Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Revenue d'entre les morts [Solo|Eothain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eothain
Roi du Rohan

avatar

Nombre de messages : 209
Age : 30
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Revenue d'entre les morts [Solo|Eothain]   Lun 28 Déc 2015 - 17:38

Il était tard et la nuit était tombée, depuis quelques heures déjà, sur Edoras et le Rohan. La belle journée ensoleillée et chaude avait laissée sa place à la fraicheur de la nuit étoilée. Le silence avait envahi les alentours du palais et le Roi du Rohan pouvait enfin apprécier un moment de calme tandis qu'il mangeait. La soirée c'était finie tard à cause d'une réunion importante avec l'état major, ce qui fit qu'Eothain n'eut pas l'occasion de partager le diner avec sa fille Lyra. Et, pour ne pas ennuyer les valets, le seigneur de la marche avait décidé de se servir lui-même en cuisine avant d'aller manger dans ses quartiers. Sur le chemin, il rendit visite à sa fille pour s'excuser de son absence mais celle-ci n'en fut pas du tout ennuyée et en avait profité pour aller chez ses grands parents, qui habitaient dans la cité. Elle lui souhaita un bon appétit, elle qui lisait un ouvrage sur les sciences. Lorsqu'elle se plongeait dedans, rien ne pouvait l'arrêter si ce n'était le sommeil qui faisait que, bien souvent, elle se réveillait le lendemain, le nez dans son livre, et toutes ses bougies consumées.

Les quartiers du roi n'étaient pas une énorme suite de pièces, toutes plus luxueuses les unes que les autres. Non, il s'agissait d'une chambre en bois, traversée par une belle cheminée en pierre et qui débouchait sur une salle d'eau privée et, de l'autre coté, sur un bureau personnel. Ce fut d'ailleurs dans ce bureau qu'Eothain posa le plateau repas établi par ses soins. Eclairé par deux bougies, dont les flammes volaient avec le courant d'air qui s'engouffrait depuis les fenêtres, le Roi commença son repas après s'être débarrassé de deux ou trois contraintes. Il avait enlevé ses accoutrement de seigneur, ne gardant qu'une épaisse chemise grise et un pantalon. Il avait aussi retiré ses chaussures pour laisser ses pieds respirer et se reposer sur l'épais tapis qui reposait sur le sol.

Un morceau de viande froide accompagné d'une salade de pomme de terre et d'un bout de fromage, le tout savouré avec une bouteille de vin, et conclu par une pomme; voila ce qui composait le repas royal du jour. On était loin des grosses ventrées qu'imaginaient certains en ce qui concerne les dirigeants de royaume. Le repas touchait à sa fin et Eothain épluchait soigneusement sa pomme qui constituerait son dessert. Mais le calme de se repas tardif fut perturbé par des coups donné à la porte. Le roi décida de ne pas répondre dans un premier temps mais le garde qui frappait ajouta :



-Roi eothain ! Ouvrez c'est important !


Le roi exaspéré par une journée déjà bien chargé s'écria au travers de la pièce  

-Quoi ? Le Royaume est à feu et à sang ? répondit le roi un peu contrarié de n'avoir aucun repos

-Non seigneur ! Je suis désolé de vous déranger mais je penses que cela peut être important


Le malheureux garde entendit quelques bruit de pas avant de voir la porte s'ouvrir enfin et le visage froid du roi qui lui répondit :

-Qu'y a-t-il d'important ?

-U... Une femme sire, qui demande à vous voir ! Elle prétend être la mère de demoiselle Lyra


Le roi leva les yeux au ciel et dit a son serviteur

-Ah, j'ai compris ! Vous m'avez dérangé pour rien …

-Oui enfin Non, je veux dire, je sais que ça n'est pas possible mais l'histoire qu'elle à raconté au gardes tient la route et j'ai pensé qu'il vous serait facile et rapide de dire s'il s'agit bien... de celle qu'elle prétend être.

Eothain hocha la tête de dépit. Comment pouvait-il s'agir d'asilya, alors qu'elle était morte depuis cinq ans. Cependant, le roi se posa la question simple dans son esprit : Qui irait imaginer un prétexte aussi tordu et aussi peu crédible pour demander audience au roi. Nul n'était aussi abruti pour venir prétendre de revenir d'entre les morts au risque de se voir chasser d'edoras avec la garde aux miches. Il referma la porte derrière lui et suivi son valet qui éclairait les couloirs avec son bougeoir. Il tenait toujours sa pomme à moitié épluchée en main et se dirigeait vers la salle du trône de manière assez colérique. Encore une plaisanterie se disait il, et de mauvais gout qui plus est.

Le roi arriva donc en tenue plus que décontractée dans la grande salle du palais d'or. Deux gardes tenaient l'entrée, faisant barrage de leur corps pour ne pas laisser entrer l'inconnue. Eothain leur ordonna de l'escorter jusqu’à lui. En effet, s'il s'agissait d'une manœuvre sournoise et mal intentionnée, mieux valait maintenir deux gardes à proximité. La silhouette était tremblotante et voutée, une image peu avenante, pas assez plaisante pour une supercherie. L'escorte accompagna la mystérieuse personne jusque quatre mètres devant le Roi. Elle releva la tête en regardant le roi et lorsque leus regards se croisèrent, la pomme que tenait eothain tomba lourdement sur le sol.

-C'est impossible soupira le seigneur de la marche qui reconnu immédiatement ce visage. Malgré les cheveux sales et décoiffés, malgré ses traits fatigués, usés et sa mine affreuse, le visage de cette femme faisait toujours le même effet à l'homme qu'était eothain. C'était bien Asilya qui se tenait devant lui et à cet instant, la jeune femme se mit à éclater en sanglots, et ce jetta dans les bras du souverain en criant son prénom comme par désespoir. Theored ! Avait-elle hurlé. C'était le prénom originel du Roi qui n'avait changé de nom que lors de son couronnement. Eothain la serra dans ses bras, sans vraiment laisser paraitre d'émotions tant il était sous le choc de la voir en vie. Il fit signe aux gardes de reculer et demanda à son valet d'aller chercher a boire et à manger. Si la jeune femme avait craqué littéralement, c'était seulement parce qu'elle réalisait qu'enfin son cauchemars était finis. Qu'elle ne tarderais pas à voir sa fille et que son calvaire qui avait duré près de cinq ans touchait à sa fin. Elle laissa alors couler ses larmes et sortir toute sa tristesse ainsi que son soulagement dans les bras de celui qu'elle avait aimé dans sa jeunesse. Un instant qu'eothain s'efforça de vivre avec le plus de raison possible, lui qui ne comprenait pas du tout ce qu'il se passait. Le roi du rohan ne pouvait pourtant contenir sa joie de retrouver le seul amour de sa vie, ne sachant pas si c'était bien elle ou une tromperie mais, il profitais de l'avoir contre lui pour ne penser qu'au soulagement de la retrouver en vie.

Le cri de la jeune femme n'était pas passé inaperçu au sein de tous dans le palais. Quel voix est-elle plus facile à reconnaitre pour quelqu'un que celle de sa mère ? C'est ainsi que Lyra, plongée dans ses livres, fut totalement surprise et paniquée d'entendre cette voix qui criait le prénom de son père. Elle non plus ne pouvait pas y croire et se disait qu'elle devait halluciner tout simplement. Mais pourquoi maintenant ? Elle qui fut profondément marquée par sa disparition n'eut jamais a faire à de telles expériences. Voulant en avoir le cœur net, Lyra sortit de sa chambre et chercha de quel endroit pouvait parvenir le cri. La lumière semblait émaner de la salle du trône et ce n'est que lorsqu'elle arriva dans cette salle qu'elle eut la réponse à ses interrogations.

Le visage d'asilya se releva des épaules d'eothain qui s'était retourné pour voir qui arrivait derrière lui. Et lorsque la jeune femme reconnu sa fille, se furent de nouveaux sanglots qui perlèrent le long de ses joues grises. La demoiselles du rohan était complètement perdue et ne comprenait rien de ce qu'il se passait, mais sa mère se tenait devant elle ! Peut importais que cela fusse-t-un rêve, elle accouru auprès d'asilya et, après tant d'années de séparation, la mère et sa fille se retrouvèrent enfin dans les bras l'une de l'autre. Toutes deux submergée par l'émotion des retrouvailles, elles qui ne pensaient jamais se revoir l'une et l'autre. Eothain, lui, avait prit quelques mètres de distance pour réfléchir à tout ça. Il se rappelais qu'en effet, les corps calcinés retrouvés dans leur village ne furent jamais identifié. Que l'on ne fit pas de tombe car n'ayant rien à inhumer. Mais si les question arrivaient en pagaille, et si asilya était vraiment celle qu'elle prétendais, alors ils ne tarderaient pas à avoir les réponses.


*
* *


Quelques minutes plus tard, Asilya avait rejoint sa fille dans ses quartiers où elle passerait la nuit. Mais avant elle se décida à raconter son histoire pour que le roi et Lyra puissent enfin comprendre. Elle leur raconta qu'en réalité, elle ne fut pas tuée dans l'attaque du village rohirrim mais qu'elle fut capturée par des hommes du mordor qui l'emmenèrent jusque là-bas. Elle fut tout d'abord torturée en guise de bienvenue, avant d'être traitée en esclave par des serviteurs d'une personne appelée Innommable. Son quotidien consistait à devoir préparer les repas, faire certaines taches ménagères et d'autres plus dures comme couper du bois et transporter du charbon. Cette vie dura près de quatre ans où elle pu croiser d'autres esclaves capturés venant de tous les royaumes, étant de toutes les races. Mais un jour, il fallut qu'ils déménagent dans un royaume appelé angmar. La route fut longue et le voyage plus qu'éprouvant. Mais asilya, ayant gardé en elle l'espoir, était bien décidée à trouver un moyen de s'enfuir. Sachant que ses geôliers ne connaissaient pas plus les lieux que les esclaves, elle repéra rapidement une faiblesse dans leurs système de surveillance et se lança un jour où elle en eu l'occasion. Courant sans réfléchir et sans s'arrêter, la jeune femme s'enfuit en direction de l'arnor. La fuite fut dangereuse et périlleuse mais son salut vint lorsqu'elle croisa la route de certains rodeurs qui l'accompagnèrent jusqu’à Bree. Elle fut en sécurité là-bas mais la maladie la condamna à y demeurer pendant presque un mois. Fort heureusement, un vieux guérisseur pris grand soin d'elle et lui permit de se rétablir. Les rodeurs qui étaient de passage lui apprirent que le Rohan avait maintenant un Roi et qu'il avait reconnu sa fille Lyra officiellement. Elle ne dévoila jamais son lien avec Lyra et eothain mais ne leur cacha jamais son envie de retourner en rohan. Ainsi elle parcouru l'arnor, de convois en convois, profitant de la bonté des marchands qui rejoignaient le gondor ou le Rohan. Et ce ne fut qu'une fois au gouffre de helm qu'elle comprit qu'enfin le plus dur était derrière elle. Après cela, un dernier convoi la mena à Edoras.

A l'écoute de cette histoire, eothain se sentait très mal à l'aise d'imaginer les tourments et la souffrance qu'a du éprouver Asilya durant tout se temps. Il comprit que tout ceci était bien réél mais le choc avait du mal à passer. Ainsi, il prit congé de Lyra et Asilya en leur souhaitant une bonne nuit et retourna à ses quartiers. Il ne trouverait pas le sommeil cette nuit là, mais penserait sans arrêt à toute cette triste histoire. A ce qu'il se passerait dorénavant pour Lyra et surtout Asilya. Tant de questions qui ne trouveraient de réponses que dans les jours suivants.

De leur coté, asilya et lyra discutèrent de leur situation et la mère dit à sa fille :

-Je suis heureuse de te voir épanouie et comblée avec ton père.  

-Oui, vous aviez raisons mère, c'est vraiment quelqu'un de bon et plein de qualités

Voyant que sa mère se perdait dans ses pensées, la jeune fille ajouta comme pour l'appuyer dans sa réflexion :

-Il n'a jamais cessé de vous aimer, vous savez ?... Je ne le connais que depuis cinq ans mais je sais que les rares fois où nous parlions de vous, son regard s'illuminait et son cœur parlait librement.

Asilya fit une moue de regret et soupira : Je devrais sans doute aller lui parler dès demain. Il mérite quelques explications, quelques excuses aussi.

La mère et la fille continuèrent à discuter de choses et d'autres durant presque toute la nuit, jusqu’à ce que la fatigue ne s'abatte sur elle. Jusqu’à ce que le sentiment de pouvoir céder au sommeil envahissent leurs esprit tourmenté par une soirée aussi forte en émotion. Ainsi, Asilya la mère de Lyra était bien en vie depuis tout ce temps, enlevée par les hommes de l'innomable et qui pourtant réussit à s'enfuir d'angmar non sans en garder des cicatrices physiques et morales. Mais tout ce qui comptait pour elle se soir là, c'était de s'endormir auprès de sa fille, en sécurité, loin de l'enfer que furent ses années de captivité.


* A suivre *


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
Eothain
Roi du Rohan

avatar

Nombre de messages : 209
Age : 30
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Revenue d'entre les morts [Solo|Eothain]   Jeu 31 Déc 2015 - 17:06

La nuit fut courte pour Asilya. La jeune femme avait passé la moitié de la nuit à discuter de choses et d'autre avec sa fille et ne s'était endormi que tard dans la nuit. Le lendemain matin fut tout aussi agréable que la soirée de la veille car elle eut droit à une copieux petit déjeuné en tête à tête avec Lyra. Eothain avait laissé des consignes précises pour qu'elle ne manque de rien et avait ensuite demandé à ce qu'on lui prépare un bain bien chaud. Asilya apprécia particulièrement cet instant ou elle put se relaxer dans l'eau chaude, souffler et essayer de faire le vide dans sa tête. Enfin elle pouvait se sentir propre et fraiche comme cela ne lui était pas arrivé depuis très longtemps. Après cela, il ne lui restait qu'une chose à faire pour achever la matinée : Rendre visite à ses parents qui avaient été logé à Edoras grâce à l'argent d'eothain qui souhaitait que Lyra ne soit pas séparée de sa seule famille. Ce fut l'occasion, une fois encore, de retrouvailles pleins d'émotion, de larmes et de rires. Mais asilya en profita aussi pour les remercier d'avoir fait le chois de mener Lyra à son père. Elle qui culpabilisait très souvent de lui avoir caché pendant des années pour ne pas le fragiliser politiquement. Le genre de situation où vous savez que, quel que soit le choix que vous ferez, vous ne serez pas heureux des conséquences de celui-ci. Mais tout ceci était du passé maintenant. Lyra était complice avec son père qui était maintenant roi et dont la légitimité n'avait jamais été aussi incontestée. La seule chose qui inquiétait Asilya était qu'elle sentais une certaine tension avec Eothain. Comme s'il essayait de la fuir, de ne pas se retrouver seule avec elle. Peut-être lyra se trompait-elle et que le roi avait définitivement tourné la page de ce que fus leur histoire de jeunesse. Après tout, se serait plus que compréhensible se disait la jeune femme. Mais elle devait en avoir le cœur net.

Une fois de retour au palais, Asilya demanda aux gardes s'ils savaient où se trouvait le Roi et elle n'eut que guerre de réponses. Peu de gens savaient où était passé Eothain bien qu'il ait été aperçu, moins de cinq minutes plus tôt, dans la salle du trône. Elle n'eut la réponse que de turold, l'un des maréchaux de la marche qui lui indiqua avoir aperçu le seigneur de la marche sur le pallier du palais mais coté opposé à la grande porte. La jeune femme le remercia et marcha jusqu’à l'endroit indiqué non sans éprouver une certaine peur du vide qu'elle avait toujours eu. Il fallait dire que le Palais était juché sur un promontoire qui dominait toute la cité, rien de rassurant pour quelqu'un atteint de vertige. Ce n'est qu'une fois à l'endroit indiqué qu'elle aperçu la silhouette du maitre de ses lieux.

Eothain se tenait là, les yeux dans le vide. Il regardait au loin les montagnes blanches qui se dressaient telle des murs enneigés devant une plaine vaste et paisible. Cet instant de réflexion et de méditation fut interrompue par la douce voix d'asilya qui résonnait aux oreilles du souverain comme une mélodie enivrante.  

-A quoi songes tu donc ? Tu est resté une ombre toute la journée et j'ai eu du mal à te trouver … Me fuis tu ?

-Je repensais à notre rencontre Asilya. Je m'en souviens encore comme si c'était hier. J'avais eu une permission pour la soirée qui se tenait à Aldburg où j'étais en garnison. Mes amis et compagnons d'armes m'avaient trainé dans ce bal presque de force et je n'y trouvais mon compte qu'en savourant de bonnes bières. J'étais au bar, entrain de me faire servir plusieurs pintes pour payer ma tournée quand je vis ton visage sur une table non loin de là. Tu portais une magnifique robe blanche et tu discutais avec une amie jusqu’à ce que nos regard se croisent. Aveuglé, touché en plein cœur par ta beauté, je fis un petite geste de la tête pour te saluer, ce à quoi tu répondit en m'offrant ton magnifique sourire. Le mal était fait, j'en oubliai même de retourner à ma place pour servir mes amis et, prenant mon courage à deux mains je t'invitai à danser. Moi qui dansais comme un manche ayant la grâce d'un troll des cavernes...

Cette dernière phrase ne manqua pas de faire rire légèrement asilya qui, s'approchant d'eothain pas à pas, reprit :

-Je me souviens, tu portais une belle chemise dont tu avais remonté les manches jusqu'au coudes, dévoilant ainsi tes avant bras. Tu étais si beau avec tes cheveux bruns et ton teint plus halé parmi toute une assemblée de rohirrims pâles à la chevelure dorée ou rougeoyante. Tes larges mains ayant, l'air d'être les attributs d'une forte poigne, furent pourtant si délicates lorsqu'elle prirent ma main d'une part et enlacèrent ma taille de l'autre. Alors je plongeai mon regard dans tes yeux gris, aussi sombres et profonds qu'un ciel d'orage s'apprêtant à abreuver la terre d'une pluie salvatrice.

Les deux anciens amants joignirent le geste à la parole, comme pour revivre cet instant qui fut sans doute le plus beau de leurs vies amoureuse et eothain reprit :

-Tu as posé ta tête contre mon épaule et là … j'ai sentis mon estomac vrombir et je ne put retenir un certain renvoi, discret et contenu, mais ayant suffisamment fait trembler mon corps pour que tu comprennes que la bière venait de détruire l'instant romantique par excellence !


Tous deux se mirent à rire. Il était vrai que leur rencontre démarra bien mais qu'eothain fut ensuite bien gêné d'avoir une remontée gastrique au moment le moins opportun. Cela n'avait pas manqué de faire rire asilya le jour même qui ne lui en tint pas rigueur par ailleurs. Tous deux avaient les même souvenirs d'un moment magique, celui où l'amour vous frappe et où la séduction s'opère entre deux êtres qui ne se connaissent pas mais qui ressentent tous deux l'irrésistible envie de se sentir l'un près de l'autre.

Les rires s'estompèrent au bout de quelques secondes et les deux regard se croisèrent à nouveau. Il ne s'étaient pas vu depuis presque quinze ans, et pensaient s'être perdus pour toujours. Malgré cela, chacun d'entre eux ne connu d'autre histoire, comme s'ils refusaient de refermer la parenthèse d'une merveilleuse aventure, loin de n'être qu'un simple amour de jeunesse.

-Cet instant où nous dansions ensemble fut sans doute l'un des plus beau qu'il m'ait été donné de vivre. Et presque aucun jour ne passa depuis lors sans que je ne repense à cet instant magique et à toute notre histoire ensuite
. Avoua eothain.

Asilya, légèrement étonnée demanda :

-Tu n'a jamais ressentis la même chose pour une autre femme ? Depuis tout ce temps ?

-Et bien, si l'on exclu Lyra, aucune femme ne prit autant de place en mon cœur que celle que tu y tiens toujours.


Le regard de la jeune femme se troubla d'un léger voile larmoyant dès l'instant ou l'homme qu'elle n'avait elle aussi jamais cessé d'aimer lui avoua que ses sentiments étaient aussi forts qu'au premier jour. Mais, ne trouvant les mots pour exprimer ses sentiments à son tour, Asilya se contenta d'approcher son visage de celui du rohirrim. Ses lèvres vinrent embrasser les siennes tandis que leurs bras s'enlacèrent mutuellement. Ce moment de romantisme dura quelques secondes avant d'être interrompu par un petit cri de joie venu de derrière.

Il s'agissait de Lyra qui, voyant pour la première fois de sa vie ses deux parents réunis, n'avait pu retenir un petit cri enjoué de constater le renouveau de la relation entre sa mère et son père. La jeune fille n'étant pourtant pas vraiment des plus émotives, mais cette vision avait submergé la demoiselle du rohan qui rejoignis les bras de ses parents pour un câlin de famille. Ils étaient tous trois réunis et ne manqueraient pas de profiter de ces instants familiaux.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
 
Revenue d'entre les morts [Solo|Eothain]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revenir d'entre les morts
» [RPFB] Réveil d'entre les morts à l'heure du casse-croute
» Revenir d'entre les morts?...
» La nuit tombe sur ce cadavre revenu d'entre les morts...
» La famille c'est sacré... enfin il parait [Solo/Ouvert]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Divers (uniquement RP) :: Fosse abyssale des Sept enfers démoniaques :: RPs des Royaumes Humains :: Archives du Rohan-
Sauter vers: