Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Retrouver ceux qui nous sont chers

Aller en bas 
AuteurMessage
Elrohir
Seigneur d'Imladris

avatar

Nombre de messages : 1250
Age : 31
Date d'inscription : 06/07/2013

Feuille de personnage
Race: Semi-Elfe
Possessions: Couronne argentée et tunique princière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Retrouver ceux qui nous sont chers   Jeu 16 Nov 2017 - 18:42


Retrouver ceux qui nous sont chers


La troupe d’elfe de Tol Eressëa avait été très efficace pour débarquer rapidement sur les quais de Mithlond. On n’avait entendu que les bruits discrets de leurs bottes, et les froissements sourds du tissu de leurs uniformes. Puis ce furent les claquements des sabots de chevaux qui se firent entendre. Seuls les hauts gradés comme Astriel avaient le privilège d’une monture pour faire le voyage en terre du milieu. Les autres marcheraient certainement en formation derrière leur commandant, sans doute moins rapidement mais bien plus discrètement. Tandis qu’ils se tenaient prêts, deux elfes apportèrent une imposante monture à Lalwendë. On aurait dit un de ces chevaux robuste, à la croupe musclée et puissante, qui servaient à charrier de lourdes charges ou à labourer la terre. Sans doute n’avaient-ils rien d’autre à proposer à la Dame d’ Imladris. Peu importe, elle ne comptait pas rejoindre son royaume au galop de toute manière. On l’aida à monter sur son nouveau destrier, elle qui ne pouvait se permettre trop de mouvements avec son enfant contre sa poitrine. Lalwendë gratifia les elfes qui venaient de lui offrir cette monture d’un sourire accompagné d’un signe de tête. La première chose qu’elle ferait après avoir retrouvé son rôle à Imladris, serait d’envoyer des ressources au Lindon qui était un élément clé pour les elfes de la terre du milieu. Un royaume qui ne devait absolument pas tomber aux mains de l’ennemi.

Le cortège se mit en route silencieusement, emboitant le pas aux deux elfes qui menaient la troupe, à savoir Lalwendë et Astriel, la sœur du mage Araekin. Si dame d’Imladris en avait entendu parler, elle ne l’avait jamais rencontré. Néanmoins, la réputation du mage qui avait choisi de vivre parmi les hobbit n’était pas à faire. Elle allait donc mener ses elfes jusqu’à Hobbitebourg, en prenant la direction de l’est. Reprendre la route depuis le Lindon lui rappelait les voyages qu’elle avait jadis partagé avec Elrohir, peu avant leur mariage. Elle se rappelait aussi de l’émotion et la peine qu’elle avait pu ressentir en empruntant se chemin dans le sens inverse, alors qu’elle devait quitter la terre du milieu. Tout ceci était derrière elle maintenant.

Le cortège sortit du Lindon sans encombre. Tout était calme, trop calme, à la limite d’être angoissant. Surtout lorsque l’on sait que les derniers rapports faisaient état d’attaques en Arthédain et notamment proche de la cité de Fornost qui était très largement affaiblie depuis la chute de l’Empire de l’Ouistreness et de son Tar Elessar Telcontar. Lalwendë tourna la tête vers Astriel et lui dit « J’ignore où se trouve votre frère, mais sa demeure se trouve dans la comté. Nous y serons d’ici quatre jours et c’est à Hobbitebourg que nos chemins se séparerons » Elle espérait sincèrement qu’Araekin s’y trouverait. La fille d’Elerion d’Ost-in-Edhil n’avait pas eu la chance d’avoir de frère et sœur, néanmoins elle imaginait l’amour qui les unissait. Elle-même était impatiente de retrouver Elladan et Arwen, ses frères et sœur par alliance qui, elle l’espérait, devaient se trouver à imladris.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5388-presentation-d-elr
Astriel Nirokini
La Danse-Lame

La Danse-Lame
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 26
Date d'inscription : 02/11/2017

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Retrouver ceux qui nous sont chers   Jeu 16 Nov 2017 - 22:46

Lorsque la compagnie quitta le port, nous adressâmes un salut à nos camarades de Tol Eressëa, la majorité de notre groupe bivouaquant ici jusqu'à l'arrivée d'un responsable de la cité. Il nous avait semblé nécessaire de nous préparer pour les batailles à venir. Par conséquent, seule une troupe d'une quinzaine de mes compatriotes avait souhaité accompagner dame Lalwendë. Pour ma part, j'avais vivement protesté à l'idée d'avoir une garde personnelle. Bien que mon rang l'aurait justifié, je n'y voyais aucune nécessité. J'étais intimement convaincue qu'une elfe seule attirerait moins l'attention qu'un grand nombre des nôtres, surtout dans les frontières de la Comté. C'était un argument imparable qui avait achevé de convaincre mes camarades qu'il vaudrait mieux me laisser poursuive seule à partir d'un certain point. Pendant leur absence, nos frères restés sur place auraient eu le temps de s'organiser et de se préparer à grossir les rangs du Lindon, sous la férule de mon second.

Mon but premier était bien entendu de retrouver mon frère, afin de lui confier le fardeau dont il m'avait chargée. Officiellement, c'était là un objectif tout à fait innocent et louable. Officieusement, je désirais si ardemment le revoir après ces millénaires de séparation, que j'aurais certainement pris le parti de me rendre à Hobbitbourg séance tenante même sans cette commode excuse. En cela, j'étais heureuse que la dame d'Imladris nous guide. Aucun de nous n'avait l'avantage d'être déjà venu sur ces terres, aussi sa présence nous garantissait d'arriver à bon port dans les plus brefs délais. Il suffisait de couler un regard vers elle pour lire dans ses yeux un ardent désir d'arriver à destination... Sa vie l'attendait là-bas, auprès de son époux. Bien que nos situations n'aient rien en commun à première vue, j'y trouvais une certaine similarité. Nous avions toutes deux grand hâte de rejoindre un homme dont nous avions été séparées bien à contrecœur. De même, cette séparation forcée avait marqué une sorte de latence dans nos vies qui expliquait notre empressement. Je gardai pour moi mes impressions, préférant éviter d'ajouter à l'impatience palpable qui flottait entre nous.

Curieuse, je pris avantage de notre cheminement plutôt lent et examinai les alentours d'un œil neuf. L'endroit dégageait un beauté étrange qui me fit frissonner, les sens en alerte. Le charme lugubre des arbres et le silence ambiant me donnaient la sensation d'évoluer dans une toile de maître. A la lecture des rapports, je m'attendais plus ou moins à trouver les lieux abandonnés, pourtant la différence entre théorie et réalité me frappait de plein fouet. Je n'étais guère accoutumée à cela puisque je n'avais participé qu'à des attaques éclair par ici... Nous n'étions jamais restés bien longtemps et j'avais laissé le soin de gérer les conséquences des batailles à d'autres. Je n'aimais guère me trouver là, dans ce calme pesant, seulement perturbé par le pas des montures et les murmures de quelques hommes à l'arrière de la procession. Je poussai un léger soupir soulagé quand Lalwendë brisa enfin ce silence :

" J’ignore où se trouve votre frère, mais sa demeure se trouve dans la comté. Nous y serons d’ici quatre jours et c’est à Hobbitebourg que nos chemins se séparerons."

J'acquiesçai avant d'ajouter d'une voix claire et forte, d'avantage pour me distraire de la sensation dérangeante qui me tenaillait que dans le but de tenir une réelle conversation :

"D'après mes dernières informations, il s'y trouve probablement en ce moment même. Il me l'a laissé entendre dans sa dernière missive et je lui fais confiance pour ne pas me faire défaut."

La dernière note de mon explication résonna quelques instants et je ne pus résister à la tentation de poursuivre. Après tout, nous allions cheminer ensemble plusieurs jours et il serait bien naturel de passer ce temps le plus agréablement possible.

"J'ai cru comprendre qu'il a élu domicile parmi les hobbits et adopté leurs mœurs. Certains de mes informateurs ont eu l'occasion de visiter ces contrées... Ils m'ont conté bien des choses au sujet des semi hommes. J'avoue avoir bien du mal à me figurer comment mon frère peut préférer vivre dans un de ces... trous... à la commodité et au confort de nos glorieuses cités."

J'avais hésité en évoquant l'appellation de ces demeures, qui me paraissait indiquer clairement les défauts d'une telle construction. Les croquis que l'on m'avait fourni à ce sujet me laissaient entrevoir des habitations rustiques, toutes en courbes et en largeur. Plusieurs centaines d'années de réflexion n'avaient pu me permettre d'imaginer le plaisir que l'on pouvait avoir à vivre de la sorte. Je n'appréciais guère l'idée de me terrer dans de si petits logis, sombres et qui manquaient cruellement de raffinement. Pire que tout, ces tanières se trouvaient sous terre. Je n'aurais pu apprécier de vivre sans pouvoir observer les astres par la fenêtre de mes appartements. J'affectionnais tant le ciel nocturne que la simple idée de m'en priver volontairement me donnait la nausée. Avec un peu de chance, la dame d'Imladris pourrait me faire part de ses propres impressions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7470-astriel-nirokini-f
Elrohir
Seigneur d'Imladris

avatar

Nombre de messages : 1250
Age : 31
Date d'inscription : 06/07/2013

Feuille de personnage
Race: Semi-Elfe
Possessions: Couronne argentée et tunique princière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Retrouver ceux qui nous sont chers   Lun 20 Nov 2017 - 18:21


Retrouver ceux qui nous sont chers


Visiblement, Astriel semblait assez dubitative quant au mode de vie choisi par son ainé, et basé sur les coutumes des semi hommes. Il est vrai que pour un elfe, aller se terrer sous terre est une chose étrange qui n’est pas sans rappeler le mode de vie de ceux que beaucoup d’entre eux ne portent pas dans leur cœur : celui des nains. Pourtant certains elfes s’y sont très bien accommodés à commencer par le Roi Thranduil qui aime tant se terrer et se retrancher dans ces halls sous terrains. Pour sa part, la dame d’Imladris préférait largement vivre à l’air libre, sans avoir la crainte d’imaginer le plafond s’écrouler sur elle, où la seule issue vers l’extérieur se refermer et la condamner. Balancée par le déhanché du cheval qui marchait au pas, Lalwendë répondit en souriant : « J’imagine que ce n’est pas tant pour leur mode de vie architectural que pour leur mentalité que votre frère s’est établi en comté. Les hobbits sont un peuple simple, gourmand de joie de vivre, espiègle et bon vivants. Leur compagnie est sans doute quelque chose d’agréable. Leur innocence est peut-être aussi ce qu’ils ont de plus précieux. » En effet, la plupart des hobbits ne se souciaient pas des guerres et des jeux géopolitiques en terre du milieu. Ils se contentaient de vivre leurs vies, de cultiver leurs terres et de profiter des nombreux repas qui composent leurs journées. Malheureusement, ils n’étaient toujours épargnés par les évènements qui se produisaient dans les royaumes voisins. Cette pensée vint d’ailleurs effleurer l’esprit de l’épouse d’Elrohir qui se remémorait de bien tristes nouvelles dont elle avait eu vent il y a quelques années. La bataille du gué de brandevin, menée par l’impératrice Thais Laelias fille d’Elessar avait été un véritable choc pour tous les peuples libres et surtout pour les hobbits qui se firent tuer sans raisons ce jour-là. Le visage de Lalwendë était plus marqué, après le souvenir de cet épisode, néanmoins elle reprit : « Les hobbits n’ont qu’une faible armée et peu d’alliés, ils ont jadis subi la folie des hommes… ou plutôt d’une femme. Ainsi je pense que la présence d’un mage parmi eux est une chose rassurante »
Le voyage se poursuivit sans encombre sur les terres de la comté. Les plaines devinrent peu à peu des champs où l’on cultivait toutes sortes de légumes, de céréales, de fruits. C’était le signe qu’ils approchaient du but, et que leurs routes ne tarderaient pas à se séparer. Ils avaient fait connaissance durant ces quelques jours et pour la dame d’Imladris qui n’était jamais avare de rencontres, ce fut une expérience enrichissante. Le cortège s’arrêta à la suite de Lalwendë qui s’adressait à Astriel. « Je crois qu’ici se séparent nos chemins. Hobbitebourg est de ce côté. Quant à nous, nous suivrons la grande route vers l’Est qui nous mènera à Imladris. J’espère que vous trouverez votre frère. Auquel cas, je vous déconseille de vous aventurer plus au nord pour le chercher, car la situation y est assez dangereuse. Quoi qu’il en soit, vous serez les bienvenus si l’envie de découvrir la demeure d’Elrond vient un jour vous animer. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5388-presentation-d-elr
Astriel Nirokini
La Danse-Lame

La Danse-Lame
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 26
Date d'inscription : 02/11/2017

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Retrouver ceux qui nous sont chers   Lun 20 Nov 2017 - 23:43

Mes inquiétudes quant au mode de vie de mon aîné semblaient amuser Lalwendë et elle prit la peine de me répondre avec bienveillance. J'appréciai ses propos rassurants, car elle semblait avoir du respect pour les hobbits. Nous ne nous connaissions pas intimement, pourtant j'étais convaincue qu'elle était digne de confiance, tout comme son jugement.

« J’imagine que ce n’est pas tant pour leur mode de vie architectural que pour leur mentalité que votre frère s’est établi en comté. Les hobbits sont un peuple simple, gourmand de joie de vivre, espiègle et bon vivants. Leur compagnie est sans doute quelque chose d’agréable. Leur innocence est peut-être aussi ce qu’ils ont de plus précieux. »

Leur innocence, disait-elle ? Décrit ainsi, ce peuple semblait indubitablement amical et agréable à vivre. Peut être Araekin avait-il lui aussi décelé cela en eux, en effet. Il avait toujours été plus taquin que la plupart de nos camarades de jeux, et je me souvenais de son amour des bonnes choses. Il devait s'être senti en adéquation avec les hobbits, ce qui expliquait qu'il ait élu domicile parmi eux. J'étais curieuse, en réalité. Nous ne nous étions pas vus depuis si longtemps ! Peut être avait-il changé de façon si drastique que mon cœur ne retrouverait pas en lui le frère que j'avais chéri depuis ma naissance ? J'espérais qu'il n'en soit rien, et le fait que mon interlocutrice aborde ce sujet de la sorte me laissait bon espoir : Son approche laissait à entendre que mon frère lui même répondît à cette description de bon vivant. Cela me retira un poids sur le cœur et c'est avec un sourire serein que j'écoutai la suite de son explication.

« Les hobbits n’ont qu’une faible armée et peu d’alliés, ils ont jadis subi la folie des hommes… ou plutôt d’une femme. Ainsi je pense que la présence d’un mage parmi eux est une chose rassurante.
-Vous avez très certainement raison, ma Dame. J'imagine sans peine qu'à leur place, j'apprécierais également cette impression de sécurité qu'il doit apporter. Au moins se sentent-ils probablement à l'abri de tout danger immédiat, ainsi placés sous sa protection. Je vous remercie pour votre opinion, elle m'est d'une grande aide et me permet d'envisager la suite de mon périple avec d'avantage de sérénité."


La suite du voyage se passa en conversations plus légères et agréables, tant et si bien que je ne voyais plus défiler le paysage. Lalwendë se révéla de bien agréable compagnie et j'en oubliai presque la menace qui grondait dans les environs. Lors de nos quelques moments de repos, je prenais le plus grand soin de la pousse dissimulée dans ma sacoche, rêvant aux possibilités nouvelles qui s'ouvriraient bientôt à moi. J'admirais le paysage riche en cultures soignées et bien ordonnées. J'apercevais par endroits les silhouettes des locaux, que j'examinais avec grand soin. La plupart affichaient une bonhommie joviale, leurs traits enfantins laissant transparaître leur amabilité. J'entrevis quelques portes en bois sculpté, rondes et d'une hauteur ridicule, incrustées dans les flancs des collines. Je m'amusai à l'idée que les fameux trous seraient probablement moins poussiéreux et humides que je ne l'avais craint. Pourtant, l'idée d'avoir une telle quantité de terre et de minéraux au dessus de ma tête en permanence persistait à m'effrayer.

« Je crois qu’ici se séparent nos chemins. Hobbitebourg est de ce côté. Quant à nous, nous suivrons la grande route vers l’Est qui nous mènera à Imladris. J’espère que vous trouverez votre frère. Auquel cas, je vous déconseille de vous aventurer plus au nord pour le chercher, car la situation y est assez dangereuse. Quoi qu’il en soit, vous serez les bienvenus si l’envie de découvrir la demeure d’Elrond vient un jour vous animer. 
-Soyez sans crainte, je n'ai l'intention d'aller nulle part sans mon frère, du moins pour le moment. Je vous remercie pour ces quelques jours, votre compagnie fut un réel délice et j'ai bon espoir de venir vous rendre visite parmi les vôtres avant longtemps. Je ne serai pleinement satisfaite avant d'avoir admiré de mes yeux la beauté de votre cité, dont j'ai tant entendu vanter les charmes. Faites bon voyage et n'hésitez pas à me prévenir de votre arrivée à tous deux par une missive, si le cœur vous en dit."


J'adressai un sourire attendri à son enfant, petit être que je qualifierais bien volontiers d'angélique. Lorsque je quittai la dame d'Imladris, seule une partie de ma troupe prit le chemin du retour, le reste accompagnant la garde de Lalwendë. Je pressai le pas, juchée sur ma jument elfique et pressée d'arriver à bon port.

Si le sort m'était favorable, je passerais cette soirée là en compagnie d'Araekin, et cette perspective me remplissait de joie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7470-astriel-nirokini-f
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouver ceux qui nous sont chers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouver ceux qui nous sont chers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On aime ceux qui nous font du mal. | Gabriel
» Défi chasseur: nous chassons ceux qui nous chassent
» le monde appelle fous ceux qui ne sont pas fous de la folie commune (orion)
» MAHAUT ? " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. "
» Point de secret entre nous, très chers! [Topic Unique]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Divers (uniquement RP) :: Les voyages-
Sauter vers: