Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]

Aller en bas 
AuteurMessage
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Mar 2 Fév 2016 - 19:40

Cela faisait maintenant dix jours que Khälen était partie du Val d’Anduin. Cette visite avait été un peu différente des autres. De nouvelles rencontres s’étaient jouées. Pour le meilleur ou pour le pire, elle n’en savait encore rien, seul l’avenir le lui dirait. Qui vivra verra. Mais pour le reste, tout s’était passé comme d’habitude. Elle était arrivée avec des tenues qu’elle avait terminées depuis sa dernière venue, elle en avait commencé et achevé d’autres pendant son séjour puis elle repartait avec des travaux en cours. Comme toujours.  Elle en avait aussi profité pour se transformer une fois par jour, jouissant de cette liberté qu’elle n’avait pas quand elle était en plein Pelargir. Comme toujours.

Son chariot, ses trois gardes et elle avaient fait halte non loin de la forêt de Druadan, au Nord de Minas Tirith. La proximité facilitait l’accès au bois pour le feu de camp. Ses accompagnateurs la suivaient depuis des années maintenant, ils savaient pertinemment quand et où s’arrêter. Ils connaissaient la raison et la laissa faire même si ça ne leur plaisait pas vraiment de la voir s’éloigner ainsi … Après tout, ils étaient payés pour surveiller non seulement la marchandise mais également leur employeur ! Sauf qu’ils étaient, logiquement, un peu forcés d’obéir à ses ordres, aussi. Cruel dilemme que voilà. Mais elle leur avait juré de ne pas trop s’éloigner. Et elle s’y était toujours tenu. Alors ils étaient moins tendus. Un peu moins.

A l’arrière du chariot, parmi tout son outillage et autres matériaux, la changeuse de forme changeait de tenue. Elle quittait un ensemble de voyage bien confortable pour, en tout et pour tout, une simple cape longue aux manches évasées. Cette dernière, faite de ses mains, était douce au toucher tout en étant assez résistante aux différents accrocs que pouvaient créer des branches d’arbres. Pas assez pour les ronces et consœurs acérées en revanche. Le fait qu’elle lui arrive aux chevilles évitait qu’elle ne traine toutes les feuilles mortes avec elle ou qu’elle serve de buvard quand il avait plu. D’une teinte vert sombre, elle ne présentait qu’une seule autre couleur : l’or, celui des broderies qu’elle n’avait pu s’empêcher d’ajouter sur tout le pourtour de la veste et des manches. Ne la portant généralement que peu de temps, la tailleuse n’avait pas cru utile d’ajouter un système de fermeture, se contentant d’en tenir les deux pans d’une main.

Changée et ayant retiré tous ses bijoux, elle quitta l’arrière de son chariot et sourit aux trois hommes qu’elle finissait par contre. Et qu’elle finirait par voir mourir, comme tous les autres.

« Ne vous inquiétez pas, je reviendrai.
- Une heure, comme d’habitude ?
- Oui. A tout de suite. »

Et  d’un pas léger, elle s’enfonça dans la forêt. Elle parcourut une courte distance, deux cents mètres tout au plus, et là, elle retira sa cape qu’elle plia et posa à cheval sur une branche. Nue, elle frissonna tout en continuant de sourire. Elle se concentra et la métamorphose s’opéra sans artifice. Ce n’était pas un spectacle de son et lumière.

L’instant d’après, la femme avait changé au profit du springbok.
Et d’une démarche souple, elle s’engagea plus loin aux travers des arbres.


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Mar 2 Fév 2016 - 20:28

L'automne était là, et il faisait bien évidemment en sorte que ça se sache. Partout, où que le regard puisse se porter, on pouvait observer des teintes d'orange, de jaune, de rouge, certaines parfois entremêlées au coeur d'un même feuillage. Un paysage magnifique et qui méritait qu'on s'y arrête. Ah , l'automne... Les artiste qui avaient tenté de saisir ces teintes, ces effets de lumière... Ils se comptaient pas centaines, et pourtant les artistes se faisaient rares en Terre du Milieu...
En tant que Demi-Elfe, Denaos n'était pas insensible à la beauté de cette période de l'année. C'était d'ailleurs la période de l'année où son héritage elfique se faisait le plus sentir... Mais pourtant, même en observant uniquement toute cette nature avec ses yeux d'humain, il trouvait le tout d'une grande beauté...
Il avait passé la journée seul. Il se souvenait d'une chose. Il savait qu'Elator était parti, et qu'il ne le reverrait sans doute pas avant l'hiver prochain... Il ressentait une certaine tristesse à ce sujet. Elator lui était très proche, et il tenait beaucoup à lui. Mais en ce moment, il avait l'image de quelqu'un d'autre à l'esprit.
Il était là, perché dans un arbre. Il ne s'entretenait pas, il le savait. Une barbe épaisse lui dévorait le bas du visage, mais ce n'était pas pour lui déplaire. Il avait également raccourci ses cheveux, et ls avaient teints en noir, afin d'améliorer sa discrétion. Pour ce qui était de ses occupations du moment, il guettait. Il n'avait pas accepté de nouveau contrat, mais au loin il percevait qu'un chariot s'était arrêté. Il voulait savoir qui.
Il se laissa tomber souplement au sol. Ses habitudes avaient bien changé. Il avait partiellement oublié les arcanes de la dague, mais avait trouvé bien plus de réconfort dans le maniement de l'arc...
Ladite arme en main, il se posta à un endroit où il aurait une vue dégagée. Mais ce qu'il aperçut lui coupa le souffle.

Khälen. Elle était là. Nue. Il avala sa salive. Elle était belle, d'une beauté à couper le souffle. Déjà, il savait que jamais il n'oublierait cette vision...

Mais il n'eut pas le temps de s’appesantir davantage sur ce qu'il ressentait. Sous ses yeux, elle venait de se transformer en une bête étrange. Il n'avait jamais su nommer ce genre d'animal, mais il savait que la créature serait rapide et très difficile à attraper. Et déjà, l'animal s'élançait en douceur entre les arbres. Un sourire vissé sur les lèvres, Denaos prit de la hauteur en vitesse. Les arbres d'ci avaient un avantage: ils poussaient serrés, aussi passer d'un arbre à l'autre était-il chose aisée.
L'ex-assassin n'était pas des plus rapides, mais il pouvait tenir le rythme. Du moins, c'est ce qu'il pensait. rapidement, Khälen s'éloigna, et il ne sut bientôt plus quoi faire pour lui signaler sa présence. Il se laissa tomber au sol, banda son arc et tira. La flèche fila et se planta juste devant le museau de la bête alors qu'elle entamait un virage serré.

-Khâlen! QU'est-ce que tu fais ici? Tu ne peux pas savoir à quel point ça me fait plaisir de te revoir!

La nouvelle tête de Denaos:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Mar 2 Fév 2016 - 23:06

Khälen avançait avec tranquillité, nullement pressée, nullement obligée de répondre de quoi que ce soit à qui que ce soit si ce n’était elle-même. Elle profitait du moment, tout simplement. C’était le sien. Elle avait conscience de ce qui l’entourait. Le bruissement des feuilles sous ses pas, la douce étreinte du vent  alors qu’elle commençait à accélérer … toutes ses sensations qu’elle n’avait pas quand elle était sous son autre forme. Tout paraissait si simple en tant qu’animal. C’est pourquoi c’était aussi dangereux d’y rester longtemps, c’est pourquoi elle se limitait à des sessions d’une heure et jamais plus quand elle était seule. Au Val, ils lui avaient appris à revenir mais l’attrait qu’avait cette forme était encore puissant chez elle. Tout simplement parce que le reste du monde devenait abstrait et qu’elle pouvait facilement oublier toutes les pertes qu’elle avait subi jusqu’ici. Ses parents, ses frères, ses apprentis et surtout, l’amour de sa vie. C’était uniquement pour ça qu’elle s’astreignait une limite.

Entendant des craquements derrière elle, elle accéléra le mouvement, par principe. A moins d’un gros manque de bol, avec une pointe à 115, elle était sûre de semer à peu près n’importe quel poursuivant. A deux ou trois exceptions près. Les arbres ne l’aideraient certainement pas à atteindre cette vitesse mais elle y était passée suffisamment longtemps pour avoir non seulement une bonne connaissance de ce petit coin de verdure mais aussi pour savoir se méfier des branches.
Ce dont elle n’avait pas l’habitude, c’était le projectile qui s’échappait d’un arc, communément appelé une flèche. Et cette dernière venait de se ficher dans l’arbre en lui passant juste devant le nez, l’obligeant alors à un nouveau virage serré. Sans demander son reste, elle détala encore plus vite, mettant de la distance entre elle et son bourreau, n’entendant la voix que d’une oreille distraite même si la première sonorité résonnait encore.
Sans se retourner, elle s’éloigna, ses capacités intellectuelles revenant à une vitesse aussi rapide que celle de sa fuite. Elle n’avait jamais eu d’ennuis dans cette forêt, elle n’y avait jamais croisé âme qui vive. Pas humaine en tout cas. Animal oui, mais capable de tenir un arc, jamais. Coïncidence ? Peut-être. Elle n’allait pas devenir paranoïaque pour autant. Restait à savoir si c’était sciemment que la flèche lui était passée à quelques centimètres. Si ce n’était pas le cas, elle pouvait continuer à fuir pour faire un grand arc de cercle afin de revenir à son point de départ. Et si c’était le cas, c’était un peu radical pour avoir l’attention de quelqu’un … Surtout que cela supposait que l’archer savait qu’elle était capable de se transformer. Avait-elle été vue au moment de sa métamorphose ? Trop heureuse, elle ne s’était pas méfiée. Peut-être qu’elle aurait dû. Ou alors, quelqu’un avait parlé aux trois gardes qui attendaient plus ou moins anxieusement son retour. Elle ne pouvait pas savoir …

Elle finit par s’arrêter, regardant de ses autres yeux tout autour d’elle. Personne pour le moment mais cela pouvait changer rapidement. Elle se dissimula dans un fourré un peu plus épais que les autres et attendit patiemment. L’heure était loin d’être écoulée, elle avait tout son temps. Peut-être que rentrer aurait été plus sage … mais la curiosité l’emportait.

Un homme finit par se présenter dans la lumière que la cime laissait passer. Elle vit d’abord le carquois et l’arc qui dépassaient de son dos. Il était probable que ce soit lui qui ait tiré. Puis elle nota les cheveux sombres et courts, suivis de près par la barbe fournie. Personne de sa connaissance ne collait avec le profil. Elle s’attarda alors sur le visage dans son entier … et les oreilles passaient juste un peu moins inaperçues que ses propres cornes. La théorie de la cible ratée délibérément gagnait en valeur  et en cohérence. Les Elfes n’étaient pas connus pour être des bras cassés à l’arc, entre autres choses. Plus elle le détaillait, plus son cerveau lui envoyait de signaux. Elle le connaissait. Le prénom ne lui revenait juste pas pour le moment … et il ne risquait pas si c’était celui auquel elle pensait puisqu’il n’avait pas pris la peine de le lui donner quand ils s’étaient rencontrés. Cela concordait avec son prénom qu’elle avait entendu au tout début. Mais le souvenir qu’elle avait de lui était totalement différent … peut-être se trompait-elle.

Elle allait attendre. A partir de là, deux options se présentaient. Si c’était bel et bien lui et qu’il réussissait à lui faire comprendre, elle accepterait sans doute de repasser à sa forme humaine, non sans lui réclamer sa cape en attendant de récupérer la sienne. Hors de question qu’elle reste nue au milieu des bois. Et si ce n’était pas lui, elle fuirait de nouveau, rentrant directement au campement cette fois.


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Mer 3 Fév 2016 - 18:27

Khälen, si c'était bien elle, avait esquivé la flèche, et c'était tant mieux. Il aurait été bien difficile pour Denaos de savoir à quel point il aurait pu s'en vouloir s'il l'avait touchée...
Toujours est-il qu'elle accéléra, le forçant à une pointe de vitesse qu'il ne se souvenait pas avoir jamais atteinte. Le fait était que les dernières semaines avaient forgé son corps, notamment en augmentant sensiblement la masse musculaire, et par là même l'endurance et la vitesse. Mais tout athlète qu'il était, il ne pouvait pas battre un tel animal à la course... Il finit par la perdre de vue. Mais il continua. De temps en temps, il faisait une pause de quelques instants, puis reprenait la traque de plus belle.
Il retrouva le contact visuel juste à temps pour la voir s'engouffrer dans un fourré sans en ressortir. Il hésita. Peut-être ne l'avait-elle pas reconnu...

-Khälen? C'est moi... Tu ne te souviens pas?

Il se plia légèrement et reprit son souffle, les mains sur les genoux, le souffle court. Hors d'haleine, il cherchait à capter le regard de la belle métamorphe... Un rayon téméraire perça le feuillage et s'abattit sur le buisson où s'était cachée la femme, faisant étinceler le regard clair de l'animal. Aussitôt, Denaos riva son regard à celui de celle qu'il estimait son amie.

-Tu ne me reconnais pas? Si bien sûr... Tu ne peux pas me nommer, n'est-ce pas? Je ne me souviens pas m'être présenté... Mais j'ai un moyen de me faire reconnaître...

Son souffle revenait, c'était certain. Déjà, il pouvait à nouveau se tenir droit, et ce n'était pas plus mal. Mais déjà, il savait quoi dire pour que Khälen le reconnaisse... Lentement, il tourna le dos au buisson et s'assit contre un arbre, les jambes repliées, un bras posé sur les genoux, l'autre qu'il passa dans ses cheveux avec une certaine lassitude. Courir arpeès un tel animal était une épreuve en soi...

-Je crois me souvenir qu'il y a six mois, un homme est venu... Un homme...dont l'arrivée n'était pas passée inaperçue.. Un homme bardé de cuir, avec des cheveux blancs... D'ailleurs, je crois me souvenir qu'il avait...des oreilles un peu pointues... Oui, c'est ça! Tu lui as offert à boire, c'est certain! Et il t'a avoué pas mal de choses, il me semble... Il disait... Il disait s'appeler Denaos...

Bien entendu, il jouait la comédie, et c'était clair dans sa façon de parler. Il tourna sa tête vers le buisson, un large sourire sur les lèvres.

-Et au fait... Béorn te passe le bonjour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Mer 3 Fév 2016 - 23:10

Son prénom revient de nouveau. Donc l’homme la connaissait vraisemblablement. Mais elle en voulait la confirmation. Les suppositions ne lui suffisaient pas. Et non, elle ne se rappelait pas d’un semi-elfe barbu aux cheveux sombres armé d’un arc. Par contre, d’un semi-elfe aux cheveux blancs qui avait débarqué sans prévenir, ou presque, dans sa boutique… oui, parfaitement. Qu’il lui apporte une preuve de leur rencontre et elle ferait un geste. Pas avant. Prudence est mère de sûreté.
En attendant, elle était pleinement satisfaite de le voir hors d’haleine. Cela lui apprendrait, même s’il l’avait manquée, à lui tirer dessus ! S’il la connaissait, encore heureux qu’il l’ait ratée. Comment aurait-il réagi si, l'ayant touchée, elle s’était retransformée sous ses yeux, agonisante ? Bonne question. Lui demanderait-elle ? Autre bonne question. Un autre rayon filtra et se dirigea pile sur elle, comme s’il souhaitait participer à sa localisation. Traitre. Elle croisa le regard de son interlocuteur. Oui, elle connaissait ces yeux bleus. Elle sourit intérieurement mais ne bougea pas d’un poil de sa planque révélée pour autant. Elle le fixa à son tour, ne cillant pas plus qu’une statue de pierre. Et elle l’écouta encore, même si elle ne pouvait lui répondre pour le moment.
Effectivement, elle le reconnaissait malgré sa nouvelle apparence. Celle-ci ne lui déplaisait pas. La barbe, sans aucun doute, faisait son petit effet. Ared en portait une. Initialement, c’était rarement. Quand elle lui avait dit qu’elle l’aimait tout autant avec, la tendance s’était inversée. Il était plus exceptionnel de le voir sans. Cela faisait si longtemps … Et non, elle ne pouvait pas le nommer puisque le rustre n’avait pas jugé ça utile. Il le lui confirmait d’ailleurs.  Elle le suivit de ses yeux différents quand il s’éloigna pour s’assoir le long d’un arbre. Il avait un peu las. La course l’aurait-elle épuisée plus qu’il ne voulait le montrer ? Cela lui ferait les pieds tiens. Il s’y prendrait autrement pour l’aborder la prochaine fois. Elle poursuivit son écoute.
Un homme non. Mais un être masculin, oui. Pas passée inaperçue ? C’était un euphémisme. Faire courir la garde ne passait jamais inaperçu. Surtout quand on suppliait une tailleuse de le laisser rentrer le temps que cette dernière ne passe en courant dans la rue. Quant à avouer des choses, oui. Mais non, il ne disait pas s’appeler Denaos. Ce n’était que maintenant, six mois plus tard, totalement par hasard, qu’elle apprenait son prénom et qu’elle pouvait l’utiliser. Elle sourit de plus belle à la dernière mention. Il ne croyait pas si bien dire.

Ce n’est qu’à ce moment que Khälen consentit à sortir de sa cachette improvisée. Elle se dirigea vers celui dont elle avait désormais le prénom, inclina la tête un instant avant d’aller derrière l’arbre contre lequel il était calé. Elle ferma les yeux et se laissa aller en douceur. C’était l’une des clefs. Ne pas paniquer. Elle sentit les tiraillements la reprendre, l’allongement des membres se faire et les sensations de communication s’estomper. Elle rouvrit les yeux. Elle était de nouveau sous sa forme principale. Pas plus d’artifice dans ce sens dans la transformation. Sans bouger de l’arrière de l’arbre, elle tendit un bras nu et gris.

« Denaos ? Vous accepteriez de me prêter votre cape ? J’ai laissé la mienne à l’orée du bois. Je ne pensais pas croiser quelqu’un. »

Et se balader nue n’était pas une option. Elle n’était pas spécialement pudique mais ce n’était pas pour autant qu’elle versait dans l’exhibitionnisme. Attrapant la cape qu’il lui prêtait pour le moment tout en le remerciant, elle s’y emmitoufla sans se poser plus de questions que ça et revint se poster devant lui.

« Vous saluez vos amis en leur tirant dessus ? Je ne connaissais pas comme technique. Elle a fait ses preuves ? »

Mi-sérieuse, mi-amusée, elle poursuivit docilement, comme si tout cela était normal.

« Je ne pensais pas vous revoir aussi rapidement. Ni même ici. Et encore moins avec une nouvelle tête. C’est pour revenir plus facilement à Pelargir ? »


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Jeu 4 Fév 2016 - 15:02

Le bruit ne se fit pas attendre. Les buissons bougèrent. Les sens aiguisés de l'ex-assassin lui apprirent où se dirigeait la changeuse de peau. Elle s'était cachée, derrière l'arbre qu'il avait lui-même choisi. La situation était cocasse, surtout lorsqu'il tourna la tête pour voir le bras fin de la tailleuse émerger dans son champ de vision. L'instant suivant, elle quémandait qu'il lui prête sa cape. Il laissa un léger sourire étirer ses lèvres et défit lentement les attaches.

-Je t'en prie, c'est naturel.

Puis vint une autre question, moins banale, sur sa manière de saluer. Là, par contre, il se laissa carrément aller à rire. Un rire franc et clair qui sonnait dans toute la forêt.

-Pour parler vrai, je ne savais pas comment t'interpeller. Je me disais qu'avec la vitesse, tu ne m'aurais pas entendue. Et en même temps, je n'avais aucun moyen de te retenir... Un tir à l'arc était la seule solution qui me restait. J'espère que tu me pardonneras... Si je t'avais touchée, je ne m'en serais certainement jamais remis...Mais il faut croire que c'est une technique qui marche... Tu t'es bien arrêtée, non?


Son air s'était légèrement assombri. Oui, il ne se le serait jamais pardonné, quoi qu'il puisse se produire par la suite... Il la suivit ds yeux quand elle d'installa en face de lui, et il lui sourit avec toute l'amabilité dont il était capable. Quand elle lui posa la question au sujet de sa métamorphose, il sourit à nouveau.

-Depuis que j'ai découvert les merveilles de l'arc, je n'arrête pas de m'en servir. Mais mes cheveux blancs ont une sacrée tendance à me faire repérer... Donc, je les ai teints... Mais maintenant que tu le dis, c'est vrai que ça me permettra de revenir plus facilement...

Il pencha légèrement la tête sur le côté. Son regard avait plongé dans les yeux bleus de la belle changeuse de peau, et un sourire presque béat étirait son visage. Il se sentait si bien en sa compagnie... Il venait de réaliser que si il y avait bine une femme avec laquelle il voudrait finir ses jours, ce serait bien elle...

-Et tu veux que je te dise? Je n'y ai jamais pensé une seule fois, à cette histoire de retour... Je ne pensais pas vraiment te revoir, moi non plus... Mais maintenant, c'est à moi de poser une question? Quand je t'ai encore parlé de Béorn, tu m'as eu tout l'air d'être amusée? Pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Ven 5 Fév 2016 - 9:42

Fatalement, sa cape d’emprunt était moins confortable que la sienne. Le contraire aurait été surprenant puisque la sienne, elle l’avait faite sur mesure. Celle-ci étant un peu grande, elle fit attention à ne pas marcher dessus en allant se planter devant le demi-elfe. Tenant les pans contre elle, elle s’assit gracieusement, réussissant l’exploit de ne rien révéler de sa personne. Elle doutait qu’il lui soit tombé dessus par hasard, la reconnaissant immédiatement, alors elle supposait qu’il l’avait vu se transformer. Auquel cas, il avait eu le temps de se rincer l’œil. C’était bien suffisant pour le moment. Lui demander confirmation pouvait être amusant tiens … juste pour voir s’il assumait ce côté voyeur par inadvertance. Si elle ne se plantait pas totalement sur sa théorie …

Khälen ne put retenir un sourire en l’entendant rire. Cela contrastait avec le souvenir qu’elle avait de lui. Il avait ri, elle s’en rappelait, mais pas de cette façon. Ce rire-là sonnait plus clair, plus pur peut-être. Ou peut-être se faisait-elle des idées. Sa voix, rauque mais chaleureuse, s’éleva doucement dans la forêt.

« J’ai une ouïe plus développée sous mon autre forme. Je capte bien plus de choses, qu’elles soient humaines ou non. Il faudrait tester la prochaine fois mais je pense que je vous aurai entendu. Mais je me permets de ne pas être d’accord. Je ne me suis pas arrêtée tout de suite : j’ai quand même commencé par foutre le camp à grande vitesse ! »

Elle se mit à rire doucement à son tour avant de reprendre à l’intention de son interlocuteur.

« J’avoue avoir été surprise. Je n’ai jamais croisé personne ici depuis le temps que j’y fais un petit tour. Ou pas d’aussi près en tout cas. Et puis, une flèche qui débarque comme ça … c’est assez inattendu je dois dire. Je ne vous avais pas vu, la possibilité que ce soit un chasseur était envisageable alors j’ai préféré ne pas prendre de risque. Mais quoi qu’il en soit, je vais bien, malgré une petite frayeur sur le coup, alors il n’y a rien à pardonner. Promettez-moi seulement ne pas réutiliser cette technique sur moi. »

Ainsi donc il ne s’en serait, apparemment, jamais remis … pourquoi ? Ils ne s’étaient vus qu’une seule fois, deux en comptant celle-ci. Il ne pouvait pas s’être attaché à elle à ce point-là. Ou alors elle avait singulièrement sous-estimée la première impression qu’elle lui avait faite. Pourtant, elle n’avait pas le souvenir d’avoir laissé une empreinte indélébile. Toutefois, l’air qui se peignait sur ses traits à cet instant précis semblait le confirmer. Etrange. Elle ne revint pas sur ses propos, préférant l’écouter sur sa nouvelle arme en souriant.

« Oui, j’ai remarqué que vous aimiez vous en servir … »

Elle n’avait pu s’empêcher cette petite remarque, juste pour le charrier. Après tout, elle avait été aux premières loges pour s’en apercevoir. Elle avait parfaitement le droit de le taquiner un petit peu. Douce revanche. Sans ciller, elle continuait de le fixer tout en ne manquant pas un mot de ce qu’il lui expliquait.

« Blanc sur fond vert, sûr que ce n’est pas des plus discrets. Même en ville cela dit. Ça a la fâcheuse tendance de détonner parmi les autres. Sauf si je suis à côté. Généralement, les gens se focalisent sur moi … allez savoir pourquoi tiens dit-elle, amusée Sinon, moi je pensais juste ne pas vous revoir aussi vite. Et pas ici. Mais donc, vous ne pensiez pas me revoir du tout ? Même pas un tout petit peu ? Rhalala, je serai presque déçue ! Presque. »

Quitte à l’embêter gentiment, autant y aller jusqu’au bout.

« Quant à Beorn, c’est uniquement parce que je l’ai vu il y a une quinzaine de jours. Alors je pense que de nous deux, c’est moi qui l’ai vu la dernière. Mais je peux me tromper expliqua-t-elle en souriant toujours avant de poursuivre A mon tour de vous poser une question ! Enfin, plusieurs mais elles vont ensemble. Depuis combien de temps vous avez trouvé refuge ici ? Et vous en sortez de temps en temps ? Vous y restez seul ? »


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Mar 16 Fév 2016 - 17:43

Longtemps, Denaos l'écoute parler sur elle, sur lui, sur énormément de détails, en fait... Mais il retient tout, en bon assassin. Pour pouvoir approcher une cible, il faut tout retenir de ce qu'elle a pu dire ou faire. Un entraînement qui l'aidait bien, étant donné la vitesse à laquelle Khälen semblait pouvoir changer de sujet. Elle ne s'en rendait peut-être pas compte, mais elle avait un débit monumental... Vint le moment où elle décida franchement de le taquiner sur ses méthodes.

-Je te le promets. De toute façon, je serai bien incapable de te faire du mal... Certes, j'aime la guerre, mais jamais quand une personne à laquelle je suis attachée est concernée...

Le tout avait été dit avec le sourire, mais jamais, au grand jamais, il n'avait ressenti moins de joie. Si réellement, elle avait été touchée, il se serait sûrement senti malade... Mais ce qui suivit n'était pas vraiment risible, mais apparemment, elle adorait le taquiner. Il sourit en y repensant. Elle avait décidément un sacré caractère... Une chance. Une femme comme elle, aussi exceptionnelle, ne pouvait être qu'une chance pour celui qui volerait son coeur...
C'est à ce moment-là qu'elle mentionna Beorn. A nouveau, il sourit franchement.

-Je pensais que tu avais oublié cette partie de la discussion... Mais si tu l'as vu récemment, c'est tout à ton honneur... C'est vraiment quelqu'un de vraiment sympathique, même s'il n'a pas vraiment de conversation... Mais je serai franc... C'est vrai, je pensais ne pas te revoir... En fait, je n'avais jamais croisé personne depuis que je me suis installé ici. Mon arrivée remonte à approximativement deux mois. Depuis que je me suis réellement remis de mes blessures, en fait. Et tu me croiras si tu veux, mes c'est le genre de solitude qui a du bon... Alors oui, j'avoue, tu m'as manqué...

Il sourit encore une fois.

-Et au cas où tu te poserais la question, le fait que j'ai posé les yeux sur toi pendant ta métamorphose était tout sauf volontaire, mais je serais un fieffé menteur si je te disais que je n'ai pas apprécié.


Aucun sous-entendu... Il la trouvait magnifique, et il n'avait aucune raison de s'en cacher... Restait juste à savoir comment elle le prendrait...

-Prends-le comme tu veux, mais je veux que tu saches que oui, je tiens à toi. Oui, je sais, ce n'est pas cohérent. On se connaît à peine, mais pour moi, c'est suffisant. Aussi loin que remonte ma mémoire, je n'avais jamais posé les yeux sur un corps aussi parfait que le tien. Alors oui, j'ai aimé ce que j'ai vu. Et non, je n'en retire aucune gêne.

On y était, il l'avait dit, et il l'assumait.

-Pourquoi regretter de regarder ce qui est beau? Regrette-t-on de passer du temps devant des oeuvres d'art? Je ne pense pas... Alors s'il fallait ressentir de la honte à observer un corps comme le tien, quitte à la faire comme si c'était défendu, je préfère autant tirer une dague pour me la planter dans le corps!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Dim 21 Fév 2016 - 12:07

Entre deux réponses développées ou non à un interlocuteur, Khälen était capable de le laisser répondre à sa guise. Elle pouvait même tomber dans le mutisme et se contenter d’entendre ce qu’on lui disait. Elle excellait même à ça. La plupart du temps, ses proches s’adressaient à elle quand ils ressentaient le besoin de parler de quelque chose, futile ou non. Malheureusement, au fil des années, au fil des pertes, ces conversations s’étaient réduites pour devenir inexistantes. Elle écoutait ses clients maintenant. Certains plus que d’autres. Tout dépendait de leurs problèmes. Elle en aidait certains. Pas toujours. La quantité de choses qu’elle avait apprises au fil de ses nombreuses années pourrait remplir un certain nombre de volumes si elle décidait de les coucher sur papier. Mais ce n’était pas son genre. Et tous ces secrets seraient emportés dans la tombe avec elle le moment venu. Ce qui n’était pas pour tout de suite …
Actuellement, elle entendait très bien ce que lui répondait Denaos. Sauf qu’elle ne comprenait pas vraiment à quel moment ils en étaient arrivés-là au niveau relationnel. Pour le peu qu’elle connaissait de lui, elle l’appréciait, la question n’était pas là. Soit, elle serait ennuyée s’il lui arrivait quelque chose, de vital ou non. Mais elle ne pouvait pas en dire plus pour le moment. Avec le temps, elle s’attachait aux gens de moins en moins facilement. Il ne faisait pas exception, surtout en ne l’ayant vu que deux fois en comptant aujourd’hui. Elle se contenta de lui sourire après la promesse de ne pas réutiliser cette technique.

Elle n’avait pas parlé à Beorn du demi-Elfe. Elle n’avait pas encore le prénom qui allait avec quand elle était au Val, elle aurait dû faire une description … elle n’avait pas pris le temps. Et puis, elle avait eu à faire lors de son passage. Sans compter qu’elle ne pensait pas du tout à lui à ce moment-là, bien trop occupée par sa couture. Peut-être le prochain coup. Ou pas. Elle acquiesça simplement à ses propos, ne s’engageant pas sur le changeur de forme, ne souhaitant rien trahir de sa personne.

Elle s’apprêta à répondre, puis se ravisa alors qu’il poursuivait docilement. Autant ne pas le couper. Elle pouvait largement attendre son tour. Cela lui permettait de réfléchir, que ce soit sur ce qu’elle entendait ou allait dire. Les deux allaient ensemble.
Ainsi donc, il l’avait donc bien surprise pendant qu’elle se transformait. Et le spectacle ne lui avait pas déplu de ce qu’il en disait. Elle n’afficha ni gêne ni mépris en l’apprenant. Elle n’était pas spécialement pudique et après tout, elle se transformait bien au milieu des bois. Elle aurait très bien pu le faire à l’arrière de son chariot. Elle aurait à l’abri, autant des regards que du reste puisque les trois hommes auraient été à proximité. Peut-être devait-elle le considérer pour une prochaine fois … Elle avait le temps d’y penser.
Non, effectivement, ce n’était pas vraiment cohérent puisque, comme il le disait si bien lui-même, ils ne se connaissaient pas. Si cela lui était suffisant, ce n’était pas réciproque. Un rire bref lui échappa quand il mentionna la perfection de son corps. Outre le fait qu’elle trouvait légèrement cliché ce genre de phrases, il avait dû être trop loin lors de sa métamorphose pour en voir les défauts. Les légères cicatrices sur son visage se voyaient à tout instant. Quant à celles sur sa poitrine … tout dépendait de ce qu’elle portait mais elles restaient visibles la plupart du temps. Elle ne souvenait plus de la tenue endossée le jour où ils s’étaient rencontrés, peut-être qu’elle n’était pas assez plongeante pour lui permettre de les voir. Aucune importance.
La conversation prenait un sens qui ne lui plaisait que moyennement, même si elle n’en montrait rien pour le moment. Elle le laissa terminer sans l’avoir quitté des yeux un instant. Elle sourit doucement.

« Ce serait assez radical que de se planter une dague dans le corps. Sauf si vous êtes masochiste ou que vous savez viser des points non létaux. Mais je ne vous oblige pas à aller jusque-là de toute façon. Ce n’est pas comme si vous l’aviez fait exprès. Même s’il est plaisant de savoir que son corps est apprécié, n’en faites quand même pas une habitude. »

Elle ne lui en tenait pas rigueur puisqu’il l’avait surprise mais cela pouvait changer si ça revenait à chaque fois qu’elle passait par ici, même si ce n’était que deux fois dans l’année.

« Donc, si j’ai bien compris, vous avez passé deux mois ici tout seul. Je n’ai jamais testé la solitude volontairement alors je ne peux pas vraiment avoir d’avis sur le sujet. Mais de quelles blessures parlez-vous ? De mémoire, vous étiez … entier quand nous nous sommes rencontrés. Et je ne me souviens pas vous avoir vu avec un arc … vous avez appris en autodidacte ? »

Oui, la changeuse de forme changeait dessus. Elle n’aimait pas trop l’autre alors elle préférait en tenter un autre. Elle aviserait si Denaos permutait de nouveau.


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Dim 13 Mar 2016 - 20:18

Denaos jubilait. la conversation prenait un ton qui lui plaisait. De toutes les femmes avec lesquelles il ait eu l'occasion, Khälen était...enfin, elle était spéciale, mais il ne pouvait pas encore dire pourquoi. Il y avait bien quelque chose de spécifique avec elle, mais... Il ne pouvait tout simplement pas mettre de mot dessus. Ou en tout cas...spécifique était celui qui exprimait le mieux ce qu'il ressentait. Il savait que cette seconde fois où il la voyait ne serait pas la dernière. Pourquoi?
Parce que je ferai en sorte de la revoir, encore et encore. Et s'il le faut, je tuerais... Oui, je tuerais pour la revoir, mais ça, faut le dire à personne!
C'est à ce moment qu'elle mentionna les deux mois qu'ils avait passé seul, mais aussi ses blessures...

-Ah ça... C'est une très longue histoire. Pour ce qui est de l'arc, oui, j'ai appris en autodidacte, même si j'ai eu un ami qui venait régulièrement pour m'aider...Il avait...le même genre d'emploi que moi, mais lui, il savait y mettre les formes au niveau discrétion. Etant donné que c'est un Elfe, il est naturellement doué! Mais j'ai aussi été bon élève!

Mais il y avait autre chose, bien sûr...
Ben oui, tête de piaf! Elator est ton AMI, nigot!
Mais peu importait. Au moins, Khälen était à l'écoute. il avait rencontré bien des femmes, et la plupart n'écoutaient que d'une oreille, voir pas du tout. Il ne serait pas exagéré de dire qu'elles l'avait regretté...

-Pour les blessures, par contre. C'est une sale histoire... Le genre d'histoires qu'on ne raconte pas aux enfants... Mais il ne faudrait pas la raconter à un adulte non plus... Mais vu ta nature, tu as dû en voir des vertes et des pas mûres, je me trompe? Je pourrais te raconter, mais... Je te préviens, ça risque d'être spécial...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Lun 14 Mar 2016 - 14:01

Toujours assise en tailleur face à lui, Khälen ne bougeait pas, la cape remuait docilement selon les légers courants qui pouvaient se présenter. Elle écoutait Denaos qui répondait avec simplicité à ses questions. De ce fait, il n’avait pas été vraiment seul puisqu’un ami passait régulièrement pour l’aider à s’entrainer à l’arc. L’image de l’ermite disparaissait progressivement. Cela restait un isolement, soit, mais il était loin d’être complet. A ce titre, elle l’avait expérimentée, la retraite totale sans voir personne pendant plusieurs jours. Son état était loin d’être brillant quand elle en était ressortie. Mais, contrairement au demi-Elfe, elle ne l’avait en rien souhaité, loin de là. Malgré ses pensées, elle sourit doucement.

« J’aime bien la façon dont vous formulez ça … "même genre d’emploi". Je ne dis pas que vous avez tort mais c’est amusant de l’entendre comme ça. Quant à votre ami, il partait avec un avantage, c’est sûr. Mais du coup, commença-t-elle, amusée, en tant que demi-Elfe, vous êtes à demi naturellement doué ? »

Pourquoi cesser de le charrier gentiment alors qu’il ne s’en était pas offusqué jusqu’ici ? Néanmoins, nullement désireuse de le faire changer d’humeur à cause de ça, elle surveillait tout de même ses réactions, histoire d’être sûre. Parce qu’il était évident que cela l’amusait elle mais elle ne voulait pas que ce soit au détriment de Denaos. Enfin, pas complètement. Il ne fallait pas abuser des bonnes choses.

« Quant à être bon élève, je n’ai pas vraiment de doutes à ce sujet. Après tout, vous avez réussi à planter votre flèche pile devant moi comme vous le souhaitiez. Si vous aviez été mauvais, je pense que nous n’aurions pas cette conversation. »

Elle sourit de nouveau mais se tut alors qu’il reprenait à son tour la parole. Les blessures avaient rarement de jolies histoires pour aller avec. A quelques exceptions près, elles étaient moches, immondes et puaient du début à la fin. Il la prévenait aimablement que ça n’allait pas être agréable. Elle n’était plus une enfant depuis bien longtemps et à plus de 170 cycles, elle estimait sereinement être une adulte. A deux ou trois tirages de langue près. Il attendait son aval avant de poursuivre et elle allait le lui donner. Mais elle tenait à éclaircir un point avant.

« J’ai eu des jours pires que d’autres, il est vrai. Mais pas autant que vous semblez le croire. J’ai eu la chance d’être recueillie par quelqu’un de connu et respecté dans la cité. J’en ai bénéficié plus que je ne pourrai le dire. Sans compter l’absence de préjugés au sein de la famille et des amis proches. J’ai bien sûr eu droit aux insultes de la part d’inconnus et ce pendant un temps certain. Mais à quoi bon rester là-dessus ? Quiconque un peu différent aurait eu le même traitement. J’ai juste appris très tôt à passer outre. »

Elle haussa les épaules, fataliste. Cela faisait des dizaines d’années maintenant que ce genre de remarques lui passait au-dessus. Et son indifférence avait augmenté au fil des décès qui jalonnaient sa vie.

« Je ne vous oblige en rien à me relater cette partie précise de votre vie. Si vous souhaitez me la raconter, que ce soit en détails ou non, je vous écouterai avec attention. Si vous préférez garder ça pour vous, je comprendrai aisément et ne vous en tiendrais pas rigueur. C’est à vous de décider. »

Oui, elle était curieuse de savoir de quelles blessures il parlait et comme cela lui était arrivé. Mais pas au point de le forcer à lui dévoiler. Il l’avait dit lui-même, c’était spécial. Peut-être ne tenait-il pas non plus à en parler de suite. Voire pas du tout.


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Jeu 17 Mar 2016 - 23:54

Denaos ne releva pas qu'elle l'avait coupé à plusieurs reprises, et souvent pour exprimer son propre avis, mais il ne s'en offusqua pas. Elle était définitivement le genre de femme avec laquelle il voudrait passer du temps. Il aimait qu'elle donne son avis, après tout, c'était le meilleur moyen pour avoir des conversations constructives, non?
Ça... C'est sûr que ce n'est pas le genre de conversation que tu aurais avec Béorn. Il se serait contenté de t'enseigner des noms de plantes pour te soigner, ou tout simplement de t'ignorer superbement pendant plusieurs heures de suite, à moins que tu ne le questionne lui-même...
Mais voilà qu'elle mentionnait son propre passé, avec ce qu'elle avait vécu. Elle avait décidément la confidence facile, mais ce n'était pas plus mal, car pour lui, qui portait un lourd secret, se confier était beaucoup plus difficile.

-Dans ce cas, tu as eu une chance que je n'ai pas eue. J'ai été obligé de grandir seul, parce que ma mère m'a abandonnép our repartir auprès de mon père... C'était une Elfe, et lui était un Dùnedain... Ils sont encore vivants, pour ce que j'en sais...

L'émotion était palpable dans la voix du Demi-Elfe. Un peu plus, et les larmes se seraient mises à couler.

-J'ai manipulé, trompé, trahi tellement de personnes qu'une bibliothèque ne suffirait pas pour lister tous leurs noms... Le spectacle pitoyable dont tu as été le témoin dans ton échoppe était malheureusement quotidien pour moi... Mais j'ai appris de mes erreurs, et comme je te l'ai dit, j'ai été bon élève...

Le fait qu'elle ne l'oblige pas à raconter trahissait sa curiosité. Un point sur lequel tu pourras la taquiner à ton tour quand le moment sera venu. Mais pour le moment, contente-toi de lui raconter!

-Quand nous nous sommes rencontré la première fois, je t'avais dit que je repartai de zéro, avec une nouvelle mémoire. Je dois confesser que j'ai menti.

L'émotion était toujours sensible, mais un peu moins qu'au début. Il était l'heure des confidences...

-Je suis né avec deux consciences différentes... Deux individus cohabitaient sous mon crâne. L'un est en train de te parler, mais l'autre est si mauvais qu'il t'aurait très probablement déjà tuée sans même se soucier de savoir qui tu étais et d'où tu venais, ni même de trouver une raison pour ce faire. Pendant près de trente ans, c'est lui qui tenait les rênes. Et un jour, j'ai décidé de lutter contre lui. Mon corps porte les stigmates de l'affrontement qui a eu lieu entre nous deux... C'était il y a un peu moins d'un an... En d'autres termes, je récupérais encore de mes blessures quand je t'ai rencontrée...

Il était étonnamment calme, à présent. L'émotion avait déserté sa voix, mais on sentait que ce la lui faisait du bien de parler de tels événements.

-Je suis réellement reparti de zéro, Khälen... Mais rien ne dit qu'un jour, lui aussi pourra refaire surface... Pour le moment, je sais que ma volonté est suffisante, mais... Qui sait ce qu'il en sera dans dix ans?

Il jeta un regard triste vers l'horizon.
Je ressortirais... Et la première chose que je ferai sera de le tuer! Tu es fou de lui avoir raconté ça? Elle ne devait pas savoir...
Ferme-là... Pour le moment, c'est moi qui ai les commandes, et je ne te laisserais pas lui faire du mal...

Ce dialogue intérieur ne passait pas inaperçu. Extérieurement, les mâchoires de Denaos s'étaient serrées, de même que ses poing, et son regard errait, sans jamais croiser celui de Khälen. Je la tuerai, et tu pourras la regarder souffir...

-Reste là où tu es! C'est là qu'est ta place! Dans les limbes!

Il avait parlé à voix haute, mais il ne s'en rendait pas compte. Il ne s'en rendit compte que quand il s'aperçut qu'il était de nouveau debout, prêt à frapper un ennemi inexistant. Pris en flagrant délit de schizophrénie, il se retourna vers Khälen et lui adressa un sourire triste.

-Ma vie est un calvaire... C'est typiquement le genre de choses que je ne souhaite à personne...

Et d'un à-coup, il se laissa glisser contre le tronc d'un arbre. Il était fatigué. Si fatigué... Pur le moment, le Sournois en lui était calmé, mais pour combien de temps encore? Cette fois, le sourire qu'il adressa à Khälen était empreint de soulagement

-Il ne reviendra pas avant un moment, en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Ven 18 Mar 2016 - 18:47

Khälen ne rajouta rien quand il lui affirma qu’elle avait eu plus de chance que lui. Le contraire aurait été étonnant. Elle n’avait que ça, depuis le début. Elle ne se souvenait pas particulièrement de la période avant que Maorn ne la trouve au détour d’un chemin en rentrant à Pelargir. Mais le fait est que, s’il y avait trouvée, c’était bel et bien qu’elle y avait été abandonnée, volontairement ou non. Ou qu’elle s’était enfuie de quelque part, avec de l’aide ou pas. L’un dans l’autre, aucune des situations n’était enviable. Tout était partie de là. Après … l’enchainement. Une mère adoptive qui l’avait aimée dès le premier regard et tout autant que si elle avait été de sa chair et de son sang. Des frères qui l’avaient considérée comme leur petite sœur immédiatement et défiaient quiconque de s’en prendre à elle. De façon plus générale, une famille qui l’avait accueillie les bras ouverts comme si cela était naturelle. Sans compter Ared qui avait patiemment attendu qu’elle vieillisse alors qu’un certain nombre de jeunes femmes lui couraient après. De la chance pure et dure.
Cependant, toute médaille avait son revers : elle payait cette chance de leur absence désormais.

Elle ne répliqua pas pour exprimer un avis sur ses parents. Elle n’en avait pas vraiment. Ou plutôt, elle n’arrivait pas à trancher franchement. Il y avait trop d’inconnues pour le faire. La raison de l’abandon qu’il lui fournissait n’était pas bonne en soi. Une part d’elle ne comprenait pas la mère. De l’autre, peut-être y avait-elle été obligée ? Peut-être qu’il y avait des circonstances supplémentaires qui permettaient de mieux comprendre le tableau dans son ensemble. De la même façon, si tout ce petit monde était encore en vie, pourquoi n’essayaient-ils pas de se rencontrer ? Là encore, plusieurs raisons possibles … les uns avaient peut-être peur ou s’en foutaient royalement, Denaos pouvait tout simplement ne pas le vouloir non plus ...
Elle ne connaissait pas assez d’éléments pour visualiser aussi bien qu’elle le voudrait. Poser des questions pourrait lui permettre d’en savoir plus. Mais ce n’était plus le moment alors qu’il se livrait par petits bouts. De ce fait, la seule chose de certaine, c’était qu’elle trouvait la situation triste. Sans rien dire, elle tendit simplement le bras pour effleurer son avant-bras avec douceur, compatissante et compréhensive, avant de récupérer sa main. Il n’y avait rien d’autre à dire.

La changeuse de peau n’enviait pas sa vie. Manipuler, tromper et trahir. Elle manipulait des matières qu’elle transformait, elle trompait l’ennui et trahissait les siens en leur survivant toujours un peu plus sans le vouloir. C’était bien les seuls sens avec lesquels elle pouvait utiliser les mêmes verbes. Peut-être que sa vie était moins … palpitante seulement, cela ne la dérangeait en rien. Elle était peut-être moins heureuse personnellement qu’à une époque mais elle était professionnellement épanouie, relevant chaque jour de nouveaux défis et elle n’était pas à plaindre. Que Denaos affirme que le jour de leur rencontre soit banal pour lui ne l’étonnait même pas, en fait. C’était logique et cohérent avec ce qu’il énonçait.
Tout comme la suite de ses propos. C’est pour ça qu’elle ne réagit pas particulièrement, se contenant de pencher la tête sur la droite, toujours à l’écoute, l’invitant silencieusement à poursuivre. Son nom était donc aussi dans la bibliothèque à la rubrique mensonges. Elle supposait, pour le mome.nt, qu’il devait avoir ses raisons et qu’elle serait apte à les comprendre s’il les lui expliquait. A partir de là, elle espérait simplement que son nom ne se répéterait pas dans cette longue liste.

Pourtant habituée à l’étrange et à l’extravagant, elle ne put s’empêcher d’écarquiller les yeux à l’explication de la schizophrénie, plus ou moins selon les points de vue, avouée. Elle ne l’aurait pas deviné. Ce n’était pas inscrit en gros sur son front. D’autres choses, si, mais pas ce léger, petit détail. Hormis cette surprise, elle n’exprima aucune inquiétude, elle ne recula pas ni ne s’enfuit en courant. Ce n’était pas contagieux. Et c’était l’autre qu’il fallait craindre, pas la personne qu’elle avait sous les yeux.
Quoiqu’il en soit, elle n’en avait rien vu quand ils s’étaient rencontrés la première fois. Et elle aurait été bien incapable de le deviner. En tout cas, elle comprenait pourquoi il ne lui avait rien dit. Elle ne lui en tenait donc pas rigueur. Et puis, c’était plus une omission qu’un mensonge. Il n’avait juste pas dit toute la vérité. Elle lui sourit et reprit à sa suite d’une voix douce.

« Et bien, d’ici dix ans, nous nous assurerons que votre volonté reste au moins intacte. Les amis servent à ça non ? »

Après tout, à quoi bon en avoir si l’on ne pouvait pas compter sur eux ? Ou alors, ce n’était pas les bons s’ils n’étaient pas de cet acabit. Khälen allait reprendre quand elle nota les mâchoires et les poings crispés ainsi que le regard perdu dans le vague. Elle n’était pas dans sa tête pour savoir ce qu’il en était mais ce n’était peut-être pas plus mal si elle en croyait les propos tenus …

« Denaos ? »

Elle se leva après lui, l’imitant, pendant qu’il semblait prêt à en découdre avec un être invisible. Heureusement qu’elle avait été prévenue, elle se serait inquiétée le cas échéant. Elle lui rendit un doux sourire.

« C’est parce que vous êtes quelqu’un de bien que vous ne le souhaitez à personne. Est-ce qu’il y a quelque chose, à ma portée, que je pourrai faire pour vous aider ? A part vous planquer dans mon échoppe et vous offrir de l’eau j’entends. Sauf si c’est de ça dont vous avez besoin évidemment. »

Elle se rassit face à lui quand il se laissa tomber, prenant toujours soin de bien disposer la cape. Non, elle n’était pas devenue exhibitionniste complète depuis le début de la conversation.

« Vous avez un moyen de … disons sentir, à défaut d’un meilleur verbe, quand Il revient ? Ou vous êtes pris de court ? »


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Dim 20 Mar 2016 - 22:41

L'effort de volonté pour écarter le Sournois était toujours aussi éprouvant. Quand il se rassit, Denaos était en sueur, et la chaleur qui arrivait devenait franchement désagréable. Le soleil approchait du zénith, et l'heure du repas avec. Il regrettait cet état de fait. La discussion qu'il avait avec Khälen, somme toute passionnante -après tout, ils apprenaient chacun l'un de l'autre- et a fraîcheur du bois, ajoutée aux quelques rayons particulièrement plaisant du début de journée. Le cumul de trois rendait l'expérience franchement plaisante, et il aurait préféré que ce moment ne se termine jamais. C'était le genre de moment que le destin n'offrait que trop peu souvent pour qu'on puisse se permettre de ne pas apprendre à en profiter. Et en bon élève qu'il était, Denaos savait en profiter plus que tout. Mais ce moment si plaisant avait été clairement gâché par l'intervention du Sournois, et son presque-retour, empêché de justesse. Jamais il ne pourrait se débarrasser de ce démon -il ne trouvait pas d'autre mot pour désigner son double- et il en était parfaitement conscient.
Il frissonna quand il sentit la main de Khälen sur son bras. C'était un contact purement empathique, destiné à apaiser. Cepdnant, il s'étonna qu'elle ne dise pas un mot.
Elle a perdu sa langue?
Tel aurait pu être le genre de réflexions qu'il aurait pu avoir s'il avait été...disons plus apaisé... Il ne pouvait pas lire les pensées de Khälen, mais il était superbement bien placé pour comprendre que c'était le genre d'annonce qui pouvait au pire déstabiliser, au mieux étonner. Il ne lui en aurait donc pas voulu si elle s'en était allé, bien qu'il en aurait souffert...
Pourtant, elle n'eut pas réaction particulière, se contentant d'écouter. Mais dès qu'elle mentionna le rôle qu'elle pourrait jouer dans sa confrontation permanente avec le Sournois, il ne put empêcher un large sourire, plein de sincérité, étirer son visage.

-M'accueillir serait un bon début, mais s'il y a bien une chose que j'ai comprise, c'est que je supporte de moins en moins la solitude. J'ai été un tueur, je deviens un citadin... Un comble!

Une nouvelle fois, son rire clair résonna.
De quoi rassurer son monde. Et même si ça ne la rassure pas, elle devrait se détendre un minimum... Mais elle le parait déjà assez...
Toujours est-il que le sourire ne déserta pas son visage comme il l'avait fait à Pelargir. Il était évident qu'il souriait aussi intérieurement.
Mais quand elle mentionna un possible retour du Sournois, le sourire disparut. On ne lui avait jamais posé le problème de cette façon. On aurait presque dit une question posée par une enfant.
Mais ce n'est pas si loin de la vérité. Elle connaît les magies du physique, après tout elle est changeuse de peau, mais elle connaît très peu les règles du jeu de l'esprit...

Il ignorait vraiment quels mots utiliser pour poser le problème simplement... Mais il hésita, et finit par trouver...

-Je suppose que tu rêves, comme tout le monde. T'est-il déjà arrivé qu'un de tes rêves se change en cauchemar? Imagine un cheval, dans tes rêves, à qui il pousserait lentement des crocs monstrueux de la taille d'une lame de couteau, de même que ses sabots seraient remplacés par des pattes griffues... Le Sournois agit de la même façon. Il est là, je le sens venir, mais il est rusé, et je ne peux rien faire pour l'empêcher d'intervenir. Mais je peux l'empêcher d'agir, et c'est déjà un excellent début, si tu veux mon avis.

Un léger sourire étira à nouveau ses lèvres alors qu'il poursuivait.

-Son adresse au couteau est... disons mortelle...

Il laissa échapper un petit rire. Le Sournois avait le mérite d'avoir des talents qu'il ne posséderait jamais lui-même, à moins que les deux consciences ne partagent leur savoir, ce qu'il ne pouvait pas se permettre sous peine de sombrer dans la folie de l'Autre...

-Il est prévisible, à sa manière... mais ça reste un fourbe... J'aimerais trouver un moyen de me débarrasser de lui, mais... C'est un peu mon frère, d'une certaine manière... Et je ne peux pas tuer un membre de ma famille... Je connais bien peu de gens qui en seraient capables...

Un rayon de soleil reçu en plein visage le fit sursauter.

-Mais le temps passe trop vite pour qu'on se pose la question plus avant. TU n'es pas venue seule, si? Si rien ne s'y oppose, je voudrais t'accompagner... Cette forêt commence à me peser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Ven 1 Avr 2016 - 13:02

Spoiler:
 
Khälen ne put s’empêcher de sourire doucement quand elle vit le grand sourire de son interlocuteur puis quand elle entendit son rire. Il avait réalisé ces gestes bien plus souvent pendant cette rencontre que pendant la précédente. Le contexte n’était pas le même non plus, cela jouait, bien évidemment. Tout comme sa prise de confiance dans son changement de vie … le supposait-elle en tout cas. Mais elle se demandait si, intérieurement, il n’y avait pas plus, même si le principal intéressé ne s’en était pas rendu compte … Cela étant, elle ne le connaissait pas encore assez pour se hasarder sur ce chemin.
Elle reprit la parole, sérieusement pour qu’il ne se méprenne pas sur ses propos.

« J’ai une chambre d’amis de libre chez moi. Je peux vous la laisser le temps que vous trouviez un chez-vous. »

De façon temporaire, elle n’avait rien contre le fait de l’héberger. Elle s’en fichait même royalement tant qu’il faisait sa part des tâches ménagères. Mais ce point de détails serait à revoir plus tard, s’il acceptait l’offre. Quoi qu’il en soit, elle voulait en revanche qu’il comprenne bien que ce n’était qu’une solution à durée limitée dans le temps. Elle voulait bien le dépanner pendant un temps mais elle tenait trop à son indépendance et à sa liberté chez elle pour y voir quelqu’un d’autre de façon récurrente. Elle ne pensait pas à lui de cette façon-là. Elle espérait seulement qu’il n’en prendrait pas ombrage.

« Mais vous ne craignez pas d’être reconnu si vous revenez à Pelargir ? »

Accueillir un ami ne la dérangeait nullement mais inviter les problèmes chez elle ne la tentait pas particulièrement. Elle aimait sa vie et ne tenait pas spécialement à la voir basculer même si elle avait plusieurs solutions de repli prêtes à l’emploi en cas de nécessité. Mais ces dernières n’existaient que pour elle et personne d’autre. Si Denaos venait s’installer un temps chez elle et s’il provoquait … des remous, ce serait chacun pour soi à partir de là. Mais cela faisait beaucoup de si, ils n’en étaient pas là.
Elle s’en voulut presque d’avoir la question quand le sourire disparut des traits du demi-Elfe. Presque seulement puisqu’elle désirait connaître la réponse, autrement elle n’aurait pas posé la question. Et encore plus s’ils devaient faire de la colocation. Mais même sans cela, elle était curieuse. Ce n’était pas toujours une qualité.
Elle le vit réfléchir, peser ses mots puis enfin se lancer. Elle était de nouveau silencieuse, à l’écoute. Elle acquiesça simplement d’un signe de tête à la mention du revirement d’un rêve, quand il devenait cauchemar. Et grimaça, par pur réflexe, quand il lui énonça la comparaison. Elle voyait parfaitement le principe. C’était un peu comme un ami un peu trop collant qu’on ne pouvait pas empêcher de rester à nos côtés mais qu’on pouvait, plus ou moins efficacement, faire taire quand il devenait trop gênant. Elle le comprenait ainsi en tout cas.
Elle sourit de nouveau doucement à son tour quand il mentionna l’adresse au couteau. Elle préférait ne pas vérifier ce point. Un instinct primaire lui soufflait qu’elle en ferait les frais de manière létale et définitive. Autant elle se réjouissait d’avoir recroisé Denaos, autant elle ne tenait pas plus que ça aux présentations avec son … autre lui.
Elle s’apprêtait à reprendre la parole quand un rayon solaire décida de s’inviter dans la discussion, faisant sursauter son interlocuteur. Elle rit doucement de sa réaction, amusée. Il ne lui fallait pas grand-chose. Elle reprit tout de même d’une voix tranquille après lui.

« Non, effectivement, je ne le suis pas. Faire le trajet entre Pelargir et le Val en solitaire serait un peu trop risqué. Surtout avec ce que je trimbale. De fait, pour les voyages, j’ai trois hommes qui m’accompagnent à l’aller et qui reviennent me chercher pour le retour. Actuellement, ils doivent être à côté de mon chariot. Puisque vous m’avez vu me transformer, vous l’avez peut-être vu lui aussi ? »

Sans avoir besoin d’une aide extérieure ou même de ses mains, la changeuse de forme se redressa souplement et tendit une main amicale à Denaos. Libre à lui de la prendre ou non, elle ne l’obligeait en rien. Elle reprit la parole, quel que soit son choix.

« Et cela ne me dérange pas que vous veniez avec moi. En revanche, je garde votre cape jusqu’à récupérer la mienne. »

Ce n’était même pas une question. L’exhibition ne faisait toujours pas partie de ses lubies. Elle sourit et poursuivit.

« Ou alors je me pourrai aussi me transformer et vous la rendre. Mais la conversation deviendrait un peu plus compliquée … »

Le fait est qu’elle n’avait pas eu son quota de course avant de rentrer. Mais ce n’était pas un problème, elle s’arrangerait autrement. Jetant un coup d’œil derrière elle, elle vérifia qu’ils n’avaient rien oublié et s’avança, sereine, à travers les branches, prenant garder à la cape qui n’était pas la sienne. Denaos avait eu raison de proposer un retour, même si ses raisons différaient. L’heure, si elle ne l’avait pas déjà atteint, devrait approcher de son terme. Une chance sur deux pour que ses gardes, et amis, commencent à s’inquiéter. Ou le soient déjà. Surprise.

« Ah oui, avant que je n’oublie … il est probable que les hommes auprès de mon chariot soient un peu à cran … ne vous étonnez pas s’ils sont un peu, disons … rudes et qu’ils se méfient de vous. »


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Lun 4 Avr 2016 - 18:24

L'exaltation. Denaos n'avait jamais connu ce genre de sentiment, jamais.
Aussi loin qu'il se souvienne, jamais il ne s'était rendu compte qu'on puisse apprécier l'écouter. D'ordinaire, il fallait bien l'avouer, il pouvait rarement se permettre de rester le centre de l'attention. Son métier y était pour beaucoup, mais c'était surtout la présence du Sournois qui représentait le handicap le plus lourd.
Là, ici et maintenant, il était bel et bien le centre de l'attention. Khälen... Elle l'écoutait... Et ça, il en était certain, rien ne pouvait lui faire plus plaisir...
Mais quand elle mentionna la chambre d'amis, il sentit une ombre planer. Une ombre que lui seule pouvait ressentir. Certes, se faire héberger l'arrangeait, et il savait qu'elle ne le ferait pas si elle ne lui faisait pas confiance, et en cela, il se sentait réconforté. Mais il y avait autre chose, il le savait. Si il acceptait sa proposition, ce serait une lutte de tous les instants... Retenir le Sournois en lui ne serait pas tâche facile, mais il n'avait pas en même temps pas le choix. Une nouvelle sortie du Sournois signifiait de nouveaux innocents blessés, à commencer par Khälen... Et ça, il ne le supporterait pas.

-Te proposition me réchauffe le coeur, et je dois t'avouer que je suis très fortement tenté d'accepté, mais nous connaissons tous deux les dangers. Si le Sournois ressortait, c'en serait fini...

Et cela, ils le savaient tous les deux, serait ce qui pouvait arriver de pire... Et il se doutait bien que ce ne serait pas pour le restant de ses jours. Un matin viendrait où il partirait, parce qu'il n'aurait pas le choix...
Et ce jour-là, je serai le plus malheureux de tous les hommes...
En attendant, il dut interrompre le fil de ses pensées pour l'écouter. Elle semblait s'inquiéter pour lui. Pour lui! Une nouvelle vague de chaleur traversa son cœur. Décidément, elle était LA femme qui lui apportait tout le bonheur dont il avait été privé durant toutes ces années.

-J'ai pris mes précautions. Et puis, la dernière fois que j'ai été aperçu en ville, j'avais les cheveux d'une couleur différente.

Nul besoin de faire un gros effort de mémoire pour comprendre où il voulait en venir. Entre les cheveux blancs qu'il arborait lors de son dernier passage, son menton glabre, et sa barbe et ses cheveux noirs qu'il arborait en ce moment, le contraste était immense, et ses yeux, qui étaient sombres à cause de la présence trop récente du Sournois, s'étaient largement éclaircis... Il était... Un autre homme!
Vint le moment où Khälen commença à lui parler de ses "gardes du corps" et à expliquer qu'ils pourraient avoir mauvais caractère. Denaos choisit de sourire.

-Je doute fortement qu'ils me veuillent déjà du mal, alors même qu'ils ne m'ont jamais vu! Et de toute manière, je serai étonné qu'il lèvent la main sur moi et que je me laisse faire... J'offrirais un bien piètre spectacle, non?

La question était comme de bien entendu réthorique. Un ex-assassin reconverti qui se laisserait battre par des hommes d'armes de seconde zone ferait bien piètre figure. Il était heureux que dans un tel cas, le groupe ne soit pas en ville. Car de fait, puisqu'ils étaient en forêt, le nombre de spectateurs risquait fortement d'être énormément diminué...

-Et de toute manière, il n'y a aucune raison qu'ils me fassent du mal, étant donné que tu seras sains et sauve en revenant. D'un autre côté, c'est presque une garantie, ils gagneront un collègue!

La pique d'humour... Il savait qu'elle pouvait parfaitement tomber à plat. Mais pour le moment il s'en souciait bien peu, étant donné qu'ils devaient s'en retourner vers le chariot en question.

-Bon... Je te laisse prendre les devants, je te suis. Après tout, ce n'est pas comme si j'allais oublier d'où tu étais venue.. Je ne risque pas de me perdre!

Et sans prendre la peine d'attendre qu'elle soit prête, ni même de lui demander si elle l'était où non, il fit passer la corde de son arc par-dessus ses épaules et arrangea ses vêtements un peu mieux, puis il lui lança un regard appuyé lui signifiant qu'il était fin prêt!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Mar 5 Avr 2016 - 22:23

« C’est comme vous le souhaitez. Mais si un jour vous avez besoin d’un hébergement pour la nuit parce que vous êtes de passage, n’hésitez pas. »

Khälen trouvait le principe de payer une auberge pour la nuit assez stupide quand on connaissait quelqu’un en ville susceptible de vous loger pour la durée d’une nuit. Surtout quand cette personne proposait. Mais là encore, il était libre de choisir ce qu’il voulait : s’il jugeait plus prudent de dormir à la belle étoile, soit. Elle pouvait peut-être lui proposer son petit bout de jardin …
Continuant de l’écouter, elle acquiesça quand il mentionna la couleur de cheveux différente. Il est vrai qu’elle-même avait eu des doutes au début. Sans compte la barbe alors qu’il était glabre lors de leur première rencontre. Alors à moins que quelqu’un est parfaitement mémorisé sa morphologie et qu’il le recherche activement … les risques étaient bien réduits. De plus, elle ne se rappelait pas avoir vu d’affiches avec sa tête et une récompense donc, à défaut d’un particulier, même les gardes ne devraient pas en avoir après lui … tant qu’il ne provoquait pas de raffut les obligeant à le poursuivre en tout cas.
Alors qu’elle s’enfonçait doucement dans la forêt pour retourner au chariot, elle rit doucement à la dernière remarque de Denaos avec de sourire et de reprendre à son intention.

« Ce n’est pas ce que j’ai dit. Juste qu’ils allaient être méfiants. Ils ne s’attendent pas à ce que je revienne accompagnée. Et je dois être un peu en retard sur mon heure je pense du coup … d’un point de vue professionnel, comme ils sont payés pour ma sécurité, ça les ennuie toujours quand je m’éloigne hors de leur portée. Ils devraient y être habitués depuis les années maintenant mais ça ne leur plait toujours pas. Et d’un point de vue personnel, puisque ce sont plus des amis que des employés, ils s’inquiètent toujours un peu. »

Souriant toute seule en pensant à eux, elle poursuivit … ou presque puisqu’il reprenait la parole avant elle. Elle l’écouta et pouffa au dernier propos tenu. Ce n’est qu’alors qu’elle reprit, riant toujours doucement.

« C’est vrai que nous pouvons aussi le voir comme ça. A la différence que vous ne serez pas payé … Autrement, vous avez raison : ils ne lèveront pas la main sur vous sans motif. Et comme ils n’en auront pas, l’hypothèse ne vaut même pas d’évoquer. Même si, effectivement, je doute que vous vous laissiez faire le cas échéant. Cela dit, je préfère mes amis entiers et bien vivants. Vous y compris. »

Puis, voulant se tourner vers lui, elle remarqua qu’il était un peu plus loin derrière elle. Elle le haussa un peu la voix, amusée, en reprenant.

« Je vais finir par arriver avant vous ET avec une longueur d’avance ! »

Par jeu, et par défi aussi peut-être, elle allongea ses enjambées, maintenant la cape de façon à laisser ses guiboles nues libres de tout mouvement nécessaire.

*
* *

Plus tard, alors qu’ils se retrouvaient de nouveau côte-à-côte, elle lui sourit et reprit la parole, lui coupant peut-être l’herbe sous le pied mais après tout, premier arrivé, premier servi.

« Nous ne devrions pas tarder à arriver au chariot … voire pas du tout en fait puisque ma cape est là. compléta-t-elle en la désignant de la main, toujours accrochée là où elle l’avait laissée Je vais pouvoir vous rendre la vôtre. Vous vous tourneriez un instant s’il vous plait ? »

Non, elle n’était toujours pas exhibitionniste. S’étant rapprochée de son bien, elle attendit qu’il s’exécute avant de retirer celle qui n’était pas sienne pour s’emmitoufler dans celle qui l’était. Elle eut un petit soupire d’aise. Le confort n’était vraiment pas le même. Elle revint vers Denaos et lui rendit ce qui lui appartenait.

« Merci. »

Elle lui adresse un sourire enjoué et l’interrogea sur la suite des événements.

« Qu’allez-vous faire une fois que nous serons au chariot ? Vous faites un bout de chemin avec nous ou vous repartez de votre côté ? »


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Denaos Ventris
Maître-Assasin

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 22
Date d'inscription : 30/08/2014

Feuille de personnage
Race: Demi-Elfe
Possessions: Arsenal de jet, garde-robe fournie
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Lun 23 Mai 2016 - 23:49

La philosophie, ça avait tout de même quelque chose de beau, non? Quand on y réfléchissait, Deanos se sentait tout à fait capable de débattre de la pluie et du beau temps pendant des heures, tant que cela se faisait en compagnie de la changeuse de peau... De fait, elle avait semble-t-il réponse à tout, et il aimait cela, comme un érudit aime qu'un de ses élèves trouve une réponse à une question.
Pour un peu, je me passionnerais d'histoire et de science simplement pour mesurer mon érudition à la sienne...
Il écouta d'une oreille attentive ce que Khälen lui dit par la suite. Effectivement, les gardes seraient probablement méfiants. A bien y réfléchir, ils auraient toutes les raisons de l'être... Leur employeuse entrant seule, puis revenant avec un parfait inconnu , qui était de surcroît armé... Une image qui en inquiéterait très certainement plus d'un...

-Je te suis. Compte sur moi pour tenir le rythme!

Il ignorait si elle allait se transformer à nouveau, et au fond de lui, il l'espérait. il aimait beaucoup cet aspect de cette femme... Elle lui donnait un côté primitif, naturel, qu'il appréciait beaucoup...
Au bout d'un moment, la changeuse de peau lui rendit sa cape, qu'il enfila. une fois que Khälen fut prête, le duo émergea enfin de la forêt, avec un plaisir que le demi-Elfe ne prit pas la peine de dissimuler.
Il ne lui fallut pas très longtemps pour repérer les gardes du corps dont la changeuse de peau avait parlé.

-Ce sont eux, c'est ça? Je pense qu'on peut trouver un arrangement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6288-denaos-le-sournois
Khälen

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Race: Changeuse de peau
Possessions: Une boutique de tailleuse et tout ce qui va avec pour bien bosser. Attention, ça pique !
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   Lun 30 Mai 2016 - 21:48

Alors qu’ils avaient continué d’avancer, se rapprochant de l’orée de la forêt et voyant aisément la clairière d’où ils étaient, elle se tourna vers lui en lui adressant un sourire en coin sans cesser de marcher.

« Ce sont eux en effet. A quel genre d’arrangement pensez-vous ? Que je sache si je dois m’en méfier ou non … »

Khälen émergea alors de l’obscurité de la forêt pour s’avancer en pleine lumière, adressant un sourire aux hommes qui surveillaient ses biens. Et sa personne, quand elle était à proximité.


× Ladite clairière, un instant auparavant

« Cela va bientôt faire une heure …
- Tant qu’elle ne dépasse pas l’heure, il n’y a aucune raison de s’inquiéter.
- Mais si jamais elle avait un problème, il faudrait mieux ne pas attendre l’heure entière …
- Ce n’est jamais arrivé.
- Et ça n’arrivera jamais, ne lui porte pas malheur.
- Mais … »

Il s’interrompit devant le geste de son aîné, mouvement qui lui intimait le silence alors que ses deux collègues regardaient vers les bois.

« Je crois qu’il y a du mouvement … »

Les mains se posèrent sur les pommeaux et ils attendirent, prêts. Avant de se détendre quand ils la virent sortir des bois, souriante et entière. Cela ne dura pas bien longtemps quand ils constatèrent qu’elle n’était plus seule. Pourtant, elle l’était bel et bien en entrant. Toutefois, elle n’avait pas l’air inquiète ni même perturbée ou tout autre signe qui indiquerait un problème. La tension diminua d’un cran mais ne disparut pas totalement, en tout cas pas chez Santo, le doyen du groupe, qui garda sa main sur le pommeau. Tant qu’il n’aurait pas eu d’explications viables sur cet inconnu, il resterait méfiant.

« Tout s’est bien passé Khälen ?
- A merveille, je te remercie. Et de votre côté ?
- Rien à signaler non plus.
- Impeccable alors.
- Puis-je demander qui est-ce ?
- Un ami. Il se présentera s’il le souhaite. Autrement, vous devrez vous contentez de ça. »

Elle lui sourit et s’esquiva sans lui laisser le temps de répliquer pour aller se changer, repassant à l’arrière de son chariot et laissant Denaos agir comme bon lui semblait. Elle troqua sa cape pour sa tenue de voyage, quittant la nudité pour le confort de vêtements cousus main. Elle soupira d’aise tout en remettant ses bijoux : pendentifs, bagues et la broche offerte par l’homme qui lui avait tiré une flèche dessus un peu plus tôt.
Elle ressortit pour constater que tout le monde était bien vivant et que Santo avait décidé de ne plus garder la main trop près de son épée.

« Je propose de passer la soirée puis la nuit ici puisque nous y sommes. Nous repartirons à l’aube. Cela vous convient ? »

Les trois acquiescèrent et commencèrent à monter le camp avec une efficacité qui prouvait qu’ils n’en étaient pas à leur premier coup d’essai. Immobile pour le moment, la changeuse de forme se tourna vers Denaos.

« Alors, vous avez décidé de ce que vous faites ou pas encore ? »


Live as if you were to die tomorrow. Learn as if you were to live forever.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6881-khalen-terminee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ a trasher ] Prom'nons nous dans le bois...
» Prom'nons-nous dans les bois, pendant qu'le d'mi-elfe n'y est pas ... [Denaos]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Divers (uniquement RP) :: Fosse abyssale des Sept enfers démoniaques :: RPs des Royaumes Humains :: Archives Gondoriennes-
Sauter vers: