Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Ciel [Flashback Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NerewelNombre de messages : 60
Age : 19
Date d'inscription : 31/03/2014

Feuille de personnage
Race: Elfe Teleri
Possessions: Une épée et deux dagues
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Nerewel
Intendante du Lindon

MessageSujet: Ciel [Flashback Solo]   Ciel [Flashback Solo] EmptySam 20 Aoû 2016 - 12:47
Il y a longtemps de cela, Nerewel avait rencontré une jeune humaine nommée Ciel. A l'époque, toutes les deux n'avaient pas atteint l'adolescence et se perdaient encore souvent dans leurs nombreuses rêveries d'enfance, naïves et joyeuses.

*~*~*~*


Notre petite elfe était partie se promener près du lac, un doux matin de printemps, accompagnée de ses amis les oiseaux qui chantonnaient dans les arbres pendant sa marche. Mis à part ces mélodies grimpant aux arbres, un silence paisible occupait l'atmosphère. La fillette adorait cette ambiance, qu'elle rejoignait dès qu'elle en avait l'occasion. Elle s'était levée tôt, et alors que ses parents étaient encore dans les bras de Morphée, Nerewel avait mangé une tartine au miel puis s'était échappée de leur maisonnette en bois. Avant de humer l'air frais du dehors, elle avait pris soin de poser sur ces épaules le grand châle qui renfermait l'odeur apaisante de sa mère.

Elle emprunta le même chemin que d'habitude, rejoignit le même lac. Elle s'assit au même endroit, devant l'étendue parfaitement plate de l'eau. Ses bras entourèrent ses genoux, puis elle resta immobile un instant. A vrai dire, elle était trop jeune pour prêter tant d'attention au chant des oiseaux, ou au paysage qui l'entourait. Son seul loisir était de profiter de cette solitude idéale pendant quelques instants. De temps à autre, il lui arriver de souffler de l'air chaud dans le vide, et de remarquer la sorte de fumée qui s'échappait de sa bouche. Cela lui rappelait son vieux grand-père qui fumait à la pipe quand elle était toute petite.

Parmi ces matinées habituelles, ce matin-ci fut une exception. Pourtant, dans sa tête, Nerewel n'avait rien prévu de différent. Cette particularité arriva lorsqu'elle entendit des pas derrière elle, des pas rapides, de quelqu'un qui courrait. Un tantinet alertée, notre elfette se retourna vivement, alors que les pas s'arrêtèrent aussitôt. Elle ouvrit de grands yeux ébahis lorsqu'elle vit à quelques mètres d'elle une humaine, une fillette humaine qui-plus-est. Nere se leva brusquement et fit face à l'inconnue, se rapprochant de quelques pas. La curieuse individue avait des cheveux très clairs et longs, plutôt raides mais éparpillés tout autour de sa tête. Elle avait de grands yeux bleus qu'on ne voit pas souvent, et un léger sourire ornait son visage candide.

« Que fais-tu là ? Tu es perdue ? »

Ces deux questions étaient lancées avec tant d'innocence par l'inconnue que la Teler ne pensa pas une seconde à s'en méfier.

« Non, je regardais juste le lac. C'est joli je trouve. »

L'humaine s'approcha du lac en question et confirma :

« Oui, c'est vrai que c'est très beau. »

Un silence s'installa entre elles, pendant lequel elles se regardaient mutuellement avec de légers sourires. Puis, la fillette s'assit au bord du lac, à côté de la place de Nerewel que celle-ci reprit aussitôt.

« Au fait, je m'appelle Ciel. »

L'elfe ne put s'empêcher de rire. Un rire cristallin de fillette mais pas du tout moqueur.

« Ciel ? Tu veux dire, comme le ciel au-dessus de nos têtes ? »

La dénommée Ciel ne se sentit pas offensée du tout et répondit avec calme :

« Oui, exactement. »

« C'est un très joli prénom. Comment cela se fait que tu t'appelles ainsi ? »

« Le premier jour de ma vie, mon père a dit que j'avais les yeux clairs comme le ciel du jour lorsque j'étais joyeuse, et les yeux foncés comme le ciel de la nuit lorsque je pleurais. C'est pour cela qu'ils m'ont appelée Ciel. »

« C'est vrai que tu as les yeux très clairs. C'est parce que tu es joyeuse en ce moment-même ? »

Grâce à cette question, Nerewel eut le pouvoir de faire rire la fillette qui lui répondit avec un air enjoué :

« Oui bien sûr, tu as tout compris. Par contre gare à toi si mes iris s'assombrissent ! »

« Je ferais attention, promis. »


Il semblerait qu'en quelques phrases seulement, deux inconnues s'étaient déjà tissées des liens qui pourraient se révéler être de l'amitié si le temps leur permettait.

« Et toi, comment tu t'appelles ? »

« Nerewel. C'est beaucoup moins original. »

« Mais c'en ai pas moins joli. Quelle est l'origine de ton prénom ? »

« C'est plutôt simple. Mon nom de famille est Leweren. Mes parents ont inversé l'ordre des lettres de mon nom de famille et le résultat, c'est Nerewel. »

« C'est bien trouvé. »

« Oui, on peut dire ça comme ça. Mais sinon, appelle-moi Nere plutôt, c'est plus court. »

« C'est ton surnom habituel ? »

« Oui. »

« Alors je vais plutôt en choisir un autre. »

« Si tu veux, je te laisse chercher. »

« Wellë, qu'est-ce que tu en dis ? »

« Wellë ? Comment tu as trouvé ce nom ? »

« C'est simple, j'ai pris la fin de ton prénom Wel, et après je me suis dit que le Lë à la fin rendrait le surnom plus joli. »

« C'est bien trouvé. Oui, ça me va comme surnom. »

« Parfait. »

« Mais je suis alors obligée de te trouver un surnom ? »

« Seulement si tu en as envie. »

« J'aime bien Ciel tout de même, je préférerais t'appeler comme ça. »

« Alors appelle-moi Ciel. »


La conversation s'interrompit quelques instants, jusqu'à ce que Ciel se tourne vers l'elfe et lui demande :

« Tu vis par ici ? »

« Oui, ma maison n'est pas loin d'ici. Je viens souvent près du lac le matin. »

« Tu as raison, c'est agréable. »

« Oui. Et toi, que fais-tu ici ? »

« Je suis avec mes parents et ma grande sœur et je me suis amusée à me cacher et à courir alors que ma sœur me cherchait. D'ailleurs, j'ai l'impression qu'ils ne m'ont toujours pas trouvée ! »


Loin des soucis, cette fillette d'une dizaine d'année à peine, prenait cela à la légère apparemment.

« Mais ils vont s'inquiéter s'ils ne te trouvent pas, non ? »

« Non, ne t'inquiètes pas, ce n'est pas la première fois que cela m'arrive ! Après tout, le ciel est toujours là, pourtant on ne l'atteint jamais. »


Nerewel, ou plutôt Wellë, ne put s'empêcher de rigoler pour cette dernière phrase de son amie remplie de malice.

« Au fait, tu as quel âge Ciel ? »

« Tout juste dix ans, et toi ? »


Avec un sourire, Wellë répondit :

« Tout juste 104 ans. »

« 104 ? Tu es très vieille ! »

« Non, je suis une elfe c'est normal. »

« Je sais que tu es une elfe, tu as des oreilles pointues ! »

« Oui exactement. Et toi tu es jeune et tu n'as pas d'oreilles pointues parce que tu es une enfant humaine. »

« Oui. Mais toi tu n'es plus une enfant à ton âge. »

« Si, je suis encore très jeune pour une elfe. »


Lorsqu'on les regardait côte à côte, mis à part leurs différences raciales, les deux filles avaient les mêmes traits enfantins et étaient de même corpulence.

« Tu as de la chance d'avoir encore plein de temps devant toi. »

« Chance je ne sais pas, mais c'est sûr qu'on a des vies différentes toutes les deux. »

« Oui. »

« Viens, je vais te faire voir quelque chose. »


Wellë se leva, suivie de Ciel, et contourna le lac et marcha un peu. La curiosité piquait l'humaine qui se demandait quelle surprise l'attendait. Nerewel arriva bientôt dans une autre partie du petit bois, où se réunissaient plein d'eucalyptus. Elle tapa sur le tronc de l'un d'eux et s'accrocha à une branche basse avec ses deux mains. En deux temps trois mouvements, l'elfe avait balancé ses jambes au dessus de la branche et s'était déjà redressée. Impressionnée, Ciel s'approcha de l'arbre et voulut en faire autant. Son amie eut le loisir de se moquer un peu d'elle car ses gestes étaient maladroits. Avec un peu d'aide pourtant, L'humaine réussit à grimper la première étape.

Nerewel avait dû se décaler et se retrouvait à présent assise un peu plus haut. Hâtive de rattraper son amie, Ciel enjambait les branches une à une et progressait ainsi, lentement mais sûrement. Wellë s'assurait qu'elle n'était pas en danger, mais ne s'empêchait pas pour autant d'aller plus vite. Cela l'amusait beaucoup. Telle une acrobate, elle passait d'appui en appui rapidement avec ses pieds, pendant que ses mains saisissaient des branches au-dessus de sa tête pour se balancer et éviter de tomber. Quelques figures par-ci par-là, et notre elfette était déjà arrivée au sommet, patientant pour que son amie la rejoigne. Quelques minutes plus tard, Ciel était arrivée au niveau de Wellë, s'accrochant fermement à l'arbre, légèrement anxieuse. Avec aisance, la Teler resta en équilibre sur ses pieds bien calés, et de ses mains elle écarta  les feuillages. L'humaine sortit sa tête au-dessus des feuilles et laissa échapper un cri d'émerveillement.

« C'est magnifique. »

Ces mots sortirent de sa bouche comme si c'était une évidence, et en même temps on lisait dans sa voix qu'elle était époustouflée devant le paysage. Nerewel se plaça à côté d'elle et profita de la même vue qu'elle connaissait par cœur mais dont elle ne se lassait pas. Elle montra du doigt une direction et indiqua :

« Par ici, il y a ma maison. Elle ne dépasse pas les arbres donc tu ne peux pas la voir. »

Puis elle fit pivoter son bras pour désigner une autre direction :

« Et là-bas il y a le lac. Tu vois, il y a des arbres partout sauf à un endroit. »

« Oui, je vois. Et regarde, je suis venue de par-là. »


Avec la même technique, Ciel désigna une masse d'arbre par où elle était arrivée tout à l'heure.

« Oui, exactement. »

Un temps passa pendant lequel Ciel adopta une moue renfrognée.

« Qu'il y a-t-il, Ciel ? »

« Je crois que cela fait longtemps que je suis partie, j'ai peur que mes parents s'inquiètent. »

« Ah oui, bien sûr. Attends, on redescends tout de suite. »

« Mais c'est joli ici, j'aime bien rester ici. »

« On pourra revenir une autre fois Ciel. Il faut y aller maintenant. »


A contrecœur, Ciel se décida à retrouver les pieds sur terre. Sa progression fut un peu plus assurée que pour la montée mais Wellë tachait toujours de la surveiller. Une fois arrivées en bas, les deux fillettes se mirent en marche pour retrouver le lac. Quand ce fut fait, Ciel s'arrêta net et fit face à Nerewel.

« Au revoir, Wellë. A bientôt j'espère. »

Puis elle s'éloigna en courant d'un pas léger, le même pas qu'elle avait lorsqu'elle était arrivée plus tôt dans la matinée.

Wellë n'eut même pas le temps de lui dire au revoir. Wellë aurait certainement préféré un au revoir plus chaleureux et moins direct. Wellë était restée figée sur place en regardant sa nouvelle amie partir.

Wellë était aussitôt rentrée chez elle. Le lendemain, elle vint à la même heure, au même endroit, comme d'habitude. Elle attendit Ciel. Ciel ne vint pas. Pendant quelques jours, Wellë eu cet espoir de voir réapparaître son amie, en vain. L'ultime matin, Wellë pleura près du lac. Elle comprit qu'elle ne reverrait plus jamais Ciel. Ce matin-là, quand Wellë rentra chez elle, elle savait qu'elle ne reviendrait plus jamais regarder le lac.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6711-nerewel-leweren
 

Ciel [Flashback Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La liberté ne meurt jamais [RP solo]
» RP flashback en 1623
» Ciel Phantomhive
» [FB solo] 14 ans, Marine 1ière classe
» Une petite fille sur une Ile tropicale [solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Ciel [Flashback Solo] N448 :: Les archives :: RPs des Royaumes Elfiques :: Archives du Lindon-