Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Rôdeur, plus qu'un métier, une vocation [FB - 20 ans, Meneldil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Rôdeur, plus qu'un métier, une vocation [FB - 20 ans, Meneldil]   Mer 5 Oct 2016 - 22:40

Arnor, vingt ans auparavant

La pluie, toujours la pluie, sur la végétation au vert maladif de l’Arnor. De quoi attraper dix fois un rhume retentissant. Mais Meneldil, vingt-sept ans, commençait à n’y être plus sensible. Depuis deux ans déjà qu’il était parti des terres familiales, en Arthedain, il avait reçu tellement de pluie qu’il aurait pu remplir une rivière à lui tout seul. Fort heureusement, il se félicitait de la qualité des vêtements cousus par sa mère et ses sœurs. Le tissu de laine épaisse, le lin pour l’été et le cuir en avaient coûté assez cher pour la bourse familiale plutôt plate, mais il était du moins sûr d’être protégé et de les garder longtemps. Sa mère avait un peu hésité à lui apprendre à coudre, mais il avait insisté et grand bien lui en avait fait, il avait déjà eu à utiliser ce petit talent plusieurs fois. Tant pis si c’était considéré comme une activité féminine, personne ne voulant avoir affaire à ses semblables, il fallait bien qu’il se débrouillât par ses propres moyens.
Il passa une main dans ses cheveux mi-longs broussailleux, ce qui eut pour effet de secouer les gouttes qui parsemaient son capuchon en tissu vert épais. A base de laine, l’humidité ne le traversait pas et c’était un plus bien appréciable. Cependant, vu qu’il était né en Arthedain, il était  habitué aux caprices du climat depuis son enfance et c’était un avantage indéniable.

La pluie cessant quelque peu, il se remit en route. Il n’y avait rien autour de lui, le premier village étant à plusieurs kilomètres mais il savait que ses semblables n’étaient guère appréciés des arnoriens. Leur apparence quelque peu sombre et dépenaillée leur faisait peur, mais du moins personne ne lui posait de questions et il était ainsi plus facile de porter discrètement des informations. Parfois, les aubergistes ou des arnoriens un peu plus courageux se risquaient à leur parler, et c’était une source d’informations précieuse. Pourtant, quasiment personne ne savait le rôle important qu’ils jouaient, et c’était bien comme ça. Cela leur permettait de passer inaperçu, essentiel pour leur métier.

Son choix de carrière avait été mûrement réfléchi. Il n’y avait pas d’avenir pour lui sur les terres familiales parce qu’il était le troisième fils et qu’il n’hériterait de rien, tout devant revenir à son frère aîné, Cirion. Difficile aussi pour un troisième fils de se faire une carrière sous les armes et, pour avoir vu en quoi consistait le travail de ses frères aînés, ce n’était pas du tout son genre. Devenir rôdeur avait donc été comme une évidence, et ce depuis son adolescence. Il savait que beaucoup de cadets de famille devenaient rôdeurs un peu par défaut, parfois par tradition, mais ce n’était pas le genre de poste qui apportait fortune et gloire.

Il y avait de tout parmi les rôdeurs, mais Meneldil ne tirait nulle gloire de sa petite noblesse. Le fait qu’un de ses ancêtres ait épousé la fille (plus ou moins bâtarde, en plus) du roi Arantar ne lui faisait pas le sang plus bleu, et c’était quelque chose à laquelle il n’attachait que très peu d’importance. Il connaissait assez de voisins de ses parents (dont sa propre parentèle maternelle, aux terres voisines de celles de son père) qui ne juraient que par les quartiers de noblesse pour considérer quelqu’un pour avoir très tôt décidé de ne pas prendre le pli de ce comportement qu’il jugeait puéril. Par son métier, il rencontrait beaucoup de catégories différentes de personnes et ne s’était jamais senti supérieur ou inférieur à qui que ce soit. Malgré la pauvreté de sa famille, il avait tout de même reçu une très bonne éducation et savait parfaitement se tenir en société et parler comme quelqu’un de sa classe sociale, sans parler de sa très bonne connaissance de l’héraldique de l’Arthedain. Mais ce n’était pas quelque chose qu’il appréciait réellement. Ses semblables étaient plutôt des gens peu diserts et la vie au plein air lui convenait parfaitement bien. On ne pouvait pas dire que le climat était toujours de son côté, mais du moins il savait à présent parfaitement en faire façon et trouver sa subsistance dans cet univers quelque peu inhospitalier.

Porter des informations, tuer quelques orcs quand il le devait, suivre des pistes pour monitorer les mouvements des troupes de l’ennemi, voilà en quoi consistait son quotidien. Ses vêtements foncés se confondaient avec la végétation et il savait parfaitement ne pas se faire voir s’il ne le désirait pas, ce qui lui avait sauvé la vie plus d’une fois en situation périlleuse et pour progresser tranquillement.

Enfin, il avisa un abri de charbonnier où il pourrait se protéger de la pluie provisoirement. Il entra sous la petite maison de bois et secoua sa cape avant d’en faire autant avec ses cheveux humides. Ils étaient coupés un peu erratiquement car il les raccourcissait avec son couteau, mais cela lui donnait un air sauvage qui plairait à certaines femmes. Mais pour l’instant, il ne pensait guère à la bagatelle. Sa vie était trop mobile et parfois trop incertaine pour qu’il puisse la partager avec quelqu’un. Bien sûr, il savait certains rôdeurs plus âgés que lui mariés et avec une famille, mais beaucoup changeaient de métier en se mariant. Cependant, les Dùnedain ne se mariaient pas jeunes, et il avait encore beaucoup de temps devant lui pour y penser. Avec un peu de chance, on le laisserait choisir son épouse s’il décidait de le faire vu qu’il n’était que le troisième fils.

Il enleva sa cape et la secoua, faisant voler des myriades de gouttes autour de lui. Ses bras étaient un peu mouillés mais sa tunique à manches courtes en cuir ciré qui protégeait sa poitrine et son bassin avait empêché le reste de sa chemise d’être mouillée. Sur ses canons d’avant-bras, son père avait fait graver le blason de la famille. Il désapprouvait son choix de carrière (il trouvait que ça n’avait aucun avenir), mais il avait insisté sur le fait qu’il n’oublie jamais d’où il venait. Heureusement, on voyait peu la gravure et le blason se verrait peu quand ils seraient usés.
A l’intérieur de sa chemise, dans deux petites pochettes, des petits morceaux de papiers écrits en langage codé attendaient d’être remis au capitaine-général des rôdeurs d’Arnor, à Annuminas. Il s’étira et grimaça. Le haut de son bras était bandé, reste d’une escarmouche avec plusieurs orcs plusieurs jours auparavant. Fort heureusement, il possédait une connaissance de la pharmacopée suffisante pour pouvoir soigner la majorité des bobos ou petites maladies quotidiens. Absolument nécessaire car il était la plupart du temps éloigné de toute agglomération pouvant contenir un médecin. Mais heureusement, il avait une forte constitution qui l’avait jusque-là empêché d’être trop incommodé par les blessures tant que par les maladies que la vie au grand air pouvait lui apporter.

Un feu à moitié éteint brûlait encore, il le ranima et tendit ses mains à la flamme confortable et bienvenue. Ces petites cabanes étaient aussi utilisées comme abri temporaires par les siens, les charbonniers le savaient et laissaient faire. Eux comprenaient plus ou moins quel était leur rôle par l’empathie de ceux qui sont proches de la nature. Mais Meneldil gardait toujours son épée, son carquois et son arc à portée de main, sachant d’expérience qu’aucun endroit n’était véritablement sûr en Arnor à cause des orcs qui faisaient des ravages ici et là. Depuis le moment où il avait quitté les terres de ses parents, ses sens s’étaient aiguisés si bien qu’il pouvait à présent plus facilement anticiper la moindre attaque. Tout faisait sens pour lui dans cette nature hostile, y compris des petits détails qu’une personne non entraînée n’aurait pas vus. Il parvenait à se reposer tout en gardant ses sens en éveil, pratique qui lui était venue avec le temps et qui lui avait déjà sauvé la vie. C’était surtout la nuit que les orcs sortaient, même si certains d’entre eux pouvaient supporter la lumière du jour, et donc personne n’était à l’abri quand ils décidaient de faire une razzia. Il lui était déjà arrivé d’aider les gens d’un village aux prises de l’un de ces groupes, sans jamais rien demander en échange. Ces gens étaient son peuple et il ne les aurait pas laissés se faire massacrer sans rien faire. Tant pis s’ils se méfiaient de lui et de ses semblables, ils ne méritaient tout de même pas de mourir pour cela…

La lumière baissait déjà, il ferait nuit d’ici une heure ou deux et il se remettrait en route vers Annuminas. Sa mission ne souffrait pas de retard. Il sortit un linge de sa besace de peau et le déroula, dévoilant de la viande de boeuf séchée. C’était souvent là son seul repas, avec des légumes et parfois un peu de gibier pour varier l’ordinaire. Il s’était habitué avec le temps à cet ordinaire frugal, mais qui lui apportait suffisamment de nutrition pour faire face à son quotidien. Il posa une petite casserole, versa de l’eau de sa gourde dedans et y jeta une poignée de plantes. Cette boisson nutritive et énergétique le garderait éveillé jusqu’au prochain abri.

Dès qu’il fit suffisamment sombre, il secoua sa cape sèche, rangea son équipement, remit son armement et reprit sa route…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Rôdeur, plus qu'un métier, une vocation [FB - 20 ans, Meneldil]   Mar 6 Déc 2016 - 21:47

[A défaut d'un partenaire de RP en ce moment, je continue celui-là]

Il lui fallut plusieurs jours pour arriver dans les environs d' Annuminas, tant les conditions climatiques étaient compliquées. De la pluie, en passant plus au nord la neige s'était mise à tomber, ralentissant sa progression. Mais enfin, il touchait au but.

La ville était en ruines partielles, elle était loin d'avoir encore sa prestance d'antan, mais il y avait des gens qui y habitaient encore. Le capitaine-général des rôdeurs, Minastir, y conservait néanmoins son quartier général depuis un certain nombre d'années. D'aucuns le disaient proche du roi par le sang, mais Meneldil ignorait s'il s'agissait de la vérité et, à vrai dire, il s'en moquait un peu. Nobles ou pas, tous les rôdeurs étaient logés à la même enseigne, et le capitaine-général, s'il vivait dans un bâtiment en dur, n'en avait pas moins un style de vie simple et frugal.

Il n'était encore jamais venu, et entreprit de trouver son chemin dans les rues de la ville très peu éclairées. Il y avait bien des lanternes, mais beaucoup d'entre elles étaient éteintes par le vent froid qui s'infiltrait partout. On lui avait bien expliqué où était le quartier général, mais pas facile de se repérer. Le comble, il trouvait même que c'était plus facile de se repérer dans les étendues sauvages que dans cette ville à demi ruinée.
Enfin, il trouva le bon bâtiment et poussa la lourde porte de bois. Il y avait là un de ses collègues rôdeurs, probablement celui qui travaillait auprès du capitaine-général.
-Meneldil Alcarindë. Je viens porter des informations au capitaine-général.
L'autre rôdeur, visiblement plus âgé que lui, l'observa des pieds à la tête avant de passer dans la salle suivante. Puis il revint.

-"Le capitaine-général va vous recevoir."


Et il désigna la porte en bois qui donnait sur l'autre pièce. Meneldil s'avança, frappa et attendit l'assentiment de Minastir avant d'entrer.
La pièce était sobrement meublée. Les meubles étaient clairement plus utilitaires qu'esthétiques, visiblement taillés dans du bois local et non décorés. Derrière une table simple, Minastir consultait des rapports. Il avait une soixantaine d'années, mais on voyait à peine quelques fils blancs dans sa chevelure et dans sa barbe noires, apanage des dùnedain. Quand il leva les yeux, Meneldil vit qu'il avait les yeux d'un bleu très clair, presque transparents, comme s'il possédait la faculté de percer à jour ses interlocuteurs.

-"Ah, vous voilà, jeune homme. Meneldil, c'est cela ? "


Un peu impressionné, Meneldil se contenta d'acquiescer. Il sortit ses notes cryptées et les lui tendit.

"-Oui, monsieur. Voici les données que j'ai recueillies..."

Le capitaine-général prit connaissance du tout et dit pensivement.

-"Des groupes d'orcs se portent au sud, je n'aime pas ça. En avez-vous croisé beaucoup ? "


Un peu étonné qu'on le questionnât directement, Meneldil laissa passer une bonne minute avant de répondre.

-"Oui, plusieurs groupes assez importants, mais je n 'ai pas pu les compter vu qu'il faisait nuit. Mais ils ne se cachent même plus maintenant, je les entendais de loin. Vu le bruit qu'ils faisaient, ils étaient autour de quarante à soixante par groupe, du moins je le suppose..."


Il ne mentionna pas l'odeur aussi, mais Minastir devait fort bien savoir que les Orcs ne sentaient vraiment pas la rose.

-"La prochaine fois que vous en croiserez un, vous essaierez de le suivre. Je veux voir où ils se rendent, car vous n'êtes pas le premier qui me transmettez ce genre d'informations. Vous ne vous mettrez en danger qu'en dernier recours, vu ? Pas d'héroïsme mal placé, jeune homme. Toujours le pas de velours..."

Ce n'était pas la première fois que des rôdeurs plus âgés lui faisaient la leçon, mais jamais le capitaine-général ne lui avait ainsi parlé. Il ne s'intéressait souvent qu'assez peu aux jeunes recrues.

-"Vous avez de qui tenir, jeune Alcarindë, n'allez pas gaspiller votre vie inutilement...", acheva Minastir.

De qui tenir ? D'après ce qu'il en savait, son père n'avait jamais été rôdeur, ni personne de sa famille, mais Minastir le détrompa.

-"Vu votre tête, on ne vous a jamais parlé de votre oncle paternel, Anardil. Il est rôdeur, comme vous, mais depuis bien plus longtemps. Vous le croiserez peut-être un jour..."

Non, personne de la famille ne lui avait jamais parlé de son oncle. Bon, ses parents n'avaient pas vraiment apprécié non plus son choix de carrière et, d'un coup, il comprenait quelque peu mieux pourquoi.

-"Euh...non, monsieur, on ne m'a jamais parlé de lui mais je ne manquerai pas de questionner mon père à son sujet..."


Réponse polie s'il en était, vu qu'il n'avait pas l'intention (ni le loisir) de retourner chez lui de sitôt.

Minastir releva la tête après avoir fini de prendre connaissance des informations ramenées.

-"Vous avez fait du bon travail, voilà qui va nous permettre de trianguler un peu mieux les déplacements de ces bandes d'orcs, même si vous savez aussi bien que moi qu'ils ont un comportement erratique et imprévisible. Vous avez bien mérité de vous reposer, restez ici ce soir, vous pourrez repartir demain..."

Il appela le factionnaire et lui demanda de donner une chambre à Meneldil. L'ensemble était sobre, des meubles en bois, des tentures en lin mais un lit chaud et de quoi se laver vu qu'il y avait une étuve/salle d'eau à l'étage. Un luxe incommensurable après s'être lavé depuis des mois dans les rivières, dont il profita avant d'enfin pouvoir s'allonger sur un matelas digne de ce nom. Avant de s'endormir, il espéra pouvoir un jour rencontrer son mystérieux oncle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
 
Rôdeur, plus qu'un métier, une vocation [FB - 20 ans, Meneldil]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rôdeur, plus qu'un métier, une vocation [FB - 20 ans, Meneldil]
» [Guide]Du métier d'avocat
» jeune rôdeur du nord
» Présentation Valouse [Rôdeur]
» le démon à l'épée de feu [Rôdeur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Arnor-
Sauter vers: