l’une des plus belles métaphores de la philosophie de Sauron.
Dégageant son bras gauche, avec lequel elle était la plus adroite, Rose porta la main à sa dague afin de venir en aide à la victime. Malheureusement pour elle, le réflexe de son geôlier survint avant la réussite de son entreprise, l’emprisonnant de nouveau dans un douloureux étau.
Dans un effet à la Orange Mécanique le plus malvenu, l’homme lui maintint la tête tournée vers le macabre spectacle, et les yeux bien ouverts.

Rose accrocha alors les prunelles emplies de douleurs de Madeleine. Le temps parut s’arrêter, tandis que la vieille femme la reconnaissait, des années après leur première et unique rencontre. Un léger sourire vint soulever ses commissures, en échos aux larmes de panique que Rose essayait de contenir de toutes ses forces. Autour d’elles, les autres esclaves se taisaient, soumis.

- Très bien, je pense que tu as compris...


L’espoir le plus fulgurant vint alors briller dans les prunelles de Rose, qui tourna la tête vers son maître à la vitesse de l’éclair.

- Blorg, lâché votre Warg sur l'esclave ! Qu'il a dévore vivante et que tous regardent !!!

- Non
, souffla Rose, tandis que les affreuses bêtes se ruaient vers la malheureuse.

Le sentiment de choc lui tordit les entrailles. Presque assommée par la violence du spectacle, la jeune fille vit s’éteindre dans les yeux de la vieille femme toute étincelle de vie, sans que cette dernière ne la lâche du regard.
Le souvenir déchira sa raison :
« Conserve un cœur sensible et forge toi une âme de fer, petite fille, et tu ne te feras pas manger. »
Rose poussa un hurlement mental des plus douloureux, en apparence silencieuse et pâle comme la mort.

- Je te ferais passer l'envie de t'enfuir. Voilà l'une des punitions.

La piqûre de l’ongle sur sa pommette eut le mérite de lui faire réintégrer son corps. Elle tourna alors vers Gulan des prunelles où le gris n’était plus qu’acier et haine. Crachant au sol au moment où celui-ci se retournait, elle tira de toutes ses forces sur les bras de ses gardes, qui relâchèrent enfin la pression. Les actions de l’esclavagiste avaient eu, pour ainsi dire, l’effet inverse de ce qu’il espérait. Son désir de liberté n’en était que renforcé, et, conjugué à la fougue que lui conférait sa haine, promettait de faire tourner son imagination à plein régime.
Les esclaves furent relevés, renvoyés à leurs tâches.
Rose, essuyant sa joue souillée par le toucher de l’abomination vivante, s’enfuit en courant entre les silhouettes pataudes des orcs.

Une main ferme se referma alors sur son avant bras.

- Lâche moi, rugit-elle, de nouveau sauvage.

Maldrat, ne l’écoutant pas plus que si elle était une mouche et lui un buffle, l’écarta momentanément de la horde pour la faire s’accroupir.
Rose se défoula de longues minutes sur une malheureuse et innocente pierre, à laquelle elle fit subir toutes les techniques d’arts martiaux qu’elle connaissait.
Puis amorphe, elle réintégra la horde qui sans attendre, s’était remise en route. Rabattant sa capuche sur ses cheveux rouges, elle piétina inlassablement le gravier poussiéreux, des visions des récents évènements lui écorchant l’esprit. Elle avait assisté à de nombreuses scènes de torture envers des esclaves, mais ne connaissait aucun d’entre eux, passant à travers les gouttes du traumatisme assez aisément. Ce qu’elle venait de voir là, c’était une potentielle maternité étouffée sous des lanières cloutées.

Prenant une grande inspiration, elle comprit au bout de quelques heures supplémentaires qu’elle était enfin calme. Elle n’avait jamais été du genre à s’épancher, et les pleurnicheuses de son dortoir la mettaient le plus souvent hors d’elle. Raison pour laquelle elle n’avait aucune amie de son âge. Ça, et parce que maintes fois, sa ruse avait fait porter le chapeau de ses propres bêtises à diverses de ses compagnes.
Maldrat, qui connaissait son histoire avec Madeleine, lui souffla du bout des lèvres :

- Ça va, gamine ?

Tournant des yeux étrangement sereins vers son ami, Rose lui répondit finalement :

- Oui. Ce qui lui est arrivé était de sa faute. Elle m’a dit qu’il fallait être de fer, son âme n’était que mousse.

Puis levant des yeux vers le ciel, partiellement masqué par les quelques arbres qui enfin, marquaient une sortie des terres du mal, Rose adressa un hommage silencieux à la vieille femme. Elle n’eut pour seule réponse qu’une brise parfumée qui doucement, fit glisser sa capuche de ses cheveux, en libérant l’éclat.


Aragorn fictif : Que craignez-vous gente dame ?

Rose : Une cage. Rester derrière des barreaux jusqu'à ce que l'usure et l'âge les acceptent et que toute forme de courage ait disparu irrévocablement.

Aragorn fictif : Vous êtes... Ah bah vous êtes foutue en fait.

-soupire-


Thème de Rose:
 

Bon ok, voici le vrai.:
 


RIP Christopher Lee, tu me manques déjà é_è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6781-rose-alwena
GaëlNombre de messages : 164
Age : 18
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
Race: Homme du Nord
Possessions: Son épée...
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gaël
Capitaine du Concasseur

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyJeu 11 Juin 2015 - 22:06
Griffes d'Acier avait suivi ces gais lurons pendant plus de 50 Kilomètres, il fallait qu'il se repose, qu'il mange et qu'il boive !

Et là ! Délivrance, le groupe s'arrêtait !

- Attendre est insupportable ! Ce sera votre dernière faute envers moi. Attachez là à cette arbre.

Soudain, il y eu une grande agitation et les esclaves furent frappés et attachées aux arbres. Il ne pouvait pas distinguer grand chose mais en tout cas, l'une des esclaves, apparemment plus faible se faisait violemment fouetter, ses cris étaient atroces et l'une des esclaves semblaient souffrir, elle était juste en face de la matraitée.

" Frapper une esclave agée, cela n'a aucun sens, mais le pire, c'est que garder une vieille esclave, c'est totalement inutile, à la limite pour des travaux de servante, mais pas pour être esclave de ce genre de personnes. "

Et les craintes du chasseur se réalisèrent.

- Blorg, lâché votre Warg sur l'esclave ! Qu'il a dévore vivante et que tous regardent !!!

La créature se jeta sur la pauvre femme et Jack eut un rictus, celle-ci se faisait dévorer vivante sous les yeux de toutes les esclaves dont une qui était presque face à la future morte.

Justement celle-ci semblait morte, en même temps, avec plus de jambes, plus de bras et plus de tête, c'est compliqué de vivre je pense...

Ensuite, il se leva et repartit suivre du haut de la falaise la groupe, puis deux personnes s'écartèrent du groupe, une gamine et un orc qui la laissait frapper bêtement un rocher qui n'avait rien demandé.

Puis pendant des heures il marchait, il ne pouvait plus tenir, 4 jours sans manger, trops dur. Il ne pouvait plus s'avancer, ses paupièrs et ses muscles étaient affreusement lourdes et il dut s'agenouiller mais la troupe pouvait à présent apercevoir l'endroit où Griffes d'Acier avait totalement déchiré les Orcs.

Alors, le chasseur s'agenouilla une dernière fois et attendait encore une fois la façon dont allait réagire ce groupe.

(Désolé, ce rp est asez mauvais mais j'avais pas d'inspi, j'en aurais + au prochain post vous inquiètez pas !)








Thème du Concasseur:
 


Thème de Gaël Azra:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7072-olgierd-everec#731
L'InnommableNombre de messages : 486
Age : 23
Date d'inscription : 15/10/2014

Feuille de personnage
Race: Numénoreen Noir
Possessions: -Deuil-de-Tout, Lame maudite
Statut: Joueur(se) actif(ve)
L'Innommable
Seigneur Sorcier

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyDim 14 Juin 2015 - 16:26
Après tout ce remue ménage, la colonne reprit sa route. Selon le plan de route de Gulan Rias, cette dernière aller le mener à côté du coeur de l'horreur et cette dernière n'était que quelques kilomètres non loin. Après avoir longer une longue forêt ou des cris se faisait entendre, cette dernière montra une plaine parsemé de bûcher calciné ou des squelettes noircis y étaient enchaîné. L'odeur de la chair brûlé et du cadavre pourri saturait l'air.

- Mes amis ! Voici Curun Rhelg ! déclara Gulan Rias.

Dans le fond de la plaine, au pied des montagnes se trouvait un gros bâtiment en construction. L'aile Ouest était achevé ainsi que la partie s'enfonçant dans le Mont de Gram mais l'aile Est était en cours de construction et des esclaves silencieux s'afférer à travailler sous l’œil vigilent des surveillants. Une petite troupe de soldats arrivèrent. Leurs armures désigné qu'ils appartenaient à la Garde de l'Ordre de l'Hélice ce qui n'était pas anormal vu que c'est l'Innommable qui à ordonné la construction de la Prison. Sur un fond de hurlements de douleurs provenant de l'aile ouest de Curun Rhelg, l'un des Gardes s'avança.

- Ici le Hiérarque Tasigur ! Représentant du Maître ! Vous pénétrez une zone restreinte ! Veuillez présenter vos papiers !

Gulan Rias fut stupéfait d'une chose.

- Représentant du Maître ici ? Ce n'est pas le Baron Kolaghan qui le représentait et supervisait la construction ?

- Le Baron Kolaghan est mort. Il n'a pas respecter les délais de construction prévus par le Maître.

Tiens donc, un Baron est mort. Une place de libre pour accéder au pouvoir.

- Je suppose que le Maître à prit plaisir à tuer cette incompétent.

- Voyez par vous même, il est là.

Le Hiérarque désigna un bucher qui n'avait pas était allumé. Le cadavre du Baron Kolaghan y était accroché par les mains à l'aide de clous conçu pour les portes de châteaux. Le cadavre avait les veines noirs, les yeux laiteux avec du liquide noir qui était sortit par les orbites et qui avait séché. Le même liquide séché était sur la bouche et le menton. Plusieurs balafres étaient présent sur le corps par des corbeaux, corbeaux qui était au pieds du Baron mort.

- Il a hurlé 3 jours et 3 nuits avant de rendre l'âme. Après ça, les esclaves ont été si motivé qu'il n'y a pas eu d’exécution pour faiblesse au travail depuis une semaine. Et avec les acolytes qui ont prit place dans la prison pour s'occuper des prisonniers, ils savent désormais qu'il y'a pire qu'être esclave.

Curun Rhelg était officiellement une Prison. Officieusement, c'était le nouveau laboratoire du Maître ou ses acolytes et apothicaires y faisaient ses expériences. Être un sujet d'expérience de l'Ordre était la pire chose qui pouvait arriver dans la vie de n'importe qui. Être charcuté en permanence et les tests de potions et d'arts noirs pour en voir les effets était un sort pire que l'esclavage et la mort. Même un sujet mort était utilisé. Ce n'est que lorsque que les tests ont été tous effectués et que le cadavre ou le sujet n'a plus rien à offrir ou qu'il soit devenu inutilisable qu'il est brûlé pour que personne ne sache les tests que l'Ordre à fait sur le sujets. Un rapport complet est rédigé et ce dernier part pour Barad Morkai afin d'étudier le rapport et fixer les nouveaux objectifs. Le rapport part pour un lieu secret ou se trouve les archives de l'Ordre. Gulan Rias lui même ignore ou se trouve les archives de l'Ordre mais seul une dizaine de personne dont le Maître savent ou se trouve les archives.

Après avoir regardé le cadavre, Gulan Rias montra ses papiers et son ordre de mission. La colonne repartit en direction de l'Est en profitant de l'odeur de mort et du magnifique "champs" de bûchers.


La Lumière et les Ténèbres ont pour destin de s'opposer. L'un comme l'autre ne pourra prendre le dessus sans jamais parvenir à porter le coup de grâce. Dans notre futur, il n'y a que la guerre et la guerre n'est que l'hygiène de ce monde. Après les Flammes de la Destruction, viendra la Paix et le cycle recommencera à nouveau car nous sommes dans l'Age des Luttes Éternelles. Nous menons la Longue Guerre.


Spooky Scary Unnameable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6433-demande-de-changem
Rose AlwenaNombre de messages : 36
Age : 23
Date d'inscription : 27/05/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Rose Alwena

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMar 16 Juin 2015 - 1:17
La traversée des terres, toujours aussi morne, arracha un soupir exaspéré à Rose. Ignorant royalement le sbire, qui depuis « l’affront » qu’il estimait avoir subit, guettait chaque soubresaut de Rose pour lui rappeler à coups de talonnettes qui était le maître, la jeune fille s’ébroua énergiquement. Son complexe d’infériorité ne la concernait pas. Bien loin de toutes considérations hiérarchiques, elle préférait dépenser l’intégralité de son énergie à l’élaboration d’une fuite aussi efficace que définitive.
Plusieurs idées avaient germées en son esprit, durant les longues heures de silence qu’elle devait respecter, mais sa surveillance était trop organisée pour qu’elle ne l’outrepasse.

Constatant distraitement que les éclaireurs envoyés par Gulan n’étaient toujours pas revenus, Rose bailla en haussant les épaules. Ces malheureux pouvaient s’embrocher sur des pieux que sa vie n’en serait pas bouleversée. Inconsciente de son mode de pensée tout à fait orquesque, la jeune fille se trouva en revanche nettement plus inquiétée par la bâtisse qui peu à peu, marquait l’horizon de sa massive et sombre silhouette. Plissant les yeux comme à chaque fois qu’elle se concentrait, elle se gratta le bout du nez en ignorant les frissons que les fragrances délicates de l’endroit faisaient courir le long de sa colonne vertébrale. Ces dernières se situaient au bas mot entre les odeurs de rats en plein rite cannibale et les excréments d’un troll ayant emprunté les toilettes d’un Balrog, ce dernier étant lui-même probablement aussi familier avec le concept de douche qu’un serpent avec celui de moufle.    

- Mes amis !, entendit-elle son tortionnaire déclamer avec démagogie, voici Curun Rhelg !

Une exclamation des plus sardoniques s’échappa des lèvres de Rose à la mention du concept de l’amitié entre les lèvres de Gulan. Interjection qui au demeurant, n’échappa pas à son sbire honnis, Baridan, qui sauta sur l’occasion pour frapper son dos du plat de sa semelle. Dégringolant au sol sous l’effet de la surprise, Rose sauta bien vite sur ses pieds, de la terre plein la frimousse. Son ennemi poussa un orc du coude, ricanant dans un élan de sadisme évident, et la jeune fille remarqua Blorg, qui près d’elle le rejoignait dans son hilarité.
Regroupant une boule de glaise entre ses doigts, Rose visa Baridan, poussant de l’épaule Maldrat qui de sa main puissante, tentait de la retenir.
Une voix inconnue la coupa dans son élan :

- Ici le Hiérarque Tasigur ! Représentant du Maître ! Vous pénétrez une zone restreinte ! Veuillez présenter vos papiers !

- Représentant du Maître ici ? Ce n'est pas le Baron Kolaghan qui le représentait et supervisait la construction ?

- Le Baron Kolaghan est mort. Il n'a pas respecter les délais de construction prévus par le Maître.

- Je suppose que le Maître à prit plaisir à tuer cette incompétent.

- Voyez par vous même, il est là.


Par automatisme, Rose tourna la tête vers l’endroit désigné par Tasigur.
Une grimace de dégoût vint aussitôt crisper son visage tandis qu’elle se frottait nerveusement les cheveux de la main, les faisant virevolter autour d’elle. Constatant avec satisfaction que sa tignasse avait au moins eu le mérite de fouetter Baridan, elle oublia aussitôt le mort dégoulinant, esquivant en pouffant les récidives de ce dernier qui lui promit la mort.

- Oui, oui
, finit-elle par déclamer en levant les yeux au ciel, tu es siii méchant que ma mort est proche ! Oh non, sauvez moi ! Oh attend un peu ? Ça fait six fois que tu me répètes ça en trois jours et je suis encore vivante ? Incroyable !

S’arrêtant de courir après la jeune esclave, et plus échaudé que jamais par ses airs sarcastiques, Baridan lui répondit d’une voix rauque et teintée de lubricité :

- Je crois qu’t’es assez maligne pour comprendre que j’peux pas faire bien plus qu’t’arracher la peau d’ton joli minois. Par contre, personne n’ma parlé d’une interdiction de satisfaire mes propres besoins. Capiche gamine ?

Suivant le regard du sbire vers le dessous de sa ceinture, Rose porta la main à sa dague, blême. Tentant de raisonner son ennemi, la jeune fille tenta avec conviction :

- On te tuera si tu fais ça.


Le sourire du vainqueur vint déformer les traits de Baridan.

- Ah ouais ? ricana-t-il. Et qui se souciera d’une morveuse esclave d’après toi ?

Rose baissa la tête le temps d’une fraction de seconde. Personne, bien évidemment. Même Maldrat, son seul ami, ne pourrait pas faire grand chose en cas de danger.
Endossant son masque à la perfection, la jeune fille leva un sourcil dédaigneux, inventant un mensonge éhonté en comptant sur la stupidité de son adversaire.

- Tu n’es donc pas au courant ? La raison de ma présence ici, c’est ça,
affirma-t-elle en agitant ses doigts habiles de musicienne, et ça aussi, ajouta-t-elle en caressant le bois des instruments accumulés dans son chariot. C’est tout. Seulement voilà, je ne suis capable de produire ces œuvres que parce que ma virginité est intacte. C’est une vieille malédiction, tu vérifieras à la bibliothèque…

Baridan pencha la tête de côté et répéta stupidement :

- Ta… virginité ?


Souriant légèrement, une lueur rusée faisant luire ses prunelles, Rose renchérit :

- Eehhh oui… Que veux tu, le géni est instable et…
- Rooooose,
hurla Blorg. Viens par là, la chieuse !

Posant deux doigts sur sa tempe, la jeune fille salua son ennemi en les écartant vivement de cette dernière, s’enfuyant en courant sous le rire étouffé de Maldrat.
Arrivée devant Blorg, elle fut surprise de ne pas recevoir de coups. Ce dernier posant une main noueuse et suintante sur son épaule lui ordonna en grognant :

- Les éclaireurs ne sont toujours pas rentrés. Du coup, on envoie les esclaves avec quelques orcs. T’es dans les esclaves.

Riant par le nez, Rose rétorqua ironiquement :

- Merci de la précision, je n’avais pas compris.

Ravie de pouvoir s’écarter un peu de la bande, et ainsi de se rapprocher d’un espoir de libération, Rose leva les yeux vers l’horizon, ôtant sa cape pour la fourrer dans son chargement. La jeune fille ignora ostensiblement les crampes, qui faisaient souffrir des muscles insoupçonnés à chacun de ses mouvements, et se mit à sautiller sur place, se tournant vers les trois camarades qui lui étaient attribués.

- Allez hop hop hop ! On se bouge !

Un autre esclave ainsi que deux orcs étaient présents. Le premier jeune homme baissa les yeux vers ses chaussures, morne et soumis, tandis que les orcs lui grognèrent dessus, dévoilant des crocs plus que douteux qui lui firent presque regretter Baridan. Je dis bien presque.
Agitant la main vers Maldrat et lançant un regard de défi à Gulan, Rose se mit alors à courir, suivit de près par son compagnon et leurs deux gardes soldats.

Quelques instants passèrent, au cours desquels Rose sentit son souffle lui manquer et ses douleurs musculaires s’intensifier. Laissant ses trois camarades la distancer, la jeune fille s’appuya sur ses genoux pour reprendre un rythme cardiaque cohérent.
Le vent se leva alors, porteur d’une odeur inhabituelle. Jetant un regard suspicieux à la prison qu’ils avaient dépassée auparavant, elle vit que cette dernière était trop loin pour charrier des odeurs jusqu’à elle.
Les trois autres éclaireurs bifurquèrent à droite, à savoir dans la direction opposée au fumet, et Rose tenta de les avertir, la voix entrecoupée par la fatigue :

- E-eh les g-gars ! Wouhoou !

Seul l'écho d'une brise plus forte répondit à ses interjections, qui se perdirent dans le brouillard morne de l’horizon. Ce dernier engloutit d’ailleurs ses trois compagnons, la laissant seule dans un entre-deux tout à fait déstabilisant. Regardant autour d’elle, Rose sentit une excitation enfler en sa poitrine. Elle était seule. Enfin seule !
Sautillant comme un moineau, la jeune fille fut alors saisit par l’espoir inespéré de ce qu’elle fomentait depuis maintenant des années.
Empruntant la route de gauche, elle se remit à courir, une adrénaline électrisante remplaçant peu à peu le sang dans ses veines.

Un obstacle attira alors son attention. S’approchant de la silhouette prostrée, elle reconnut l’un des éclaireurs disparus, littéralement décédé. Le secouant du bout de sa botte, elle poursuivit finalement son chemin, plus lente cette fois ci. Aux aguets, elle remarqua la silhouette du deuxième, mort lui aussi. Tournant la tête vers toutes les directions humainement envisageables, Rose avisa, quelques instants à peine plus tard, une autre forme, pareillement écroulée.
Or, le nombre d’éclaireurs envoyé par Gulan n’était que de deux.

Dégainant son poignard, Rose chemina bravement vers l’inconnu, déglutissant face à la grandeur de sa silhouette. La jeune fille s’immobilisa à un mètre de ce dernier, évaluant la situation avant d’agir. La première chose qu’elle put constater fut que l’homme était vivant. La deuxième, qu’il semblait à peu près aussi en forme qu’un vampire plongé dans une piscine aillée, un après midi d’été.  
Penchant la tête sur le côté, la jeune fille s’accroupit finalement auprès de l’apparition, secouant légèrement son épaule :

- M’sieur ? Eh m’sieur ça va ? Vous appartenez à quel escadron ?

Cherchant de l’aide des yeux, elle ne se heurta qu’au silence oppressant de roches essaimées et austères. Une possibilité germa alors en son esprit. Et si l’homme n’appartenait pas aux armées d’Angmar ? Après tout, ils étaient bien loin des terres du mal à présent, et l’inconnu semblait définitivement être l’auteur du meurtre des deux éclaireurs. Les assassinats entre partisans de l’Innommable étaient évidemment bien courants, voire même quotidiens, mais l’homme ne ressemblait pas aux individus qu’elle était contrainte de côtoyer en ces lieux sombres.

Observant pensivement l’homme, les jambes repliées sur la poitrine et les coudes sur les genoux, Rose sursauta violemment lorsque ce dernier se trouva soudainement agité de soubresauts suspects. Sautant sur ses pieds, la jeune fille assista à la décomposition de l’homme, qui se mit à écumer en se tenant la poitrine à deux mains. Agissant sous l’élan de son habituelle spontanéité, la jeune fille se mit à courir loin de l’homme en criant, mais s’arrêta bien vite, une jambe en l’air.
L’inconnu était, dans l’éventail de ses possibilités de liberté, l’option la plus probable. En effet, l’armée de Gulan se rapprochait d’elle à chaque seconde, et elle discernait de plus en plus les sons de cette dernière. Il était trop tard pour s’échapper.

Se ruant vers l’inconnu, Rose analysa ses symptômes. Une bave mousseuse coulait le long de son menton, et ses yeux révulsés dévoilaient des globes oculaires injectés de sang. Ecartant le manteau de l’homme d’une main fébrile, la jeune fille remarqua les nombreuses blessures qui striaient son corps solide, pour l’occasion secoué de spasmes. Sur son flanc, une entaille plus profonde purulait, régulièrement aspergée des flots sanglants qui s’en échappaient.

Rose retint sa respiration et jeta un coup d’œil craintif vers la rumeur de la garnison. L’important était à présent de cacher le corps de son potentiel sauveur, et d’éviter que ce dernier ne meurt avant elle. La jeune fille glissa ses avant-bras sous les aisselles de l’inconnu, le trainant derrière le rocher le plus gigantesque qui lui avait été donné de contempler. Se penchant sur le corps inerte de ce dernier, elle place un bâtonnet contre sa langue pour lui empêcher de l’avaler, et déchira l’un de ses vêtements de rechange, pour bander ses plaies le plus étroitement possible.
Frissonnant sous les gémissements du blessé, Rose plaça un doigt sur ses lèvres écarlates, suppliante :

- Chuuuut, murmura-t-elle. Ecoute moi bien et tais toi d’accord ? Une garnison d’orcs et d’hommes arrivera d’un instant à l’autre. S’ils te voient, ils te tueront.

Soulevant la tête de l’homme, Rose fit glisser les seules gorgées d’eau qui lui était attribuée par jour dans la bouche ensanglanté du mourant. Elle écarta finalement quelques mèches engluées par la sueur du front de ce dernier et ajouta, toujours à voix basse :

- Reste ici et repose toi ! Je reviendrai lors de notre halte, et nous discuterons. Surtout, ne bouge pas d’un poil, notre maître a l’ouïe très fine. Quoiqu’il advienne, attend là. La nuit tombe et nous établirons un campement à quelques centaines de mètres, je pense.


Puis sautant sur ses pieds, la jeune fille jeta un regard angoissé à la silhouette prostrée, martyrisant sa lèvre inférieure. Elle prit finalement une grande inspiration, et sortit de sa cachette, quelques secondes avant que les premiers orcs de la horde ne débarquent sur le sentier et ne remarquent les cadavres des éclaireurs. Presque aussitôt, un cercle se forma autour de sa personne et des corps privés de vie. Un silence assourdissant s’abattit sur la plaine.  
Levant des yeux incertains vers les visages de l’armée, Rose vit finalement émerger Gulan à travers la brume, flanqué de ses trois précédents compagnons, qui la fixaient d’un air sombre. Une boule aussi massive que l’abdomen d’Arachne se forma dans son estomac.
S’inclinant sobrement devant le connétable, la jeune fille annonça d’une voix neutre :

- J’ai trouvé les éclaireurs, maître. Etant trop lourds pour que je les porte moi-même, j’ai jugé préférable de vous attendre ici. Aucune trace de leur assassin.

Constatant la vulnérabilité de sa posture, dévoilée par l’absence de sa cape, Rose fouilla hâtivement dans son baluchon et se recouvrit à nouveau de cette dernière, masquant une fois de plus son humanité et sa féminité sous le voile protecteur.
Puis, plongeant son regard dans celui de Gulan, elle attendit sa réaction avec crainte.


Aragorn fictif : Que craignez-vous gente dame ?

Rose : Une cage. Rester derrière des barreaux jusqu'à ce que l'usure et l'âge les acceptent et que toute forme de courage ait disparu irrévocablement.

Aragorn fictif : Vous êtes... Ah bah vous êtes foutue en fait.

-soupire-


Thème de Rose:
 

Bon ok, voici le vrai.:
 


RIP Christopher Lee, tu me manques déjà é_è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6781-rose-alwena
GaëlNombre de messages : 164
Age : 18
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
Race: Homme du Nord
Possessions: Son épée...
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gaël
Capitaine du Concasseur

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMer 17 Juin 2015 - 13:38
Jack se décida à descendre la falaise, mais à chauqe pas, sa vigueur s'envolait et bientôt, ilr egretta d'avoir fait ça, car le chasseur était maintenant à la merci de la troupe infernale !

Ironie du sort, il se retrouva juste à coté d'un des cadavres massacrés par ses soins... Mais tout à coup, une toux irrépréssible l'envahit, il dut se retenir pendant plusieurs secondes pour finalement lâcher un gargouilli... Du sang coulait à présent aux commissures de ses lèvrs et bientôt, il perdit connaissance et la dernière chose qu'il entendit fut:


- E-eh les g-gars ! Wouhoou ! (Effrayant, n'est-ce pas ?)

Pendant plusieurs minutes qui lui semblait des heures, il resta conscient mais son corps ne réagissait pas et ses paupières étaient fermés. Puis un moment, il perçut une présence, toute proche mais il ne sentait vraiment plus bien là, à la limite de la catastrophe...

- M’sieur ? Eh m’sieur ça va ? Vous appartenez à quel escadron ?

Il tenta de sortir un "J'ai l'air d'aller là ?!" Mais cette phrase ne put sortir de sa bouche, par contre, le pauvre vieux ne put plus se maîtriser et une éspèce de crise d'épilepsie le prit de court, jamais il n'avait eu de problèmes de ce genre. Jack se mit à cracher du sang et de la bave, ses yeux se révulsaient son corps était pris de violente convulsions.

La fille qui lui parlait commença à l'observer et à bander ses plaies, malgré les convulsions, il essaya de s'exprimer mais elle lui fourrait un baton dans la tronche ! Et après il lui donna un peu son eau, une eau avec un gout de bois...

- Reste ici et repose toi ! Je reviendrai lors de notre halte, et nous discuterons. Surtout, ne bouge pas d’un poil, notre maître a l’ouïe très fine. Quoiqu’il advienne, attend là. La nuit tombe et nous établirons un campement à quelques centaines de mètres, je pense.

Il avait entendu la moitié des choses mais de toute façon, il perdit connaissance, on aurait dit un esclave avec une maîtresse aimant les jeux un peu limite ( baton dans la bouche ). Il entendit vaguement la fille parler et puis de nombreux très nombreux pas...

Y'a pas à dire, il était dans une situation totalement abominable !


(Désolé je post pas beaucxoup de texte mais là, je savais aps trop quoi faire ^^ Vu que Rose a déjà tout fait Razz)


Thème du Concasseur:
 


Thème de Gaël Azra:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7072-olgierd-everec#731
L'InnommableNombre de messages : 486
Age : 23
Date d'inscription : 15/10/2014

Feuille de personnage
Race: Numénoreen Noir
Possessions: -Deuil-de-Tout, Lame maudite
Statut: Joueur(se) actif(ve)
L'Innommable
Seigneur Sorcier

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMar 23 Juin 2015 - 22:44
Gulan traversa la brume tel un spectre pour trouver Rose. Elle s'inclina avec un air stupéfait.

- J’ai trouvé les éclaireurs, maître. Etant trop lourds pour que je les porte moi-même, j’ai jugé préférable de vous attendre ici. Aucune trace de leur assassin.

Gulan fit un signe a ses hommes, et ils avancèrent en direction de Rose avant de la dépasser. Gulan avança lui aussi mais vers Rose pour se tenir face à elle.

- C'est bien ma chère. Tu fais de l'excellent travail. Je suis satisfait.

Gulan tourna autour de Rose comme un prédateur autour de sa proie. Sourire carnassier à la bouche, il continua à parler.

- Tu sais, il faut punir sévèrement ceux qui fautes car si on se montre trop gentil, ces derniers pense que c'est, finalement, pas trop grave de fauter. En revanche, un dur châtiment leur permet de savoir directement qu'ils ont atteint la limite avant de passer la barre de non-retour, a savoir la mort.

Il se reposta devant Rose, enlevant sa capuche pour voir sa frimousse. Il se mit à sourire, sourire qui inquiéta Rose.

-Tu ne t'attendais pas à ce que je sois là, ici et maintenant n'est pas.

Juste après cette phrase, l'un des soldats cria.

-Seigneur, nous avons trouver un homme. Il est en vie et inconscient mais ne fait pas partie des nôtres.

-Cela confirme mes dires. Ramenez-le à la colonne. Je lui poserais quelques question quand il sera revenu à lui !

Gulan se réintéressa à Rose.

-Tu n'aurais jamais oser me mentir, même avec le corps d'un homme à 5 mètres de toi.


La Lumière et les Ténèbres ont pour destin de s'opposer. L'un comme l'autre ne pourra prendre le dessus sans jamais parvenir à porter le coup de grâce. Dans notre futur, il n'y a que la guerre et la guerre n'est que l'hygiène de ce monde. Après les Flammes de la Destruction, viendra la Paix et le cycle recommencera à nouveau car nous sommes dans l'Age des Luttes Éternelles. Nous menons la Longue Guerre.


Spooky Scary Unnameable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6433-demande-de-changem
Rose AlwenaNombre de messages : 36
Age : 23
Date d'inscription : 27/05/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Rose Alwena

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMar 23 Juin 2015 - 23:53
Rose sentit son corps devenir pierre et glace. Elle aperçut pour la première fois de manière concrète l’existence du lien - dont elle commençait tout à fait à douter-  entre l’Innommable et Gulan, lorsque la démarche de ce dernier se fit vaporeuse. Il chemina jusqu’à elle, tel un spectre sur son nuage empoisonné, et la jeune fille ne pu s’empêcher de se demander si une équipe de techniciens n’était pas en train de galérer à fabriquer du faux brouillard derrière des buissons, pour le côté dramatique de la scène.

Deux hommes la dépassèrent, ne s’attardant pas sur son cas, mais son soulagement fut de courte durée. Deviner leur fonction en cet instant précis n’était pas difficile, et Rose sentit que son ami potentiel était dans de sales draps. Toutefois, elle oublia bien vite l’homme, son propre cas n’étant pas plus prometteur.

Les yeux de Gulan se plongèrent dans ses propres prunelles lorsqu’il se tint devant elle.

- C'est bien ma chère. Tu fais de l'excellent travail. Je suis satisfait.


Rose ne fut pas dupe un instant. Tant le ton que le regard étaient froids. Elle retint sa respiration, le cœur affolé. Sa désagréable impression d’être une proie se renforça lorsque l’esclavagiste se mit à tourner autour d’elle, l’expression satisfaite d’un chat tenant un canari dans ses griffes figeant ses traits.

- Tu sais, il faut punir sévèrement ceux qui fautes car si on se montre trop gentil, ces derniers pense que c'est, finalement, pas trop grave de fauter. En revanche, un dur châtiment leur permet de savoir directement qu'ils ont atteint la limite avant de passer la barre de non-retour, a savoir la mort.

Rose baissa les yeux vers ses chaussures, tout à fait lucide. Puisant dans un instinct de préservation dérisoire, elle jeta des coups d’œil aux alentours, pistant ses chances de fuite. Ces dernières étaient maigres. Un sursaut lui serra la poitrine lorsque sa capuche retomba sur ses épaules. Elle n’avait pas vu l’homme approcher.
Sans pouvoir réfréner un élan d’animosité, elle planta des prunelles brûlantes de défi dans celles de son geôlier. Toutefois, la lueur s’éteignit bientôt, la conscience aigue qu’elle avait de la dangerosité de sa posture lui faisant revêtir un masque plus humble, motivé par la ruse.

Bien loin de toutes ses digressions internes, Gulan sembla se concentrer sur le malmenage psychologique qu’il avait apparemment soigneusement élaboré, renforçant sa peur.

-Tu ne t'attendais pas à ce que je sois là, ici et maintenant n'est ce pas.

Rose ne répondit rien, les paroles du tortionnaire sonnant plus comme une affirmation que comme une question.

- Seigneur, nous avons trouvé un homme. Il est en vie et inconscient mais ne fait pas partie des nôtres.

- Cela confirme mes dires. Ramenez-le à la colonne. Je lui poserais quelques questions quand il sera revenu à lui !

A ces funestes paroles, Rose déglutit. Si elles ne parvenaient pas à improviser quelque chose de cohérent dans les vingt secondes, le blâme serait complet. Puisant dans ses capacités, elle joua la surprise.

- Un… Homme ? marmonna-t-elle.

Maldrat, perdu dans la foule des orcs, lui lança un regard étonné qu’elle traduisit par un « Comment, ne savais tu pas ? », et elle se félicita d’avoir pu le duper.

- Tu n'aurais jamais osé me mentir, même avec le corps d'un homme à 5 mètres de toi.

Rose se mordit l’intérieur des joues. Le corps de son espoir n’était donc planqué qu’à cinq pas de troll du chemin principal. Un certain agacement à sa propre encontre pétilla en son esprit. A ce stade, ce n’était plus de la sous-estimation, juste de la pure connerie.
S’inclinant de nouveau devant Gulan, elle se fit affable.

- Précisément.

Un doux miel réchauffa son timbre, et Rose frémit sous l’effort que lui demandait la notion de « politiquement correcte » en la présence de l’homme.

- Loin de moi une telle idée, maître. Je n’aurais jamais eut la présomption de penser vous duper, vous-même savez que cela est impossible.

S’approchant du corps inerte que les gardes avaient ramenés, elle remarqua les bandages noués et retint son souffle. Prenant garde à ce que son maître soit distrait, elle arracha la banderole qui libéra un flot de sang.

- Il pourrait mourir, si on ne prend pas soin de lui, maître. Et toute information serait perdue à jamais.

Elle inclina la tête et désignant du menton les corps des deux orcs éclaireurs.

- Il a sûrement tué ces deux là, ce qui veut dire qu’il en sait bien plus qu’il pourrait paraître.

Un mensonge. Rose avait remarqué que les deux soldats de l’ombre avaient été assassinés avant que l’inconnu ne s’effondre lui même, leurs corps n’étant plus agités par les soubresauts nerveux d’une mort récente.
Se campant sur ses deux jambes, la jeune fille proposa :

- Je me porte garante de sa guérison. Il ne sera pas un poids pour la colonie, si je le traine sur mon char. Une fois rétabli, vous pourrez certainement l’interroger.


Aragorn fictif : Que craignez-vous gente dame ?

Rose : Une cage. Rester derrière des barreaux jusqu'à ce que l'usure et l'âge les acceptent et que toute forme de courage ait disparu irrévocablement.

Aragorn fictif : Vous êtes... Ah bah vous êtes foutue en fait.

-soupire-


Thème de Rose:
 

Bon ok, voici le vrai.:
 


RIP Christopher Lee, tu me manques déjà é_è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6781-rose-alwena
GaëlNombre de messages : 164
Age : 18
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
Race: Homme du Nord
Possessions: Son épée...
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gaël
Capitaine du Concasseur

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyDim 28 Juin 2015 - 15:33
Dans la brume, des silhouettes semblaient grossir du point de vue de Jack, elles étaient affreusement laides...

Bientôt, l'une d'elle lui prit grossièrement le poul, mais vu qu'elle n'y arrivait pas, elle le frappa dans les côtes et à l'entente du gémisssement de Jack, la chose du penser qu'il était encore vivant ! Je dis la chose car nôtre chasseur voyait trouble et ne distinguait rien du tout !

A ce moment là, tout ce qui s'était approché du souffrant repartirent en direction d'un lieu ou l'agitation régnait ! Griffes d'Acier releva péniblement la tête et entendit des bribes de phrase :


_ Seigneur * Floux total * Corps *Floux* Inconscient !

Il y avait donc une personne de haut-rang ! La fille qui lui avait dit de se cacher était une abrutie totale qui n'avait aucune notion des distances !

Les choses revinrent vers jack et le tièrent salement sur le sol puis le portèrent tant bien que mal, puis il fut jeté non loin de ce fameux seigneur et de la jeune fille.

Celle-ci s'approcha de lui et Jack lui lança un regard sombre, juste avant que la fille lui dénoua l'un des bandages qu'elle avait auparavant rapidement posé !

Alors le blessé articula un seul mot, un mot :


_ Conace !

Puis sa tête retomba durement sur le sol... Vu qu'il était proche il comprit tout ce que disait la fille, et en réalité, elle voulait le soigner...

" S'il elle me soigne, je lui suis redevable, si je lui suis redevable elle aura sûrement une demande, sa demande sera sûrement que je la fasse évader. Merde ! "

(Vraiment navré j'ai des problèmes d'inspi' ! Autant irp qu'irl depuis hier soir ^^ Sais pas pourquoi Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) 2396919072 Le soleil doit me ramolir le cerveau !)


Thème du Concasseur:
 


Thème de Gaël Azra:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7072-olgierd-everec#731
L'InnommableNombre de messages : 486
Age : 23
Date d'inscription : 15/10/2014

Feuille de personnage
Race: Numénoreen Noir
Possessions: -Deuil-de-Tout, Lame maudite
Statut: Joueur(se) actif(ve)
L'Innommable
Seigneur Sorcier

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyJeu 2 Juil 2015 - 11:34
Gulan Rias ne dit mot après les petits mensonges de Rose, il allait la punir dans quelques minutes, autant lui donner un faux espoir, c'est bien plus drôle. Elle allait apprendre les règles de gré ou de force. Ils rejoignirent le reste de la colonne. A ce moment là, une carriole et 2 passagers humains passèrent. Lorsqu'ils aperçurent Gulan Rias, ces derniers l’appelèrent.

-Seigneur ! Seigneur ! Aider nous ! S'il vous plait !

Ce dernier souffla discrètement.

-Messieurs. Qu'est qu'un représentant de l'Ordre de l'Hélice puisse faire pour vous ?

-Ma fille ! Elle est malade ! C'est grave, le guérisseur n'a rien fut faire !

Gulan Rias marcha vers la carriole et regarda. Il vit une jeune fille âgé entre 16 et 18 ans qui transpirait et toussait. " Belle pièce" pensa le Maître des Esclaves.

-Un apothicaire de l'Ordre se trouve au Château de Shedûn. Il trouvera un remède et remettra votre fille sur pied.

-Merci Seigneur ! Merci !

La carriole partit avec vitesse. Rose savait qu'il y avait un énorme fossé entre les esclaves et le citoyens d'Angmar. Bien qu'après la Guerre en Eriador, les citoyens étaient maltraités par les restes des Légions de Morgoth, l'Ordre de l'Hélice illumina d'espoir ces derniers. Protégeant le peuple et le soignait grâce à ses techniques de médecine avancée et ses divers potions, l'Ordre de l'Hélice était proche du peuple et commencé à être aimé. Mais les esclaves n'était pas considéré comme des êtres pensant mais comme un vulgaire outils remplaçable, ainsi, l'Ordre s'en moqué éperdument bien que la rumeur selon quoi un esclave avait était affranchit par l'Ordre disait le contraire.

Gulan Rias se retourna vers Rose.

-Rose ! Viens ici ma petite !

Gulan Rias se remit à sourire. Lorsque Rose fut devant lui, ce dernier continua sa phrase.

-Vois-tu, je n'arrive pas à croire le tissu de mensonge que tu m'as dit.

Il s'approcha de Jack qui était sur un chariot et il le prit par les cheveux.

-Il était proche de toi et visible. Non seulement tu mens mais tu me prends pour un imbécile. Attachez là à un arbre !

Pendant que deux soldats allez l'attacher à un arbre, Gulan Rias passa devant la colonne, comme cherchant quelque chose puis soudain :

-TOI ! Viens ici !

Il avait trouvé ce qu'il cherchait en désignant Maldrat. Ce dernier approcha et Gulan Rias lui tendit le fouet.

-Vas y de tout coeur. Et si le coup ne me plait pas, tu le recommenceras. 10 coups de fouet.





La Lumière et les Ténèbres ont pour destin de s'opposer. L'un comme l'autre ne pourra prendre le dessus sans jamais parvenir à porter le coup de grâce. Dans notre futur, il n'y a que la guerre et la guerre n'est que l'hygiène de ce monde. Après les Flammes de la Destruction, viendra la Paix et le cycle recommencera à nouveau car nous sommes dans l'Age des Luttes Éternelles. Nous menons la Longue Guerre.


Spooky Scary Unnameable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6433-demande-de-changem
Rose AlwenaNombre de messages : 36
Age : 23
Date d'inscription : 27/05/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Rose Alwena

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMer 8 Juil 2015 - 15:14
Rose jeta un regard envieux au citoyen, qui à défaut d’avoir une vie chanceuse, était libre. Un regard vers la voûte céleste la renseigna assez rapidement sur l’absence évidente de sa propre bonne étoile, petite ampoule sans doute brisée par la bonne fée novice qui avait eu le malheur de se pencher au-dessus de son berceau lorsqu’elle était enfant. Quand elle fit part de sa réflexion à Maldrat, celui-ci lâcha un de ses éternels rires nasals.

- Comme t’avais déjà été adulte, morveuse !

Rose fronça la nez en luttant contre une irrépressible envie de lui tirer la langue. Elle grommela quelques mots à peu près aussi identifiables que la bienveillance dans les prunelles de Sauron, et reporta son attention sur la réalité.
Aussitôt, sa cruauté lui revint au visage. Il était tout à fait ironique qu’un ordre qui se voulait à l’écoute de ses sujets, traite des êtres humains de la sorte sous prétexte que le destin les avait pris en grippe. Un regard vers ses semblables lui arracha un soupir désespéré. Mises à part quelques scènes traumatisantes et quelques punitions, la jeune fille était jusqu’à présent plutôt passée entre les gouttes de la violence de l’esclavagisme.
Sa ruse, tout d’abord, qui au demeurant, n’avait pas un grand mérite lorsqu’on se penchait sur le quotient intellectuel des orcs, et par la suite l’œil froid mais attentif de son maître et celui plus avenant de Maldrat, l’avaient protégé de tout tracas irréversibles, et ce malgré l’existence de Blorg.
Cependant, rien ne lui garantissait que cet état de fait perdurerait au long terme.

Comme une confirmation à ses doutes, Rose entendit la voix sombre de Gulan la héler dans le lointain.

- Rose ! Viens ici ma petite !

- Super,
gémit l’intéressée, manquait plus que l’autre boule de testostérone vienne m’enquiquiner.

Rabattant une mèche de sa tignasse derrière son oreille, la jeune fille s’approcha à reculon de son maître, tentée d’attacher deux boulets de cinquante kilos à chacune de ses chevilles, histoire d’aller encore moins vite. Durant la courte traversée qui la mena à son tortionnaire, elle sentit son esprit se vider entièrement, sans doute pour la première fois depuis longtemps. Réagir par l’humour avait toujours été un réflexe pour Rose, mais la jeune fille sentait au fond d’elle un danger imminent. Ses yeux fixèrent sans voir un bout de l’horizon, et elle s’évertua au calme.
Réunissant tout son courage, elle tourna finalement vers Gulan des prunelles se voulant neutres, mais au fond desquelles brillaient une légère supplication. Le terme « ma petite » employé par Gulan était plus que suspicieux et tout à fait désagréable, mais après tout, les miracles existaient.
Un sourire naquit sur les lèvres de son maître, ravivant un léger espoir au fond de son sternum. La chute n’en fut que plus brutale.

- Vois-tu, je n'arrive pas à croire le tissu de mensonge que tu m'as dit.

Rose vit successivement déferler en son esprit un tsunami contrôlé par une vingtaine de Balrogs eux mêmes contaminés par la rage. Elle chancela intérieurement, en apparence figée. La violence de l’esclavagiste lorsqu’il tira les cheveux de celui qu’elle avait plus ou moins adroitement sous son aile la fit frémir, mais son mouvement de protestation s’annihila sous la sentence qu’il prononça.

- Il était proche de toi et visible. Non seulement tu mens mais tu me prends pour un imbécile. Attachez là à un arbre !

La voix de Rose ouvrit la valve d’une soudaine panique, qui l’envahit comme une vallée ployant sous les eaux d’un fleuve dont le barrage aurait cédé.

- Non ! s’écria-t-elle.

Aussitôt, un mouvement de foule assourdissant entoura le corps gesticulant de la jeune fille, qui vociféra contre les gardes de la compagnie en luttant de toutes ses forces pour se dégager. Autour d’elle, les orcs grognaient de plaisir, les hommes appelaient leurs amis pour assister au spectacle, tandis que les esclaves, immobiles, la fixaient pour la plupart avec une lueur mauvaise dans les yeux. Ses traitements de faveur n’étaient passés inaperçus auprès de personne, suscitant jalousie et curiosité. Le signal de son maître n’avait été qu’une sorte de relâchement de la meute de hyènes ayant juré sa perte.
Blorg, accoudé à un arbre, lui fit un petit salut sarcastique de la main, et elle cracha en sa direction, honteuse. Si une personne ne devait assister à sa déconfiture, c’était bien lui.

- GULAN ! hurla-t-elle. GULAN ! TOUT CECI NE SERT À RIEN ! PARCE QUE QUOI QUE TU FASSES, JE NE CESSERAI JAMAIS DE ME DÉBATTRE TU M’ENTENDS ? JE PASSERAI MA VIE À ESSAYER DE T’ÉCHAPPER PAR TOUS LES MOYENS, TOUJOURS !

Essoufflée, échevelée, Rose fit connaissance avec l’écorce de l’arbre momentanément désigné comme pilori en grimaçant. Un hommes la fit entourer le tronc de ses bras, afin d’attacher ses poignets avec vigueur. La panique se fit assourdissante, et des larmes se formèrent dans les yeux de la jeune fille, qui leva des yeux vers le ciel pour fixer les nuages et imaginer d’autres mondes, légèrement plus accueillants. Pour la première fois depuis des années, elle se sentit enfant.

- TOI ! Viens ici ! Vas y de tout coeur. Et si le coup ne me plait pas, tu le recommenceras. 10 coups de fouet.

Maldrat chancela jusqu’à Gulan, blême de ne pouvoir intervenir. Se campant devant lui, il répondit d’une voix atone.

- Non.

Il croisa les bras, et cela fut tout.
Cependant, Blorg, qui n’avait pas perdu une miette de la scène et qui vivait certainement le jour le plus radieux de son existence crasseuse, s’approcha de l’esclavagiste d’un air affable.

- Si le soldat Maldrat a quelques… crampes, je peux tout à fait me charger de son labeur à sa place, monsieur.


L’orc jeta un coup d’œil catastrophé au gêneur sadique, réalisant ce qu’une telle alternative engendrerait. Il n’était pas sûr qu’il resterait de la peau sur le dos de Rose, si Blorg venait à mettre la main sur le fouet. Sidéré par l’horreur de sa posture, le soldat avisa la jeune fille qui démunit contre l’arbre, le fixait en hochant énergiquement la tête, et s’écria avant que Gulan ne change d’avis :

- Très bien, j’y vais.

Il enroula sobrement l’instrument de torture autour de son poignet, et s’approcha de son amie. Sortant une dague de sa ceinture, il fut dans un premier temps tenté de délier les poignets de Rose pour lui permettre de s’enfuir, mais un regard vers Gulan l’en dissuada. Si la jeune fille apprécierait certainement davantage une vie de fugitive, elle ne resterait pas en vie plus de quelques heures, en ces lieux infestés de vermines Angmariennes. L’orc, d’un naturel très prudent et discret, misa sur une espérance de vie légèrement plus longue pour la jeune fille survoltée et impulsive.
Raffermissant sa prise sur la poignée de la dague, il se pencha vers elle et lui murmura d’une voix rauque :

- J’suis désolé, gamine.

Puis il fit glisser la lame sur la tunique de l’esclave et en déchira le tissu, libérant la pâleur de son dos jeune et crispé. Il entendit la jeune fille sangloter, et la vit trembler sous son manteau de cheveux roux. Le plus doucement, possible, il fit coulisser ses mèches par dessus son épaule, la sentant frémir à son contact.

Rose de son côté, tentait de maîtriser sa peur du mieux qu’elle pouvait. Elle avait été entrainée à la douleur assez drastiquement, et sa peur de cette dernière l’agaçait profondément. Ses sanglots, irrépressibles, tranchaient grandement avec la concentration palpable qu’elle rassemblait afin de se projeter dans une réalité alternative et dénuée de toutes souffrances, tant son futur lui semblait abject.
Tout allait bien, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les elfes gambad…

- Aah…

Le premier coup de fouet claqua contre sa peau, ne lui arrachant qu’une faible exclamation, la puissance d’un cri de douleur étouffée par sa suffocation. Une brûlure cuisante parcourue non seulement l’ensemble de son dos, mais également ses jambes et le haut de sa nuque.
Presque aussitôt, le second coup ouvrit une plaie béante sur son corps, lui coupant la respiration. Sans réelle surprise, une image de Madeleine, l’esclave qui quelques jours auparavant avait été condamnée au même tourment, lui revint à l’esprit. Elle se fit alors le serment de rester aussi digne qu’elle, même si la douleur du fouet la rendait presque folle. Les huit heurts qu’elle devait encore subit lui parurent insupportables.

Un ouragan rouge obstrua la vision de Rose, tant la douleur des percussions qui suivirent était importante. La jeune fille se recroquevilla contre sa prison végétal, siffla de douleur, sentit des larmes salées inonder ses joues. Mais elle ne hurla pas. Un fluide liquide et épais se déversait en trombes le long de sa colonne vertébrale et de ses jambes, et elle ne l’identifia comme son propre sang que bien plus tard. Fermant les yeux, elle tenta d’imaginer son oncle, seul souvenir heureux de sa courte vie. Hélas, le visage de ce dernier s’effaçait à travers la brume du temps et de la souffrance. Cette pensée lui arracha un sanglot. Même son souvenir précieux lui était arraché, dans la barbarie de ce monde injuste. Seul le sourire large et taquin de son parent lui revint à l’esprit, et elle s’y accrocha comme à un trésor.

Deux coups de fouets subsistaient encore. Elle les reçut au bord de l’évanouissement, et se détacha de son enveloppe charnelle qu’elle observa étrangement de l’extérieur.
« Ce n’est pas moi qui vit ça, c’est quelqu’un d’autre. Tout va bien, ce n’est pas moi. »
Elle se demanda pendant un instant tout à fait absurde si elle était morte, et cette pensée ne la terrifia pas autant qu’il l'aurait fallut. Gulan courrait certainement des ennuis assez conséquents si elle venait à mourir. Elle n’était pas stupide, et bien que l’Innommable fut pour elle une énigme, il tenait vraisemblablement à la garder en vie. Elle aurait juste apprécié qu’il mette également un point d’ordre à la maintenir intacte.

Des cris l’entouraient, qu’elle n’entendait plus. Soudainement, elle chuta à terre, et comprit que sa punition était terminée. Le rustre qui la détacha la fit rouler sur le dos, et elle maudit ce dernier sur six générations, intérêts compris. Sentant la poigne de Maldrat la soulever dans les airs, elle cligna des yeux vitreux, refoulant toute la douleur qui courrait dans son corps. Elle plongea son regard dans le sien, et lui dit d’une voix rauque et désespérée :

- J’aurais voulu ne jamais venir ici. Que Gulan ne m’ait jamais trouvée.


Maldrat la fixa un instant, le regard brillant de compréhension et de bienveillance. Elle ne remarqua alors qu’à cet instant à quel point l’orc avait vécu et était sage. Il était rare qu’un orc vive vieux pour la simple et bonne raison que le moindre incident était prétexte à une bataille sanglante, au sein de cette espèce.

- Comme tous ceux qui vivent des temps si durs,
répliqua-t-il avec douceur. Mais ce n’est pas à eux de le décider. Tout ce que nous pouvons choisir, c’est quoi faire du temps qui nous est imparti.

Un lueur d’amusement vint briller dans les yeux de la jeune fille, qui fut ravie de constater que son âme et son essence n’avaient pas été brisées par ce qu’elle venait de vivre.

- Ca sonne drôlement familier…

- Ouais, je l’ai lu quelque part.

Un léger rire secoua Rose, qui passa la pointe de sa langue sur ses lèvres gercées. Presque aussitôt, un élan de souffrance la paralysa, lui arrachant un gémissement suivit d’un toussotement incontrôlable.
Maldrat, qui marchait le plus lentement possible pour lui éviter davantage de supplice, parvint enfin à hauteur de Gulan.
Froide, la jeune fille plongea dans ses dangereuses et légèrement folles prunelles :

- Et maintenant, maître, faut-il lâcher les wargs pour que vous soyez satisfait ?


Aragorn fictif : Que craignez-vous gente dame ?

Rose : Une cage. Rester derrière des barreaux jusqu'à ce que l'usure et l'âge les acceptent et que toute forme de courage ait disparu irrévocablement.

Aragorn fictif : Vous êtes... Ah bah vous êtes foutue en fait.

-soupire-


Thème de Rose:
 

Bon ok, voici le vrai.:
 


RIP Christopher Lee, tu me manques déjà é_è


Dernière édition par Rose Alwena le Mar 14 Juil 2015 - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6781-rose-alwena
GaëlNombre de messages : 164
Age : 18
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
Race: Homme du Nord
Possessions: Son épée...
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gaël
Capitaine du Concasseur

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyVen 10 Juil 2015 - 21:53
J'étais encore fichtrement mal embarqué, tout d'un coup, on me traîna, on me porta et des orcs me jetèrent lourdement dans un chariot d'où s'élevait une odeur atroce de putréfaction...  La fille m'avait fait saigner en m'arrachant le bandeau qu'elle m'avait au appliquée auparavant. Et c'est là que Fourbe décida de se pointer, j'entenais sa voix sournoise résonner dans mon crâne :

- Je sais pas pourquoi, mais j'ai le sentiment que tu as du mal à t'en sortir... Alors, tu sais quoi, je vais mettre tout mes sens en alerte et je vais te protéger, comme quoi, je sais être sympa ! Enéchange tu nous sors de ce bourbier de taré !

Soudain :

-Rose, viens ici ma petite !

- Bah tiens, v'là l'autre crétin qui s'excite, tu pense vraiment qu'il...


Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il m'attrapa justement par les cheveux, mais j'étais pas sensible des cheveux, et là, j'ai apprécié le petit coup de pouce de Fourbe :

- Je vais lui montrer que c'est pas parce'que t'es défoncé qu'il peut faire ce qu'il veut de toi !

Et il fît en sorte que le chef des soldats sente son sang se glacer pour une raison qui lui resterait sûrement inconnue. On écoutait la suite de la conversation sadique. Quand la fille allait se faire fouetter, le chasseur et le spectre eurent une conversation qui ne sortit pas de la de l'esprit du blessé.

- Je ne vais pas rester là à rien faire pendant que la gamine se fait fouetter par un taré...

- De toute façon, tu peux rien faire, tête de noeud, mais regarde, l'Orc n'a pas l'air de vouloir faire ça, aurait un soupçon de quart de demi-coeur ?


En effet, l'Orc fît un "Non" catégorique et croisa les bras, il avait du caractère le boueux. Mais ce n'est pas ça qui arrêta son supérieur, pas étonnant ! Il prit un autre orc qui semblait bien cruel et bête. Mais finalement, le premier se ravisa et prit le fouet... Je n'ai pu voir la suite mais bizarrement, je n'entendis aucun cri, aucun gémissement mis à part quelques petits sanglots ou sons... Et puis je la vis revenir vers le chef épaulé par l'orc :

- Décidement, il est pas méchant cet orc !

Et elle dit haut et fort malgré sa souffrance apparente :

- Et maintenant, maître, faut-il lâcher les wargs pour que vous soyez satisfait ?

- Whaaa, cette fille est follement courageuse, non, ignorante plutôt.

- Va falloir qu'on trouve un moyen de bouger d'ici.

- Tu peux bouger ?

- Oui. J'ai mal, mais j'ai exagéré ma souffrance, les Orcs me prennent pour un vieux sénil.

- Bonne nouvelle, pour la fille on fait quoi ?

- Je sais pas. J'ai bien une petite idée mais...


Thème du Concasseur:
 


Thème de Gaël Azra:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7072-olgierd-everec#731
L'InnommableNombre de messages : 486
Age : 23
Date d'inscription : 15/10/2014

Feuille de personnage
Race: Numénoreen Noir
Possessions: -Deuil-de-Tout, Lame maudite
Statut: Joueur(se) actif(ve)
L'Innommable
Seigneur Sorcier

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMer 15 Juil 2015 - 17:57
- Non ! s’écria Rose.

Gulan savoura la stupéfaction et la peur de Rose.

- GULAN ! hurla-t-elle. GULAN ! TOUT CECI NE SERT À RIEN ! PARCE QUE QUOI QUE TU FASSES, JE NE CESSERAI JAMAIS DE ME DÉBATTRE TU M’ENTENDS ? JE PASSERAI MA VIE À ESSAYER DE T’ÉCHAPPER PAR TOUS LES MOYENS, TOUJOURS !

Gulan eut un sourire carnassier et hurla de rire, un rire sadique et cruel. Les autres esclaves baissèrent la tête et avait un air terrifié. Gulan allait savourer la souffrance de Rose. La souffrance d'autrui, voilà la fascination de Gulan. Il allait détruire l'espoir de Rose, lentement, punition par punition toujours plus horrible les une que les autres, jusqu'à ce que la folie la dévore. Lorsque que l'orc Maldrat refusa, cela confirma ses doutes, l'orc l’appréciez et il fut satisfait de cette nouvelle.

- Si le soldat Maldrat a quelques… crampes, je peux tout à fait me charger de son labeur à sa place, monsieur.

Il nota cette bonne initiative de Blorg par sous sourire emplit de cruauté. Blorg savait que désormais, il était dans les bonnes grâces du Maître des Esclaves.

- Très bien, j’y vais.

La souffrance de Rose à souffrir en plus de se faire fouetter par un ami et l'orc qui fouetter son amie, ce fut l'extase. Gulan en allait presque en jouir. Allié le souffrance psychologique et physique était la meilleur des tortures. Le Maître, l'Innommable était un expert en la matière. Le nombre de victime que ce dernier avait fait sombrer dans la folie pouvait rendre Gualn jaloux de son propre Maître.

- Et maintenant, maître, faut-il lâcher les wargs pour que vous soyez satisfait ?

Gulan Rias ricana.

-Pourquoi pas, ta chair doit être magnifique à voir. Cela dit, ton petit élan de courage et d'espoir ma fait réfléchir. En effet, la brutalité ne sert à rien. Tu ne seras plus punis hormis les punitions gratuite que j'offre si généreusement. A la place, ton ami orc sera punis ainsi que chaque esclaves de cette colonne. Ils seront puni à ta place et tu les regardera souffrir. Ton courage et ton envie de liberté égoïste les à condamnés.

Il se tourna vers les esclaves.

-Remerciez notre amie Rose ! Grâce à elle, vous allez vivre l'enfer ! Les punitions seront doubler ! Les coup de fouet triplé ! Si notre amie Rose est malpoli envers ses Maîtres, fait actes d'insubordination, ou ose fuir... Vous payerez tous pour elle, tous sans aucune exception ! Grâce à elle, vous êtes tous condamnés à rester esclaves sans jamais recevoir l'affranchissement !! Remerciez là !!!

Il se tourna vers Rose.

-Voyons si tu as le courage de fuir en les laissant payer pour toi. Après tout, se sont que des esclaves non ? Ils sont là pour mourir tu ne penses pas ? Oh j'oubliez ! L'orc Maldrat, vous devenez officiellement le snaga personnel de Blorg. Félicitation pour avoir était rétrogradé par moi même ! Ricana t-il.


La Lumière et les Ténèbres ont pour destin de s'opposer. L'un comme l'autre ne pourra prendre le dessus sans jamais parvenir à porter le coup de grâce. Dans notre futur, il n'y a que la guerre et la guerre n'est que l'hygiène de ce monde. Après les Flammes de la Destruction, viendra la Paix et le cycle recommencera à nouveau car nous sommes dans l'Age des Luttes Éternelles. Nous menons la Longue Guerre.


Spooky Scary Unnameable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6433-demande-de-changem
Rose AlwenaNombre de messages : 36
Age : 23
Date d'inscription : 27/05/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: Aucune.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Rose Alwena

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMer 22 Juil 2015 - 19:37
- Pourquoi pas, ta chair doit être magnifique à voir. Cela dit, ton petit élan de courage et d'espoir m'a fait réfléchir. En effet, la brutalité ne sert à rien. Tu ne seras plus punis hormis les punitions gratuites que j'offre si généreusement. A la place, ton ami orc sera punis ainsi que chaque esclaves de cette colonne. Ils seront puni à ta place et tu les regarderas souffrir. Ton courage et ton envie de liberté égoïste les à condamnés.
Remerciez notre amie Rose ! Grâce à elle, vous allez vivre l'enfer ! Les punitions seront doublées ! Les coups de fouet triplés ! Si notre amie Rose est malpolie envers ses Maîtres, fait acte d'insubordination, ou ose fuir... Vous payerez tous pour elle, tous sans aucune exception ! Grâce à elle, vous êtes tous condamnés à rester esclaves sans jamais recevoir l'affranchissement !! Remerciez là !!!


Ces paroles résonnèrent en Rose comme une promesse pleine d'espérance. Usant de ses capacités d'actrice, la jeune fille décida de conserver une expression neutre quoiqu'un peu souffreteuse, tout d'abord pour contenter son tortionnaire, mais aussi parce que finalement, le fouet, ça n'était pas très agréable sur le long terme. Une bouffée d'air glacial gonfla ses poumons lorsque puisant dans ses dernières forces, elle mit pied à terre. Elle attendit finalement que son maître se désintéresse d'elle pour lever des prunelles brûlantes de reconnaissance vers le ciel. Elle était sauvée !

Peu lui importait le sort de ses camarades, qui la rejetaient froidement depuis sa naissance en l'accusant de tous les maux. Ils pouvaient bien se faire arracher les ongles à la tenaille que son sommeil n'en serait pas moins agréable... Ou en tous les cas pas plus cauchemardesque. Dans ces froides contrées, elle avait bien vite compris que seule sa propre survie comptait, au dépend de tout ce qui l'entourait. Et si elle devait manipuler les autres pour arriver à ses fins, qu'à cela ne tienne.

Sentant une rumeur monter autour d'elle, Rose avisa toutefois assez rapidement les paires d'yeux accusateurs qui la fixaient d'un peu partout. A défaut d'être peinée par le manque de fortune de ses compagnons enchainés, elle allait devoir redoubler de vigilance afin d'éviter leurs pièges, dont la quantité aussi bien que la qualité promettaient de tripler au cours des prochains jours. Rose porta instinctivement la main à sa ceinture, et fut soulagée d'intercepter le rude pommeau de son poignard, Léra. Un rire jaune fut soufflée de ses narines. Il était tout à fait ironique que sa seule arme porte le nom elfique "Libre", tandis qu'elle-même luttait contre une mort désastreuse. Si elle revoyait son oncle dans les prochaines décennies, elle se promettait de lui extorquer quelques informations quant à ses relations plus que douteuses avec la déesse de la fortune.

Une douleur lancinante stria soudainement le dos de la jeune fille, qui oublia son passé pour se focaliser sur son urgente guérison.
Clopinant vers l'infirmerie, Rose se trouva toutefois contrariée dans ses plans par la voix de Gulan.

-Voyons si tu as le courage de fuir en les laissant payer pour toi. Après tout, se sont que des esclaves non ? Ils sont là pour mourir tu ne penses pas ? Oh j'oubliais ! L'orc Maldrat, vous devenez officiellement le snaga personnel de Blorg. Félicitation pour avoir était rétrogradé par moi même !

La première partie du discours coïncida agréablement avec sa manière de penser. Plus vite le maître se pencherait-il sur ses semblables condamnés, plus libre elle serait de s'échapper vers les terres affranchies. Elle les aurait elle-même volontiers démembrés à la petite cuillère, si cela lui avait permis de rejoindre les joyeuses contrées elfiques.
Sans penser un instant que de telles pensées l'éloignaient considérablement des êtres immortels qu'elle idéalisait, Rose se trouva nettement plus embêtée par le destin de Snardat, qu'elle vit se rembrunir à ses côtés.  L'orc demeura silencieux, soldat bien entrainé, mais jeta tout de même un regard contrarié vers Blorg qui souriait de tous ses crocs, dont les caries aurait effrayé les flatulences d'un Tyrannosaure adulte.

Rose soupira profondément. Si Maldrat et Blorg n'avaient jamais entretenu des rapports particulièrement belliqueux, elle savait pertinemment que le général ne manquerait pas de l'atteindre à travers son seul compagnon de route. Formulant des excuses indicibles au fond de ses prunelles aciers, la jeune fille fut rassérénée par le demi-sourire de l'orc, vieux gaillard qui avait affronté les âges de ce monde avec prudence et solidité. Elle fut surprise de détecter un certain soulagement au fond du regard de son camarade, et comprit que ce dernier se sentait réellement coupable de sa souffrance et de son humiliation publique.
Une certaine satisfaction émergea de cette constatation. Les dettes étant payées, ils étaient de nouveaux égaux.

Sans plus s'appesantir sur les malheurs du monde qui l'entourait, Rose s'inclina prudemment et trottina vers l'infirmerie la plus proche afin d'étaler quelques onguents sur sa peau déchirée. Son souffle se bloqua momentanément lorsqu'elle reconnut l'homme qui, à défaut d'être libre, avait été sauvé par la médecine d'Angmar dont il avait bénéficié. Ce dernier était allongé, mais semblait tout à fait motivé à remonter la pente du chemin de la guérison. Rose sourit légèrement, et s'assit à ses côtés. Remontant sa tunique avec prudence, elle avisa un miroir, qui accroché à un pan de la tente, lui offrait un reflet de fortune. La vision de son dos mutilé lui arracha une grimace de dégoût. Presque immédiatement, une douleur psychologique autant que physique la figea dans une détresse agaçante, qu'elle chassa en sautant sur ses pieds afin de trouver les pommades adéquates. Sans penser davantage à sa mésaventure, elle appliqua une large couche de ces dernières sur ses plaies, sifflant de douleur lorsque sa brusquerie se faisait trop importante. S'assurant que les onguents avaient bien pénétrés, la jeune fille abaissa son vêtement le long de ses cuisses, et se remit au chevet du blessé inconnu. Son expression se fit songeuse :

- Mais qui es-tu donc, étrange homme ?


Aragorn fictif : Que craignez-vous gente dame ?

Rose : Une cage. Rester derrière des barreaux jusqu'à ce que l'usure et l'âge les acceptent et que toute forme de courage ait disparu irrévocablement.

Aragorn fictif : Vous êtes... Ah bah vous êtes foutue en fait.

-soupire-


Thème de Rose:
 

Bon ok, voici le vrai.:
 


RIP Christopher Lee, tu me manques déjà é_è


Dernière édition par Rose Alwena le Ven 11 Sep 2015 - 23:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6781-rose-alwena
GaëlNombre de messages : 164
Age : 18
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
Race: Homme du Nord
Possessions: Son épée...
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gaël
Capitaine du Concasseur

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyMer 22 Juil 2015 - 21:50
Après ce moment sordide, le chef de tout ce beau monde parla d'une voix assez désagréable à l'oreille :

-Pourquoi pas, ta chair doit être magnifique à voir. Cela dit, ton petit élan de courage et d'espoir ma fait réfléchir. En effet, la brutalité ne sert à rien. Tu ne seras plus punis hormis les punitions gratuite que j'offre si généreusement. A la place, ton ami orc sera punis ainsi que chaque esclaves de cette colonne. Ils seront puni à ta place et tu les regardera souffrir. Ton courage et ton envie de liberté égoïste les à condamnés.


- Ah ça, c'est une des réactions typiques des tyrans, ou alors de ceux qui ne peuvent exercer tout le pouvoir et qui dans ces cas-là, s'en prennent aux faibles.


- M'ouai, des Orcs arrivent, je pense que je vais attendre avant de partir, la fille, la fouettée, je sais pas pourquoi, mais... Mais elle me fait penser à Keira...

- Keira ?!! Ta femme ? Nom de Dieu, tu vas pas t'y mettre, si toi aussi tu acquiers des sentiments trop humains on est dans un foutu bordel !


Et le sadique continua de parler :

- Voyons si tu as le courage de fuir en les laissant payer pour toi. Après tout, se sont que des esclaves non ? Ils sont là pour mourir tu ne penses pas ? Oh j'oubliais ! L'orc Maldrat, vous devenez officiellement le snaga personnel de Blorg. Félicitation pour avoir était rétrogradé par moi même !


Je n’eus pas trop le temps de réfléchir, après que tout ça fut passé on m'emmena, ou plutôt on me traîna à l'infirmerie, je faisais le souffrant, me raclant la gorge jusqu'à la faire saigner, qu'il était pratique d'être un mort par moment ! Ensuite, on me déposa sur un lit, il n'y avait plus d'Orcs aux alentours, je cessais immédiatement mon petit jeu du mourant et m'essuyait rapidement le sang sur mon visage, et je comprenais toujours pas pourquoi les Orcs avaient oubliés de me désarmer, enfin, après tout, j'étais moitié-mort.

Je sortis mon chapeau et passais rapidement ma main dans les cheveux avant d'entendre quelqu'un s'approcher... C'était la fille, Rose. Elle semblait blessé mais pas affecté mentalement, du moins, c'est ce qu'elle dégageait. Je fis mine d'observer le haut de la tente pendant qu'elle observait ses blessures, puis elle appliqua diverses décoctions, gémissant parfois ou sifflant parfois de douleurs.

- La bonne chose, c'est que cette fille ne se plaint pas ou n'en fait pas des tonnes, ça aurait vite été barbant sinon...


- Tu pourrais éventuellement fermer ton claquet, Fourbe ?

- Ça fait longtemps que j'ai plus de...


- Claquet, oui, c'est bon j'ai compris.

Rose s'approcha de mon lit, si on peut nommer cela un lit et s'assit juste à coté. Elle me posa alors une question :

- Mais qui es-tu donc, étrange homme ?

- Etrange homme, c’est un euphémisme !


Je me redressais non sans difficulté, je n'avais pas mal mais quelque chose était bloqué dans mon dos :

- Je suis un Chasseur de Primes, on m'appelle Griffes d'Acier. Et toi, qui-es tu, jeune fille ?


Après ça, je me mis debout et fis de larges mouvement de bras qui firent craquer mon dos :

- Aaah, même moi j'ai senti la douleur, ça change du néant absolu !


- Content pour toi. . .


Thème du Concasseur:
 


Thème de Gaël Azra:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7072-olgierd-everec#731
L'InnommableNombre de messages : 486
Age : 23
Date d'inscription : 15/10/2014

Feuille de personnage
Race: Numénoreen Noir
Possessions: -Deuil-de-Tout, Lame maudite
Statut: Joueur(se) actif(ve)
L'Innommable
Seigneur Sorcier

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) EmptyLun 7 Sep 2015 - 10:09
Après cela, Gulan Rias alla regarder la carte pour savoir ce qu'ils leur restaient à parcourir pour arriver à Gundabad. Néanmoins, ce dernier ouvrait grand les oreilles, afin de savoir si une petites info sortaient de la bouche de ses cloportes d'esclaves. De toutes manière, il pouvait torturer n'importe lequel de esclaves présent en tant que représentant du Maître. Néanmoins, Gulan ne faisait pas l'erreur de se prendre pour une extension du pouvoir de son Maître. Il restait un serviteur.

- Je suis un Chasseur de Primes, on m'appelle Griffes d'Acier. Et toi, qui-es tu, jeune fille ?

Tiens donc, l'autre demi-cadavre donnait signe de vie. Un petit interrogatoire s'imposait. Gulan Rias se tourna vers le chariot, appela 2 - 3 soldats et marcha en direction du dénommé Griffes d'Acier.

-Qu'est qu'un Chasseur de Primes irait foutre en Angmar ! Tu as eu une pulsion suicidaire ? Une envie soudaine de crever ? Vois-tu, c'est déjà un exploit que tu sois arriver jusqu'ici en vie. C'est ce qui me chiffonne d'ailleurs. Nous allons donc procéder à la meilleur partie, l'interrogatoire. Si t'es réponses me plait, ça ira. Dans le cas contraire, tu vas regretter d'être naît.

Gulan marqua une pause.

-D'ailleurs, déçois-moi que je puisse te torturer. Ces esclaves sont trop vite mort de peur. Mise à part à toi ma petite Rose, dit-il en ricanant.


La Lumière et les Ténèbres ont pour destin de s'opposer. L'un comme l'autre ne pourra prendre le dessus sans jamais parvenir à porter le coup de grâce. Dans notre futur, il n'y a que la guerre et la guerre n'est que l'hygiène de ce monde. Après les Flammes de la Destruction, viendra la Paix et le cycle recommencera à nouveau car nous sommes dans l'Age des Luttes Éternelles. Nous menons la Longue Guerre.


Spooky Scary Unnameable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6433-demande-de-changem
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)   Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Le plaisir n'est pas dans l'exécution, mais dans les préparatifs" ♦ Katherine Eisenberg
» [Ok] Une même adresse e-mail pour tous mes comptes
» L'énigmatique " Pottermore"
» Shannon - Je suis ouvert à toutes propositions, aussi folles et délurées soient-elles.
» Coeur d'Ecureuil - "Je lis en toi comme dans un livre ouvert." ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Paumés dans la brousse (PV (mais ouvert à toutes demandes) Maldagath, L'Innommable) N448 :: Les archives :: RPs des Terres du Mal :: Archives Angmariennes-