Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 [FB] Une page se tourne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: [FB] Une page se tourne   Sam 22 Avr 2017 - 22:32

Sud de l'Arnor, cinq ans plus tôt

Voilà des jours que Meneldil marchait sans se retourner. Derrière lui, les terres d'Arnor n'étaient plus que cendres. Le capitaine général avait donc ordonné le repli général, mais Meneldil avait tout de même tenu à s'assurer que sa famille avait réussi à fuir à temps. Comme beaucoup de réfugiés, ils étaient en route vers les champs du Pelennor où avait été installé un camp provisoire. Meneldil, lui, avait pris une autre route pour ne pas se faire voir des orcs qui pullulaient à présent dans la région. Mais de toute façon, pas de secret, il devrait passer par la trouée de Rohan et longer l'Anduin pour arriver à la cité blanche. De nombreuses cohortes de réfugiés étaient déjà passées mais il essayait à son tour de sécuriser la zone tant il en restait encore derrière lui.

L'Arnor dans lequel il était né et avait grandi ne serait jamais plus, il lui faudrait un peu de temps pour se faire à cette idée, mais ses sentiments importaient peu tant tout ceci était partie de quelque chose de plus grand que lui. Si tout allait bien, il aurait passé la trouée du Rohan le lendemain, et sa route serait un peu plus sûre. L'endroit où il se trouvait maintenant était désert, et ses sens aiguisés ne détectaient pas le bruit caractéristique des pas d'orcs solitaires ou d'un groupe d'orcs. Pourtant, quelque chose éveilla son attention et il sentit qu'on le heurtait violemment.

"Hé, vous ne pourriez pas faire attention ?", s'écria-t-il.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Dim 23 Avr 2017 - 19:29

[PNJ GRENDYL BOURSELAC]

"Hé, vous ne pourriez pas faire attention ?"


"Faites attention vous-même, môssieur ! Et n'essayez pas de me faire croire que vous ne m'aviez pas vu, je ne suis pas si petit !"

Se redressant de toute sa taille, Grendyl bomba le torse et fronça les sourcils. Du haut de son mètre vingt-sept, il tenta de regarder l'inconnu de haut (sans succès), tout en laissant son regard noir exprimer tout le mépris que lui inspiraient pareils individus, incapables de regarder où ils allaient. Ce n'était certainement pas lui, Grendyl Bourselac, fils de Tolman Bourselac, apparenté aux Freudesac et aux Lacvert, qui allait se laisser marcher sur les pieds (au sens figuré comme au sens propre, en l'occurence) par un grand échalas à demi myope !
Tandis que celui-ci prenait conscience de son existence (de manière ma foi assez peu agréable), le hobbit ramassa sa besace, qui avait glissé à terre lors du choc. Quelle idée avait cet homme d'être sur le chemin au moment où lui, le sieur Bourselac, surgissait en trombe d'un raccourci ! Sa journée avait très mal commencé, le client dont il espérait obtenir une coquette somme ayant été ramené à la raison par sa femme. Il repartait bredouille, la sculpture d'oiseau dont il espérait se démunir contre des pièces sonnantes et trébuchantes toujours dans son sac. Et voilà qu'un importun se permettait de le bousculer ? La belle occasion pour tempêter à son aise !

"Vraiment, les gens ont de drôles de manières de nos jours", poursuivit-il, toujours bougon. Après cette phrase débitée d'un ton réprobateur et catégorique, son vis-à-vis ne répondant pas, il s'insurgea :

"Hé bien ? Serait-ce trop demander que d'attendre des excuses ? Ou bien peut-être estimez-vous que je n'en mérite pas ? Trop petit, sans doute, au goût de monsieur ?"

Il avait soigneusement appuyé sur le mot "petit", pour la deuxième fois, accompagnant ses mots d'un geste qui le désignait lui-même tout entier, tout en détaillant du regard son interlocuteur. De haut en bas, de bas en haut, il le passa au crible. L'homme semblait las, ses bottes étaient usées, ses vêtements légèrement froissés, comme après plusieurs jours de voyages.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Mar 25 Avr 2017 - 22:56

Meneldil, du haut de sa haute taille (bien que plutôt moyenne pour un Dùnadan très peu dépositaire de sang royal), croisa les bras. Ce n'était pas qu'il n'eût jamais vu un Hobbit, cela lui était souvent arrivé lorsqu'il effectuait des missions à Bree quand il était plus jeune, mais il savait aussi que, sauf exceptions, ils voyageaient peu et quittaient peu la Comté, qu'ils cultivaient et qui était florissante. Et celui-là avait l'air singulièrement pressé, il courait plutôt vite sur ses grands pieds poilus. Fuyait-il quelque chose ? Mais quoi qu'il en soit, il n'était pas très poli.

Si Meneldil était un rôdeur que d'aucuns considéraient comme crasseux et indigne de tout intérêt, il avait reçu une excellente éducation et savait que, lorsqu'on bouscule quelqu'un, on s'excuse en premier. Et il avait beau être du genre extrêmement patient, le fait que le Hobbit le prenne de haut ne l'encourageait guère à la politesse.

Il baissa la tête et parla d'un ton tranquille et calme.

-"Je connais peu les coutumes de votre peuple, mais je crois savoir que l'on y pratique la bienséance et la bienveillance. Vu que c'est vous qui m'avez bousculé, ce devrait être à vous de vous excuser en premier, vous ne croyez pas ? "


On était en pays sauvage, mais un peu de politesse ne nuisait à personne, surtout lorsqu'on se trouvait entre personnes alignées théoriquement du bon côté. A ce qu'il savait, les Hobbits s'occupaient peu des affaires des autres mais n'avaient jamais été du côté de Sauron et compagnie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Mer 26 Avr 2017 - 0:33

[PNJ GRENDYL BOURSELAC]

Quoi ? L'espèce de vagabond déguenillé réclamait des excuses ? Et par-dessus le marché cet individu crasseux se prenait pour un spécialiste des us et coutumes de la Comté ! Grendyl sentit ses poils de pieds se hérisser, tandis que la moutarde lui montait au nez. Il bouillait de devoir admettre intérieurement, que l'homme malgré sa première impression ne semblait ni un goujat ni même un illettré. Au contraire, il paraissait être tout à fait familier des usages de politesse élémentaire, jusqu'à pouvoir se permettre de les lui remémorer, à lui, Grendyl ! Passé maître dans l'art de réprimander les hobbits jeunes et moins jeunes qui osaient oublier les règles de préséance et de bonne tenue ! Une honte !

"Apprenez, monsieur, qu'il n'est pas d'usage en la Comté qui me soit inconnu. Je suis parfaitement renseigné sur la moindre coutume de mon pays, comme de juste."

Le vénérable, respectable et - il faut bien l'admettre - en l'occurence exécrable hobbit s'accorda une pause, le temps de bomber encore plus le torse, si cela était possible, et de pointer le menton vers son interlocuteur.

"Cependant, il m'apparait bien vain d'exercer sa politesse au profit d'un rustre comme vous, incapable d'admettre son tort. Car OUI, messire, j'affirme haut et fort que c'est vous-même qui m'avez bousculé. Je suis prêt à le répéter devant quiconque voudra bien m'entendre !"

Sur ces mots, il scruta les fourrés alentours comme si un tribunal allait soudain en sortir pour juger le délit, presque un crime, commis par ce va-nu-pieds (porteur de bottes, certes, mais ce n'était qu'un détail). Son espoir déçu, il ramena les yeux sur l'homme et le détailla à nouveau. Il avait toujours eu un don pour juger son monde, et si ce gaillard-là ne semblait pas rouler sur l'or il pouvait sans doute cependant être dangereux au vu des armes qu'il transportait et de sa posture. L'ultime remarque gouailleuse et dédaigneuse qu'il allait laisser tomber resta coincée dans sa gorge. Tête brûlée, oui, il l'était parfois. Provocateur, aussi. Mais fou ou suicidaire, cela, jamais !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Sam 29 Avr 2017 - 23:03

Malgré tout le calme  de son caractère intrinsèque qui le rendait peu prompt à se mettre en colère, Meneldil pouvait sentir la moutarde commencer à lui chatouiller les narines. Jamais il n'avait croisé un hobbit aussi peu amène et aussi obtus. Pourtant, jusque-là, tous ceux qu'il avait rencontré avaient l'air plutôt amicaux, festifs, travailleurs et souvent épicuriens, mais pas aussi têtus que celui-là. Lui était-il arrivé quelque chose ? Il commençait à se le demander. Par la longue errance et sa longue expérience, il voyait souvent plus profond que les apparences. Et il commençait à penser qu'il y avait peut-être quelque chose derrière cet air obtus.

Quelque part, il lui faisait un peu penser à son père là-dessus. Hador Alcarindë voulait aussi toujours avoir raison, y compris alors que sa mauvaise foi était flagrante ou qu'il avait clairement tort. Il n'avait jamais vraiment compris la vocation de son fils, et Meneldil de toute façon ne s'attendait pas à ce qu'il comprenne un jour, même si la destruction de ses terres allait peut-être le faire réfléchir...

-"Un rustre, moi ? Je pensais que les Hobbits n'étaient pas si prompts à juger que cela, surtout quand les présentations n'ont pas été faites dans les règles. Je ne sais même pas qui vous êtes. Ou estimez-vous qu'un va-nu-pieds comme moi ne mérite pas cet honneur ?


Mais il se tut, car il avait entendu un bruit qui ne lui était malheureusement que trop familier. Ses yeux bleus s'étrécirent et il baissa le ton pendant que sa main se portait à la garde de son épée.

-"Vous avez entendu ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Dim 30 Avr 2017 - 17:36

[PNJ GRENDYL BOURSELAC]

Le bouillonnement qui avait parcouru les veines de Grendyl en entendant les paroles de son vis-à-vis se mua en une sueur froide. Oui, il avait entendu... En réponse à la question posée, il hocha la tête sans rien dire, tendu, les mains accrochées à la lanière de son sac.
Le regard fixé sur la végétation à droite du chemin.
Aux aguets.  

Il y avait eu un bruit de métal entrechoqué, comme une casserole cognant contre une autre, qu'on aurait tenté d'étouffer sans y parvenir tout à fait. Ou, selon les points de vue, comme une pièce d'armure qui en heurterait une autre. C'était en tout cas un bruit tout à fait incongru sur un sentier forestier, qui vu sa proximité incitait à une grande prudence et même à une (très légère) appréhension. C'est donc naturellement que Grendyl effectua un double mouvement : il recula d'abord autant que possible, en cherchant à étouffer le bruit de ses pas voire même celui de sa propre respiration, puis opéra un décalage tout aussi silencieux de manière à se placer derrière l'humain. Celui-ci semblait, après tout, apte à se battre. S'il portait aussi promptement sa main à son côté, prêt à tirer l'épée, pourquoi se mettre entre lui et le danger potentiel dissimulé dans le sous-bois ?

"Tirez donc votre fendante, messire !"

Il prononça ces mots à mi-voix, sans quitter des yeux un seul instant le bosquet, d'où ne sortait plus aucun bruit. Une brise légère faisait onduler doucement le feuillage épais, sans qu'un bruissement ne parvienne à ses oreilles. A la réflexion, les oiseaux ne sifflaient plus, et il lui semblait que la forêt toute entière retenait son souffle.

Le hobbit était si tendu qu'il sursauta violemment lorsqu'un nouveau bruit résonna. Après une seconde éternelle de terreur pure, il s'avéra que dans un mouvement réflexe il avait à nouveau fait un pas vers l'homme, écrasant une brindille dans ce mouvement. Le souffle accéléré et le coeur battant, il ouvrit des yeux ronds comme des billes en voyant le fourré qui leur faisait face remuer soudain. Un grand remue-ménage de branchettes brisées et de froissements de feuilles se fit entendre... après quoi il entrevit un couple de cervidés prenant la fuite quelques mètres plus loin.
Relâchant d'un coup son souffle, il décrispa ses mains de dessus son sac puis, oubliant toute prudence, s'écarta à nouveau de l'inconnu en reprenant contenance. Il lança alors, sur un ton un peu plus aimable que précédemment, dans lequel il laissa pourtant poindre un brin de moquerie :

"Je m'appelle Bourselac, Grendyl Bourselac. Avez-vous donc peur à ce point des cheveuils, messire va-nu pieds ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Mar 2 Mai 2017 - 0:27

Bien que concentré sur le bruit, Meneldil ne fut pas à vrai dire très étonné de voir le hobbit effectuer une retraite stratégique derrière lui (enfin, plutôt derrière ses jambes, vu sa taille). Courageux mais visiblement pas téméraire. Il faut dire que ses semblables n'étaient guère habitués à l'art de la guerre, même s'il y avait eu des exceptions à ce fait.

Il tira sa longue épée de son fourreau de cuir avant que le hobbit à l'instant d'avant si peu amène ne le lui précise. C'était une ancienne épée de type numénorien, elle avait appartenu à un de ses ancêtres et son père, bien qu'il ne partageât pas vraiment sa vocation, la lui avait donné quand il avait quitté le domaine familial, près de vingt ans auparavant. Elle ne faisait pas suffisamment belle pour être utilisée par ses deux frères, hommes d'armes au palais de Minas Tirith, mais elle lui était précieuse. Elle était usée, mais au milieu des traces d'une longue utilisation on pouvait voir des caractères elfiques anciens sur le métal finement travaillé de sa lame et, même s'il ne pensait pas qu'elle eût la moindre utilité magique, il en prenait beaucoup de soin.

Mais cette fois, il n'eut pas à s'en servir car ce ne fut pas un, deux ou une cohorte d'orcs qui sortirent du fourré, mais un couple de chevreuils, ce qui ne manqua pas de faire rire son têtu interlocuteur.

"Je m'appelle Bourselac, Grendyl Bourselac. Avez-vous donc peur à ce point des cheveuils, messire va-nu pieds ?"

Mais Meneldil savait qu'il ne s'était pas trompé, ce n'étaient pas de simples chevreuils qui avaient fait ce bruit. Il n'avait peut-être pas les sens plus développés des elfes, mais sa vie au plein air avait aiguisé ses sens de simple dùnadan. Il s'inclina néanmoins légèrement pour se présenter.

-"le va-nu-pieds que je suis s'appelle Meneldil, mais on m'appelle souvent Luinil. Et il n'y a pas que des chevreuils par ici..."


En effet, trois orcs, un peu plus loin, s'avançaient au milieu des anciens champs, des fourrés et des bosquets. A leur attitude, ils ne les avaient encore pas vus, c'était leur chance. S'ils continuaient à avancer, ils ne manqueraient pas de les avoir dans leur champ de vision bientôt.

Meneldil alors fit ce qu'il crut être bon pour leur sauvegarde à tous les deux. Il saisit le hobbit par le col et sauta dans les fourrés. Puis il chuchota à son intention:

-"Il y a des orcs là-devant, on va attendre qu'ils passent..."


Mais il garda son épée à la main par sécurité. Les orcs avaient un bon odorat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: Orcs, neurones et flemmardise   Mer 3 Mai 2017 - 23:16

[PNJ GRENDYL BOURSELAC]

La frayeur de l'instant précédent n'avait pas ôté ses capacités à Grendyl, mais celle qui l'étreignait à présent était sans conteste l'une des plus grandes de toute sa vie. C'était presque comparable à cette fois où sa tante, arrivée sans faire de bruit derrière son dos, l'avait surpris vidant un pot de confiture de framboises ! (NDLA : Ne riez pas, vous ne connaissez pas sa tante...)
L'homme, Meneldil, l'avait trainé dans le fourré, mais il n'avait pas eu le temps de songer à protester, pétrifié par le pouvoir d'un seul mot, qui emplissait parfois ses cauchemars lorsqu'il était loin de la Comté : "ORCS". Et voilà que le cauchemar se faisait réalité ! Il se recroquevilla du mieux qu'il put, retenant son souffle ainsi que tout minuscule bruit qu'il aurait pu produire, y compris les flatulences inopportunes qui avaient une fâcheuse tendance à se manifester dans ce genre de situation.
Son comparse était à côté de lui, semblant sur le qui-vive, son épée toujours dégainée. Les pauvres fonctions qui restaient actives dans le cerveau du hobbit étaient unanimes :

1° Si l'homme-va-nu-pieds-combattant-protecteur-insolent veut se battre, on le laisse faire bien volontiers.
2° Tant que les orcs ne nous débusquent pas, on reste soigneusement caché.
3° Si les choses tournent mal, on se sauve en courant et en priant Ilúvatar pour que les orcs ne soient pas intéressés par un tas de viande aussi petit et coriace.


Bien qu'aucune de ces solutions n'inclue l'éventualité, assez pitoyable à imaginer, d'un combat contre les brutes sanguinaires, assoiffées de sang frais et de chair sanguinolente (oui, il y a beaucoup de sang dans cette histoire), Grendyl relâcha la pression qu'il exerçait machinalement contre la lanière de son sac pour glisser une main prudente contre la doublure externe. Une petite lame courte et un peu émoussée avait été coincée là par le prévoyant aventurier, bien qu'à la réflexion elle lui serve plus souvent à se curer les ongles et à couper sa nourriture qu'à se défendre contre des malandrins. Pour une fois, il bénit la flemmardise qui lui avait fait placer cette "arme" à un endroit accessible plutôt qu'au milieu du chaos qui régnait dans sa besace. Le couteau dans la paume, il retint à nouveau son souffle (NDLA : Il n'allait pas le retenir tout ce temps quand même !) en distinguant trois silhouettes gigantesques à travers le feuillage. Si l'absence de grognements bestiaux le surprit, il ne s'attendait pas à la pestilence qui émanait des créatures.

"Je ne vois pas comment ils pourraient déceler notre odeur, avec ce fumet infect qu'ils dégagent !"

Son cerveau, réveillé par l'odeur, avait retrouvé son extraordinaire capacité de sarcasme, légendaire dans la Comté et parmi les marchands Grands qui commerçaient avec lui. Suivant des yeux l'ignoble groupe qui passait à quelques pas d'eux sans les remarquer, il sentit son compagnon bouger à côté de lui.

NDLA et autres bêtises:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Mar 16 Mai 2017 - 21:49

Visiblement, le hobbit semblait pris par la peur bien que plutôt calme, mais Meneldil avait trop vu (et trop tué aussi) d'orcs pour en être effrayé.  En plus, le vent était pour l'instant leur allié, il soufflait à l'opposé, s'il ne tournait pas les orcs ne les sentiraient pas et passeraient leur chemin. Ça, c'était le scénario idéal. Mais il savait parfaitement aussi que malgré leur odeur plus que désagréable ils avaient un très bon odorat, il fallait donc toujours s'en méfier. Et ils aimaient la chair fraîche, qu'elle soit hobbit ou humaine.

La main toujours serrée sur la garde de son épée, il observa avec attention tout changement prévisible de comportement des orcs. Il en avait suffisamment vu et approché pour pouvoir prévoir en gros ce qu'ils allaient faire. Mais pour l'instant, les trois orcs armurés et armés d'épées rouillées se contentaient de humer l'air sans donner aucun signe de devoir les détecter.

Meneldil était si habitué de cette situation qu'il restait l'esprit calme, tranquille et aux aguets. Ce hobbit n'était pas très sympathique, mais il ne méritait absolument pas de périr sous les coups (et accessoirement les crocs) des orcs, personne ne le méritait, même son pire ennemi. C'était ça, être rôdeur, c'était parfois sauver les gens malgré eux. Bien sûr, beaucoup ignoraient purement et simplement ce que les rôdeurs faisaient pour eux, et ce n'était pas plus mal finalement. Ce que vous ne savez pas, vous ne pouvez pas le dire, et il faisait un métier où le secret était important.

Il bougea son bras gauche pour éviter d'être ankylosé, mais si légèrement qu'il ne fit aucun bruit malgré ses vêtements de tissu épais et de cuir ciré. La tension de ses muscles était palpable sous ses vêtements, il était prêt à bondir mais il se détendit légèrement quand les trois orcs commencèrent à se disputer pour ce qui se ressemblait à un vieux morceau de viande fumée bien rance. Au moins, pendant ce temps, ils ne feraient pas attention à eux.

Mais le répit fut de courte durée. L'un des orcs, se désintéressant de l'immonde morceau de viande qui n'aurait même pas tenté un troll affamé, se mit à renifler de façon plus insistante. Le vent avait dû tourner, et Meneldil, toujours l'épée au clair, se tint prêt à bondir dès que l'orc ferait mine de s'approcher, tout en faisant signe à son compagnon d'infortune de ne pas bouger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Sam 3 Juin 2017 - 12:35

[PNJ GRENDYL BOURSELAC]

Les immondes grognements des bêtes se disputant une charogne coulaient des frissons glacés dans le dos du courageux hobbit. Il s'était légèrement redressé sur ses appuis, la besace farouchement collée au corps, le coutelas dans la main, prêt à bondir. Bondir pour fuir le plus loin possible, cela va sans dire. Il n'aurait pas la monstrueuse inconscience de s'attaquer à ces montagnes de férocité bestiale. La pensée même de cette éventualité lui coinçait la gorge en un nœud fort désagréable.

Lorsque l'un des trois monstres, qui à ce moment lui sembla le plus énorme, sauvage et dangereux du lot, se désintéressa de la viande faisandée pour flairer autour de lui avec un immonde bruit de reniflement, il sentit ce nœud tomber dans son estomac et faire des cabrioles fort désagréables. L'homme-vagabond lui fit doucement signe de ne pas bouger, aussi il s'efforça de contenir l'instinct impérieux qui lui hurlait à la figure de prendre ses jambes à son cou. L'épaisse créature fit quelques pas vers eux, puis de droite et de gauche, les naseaux en l'air. Grendyl jeta un regard en biais à Meneldil, accroupi à ses côtés, l'épée nue et aux aguets. Il l'évalua du regard, reporta les yeux sur l'orc qui s'était encore approché.

"Jamais vu se battre. 'l a l'air plutôt habitué... mais 'sont trois ! Nononononon ça sent mauvais, trèèèès mauvais... et pas seulement à cause des gros tas de graisse, là. Faut se tirer, et vite !"

Il hésitait encore. Le signe de son compagnon de ne pas bouger, le calme qu'il affichait, sa posture qui attestait de son habitude du combat, tout ceci disait assez que lorsque la confrontation aurait lieu - elle aurait lieu, cela semblait évident - l'homme défendrait sa propre peau, et celle du hobbit par la même occasion. Cependant, les deux autres orcs se désintéressaient à leur tour de leur querelle carnivore, après avoir arraché chacun quelques bouchées de viande, et humaient à leur tour Melkor sait quoi dans l'air. Ils se rapprochèrent de leur congénère, qui n'était plus à présent qu'à quelques pas.  

Le courage n'avait jamais compté parmi les qualités les plus marquantes de Grendyl. L'irascible ébéniste effrayait généralement par son sale caractère, et savait se tenir (à peu près) coi devant plus dangereux que lui. Cependant, face à trois monstres assoiffés de carnage, l'heure n'était plus à la diplomatie, à la prudence et au recul. D'un mouvement précautionneux, il recula centimètre par centimètre, sans regarder son voisin, les yeux fixés sur les orcs. Lorsqu'inévitablement un froissement retentit sous ses pieds et qu'ils braquèrent leurs petits yeux porcins dans sa direction, il se redressa sans plus de précautions et fit volte-face, le coeur frappant sa cage thoracique plus vite que jamais. Prenant son élan, il s'élança en louvoyant à travers bois, les buissons lui fouettant le visage.

Il s'étala au sol au bout d'une dizaine de mètres, le pied pris dans une racine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Dim 18 Juin 2017 - 21:30

Là, Meneldil n'avait plus le choix, il allait falloir en venir à la confrontation directe. Les orcs avaient entendu le bruit et vu le hobbit, mais Meneldil ne le laisserait pas devenir leur prochain repas de chair fraîche. Désagréable oui, ce hobbit, mais personne ne méritait ça. Et maintenant de toute façon ils avaient vu le malheureux, donc il fallait agir.

Il n'attendit pas d'être dans le champ de vision de l'orc le plus avancé et bondit, l'épée toujours au clair. Il s'y connaissait assez pour savoir comment les tuer proprement, même si ce n'était pas ce qu'il préférait. Mais là clairement il n'avait pas le choix, même s'il essaierait quand même d'en garder un vivant pour essayer de lui extorquer quelques informations.

Ces orcs étaient des orcs de type mordorien, donc plus solides et plus résistants à la lumière. Pas vraiment très positif pour lui, mais il avait déjà eu à en combattre et connaissait leurs points faibles. Il était aussi plus grand qu'eux, mais ce n'était pas toujours un avantage vu qu'ils pouvaient aussi s'attaquer à ses jambes. Le cuir de ses bottes et le tissu (certes épais mais tout de même usé et reprisé) de ses chausses ne serait que peu de protection face à leurs dents acérées. Il fallait donc agir vite, bien et efficacement.

Le premier se retrouva promptement décapité. Attaqué par les deux autres, Meneldil en envoya proprement voler un un peu plus loin et se recula, donnant ainsi l'impression au second qu'il pouvait gagner la partie. Mais ce n'était que ruse de sa part, et sa longue épée alla se loger au défaut de la cuirasse puis dans la chair qui était en dessous. Le dernier, qui n'était qu'à demi assommé, ne voulut pas tenter sa chance et s'enfuit en courant bien plus vite que d'habitude malgré son lourd équipement, aiguillonné par la peur de tâter lui aussi de la grande épée du rôdeur. Il fallait maintenant espérer qu'il n'y en avait pas plus dans la zone, sinon il allait falloir filer rapidement vers des endroits un peu plus préservés, même si ça devenait plutôt rare ces derniers temps.

Alors son attention revint sur le hobbit. Il espéra qu'il ne s'était pas fait une fracture, bien qu'il ne soit pas tombé de très haut, peut-être la cheville ou le poignet lors de sa chute. Il le rejoignit en quelques pas et demanda:

-"Ca va ? "

Et il sortit de son sac un petit nécessaire contenant de la toile, de la charpie et des onguents, prêt à lui porter secours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Mar 20 Juin 2017 - 10:35

[PNJ GRENDYL BOURSELAC]

Le nez dans les feuilles mortes et l'amour-propre sérieusement endommagé, Grendyl s'était figé dans sa peu glorieuse position en entendant dans son dos les bruits du combat. Priant pour que l'on ne fasse plus attention à lui, il tentait de maîtriser au mieux sa respiration pour sembler le moins vivant possible. Lorsque les derniers chocs se furent éteints, il demeura entièrement tétanisé, comme s'il souhaitait soudain s'enfoncer dans l'humus jusqu'à en faire partie. Le rôdeur avait beau sembler confiant, face à trois orcs il n'avait statistiquement aucune chance de survie. Aussi eut-il un violent sursaut en entendant à côté de lui la voix de l'homme en question, qui s'enquérait de sa santé avec sollicitude. Il osa un coup d'œil vers le haut et vit le va-nu-p... enfin Luinil qui le dominait de toute sa hauteur, des bandages entre les mains.

Se redressant sur son séant, le hobbit put constater que d'une manière ou d'une autre l'homme s'était débarrassé des trois monstres. Deux d'entre eux gisaient à quelques mètres, et le troisième n'était visible nulle part. Reportant son regard sur le géant qui le surplombait, il lui répondit :

"Merci, messire, voilà un combat rondement mené. Où est donc passé le troisième larron de cette sinistre bande ?"

Il ne laissa pas à Meneldil le temps d'éclairer sa lanterne. En effet, réalisant qu'il était toujours à terre, aux pieds de son interlocuteur, il se releva d'un bond, faisant disparaître en même temps sa pitoyable lame dans son sac, et l'apostropha vivement :

"Votre victoire ne vous autorise pas à me prendre de haut, sieur ! Laissez-moi donc respirer !"

Le danger éloigné, au moins momentanément, son caractère reprenait le dessus, restaurant sa rassurante carapace de vieux bougon acariâtre et égoïste. Il était reconnaissant envers cet inconnu qui l'avait secouru, mais cette reconnaissance était une faiblesse qu'il ne s'autorisait pas. Aussi cacha-t-il un reste d'embarras en fouillant dans son sac, à la recherche de sa bourse. L'ayant trouvée, il en tira quelques pièces et les soupesa d'une main. De l'autre, il replaça son escarcelle au fond de sa besace. Sentant au passage la délicate sculpture d'oiseau, enrouée dans sa toile protectrice, il hésita un instant puis l'extirpa du fouillis. Il tendit le tout à Meneldil, sans rien dire. Puis, incapable de s'en empêcher, il précisa :

"Voilà pour votre peine, vagabond. Il ne sera pas dit que le meilleur artisan de la Comté puisse être un ingrat !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Meneldil
Pas encore de rang... mais ça arrive !
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 41
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   Mar 27 Juin 2017 - 23:31

Décidément, même sauvé d'une mort certaine, le hobbit n'en était pas plus poli. Mais au moins, il n'était pas blessé, c'était là l'essentiel. Meneldil avait entendu dire que les gens de sa race étaient plutôt du genre solide, il en avait eu largement la preuve ici. Il s'en tirerait sans aucun doute avec une bonne bosse et quelques hématomes.

-"Le troisième larron s'est enfui en courant, aussi je recommanderais qu'aucun de nous ne reste trop longtemps dans la zone. Il risque de revenir avec des renforts et vous n'aimeriez pas être là à ce moment-là. Et je vous conseillerais de vous armer un peu mieux, la zone n'est vraiment plus sûre de nos jours, ils sont vraiment partout..."


Il avait posé près de lui son épée, sur laquelle on voyait encore des traces de sang noir. Pas la peine de traumatiser plus le hobbit qui faisait son fier à bras mais qui avait visiblement eu une sacrée peur. Il farfouillait à présent dans sa besace...avant de lui tendre de façon fort magnanime un oiseau sculpté en bois. C'était visiblement lui qui l'avait fait, à ce qu'il en comprit. Un joli cadeau auquel il ne s'attendait pas vu l'air et le ton rêvêches du hobbit.

-"Je ne suis pas un vagabond, mes semblables savent parfaitement où ils vont, vous le saurez si vous en croisez d'autres lors de vos pérégrinations. Et merci pour votre cadeau, ce sera mon porte-bonheur, je n'en avais pas jusque-là..."

Il rangea son nécessaire de soin dans son sac de cuir usé, passa un coup rapide d'un chiffon sur son épée pour en nettoyer le sang orc et se redressa.

-"Ayez une route sûre, maître artisan...et au plaisir de vous croiser à nouveau..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Ciara
Naine option nomade

Naine option nomade
avatar

Nombre de messages : 434
Age : 20
Date d'inscription : 05/06/2015

Feuille de personnage
Race: Naine d'Erebor
Possessions: Pendentif de famille, sacoche à outils
Statut: Absent(e)

MessageSujet: La page est tournée   Mar 27 Juin 2017 - 23:54

[PNJ GRENDYL BOURSELAC]

Si l'évocation du troisième orc en fuite et de possibles renforts avait fait blêmir notre hobbit, la vue du liquide noirâtre qui maculait la lame de son compagnon lui donne plutôt un haut-le-coeur qui faillit lui faire rendre ce qu'il avait avalé le matin. Il retint à grand peine à la fois cette désagréable remontée gastrique et la remarque tout aussi acide qui lui venait. Il s'en félicita aussitôt en entendant le remerciement de Luinil.
Celui-ci remballa rapidement ses affaires et le salua poliment. L'emploi de son titre, d'une voix respectueuse, lui fit regretter de s'être montré désagréable, mais le mal était fait et il ne s'agissait pas de traîner en chemin, aussi abandonna-t-il simplement son ton grossier pour répondre :

"Vous de même, Luinil-Brave-Lame. Gardez vos pas de l'égarement, et à se revoir s'il plaît à Erú."

Puis, rajustant la courroie de sa besace, Grendyl Bourselac poursuivit son chemin jusqu'à la Comté, le sac allégé et de meilleure humeur.



~ à suivre... ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6797-ciara-til-aliona-p
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FB] Une page se tourne   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Une page se tourne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti tourne la page... enfin !
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» Une promenade qui tourne mal...
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Tourne la Grande Ourse, tourne la Petite Ourse (PV Justin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes humains (uniquement RP) :: Arnor-
Sauter vers: