Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !
Participez au concours d'écriture

Partagez | 
 

 Comment sauver la Dame du Rohan ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eowyn
Seconde Maréchale du Rohan

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 17
Date d'inscription : 11/12/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Equipement rohirrim
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Comment sauver la Dame du Rohan ?   Mer 24 Aoû 2016 - 22:31

Eowyn attacha ses cheveux au dessus de sa nuque, regroupés en un chignon brouillon mais tenu solidement. Un sourire se peigna sur ses lèvres lorsque ses doigts se referment sur le manche de son épée. Voilà quelques temps qu'elle ne l'avait pas tenue et un sentiment de sécurité l'envahit aussi. Non pas qu'elle se sentait en danger là où elle était, mais elle savait que s'entraîner avec son arme lui permettait de se défendre par elle-même. Un jour, ces heures de travail lui seront sûrement bénéfiques et, qui sait, lui sauveront la vie.

Depuis qu'elle avait repris son poste de Seconde Maréchale du Rohan, la fille d'Eomund retrouvait la plupart de ses activités extérieures qu'elle avait dû mettre de côté lorsqu'elle était devenue Reine du Rohan. A présent, elle pouvait profiter pleinement de son temps libre, pour faire galoper Windfola dans les plaines entourant Edoras, pour rendre visite à des connaissances et mieux encore, pour s'entraîner. C'était ce qu'elle était partie faire de bon matin. La veille, elle était allée voir le meilleur maître d'armes de la cité, celui qu'elle connaissait et qui l'avait exercée depuis plusieurs années déjà. Il l'avait accueillie avec joie et avait accepté la proposition d'Eowyn d'un ton joyeux. Son ancienne élève voulait recommencer les entraînements à l'épée avec lui.

La jeune femme sortit de chez elle, vêtue de son armure et le casque à la main. Elle avait rangé son épée dans le fourreau attaché à sa ceinture, comme d'habitude. Elle rejoint son entraîneur dans une petite cour. Quels souvenirs revinrent dans sa mémoire lorsqu'elle monta les quatre petites marches qui menaient au pavé. Eogeld, car tel était son nom, l'accueilli avec un chaleureux sourire.

« Ma chère Eowyn... »

Celle-ci était purement heureuse de le retrouver et tous deux eurent une étreinte amicale – malgré les armures – avant de passer aux choses sérieuses.

« Place-toi devant moi, on va commencer par de simples déplacements. »

La rohirrime obéit et ils commencèrent alors à se déplacer en cercle, l'un face à l'autre. Puis, soudainement, Eogeld fit un petit bond vers l'avant. Eowyn dut alors reculer par un déplacement rapide des jambes, puis attendit un quart de seconde avant de répliquer. Au bout d'un quart d'heure, l'entraînement commençait à devenir plus coriace. Le but était de toucher les côtes de l'adversaire simplement avec le bout de l'épée. Sous son casque, la jeune femme commençait à transpirer et était de plus en plus attentive au moindre mouvement d'Eogeld. Elle se devait être plus réactive.

A un moment, l'entraîneur attaqua furtivement et avança de plusieurs pas, faisant reculer Eowyn par la même occasion. Par malchance, celle-ci recula un peu trop. Son pied ne trouva pas d'appui derrière elle car elle était arrivée dans le petit escalier. Un air de stupeur envahit son visage lorsqu'elle tomba en arrière. Eogeld essaya d'arriver à temps pour la retenir, mais il était trop tard. La jeune femme roulait à présent en bas des marches. Effrayé, il se pencha sur elle et regarda ses blessures. Elle n'avait aucune séquelle au visage, par chance. Par contre, son épaule gauche avait l'air gravement blessée. Sur un ton paniqué, Eogeld bredouilla le plus fort possible :

« A l'aide ! S'il vous plaît, c'est Dame Eowyn, s'il...s'il vous plaît ! »

Par chance, quelques passants plus loin entendirent ses appels et accoururent aussitôt. A plusieurs, ils prirent soin de soulever la blessée avec délicatesse et de l'emporter dans une salle au Palais de Meduseld où se trouvait un lit. La pièce était particulièrement faite pour accueillir les blessés et les soigner.

« Appelez un médecin au plus vite, Eowyn a besoin d'être guérie maintenant ! »

Les gardes qui les avaient rejoint partirent aussitôt. Avec un peu de chance, un des meilleurs médecins du pays se trouvait non loin de là...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6755-eowyn-fille-d-eomu
Abrazãn

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 16
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Sa besace, ses fioles, ses plantes et ses outils.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Comment sauver la Dame du Rohan ?   Jeu 25 Aoû 2016 - 18:39

Cela faisait déjà plusieurs minutes que des soldats tambourinaient à la porte d'une vieille maison à la bordure de la ville. Mais personne ne venait ouvrir ! Ils se rendaient même aux fenêtres pour être sûr que l'habitant de la demeure ne leur jouait pas de mauvais tour. Mais à force d'être dérangé par les grognements des gardes et le bruit du bois de la porte qui craque, une voisine vint à leur rencontre. Lorsqu'elle vit les gardiens de la cité, la femme pue lire de la panique dans leur regard, mêlée à de l’impatience. Ils semblaient tous aux aguets. Pourtant, cette matinée était plutôt agréable, aucun souci en vue pour la cité, ils venaient déjà recruter des médecins pour une guerre ?

" Où se trouve l'habitant de cette maison ? s'écria l'un d'eux sans faire attention à son ton agressif. "

" C’est un guérisseur n'est-ce pas ? Un soigneur ?!
s'exclama un autre. "

Les autres observaient vivement les alentours, tel des chats qui s'attendaient à voir des chien leur sauter à la gorge. Mais rien en vue apparemment. La dame ne comprenait pas, pourquoi tant d'empressement ? Celle-ci répondit tout de même sur un ton léger :

" Eh bien, oui. C’est un guérisseur oui, et pas qu'un peu ! Il a soigné ma fille ! Et même... "

" Oui, mais où est-il ?! La Dame du Rohan est en danger, elle est blessée ! "

Cela suffit à réveiller la femme, qui eut une exclamation de surprise; preuve qu'Eowyn avait une place de choix dans le cœur des habitants d'Edoras. Pourquoi ce médecin n'était-il jamais là quand on avait besoin de lui ? Avec ses plantes, ses herbes et ses fleurs, était-ce vraiment utile à son métier ?

" Je... Il me semble qu'il est parti tôt ce matin, sûrement pour... pour aller récolter des plantes ou je ne sais trop quoi. C’est grave, sa blessure, est-ce grave ? "

Ses interlocuteurs acquiescèrent d'un signe de tête et partirent en direction des portes de la cité. Décidément, l'affaire semblait être des plus importantes. Mais alors que les gardes s'en allaient à vive allure, un homme d'âge mur apparut derrière une maison. Celui-ci semblait particulièrement préoccupé par le contenu de sa besace de cuir car il marchait tout droit sans lever la tête, fouillant activement son sac. C’est alors que les gardes percutèrent l'inconnu, qui semblait bien frêle à coté de ces grands costauds. Il leva finalement la tête et haussa les sourcils d'un air interrogateur en s'époussetant le bras. Sa tenue semblait tout droit sortir du tailleur compte tenu de sa propreté surprenante en un lieu si boueux et poussiéreux. De sa besace dépassait un mélange de fleurs et autres plantes tout autant utiles à la médecine qu'au plaisir des yeux.

" Vous êtes Abrazãn ? Le guérrisseur n'est-ce pas ?! "


" C'est moi en effet, que se passe-t-il, messieurs ? "


Les gardes exposèrent alors la situation, sans exagérer, sans omettre les détails, mais ils en avait vu peu. Abrazãn resta silencieux un court instant avant de plisser de plisser les lèvres :

" Une blessure à l'épaule... Vous avez adopté le meilleur des comportements, vous ou ceux qui se sont occupés de la blessée. Je ne vois aucune raison de paniquer de la sorte, nous allons aller voir la Dame du Rohan et je lui administrerai les soins adéquats. Nul besoin de vous inquiétez pour sa santé. Avant de partir, je tiens à récupérer quelques outils qui se montreront utiles. "


Sur ces mots ayant pour but de calmer les gardes, voilà que le médecin se rendit dans son logis pour y trouver lesdits outils.Il avait parlé de la blessée comme d'une simple personne sans haut poste, mais le fait d'aller soigner la Dame du Rohan en personne le satisfaisait grandement, du moment que la vie de celle-ci n'était pas réellement en danger. Une minute passa, pendant laquelle les gardes semblaient moins sur les nerfs mais toujours impatient. Abrazãn revint vers eux en leur faisant signe de le suivre. Puis après coup, il se rendit compte que ce devait plutôt être l'inverse, le guérisseur fit alors un pas de coté et invita son "escorte" à prendre les devants avec un signe noble de la main. La petite troupe se faufila donc à travers la ville pour finalement arriver au Palais. Majestueux bâtiment qui dominait toute les habitations, tel un père veillant sur ses chers enfants. Certes, il n'avait pas la taille de certains châteaux pouvant être vu dans des contrées lointaines, mais son charme se dégageait surtout de son architecture si guerrière. Abrazãn fut honoré de pouvoir pénétrer ainsi pour y exercer son métier et non pour venir en simple manant.

Quelques minutes plus tard, les gardes déverrouillèrent la prote de la chambre où se trouvait Eowyn. Elle était couché, ne geignait pas, restait totalement silencieuse. C'était plus agréable que tous ces faux-malades qui criaient sans savoir pourquoi. Son nouvel interlocuteur s'inclina poliment, juste ce qu'il fallait. Tirant un tabouret pour s'asseoir au chevet de la Seconde Maréchale, le guérisseur posa son sac par terre et demanda à un des gardes s'il aurait l'amabilité de lui apporter une petite table. Celui-ci s’exécuta, laissant le temps à Abrazãn de prendre connaissance de la blessure.

" C'est un honneur de vous rencontrer, Dame Eowyn. Il aurait été plus plaisant, cela dit, de ne point avoir à vous rencontrer dans le cadre de mon métier. Un buffet aurait fait l'affaire vous savez, je ne suis pas quelqu'un de difficile. Bien ! Vous avez chuté des escaliers. Pourrais-je dévêtir le haut de vôtre buste et seulement le haut ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7289-abrazan-medecin-sa
Eowyn
Seconde Maréchale du Rohan

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 17
Date d'inscription : 11/12/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Equipement rohirrim
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Comment sauver la Dame du Rohan ?   Mar 30 Aoû 2016 - 19:09

Ses paupières tentaient de s'ouvrir difficilement. A chaque clignement, la lumière devenait plus intensifiée. Ses iris s'habituèrent à la luminosité et enfin, ses paupières s'ouvrirent complètement. Une lanterne était posée sur une petite table juste à côté d'elle, éclairant toute la pièce. Eowyn se demanda comment et pourquoi elle se trouvait allongée sur un lit pas très confortable qui lui était inconnu. Curieuse, elle essaya de se relever en s'appuyant sur ses bras. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour se rendre compte qu'une douleur atroce habitait son épaule. Son bras gauche se plia aussitôt et elle retomba en arrière. La dame du Rohan s'attendait à ce que son dos frappe brutalement la surface dur du lit, mais sa chute fut amorcée par deux mains qui soutinrent ses épaules. Puis, délicatement, elle fut reposée en position allongée. Son regard se tourna vers le possesseur de ses mains qui n'était autre que son ami et entraîneur Eogeld. Il était assis sur une chaise, au chevet de la jeune femme. Celle-ci lui adressa un faible sourire. Depuis combien de temps était-elle ici ? Elle plissa les yeux et essaya de se remémorer les événements. Dans sa tête, la Dame du Rohan revit le moment où elle tomba en arrière et roula, et perdit connaissance. Elle avait l'impression qu'une éternité s'était écoulée depuis.

« Depuis combien de temps suis-je ici ? »

Et, regardant autour d'elle, une autre question lui vint en tête :

« Et... où suis-je ? »

Son entraîneur lui répondit d'une voix posée :

« Vous êtes dans la salle de soins du Palais. Cela fait à peu près un quart d'heure que je vous ai emmenée ici, après que vous vous soyez évanouie. Ne vous inquiétez pas, un médecin ne tardera pas à arriver pour vous guérir. »

Eowyn fit un léger hochement de tête. Cette tête... tournait. Oui, elle avait le tournis. Si elle en venait à s'évanouir une fois encore, il était mieux que personne ne s'inquiète. Elle sentit donc qu'il fallait en faire part à Eogeld :

« J'ai... la tête... j'ai la tête... qui tourne... »

Elle porta sa main droite (pour ne pas bouger son bras gauche) à son front, essayant d'apaiser sa souffrance. Elle n'entendit même pas ce qu'on lui répondit, mais aussitôt elle entendit une porte grincer. A travers ses yeux mi-clos, elle vit quelqu'un sortir, et quelqu'un entrer. Eogeld, Eogeld partait... Quelque part, Eowyn voulait à tout prix qu'il reste, parce qu'elle se sentait terriblement seule. Un inconnu entrait, et comme elle était dans un état second, un ami à ses côtés n'aurait pas été de trop. Pourtant, aucune force ne la joignit lorsqu'elle voulut interpeller son entraîneur. Trop tard, il était parti, et le nouveau venu était déjà en train de saluer la jeune femme.

Malheureusement, elle ne comprit pas tous des paroles qui lui étaient adressées, mais elle déchiffra le principal. Un léger sourire – tout ce qu'elle put – apparut sur son visage, accompagné d'un signe de tête pour à la fois le saluer, et le remercier d'être ici pour la soigner. Eowyn attendit que son mal de tête passe un peu (pour mieux revenir ensuite) afin de prononcer quelques mots à l'intention du médecin :

« Merci d'être venu, malgré le fait que je ne vous ai pas invité au dernier buffet... »

C'était presque si une pointe d'ironie n'apparaissait pas dans sa phrase. Puis, elle continua :

« J'espère ne pas m'évanouir à nouveau, mais j'ai fortement mal à la tête depuis mon réveil. »

Avant de conclure par la réponse à la question qu'il lui avait posée plus tôt :

« Oui, bien sûr, du moment que cela vous est utile pour me guérir... »

Elle se sentait au bout de ses forces, c'est pourquoi elle laissa sa tête tourner vers le côté et ses yeux se fermer. Non, elle n'était pas tombée dans les pommes, mais profitait de pouvoir se reposer et de ne pas fournir le moindre effort.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6755-eowyn-fille-d-eomu
Abrazãn

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 16
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille de personnage
Race: Humain
Possessions: Sa besace, ses fioles, ses plantes et ses outils.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Comment sauver la Dame du Rohan ?   Mer 31 Aoû 2016 - 15:02

" Concernant vôtre mal de crâne, je ne me fais pas de soucis là-dessus, la douleur y est pour beaucoup, et vôtre tête à de toute façon du heurter le sol... Enfin, je vous épargne les détails mais cela devrait vite vous passer. Dans le cas contraire, il faudrait m'avertir. "

Il abaissa ensuite le haut du bustier de la blessée et attrapa la lanterne pour la poser plus près de la blessure, à même le lit. Son épaule présentait une bosse, ce qui était sans nul doute le signe d'une luxation. Rien de bien grave. Abrazãn comprenait maintenant la douleur d'Eowyn, mais le pire était à venir, il allait devoir lui replacer l'épaule. Mais d'abord, il était question de vérifier qu'il n'y avait aucun dégât extérieur, et il y en avait vu la quantité de sang qui s'écoulait. En chutant, la Dame s'était profondément entaillé, encore une fois, rien de bien grave, mais tout de même, un guérisseur n'était pas de trop.

" Je vais devoir manipuler vôtre épaule, ça risque d'être douloureux. Je ne vais pas vous demander de serrer les dents ou de penser à autre chose, la douleur sera toujours là. "


Le médecin tira une fiole de sa besace ainsi qu'un chiffon impeccablement propre, comme tous les ustensiles de tout bon médecin évidemment. Il l’imprégna du contenu de la fiole : de l'alcool à brûler. Maintenant, cette écorchure devait être désinfecté, il y avait plusieurs moyens pour cela, mais la plupart étaient un peu extrême pour une plaie si bénigne.

" Bien, préparez-vous, au compte de trois. Un... Deux... "

Mais comme à chaque fois, Abrazãn appliqua l'alcool sur la plaie sans terminer le compte à rebours. La douleur devait être assez immense. Mais ce n'était pas fini. L'os était toujours en dehors de sa cavité, et ce n'est pas vraiment recommandé de de le laisser dans cet état.

" Trois. "

Cette fois-ci, tandis que la douleur aurait pu baisser d'un cran, Abrazãn attrapa la main de la Dame du Rohan, maintenant son épaule en place de l'autre puis tira d'un coup sec, replaçant l'os là où il se trouvait avant la chute. Encore une fois, il put ressentir toute le supplice de la jeune blessée, mais le plus dur était passé. Le compte à rebours étaient généralement un bon moyen pour faire passer ce genre de chose, si l'on peut dire.

" Excusez-moi pour ces vieilles ruses désuets. Mais je préfère ça à vous exposer toutes les étapes du replacement de vôtre os. Vous avez en tout cas passé le pire, déclara le médecin sur un ton rassurant, puis il continua, vous savez, je n'ai aucune connaissance militaire; mais il ne me semble pas que s’entraîner près d’escaliers soit la meilleure des idées. "

Le désinfectant avait été appliqué sur la plaie qui continuait toujours de saigner. Abrazãn préparait à présent un bandage d'une certaine taille.

" Vous savez, encore quelques millimètres et j'aurais été dans l'obligation de déposer des larves dans la plaie pour empêcher toute infection. Bien heureusement, vous n'en avez pas besoin. Mais c’est une pratique que je n'apprécie pas vraiment, sachant que je hais ces petites choses... Je m'égare. "

Lentement, il souleva  le haut du corps de sa patiente en la tenant par la tête et l'épaule valide. Puis il déposa le bandage sous la blessure, sur le matelas à présent imbibé de sang.

" Suturer ne me semble pas indispensable non plus, vous hériterez d'une cicatrice parfaitement naturelle. Vous vous en êtes bien tiré au vue des escaliers que j'ai pu apercevoir en arrivant, la chute aurait logiquement du vous briser le crâne. Mais cette blessure est plus visuelle qu'autre chose, d'ici un jour ou deux, vous vous sentirez déjà mieux. "

Il ne restait plus qu'à préparer un remède censé calmer la douleur et apaiser Eowyn, bien que l'efficacité ne soit pas toujours au rendez-vous. Abrazãn déploya un tissu à coté de la Dame du Rohan et y déposa différente plante et petites choses, puis entama un semblant de discussion :

" D'après ce que j'ai pu entendre, il semblerait que vôtre poste de seconde maréchale vous sied plus que celui de reine ? "


Avec un pileur, le guérisseur écrasa des tiges, dont le liquide s'écoula et imprégna le tissu. Des pétales de fleurs étaient eux aussi détruit entre ses doigts. Les pistils étaient gardés. Une odeur d'herbe fraîche, mêlée à des senteurs plus plaisantes emplit alors la pièce. Les geste du médecin était fluides, preuve de son habitude à concocter des remèdes. Ensuite, Abrazãn attrapa une petite boîte qui contenait une poudre claire, il en prit une minuscule poignée et saupoudra un verre en bois qu'il avait décroché de sa ceinture, puis le médecin attrapa le drap et versa tout son contenue dans ce verre. A l'aide sa gourde, il versa de l’eau pour terminer son remède qu'il approcha posa sur la table de chevet.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7289-abrazan-medecin-sa
Eowyn
Seconde Maréchale du Rohan

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 17
Date d'inscription : 11/12/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Equipement rohirrim
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Comment sauver la Dame du Rohan ?   Dim 4 Sep 2016 - 20:55

Apparemment, ce médecin qu'Eowyn n'avait pas connu avant était une vraie pipelette ! Il ne passait pas à côté de la moindre occasion pour parler, et c'est très rarement qu'il s'interrompait pour reprendre la parole de plus belle à peine quelques secondes plus tard. Malheureusement, sa patiente était bien trop faible pour enchaîner la conversation aisément. Malgré tout, elle écoutait ses paroles tantôt rassurantes, tantôt effrayantes.

D'après ses conseils, Eowyn n'avait pas à serrer les dents ou à penser à autre chose. Par réflexe, la concernée ferma tout de même les yeux et s'imagina entourée des plaines du Rohan. Cela n'apaisait pas forcément la douleur, mais cela permettait de ne pas stresser avant que le pire n'arrive. D'une oreille, elle entendit le décompte du docteur. Enfin, le début du décompte... Pensant fortement à son paysage vallonné, la fille d'Eomund ressentit une douleur fulgurante dans son épaule déjà bien affaiblie, alors que le « trois » n'avait pas encore était prononcé. Elle siffla entre ses deux pour éviter de crier, mais la plaie était horriblement profonde, et l'alcool qui y glissait la rendait encore plus piquante.

Tout à coup, la jeune femme repensa à ces moments d'enfance où elle revenait à la maison avec une plaie sur le genou. Sa mère sortait alors une petite boîte où il y avait une pommade à  base de plantes et des petits bandages. Elle lui appliquait alors la pommade sur la peau abîmée, et tout de suite la douleur disparaissait, laissant place à une sensation de douceur sur sa peau. Ensuite, on lui collait un bandage autour du genou, et le problème était réglé...

Malheureusement, ce qu'Eowyn ressentait en ce moment était autre chose qu'une simple égratignure enfantine. Cependant, cette rêverie eut un point positif : elle était totalement ailleurs quand elle sentit l'os, à l'intérieur de son épaule, se décaler tout à coup. Elle n'avait pas eu le temps de s'y préparer, le stress n'avait pas été là mais sur le moment, elle ne put s'empêcher de crier. Sa tête était en flammes, des gouttes de sueur perlaient sur son front après tant de souffrance accumulée. Le plus dur était certainement passé, mais il lui fallait du temps pour s'en remettre, à présent.

Aussi attentive qu'elle le put, la Seconde maréchale du Rohan écouta les paroles de son guérisseur. En effet, elle avait passé le pire. Avec un peu d'efforts, elle répondit à la suite des paroles qui lui étaient adressées :

« En effet, ce n'était pas très sécurisé... mais sur le champ de bataille nous ne sommes pas sécurisés non plus. Il vaut mieux s'habituer à toutes sortes d'imprévus. Ce n'est qu'une erreur d'attention de ma part qui m'a infligé cette blessure. »

Ensuite, elle prêta attention à la suite du discours mais n'eut rien à répondre. Elle était soulagée d'apprendre qu'elle n'avait pas subi le pire des traitements, mais en contrepartie se promettait à l'avenir de faire attention aux éventuels obstacles qui se trouveront autour d'elle lorsqu'elle combattrait. Cette douleur cuisante l'avait suffisamment calmée pour ne pas l'y reprendre bientôt en train de se déplacer rapidement sous le risque de manquer une marche.

D'ailleurs, en parlant des séquelles de cette blessure, Eowyn se rendit compte que cela l'empêchera de s'entraîner pendant plusieurs jours. Malgré le fait qu'elle soit droitière, son bras gauche était indispensable au combat et l'avoir hors d'état voulait dire qu'elle ne pourrait plus manier l'épée pendant une longue période... Une nouvelle fois, la jeune femme se maudit intérieurement, avant de demander au médecin :

« Dans combien de temps pourrais-je recommencer à m'entraîner à l'épée ? »

Elle s'attendait au pire ! Eowyn avait du mal à s'imaginer un mois sans combattre, surtout maintenant quand elle voulait enfin reprendre un rythme régulier d'entraînements. Mais après tout, elle devait payer les frais de sa bêtise...

Après quelques temps, la douleur commençait à passer, et mis à part la zone de son épaule, la rohirrime se sentait plutôt bien. Elle avait peu à peu repris ses esprits, sa vue était maintenant redevenue nette et elle pouvait même parler aisément. Elle en profita pour faire la conversation avec le docteur qu'il avait entamée :

« Oui, en effet, je suis beaucoup plus à l'aise en tant que Seconde Maréchale. Être Reine était loin d'être ma vocation, je vous l'assure... Je pense que c'est mieux ainsi, pour moi, et pour le peuple qui bénéficie à nouveau de la souveraineté d'Eothain. »

Puis, elle se rendit compte qu'elle ignorait le nom de son « sauveur ». Quelques instants plus tard, elle lui demanda avec un sourire, certes faible mais pas moins sincère  :

« Puis-je savoir quel est le nom de la personne que je dois remercier pour m'avait arrangée cette blessure ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6755-eowyn-fille-d-eomu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment sauver la Dame du Rohan ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment sauver la Dame du Rohan ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment peindre l'Etendard du Rohan ?
» Sans l'aide de la diaspora, Haïti sombrerait dans la misère
» Perséphone MacPherson (Personnage disponible)
» Éowyn - Dame du Rohan
» Cavalier du Rohan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Rohan :: Edoras-
Sauter vers: