Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !
Participez au concours d'écriture

Partagez | 
 

 Où le Maître des Plantes dompte le Papillon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Idril Felagund
Diplomate de la Lorien

Diplomate de la Lorien
avatar

Nombre de messages : 751
Age : 21
Date d'inscription : 12/06/2014

Feuille de personnage
Race: Elfe Sindar
Possessions: Harpe, Arùn, Arc et épée, poignard et ciseaux à bois de toutes tailles qui se plantent aussi bien dans le bois que dans les ennemis.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Où le Maître des Plantes dompte le Papillon.   Jeu 1 Juin 2017 - 11:00

Une grande partie de mes connaissances sur les plantes, je l'ai acquise durant mon adolescence.
C'est à Esgaroth, lors d'un accident de forge, que je pris conscience que ce que j'avais appris était insuffisant. J'avais étudié un peu de médecine à Mirkwood, auprès de mes professeurs particuliers, mais elle portait essentiellement sur les corps et leur fonctionnement, ainsi que les maladies communes, et les soins de base que l'on pouvait appliquer.
Je n'avais pas cherché au-delà, à l'époque.

En fait, c'était dû à ma grande curiosité, et à mon esprit rêveur. J'abordais un sujet, en apprenais l'essentiel avec assiduité, puis un jour, mon esprit s'envolait ailleurs et délaissait le sujet.
Je commençais donc à apprendre autre chose, puis je m'en lassais, et ainsi de suite. Je ne terminais jamais rien entièrement. Etait-ce de la frivolité ? Ou trop de légèreté dans mon éducation ?

Je pense que j'étais tel le papillon. Il aime toutes les fleurs et ne se détourne d'aucune, mais sur chacune d'elles, il ne pose ses ailes qu'un temps.

C'est cet homme qui m'a appris à aller au fond des choses. Ou plutôt devrais-je dire, ce Nain.
Un nain d'exception, qui partageait ma curiosité pour la science des plantes.
J'avais abordé la médecine. Je désirais maintenant aborder les plantes.
Mes parents ne doutaient pas que je m'en détournerais un jour, comme j'avais quitté les autres fleurs. Pour une fois, ils se trompaient.


C'était un de ces nouvelles journées où j'avais passé la matinée à monter à cheval, tirer à l'arc, et m'exercer à toute sorte d'armes. J'étais épuisé. Le Nain qui m'entraînait était un combattant expérimenté, fort et puissant, et il savait tirer tous les avantages possibles et imaginables de sa petite taille.
Je ne devais pas avoir plus de 155 ans, ce qui correspond à peu prés chez nous à la période d'adolescence. Je venais de rendre visite à Dworköm, un Nain avec qui je m'étais lié d'amitié suite à un accident qu'il avait eut. J'avais su limiter les dégâts en lui apportant rapidement les premiers secours, et depuis, je lui rendais régulièrement visite pour changer ses bandages et continuer les soins.

Un avantage chez moi est que ce que j'apprends, je ne l'oublie pas. J'ai une mémoire fabuleuse.
Ce peut-être un détail, une page entière de définitions compliquées, un dessin, une parole entendue, ou même des odeurs. Je reconnaîtrais l'odeur des petits pains au miel de la Comté parmi mille autres petits pains semblables. Ce que je veux retenir, je le retiens. Quand j'étais tout petit, cela faisait toujours son effet lorsque je ressortais à mon père mot pour mot une phrase entendue de sa bouche la semaine d'avant.

Ce jour-là donc, je venais de terminer ma visite et je m'apprêtais à déjeuner, lorsque je vis Maître Rogrin, Grand Artisan Forgeron, et maître d'armes de son état, approcher de mon banc de sa démarche toujours pesante et volontaire.

-Idril ! Rugit-il.
Maître Rogrin ne parlait pas. Il rugissait. Parfois, il maugréait. Au mieux, il grognait.

-Idril ! Fit-il à nouveau, comme je tardais à répondre.

-Maître Rogrin. Dis-je humblement en me levant.

-ça me fait penser, cette histoire d'accident...J'ai un ami qui connait quelqu'un pour qui les plantes n'ont aucun secret. Comme tu as déjà de bonnes bases, je me suis dit que le rencontrer pouvait t'intéresser. Je peux te faire entrer dans la cité d'Erebor si tu le souhaites. Je t'introduirais auprès des amis que j'ai, tu pourras ainsi circuler à ta guise sans trop...sans trop te faire embêter, si tu vois ce que je veux dire. Grogna t'il.
C'est pour te remercier d'avoir guéri mon apprenti sans faire de différence entre nos deux peuples. Je connais pas beaucoup d'Elfes qui auraient fait pareil sans y réfléchir d'abord à deux fois...Voilà. Rendez-vous à quatorze heure à la porte nord de la Cité.

-Je vous remercie Maître. Votre attention me touche. J'espère que vous ne vous attirerez pas d'ennuis ou ne déchainerez pas trop les mauvaises langues en agissant ainsi...

-Bah ! Non...Qu'elles se déchainent..Grumbblll...M'en fiche comme de mon premier lait...maugréa t'il en partant.

Lorsqu'il tourna au coin de l'arcade de pierre qui menait à la cour de la forge, je souriait toujours.
Maître Rogrin était le premier Nain que j'avais rencontré, et j'avais tout de suite senti en lui quelqu'un de bien. Il me fascinait et m'amusait. Le jeune adolescent que j'étais ouvrait grand des yeux ronds d'admiration devant lui. C'était une force de la nature.

« Désormais, son âge doit être grand. Je me demande ce qu'il est advenu de lui. Est-il encore de ce monde ? » songeais-je soudain, interrompant la course de ma plume sur le vélin.
« Peut-être retournerais-je à Esgaroth un jour, pour prendre des nouvelles...Enfin continuons. ».

Maître Rogrin m'avait donné rendez-vous à quatorze heure d'une manière qui m'empêchait de refuser son invitation par crainte des foudres qu'il pourrait s'attirer de la part d'autres Nains moins enclins à l'indulgence envers mon peuple. Aussi me dirigeais-je vers le lieu de mon rendez-vous à l'heure convenue, après avoir dévoré sans grâce aucune une part de tarte aux pêches que mes parents m'avaient donné pour midi, et une pomme que m'avait donnée une vieille marchande ridée qui m'avait pris pour un jeune enfant d'humain.
Il faut dire que jusqu'à avoir environ deux cents ans, j'ai gardé un physique très juvénile. Je n'ai effectué ma poussée de croissance que bien plus tard. Et elle fut fulgurante. Mais ceci est une autre histoire.

Maître Rogrin était pile à l'heure, comme toujours.
« Avant l'heure c'est pas l'heure, après l'heure, c'est plus l'heure ! » rugissait-il si quelqu'un s'avisait d'arriver en retard. Je dois avoué avoir essuyé quelques fois ses remontrances. Mais que voulez-vous, jamais on ne m'avait encore inculqué la notion d'heure. A Mirkwood, mon enfance n'était réglée que par le tempo de la forêt. Son chant me disait qu'il était le moment de rentrer au village, qu'il était le moment de se coucher. Il n'y avait pas d'heures.

D'autres Nains l'accompagnaient. La plupart avaient une sacrée bonhomie, et j'eus tout de suite confiance en eux. Certains étaient un peu plus bougres que d'autres, mais tous avaient un bon fond, et je ne doutais pas que Maître Rogrin eut des amis qui ne soient pas, comme lui, des gens de bien.
Les présentations furent rapides, et nous commençâmes à monter la route qui menait à Erebor.

Ma curiosité s'éveillait à mesure que nous approchions de la grande cité. Mes parents m'avaient tant parlé des merveilles des forges Naines, de leur art et de leur culture ! Je frémissais d'une impatience à peine contenue, que je retenais d'éclater par respect pour ces Nains qui acceptaient ma présence parmi eux.

Enfin, les grandes portes étaient face à nous. La monumentalité de l'entre de la Cité Naine vous foudroyait sur place. De gigantesques statues évoquant de hauts Nains encadraient la lourde porte, toute entière bâtie de métaux et de bois précieux. Gravée de motifs typiques, elle vous affirmait que vous pénétriez dans un haut-lieu.
Maître Rogrin et ses amis m'abreuvèrent de conseils judicieux sur les règles de bienséance en cours au Royaume d'Erebor. Ils attachèrent à ma ceinture une petite hache symbolique, et me présentèrent à d'autres Nains qui discutaient devant les grandes portes.
La plupart commencèrent à me regarder avec circonspection. Aussi mis-je de suite en application ce que je venais d'apprendre, et quelques visages se déridèrent.

Tandis que nous échangions sur la culture Naine, je me demandais quand est-ce qu'on allait me présenter ce fameux Maître dont on m'avait parlé...


Mirkwood la Déclinante.

Mémoire de mousse et souvenirs d'écorce
les relents du passé traînent dans la brume.
L'eau du fleuve charrie les morts,
leur dernière tombe se mêle aux racines.
Rappelez-vous, mes gens,
chaque pas que vous faites est une goutte de sang !

Verte-forêt, quel nouveau sort t'attend ?
C'est ton nom qu'en la nuit les elfes ont chanté.
Combien de temps encore,
les arbres garderont-ils,
la trace d'outre-temps,
des gens de ces bois ?

Comme des piliers en ruine,
nos peuples sont déclinants.
Mirkwood la Belle
et Dame la Nimrodel
se sont jointes à l'azur,
qui s'éteint dans la nuit.

C'est si peu, de se souvenir. C'est si facile, d'en rire.
Les légendes que l'on conte encore, quelle âme leur reste-t'il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6111-idril-felagund
 
Où le Maître des Plantes dompte le Papillon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» de l'utilisation des plantes...
» Dictionnaire de plantes communes et magiques
» Livre sur les plantes médicinales
» Pourquoi les Plantes perdent leurs feuilles en hiver ? (B) [Kaya]
» Une nouvelle passionné...des plantes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les royaumes nains (uniquement RP) :: Royaume d'Erebor :: Cité d'Erebor-
Sauter vers: