Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Jeu 1 Sep 2016 - 19:09

Fin d'une vie, commencement d'une autre.



Dans ce récit vous serez cette fois témoin d'événements datant d'une dizaine d'années : La trahison d'Eradan vis-à-vis des Rôdeurs du Nord et son périple inlassable vers l'Angmar. Tout ces événements étaient autrefois consigné dans un journal qu'Eradan a brûlé personnellement signifiant bel et bien qu'il avait tuer le rôdeur pour faire place au partisan de l'Angmar. Avec ce récit, vous en serez un peu plus sur les circonstances de la trahison d'Eradan.

Journal d'Eradan, entrée I :

J'inscris ici la première entrée de ce journal qui me servira surtout de réconfort et d'apaisement dans cette période trouble et sombre. La vue de ces rôdeurs qui sont pourtant mes frères et mon peuple m'insupporte davantage, il me lorgne d'un oeil mauvais ayant entendu parler de mes actes concernant ces foutus bandits. J'en ai certes tailladé quelques-un mais je ne vois pas où est le problème...Si nous ne faisons pas d'exemple les bandits continueront à pulluler...De plus, ces peuplades imbéciles de l'Eriador nous méprisent alors que nous passons des vies entières à protéger cette terre qui est la leur. Pourtant nos capitaines ne font que fermer les yeux sur ce comportement. Tout le monde semble suivre cette ligne tracée sans se demander si ce que nous faisons est réellement un dessein digne de notre sang. J'ai entendu des voix dans mes rêves, ces voix semblent à la fois terriblement effrayante mais en même temps elle me promet des choses qui me semblent inimaginable. C'est probablement la tourmente qui vient perturber mon sommeil, voilà tout. Mais, cela me laisse perplexe. Les voix redoublent d'intensité à chaque fois que les jours défilent, je devrais peut être attendre et rester attentif, des murmures sont imperceptibles. Tout porte à croire que je finirais pas en comprendre les réelles significations.

Notre groupe s'approche de Bree, là nous devrions faire jonction avec celui d'Albarad afin de patrouiller autour de la grande tour de garde d'Amon Sûl. J'ai attrapé un cerf, ce matin. Qu'ai-je eu en retour ? Une tape dans le dos en me félicitant du (bien évidemment) beau trait. Rien de plus, je suis à peine mieux considérer qu'un mendiant qui accompagnerait notre troupe. La prochaine fois, je ne gaspillerais pas une bonne flèche pour faire plaisir à ces loups. Mes pieds souffrent des longues heures de marche à travers des forêts humides, nous nous rapprochons chaque jour un peu plus de la civilisation et pourtant chaque heure me semble horriblement longue. Je me sens isolé, seul. Les autres ne m'adressent presque plus la parole hormis pour des choses banales. Les dépouilles de bandits ont-elles autant d'importance pour mes « frères » ? A force de se revendiquer juste et bon, ils ont eux même finis par s'enfermer dans une vision tellement...ennuyeuse de la vie. Un homme peut mentir, mais un homme torturé finit toujours par dire la vérité alors pourquoi se contenter de mensonges quand on peut obtenir la vérité ? Bref. Rien ne sert de justifier mes actes, je l'ai fais et étrangement la criminalité a bien baissé depuis ces derniers temps. Les plus téméraires restent ces Orques sauvages qui osent malgré tout s'aventurer aussi loin vers l'ouest. Ils viennent probablement de l'antique royaume d'Angmar, sûrement des descendants ou des rescapés des multiples guerres l'ayant touché qui ont finit par s'isoler et perdre toute conscience...enfin encore faut-il que les Orques « normaux » aient eux même un minimum d'intelligence. Chose que je ne peux toujours pas démontrer et probablement ne le pourrais-je jamais.

Bon...je pense que m'attarder à parler de cette journée ne m'aidera pas à affronter celle du lendemain. Nous arriverons probablement à Bree dans les prochains jours de là nous pourrons enfin avoir, je l'espère, un peu de repos bien mérité. De plus, je suis plutôt impatient d'en finir avec cette journée également pour ses voix qui chaque nuit, comme je l'ai écrit, me hantent. J'ai hâte de découvrir ce qu'elles cachent encore et je ne puis qu'espérer un sommeil rapide pour pouvoir les distinguer dés que j'aurais refermé ce journal. Dans tout les cas, je sens que les prochains jours vont être particulièrement pénibles...Nous devons encore travers la deuxième moitié de cette putain de forêt...Dans ma jeunesse, j'adorais m'y aventurer mais je sens bien aujourd'hui que la contrainte d'une quête m'a fait perdre tout goût à ce genre de loisirs en compagnie de mes fameux... « frères d'armes ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Ven 2 Sep 2016 - 23:15

Journal d'Eradan, entrée II :



Dans le fracas d'un orage, Bree nous accueillit entre ses murs. La petite ville était pittoresque, on ne pouvait le nier mais l'accueil qu'elle nous réserva fut glacial et sans sympathie. Nous qui sommes : « Les Protecteurs de l'Eriador », voilà comment l'on nous accueillait. J'écris cette page à la lueur d'une bougie, nous avons pu réservé une chambre dans une auberge que le capitaine semblait bien connaître. L'aubergiste semblait se méfier des Rôdeurs mais ne leur refusaient pas le gîte lorsque ceux-ci payaient bien. Le groupe d'Albard ne s'est pas encore pointé, j'espère qu'ils ne traîneront pas. Les regards sombres des locaux me gênent terriblement. Ils savent qui je suis...et ce que j'ai fais. Grand bien leur fasse, je n'ai honte de rien. Ils s'insurgent à la moindre pelure de chair, n'est-ce pas là une preuve de leur propre faiblesse ? Ces paysans vivent isolés du monde et croient que tout se fera à leur place sans se préoccuper du reste. Pourtant, on loue volontiers l'hospitalité des Grandes et Petites gens de Bree. Certes on ne peut nier qu'avec les Hobbits curieux de la Comté ou les Nains en voyage, le peuple du pays de Bree était plutôt accueillant mais avec les nôtres, ils étaient étrangement méfiants. De toute manière, je n'aime pas spécialement me mêler à cette populace...J'espère qu'Albarad ne traînera pas.

D'ailleurs, il me semble avoir oublié de parler des gens composants mon groupe. Tous de braves gaillards, bien trop braves. Il y a tout d'abord le capitaine Esendil, un homme aux cheveux blancs noués en une queue de cheval. Le capitaine possédait également une barbe tout aussi blanche ressemblant presque à de la neige. Des cicatrices témoignaient de sa vie rude et complexe, il avait dépassé la centaine d'année mais paraissait à la fois très puissant et très sage. De mon point de vue, c'était aussi un vieux connard grisonnant qui ne faisait que se plaindre sur les quelques « initiatives » que j'ai prise. Ce genre de personnes qui restaient incrustés dans leur passé pensant que le monde n'évoluait pas...Il fallait agir, réagir et prouver que nous les Peuples Libres pouvions être aussi radicaux que l'Ennemi lui même, lui prouver qu'il existe de la hargne et de la force brute dans notre sang. Bien-sûr...je me garde bien de dire ce genre de choses tout haut.

Autrement, j'ai à mes côtés trois autres rôdeurs : Aloril, Thorondil et Baranor.  Le premier est un homme agissant presque toujours en harmonie avec la nature, il correspond bien à ce type de rôdeur qui aime murmurer à l'oreille des animaux et écouter les dires des rochers. Le second  aime  côtoyé les peuplades de l'Eriador, il s'est déjà rendu dans la Comté et est généralement bien vu de la part de tout ces peuples. Pour terminer, Baranor, il est l'exact exemple de ce que l'on pourrait appeler un loup solitaire. Il a rejoint notre groupe quelques semaines plus tôt. Je ne le connais pas encore mais je sais que c'est lui qui m'a surpris avec ce groupe de cadavres bandits. Il n'a pas hésité à me balancer aux autres, bien que je n'ai encore une fois pas honte de ce que j'ai fais.  J'aurais bien voulu ajouter que j'apprécie l'un d'eux en particulier mais c'est faux. Ils sont ennuyeux à mourir, que pourrais-je bien trouver de bien auprès de ses gens ? Malheureusement, je suis né parmi ceux-ci et je ne puis changer mon destin...

Cependant, ces voix dans mes rêves, elles ont continués durant les deux dernières lunes précédant notre arrivée à Bree. Je n'arrive toujours pas à distinguer de nouvelles choses, je crois malgré cela comprendre qu'elles me parlent d'une nouvelle contrée aux terres glaciales et couvertes de neige. C'est un bon début, pourrais-je penser. Mais, ce n'est pas suffisant. L'un des miens en aurait probablement déjà parler à son supérieur mais...je n'ai pas confiance au mien, ni à mes frères d'armes, je ne risquerais pas de leur parler de cette voix sonnant comme une sombre mélodie nocturne. Bon, je pense m'arrêter ici pour cette deuxième page de ce journal...Je me demande encore ce qui me pousse à écrire de la sorte, je n'ai jamais été véritablement un homme de lettres. Le bon côté des choses est qu'au moins je peux profiter d'une chambre plus ou moins confortable et de la chaleur du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Sam 10 Sep 2016 - 12:20

Journal d'Eradan, entrée III :



Le bruit des chopes qui s'entrechoquent, une odeur de pisse et de bière, des rires gras. Voilà ce que réservait le Poney Fringuant en ce qui fut une belle soirée. C'était sous la clameur d'ivrognes et le rythme de musique entraînante que débarqua Albarad avec son groupe constitué de cinq autres rôdeurs.  Esendil les accueillit chaleureusement et invita son homologue à rejoindre une table en privé. Les rôdeurs d'Albarad s'étaient alors mêlés à nous discutant de leur périple. Ils étaient tous plus âgés que moi, dépassant tous la trentaine en apparence ils semblaient bien mieux s'accorder avec mes compagnons, également plus âgés. Me jetant un regard intrigué, ils finirent malgré tout par me saluer me demandant mon nom comme-ci ils voulaient écarter la crainte que je sois celui dont on parlait. Cet étrange rôdeur qui charcutait ses ennemis en ne laissant que des cadavres mutilés et en putréfaction sur son passage. Bien évidemment, je ne pu m'empêcher d'éprouver une certaine fierté face à leur réaction quand je leur répondis. Finalement, pourquoi douter de toutes ses choses, pourquoi jouer l'équilibriste entre la honte et le désintérêt quand je pouvais éprouver de la fierté ?

Nous étions installés sur une large table en chêne où Prosper Poiredebeurré, le tenancier, avait déposé un nombre de chopes respectif au nôtre. Elle contenait une pinte mousseuse et rafraîchissante. Les membres du groupe d'Albarad racontèrent qu'ils croisèrent sur leur route un troll des cavernes qui s'était visiblement égaré dans des galeries et avait finit par déboucher dans une grotte, bien-sûr ce lieu fut l'emplacement de l'un des camps de fortune des rôdeurs qui finirent par découvrir, avec horreur, leur « nouveau voisin ». Ils avaient perdus deux des leurs lors de cette entrevue des plus agitées mais étaient finalement parvenus à maîtriser le monstre qui s'était écroulé pour agoniser au sol. Albarad, en personne, transperça le crâne de la bête pour abréger ses souffrances. (Chose que moi, je n'aurais probablement pas fait, mais passons.) Voilà donc ce qui avait retardé Albarad et ses hommes, ça et également les funérailles rudimentaires de leurs défunts frères d'armes.

Finalement, après de longues discussions, j'étais enfin parvenu à me sentir presque chez moi (chose plutôt étrange pour un rôdeur) au sein de cette taverne. Peut être n'ai-je traversé qu'une mauvaise période ? Peut être que ses voix dans mon sommeil n'est là que mes songes obscures après de telles situations. Les messes basses se changeraient en rumeurs incertaines, et finiraient par s'effacer avec le temps. J'ai probablement eu tord de douter de mes compagnons. C'est mon peuple, mon destin est lié au sien.

Voilà tout du moins ce que je pensais à cet instant-là, mais les choses changèrent drastiquement après un événement sombre venant à nouveau ternir mon image aux yeux du peuple des dunedains.

Après ce moment qui fut pour moi agréable, nous avions finis par vider nos chopes. Etant le plus jeune, ils m'envoyèrent quérir une nouvelle tournée. Au bar, un homme au visage mal entretenu, au regard grisé par l'alcool et à la voix rauque m'interpella de la sorte : « Et toi, blanchette, tu t'es cru chez toi ? Hé, fais le jeunôt, fais pas le malin, j'te cause ! Allez, mais foutredieux tu vas m'regarder quand j'te parle ? Héééé » L'ivrogne tenta de me saisir, je lui réprimai en retour un violent crochet droit à la mâchoire. Il tomba au sol et tenta de se relever prenant appui sur le comptoir, je planta mon couteau dans sa main lui donnant un coup de pied pour le garder au sol. Le mouvement sec fit pénétrer la lame du couteau plus largement dans la main de l'ivrogne. Lui crachant des injures, je lui flanqua une nouvelle série de coup de pied,  j'ai bien cru que le couteau finirait par atteindre son poignet tellement l'entaille s'était agrandie à cause des propres mouvements de l'Homme de Bree. Inspirant profondément pour calmer la colère qui grondait intérieurement et visiblement extérieurement également, je remarquai que tout le monde avait le regard fixé sur moi ne prononçant aucun mot. Soudain, j'avais été saisit par deux rôdeurs qui me firent sortirent de la taverne me jetant dans la boue à l'extérieur. Je pu percevoir la voix d'Esendil : « Qu'as-tu fais, Eradan ?! Je ne peux plus me permettre de te garder ici. Sois prêt, demain nous n'aurons plus d'autres choix que de partir pour Amon Sûl...Tu me couvre de honte face à ce peuple ami et tu déçois de surcroît ton capitaine. » Les mots avaient été prononcés avec un ton sec et direct ne laissant place à aucune émotion. Esendil était un homme qui s'emportait rarement mais lorsqu'il le faisait, c'était avec une forme de calme et de tourment sombre dans une voix directe. C'était bien plus poignant qu'une bonne engueulade. J'avais donc été banni de cette taverne arborant un poney dressé, et bien qu'en avais-je à cure de toute manière ? Je ne pouvais pas laisser cet ivrogne me malmener ? C'est cela la voie d'un rôdeur ? Protéger un peuple qui vous malmène ?

Pour cette dernière nuit à Bree, j'avais trouvé un endroit plus ou moins confortable où me reposer au sein des écuries près de l'entrée de la ville. Le foin me servirait de lit et ce n'était, de toute manière, pas la première fois que je dormais dans de telles conditions. Un bruit vint troubler mon sommeil, l'un des rôdeurs avec lequel j'avais sympathisé au cours de la soirée était venu me transmettre les mots d'Esendil qui ne m'avait visiblement pas pardonné cette fois. Une fois notre quête à Amon Sûl terminée, je ne pourrais plus retourner auprès des siens et devrait plutôt rejoindre Albarad qui avait conseillé à mon capitaine de m'exécuter pour mettre fin à mes méfaits et faire taire les histoires me concernant qui salissaient le nom des Rôdeurs du Nord. Esendil avait refusé mais n'avait pourtant pas hésité à confier (une fois Amon Sûl atteinte) ma vie à celui même qui désirait me décrocher la tête des épaules. J'avais hoché la tête sans un mot et laissai entendre par mon silence que le messager d'Esendil pouvait disposer.

Désormais seul, je poursuis l'écriture de ce journal, j'ai entre temps encore entendu les murmures ce qui me fait sourire. Ayant pu distingué des paroles concernant le Nord, je pense que notre départ dans quelques heures vers Amon Sûl m'aidera probablement à éclaircir ses étranges propos.

Comment ai-je pu croire que les Dunedains pourraient un jour m'accepter, accepter ce que j'ai fais. Ils me méprisent. Et, je les haïs pour cela. On dit que l'on a toujours ce que l'on mérite, j'espère que cette phrase s'appliquera également un jour aux Rôdeurs du Nord...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Sam 10 Sep 2016 - 14:27

Journal d'Eradan, entrée IV.



Cela fait plusieurs jours que nous traversons un décor de collines, la marche est constante mais silencieuse. A chaque colline empruntée, la suivante paraît encore plus haute.  Personne ne parle et tout le monde reste concentré.  On ne m'a presque pas adressé la parole depuis que je me suis ralliés aux autres pour poursuivre notre voyage.

C'est Albarad et Esendil qui ouvrent la marche mais ils sont tout les deux accompagnés d'Aloril qui s'avère être un excellent pisteur. Après des heures de trajet supplémentaires, nous finissons enfin par découvrir la grande tour de garde. Elle était là, semblable à un arbre au milieu d'une clairière. Une lanterne au milieu de l'obscurité éteinte depuis longtemps dont la flamme, disait-on, serait un jour rallumé par un roi portant le sang d'Elendil. Amon Sûl, cependant, était situé à au moins deux jours de marche de notre position, nous avions beau rêvasser en admirant notre destination à l'horizon, il nous restait pourtant encore de nombreux chemins à parcourir avant de l'atteindre.

On me confia la tâche de ramener un repas pour la soirée. Cette région regorge de nombreuses proies : des lièvres, des biches et de multiples autres cibles potentielles.  

Je profite donc de ce moment à l'écart du groupe pour rédiger quelques lignes supplémentaires à ce journal. La chasse. Probablement, la discipline que j'apprécie le plus et la seule activité qui me fasse réellement vibrer. Le pistage d'une proie, l'attente du bon moment et finalement le décochage du trait. Si l'on vise une mort rapide, la victime s'écroule généralement sans même se rendre compte de ce qu'il vient d'arriver. Mais, je suis quelqu'un qui n'aime pas ce genre de choses. Je préfère viser un endroit stratégique mais qui ne met pas fin directement à la vie de la proie. Je la blesse de telle façon à l'immobiliser au sol et la condamnée à ma merci. Bien-sûr ce mode opératoire ne s'applique pas à du gibier ou des proies destinées à servir de repas, la viande est bien plus tendre lorsque l'animal n'est pas paniqué en mourant. Non, cette méthode s'applique à des proies que je chasse par plaisir. Se sentant piégé, généralement elle implore, elle supplie. D'autres affrontent la mort avec courage...C'est tellement pitoyable. Comme-ci cela allait réellement les sauver.

Le vrombissement de l'arc, une douce mélodie ayant de nombreuses significations différentes. Le frottement de la corde sur les doigts, pouvant provoqués aux non-habitués de désagréables séquelles. Mais pour les archers émérites comme je le suis, ces séquelles ne sont plus que d'anciens souvenirs. Le tout est de savoir à quel moment précis lâcher la corde pour éviter les brûlures créées par le frottement. L'archerie est un art, les muscles des bras se contractent lorsque l'on bande l'arc à son amplitude maximum. Le bruit suivant le relâchement de la tension me paraît grisant. Et finalement, l'ultime soupire de la proie venant mettre fin à cette valse infernale. J'ai un certain respect pour la technique d'archerie des Elfes mais ils semblent manier la chose d'une manière bien trop gracieuse à mon goût. Néanmoins, je ne peux nier leur grand talents.

Deux lapins et un petit chevreuil voilà ce que je pu ramener aux autres cette fois. Ils avaient allumés un feu de camp et avaient trouvés un lieu où se reposer. Une petite plaine nichée entre les collines. L'endroit était peuplé de rochers disposé d'une manière que l'on aurait pu imaginer qu'il s'agissait d'une architecture d'anciennes créatures gigantesques.

De mon côté, je me suis trouvé un lieu de repos idéale dans le creux de deux rochers. J'ai écarté toutes les feuilles mortes qui ont envahies l'endroit avant d'y poser ma couche. L'envie de profiter d'une douce nuit m'était venue à l'esprit mais...l'appel des voix était bien plus important qu'un sommeil réparateur. Des heures plus tard, je suis réveillé dans mon sommeil lorsque l'on me prévient que c'est à mon tour de monter la garde. Je jubile intérieurement....Les paroles sont désormais claires et précises. Je sais de quoi parle la voix et je sais également d'où elle émane...D'aucun aurait été effrayer mais, moi, je vois en ces révélations une aubaine pour une existence alternative...Une existence loin des Rôdeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Sam 10 Sep 2016 - 16:04

Journal d'Eradan, entrée V



C'est sous une nuit froide et ténébreuse que je pris ma décision. Mon tour de garde me permettant de réfléchir sans être dérangé par mes confrères endormis. Le feu de camp brûle toujours offrant une chaleur presque réconfortante entre les rochers.

Je connaissais désormais la nature de ses voix. Elles émanaient des ténèbres désireuses de me lier à ceux-ci. La colère, la haine, le dégoût voilà tout ce que mon coeur ressentait pour les Dunedains, voilà tout ce que je ressentais pour mon propre peuple. Mes parents, mes frères d'armes...Tout ces gens faisaient désormais partie du passé. Tout cela était derrière mais mon avenir était devant. Les voix m'avaient appelées à me diriger vers l'Angmar. C'est pour cela que je pris la décision de quitter le camp sans alerter personne, profitant de mon tour de garde.

Volant les vivres, je pu partir vers le Nord. Les Rôdeurs pouvaient se rendre compte à chaque instant de mon départ et comprendraient directement que celui-ci était intentionnel et relevait même de la trahison. Prenant soin de camoufler mes traces, je savais que je ne pouvais pas venir à bout des talents de pisteurs de mes anciens alliés. Je pris donc la décision de créer des leurres en empruntant des chemins erronés dans des direction différentes.

Mon périple durerait sans doute encore plusieurs jours de marches notamment à travers la neige...Encore fallait-il réussir à échapper à mes anciens compagnons et bien-sûr à ne pas me faire tuer une fois en Angmar.

Je savais que la traque serait farouche. Ils ne me laisseraient pas la paix. Ils enverraient probablement une partie des leurs pour me retrouver et me ramener de préférence en vie pour me traduire en leur justice. Isendil serait probablement moins laxiste en découvrant leur réserve de vivres vides. Albarad, lui, pourrait enfin se débarrasser du terrible rôdeur qui s'amusait à peler ses ennemis jusqu'à l'os. Mais, je n'étais plus un rôdeur désormais, j'étais devenu un félon à leurs yeux, un tourne-casaque...Un renégat.

Cette histoire semble me dépasser, dépasser mes bandits écorchés, les paroles audacieuses de mes propres frères d'armes à mon encontre, la plèbe de l'Eriador...Je commence enfin à comprendre que tout cela n'est qu'un paragraphe d'une histoire bien plus grande. Le royaume d'Angmar semble s'être reconstruit d'après ces voix et si l'Arnor n'était pas ma vocation....et si celle-ci se dirigeait plutôt vers le terrible royaume du Nord ? Je n'ai plus ma place au sein des rôdeurs, au fond de moi, je n'en ai jamais été un. J'ai appris leur mode de vie, leurs techniques mais dans mon coeur je n'ai jamais désiré rejoindre les leurs. On ne peut trahir ceux que l'on n'a jamais aimé dit-on. J'ai toujours été Eradan et je n'ai fais qu'une chose au cours de ma vie : Suivre mon instinct.

Voilà plusieurs jours que j'ai quitté le camp des rôdeurs, je sens leur présence qui se rapproche, je ne pourrais pas atteindre l'Angmar en les ayant à mes trousses...

Je marche et continue de marcher jusqu'à déboucher vers un petit massif rocheux niché entre deux falaises grises. Un lieu de repos adéquat...Mais, pourrais-je réellement m'attarder sachant qu'ils approchent ? Je m'installe sur le promontoire ayant une vue en surplomb de la voie traversant les deux falaises, une position parfaite pour tendre une embuscade.

Si ces sales rôdeurs tiennent tant à me revoir, je serais la dernière chose qu'ils verront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Sam 10 Sep 2016 - 17:15

Journal d'Eradan, entrée  VI



L'aube était rouge, le sang avait coulé et il coulerait encore. Je me tenais face à mes poursuivants qui approchaient leur arc braqué sur moi. Que croyaient-ils ? Je n'étais pas un vulgaire bandit, un orque ou ce genre d'abomination. J'étais l'un des leurs, je savais comment ils pensaient, comment ils agissaient. Croyaient-ils vraiment m'intimider de la sorte ? Moi, Eradan. Ils avaient de l'humour, ils en ont désormais beaucoup moins.

L'un d'eux m'interpella de cette manière : « Déposes-les armes et nous serons miséricordieux ! Si tu tentes de résister, nous n'aurons pas d'autres choix que d'abattre un traître ! Nous t'avions traité en frère, pourquoi avoir trahit ta famille, ton peuple ?! »

Ils étaient complètement bornés. Les jours précédents, ils me considéraient comme un monstre, une sorte d'anomalie des dunedains. Une erreur de la nature qui aurait bien mieux fait du naître du côté de l'Ennemi. Peut être cela m'aurait sans doute fait gagner du temps d'ailleurs. Mais, je ne vais pas cracher sur l'héritage que m'apporte le peuple des dunedains désormais. Aujourd'hui, ces rôdeurs se jugent eux même bienveillants envers ma personne. Vraiment hilarant.

Immobile et arborant un sourire que mes nouveaux ennemis ne reconnaissaient pas sur mon visage, je leur avais rétorqué : « On ne peut trahir, ceux que l'on a jamais aimé. Vous avez refusé de voir en moi du potentiel, vous en subirez aujourd'hui les conséquences. Toi en premier Aloril, ne croît pas que cette capuche masquera ton visage...et toi Baranor, j'ai appris à te reconnaître au cours de ce voyage. Quand j'en aurais finis avec vous, je ferais en sorte à ce que plus rien ne puisse vous reconnaître, on vous retrouvera, oh j'y compte bien, mais vous ne serez plus qu'un tas de chair baignant dans votre propre fluide. Je laisserais vos cadavres pourrir, devenir un nid de vers, un festin pour les charognards et un jour, j'espère, on tombera sur vous et l'on sera que s'attaquer à moi coûte cher. Vous n'avez jamais reconnu mon talent, désormais vous allez devoir le confronter. » A ces mots, je m'étais pourtant écroulé au sol inconscient sous le regard surpris des deux rôdeurs.

En effet, avant cette entrevue, j'ai avalé une plante dont j'ai étudié les effets. Elle ralentit le rythme cardiaque pendant quelques minutes offrant à son consommateur une sorte de mort artificielle. Un plan idéal pour leurrer ces deux adversaires.

Je ne pourrais pas décrire tout ce qu'il s'est passé avant mon retour dans le monde des vivants, j'étais réellement inconscient et c'était probablement le seul moyen de surprendre mes deux redoutables ennemis.

Lorsque ma vision fut illuminée par la lumière, je distinguai qu'au dessus de moi se tenait pencher Aloril qui semblait me fouiller. Refermant doucement les yeux, un sourire se dessina sur mes lèvres, sourire qu'il distingua. D'un geste presque automatique, je sortis ma dague et la plongea profondément dans sa gorge empêchant le rôdeur d'émettre le moindre son hormis un gargouillis écoeurant. Son sang s'écoula sur mon visage. Sans un bruit, je repoussai son corps me cachant derrière un rocher. En effet, Baranor semblait approcher à nouveau, il avait fouillé les environs et avait découvert une partie de la plante que j'avais ingérer quelques minutes plus tôt. Il connaissait ses effets et comprit ce que j'avais orchestré.  

J'étais trop faible pour faire face à un adversaire indemne, j'ai bien-sûr fais pencher la balance en ma  faveur d'une manière certes peu honorables mais efficace. De plus, je n'avais jamais réellement vu Baranor se battre, il avait rappelez-vous rejoins le groupe tardivement. Dans tout les cas, c'est avec ruse que je le vaincrais. Il ne connaissait pas encore ma position et, avec vigilance, s'avançait lentement vers l'emplacement du cadavre de son compagnon. Il n'allait pas tarder à faire face à son meurtrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Dim 11 Sep 2016 - 13:24



HRP : Eradan n'a pas décrit le duel dans son journal, d'où le changement de structure.

Une douleur intense à l'épaule suivit du vrombissement de la corde d'un arc. Voilà ce que ressentit Baranor. Le Renégat s'était jouer des deux rôdeurs, il les avaient leurrés et finalement était parvenu à tuer Aloril. Cette crevure de félon périrait sous la lame de Baranor.

Le rôdeur s'approcha doucement du traître arrachant la flèche qui l'avait transpercé quelques minutes plus tôt. D'un geste gracieux, il dégaina son épée et se mit en garde. Eradan s'écarta du rocher derrière lequel il était à couvert et dégaina à son tour.

« -Alors, Baranor...Désormais, il n'y a plus que toi et moi...et tu es blessé.

-Je connais l'effet de la plante que tu t'es administré, il faut un certain temps avant de recouvrer ses forces...Nous sommes donc égaux, je dirais même qu'une blessure à l'épaule ne vaut pas ce que tu dois ressentir. Tes mouvements sont ralentis, tu n'es pas en état de te battre...Déposes-les armes et je tâcherais de me montrer clément...en te tranchant la tête d'un coup net pour venger le nom d'un rôdeur qui lui a toujours lutté avec conviction pour notre cause ! »

-Hmm...Eradan avança l'arme à la main...Navré, je refuse. »

Le renégat se jeta brusquement sur le rôdeur assenant des coups en croix rapides, agitant son épée dan des feintes éclairs. Baranor, en retour, se déploya adroitement et le toucha le premier d'un coup sur la droite ; comme Eradan hésitait une fraction de seconde, le rôdeur frappa de nouveau sur le côté droit, si vite et si fort que le traître chancela après sa parade. S'il n'avait pas été endurci par l'entraînement des Dunedains, il serait probablement tombé. Avec rage, Eradan contre-attaqua. Il attaqua si vite que Baranor ne pu rien faire d'autres que reculer contre un rocher, se retrouvant piéger entre celui-ci et son adversaire. Baranor constata que sa blessure était bien plus grave qu'il ne l'aurait cru. Ce temps de réflexion lui fut fatal, car il ne pu contrer la tranchée qu'exécuta Eradan. Il fut blessé au niveau du bras gauche cette fois. Baranor, remarquant les petites zébrures couleur carmin s'étant dessiné sur son bras, offrit au traître un violent coup de pied qui propulsa celui-ci au sol.

Eradan savait que plus le combat durait, plus ses forces reviendraient tandis que son adversaire, lui, s'affaiblirait. Il ne tenta pas de se relever et laissa Baranor approcher. Celui-ci fit une courbe avec son épée qu'Eradan, toujours au sol, para d'un geste lent. Il rampa, sur le dos,  tentant de s'éloigner. Baranor s'acharna sur l'épée du traître, celle-ci finit par s'éjecter en l'air et retomber contre un rocher. Eradan était désarmé tandis que Baranor tendait sa lame dans sa direction.  « C'est terminé » conclut-il. Mais, son bras droit fut prit de tremblement, il semblait s'alourdir et Baranor finit par ne plus pouvoir tenir son arme. Il recula, chancelant. Eradan, avec la vitesse d'un serpent crachant son venin, passa de la parade à l'attaque. Le fer du traître s'enfonça profondément dans le ventre du rôdeur créant une fontaine écarlate. Baranor poussa un gémissement de douleur et s'écroula au sol, sa vision le quittait, il eut le temps d'entendre ses mots : « J'avais aussi administré le poison sur le trait t'étant destiné...Et en effet, c'est terminé. »

Eradan rangea son épée et sortit sa dague sciant la gorge du rôdeur dont le dernier cri fut étouffé dans un gargouillement désagréable.

~*~
Des jours plus tard, on retrouva les deux cadavres...ils avaient été entièrement démembrés tandis que le Renégat avait disparu dans la nature...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Dim 11 Sep 2016 - 14:14

Journal d'Eradan, entrée VII



Le ciel nocturne était clair et dégagé au dessus des montagnes. Les étoiles brillaient comme des diamants sur de la martre. C'était une nuit de fin d'hiver et d'une beauté froide et terrible. La neige pesait lourd sur les branches des pins et des cèdres. Ici, il n'y avait aucune couleur, aucune sensation de vie. La terre était silencieuse, à l'exception du craquement occasionnel d'une branche surchargée ou du doux murmure de la neige lorsque le rude vent du nord la déplaçait.

J'avais émergé des frondaisons progressant lentement dans la neige épaisse. Je continuai d'avancer, tête baissée contre le vent. Cela faisait maintenant au moins deux semaines que j'avais quitté les collines et le promontoire rocheux d'Arnor pour désormais être face à une chaîne de montagnes qui me mènerait en Angmar.

Mes mains gantées s'accrochaient au manteau sombre couvert de flocons que je tenais fermement serré autour de mon cou. A découvert, le vent furieux qui se mit à hurler autour de moi parut me prendre pour cible. Imperturbable, je forçais sur toute l'énergie qu'il me restait pour progresser. Une chouette blanche s'élança du haut sommet d'un arbre et passa en planant au-dessus de moi. Un rat maigre fila dans la neige au clair de lune et fit une embardée lorsque les serres de la chouette furent sur son dos. Cette embardée le mit presque hors de danger. Presque. Dans ce lieu glacé, un presque revenait à un arrêt de mort. Ici, tout était noir et blanc, net et clairement défini, sans délicates nuances de gris. Des contrastes sévères. Le succès ou l'échec, la vie ou la mort. Pas de deuxième chance, pas d'essais. Comme la chouette s'envolait au loin tenant fermement sa proie, je levai les yeux. Dans un monde sans couleurs, mes yeux bleus et brillants luisaient probablement d'un gris argenté dans un visage aussi clair que la froide neige d'Angmar. Les voix avaient disparues, j'étais livré à moi même...Etait-ce réellement la chose à faire ? J'ai laissé pourrir les cadavres de mes poursuivants, je suis seul. Le moindre signe de vie me rappelle pourtant que je suis toujours parmi les vivants.

Le clair de lune filtra par de grands arbres et j'avais commencé à chercher un endroit où me reposer. Malgré l'épaisse cape en laine qu'il portait, j'étais transi de froid. Je ne devais pas avoir peur du froid. La peur ne devait venir que lorsque le corps cessait de combattre le froid. Lorsque la chaleur reviendrait en moi et que je sombrerais dans un sommeil sans réveil. Car c'est dans cette chaleur illusoire que la dague glacée de la mort attend son heure.

Mais, un sourire s'était dessiné sur mes lèvres lorsque je vis une vieille cabane datant probablement des anciens temps de l'Angmar. La porte tenait sur une charnière de cuir ; l'autre avait pourri. La cabane était longue et étroite sous un toit de mottes ; l'intérieur était sombre mais je pu discerner la pierre grise d'un âtre. Comme il est coutumier dans les régions touchées par un climat froid, un feu avait été préparé, mais la neige s'était infiltrée dans la cheminée et recouvrait à moitié le bois. Soigneusement, j'ai alors déblayé le tout et réinstallai le tout. Je sortis une pierre de mon havresac et  ai longuement hésité sur son utilisation...Si le peu de petit bois sec ne brûlait pas immédiatement, il me faudrait peut être plusieurs heures avant d'avoir la moindre étincelle...La situation est aggravée par le fait qu'il me fallait désespérément un feu. Frottant la pierre contre ma lame, au bout de plusieurs reprises, une brève étincelle enflamma le combustible. Les flammes montèrent légèrement, avant de déferler dans le petit bois. J'avais alors poussé un soupir de soulagement. L'habitation était certes modeste mais c'était bien plus confortables que les grottes et autres clairières dans lesquels j'avais séjourné les jours précédents. Mais, un feu dans une région où l'obscurité était casi-permanante à cause, entre autres, des tempêtes de neige et autres phénomènes se faisait vite remarquer. Des voix graves et rauques se firent entendre, les mots qu'elles renfermaient ressemblaient à la langue des Orques. Je savais quoi faire. J'allais me livre à cette patrouille me déclarant comme un ancien rôdeur désireux de coopérer avec les forces d'Angmar suite à l'appel de Morgoth le Ténébreux. Deux issues pouvaient suivre cette déclaration : ma mort ou...mon « escorte » jusqu'en Angmar. Nous verrons ce que le destin me réserve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Eradan
Connétable d'Angmar

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 18
Date d'inscription : 04/08/2016

Feuille de personnage
Race: Dùnadan du Nord
Possessions: Armes: Arc (prédilection), épée et dague.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   Dim 11 Sep 2016 - 14:39

Journal d'Eradan, dernière entrée :



Je me demande vraiment ce qui me pousse à réécrire dans ce journal regorgeant de faiblesse. Peut être est-ce là, une manière clore définitivement ce chapitre sur ma vie. Douleur, souffrance, honte...Voilà ce que je ressentais autrefois même si je refusais de l'admettre à travers ses pages. J'étais jeune, j'étais faible. Ses rôdeurs ont jugés mes actes, aujourd'hui ils doivent bien s'en mordre les doigts...Mais cela n'a plus d'importance...Si je veux finir définitivement ce journal, je suppose que je dois inscrire les derniers événements qui ont suivit mon recrutement au sein de l'Angmar...Et bien les voici :

Après avoir rencontré cette patrouille, j'ai fais comme je l'ai dis lors de la page précédente. Je dois bien l'avouer à l'époque, ces fils de shrâk (pour citer leur langue grotesque) ont bien failli m'étriper avant même de me laisser parler. Mais, le sang sur mes vêtements, les traits sur mon visage...Ils ont bien compris qu'ils n'avaient pas affaire à n'importe qui. Voilà donc pourquoi ces êtres immondes ont finit par m'écouter.  Ils m'ont conduits à Curun Rhelg, lieu où actuellement je travaille en temps que geôlier désormais. En relisant ce journal, je crois bien que je ne m'attendais pas, à l'époque, à servir comme geôlier en venant en Angmar. Mais ce sont probablement les aléas du destin. Je suis persuadé qu'un avenir beaucoup plus intéressant va finir par me tomber dessus. Bref. Je disais donc que j'ai été soumis à la question et, bien-sûr, j'ai tout révélé concernant les Dunedains du Nord, du moins tout ce que je savais. J'ai également parlé de ces voix qui m'avaient appelées et c'est probablement ce qui me permit de rencontrer le gouverneur de la prison en personne. Lui racontant ma vie en détails, ce Numénoréen Noir était un homme avisé. Il n'était pas cruel et stupide comme une grand majorité des gens peuplant la prison, il était aussi patient. En daignant m'écouter, il comprit que j'étais un élément à ne pas négliger et accepta mes services.

Aujourd'hui, des années plus tard, me voilà à continuer de rédiger ce journal...Je parlais de ces voix plus tôt, j'en viens presque à me demander si elles venaient réellement de Morgoth et pas de quelqu'un d'autres...J'ai appris au cours de mon service qu'un puissant mage dirigeait l'Angmar. Mais, également qu'un étrange sorcier dont le nom était inconnu de tous le secondait officiellement. L'Angmar regorge de mystères et de sombres secrets. Une atmosphère malsaine semble avoir investis l'ensemble des pays... Actuellement, les choses ne vont pas très bien...L'Angmar peine à se reconstruire après la chute de l'ancien régime. Mais, nos dirigeants semblent ambitieux, très ambitieux et tout porte à croire que cette terre fera encore parler d'elle à travers les âges. Je n'ai pas de regrets concernant ma venue ici, bien que je ne sois encore qu'un grain de poussière dans cette tempête infernale qui s'annonce, j'ai hâte de contribuer plus activement à la renaissance de cette puissance qui fut redoutable.

Face à moi se trouve un brasero, je compte brûler ce journal. Drôle de décision et ce qui renforce davantage l'inutilité de ces lignes supplémentaires. Mais, je pense qu'il faut, comme je l'ai dis, en terminer avec cette histoire. La trahison, la vie au sein des Rôdeurs...Bref, toutes ces choses font désormais parties du passé. Un passé avec lequel je vais faire table rase. Brûler ce livre, c'est un peu faire renaître le phénix de ses cendres plus flamboyant que jamais. En finir une bonne fois pour toute avec l'ancien pour accueillir avec plus de forces et de convictions le renouveau.

La fin d'une vie et le commencement d'une autre...

 ~*~

Les flammes paraissent danser autour des pages, dévorant chaque phrases, chaque mots et chaque lettres. Une fumée blanchâtre semble s'élever comme un spectre ancien sortant de la tombe...Les flammes dévorantes semblent déchaînées sur le livre à la couverture en cuir...Bientôt, il ne reste plus que des cendres fumantes et sombres terriblement sombres.

FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7272-fiche-d-eradan-le-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB solo] Fin d'une vie, commencement d'une autre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Entrainement et agrandisement avant le combat d'arêne {solo}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Divers (uniquement RP) :: Fosse abyssale des Sept enfers démoniaques :: RPs des Royaumes Humains :: Archives Arnoriennes-
Sauter vers: