Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 [FB solo] Sang et Larmes (18+)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
EradanNombre de messages : 55
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Eradan
Connétable d'Angmar

MessageSujet: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) EmptyMar 23 Aoû 2016 - 8:36
Sang et Larmes

[FB solo] Sang et Larmes (18+) Tumblr_o28wqmtA5z1sfa3amo1_500

Il fut un temps où l'actuel connétable d'Angmar fut un simple geôlier, son nom était encore inconnu à cette époque. Ce récit relatera la période précédent l'annonce de son admission dans l'armée d'Angmar, moment même où il se distingua et prouva qu'il pourrait un jour occuper un poste plus ambitieux. Mais, avant cela, nous nous plongerons dans le quotidien tourmenté d'un geôlier doublé d'un tortionnaire n'ayant pas froid aux yeux. Sang et larmes se sont écoulés, sang et larmes s'écoulent...et sang et larmes s'écouleront jusqu'à la fin d'Eradan, sombre personnage d'Angmar.

Curun Rhelg était la prison à la fois la plus sûre mais aussi la plus crainte de tout l'Angmar. Elle était sortie de terre sous les ordres de l'Intendant en personne. Elle était devenue pour Eradan, un lieu de vie particulièrement adaptée à son propre caractère. A une époque, il s'était posé la question : « Que m'aurait-on infligé si j'étais resté dans le camp adverse ? Qu'aurais-je subis dans ses geôles ». Cette énigme lui était restée de nombreux jours à l'esprit et pour tenter d'y répondre quoi de plus naturel que de jouer avec un prisonnier ? Les cellules de la prison avaient été multipliés par milliers permettant d'accueillir un total de sept milles têtes. Certains prisonniers étaient emportés pour subir diverses expériences obscures, d'autres furent emportés pour des raisons encore plus sombres. Là où la science motivait certains tortionnaires, c'est le plaisir qui animait les autres dont Eradan.

Un matin, on vint le trouver lui annonçant qu'il avait obtenu la charge d'un nouveau prisonnier « spécial ». Lorsqu'Eradan vit la chose, il comprit. Le prisonnier était un jeune dunadan n'étant même pas âgé de vingt ans. Probablement, une recrue des Rôdeurs qui s'était aventuré beaucoup trop loin au nord...Il avait été tabassé par une horde d'Orques patrouillant dans le secteur. Le jeune homme était là, fixé au mur par des chaînes rongées par la rouille.  

Le jeune rôdeur, dont les larmes perlaient sur des joues rougies par les coups, n'avait même pas remarqué l'entrée du Renégat. Celui-ci fut déçu. Un bruit terrifiant vint perturber l'esprit déjà si tourmenté du prisonnier, il leva la tête poussant un cri rauque...Il n'avait plus parlé depuis plusieurs jours, sa voix s'était enroué...Le pauvre.

-Oh...Je ne voulais point te faire peur, prisonnier. Je n'ai fais que prendre quelques dispositions avant ma garde. Ah...oh...Mais, personne ne t'a rien dit n'est-ce pas ? Je suis ton geôlier celui qui s'occupera de veiller à ce que tu ne t'échappes pas...Bien-sûr, Eradan lâcha un petit rire roulant des yeux, bien-sûr tout cela sur le papier. Tu apprendras que je suis quelqu'un de bien moins ennuyeux que cela....Le geôlier prit une longue pause et poursuivit d'un ton doux en s'approchant du jeune homme, il lui caressa les cheveux de manière presque réconfortante. Ne t'inquiètes pas...Les derniers fils de  Numenor ont encore des amis...même au delà des contrées sombres.

Eradan conta au jeune rôdeur des histoires qu'on lui avait lui même racontées lorsqu'il fut plus jeune tout en ne révélant pas son identité. Des histoires sur les trois royaumes d'Arnor et sur leurs héritages.

Après plusieurs jours, Eradan et le nouveau prisonnier se rapprochèrent. Une curieuse amitié entre un geôlier et son prisonnier. Mais, ce genre de relation pouvait existé...On en avait là une belle preuve prouvant que même dans les temps sombres, la lumière peut toujours revenir apportant avec elle chaleur et réconfort.

-Jouons à un jeu, désormais...

La voix d'Eradan semblait particulièrement différente par rapport à d'habitude, mais ça, le jeune Arlandan ne le perçut pas...convaincu que l'enthousiasme de son geôlier signifiait une bonne chose pour sa propre personne...

-A suivre -


Dernière édition par Eradan le Jeu 25 Aoû 2016 - 22:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
EradanNombre de messages : 55
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Eradan
Connétable d'Angmar

MessageSujet: Re: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) EmptyMer 24 Aoû 2016 - 10:08
La cellule était sombre et crasseuse, à l'intérieur on pouvait y trouver une petite table accompagnée d'une chaise, l'endroit où s'installait généralement Eradan lorsqu'il venait visiter le dernier élément présent dans la pièce : le prisonnier. Celui-ci était toujours attaché au mur avec de lourdes chaînes étirant tout ses membres de telle manière à faire de sa position, la plus désagréable possible. Arlandan avait levé la tête fixant son geôlier affichant pour la première fois depuis très longtemps un sourire...

-Oui, un jeu. ...déclara Eradan.

Le Dùnadan lié au mur constata leur seule présence dans la pièce, son sourire s'était effacé laissant place à une mine interrogative :

-Un...un jeu ? Mais...non cessons cela...je...

D'un mouvement souple et rapide, le geôlier se leva et se rapprocha lentement rétorquant :

-Probablement, l'atmosphère de la cellule...Plusieurs prisonniers sont déjà devenus fous du jour au lendemain en côtoyant ses cellules...L'humidité est mauvaise, l'hygiène est déplorable...et ses chaînes tellement lourdes, tellement oppressantes...Sache que je n'éprouve aucun plaisir à tout cela...C'est même tout le contraire. Il s'appuya contre le mur aux côtés du prisonnier. Voilà pourquoi nous allons...jouer aux énigmes ! Je suppose que tu connais le principe ? Je te pose une question et tu dois y répondre...Si tu gagnes, je t'enlève ces chaînes....si je gagne alors tu me devras une faveur. Entendu ? Bien.

Arlandan laissa tomber la perspective d'un événement heureux en remarquant l'étrange comportement de son geôlier. Il s'était toujours montré attentionné jusqu'à maintenant où celui-ci semblait particulièrement...bizarre. Il hocha la tête sans un mot. Les énigmes dans le noir...un jeu à l'issue incertaine en Terre du Milieu.

Les premières énigmes furent simples. Arlandan les connaissaient toutes. Elles étaient issues de vieux chants des Dunedains. Après les deux premières questions, le prisonnier se permit une liberté :

-Comment...comment connaissez-vous ces histoires, ces énigmes ? Vous êtes l'un des nôtres n'est-ce pas... ?

Un applaudissement sinistre et amplifié par l'écho de la cellule se fit entendre.

-Bon, garçon que tu es ! J'en viens à la dernière question : Qui suis-je ?

Arlandan ne pu cacher sa surprise. Ce n'était pas comme ça que le jeu fonctionnait ! Comment deviner une chose qu'on ne connaissait pas ?

-Ce....ce n'est pas comme cela que ça fonctionne !

Eradan, imprévisible, se rua vers la table où il s'était installé quelques minutes plus tôt et lui flanqua un violent coup de pied qui brisa l'un des pieds de celle-ci.

-Réponds ! QUI suis-je ? Répéta-t-il.

L'action d'Eradan s'inscrivit dans l'esprit du prisonnier, la violence du coup était sans égal et l'amplification des bruits à cause de l'écho ne faisait qu'apeurer davantage le prisonnier. Il ressentit en lui des frissons désagréables, des picotements dans la poitrine, une douleur lourde au ventre. Qu'allait-il lui arriver si il échouait ? Soudain, Arlandan repensa à son père qui un jour lui raconta l'histoire de l'un des leurs qui s'était fait prendre par l'ennemi...

-Vous êtes le capitaine Arathan, annonça-t-il affichant un regard triomphant et redessinant un sourire victorieux sur son visage.

Enfin, libre ! Il serait libéré de ses maudites chaînes !

Eradan, lui, ne souriait plus, il paraissait déçu, terriblement affligé par cette réponse.

-Bravo...Comment m'as-tu reconnu ?

-Mon père, messire...admit le jeune homme. Il m'a conté votre histoire...Vous...allez vraiment m'ôter ces fers ?

Le geôlier s'approcha à nouveau, ayant retrouvé un léger sourire. Il fit un « oui » de la tête, sortit son trousseau de clés et soulagea son prisonnier. Celui-ci s'écroula au sol, il se mit à rire. Même si, il restait coincé dans cette cellule, il ne devrait plus supporter les crampes lui mordant chaque parcelle de son corps. Lorsqu'il se releva, il fut prit de vertige mais ses pensées étaient pourtant claires. Et, si il en demandait plus. Le geôlier, bien qu'étrange par moment, pouvait l'aider, n'est-ce pas ?

-Puis-je sortir ? Je ne sens plus la force de mes jambes...J'aimerais prendre l'air...

Il avait les yeux humides et le regard attristé. La ruse...il utiliserait la ruse pour s'enfuir ! Eradan s'humidifiant les lèvres hocha encore une fois la tête, souriant. Il sortit à nouveau ses clés pour cette fois ouvrir la porte de la cellule.

-Tu es libre, petit ! Lui dit-il.

Arlandan avait du mal à y croire mais lorsqu'il franchit cette porte...cette entrée, la frontière de son monde depuis plusieurs jours et l'extérieur. Il se sentit à la fois mal d'être lâché dans un espace aussi grand et évidemment bien d'être considéré comme libéré ! Mais...lorsqu'il vit les autres cellules, les cadavres pendant sur les murs, les cages suspendues, les contingents d'Orques et d'Hommes malveillants escortés des colonnes immense de prisonnier dans les étages inférieurs. Il ne pu que paniquer...La voix d'Eradan le sortit de ses songes :

-Le capitaine Arathan était un homme bon et surtout fort. D'habitude, ils hurlent, ils supplient...Lui est resté silencieux jusqu'à la fin...J'ai fini par lui trancher la langue, il n'avait pas l'air de beaucoup s'en servir de toutes façon. Il est mort plutôt rapidement, il était ennuyeux à dire vrai. Voyons si tu seras comme lui...


Dernière édition par Eradan le Mer 24 Aoû 2016 - 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
EradanNombre de messages : 55
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Eradan
Connétable d'Angmar

MessageSujet: Re: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) EmptyMer 24 Aoû 2016 - 10:40
- Les choses sérieuses vont commencées, âmes sensibles s'abstenir '-' ! -

Deux Orques sortirent de l'ombre. Ils donnaient l'impression d'être énorme avec leurs larges épaules  et leur panse gigantesque. L'un d'eux était mutilé d'une partie de son nez, l'autre avait perdu toute la peau de sa mâchoire inférieure dévoilant quelques dents encore en place.

-Je te présente, les Muets. Deux de mes amis, ils s'occuperont de toi quand je ne serais pas là. Il se tourna vers les Orques visiblement taciturnes. Emmenez-le dans sa cellule, ôtez-lui ses haillons et attachez-le.

Ils grognèrent et s'exécutèrent. Eradan avait sélectionné lui même les gardes qui prenaient sa relève. Il aimait le calme et la discrétion des Muets. Ils ne savaient ni parler, ni lire, ni écrire et ne s'exprimaient que d'une seule manière : en obéissant. Des acolytes parfaits et surtout peu gênants !

Arlandan puisa dans les dernières forces qui lui restèrent pour résister aux deux énormes monstruosités qui s'approchèrent. Il flanqua un coup de poing à l'un d'eux d'une manière suffisamment forte pour lui faire mal...mais certainement pas assez pour le déstabiliser lui ou même son jumeau qui enroula son bras autour du prisonnier l'entraînant dans la cellule.

Une fois la besogne effectuée, les Muets se tournèrent vers Eradan qui, affichant toujours un sourire qui désormais effrayait le jeune rôdeur, transmit à ses hommes de mains l'envie d'avoir un peu d'intimité avec son prisonnier.  Toujours silencieusement, les jumeaux sortirent de la cellule et patientèrent à l'extérieur, les bras croisés empêchant quiconque d'entrer...ou de sortir.

-Tu as perdu...J'ai mentis et j'ai gagné ! Intervint le geôlier. Tu me dois une faveur, Arlandan. Que pourrais-je bien te demander...

Il fit quelques pas...Le bruit de ceux-ci résonnèrent dans la tête du prisonnier. Il se mit à pleurer implorant à la pitié, la miséricorde. Ses vêtements avaient été déchirés par les Orques quelques minutes plus tôt, il sentait un courant d'air glacial lui dresser les poils. Le prisonnier se sentait tellement vulnérable, entièrement nu face à cet individu qui le jour précédent le berçait d'histoire de l'Arnor. Il entendit la voix d'Eradan mais ne pu la comprendre tellement l'émotion, ce sentiment de désespoir était grand en lui...Il semblait sombrer lentement. Soudain, il ressentit une violente douleur à la tête et il sortit de sa torpeur.

-Visiblement, tu es sourd ! Tu plairas aux Muets quand ils reviendront ! Oui...voilà ce que je veux...Je veux que tu m'offres l'une de tes oreilles...Il y eu un grand silence. La phrase paraissait tellement absurde, tellement improbable que le prisonnier ne pu s'empêcher de rire. Sa plus grande erreur.

Eradan lui susurra à l'oreille : « Tu demanderas à ce que je te l'arrache..Tu verras, brave garçon que tu es..et là tu ne rigoleras pas ». Ensuite, il saisit fermement le visage du prisonnier, le maintenant contre le mur en pierre de la cellule et sortit un couteau à la lame courbée. Arlandan ne comprenait rien...Il ne savait plus rien...Ce n'est que lorsqu'il sentit le contact froid de la lame qu'il ressentit tout ce qu'il y avait à ressentir. Il sentit la peau de sa joue se faire peler lentement. La douleur était insoutenable, c'était loin d'être celle d'un poignard transperçant un corps, c'était pire que cela. C'était un mal bien pire, un mal plus subtile qui semblait décuplé à chaque passage de la lame et s'incruster profondément en son être. Le sang se mit à s'écouler, passant même entre les doigts experts du tortionnaire. Il avait déjà fait ça...mais ça n'avait plus d'importance pour Arlandan. Les yeux pâles d'Eradan pétillèrent lorsqu'il glissa sa lame sous la peau fragile du prisonnier lui déchirant la chair sur plusieurs centimètres remontant jusqu'à la pommette. Un lambeau de chair pendant sur toute la distance. « Je n'aime pas le travail bâclé » cracha Eradan.  Il saisit, avec deux doigts, le morceau et le tira avec force mais aussi avec patience faisant durer la chose. La peau s'ôta davantage, cette fois jusqu'à l'arcade sourcilière. Le prisonnier hurlait, il hurlait de toute ses forces. Ses cris semblaient le trahir car ils renforçaient la détermination du monstre qui le tailladait.  

Le pire était qu'il ne s'était pas arrêté au visage...Il s'attaqua à chaque parcelle de son corps. Les aisselles ne furent pas épargnés. Le prisonnier se tortilla difficilement à cause des chaînes lorsque lame racla le creux de ses bras. La douleur lui remontait à la gorge s'exprimant à travers ces cris toujours plus inhumains. Les larmes qui s'écoulaient sur la joue mutilées semblaient elles même se retourner contre le prisonnier qui ressentit un picotement intense pendant quelques instants. Cette sensation fut vite oubliée lorsque Eradan s'attaqua à une autre zone de son corps.

Après de nombreuses et surtout longues minutes, Eradan s'attaqua l'une de ses fameuses oreilles. Celui qui deviendra connétable d'Angmar ne se contentait jamais de couper directement une partie entière. Il préférait l'écorcher pour laisser la chair à vif sécher, se gercer et suppurer. Arlandan avait déjà enduré de nombreuses blessures et ce malgré son jeune âge, son existence de rôdeur ne lui avait pas fait de cadeaux. Mais, il n'y avait aucune douleur aussi insoutenable que celle qui suivait l'écorchage. Cette sorte de souffrance rendait les victimes folles, et on ne pouvait longtemps la supporter. Tôt ou tard, Arlandan se mettrait à supplier l'écorcheur de la lui couper pour abréger ses souffrances.

La lame trancha à nouveau chaque partie de l'oreille fut écorchée. Le contour, le lobe, le peu de chair que pouvait offrir une oreille fut exploitée. Bientôt, elle n'avait plus rien d'une oreille, cela ressemblait plus à un gros morceau de viande qui pendouillait encore. Ricanant en constatant l'état actuel de son prisonnier, Eradan annonça d'une voix volontairement forte :

-Je vois que tu ne te sens pas très bien...Rassures-toi, les Muets vont s'occuper de toi, je dois malheureusement te laisser...Eradan fit une pause savourant le regard suppliant de son prisonnier, il savait ce que cela voulait dire. Oui, je n'en ai pas finis avec ton oreille... Tout à l'heure, quand j'ai suggéré l'idée que tu puisses m'offrir ton oreille tu trouvais ça hilarant, tu as finalement changé d'avis ? Tu es devenu un homme, rôdeur. Je ne vais pas faire le travail à ta place...Bon sur ce, je t'accorde un peu de repos, j'ai moi même d'autres préoccupations qui m'attendent. Bonne nuit, je repasserais demain.

Eradan exécuta une brève mais majestueuse révérence comme celles que l'on faisait dans de lointains pays dits « libre » et sortit. « Le prisonnier se sent mal, fouettez-le. » déclara Eradan aux Muets. Ils obéirent...sans discuter. Vous vous demanderez, peut être ou peut être pas d'ailleurs, l'origine de ce mutisme plutôt handicapant ? Et bien, Eradan n'appréciait pas spécialement les Orques en réalité. Les deux jumeaux qui devinrent ceux connus sous le nom des Muets étaient des êtres stupides et particulièrement désobéissants voir rebelles. Ils n'appréciaient pas travailler auprès d'un ancien rôdeur du nord. Eradan pour leur apprendre à obéir et à le respecter leur fit trancher la langue et moultes parties de leur corps. Suite à cela, ils devinrent tout deux subitement disciplinés. Eradan en fit ses hommes de mains personnels par la suite et tous apprirent l'histoire de ces deux Orques. De cette manière, plus personne dans les bas-rangs n'osaient parler ouvertement contre le Renégat.

S'éloignant de la cellule de son compatriote tout en savourant les nouveaux cris de celui-ci d'un sourire toujours plus grand, Eradan marcha lentement longeant chaque cellule en sifflant tout en s'amusant à tournoyer son trousseau de clés. La mélodie sinistre se répandit à l'intérieur des cellules devant lesquelles il passa, les occupants levaient la tête à son passage avant de la rabaisser aussitôt espérant...qu'il ne viendrait pas les visiter.

Une journée comme une autre au sein de la prison de Curun Rhelg.



Dernière édition par Eradan le Mer 24 Aoû 2016 - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
EradanNombre de messages : 55
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Eradan
Connétable d'Angmar

MessageSujet: Re: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) EmptyMer 24 Aoû 2016 - 14:59

Les appartements d'Eradan étaient modestes. Son statut spécial et sa renommée au sein même de la prison lui avait permit d'avoir sa propre chambre. Il ne désirait pas partager celle-ci avec les nombreux autres gardiens préférant avoir un minimum d'intimité. En dehors de « l'entretien des prisonniers », Eradan ne faisait pas grand chose. A cette époque, il restait encore très isolé des affaires de l'Angmar, son influence ne dépassait pas les murs de la prison. Mais, seul dans ses quartiers, il méditait déjà sur ses ambitions futures. Il profitait actuellement de ce que la prison avait à lui offrir : un toit et de multiples passions. Mais, le complexe serait également pour lui une échelle le menant vers des lieux plus importants. Il savait qu'un jour ou l'autre...il serait bien plus qu'un simple geôlier. Son ardeur lorsqu'il s'attelait à quelque chose était inégalable. Bien qu'imprévisible pour les autres, lui avait l'esprit tactique et tout, ou presque, était calculé. Les prisonniers lui offraient des entraînements intéressants, en les malmenant, il apprenait comment réagissait un être face à diverses situations qu'il inventait de toute pièce par stratégie mais aussi...par amusement. La vie de geôlier était difficile et monotone...mais celle des prisonniers était un cauchemar.

Le jour suivant la visite d'Eradan dans la cellule d'Arlandan, on vint trouver le geôlier dans ses quartiers. C'était un petit orque maigrelet transmettant un message. Molag Ital, un terrible membre de l'Ordre de l'Hélice, avait demandé au geôlier de tester l'un de ses curieux instruments. Arlandan était déjà dans les mains expertes des Muets, Eradan les rejoindrait plus tard. Il inspira profondément, se leva et suivit d'un pas assuré l'Orque.

En pénétrant dans l'une des nombreuses salles spéciales, Eradan salua les gardes de l'Hélice qui se retirèrent. L'Orque demanda au geôlier de patienter. Celui-ci s'amusa à lire les différentes notes accrochées dans un cadre en bois sombre.

« Protocole de Molag Ital, numénoréen noir au service de l'Ordre de l'Hélice.

Même la créatures la plus timide peut connaître un accès de violence où sa force dépasse les prouesses qui lui sont initialement associées. Si tout les soins ont été apporté à la destruction physique et mentale, ce ne devrait pas être un problème, mais ils entraveront également l'effet que je recherche. Voilà donc comment procéder: Contrôler la victime alors qu'elle est encore étourdie, lui présenter ensuite les tortures à laquelle elle va être soumise et enfin passer à l'acte. Le but est de propager en elle un sentiment de terreur, l'esprit est très efficace car il peut engendrer des sensations semblables à celles que le sujet ressentira une fois manipulé.Tout en infligeant ces tortures veillez à éviter des dommages massifs car elles seront plus efficace si le processus est à long terme. Procéder à ces tortures avec patience, favoriser les coupures pour que le corps puisse se régénérer. Si vous fouettez ou coupez la victime faites le tout d'abord une fois, attendez que la douleur disparaisse un peu et frappez de nouveau. Tant que le corps souffre, il continuera de fournir des essences vitale et à saturer le sang avec ses propriétés. Le résultat ne peut être que bénéfique si l'opération est menée avec soin et minutie. Après cela, les performances mentales et physique du sujet pourront être remodeler de n'importe quelle manière. Répéter ces opérations pendant des mois jusqu'à ce que le sujet ne réagisse plus à vos coups et cesse de s'exprimer de façon normal. »


Eradan pouffa. Ces gens torturaient pour faire avancer la science...ou du moins c'est comme cela qu'ils justifiaient leurs actes. Le geôlier, lui, torturait également mais pour une raison bien plus simple : le plaisir.

L'ancien rôdeur observa l'instrument qu'il devait tester. On aurait pu le décrire en un mot : fascinant.

On fit entrer le sujet, visiblement un homme. Ils avaient masqué son visage d'une cagoule et les bruits qu'il émettait en avançant, guidés par des gardiens, ressemblaient à des sanglots.

L'homme était désormais complètement ligoté, tout ses membres écartés et solidement maintenus par de lourdes chaînes en métal. Il était maintenu en l'air avec, comme mentionné tout à l'heure, les bras et les jambes écartées. La scène rappela d'ailleurs à Eradan, son nouveau jouet qu'il avait « arrangé» le jour d'avant. Une scie gigantesque se situait entre ces cuisses. Avant de commencer le test, Eradan demanda à ce que l'on hôte au prisonnier sa cagoule de telle façon à ce qu'il puisse voir son visage. Les gardes acceptèrent et patientèrent le signal du Renégat. Celui-ci jaugea quelques instants le prisonnier qui, les yeux rougeoyants, baissa lentement la tête remarquant l'engin horrible entre ses jambes. Il hurla. Eradan sourit et leva la main. Les gardes actionnèrent un levier. C'est alors que les dents acérées de la scie jaillirent de ses entrailles sous un bruit répétitif de chair, d'articulation et d'os déchiquetés. La scie entre ses jambes s'était logée  dans sa hanche et elle ne pouvait désormais plus bougée. Les bourreaux autour attendirent que la victime se vide de son sang.  

-Il faudra revoir cette étape...vous savez, ce moment où l'engin s'est coincé à travers la hanche.

Les gardes hochèrent la tête prenant des notes pour leur supérieur qui était probablement occupé sur une autre expérience.

-Bien, intervint le geôlier. Je dois maintenant vous laisser, saluez ce cher Molag Ital  de ma part.

Eradan sortit de la pièce se dirigeant vers le troisième niveau des cellules. Cette nouvelle journée était loin d'être terminée.

-A suivre -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
EradanNombre de messages : 55
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Eradan
Connétable d'Angmar

MessageSujet: Re: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) EmptyJeu 25 Aoû 2016 - 12:36
Arlandan écouta avec terreur le raclement des bottes et le bruissement métallique des clés. Non, implora-t-il, je vous en supplie. Partez, passez votre chemin par pitié...Il savait qu'il reviendrait. Il savait que ce monstre lui rendrait encore visite...Il avait tenté de le faire, non pas pour le geôlier mais pour lui même, pour abréger la douleur. Mais ses forces étaient insuffisantes, c'était là un supplice qu'il vivait depuis qu'il avait rencontré cet homme cruel aux cheveux sombres. Qui était-il vraiment ? Il n'était visiblement pas celui qu'Erlandan mentionna la veille.

La présence des Muets, véritable cerbère de leur maître, durant la soirée précédente et cette matinée représentait une forme de châtiment supplémentaire. Les deux Orques étaient silencieux dans leurs atrocités, parfois lorsqu'ils repoussaient les limites même du corps du jeune homme, des grognements pouvaient se faire entendre. Mais, c'étaient les seules bruits qu'ils émettaient. Mais, le silence valait parfois mieux que les paroles douloureuses d'Eradan.

Arlandan appuya son crâne mutilé contre le mur de pierre espérant trouver un appui plus ou moins confortable. Il n'avait pas dormit de toute la nuit, la douleur était trop intense. Son oreille droite pendouillait maintenant (et au sens propre) ne tenant plus que sur un filet de chair qui visiblement avait résisté au peu de forces qu'Arlandan avait conservé.

Il avait été fouetté comme en témoignaient les marques dans son dos, c'était à ce moment-là qu'il avait perdu connaissance. Les Muets lui avaient jetés un seau au liquide trouble, ce n'était probablement pas de l'eau, pour le réveiller.

Les pas s'arrêtèrent juste à l'instant où ils sonnaient le plus fort, et les clés s'entrechoquèrent précisément devant la porte.

La porte s'ouvrit dans un bruit métallique. Les Muets entrèrent, sans le montrer Arladan fut soulagé, mais les deux Orques finirent par s'écarter laissant entrer une ombre qui se dévoila à la lueur d'une torche.

-Ah le voilà ! Mon jeune ami morose ! J'espère que la nuit n'a pas été trop longue...Eradan s'approcha observant son prisonnier. Oh ! Mais, ton visage...un équilibrage pourrait peut être arrangé cela, tu ne crois pas ?

Le prisonnier s'agita beuglant un « non », les Muets avaient brisés ses dents la veille en le tabassant jusqu'au sang, bien que sang il y avait déjà.

-Bon, messires Orques, admirez notre invité. Il semble perdre du poids, je suis un homme magnanime, vous le savez. A manger, vite.

Lorsque les Muets furent de retour, l'un d'eux tenait un bol. Eradan le saisit et les congédia hors de la cellule.

-Du bon gruau tendre, ça te plairait ? Le geôlier fit mine d'humer le contenu du bol. Délicieux !

Il le déposa ensuite sur la table présente dans la cellule, visiblement on l'avait restaurée tant bien que mal pendant l'inconscience d'Arlandan. Celui-ci levant la tête plongea son regard dans celui de son geôlier. Ses yeux sont de glaces, pensa-t-il. Arlandan se demanda si le monstre qu'il avait face à lui pleurait jamais. Et en ce cas, les larmes étaient-elles froides sur ses joues ? Il suffisait de le regarder pour comprendre qu'il avait plus de cruauté dans son petit orteil que tous les Orques d'Angmar réunis.  

Eradan jeta un regard froid à son prisonnier, affichant néanmoins un léger sourire qui s'agrandissait à mesure qu'il se rapprochait de lui. Il posa doucement une main sur le visage du captif. Soudain, en une fraction de seconde, ni sourire, ni geste tendre...mais un mouvement rapide. Eradan arracha ce qu'il restait de l'oreille du prisonnier qui ne pu s'empêcher de pousser à nouveau des hurlements. Ces hurlements devinrent des plaintes et des gémissements, des sanglots. Le profil gauche du prisonnier était méconnaissable avec l'immense écorchure parcourant son visage des joues jusqu'aux sourcils, le trou béant qui fut autrefois l'emplacement de son oreille et les marques de coups.

-Arlandan avait deux oreilles, tu n'en as qu'une...Tu n'es pas Arladan...Tu es un prisonnier. Oui, un vulgaire prisonnier sans passé, sans famille, sans volonté. Qu'est-ce tu es ? Qu'EST-ce que tu ES ?

Tenant fermement le prisonnier par la nuque, Eradan plongea à nouveau son regard dans le sien, cette fois son expression était dure sans sourire.

-Je...je suis Arladan fils de Be...

Eradan frappa avec violence son prisonnier à deux reprises lui brisant les dernières dents intactes qui lui restaient. Un filet de sang s'écoula des lèvres de l'adolescent.

-Tu es un prisonnier...Tu es MA chose ! Dis-le !

La voix d'Eradan résonnait dans toute la cellule, elle semblait ne plus jamais quitter l'esprit du prisonnier. Le geôlier dégaina son couteau le plaçant à quelques millimètres de l'oeil gauche d'Arlandan.  « Qu'est-ce que tu es ? ! » Répéta une dernière fois Eradan approchant doucement la lame qui commença presque à percer l'oeil. La situation était insoutenable, le prisonnier n'osait même plus respirer ou bouge d'un cil. Il ne pouvait subir davantage...

-Un prisonnier ! Une chose ! Je ne suis rien, je suis à vous, pitié, pitié, pitié ! Implora de toutes ses forces Arlandan. Je suis votre chose, permettez-moi de vous servir, je vous en prie. De...de grâce !

Le couteau disparut retournant à son emplacement d'origine.  

-Puisque tu le demandes si joliment, comment te refuser ? Eradan sourit. Tu es demeuré obéissant, tu as été long à dresser mais tu as finis par comprendre. Je suis ton seigneur, ton maître, ton seul vrai dieu, n'est-ce pas, créature ?

Le prisonnier hocha la tête, tremblant.

-Et Moi...moi  votre créature à vous s...seul, mon sei...seigneur. Réussit-il à articuler.

-Oui, oui...Bien. Je suis un seigneur miséricordieux et bon, je t'offre donc une récompense pour ton dévouement...Eradan désigna le bol toujours posé sur la table.

Il se rapprocha du prisonnier et le libéra de ses entraves. Celui qui fut Arlandan se fracassa contre le sol froid et poussiéreux. Eradan, lui, s'éloigna un instant avant de revenir. Il sourit à nouveau. Puis, d'un geste lent, il retourna le bol laissant s'écouler la bouillie tiède sur sa créature.  

-Régales-toi ! Je dois m'absenter, n'oublie pas ce que tu es : ma chose. Obéis-moi et tu seras récompensé, tu l'as bien vu n'est-ce pas ? Comportes-toi en félon et je rééquilibrerais ton visage, même plus que cela...

La créature gémit dévorant son repas au pied de son maître. Eradan savoura quelques secondes se moment et tourna les talons vers la sortie. Chose particulière en partant il laissa la cellule ouverte et avait donné l'ordre aux Muets de se charger d'autres prisonniers.


Quelques instants plus tard, lorsque la chose termina son repas.

Il était recourbé sur lui même au centre de sa cellule, n'osant même pas regarder vers l'extérieur. Peut être pourrait-il s'enfuir ?  Non, non c'est trop facile. C'est un piège si je m'enfuis, il me prendra encore quelque chose, songea-t-il pressant ses mains sur son crâne. Il avait déjà traversé cette porte...et il l'avait plus que regretté. Jeune imbécile qu'il avait été ce jour-là.

Dans cette prison, il y avaient d'autres cellules, d'autres prisonniers. Parfois, il les entendait hurler, malgré les épais murs de pierre. Les femmes criaient le plus fort et leur cri plus aigu transperçait le coeur de quiconque l'entendait.  

Pendant ce temps du côté d'Eradan, on vit de l'agitation dans les rangs des geôliers. Des soldats d'Angmar avaient débarqués sur les lieux, ils étaient en transit pour se rendre vers un autre lieu que ne connaissait pas encore Eradan. Les choses bougeaient dans l'armée. Le poste de connétable était vacant et les officiers semblaient encore instables. L'élite de l'Angmar à cette époque s'attelait à reconstruire le pays du mieux qu'il le pouvait. Une nouvelle ère débutait pour l'Angmar.

-A suivre-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
EradanNombre de messages : 55
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Eradan
Connétable d'Angmar

MessageSujet: Re: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) EmptyJeu 25 Aoû 2016 - 22:46
Rappel: Âmes sensibles s'abstenir.


Elle avait froid, ses pieds nus sur le sol de béton étaient engourdis et ses cheveux relâchés. Elle se frotta les yeux, il faisait noir. On ne pouvait distinguer qu'une faible lumière passant sous la porte. Des bruits de pas se firent entendre et il y eut un jeu d'ombre. Quelques instants plus tard, la porte s'ouvrit laissant émettre une mélodie sinistre.

La femme ne distingua rien hormis la présence de plusieurs individus. Soudain, une main l'agrippa par les cheveux la traînant jusqu'à la sortie. La violence de l'acte lui paraissait terrible, et ce l'était. La douleur dessina dans son esprit des images horribles. Imaginez une plante que l'on déracine d'un coup sec, la sensation de la terre qui se retourne, le craquement des dernières résistances des racines secondaires . C'était exactement ce que ressentait la femme.

Son calvaire se calma lorsqu'elle fut installée dans une salle éclairée par un brasero. Une odeur de porc se faisait sentir, était-elle à proximité des cuisines ? Il ne fallait pas rêver.

La femme en question était une gondorienne, de naissance modeste, elle avait cherché à se rendre dans ce qui fut l'Arnor pour contempler l'héritage de Numenor. Elle fut interceptée par des Uruk-Hai, un certain Lurtz s'était approprié la jeune femme et l'avait conduite à Curun Reght. Les responsables de la prison la jugèrent coupable d'espionnage au service du royaume de l'Arbre  Blanc. Des accusations fausses, qu'elle devra avouer de toute manière.

Eradan pénétra dans la pièce analysant de bas en haut la femme qui le dévisagea. Elle était plutôt jolie, coiffée de longs cheveux sombres abîmés par la poigne des brutes qui l'avait traînée. Son visage avait été épargné des coups, visiblement on avait tenu à ce qu'elle reste agréable à regarder. Elle avait un corps svelte bien que « banale », elle n'était finalement pas d'une grande beauté mais restait une femme que l'on aimait contempler. Le geôlier sourit.

-Bonjour, ma dame. Il lui baisa la joue délicatement. A ce que je vois, vous vous êtes installée dans vos appartements. Eradan leva les bras. Bienvenue à Curun Rhelg ! Je serais ton hôte jusqu'à ce que quelqu'un d'autre prenne la relève. Et oui...si ça ne tenait qu'à moi, je te garderais rien que pour moi, j'aime développer des relations particulières avec mes prisonniers.

Le geôlier s'approcha faisant glisser les cheveux de la femme entre ses doigts, il passa derrière elle, l'enlaçant entre ses bras par derrière. Il lui murmura quelques promesses : « Hmm...il n'y a pas beaucoup de femmes ici. Tu es plutôt jolie. Mais, je ne suis point objectif, demandons l'avis de l'un des amis qui t'a amenée ici ! »

Eradan claqua des doigts. Trois hommes entrèrent. C'étaient des natifs des Monts d'Angmar, ils étaient arrivés en même temps que le contingent de militaires les jours précédents. Le geôlier leur avait proposé quelque chose qu'ils ne purent refuser, en échange ils l'aidaient dans sa "surveillance des prisonniers".

-Lequel de vous souhaite la baiser en premier ? Lâcha d'un ton assuré l'ex-rôdeur. Celui qui la fera crier le plus fort aura le droit d'emporter une partie d'elle en souvenir.

Ils ne se firent pas prier et se ruèrent sur la femme. Eradan afficha un sourire toujours plus sadique. La femme hurlait alors qu'ils déchirèrent ses haillons. Le geôlier constata qu'elle ne semblait pas apprécier ses amants. Aucune importance, sèche comme un os ou humide comme une rosée de printemps, l'acte serait fait.

Le geôlier s'installa observant la scène en croquant une pomme. Après de longues minutes, lorsqu'ils eurent finit, Eradan respecta sa parole. Il se leva s'approcha de la femme en larmes. « Te voilà devenue une fière femme d'Angmar ! Oh oh...mais tu n'es point encore une prisonnière de Curun Relg, je vais me charger de cette tâche. »
Eradan tourna autour de la femme au sol. Il la caressa tendrement à l'aide d'un outils tranchant lui ôtant une rondelle de peau, rien de bien méchant. Ensuite, le geôlier saisit un tisonnier qui traînait dans le brasero. Il utilisa l'objet pour saisir une pierre bouillante. D'un geste presque maladroit, (tout était simulé bien évidemment) il laissa tomber le caillou sur la femme qui hurla. Très rapidement, une odeur de porc se dégagea des brûlures. La femme comprit d'où venait l'odeur du début. Ses cris déchirèrent toute la salle et même au-delà.  Elle hurla et cela augmenta la détermination d'Eradan. Celui-ci, le regard espiègle avec des yeux d'enfant, s'équipa cette fois d'une massue et frappa. Dans un craquement sonore les os se brisèrent en déchirant la peau.

Après avoir rangé la massue, Eradan termina sa besogne en tranchant la moitié de l'annulaire de sa victime. « J'ai fais une promesse à l'élu de ton coeur ! » dit-il serrant les dents. Plutôt amusant de savoir qu'elle aurait pu portée une alliance à cet emplacement même...Elle était désormais liée à jamais à un violeur, enfaîte...elle était détruite psychologiquement et physiquement. Plus rien ne pourrait la sauver.

Le lendemain, on retrouva son corps sans vie dans sa cellule. Elle s'était étouffée elle même coinçant son poing profondément dans sa gorge, il fallu lui trancher le poignet pour la dégager, mais il était trop tard. Ce qui provoqua le courroux d'Eradan, il n'aimait pas les prisonniers désobéissants. Un cadavre était particulièrement ennuyeux, et si il y a bien quelque chose que détestait le Renégat c'était l'ennuie. Il déclara en découvrant le corps : « Inutile d'appeler les docteurs. Donnez-là aux Wargs, c'est de la bonne viande. »

Plus tard dans la journée, après moultes visites de prisonniers, on vint à la rencontre du geôlier le conviant à rejoindre le secteur administratif de la prison. Le gouverneur de l'endroit cherchait à lui parler. La question était : pour quelle raison ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
EradanNombre de messages : 55
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Eradan
Connétable d'Angmar

MessageSujet: Re: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) EmptyLun 29 Aoû 2016 - 17:54
Le gouverneur de Curun Rhelg posa son regard sur Eradan qui venait de s'installer face à lui. L'atmosphère était particulièrement oppressante. Le silence semblait régner dans cette grande pièce à la décoration sobre mais beaucoup plus soignée que dans le reste de la prison. Eradan remarqua également le regard sombre et particulièrement insistant du gouverneur.

« -Bonjour, Eradan. Si je vous ai fais venir aujourd'hui c'est pour une raison bien précise...néanmoins cette décision a été accélérée à la mort de cette prisonnière. D'abord, ma question est : Pourquoi avez-vous pousser ce sujet à se suicider ? Le viol ne fait pas partie de notre protocole scientifique, j'ai appris que vous aviez influencé des soldats angmariens à agir de la sorte. De plus, ce sujet devait passer à la question suite à son potentiel statut d'espionnage. Maintenant, elle est morte...J'e me suis toujours montré laxiste concernant vos agissements parmi-nous notamment car vous inspirez la peur dans le coeur de nos prisonniers et c'est cela qui les motive. Néanmoins, les mutilés pour votre propre plaisir est contre-productif pour nous. Et ce qui nous ralentis est un obstacle à nos ambitions et à notre travail. Expliquez-vous, Eradan. »

Le geôlier prit quelques secondes de réflexion faisant mine de ne pas comprendre.

-Je vous assure, gouverneur, que tout ce que je fais, je le fais au service de cette prison. Certains prisonniers sont malheureusement plus fragiles que d'autres, mais si la perte de cette femme est aussi déplorable, je peux aussi bien vous en fournir une autre personnellement et qui, de surcroît, sera beaucoup plus productive qu'elle ne l'aurait été.

Le directeur gloussa doucement, se leva et disparût dans l'ombre du fond de la pièce. Eradan distingua le bruit d'une porte qui s'ouvre et le doux son de chaînes que l'on trainait. Le gouverneur réapparu avec à ses côtés...Arlandan :

-Vous trouvez ce prisonnier plus productif que les autres ? Permettez-moi d'en douter. Vous lui avez écorché la moitié du visage et je ne parle même pas du reste...Il sait à peine se tenir debout. Elevant la voix le gouverneur poursuivit. Je t'ai accueillis parmi nous, j'ai fais de toi l'un des nôtres. N'oublies pas qui tu es, un ancien rôdeur servant les peuples libres. Un félon, un traître. Et comment me remercies-tu pour t'avoir malgré tout autoriser à me servir ? Tu abîmes certains de nos prisonniers et tue les autres !

C'était la première fois qu'Eradan entendit le gouverneur tutoyer quelqu'un, il n'avait pourtant pas cette habitude. Irrité, le geôlier ne pu s'empêcher de démontrer son incompréhension. Soudain...une idée lui vint à l'esprit. « Permettez-moi, gouverneur, de disposer de mon prisonnier encore une fois. Je l'ai certes pelé ça et là mais il n'est plus l'ennemi de jadis. Laissez-moi vous montrer » Le Numénoréen noir hocha la tête ordonnant à ses gardes de lâcher Arlandan.

-Chose, annonça d'une voix pleine de malice le geôlier à Arlandan, regarde l'état de mes bottes, elles sont couvertes de boues. Cela n'est pas correct dans le cadre d'une entrevue avec le gouverneur. Nettoies-les. Allez, allez ne traînes pas...

La créature s'activa à sa tâche. Utilisant un morceau de chiffon qui pendait à ses haillons déchirés pour frotter les bottes d'Eradan. Les lèvres du gouverneur commencèrent à remuer mais Eradan lui fit signe de le laisser faire.

-Bien, très bien. Il sortit sa dague de son fourreau et la plaça doucement sous la gorge d'Arlandan, celui-ci trembla plissant les yeux pour masquer les larmes qui lui montaient. Ma lame est souillée par le sang d'une quelconque personne. Laves-la également fidèle créature.

La bête saisit la dague dans ses mains, à ce moment précis Eradan poursuivit :

-Tu m'as dis que celui qui s'appelait Arlandan avait une soeur...Une fillette d'à peine dix années, brune aux yeux bleus, de petite taille pour son âge. Très sensible, très...fragile. Arlandan, après avoir perdu ses parents, avait juré de la protéger. Tu l'aimes beaucoup n'est-ce pas ? Réponds, chose.  

-Oui, m'sire. Elle...elle est dans le sud...en sécurité...

Le coeur d'Arlandan se réchauffa doucement, il ressentait la vie jaillir en lui lorsqu'il se laissa bercer par l'idée que sa chère petite soeur était au coin d'un feu aidant les femmes a cuisiner un potage chaud et agrémenté de délicieux légumes. Il n'arrivait même plus à se rappeler du goût d'un légume...La sensation du pain moisi dans sa bouche lui rappela où il était.

Entièrement à la merci du prisonnier, totalement vulnérable pour la première fois, Eradan continua :

-Tu sais peut être qu'un jour...L'Angmar marchera vers le sud, les Hobbits de la Comté, les Hommes de Bree, toutes ces peuplades...et cette fillette se feront envahir. Peut être que celle-ci atterrira ici...peut être même que je serais désigné pour m'en occuper et tu seras probablement même à mes côtés quand j'éplucherais son petit corps. Nous découvrirons ensemble si elle a plus de couilles que tu n'en a jamais eu...

Arlandan trembla sentit la force dans son bras, il pouvait frappé...Il ne suffirait que d'un seul mouvement, au diable sa propre vie, il n'était déjà plus lui même de toute manière. Ce n'était plus qu'une chose....A quoi bon continuer à vivre ? Mais, si il devait quitter ce monde autant emporter Eradan avec lui...

Le regard du gouverneur passa de circonspect à soucieux. Eradan était-il assez stupide pour se f aire égorger par un prisonnier ? Il se retourna doucement se rassurant à l'idée que deux gardes veillaient toujours à distance et que sa propre sécurité n'était pas compromise.

La chose essuyait lentement la dague. Non, non c'était un piège. Eradan se jouait de lui, c'était encore l'un de ses jeux cruels. Il le tentait, le jaugeait, mesurait sa loyauté. Si Arlandan échouait il perdrait encore quelque chose...sa main, son oeil...même des choses inimaginables. Eradan était quelqu'un de très créatif dans ce domaine. Non, il devait se montrer fidèle, Arlandan était un rôdeur animé par le courage et la curiosité....mais lui, la chose qu'il était ne pouvait plus que faire une chose : obéir. A cette pensée, il redoubla d'efforts et rendit la lame à son maître dés qu'il eut terminé.

Eradan loua le perfectionnisme de son prisonnier.

-Bien, très bien. Voyez, gouverneur. Arlandan était un rôdeur, mais cette chose est mon serviteur désormais, fidèle et particulièrement affectueux envers son maître n'est-ce pas, créature ? Agenouilles-toi devant le gouverneur et dis-lui ce que tu penses de ton maître.

Obéissant celui qui fut Arlandan déclara au gouverneur, la tête baissée vers le sol :

-Eradan est un homme bon et miséricordieux, ses actes sont justifiés et mérités sur quiconque les subit. Il est la sagesse même, guidé par la justice et la bonne volonté. Jamais, non jamais, je n'oserais trahir la confiance d'un si bon geôlier que je ne mérite même pas !

Le plus perturbant dans cette histoire c'est qu'Arlandan pensait vraiment ce qu'il disait. Le gouverneur hocha la tête et fit un geste de la main pour éloigner le prisonnier. Ensuite, il parla :

-J'ai peut être mal jugées vos actions. Mais, elles n'en restent pas moins risquées.  Je vais désormais vous dévoiler  la véritable raison pour laquelle je vous ai fais mandé. Vous vous êtes fais une petite réputation, vous savez. J'ai reçu une missive ce matin vous concernant. Vous êtes invité à rejoindre la grande armée d'Angmar en tant qu'officier du bataillon disciplinaire. Au vu de votre expérience de geôlier, vous avez en effet toutes les qualités requises pour ce poste témoigne la lettre. A l'issue de cette réunion, Eradan, j'ai deux choix : Vous donnez la lettre vous autorisant à partir ou la brûler en vous faisant exécuter durant votre sommeil. Vous m'avez convaincu à ne pas vous tuer mais je n'approuve pas vos méthodes. Vous tuez pour le plaisir et contrairement à notre personnel vous le faîtes pour vous seul et non pas dans l'intérêt du progrès. Mais, je ne peux nier que vos méthodes peuvent également aboutir à des choses intéressantes comme le prouve votre...animal de compagnie. Je vous remets donc cette missive officielle et vous félicite pour cette promotion. Nous nous quitterons en bons termes, vous avez déjà fais un grand pas vers l'avenir, Eradan.

Eradan afficha un large sourire sur ses lèvres, était-ce réellement possible ? Il allait enfin quitter la prison pour s'élever au sein même de l'Angmar, il ne serait plus isolé dans l'obscurité de ses murs. Il connaissait cependant la réputation du bataillon disciplinaire, c'étaient des soldats décadents : des ivrognes, des violeurs, des tueurs. Bref, des gens qui n'avaient pas respectés les ordres. Mais, Eradan ne douta pas une seule seconde que chacun de ses éléments perturbateurs ploieraient le genou dés que le Renégat aura découvert leur point sensible. Chaque personne, prisonnier ou non, avait un point faible que l'on pouvait utilisé. Ces soldats ne feraient pas exceptions.

Eradan finit par accorder au gouverneur cette réponse :

-Je ne sais quoi dire hormis merci, gouverneur. Sachez que je garderais une bonne image de vous même si je ne doute pas que nous nous reverrons un jour...J'ai néanmoins une faveur à vous demander...J'aimerais garder à mes côtés ce prisonnier et les deux orques que l'on appelle : les Muets. Sachez que je vous rembourserais cette dette en tête dés que je le pourrais. Disons que je me suis lié à ces trois individus et que sans moi ils seraient très certainement inutiles à cette prison. Ai-je votre accord ?  Comme je l'ai dis cette perte sera compensée dés que j'en aurais la possibilité.

Le gouverneur accepta serrant la main d'Eradan il le congédia lui offrant un court délais pour faire ses affaires et quitter Curun Rhelg. Eradan fut prêt le jour même et voyagea avec ses trois « étranges compagnons » jusqu'à la capitale où il se présenta avec la lettre confirmant sa prise de commandement du bataillon disciplinaire...Une marche avait été gravie...mais ce ne serait pas la dernière au cours de la carrière militaire d'Eradan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
EradanNombre de messages : 55
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Eradan
Connétable d'Angmar

MessageSujet: Re: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) EmptyLun 29 Aoû 2016 - 17:58
Actuellement à Carn Dûm, huit ans après les événements mentionnés dans ce récit.  

Il faisait tard dans la nuit, une légère couche de neige enrobait les pierres sombres de la citadelle de Carn Dûm. Eradan était installé devant l'âtre qui offrait une chaleur agréable dans toute la pièce.  Assit sur un grand fauteuil de couleur mêlant l'ébène et l'écarlate, Eradan sirotait un nectar délicieux qui réchauffa son gosier. Derrière lui, il y avait quelque chose d'étrange, une ombre tremblante se tenant courbé et qui semblait attendre...

« Que penses-tu de moi, chose ? » C'était la voix d'Eradan.

L'ombre se rapprocha doucement du feu, et apparu aux yeux de son maître. Arlandan était maintenant âgé de 25 ans et paraissait pourtant ressembler à un vieillard. Des lambeaux de peaux séchés lui parsemaient l'entièreté du visage, il avait perdu l'un de ses doigts, la cicatrice qui remplaçait son oreille vacante était particulièrement écoeurante. De longs cheveux auburn lui descendaient jusqu'au bas de sa nuque.

La chose baissa les yeux terrifiés sachant pertinemment qu'il n'y avait pas de bonnes réponses à cette question. Et pour le connétable d'Angmar tout pouvait devenir un prétexte. Les années, le pouvoir...Cela n'avaient rien changé. Le sourire qui s'étalait sur le visage d'Eradan était contrebalancé par quelque chose de sombre dans sa voix. A quel point était-il sérieux : difficile à dire. « Je t'ai posé une question. » La voix était d'une trop grande douceur, il était sérieux.

Eradan observa, non sans satisfaction, l'être misérable qui se tenait face à lui. Il  lui posa une main amicale sur l'avant-bras de ressentant la contraction des muscles et les frissons que subissaient la chose.

Les yeux pâles d'Eradan s'illuminèrent davantage : « Qui suis-je, chose ? », il porta la coupe à ses lèvres buvant une nouvelle gorgée de vin.

-Vous êtes Eradan, seigneur de Carn Dûm et Connétable d'Ang...

La coupe fit un bruit terrible quand Eradan la reposa avec violence.

-Bien-sûr que je le suis !

Eradan repensa alors à toutes les épreuves qu'il avait endurées au cours de sa vie...Dix ans plus tôt, il avait trahit les Rôdeurs du Nord n'étant plus en accord avec leur vision des choses. Les deux années qui suivirent, Eradan les consacra à Curun Rhelg où il dû rompre le pain avec ses fanatiques de l'Hélice et boire aux côtés de créatures crasseuses. Ensuite, il fut affectée à un bataillon disciplinaire rempli de gueux et d'orques stupides qui n'avaient pas su obéir aux ordres...Après cela, il fut affecté à d'autres légions qu'il commanda avant de pouvoir enfin....enfin embrasser le véritable pouvoir. Il était connétable, titre vacant depuis de longues années qui ne l'était désormais plus.

Le connétable épongea doucement le vin qu'il avait renversé sur sa tunique dans un élan de colère. Il se resservit se penchant doucement en direction de sa créature qui s'était piégée contre le mur, le corps entier pris de spasmes. Eradan affichait de nouveau son espèce de sourire.  « Qui suis-je pour  toi ? »

-Mon maître b...

Eradan lui coupa, à nouveau la parole  d'un geste de sa main libre.

-Oui, c'est pour cela que j'aimerais te confier quelque chose, à toi ma chose. J'ai reçu une lettre par l'intermédiaire d'une flèche ce matin...Je vais te lire son contenu : « Eradan, le renégat et traître du peuple dunedain.  Nous savons ce que vous avez fait bla bla bla, et c'est pour cela que la prochaine flèche se plantera dans votre coeur...Fin du message » Charmant n'est-ce pas ? Ces Rôdeurs ne m'ont donc pas oubliés...J'ai déjà envoyé mes meilleurs traqueurs, ils ne feront pas long feu en Angmar .Nous ne pouvons laisser d'ennemis aussi dangereux à l'intérieur de nos frontières. Une fois en ma possession je ferais en sorte à graver mon nom profondément dans leur mémoire. En attendant, nous avons du nouveau gibier pour la chasse...Demain, tu iras t'occuper des Wargs, ils ont besoin d'être nourris...Tu iras piocher dans nos geôles accompagné du Muet.  

Désormais, l'appellation « les Muets » n'avait plus lieu d'être car en effet, l'un des deux (celui qui avait sa mâchoire écorchée) est mort il y a de cela plusieurs années suite à une dispute avec les troupes de Morgoth. De quoi pourrait bien disputer un muet ? Bonne question. En tout cas, aujourd'hui, il n'en restait plus qu'un seul qui semblait encore plus calme qu'autrefois suite à la perte de son jumeau.

-Oui, maître, conclut la créature...avant de disparaître dans les ombres  laissant Eradan dans une profonde torpeur réparatrice avant la longue nuit qui l'attendait.

FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [FB solo] Sang et Larmes (18+)   [FB solo] Sang et Larmes (18+) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

[FB solo] Sang et Larmes (18+)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Don de sang
» Il ne faut pas boire de sang.
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]
» ϟ Garde ton sang froid ϟ GROUPE II ϟ Event 2 ϟ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: [FB solo] Sang et Larmes (18+) N448 :: Les archives :: RPs des Terres du Mal :: Archives Angmariennes-