Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 FB || Ciara ▬ Far over the misty mountains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hellëriel d'Anfalas

avatar

Nombre de messages : 26
Age : 22
Date d'inscription : 29/05/2016

Feuille de personnage
Race: Homme du Gondor
Possessions: diverses, mais constament une épée, forgée pour elle, un cor de rassemblement et d'alerte, une carte d'Arda et divers bagages au sein de la caravane.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: FB || Ciara ▬ Far over the misty mountains   Dim 26 Juin 2016 - 1:44

Karadeg tenais d'une main sure le filet en cuir de Roncenoir, un jeune cheval a la robe sombre et aux crins blanc. Une belle bête en fait. Un peu nerveuse sur les bords avec le sang chaud, mais courageuse et endurante. Au sol à quelques mètres de lui une jeune femme, à peine une adolescente laçait avec conviction ses bottes en cuir. Il avait toujours eût un avis mitigé quant à la façon dont son maître et bienfaiteur traitait sa fille. De ce qu'il pensait personnellement une jeune femme de dix-sept ans , jolie et de si bonne naissance n'aurait jamais du se trouver si loin de chez elle et en fait non ça n'avait rien a voir avec sa naissance : elle n'aurait jamais du se trouver autre part que chez elle entourée de sa famille ou sur le point d'être mariée. Maintenant qu'elle avait goûté à cette forme de liberté elle ne serai plus jamais capable de trouver de la gratification dans une vie de femme et d'épouse. C'était pourtant ce qu'elle était destinée à devenir, toutes les femmes le devenaient un jour ; puis elles devenaient mères, puis elle enseignaient à leur fille comment devenir des femmes respectables. Hellëriel , elle n'était certainement pas ce genre de personne là.

Karadeg n'aurait pas dit qu'elle n'était pas une femme respectable, parce que ce n'était pas le cas elle avait bien plus de qualités et de force de caractères que beaucoup d'hommes respectables qu'il connaissait fort bien mais même avec ce constat il persistait à croire que ce n'était pas sa place. Il avait tenté d'en parler avec Le Comte, son père, de lui expliquer que s'il continuait d'ensauvager sa fille il ne parviendrai jamais à la marier mais l'homme n'en avait cure. Elle était douée pour le commerce, c'était une bonne commerçante et elle savait se faire aimer des gens. Qu'il l'admette ou non elle avait toutes les capacités pour faire le travail qu'il lui avait confié et , surtout : elle était plus courageuse que chacun de ses frères. La Jeune Hellëriel donc, arpentait à l'age de dix-sept ans les grandes routes de la terre du milieu avec pour seuls compagnons une vieille nourrice et un ancien soldat, tout deux Rohirim ayant prêté allégeance au Gondor par le biais de l'homme qui leur avait sauvé la vie. Peut-importe comment il regardait la situation il pensait que ce n'était pas correcte.

« – Cessez-donc de vous faire du mouron pour rien, Karadeg. Je n'en ai pas pour longtemps et je serai de retour avant même d'avoir le temps de vous manquer. »

Elle avait dit avec humour alors qu'elle enfonçait son pied dans l'étrier gauche pour se mettre en selle. Il n'y avait pas à dire, elle était fichtrement douée pour monter à cheval et parfois il en retirait un certain mérite sachant qu'il avait participé d'une part à son éducation militaire puis à sa pratique intensive et efficace de l'équitation. Comme ça avec ses cheveux tressés et pleins de perles de bois bariolées, dans ses vêtements chauds et colorés, ses pantalons larges et pratiques il se fit la réflexion qu'elle ressemblait bien peu à une fille du Gondor et bien plus à une princesse du Rohan. Indomptable et libre comme un cheval sauvage. C'était bien et c'était beau, surtout à voir, comme ça. Il pensait à bien y réfléchir que c'était peut-être ça qui avait attiré ces quelques jeunes homme de la citée de Dale depuis quelques jours.

Fréagarde la nourrice était arrivée sur ses entrefaites et avait tendu à la jeune demoiselle une paire de gants en cuir , eux aussi, la sommant silencieusement de bien vouloir les enfiler et la jeune femme n'avait pas vraiment opposé de résistance à cela non plus. Elle avait enfilé ses gants avant de poser encore une fois un regard amusé sur ses gardiens.

« – Ne me regardez pas comme cela, Berí semble être une personne bien et c'est le seul Nain qui ai accepté de négocier avec nous. Cela dit on ne peux pas décemment s'y rendre à trois et Karadeg est toujours armé jusqu'aux dents, vous allez les rendre méfiants. »

Sans ajouter un mot Karadeg avait claqué sa main sur la croupe du jeune cheval et la jeune maîtresse avait détallé à toute allure vers les entrées secrètes d'Erébor. La montagne aux nains. Elle avait été envoyée là par son père soucieux de travailler avec des artisant nains sur la question des armes et du travail des métaux, on ne trouvait pas meilleur forgerons et ils avaient accès à des matériaux rares pour lesquels il était prêt à débourser le prix fort. Hellëriel avait été envoyée pour établir le contact en vue de possibles échanges futurs. Elle était arrivée à Dale après sept mois de voyage et s'y était installée dans une charmante auberge avant de tenter de prendre contact avec les nains de la forteresse. Pas forcément commodes, plutôt méfiants. Pour la première fois de sa vie elle en était arrivée à la conclusion que son héritage elfique était plus un handicap qu'une bénédiction. Comme si d'une certaine façon il poussait les nains à se méfiait naturellement de sa personne.

C'était un jour qu'elle errait aux alentours de Dale qu'elle avait fait la rencontre de Berí, une naine qui avait eût la gentillesse étonnante de ne pas la regarder comme si elle avait un énorme pustule au milieux de la face avant de déguerpir en prétextant qu'elle avait d'autre choses à faire. Non Berí eríl'avait écoutée avec attention avait conversé avec elle avant de lui expliquer le rôle qu'elle tenait sur la montagne et d'une façon ou d'une autre elles en étaient arrivé à un arrangement. Hellëriel cessait de traîner autour de la Montagne jusqu'à ce que la naine ne lui donne le feu vert.

Le feu vert était arrivé la veille au soir et c'était la raison pour laquelle elle galopait si fort à une heure aussi reculée du matin. Le jour se lèverai bientôt elle avait l'intention d'être arrivée à destination avant que les premiers rayon du soleil n’enflamment de mordoré les crains clairs de son cheval.

«  – Madame ! Je suis ravie de vous rencontrer à nouveau! »

Elle avait dit avec un sourire engageant tendant sa main à la naine après avoir finalement attachée son cheval à un arbre. En fait elle était nerveuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7236-helleriel-d-anfala
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: Re: FB || Ciara ▬ Far over the misty mountains   Dim 26 Juin 2016 - 14:18

"Madame ! Je suis ravie de vous rencontrer à nouveau !"

Ciara, installée comme à son habitude sur un surplomb de la Montagne pour admirer le lever du soleil, sursauta en entendant cette voix claire au-dessous d'elle. Elle se pencha et une expression d'intense curiosité éclaira son visage. Sa propre mère, Berí, se trouvait en contrebas, sortie d'une galerie, les mains sur les hanches et le visage un peu inquiet. Face à elle, une jeune fille trop ravissante pour être entièrement humaine tendait la main en souriant.

"Bonjour, Damoiselle. Je suis également heureuse de vous revoir. Votre patience vous honore, il semble qu'en dépit de votre jeune âge vous ayez les compétences nécessaires au négoce. Suivez-moi, il est temps de nous mettre à l'ouvrage."

Le sourire de Ciara s'élargit. Sa mère ne s'exprimait de manière aussi ampoulée que lorsqu'on la mettait mal à l'aise, soit qu'elle soit intimidée, soit qu'elle ne sache pas quoi penser de son vis-à-vis. Cette jeune fille bien trop grande et trop frêle semblait être une personne intéressante... sans plus hésiter, la naine s'engouffra dans le tunnel d'où elle était sortie, et en quelques voltes dans les différentes galeries s'arrangea pour se trouver sur le chemin emprunté par sa mère et l'étrangère. Elles causaient tranquillement lorsque la jeune rousse, décidée à discuter d'une manière ou d'une autre avec l'inconnue, les croisa.

"Bonjour, mère, bonjour Damoiselle..."

Elle réprima un nouveau rictus amusé en voyant sa mère la foudroyer du regard en tâchant de ne pas être vue de son invitée. Berí détestait le penchant de sa fille pour tout ce qui était extérieur à la mine, craignant que celle-ci ne finisse par quitter l'abri de la Montagne à force de rêver d'aventures. Cependant, elle ne pouvait décemment pas envoyer promener sa fille et fut donc obligée de faire les présentations :

"Damoiselle Hellëriel, je vous présente ma fille, Ciara. Elle... est très occupée par son apprentissage de joaillère."

Tout en prononçant ces mots, la maîtresse naine adressait à sa fille des gestes signifiant "File d'ici en vitesse ou tu entendras siffler mes tresses". Il faut préciser que les tresses en question, tout comme celles de sa fille, étaient pourvues de lourds anneaux de pierre ou de métal à intervalles réguliers, et que leur longueur en faisait de redoutables armes, qui servaient parfois à corriger l'un de ses enfants. En effet, si son aîné était un nain adulte, raisonnable et marié, la cadette ne tenait pas en place et avait une fâcheuse tendance à entraîner son benjamin dans des aventures plus ou moins tordues qui ne se terminaient pas toujours comme elles avaient commencé. Cependant, loin d'être impressionnée par les menaces maternelles, celle-ci fit un immense sourire, accompagné d'un de ses saluts-pirouettes comme à son habitude, et répliqua :

"Enchanté, Damoiselle Hellëriel. Je serai ravie d'abandonner mes obligations pour vous servir de guide le temps qu'il vous plaira."

Son grand sourire toujours accroché sur le visage, ses favoris roux frémissants sous le fou rire qu'elle sentait monter en voyant le visage furibard de sa mère qui se contenait pour ne pas éclater de colère comme elle en avait le secret, elle attendit la réponse de la jeune étrangère. Elle priait de toutes ses forces pour qu'elle soit positive : pareille occasion d'échapper à la routine et, coup double, de pouvoir découvrir à travers les mots d'autrui un peu du dehors ne se représenterait pas de sitôt...




Dernière édition par Ciara le Sam 2 Juil 2016 - 0:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Hellëriel d'Anfalas

avatar

Nombre de messages : 26
Age : 22
Date d'inscription : 29/05/2016

Feuille de personnage
Race: Homme du Gondor
Possessions: diverses, mais constament une épée, forgée pour elle, un cor de rassemblement et d'alerte, une carte d'Arda et divers bagages au sein de la caravane.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: FB || Ciara ▬ Far over the misty mountains   Jeu 30 Juin 2016 - 23:53


Berì était une femme honnête, une Naine fière sans doutes et quelque part dans le visage qu'elle affichait Hellëriel pouvait sentir le dilemme qui avait du œuvrer en elle avant qu'elle ne décide de  finalement faire confiance à la jeune Gondorienne et ne se décide à l'introduire dans sa propre demeure.  La jeune fille se sentait d'autant plus touchée par cette nouvelle rencontre, elle n'avait pas cru qu'elle aurait lieu un jour en vérité, elle avait attendu par principe et prié les cieux pour un miracle alors naturellement quand la nouvelle de cette rencontre avait été apportée elle avait eût du mal à tenir en place. Elle était jeune et bien qu'elle ait déjà l'expérience des nombreuses négociation quelle avait mené avec son père ou son premier frère, c'était la première fois qu'on l'envoyait aussi loin, seule et pour une mission aussi importante qu'établir le contact avec une autre race.  Elle ne savait pas bien si elle se sentait émerveillée par ces premiers pas dans la vie d'adulte ou si au contraire elle étouffait de peur. Peut-être bien que c'était un mélange des deux tout compte fait.  L'espace de quelques instant, face à la montagne noire, comme seule face à la force et à la grandeur de cette nature que les Nains avaient apprivoisé, elle s'était sentie ridiculement petite et insensée, oui vraiment, elle avait regretté de ne pas pouvoir se cacher derrière le large dos de Karadeg comme elle l'avait toujours pu faire jusqu'à ce jour.  Finalement , peut-être que c'était ça devenir un adulte : faire face seul. Ne pas flancher. Abandonner la cachette rassurante de l'homme et de la femme qui l'avaient toujours veillée pour montrer qu'elle était elle aussi capable de veiller sur les autres.

« – Oh comme j'espère que vous dites vrai, mon père considère que c'est le moment ou jamais de faire mes preuves. »

Elle avait dit la voix tremblant d'une drôle d’excitation espérant rendre cette affirmation moins sérieuse qu'elle ne l'était en réalité mais réalisant par la même à quel point elle était véridique. Plus que n'importe qui dans ce monde elle avait besoin de prouver qu'elle avait sa place dans sa famille, elle avait besoin de prouver qu'elle était digne de la place qu'elle s'était faite, qu'elle avait choisi. Elle n'était pas certaine de la manière dont les choses tourneraient si elle rentrait sans résultat chez elle.  Sans doutes pas d'une manière qu'elle avait envie de connaître.

Sans ajouter un mot la jeune femme s'était avancée dans la direction qu'indiquait la Naine et s'était appliquée à suivre ses pas le plus précisément précis laissant ses yeux scrutaient la structure unique de la galerie. C'était comme entrer dans un autre monde en vérité, elle n'était même plus certaine d'être en Terre-du-Milieu, ici au cœur des Galerie d'Erebor elle se sentait pour la première fois bien loin de chez elle.  Elle n'arrivait pas à faire taire l'angoisse dans son cœur mais déjà son esprit s'émerveillait-il de toutes les richesses culturelles et des spécificité de l'architecture naine qu'elle avait à porté de vue.  C'était sans doutes aussi la première fois qu'elle entrait dans un lieu inconnu , sur une Terre inconnue en quelques sortes, sans sentir contre sa hanche le poids réconfortant de son épée puisqu'elle avait – par respect – laissée cette dernière accrochée à la selle de son cheval. Roncenoir bien loin des préoccupation de sa maîtresse devait sans doutes brouter dans un coin actuellement. Faux-frère, pensait la jeune fille avec un sourire minuscule et tordu.

Hellëriel avait sursauté en voyant Berì s'arrêter et avait été prise au piège par la voix claire et enjouée d'une autre naine, visiblement. Ses cheveux de feu tressés tout comme ceux de la plus âgée. Sans doutes que la demoiselle n'avait jamais vu des cheveux aussi vif de sa vie. On aurait dit des amaryllis flamboyants dans un champs frappé par le soleil, fiers en fait. Ça avait étiré un peu plus le sourire de ses lèvre, le rendant plus symétrique.  La gondorienne détaillait avec une attention toute particulière la nouvelle venue qui avait été présentée comme Ciara, fille de son hôte en personne. Elle se demanda d’où pouvaient provenir une pareille énergie. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas croisé un visage aussi décidé et curieux que celui de la jeune naine.  C'était un peu réconfortant en quelques sortes.

« – Ravie.  La joaillerie est un métier précis et fascinant n'est-ce pas ? il demande une adresse que peux de personne possèdent là d’où je viens. »

Elle n'avait jamais vu de bijoux ou déparât présenter par des Nains à la vérité, mais si il avait bien un peuple en dehors des elfes qui avaient le pouvoir et les capacité de mettre en valeur les pierres précieuses c'était bien eux. Parce que c'étaient des ferronniers illustres – tout les livres le disaient – et ensuite parce qu'ils avaient sans doutes accès aux pierres et aux métaux les plus purs qui soient de part leur façon de vivre et de travailler la roche. Elle connaissait certes de très bons artisans au Gondor et dans la région dans laquelle elle vivait. Il n'y avait qu'à voir les parures en opale que portait l'épouse de son père mais il était certain que le travail des nains était quelque chose qu'elle voulait, non,  qu'elle devait voir.

Ciara encore souriante, proposait aimablement ses services  de guide des galeries. Hellëriel avait été jeune et même si elle ne pouvait pas donner un âge à la naine, elle se souvenait elle aussi de ses longues et ennuyeuses années d'études et de la façon dont elle avait rendu ses nourrices complice de ses escapades en ville. Parce que Fréagarde et les autres bonnes avaient été des personnes de bien et parce qu'elles avaient été douce avec elle, Hellëriel avait pu quitter sa chambre, derrière la fenêtre bleue qui donnait vu sur la mer. Parce qu'elles avaient bien  voulu la laisser courir pieds nus dans la forêt elle était devenu une demoiselle qui pouvait être fière de ses origines et de la vie qu'elle avait menée.  Ciara semblait demander le même genre d'attention, éviter les classes ennuyeuses pour découvrir aussi un monde plus grand et plus chamarré que celui qu'on voulait lui laisser voir.

« – En vérité je n'imaginait pas pouvoir un jour visiter cette montagne et  pourtant me voilà en Erebor, j'imagine que visiter les lieux est une bonne façon de se rendre compte de la vie ici et de réfléchir plus précisément à ce que le Gondor pourrait aussi apporter sur la longue durée ! Et je serai stupide de refuser une visite si le guide fait preuve d'autant de gaîté.  Et j'ai vraiment envie de voir. »

Elle souffla dans un sourire avant de retrouver une contenance plus digne de ce qu'elle était venue faire en ces lieux et de baisser une nouvelle fois le regard pour rencontrer le regard de la Maîtresse Naine. Elle attendait en fait de voir qu'elle serai la réaction de la plus âgée espérant une réponse plutôt positive de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7236-helleriel-d-anfala
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: Re: FB || Ciara ▬ Far over the misty mountains   Sam 2 Juil 2016 - 0:28

Ravie de l'acquiescement de la jolie demoiselle, Ciara se tourna à son tour vers sa mère, le regard pétillant. Elle ne pouvait plus refuser, à présent. Berí ne parvint pas à lui adresser un regard entièrement noir, au fond amusée comme toujours devant l'obstination de sa cadette, bien que cette même obstination l'inquiète également. Elle lui faisait penser à son père, une vraie tête de pioche, mais surtout à sa grand-mère Zirak. Celle-ci était célèbre pour sa sagesse et pour sa voix grave et chaude, mais aussi et surtout pour sa capacité d'obstination hors normes. Capacité dont Ciara semblait avoir pleinement hérité, au grand ravissement de l'ailleule et au désespoir de sa mère. En réalité, bien qu'elle refuse de se l'avouer, Berí elle-même était très têtue, et la si légère tendance de sa fille à n'en faire qu'à sa tête provenait sans doute également de son côté.

"Puisque vous semblez l'une et l'autre prêtes à vous tenir compagnie, je n'y vois pas d'inconvénients. Sachez seulement, Damoiselle, que ma fille a une certaine tendance à la... distraction, dirons-nous. Quant à toi, Ciara, sois une hôte digne de notre famille..."

Elle jeta à sa fille un regard perçant, porteur d'un long discours du style "attention à toi jeune fille, tu es en équilibre sur un fil et t'as pas intérêt à faire de bêtises avec l'humaine, sinon tu comprendra ta douleur". Habituée à décoder les messages de sa génitrice, Ciara répondit par son coup d'œil spécial, celui qui signifiait "cause toujours, tu sais très bien que je ferai à ma guise, juste assez pour te satisfaire, sans pour autant être la petite fille modèle dont tu rêve". Cet échange fut rapide et furtif, invisible pour la jeune visiteuse. Pour la mère et sa fille, cependant, habituées à une communication non-verbale intense, il était aussi clair qu'une conversation de vive voix. Sitôt l'accord maternel arraché, la fougueuse rousse enchaîna :

"Il se trouve que beaucoup de tâches attendent encore ma mère. Vous devez savoir qu'elle a de nombreuses responsabilités, aussi je vous propose de commencer dès à présent à vous faire découvrir la mine..."

Berí la foudroya aussitôt d'un regard qui n'avait plus rien d'indulgent tout en expliquant ostensiblement, de manière à ce que la visiteuse comprenne tout de même qui commandait, que leurs négociations n'avaient pas commencé et que par conséquent il valait bien mieux s'y atteler avant toute exploration des merveilles qu'abritait la Montagne.

"Si vous voulez bien me suivre, je vous emmène chez moi. Nous pourrons discuter à l'aide, et à présent que vous avez la possibilité de commercer avec nous j'ai hâte d'entendre les propositions que vous avez à me faire."

Sa fille sur les talons, Hellëriel à son côté, elle se dirigea donc vers sa demeure, dans laquelle la demoiselle d'Anfalas serait reçue avec tous les égards qui lui étaient dûs. Une fois les habituels salamalecs et autres rituels d'hospitalité accomplis, elles pourraient effectivement se lancer dans la fastidieuse étape des négociations.
Ciara soupira avec une exagération évidente. La discussion promettait d'être interminable, et elle en avait déjà assez d'écouter palabrer sa mère. Elle suivit cependant sa mère et la blonde visiteuse, décidée à attendre ailleurs que ces ennuyeuses considérations commerciales arrivent à leur terme. Quand donc pourrait-elle enfin profiter d'avoir une étrangère pour elle toute seule, à sa disposition, pour lui faire raconter tout ce qu'elle connaissait du monde extérieur ? Sa mère était décidément douée pour faire durer le supplice, mais la jeune femme avait appris au fil du temps à faire taire son impatience pour attendre son heure. Ou, tout au moins, à la museler quelques instants avant de trouver l'astuce qui lui permettrait de contourner l'obstacle. Cette fois, cependant, elle ne trouva aucun moyen d'accélérer l'ennuyeux débat pour parvenir à ses fins.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FB || Ciara ▬ Far over the misty mountains   

Revenir en haut Aller en bas
 
FB || Ciara ▬ Far over the misty mountains
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DT Misty Canyon
» Misty Law || Validé ?
» [Misty Moutain Island] Sauvetage en haute montagne. [Quête]
» ~ Misty Mistery ?
» Misty » Gods and Monsters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes nains (uniquement RP) :: Royaume d'Erebor :: Cité d'Erebor-
Sauter vers: