Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | .
 

 [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Mar 9 Jan 2018 - 22:40
Champs aux iris, 5 ans auparavant

Pour quelqu'un né en Arthedain, les champs aux Iris étaient plutôt du genre...marécageux. Depuis le temps qu'il était sur les routes, jamais Meneldil n'avait croisé un tel endroit. Il s'était rendu pour les devoirs de sa charge plus au nord, à la limite des territoires elfes, où des escouades d'orcs avaient été signalées, et il redescendait porter les résultats de ses investigations à Minas Tirith au capitaine-général de son ordre.

En tout cas, l'endroit n'était pas énormément peuplé, et il savait que c'étaient surtout des hobbits qui y habitaient, même s'il n'en avait encore croisé aucun. Il avait juste vu quelques villages, mais de loin. Ses semblables faisaient en sorte de peu s'approcher des endroits "sociaux", sauf quand ils avaient besoin de quelque chose de précis ou de recueillir des informations, et il dérogeait peu à cette règle. De toute façon, son apparence plutôt simple voire dépenaillée n'incitait guère au contact. On pouvait voir des mouchetures de boue sur ses bottes de cuir pourtant de bonne facture et, si on avait de bons yeux, de nombreuses reprises (faites par lui-même) sur sa cape, sa chemise, sa tunique et ses braies. Ses cheveux étaient broussailleux, comme à son habitude, et démentaient ses origines nobles. Mais tout ceci n'était qu'apparence, et il ne s'en était jamais formalisé, ça faisait partie de son travail.

Mais ce qui motivait à l'instant présent Meneldil, c'était de trouver un endroit sec pour s'installer, faire un feu, manger un morceau et passer la nuit. Et il fallait bien reconnaître que c'était aussi rare qu'un jour de plein soleil sur sa région d'origine. Il voyait le jour déjà baisser malgré le milieu de l'après-midi et accéléra le pas sans cesser d'être attentif à toute présence autour de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Ven 12 Jan 2018 - 11:35
Depuis toute petite, j'avais toujours adoré me promener dans les Champs. De tous temps, la vue des iris dansant dans le vent, surplombant les eaux troubles des marais. Une grenouille coassait non loin, reprise en chœur par quelques congénères plus éloignées. Je devais être à une dizaine de minutes d'Irisbourg, guère plus, pourtant les lieux semblaient sauvages. Partout, la nature s'était imposée en maîtresse absolue... Du moins, en apparence. Je savais que les iris ici avaient été soigneusement disposés par l'un des maîtres agriculteurs les plus exigeants de la région, espacés exactement comme il le fallait afin de recevoir une quantité idéale de soleil et d'eau, ainsi que de faciliter la tâche aux Dumbledores qui souhaiteraient butiner.

Je sortais à peine d'une réunion du conseil auquel j'avais assisté en tant que future Thain, épaulant ma mère sans guère participer à la conversation... Pour l'instant. J'avais officiellement débuté cet apprentissage là depuis seulement deux ans et je commençais à peine à comprendre les vicissitudes de la politique. Cela m'intéressait, je n'aurais pu le nier. Pourtant, les joies simples de mon métier habituel me manquaient lorsque je devais assister pendant des heures à des réunions stériles. Le sujet du jour concernait justement les iris se dressant sous mes yeux. Devait-on ou ne devait-on pas les déplacer afin de faire place à une baraque de pêcheurs ? Sur le papier, l'idée semblait excellente et les arguments se tenaient. Pourtant, maintenant que j'étais sur place, je ne parvenais pas à accepter le gâchis que cela serait. Bien qu'idéalement situé d'un point de vue géographique, l'endroit me paraissait inapproprié.

La réunion avait été suspendue et nous devions rendre notre verdict le lendemain, le conseil, ma mère et moi. Pour la première fois, mon avis compterait autant que le sien... Aussi avais-je une pression toute nouvelle sur les épaules. Il ne s'agissait pas là de prendre une décision à la légère mais de bien réfléchir à ce qui serait le mieux pour notre communauté. Je poussai un petit soupir et gravis du pas léger des hobbits le petit monticule derrière moi afin de mieux surplomber la situation. Grattant ma barbe soigneusement taillée avec perplexité, j'examinais l'endroit. Mes yeux balayaient l'horizon à la recherche d'une solution. Qui sait, peut être un autre emplacement permettrait-il d'épargner les cultures du père Fierpied ?

Tout en réfléchissant, je notais des détails qui pourraient m'être utile... Et mon regard s'arrêta soudain sur une forme sombre qui évoluait sur l'autre rive. Ca n'était pas un animal, ça. Et à voir sa façon de se déplacer, je doutais fortement qu'il s'agisse d'un de mes cousins nains. Un homme, très certainement. Bien qu'il n'eût pas le pied des hobbits, il se déplaçait avec aisance et sans bruit... Un elfe peut être ? Je voyais difficilement les détails de sa physionomie depuis ma position, si ce n'est qu'il avait l'air dépenaillé. Peut être un voyageur perdu, cela arrivait très régulièrement par ici : les marécages sont le lieu idéal pour ne jamais retrouver son chemin si l'on avait le malheur de s'écarter du sentier. Ma courtoisie hobbite ne se fit pas attendre et je m'exclamai :

"Holà l'ami ! Si vous cherchez à vous loger pour la nuit, la ville la plus proche est de ce côté."

Je désignai la direction d'Irisbourg, faisant quelques pas de côté histoire d'être bien sûre que l'individu ne me confonde pas avec l'un des iris flamboyants en contrebas. Il fallait bien avouer que le vieux Fierpied cultivait des iris aux couleurs éclatantes, parmi lesquels la chevelure rougeoyante d'une demie naine passait facilement inaperçue, surtout de si loin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Lun 22 Jan 2018 - 0:14
Dans un premier temps, Meneldil ne vit pas la personne qui lui parlait. Puis, se souvenant qu'il était dans un territoire hobbit, il baissa le regard et aperçut enfin son interlocuteur aux cheveux roux. Hobbit ? Non, Nain...peut-être, vu la barbe, mais pas tout à fait. Mais ce qu'il identifia sans erreur possible, c'était le genre, c'était bien une interlocutrice qu'il avait en face de lui. La barbe ne l'étonna pas, il savait que les femmes nains en avaient. Mais, vu les vêtements qu'elle portait, ce n'était pas à une femme nain qu'il avait affaire, mais plutôt à une dame hobbit, d'un certain niveau social d'ailleurs vu le soin qui y était apporté. Etrange, car les hobbits (et surtout leurs femmes) étaient glabres, elle devait avoir une ascendance naine, même si les nains ou les hobbits se mariaient peu en dehors de leur propre race. Cependant, Meneldil avait assez parcouru le monde pour savoir que tout était possible, l'amour frappait à toutes les portes.

Mais quoi qu'il en fût, c'était une dame, et Meneldil, s'il était de petite noblesse à la base, avait été proprement éduqué quand il était enfant et adolescent dans le respect de la gente féminine. Il trouvait de plus qu'il était de loin celui qui avait le mieux assimilé les leçons de leur mère à ce sujet, ses frères étant à présent des hommes d'armes à Minas Tirith dont la galanterie laissait grandement à désirer. Quant à lui, il pensait que son rôle de rôdeur, même s'il nécessitait bien souvent des rôles de composition face aux personnes qu'il rencontrait, ne nécessitait pas toujours d'être malpoli, surtout quand on ne l'avait pas été envers lui en premier lieu. Elle l'avait interpellé de façon polie, bien qu'assez familière, il résolut donc de répondre plus ou moins sur le même ton, avec le respect dû à son genre. Il avait peut-être un air dépenaillé, mais tout de même...

"Mes respects, damoiselle, et merci de votre sollicitude, mais je cherche seulement un endroit sec pour y établir mon bivouac afin de me reposer quelques heures. Si vous en connaissiez un je vous serais très reconnaissant. Mais je me permets de vous mettre en garde, le jour baisse déjà et vous savez probablement que les orcs sortent à cette heure..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Mer 24 Jan 2018 - 18:14
Lorsque l'inconnu me répondit, je constatai qu'il était certainement plus jeune que je ne l'avais supposé de prime abord. Sa politesse laissait supposer une bonne éducation.

"Mes respects, damoiselle, et merci de votre sollicitude, mais je cherche seulement un endroit sec pour y établir mon bivouac afin de me reposer quelques heures. Si vous en connaissiez un je vous serais très reconnaissant. Mais je me permets de vous mettre en garde, le jour baisse déjà et vous savez probablement que les orcs sortent à cette heure..."

Je le savais, mais n'en avais cure. D'une part, il était fort rare que cette engeance-là approche tant de la ville. On en voyait très rarement, même aux confins de nos terres : ils n'aimaient pas l'eau, élément dominant dans nos marais... D'autre part, depuis que le clan de mon père s'était intégré à la population locale, nos frontières étaient bien mieux gardées. L'apport des nains à la communauté hobbite avait eu un impact important, surtout au sujet de la sécurité et de l'entraînement martial. Mon père lui même n'était pas étranger à cet état de fait, ses talents de forgeront ayant permis d'améliorer grandement l'armement local, sans parler des armures.

"A votre de place, je ne m'inquièterais pas trop des orques. Une incursion a été repoussée à la frontière avant hier et je doute qu'ils ne reviennent par ici de sitôt. Ils se sont pris une raclée telle qu'ils ne sont pas près de revenir."

J'avais prononcé ces paroles avec une fierté manifeste, car ma famille avait participé à l'attaque punitive susnommée. Pas moi en personne, certes, mais cela revenait au même. Nous autres Barbe de Feu na manquions pas de fierté familiale, comme la plupart des nains.

"Quant à votre bivouac, si vous tenez à dormir dehors, il y a une butte à moins d'une lieue dans cette direction, c'est un peu surélevé alors vous n'aurez pas trop d'embêtements avec l'humidité. Mais, vous savez, on vous accueillerait avec plaisir au village, et vous pourriez manger chaud."

Cela m'ennuyait que quelu'un se sente obligé de dormir à la belle étoile alors que nous avions de la place au village. En sus, un bon hobbit avait toujours profusion de nourriture dans son garde manger en cas de visite imprévue. En tant que Thain, ma mère mettait un point d'honneur à sustenter quiconque se présenterait à Irisbourg le ventre vide. Et avec une moyenne de huit personnes au foyer, autant dire que notre garde manger en faisait rêver plus d'un. Le soleil commençait à nous inonder de la lumière rougeoyante du crépuscule, signe que la journée touchait à sa fin. Une concert de croassements retentit au loin, repris en canon par des grenouilles plus proches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Dim 4 Fév 2018 - 0:48
Meneldil avait, dans sa carrière déjà longue, vu et tué plus d'orcs que beaucoup de gens, aussi savait-il que, malgré leur détestation de l'eau, ils reviendraient. L'ombre à l’œuvre à l'Est ne renonçait jamais, et c'était contre cela que lui-même et ses semblables se battaient depuis de nombreuses années. Et le moins qu'on pouvait dire de ces gens-là, c'était qu'ils avaient de la suite dans les idées et qu'il n'hésitaient jamais à revenir brûler, tuer et piller, ce qu'on pouvait malheureusement dire qu'ils faisaient le mieux. Ce n'était pas la première fois qu'on lui mentionnait la présence d'orcs dans ces marais, et il nota soigneusement dans un coin de sa tête d'en parler au capitaine-général, en plus du reste. C'était une information importante.

Cependant, les gens d'ici paraissaient pouvoir plutôt bien se débrouiller niveau défense et combat, même s'il savait aussi que certains de ses semblables surveillaient de loin la zone. Ils seraient sans aucun doute intervenus si le combat dont il venait d'être informé par son interlocutrice avait tourné au vinaigre. Mais leur rôle consistait surtout à rester en retrait, les gens devaient ignorer le plus possible leur présence et leur existence, c'était là le prix de leur paix. Mais il avait néanmoins entendu dire par plusieurs de ses camarades rôdeurs que les hobbits étaient plutôt une race solide, bien que non belliqueuse et plutôt portée sur la nourriture que sur le combat. Mais du moins, ils savaient se défendre et c'était déjà bien par les temps sombres qui couraient.

Meneldil était déjà étonné que quelqu'un lui adresse la parole, mais il le fut encore plus quand son interlocutrice l'invita sans crainte aucune au village (ou à la ville ?) le plus proche. Il savait les hobbits plutôt hospitaliers, mais surtout avec des gens de leur propre race et assez peu avec les "grandes gens" de son genre qu'ils craignaient quelque peu. Il y vit une occasion de pouvoir recueillir davantage d'informations (en dehors du fait de pouvoir dormir au chaud, ce qui ne lui arrivait que très peu de fois par année), mais se rappela immédiatement des maisons de type hobbit. C'étaient des trous plutôt bas de plafond, ce qui était logique vu leurs habitants. Cela allait être difficile pour lui d'y entrer, même s'il se trouvait dans la fourchette basse niveau taille pour les gens de sa race.

-"C'est très gentil de le proposer, damoiselle, mais je crains d'être légèrement trop grand pour pouvoir entrer en vos logis, et je ne voudrais aucunement déranger..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Sam 10 Fév 2018 - 16:30
Une gêne évidente apparut sur le visage de mon interlocuteur et je me demandais pourquoi il semblait si mal à l'aise. Peut être avait-il eu à faire à nous cousins de la Comté ? Ces derniers étaient paraît il assez fermés quant aux étrangers. Du moins, au premier abord. Le Magicien Araekin nous avait raconté nombre de belles choses à leur sujet et il m'avait semblé entendre dire qu'il disposait d'une demeure là bas. Mais après tout, peut être cet étranger avait-il eu une expérience malheureuse.

-"C'est très gentil de le proposer, damoiselle, mais je crains d'être légèrement trop grand pour pouvoir entrer en vos logis, et je ne voudrais aucunement déranger...
-Oh, si ce n'est que cela, ne vous en faites pas. Nos trous sont plus grands que la moyenne, pour la plupart. Depuis que les nains sont venus s'installer ici, nous avons considérablement élevé les plafonds. Pour notre part nous avons accueilli un elfe à plusieurs reprises et je puis vous assurer qu'il ne s'est jamais plaint de bosses ou de contusions."


Et encore heureux ! Ma mère ne s'en serait jamais remise. Elle disait biens souvent que le devoir d'un Thain est de pourvoir aux besoins des visiteurs afin de leur laisser bonne impression sur notre communauté. C'était une des raisons pour lesquelles nous disposions d'un garde manger aussi conséquent. La plupart des familles disposaient de réserves pour une ou deux semaines. Pour notre part, nous aurions pu vivre au moins deux mois sur nos réserves. Très méthodique, ma mère avait organisé la pièce afin que les denrées périssables soient séparées du reste et nous avions nombre de sacs de farine, de céréales, tonneaux de boissons diverses, poissons séchés ou jambons pendus. Nous disposions également de choses plus rares, confiseries, miel et autres douceurs soigneusement conservées.

"Vu l'heure, vous pouvez vous assurer que la Thain sera plus que ravie de vous recevoir pour dîner. Elle m'en voudrait pour des semaines si je vous permettais de filer sans même vous remplir la panse."


Son sens de l'hospitalité était d'ailleurs parfois un peu excessif. Mais elle avait bon coeur et j'étais convaincue que laisser un voyageur seul dans le froid de nuit et sans nourriture la tourmenterait pour longtemps. Elle ne pourrait s'empêcher d'imaginer ce pauvre homme voyageant dans le noir et l'humidité, frissonnant et le ventre gargouillant sous le regard mauvais des créatures des marais. J'ajoutai alors pour le convaincre :

"Si cela peut vous rassurer, elle vous laissera repartir aussitôt que vous le voudrez, si tant est qu'elle se soit assurée que vous ayez bien mangé et que vous vous soyez réchauffé auprès du feu. C'est une question de principes et nous avons pour habitude d'offrir le gîte et le couvert à tous les étrangers que nous croisons après l'heure du goûter."


Je lui indiquai d'un geste la direction du village, espérant qu'il voudrait bien me suivre. Je n'avais aucune envie de subir un sermon de ma mère en rentrant. Avec ses vieilles années, elle commençait à radoter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Sam 24 Fév 2018 - 1:07
Visiblement, son interlocutrice avait l'air quelque peu surprise de son refus, même si finalement le problème de taille ne se poserait pas. Clairement, ces Hobbits, Nains ou quoi qu'ils fussent semblaient plus hospitaliers et prêts à accueillir les voyageurs de passage, même les va-nu-pieds (ou soit-disant tels, vu l'image qu'ils se composaient vis à vis des autres) de son espèce que leurs collègues de la Comté.

Meneldil, même s'il n'avait souvent fait que passer dans la région, savait ce qu'était un Thain. Là, visiblement, il s'agissait d'une dame et qui semblait ne pas transiger avec l'hospitalité. Peut-être, en passant quelques heures sous son toit, en apprendrait-il plus aussi bien sur la bataille qui venait d'avoir lieu, sans parler de la situation dans la région. Bien que certains de ses collègues fussent observateurs de la zone, rien ne valait les informations de première main, surtout obtenues autour d'un bon repas et au coin d'un feu. Le capitaine-général serait probablement content d'obtenir des renseignements de ce type pour adapter la présence des rôdeurs dans la zone.

Il avait en effet peu l'occasion de profiter de ce genre de confort. Depuis qu'il avait quitté la maison de ses parents, voici une quinzaine d'années, il aurait pu compter sur les doigts d'une main les nuits qu'il avait passé dans un vrai lit. Bien sûr, cela lui était arrivé de dormir dans des auberges, mais ce n'était pas vraiment des endroits très recommandables, voire des coupe-gorges avérés où l'on dormait d'un oeil, la main sur la garde de son épée. Finalement, parfois, c'était presque plus sûr dehors, même avec des cohortes d'orcs de sortie.
Là, au moins pour quelques heures, il pourrait profiter d'un peu de paix et, bien qu'il ait choisi son métier en connaissance de cause, c'était quelque chose qu'il appréciait quand il en avait l'occasion.

-"Très bien, j'accepte donc votre aimable invitation. Je dispose moi aussi de quelques provisions que je puis partager avec vous, ainsi je ne serai pas à votre charge..."

Il disposait en effet de bonnes réserves en viande séchée à la mode d'Arnor, plus quelques autres choses achetées sur son chemin, et la politesse acquise quand il était encore un jeune noble arnorien lui dictait de partager sa nourriture avec ses hôtes.

Voyant que son interlocutrice reprenait son chemin, il la suivit tout en frottant le plus dicrètement possible du revers de la main les traces de boue sur son manteau et son pourpoint. Cela ne se faisait pas d'arriver chez les gens avec des traces aussi visibles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Mer 7 Mar 2018 - 21:02
L'homme sembla hésiter à accepter ma proposition et je devinai sans peine qu'il n'avait pas l'habitude de ce genre d'invitations. Il fallait bien admettre que nous avions des mœurs très particulières et nous étions ouverts au monde avec l'arrivée des nains. Peut être n'étions nous pas si ouverts et accueillants avec d'autres races auparavant, mais de nos jours les choses avaient bien changé. J'étais pour ma part heureuse de faire profiter des voyageurs du confort de nos vies. J'étais fière de notre hospitalité, même si je n'étais pas aussi excessive que ma mère à ce sujet.

-"Très bien, j'accepte donc votre aimable invitation. Je dispose moi aussi de quelques provisions que je puis partager avec vous, ainsi je ne serai pas à votre charge..."

Je haussai les épaules en réponse. Nous avions quantité de nourriture à disposition, mais sa proposition me semblait tout à fait légitime. Ma mère trouverait certainement cela de bon ton et très bien élevé. Je le guidai donc vers notre ville d'un pas tranquille. Bien que nous vivions dans la plus grande agglomération des Champs, l'étendue considérable sur laquelle elle était construite donnait l'impression de hameaux épars. Le centre ville était la seule exception à cela : s'y entassaient les échoppes, ateliers et bâtiments publics. Nous traversâmes les rues et je saluai les quelques hobbits encore de sortie. La plupart des nains s'étaient rassemblés à l'auberge face à l'hôtel de ville pour fêter leur victoire. L'alcool coulerait à flots et l'odeur des mets flottait dans les rues.

"Si les histoires d'orcs vous intéressent, vous pourrez aller voir les membres de l'expédition après le repas, proposais-je à l'étranger. Mon père serait pus que ravi de vanter les exploits de ses guerriers."


Il aimait à dire que ceux qui servaient avec lui avaient tiré le meilleur des deux espèces, mais je savais qu'au fond il considérait surtout qu'il avait réussi à endurcir un peu les hobbits de la région. Une chance pour lui qu'il ait établi ses quartiers ici et non dans la Comté, ou nos cousins plus pacifiques rechignaient à effleurer la moindre aventure du doigt…

Quelques instants plus tard nous arrivâmes à notre trou, l'un des plus grands et impressionnants des environs. Nous étions riches et notre statut social imposait certaines choses aussi mes parents n'avaient-ils pas lésiné sur les moyens en terme de décoration. Il nous arrivait de recevoir des rois et autres personnalités, aussi nous devions-nous de ne pas nous ridiculiser. Je lui proposai d'entrer et essuyai soigneusement mes bottes sur le tapis de crin disposé devant la porte. Une délicate odeur de viande atteignit mes narines et je soupirai d'aise. J'attendis que l'homme me suive à la salle à manger pour nous annoncer :

"Mère, nous avons un invité que j'ai rencontré dans les collines. Il ne souhaitait pas rester mais j'ai insisté pour lui offrir un repas chaud."


Ma mère sortit de la cuisine attenante, un énorme plat entre les mains. Elle était vêtue simplement mais on ne pouvait ignorer que sa tenue était de première qualité. Elle ne portait aucun bijou pourtant elle restait une belle femme, si l'on excluait qu'elle avait une centaine d'années. Âge plus qu'honorable et auquel d'autres auraient depuis longtemps cessé de transporter des plats garnis d'un kilo de pommes de terre autour d'un demi chevreau…

"Tu as bien fait. On ne peut laisser ce pauvre homme voyager de nuit dans le froid alors qu'on dispose de tant de place ici. Et comme tes frères et ton père sont partis participer à la beuverie pour leur victoire, j'ai un peu surestimé la quantité de nourriture du dîner."

Elle adressa un sourire aimable et avenant à notre visiteur et m'indiqua la cuisine. Je devinai son intention et allai chercher de la vaisselle supplémentaire tandis qu'elle continuait :

"Nous vous souhaitons la bienvenue aux Champs, voyageur. Je suis la Thain des lieux, dame Aléna. Vous avez déjà rencontré ma fille, Aléa… Installez-vous confortablement et n'hésitez pas à demander si vous avez besoin de quoi que ce soit."

Elle lui adressa un sourire aimable en indiquant d'un geste où il pouvait s'asseoir. Je revins à cet instant et préparai son couvert avant de retourner en cuisine quérir ce qu'il manquait à table. Je savais que ma mère était curieuse de l'identité du nouveau venu et de ce qu'il venait faire par ici. Elle aimait à toujours être informée pour tout et considérait qu'il s'agissait là d'une qualité essentielle pour une Thain.


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Jeu 22 Mar 2018 - 0:14
Tout en marchant, Meneldil observait autour de lui. Finalement, la guerre qui faisait rage un peu partout semblait avoir plus ou moins épargné ce bout de campagne où les gens parvenaient encore à vivre normalement malgré les incursions des orcs. Si les abords de la ville comptaient des maisons éparses, le centre ville comportait lui tout ce qu'on pouvait espérer trouver en pareil cas: des échoppes bien achalandées, des bâtiments publics, une auberge...et surtout le bruit des Nains qui fêtaient bruyamment leur victoire avec force libations et nourriture. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils savaient faire la fête, et un peu de détente n'avait jamais fait de mal, bien au contraire, même s'il appliquait peu cette maxime pour lui-même.

Le trou où sa jeune hôte le fit entrer était clairement plus luxueux que les autres alentours. Il essuya soigneusement ses bottes un peu crottées (et usées, il fallait bien le dire) sur le tapis de crin pour ne pas salir l'intérieur de son hôte. En effet, vu le statut du Thain, il était tout à fait normal que celui-ci (ou celle-ci dans ce cas précis) vive dans un endroit meilleur que ses concitoyens. Il s'en exhalait une chaleur (au sens propre comme au figuré) qu'il avait très peu ressenti dans son existence, même au petit château de ses parents. La jeune fille le conduisit à ce qui semblait être la salle à manger alors qu'une autre femme sortait de la cuisine avec un plat qui aurait pu régaler une trentaine de convives affamés entre les mains. Aurait-elle toute la ville à dîner pour célébrer la victoire ? Il était vrai que les hobbits aimaient manger, mais à ce point-là, tout de même... En tout cas, elle avait l'air d'une maîtresse femme qui ne s'en laissait pas conter.

"Nous vous souhaitons la bienvenue aux Champs, voyageur. Je suis la Thain des lieux, dame Aléna. Vous avez déjà rencontré ma fille, Aléa… Installez-vous confortablement et n'hésitez pas à demander si vous avez besoin de quoi que ce soit."

Donc la demoiselle hobbito-naine s'appelait Aléa, c'était déjà ça de pris. Soucieux de se montrer urbain malgré la modestie de sa mise, il s'inclina légèrement.

-"Merci de m'accueillir sous votre toit, je me nomme Luinil et je descendais vers le sud quand j'ai croisé votre fille qui a tenu à me proposer votre hospitalité..."


Il ne donnait que très rarement son vrai prénom, c'était l'éthique des Rôdeurs et il pensait pour lui-même que ses parents, en lui donnant un prénom royal, avaient probablement poussé les choses un peu loin. Luinil, c'était bien pour tout le monde et ça reflétait assez bien sa personnalité.

Il se tourna vers Aléa qui revenait avec des assiettes et des couverts.

-"Enchanté, damoiselle. Et je serai ravi de rencontrer vos guerriers un peu plus tard, quand ils auront fini de fêter leur victoire..."


Il posa sa besace, fouilla dedans et en sortit une pochette de cuir qui contenait sa viande séchée, qu'il posa sur la table.

-"Je tiens à partager avec vous cette viande séchée, c'est ainsi qu'on la fait en Arnor et vous verrez, cela s'accorde avec beaucoup de plats..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Ven 23 Mar 2018 - 18:20
-"Merci de m'accueillir sous votre toit, je me nomme Luinil et je descendais vers le sud quand j'ai croisé votre fille qui a tenu à me proposer votre hospitalité..."

Ma mère sourit aimablement à cette présentation, toute occupée qu'elle était à s'affairer autour du dîner. Elle approuvait très clairement que j'aie incité notre invité à venir se restaurer chez nous et son petit regard satisfait à cette mention suffit à m'en convaincre. Son honneur était sauf et la réputation de notre communauté de même. L'homme s'adressa à moi d'une façon fort courtoise et je songeai à nouveau qu'il devait avoir reçu une excellente éducation.

"Enchanté, damoiselle. Et je serai ravi de rencontrer vos guerriers un peu plus tard, quand ils auront fini de fêter leur victoire...

-Ils seront plus qu'heureux de vous conter leurs aventures, j'en suis convaincue."
répondis-je

Il posa son sac avant de fouiller à l'intérieur. Il ne tarda pas à en sortir une pochette qu'il déposa sur la table. Elle contenait des viandes séchées, d'une texture et d'une couleur assez différente de celles que nous avions ici. Nous faisions surtout de la chèvre et des volailles, mais cela devait être autre chose. Du bœuf peut être ?

"Je tiens à partager avec vous cette viande séchée, c'est ainsi qu'on la fait en Arnor et vous verrez, cela s'accorde avec beaucoup de plats...
-Merci à vous, c'est aimable de votre part. N'hésitez pas à vous servir de ce qui vous fait envie. Une cuisinière est toujours ravie de voir que l'on apprécie ses plats."


Ma mère lui adressa un sourire aimable et s'installa à table. J'en fis de même, me servant aussitôt une belle assiette de charcuteries. Et un peu de verdure également, pour la forme. Je n'en mangeais pas beaucoup, mais certaines personnes à cette table insistaient fortement à ce que j'adopte un régime plus sain. Une sombre question de santé, paraissait il. Pour ma part, je préférais supposer que je tiendrais plus du nain que du hobbit et que ma santé ne se trouverait pas modifiée de quelques pauvres tranches de jambon superflu. J'entamai la conversation sur le même thème que celui qui intéressait tant ma mère :

"Ainsi, vous venez de l'Arnor ? Avez-vous traversé les montagnes ?"

Nous autres demis étions toujours passionnés par les montagnes, ces lieux merveilleux dont nous n'entendions que trop parler par nos parents nains. L'Arnor se trouvant non loin de chez nous, à travers les monts, j'avais naturellement supposé qu'il était venu par là. C'était le plus logique et j'enviais en peu son voyage. Pour ma part, je rêvais également d'autres horizons. Mais un jour je deviendrais Thain, et je ne pouvais me permettre d'aller courir la campagne en laissant mon peuple. Lorsqu'il m'eut répondu, j'enchaînai :

"Ce doit être merveilleux de vivre une vie libre de toute contrainte. Voyager, voir le monde... Voilà qui doit être terriblement épanouissant."


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Dim 8 Avr 2018 - 23:52
Meneldil crut bon de préciser avant de se servir:

-"C'est de la viande séchée de porc que j'ai là, mais nous utilisons aussi du boeuf. C'est la technique, à la fois fumage et séchage de longue durée, qui lui donne cette texture sèche et souple..."


Et puisqu'on l'invitait à se servir, il le fit. Il se servit aussi bien de viande, d'accompagnement et de verdure. Il n'avait pas toujours la possibilité d'aussi bien équilibrer ses repas, aussi en profita-t-il. La demoiselle Aléa semblait avoir bon appétit, rien d'étonnant vu ses deux ascendances, la nourriture étant quelque chose de sacré à la fois pour les Hobbits et les Nains. Il avait été un temps où les rois et les nobles de son peuple se rassemblaient pour de vastes banquets, mais cette époque était révolue depuis bien longtemps. La chère était plutôt simple, voire maigre, chez ses parents qui possédaient un petit fief en Arthedain, même s'il n'avait jamais vraiment manqué de quelque chose.

Il testa la nourriture. C'était parfaitement goûteux. La viande cuite à point fondait dans la bouche, ainsi que les pommes de terre et les légumes. La sauce était parfaitement liée mais point trop grasse. Madame la Thain était en effet un maître queux de première importance, à n'en pas douter.

Il tourna le buste vers son hôtesse et inclina la tête.

-"Votre cuisine est une merveille..."
, dit-il seulement avec respect

Et il le pensait réellement. Voilà beaucoup de temps qu'il n'avait pas croisé une cuisine de cette qualité. Quand il lui arrivait de s'arrêter dans une auberge au hasard de ses pérégrinations, même de plus ou moins bonne réputation, la chère n'était pas du tout de ce niveau-là.

Ce fut Aléa qui entama la première la conversation.

"Ainsi, vous venez de l'Arnor ? Avez-vous traversé les montagnes ?"

Là, Meneldil reconnaissait bien l'ascendance naine de la demoiselle. Il avait croisé assez peu de Nains durant son existence, mais ils ne semblaient obsédés que par deux choses: les montagnes et la mine. Dans une moyenne mesure, il pouvait comprendre pourquoi. Soucieux d'être urbain, il répondit posément:

-"Je suis originaire de l'Arthedain et, quand j'étais plus jeune, j'ai visité l'Ered Luin et les contreforts des Monts de Brume, où il m'arrive encore quelquefois de passer, mais le lieu est devenu vraiment dangereux..."

La jeune fille semblait considérer son style de vie comme libre et épanouissant. Il y avait un fond de vérité dans tout cela, il était en effet plutôt libre vu qu'il y avait une hiérarchie plutôt floue chez les rôdeurs, et son métier lui plaisait beaucoup. Mais il n'était jamais vraiment sûr du lendemain et - chose ignorée généralement du grand public - c'était plutôt risqué. Mais il servait la collectivité, et pour lui ça n'avait pas de prix.

"Ce doit être merveilleux de vivre une vie libre de toute contrainte. Voyager, voir le monde... Voilà qui doit être terriblement épanouissant."

-"En effet, oui, et ça donne à mon avis une saine compréhension du monde et des gens qui y vivent...même si je suis loin d'avoir encore parcouru toute la Terre du Milieu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Mer 2 Mai 2018 - 20:58
Notre invité s'inclina en direction de ma mère, une expression assez facile à déchiffrer sur le visage :

-"Votre cuisine est une merveille..."


Elle le remercia d'un sourire satisfait, mais ne répondit pas. Elle était trop bien élevée pour se permettre de discuter avec la bouche pleine, ç'eut été inconvenant. On la complimentait souvent sur sa cuisine, qui avait d'ailleurs une réputation d'excellence à travers toute la région. Elle se plaisait à dire que devoir nourrir six demis, un nain et une hobbite quotidiennement pendant des années lui avait permis d'élever ce talent au niveau d'art de vivre. Evidemment, cela devait jouer : à force de pratique, on ne peut que s'améliorer. Un peu plus tard, Luinil répondit à ma question d'un ton très posé et courtois. Il ne collait pas vraiment à l'idée que je m'étais faite de rôdeurs aussi me demandais-je si je m'étais trompée à son sujet. Peut être était-il simplement en voyage et ne faisait-il pas partie de ces gens-là. Non pas que j'eusse quoi que ce fût à leur reprocher... Ils n'étaient tout simplement pas réputés pour leur courtoisie et leurs bonnes manières.

-"Je suis originaire de l'Arthedain et, quand j'étais plus jeune, j'ai visité l'Ered Luin et les contreforts des Monts de Brume, où il m'arrive encore quelquefois de passer, mais le lieu est devenu vraiment dangereux..."

J'aurais aimé, moi aussi, visiter des lieux aussi exotiques. Enfin, c'était ainsi que je les considérais, comme la majeure partie des endroits que je n'avais jamais visités... Autrement dit, tout sauf les Champs. Je me prenais parfois à rêver au mode de vie d'autres peuples, à l'existence trépidante des voyageurs et aux merveilles de contrées lointaines... Ou pas. Hélas je n'avais jamais eu l'occasion de m'éloigner de chez nous et je craignais que cela n'arrive jamais. Une partie de moi ne pouvait s'empêcher de le regretter et je me doutais bien que ce n'était probablement pas la hobbite qui parlait là... Lorsque je supposai que ce mode de vie était certainement épanouissant, il répondit sans hésiter :

-"En effet, oui, et ça donne à mon avis une saine compréhension du monde et des gens qui y vivent...même si je suis loin d'avoir encore parcouru toute la Terre du Milieu...
-Bien peu de mortels peuvent se vanter d'en avoir vu autant, je pense. Seuls les elfes pourraient prétendre avoir vu tant de choses, et encore... Pour notre part, nains ou hobbits, il est bien rare que nous parcourrions tant de route."

Ma mère n'intervint pas mais leva les yeux au ciel et je me doutai de ce qu'elle pensait. Elle n'approuvait pas mes envies de voyage. A ses yeux un bon thain devait rester au pays et s'occuper exclusivement des affaires locales. A part lors de nos rares relations internationales, nous nous cantonnions bien souvent à nos frontières. Mon père, au contraire, comprenait bien mieux ces désirs de découvertes. Il nous parlait souvent des montagnes bleues et des merveilles de notre peuple.

"Avez-vous déjà vu la mer ? J'en ai entendu vanter les beautés mais bien peu ici l'ont déjà vue. Ca doit être bien différent de nos lacs et canaux."


ps ::
 


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Dim 13 Mai 2018 - 14:45
Tout en mangeant et en devisant agréablement, Meneldil pouvait néanmoins sentir une certaine tension entre la mère et la fille. Visiblement, Aléa, comme beaucoup de jeunes, avait envie de voir le vaste monde mais sa mère n'avait pas l'air d'accord. Lui aussi s'était opposé à ses parents sur sa vocation, il y a de longues années, mais il avait réussi à avoir gain de cause. Il n'avait cependant compris que tardivement que les réticences de ses parents venaient du fait qu'un de ses oncles avait déjà embrassé la vocation de rôdeur contre l'avis de toute la famille. Cependant, il ne l'avait jamais encore croisé au hasard de ses pérégrinations...

"Avez-vous déjà vu la mer ? J'en ai entendu vanter les beautés mais bien peu ici l'ont déjà vue. Ca doit être bien différent de nos lacs et canaux."


-"Oui, j'ai vu la mer. C'était il y a longtemps maintenant. Cette immensité d'eau, ces lumières changeantes sur les vagues, ce vent salé...comme  vous le dites ça n'a vraiment rien à voir avec vos étendues d'eau ou celles que j'ai pu croiser au hasard de mes voyages. Il y a vraiment une atmosphère particulière en bord de mer...


C'était ce jour-là qu'il avait compris comment les Elfes pouvaient se languir de ce qu'il y avait au delà de la mer. Il s'était aussi demandé à l'époque où pouvaient bien être les restes de l'île de Nùmenor, d'où était originaire son peuple et dont son précepteur lui avait conté l'histoire tragique lorsqu'il était enfant.

L'opinion de Meneldil sur la Thain se confirmèrent quand, après le plat de résistance déjà fort bien fourni, elle lui amena un assortiment de fromages et de desserts pour nourrir au moins dix personnes. Il y avait des fromages de toutes sortes, des gâteaux de toutes sortes, des entremets, de quoi réjouir les papilles des plus difficiles. Il n'avait plus tellement faim, ayant l'habitude de manger moins, mais pour se montrer poli, il prit un petit morceau de gâteau et un peu d'entremets.

-"Je vous remercie de votre gentillesse et de votre excellent accueil...", dit-il à l'intention de son hôtesse, "je vais me rendre auprès de votre mari à présent, je suis curieux de l'entendre me conter son combat contre les orcs..."

PS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Sam 2 Juin 2018 - 16:23
La conversation allait bon train et j'étais heureuse d'apprendre des anecdotes -mêmes mineures- sur le monde au dehors des Champs.

-"Oui, j'ai vu la mer. C'était il y a longtemps maintenant. Cette immensité d'eau, ces lumières changeantes sur les vagues, ce vent salé...comme  vous le dites ça n'a vraiment rien à voir avec vos étendues d'eau ou celles que j'ai pu croiser au hasard de mes voyages. Il y a vraiment une atmosphère particulière en bord de mer...


Voilà une chose que j'aurais aimé voir. Peut être, avec un peu de chance, vivrais-je assez vieille pour assister à pareille chose. J'aimais la douceur calme des collines et de nos rivières, la force tranquille du marais. Mais je rêvais parfois de découvrir les immensités bleues et grises de l'océan. On m'avait parfois conté l'odeur piquante et salée de la mer, l'iode et les embruns, le brouillard des matins froids et le miroir frissonnant des jours de soleil. Mais j'avais depuis longtemps compris qu'une histoire, aussi magnifique soit-elle, ne vaudra jamais l'expérience elle même. Je me promis alors de voir la mer. Un jour, j'irai. J'avais d'ores et déjà accompli quelques uns de mes objectifs, mais celui ci me semblait de loin le plus ardu à atteindre. Lorsque le repas toucha à sa fin, je constatai avec amusement que notre invité semblait peiner à manger quoi que ce fût de plus. Les hommes, après tout, n'avaient pas les mêmes habitudes alimentaires que nous...

-"Je vous remercie de votre gentillesse et de votre excellent accueil...", dit-il finalement, s'attirant un sourire heureux de la part de ma mère. "Je vais me rendre auprès de votre mari à présent, je suis curieux de l'entendre me conter son combat contre les orcs..."


Elle hocha simplement la tête en le remerciant de nous avoir diverties par le récit de ses voyages, puis me demanda de bien vouloir lui montrer le chemin. J'obtempérai, non sans emporter une énorme tartine de pain beurré consciencieusement couvert de confiture de mûre. Je guidai Luinil dans les rues éclairées par des lampadaires de faction naine, le soleil s'étant couché depuis longtemps.
[color=#9966ff]
"Ne soyez surtout pas intimidé, lui dis-je en marchant d'un pas tranquille. [b]Ils parlent fort et sont certainement pleins comme des outres à cette heure, mais si vous voulez une histoire digne d'être contée, vous ne perdrez pas votre temps."


J'eus un sourire amusé à l'idée de ce que nous trouverions une fois sur place. J'ajoutai avec un petit rire :

"Il y a même des chances qu'ils vous invitent à partager une pinte ou deux avec eux. Et je puis vous assurer que vous n'en aurez jamais goûté d'aussi bonnes."


En effet, la bière des champs était produite à base de notre meilleur orge et relevée d'épices et de miel des champs. Une pure merveille, si bien qu'elle était réputée aux meilleures tables du continent. Nous en avions même envoyé des tonneaux vers Erebor la veille. Lorsqu'enfin nous arrivâmes sur les lieux, les rires et les chants que nous entendions déjà depuis un moment, assourdis par la distance et les murs du bâtiment, nous frappèrent de plein fouet. Une odeur de bière et de viande flottait dans l'air et quelques flaques suspectes à quelques pas de l'entrée exhalaient une odeur fétide. Heureusement, une fois dedans, nous échappâmes à cet intolérable fumet. La salle était grande et ronde, étendue sur une vingtaine de mètres de diamètre. Des tables étaient disposées un peu partout, manifestement désordonnées par les danses et les effusions de joie des uns et des autres : on y voyait encore un semblant d'organisation, mais la plupart avaient été déplacées ou repoussées contre les murs. Un grand feu brûlait dans la cheminée à l'autre bout de la pièce et deux volailles y grillaient encore. Je repérai aussitôt mon père et mes frères, occupés à danser une gigue endiablée sur l'une des tables restantes au milieu de la pièce, au son de divers instruments disposés ici et là. Impossible de les rater, roux comme le feu et bruyants comme ils l'étaient. Je fis signe à Luinil de me suivre et me faufilai parmi les hommes : majoritairement des nains, quelques hobbits et seulement une demie douzaine de femmes, dont une seule naine et deux demies, comme moi. Une fois arrivée auprès des tables, j'attirai l'attention de mon père, usant pour ce faire d'une voix forte destinée à couvrir le brouhaha ambiant.

Mon père m'entendit aussitôt et laissa mes trois frères poursuivre leur chorégraphie hasardeuse, regardant notre invité surprise avec curiosité. Je lui expliquai la situation à l'oreille et il éclata d'un rire tonitruant tout en hélant un de ses hommes afin de lui réclamer trois pintes, une pour lui, une pour la gamine, surnom dont il m'affublait toujours bien que j'apprôchas de la cinquantaine, et une dernière pour "l'voyageur". Il nous fit asseoir à une table plus ou moins libre et entama aussitôt la conversation, sans même se présenter. A vue de nez, il devait avoir ingéré suffisamment d'alcool pour oublier les convenances et ma mère aurait été bien mécontente de voir ça. Fort heureusement, je n'étais pas aussi timorée et m'installai avec plaisir, parfaitement à l'aise dans cette ambiance.

"Alors le jeune, on est intéressé par les batailles, hein ? Commença mon géniteur d'une voix grave, presque caverneuse. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'aux champs, on est rarement la cible de la moindre attaque. Tout au plus un petit groupe d'une dizaine d'entre eux tous les deux ou trois ans. Alors quand ça arrive, j'vous prie de croire qu'on fait pas dans la dentelle !"


Cela fut aussitôt confirmé par une dizaine de "ouais", "tu peux l'dire !" et autres commentaires enthousiaste de ceux qui s'étaient approchés pour écouter l'histoire. Le défaut avec mon père, c'était qu'il avait tendance à en rajouter une couche à chaque fois qu'il racontait une histoire, aussi étions-nous chanceux d'avoir droit uniquement à le deuxième ou troisième version. D'ici une semaine, l'histoire deviendrait de moins en moins véridique et j'avais cru comprendre que Luinil souhaitait savoir ce qu'il s'était rééllement passé.

"Alors, vous voulez savoir c'qu'il s'est vraiment passé ou je vous épargne les passages un peu trop brutaux ? "
s'enquit mon père, ignorant la nature de son interlocuteur.

Il était vrai que lorsqu'il en parlait à ma mère, il édulcorait tellement qu'il aurait tout aussi bien pu parler d'une sortie à la cueillette des mûres. Un bon conteur, quel que soit le sujet de son histoire, s'adapte toujours à son public.


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Sam 23 Juin 2018 - 23:18
Après avoir remercié encore une fois son hôtesse, Meneldil suivit Aléa qui le mena auprès de l'endroit où son père et tous ses compagnons fêtaient (très bruyamment) leur victoire. Vu le bruit, pas de doute, le niveau de libations était plutôt bien avancé, mais Meneldil savait que les Nains tenaient plutôt bien la boisson. Enfin, c'est ce qu'il avait entendu dire, il avait pour l'instant assez peu eu la chance d'en croiser au hasard de ses pérégrinations.

Une fois entrés dans l'endroit en question à l'air copieusement embué de fumée et d'odeurs de viande, en effet l'ambiance était largement à la fête, même si visiblement certains s'étaient déjà délestés dehors du surplus de bière. Il y avait là des Nains, des Hobbits et certains, visiblement, représentants des deux races, aussi bien mâles que femelles. Certains parmi eux devaient être les frères d'Aléa, mais difficile à dire parmi toute cette foule...ah, peut-être un de ces demis-Nains roux. Un Nain d'un certain âge dansait avec eux sur les tables, selon la tradition bien ancrée des banquets nains. Pour le reste, les odeurs et le bruit rappelaient à Meneldil pas mal d'auberges qu'il avait fréquentées, mais en mieux fréquenté.

Effectivement, lui aussi semblait bien avoir profité des libations, ça se voyait à son comportement mais aussi à sa voix, mais Meneldil connaissait assez des Nains pour savoir que, même copieusement imbibés, ils adoraient raconter leurs exploits. Quand Aléa l'appela, il comprit qu'il s'agissait de son père et que son intuition était bonne concernant ses frères. Aléa lui ayant dit qui il était et ce qu'il souhaitait, le Nain ne prit même pas la peine de se présenter, ce qui se pouvait expliquer vu son état d'ébriété. Il ne dérogea cependant par aux lois de l'hospitalité et leur commanda à chacun une pinte de bonne bière Sa voix caverneuse couvrait partiellement le brouhaha ambiant, aussi pouvait-il le comprendre sans trop de peine.

"Alors le jeune, on est intéressé par les batailles, hein ? Commença mon géniteur d'une voix grave, presque caverneuse. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'aux champs, on est rarement la cible de la moindre attaque. Tout au plus un petit groupe d'une dizaine d'entre eux tous les deux ou trois ans. Alors quand ça arrive, j'vous prie de croire qu'on fait pas dans la dentelle !"

Il était manifestement prêt à conter l'histoire du combat en question, très probablement avec force détails voire exagération, à la Naine. Mais il s'enquit tout de même du niveau de réalisme que souhaitait son interlocuteur.

"Alors, vous voulez savoir c'qu'il s'est vraiment passé ou je vous épargne les passages un peu trop brutaux ?"

Meneldil avala une gorgée de bière pour faire honneur à l'hospitalité de son hôte, hocha la tête en signa d'appréciation et dit:

-"Je n'ai aucun problème avec les détails trop brutaux, s'ils ne gênent pas votre fille..."

Mais quelque chose lui disait qu'Aléa devait avoir l'habitude de ce genre de discours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Ven 29 Juin 2018 - 11:35
Luinil goûta à la bonne bière de chez nous et son expression appréciative plut énormément à mon père. Celui-ci n'était pas peu fière des brasseries locales et appréciait presque automatiquement quiconque exprimait la même opinion que lui à ce sujet.

"Je n'ai aucun problème avec les détails trop brutaux, s'ils ne gênent pas votre fille..." répondit simplement notre invité à la question que mon père lui avait posée.


J'esquissai un sourire amusé : il était vrai que les jeunes hobbites ne goûtaient guère à ce genre de récits, préférant les poèmes et les doux soupirs aux récits épiques. L'amour de l'un n'entravant en rien l'appréciation de l'autre, j'étais pour ma part friande des deux options. Je me prononçai donc à ce sujet avec une pointe d'humour :

"Je crois bien que si je n'avais pas été occupée à régler un souci d'ordre publique avec ma mère, j'aurais pu également ajouter mon grain de sel à cette histoire. Je ne manie pas seulement le marteau à la forge et bien que je ne sois pas une combattante émérite, j'ai à deux ou trois reprises enfoncé quelques têtes avec le mien, à défaut de clous."


Cette réplique amusa beaucoup mon père qui éclata d'un rire tonitruant. La répartie avait fait partie de son éducation, comme la maîtrise de la forge ou de la descente... D'alcool, dont je bus d'ailleurs une goulée bienvenue. Excellente année que celle ci ! Mon père renchérit aussitôt :

"C'est bien vrai, vous pouvez m'en croire. La petite n'a pas la force d'un homme, c'est vrai, mais niveau précision, elle sait ce qu'elle fait. Les joailliers sont comme ça, vous savez, tout dans le détail. Elle ne pourrait p't'être pas décrocher une tête d'un coup de hache, mais elle saurait énucléer un orc casqué en plein dans la fente sans même s'émouvoir."

Il en était d'ailleurs très fier et cela transparaissait dans sa voix. Son regard brillait et nul n'aurait pu ignorer ce qu'il pensait à mon sujet... Pour ma part, j'étais plus mitigée. Je n'aurais bien évidemment jamais fait le poids en combat singulier, mais dans une mêlée je me débrouillais plutôt bien... Pas assez cependant pour envisager de quitter nos terres sans précaution ou escorte. Il y avait bien pire, là-dehors. Il ajouta sur le ton de la confidence :

"Vous savez, c'est assez rare qu'on laisse des naines aller au combat. Il y en a fort peu, ici comme par chez nous, alors nous les considérons comme précieuses. Et avec ma femme, on en a fait trois, vous imaginez ? Trois demies en pleine santé. J'pense que c'est le sang hobbit qui a parlé dans l'histoire. Mais niveau caractère, ah, ça ! C'est pas des Barbes de Feu pour rien !"


Il fallait bien admettre que nous n'étions pas vraiment timorées... J'interrompis mon père après un regard entendu en direction de Luinil et commentai avec un sourire, l'air innocent :

"Je suis convaincue que notre invité est également impressionné par tout ça, mais peut être le serait-il plus encore par le récit de votre bataille ? "


Caresser un nain dans le sens du poil avait toujours un effet immédiat, aussi hocha-t'il la tête vigoureusement. Mon père était connu pour sauter du coq à l'âne très facilement, son caractère vif et emporté l'amenant parfois à oublier ce qu'il était en train de faire à la base pour s'appesantir sur des détails terriblement éloignés de ce qu'il racontait au départ.

"C'est vrai, c'est vrai, je m'égare. Alors donc, voici l'histoire telle qu'elle s'est réellement passée, je peux vous le garantir !"


Mon père s'avança un peu, les coudes posés sur la table, et commença sur un air de confidence mais d'une voix assez forte pour que ceux qui nous observaient ne ratent rien de son histoire. Le brouhaha ambiant avait peu à peu réduit et tous se rassemblaient pour écouter, avides d'une nouvelle version des événements. Quelque part dans la salle, quelqu'un se mit à jouer d'un instrument à cordes en sourdine, accompagné d'un discret battement de pieds, le tout nous mettant dans une ambiance agréablement propice à l'imagination.

"Cette nuit-là, un des Shirrifs responsables de notre frontière entendit des bruits suspects du côté de la grand'route. Il nous fit aussitôt parvenir un message par un de ses frontaliers, restant sur place pour veiller au grain. Je pris aussitôt la question au sérieux et emmenai une dizaine de mes hommes, les plus proches sur le moment, pour aller jeter un œil de ce côté là."


Il nomma les concernés un à un, les désignant dans la foule, sous les hourras enthousiastes.

"Quand on arriva sur place, une odeur âcre nous informa de la présence d'une bande d'orques dans les parages. La nuit embaumait la pourriture, le vent charriait la senteur piquante et pestilentielle des serviteurs du mal. Au loin résonnaient des rires gras à donner froid dans le dos. Le Shirrif nous attendait un peu plus loin, caché dans un buisson épineux qui le protégeait des regards. En quelques mots, il nous expliqua la situation : il s'agissait d'un contingent d'une douzaine d'orques venus par le Sud Est . Ils traînaient derrière eux quelques prisonniers, certainement des hommes des bois de Mirkwood. Ceux-là étaient dans un piteux état et notre observateur n'était pas sûr qu'ils survivent longtemps."


Des murmures parcoururent la foule et je devinai les pensées de chacun. Ici, indignation quant à la perspective de traîner des hommes affaiblis sur une longue distance, là, interrogation au sujet de l'identité des prisonniers, là encore admiration de la vue perçante du Shirrif. L'histoire promettait d'être passionnante aussi m'autorisai-je une longue rasade dans ma choppe en fermant les yeux pour mieux imaginer la chose.

"Ni une, ni deux, on a décidé de les encercler, en ratissant large pour n'en laisser échapper aucun. Pas question que des créatures pestilentes comme celle-là se promènent sur nos terres en toute impunité ! A onze contre douze ou plus, le combat s'annonçait serré et à notre désavantage. Mais la surprise jouait en notre faveur : Avec trois demis et un hobbit, qui ont tous le pied leste si bien qu'on ne les entend jamais arriver, il est toujours plus facile de tomber sur l'ennemi à l'improviste. Avant même que l'ennemi nous ait repérés, ils avaient déjà éliminé trois d'entre eux dans la confusion générale. Ce fût le signal que nous attendions et chacun se rua dans la mêlée."


Bien qu'il soit copieusement imbibé de bière, la voix de mon père était ferme et plus un bruit ne venait interrompre l'histoire. Comme savent si bien le faire les conteurs imprégnés de ce qu'ils racontent, il nous avait tous emmenés avec lui là bas, sur le champ de bataille. Plus une mouche n'osait déranger l'attention de son public et Molin Barbe de Feu poursuivit avec force détails.

"Tandis que les demis étaient aux prises avec un énorme spécimen au faciès digne de nos pires cauchemars et dont le nez ne consistait qu'en deux fentes verticale au milieu de sa face, j'entamai un duel avec ce qui semblait être leur chef, une espèce d'horreur à la peau parcheminée couverte de cicatrices. Un de ses yeux sortait presque de son orbite,si bien qu'il avait l'air de pouvoir regarder partout à la fois. En lieu et place de son bras gauche se trouvait un trident sommaire en métal. Il était enfoncé dans sa chair jaunâtre pour servir de membre à la place du moignon qu'il restait de son poignet. Il tranchait l'air avec son arme improbable, tandis que l'autre main tenait un gourdin plus gros que moi. Du coin de l'oeil, je vis les gamins trancher les tendons des jambes de leur montagne de muscles, le sang giclant, rouge et brillant sous le clair de lune. Dans un hurlement strident, la bête tenta de faucher le groupe d'un coup de son immense main, large comme le couvercle d'un gros chaudron."


Chacun retint son souffle, dans l'attente du dénouement du récit. Bien qu'il fût évident que tous les combattants avaient survécu, nous étions tellement pris dans l'histoire que la crainte que l'un des nôtres ne succombe à l'attaque s'insinuait en nous tous.

"Heureusement, l'orque qui pourra en montrer à nos demis question rapidité n'est pas encore né et ils réussirent à éviter le coup, se faufilant entre les jambes du monstre en le lacérant de tout côté. Il s'effondra alors dans un hurlement de douleur tel que les oiseaux prirent la fuite à des kilomètres à la ronde dans un concert de piaillements courroucés."

Un soupir de soulagement collectif s'éleva tandis que je rouvrais les yeux pour examiner mon géniteur d'un œil attendri. Il était jeune encore, pour un nain. Le contraste entre la force tranquille qui se dégageait de lui et la sagesse de la vieillesse qui émanait de ma mère me frappa alors de plein fouet. Je réalisai seulement à quel point elle se faisait âgée, ployée sous le poids des ans alors que son mari était encore dans la fleur de l'âge. Mon cœur se serra à l'idée de la solitude qu'ils devaient ressentir, chacun à sa façon. S'éprendre d'un être à la durée de vie si différente de la nôtre devait être bien difficile. Bien que ma mère acceptât la chose avec philosophie, j'étais convaincue que mon père ne se remettrait jamais du décès de sa femme bien aimée. Bien cruelle était cette existence qui ne leur permettrait même pas de se retrouver lorsqu'il passeraient de vie à trépas. Je détournai les yeux, le cœur serré. Au moins pouvaient-ils vivre le bonheur ensemble depuis plus de cinquante ans... Lorsque je me concentrai à nouveau sur l'histoire, je compris à l'expression fascinée de mes voisins que j'avais raté tout un récit sur le combat, dont je n'entendis que la fin.

"Alors, je levai ma hache et en abattis le tranchant sur la gorge palpitante de mon adversaire. Celle-ci se déchira dans un bruit humide et sa tête roula un peu plus loin, pour disparaître dans un terrier de blaireau, qui se mit à crier son irritation à qui voulait l'entendre."


La chute de son histoire engendra de nombreux rires et le brouhaha s'éleva à nouveau, sous les rires et les commentaires admiratifs de l'audience[/color][/b]


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Ven 20 Juil 2018 - 0:25
Visiblement, Aléa avait pris des Nains la capacité de conter des faits avec verve, et son père, comme les ressortissants de sa race (du moins ce qu'il en savait, en ayant rencontré très peu), était très fier de sa progéniture et de sa famille. C'était un cas de figure qu'il n'avait pas vraiment connu, ses parents n'ayant jamais vraiment apprécié son choix de carrière. Peut-être comprendraient-ils plus tard. Lui-même, pour l'instant, n'avait aucune intention de se marier, mais il n'y avait rien qui pressait non plus, il était quelqu'un de jeune pour son peuple et comptait bien exercer encore son métier de nombreuses années. De toute façon, ce ne serait pas lui qui aurait ce qui restait du bien familial, mais son frère aîné, homme d'armes à Minas Tirith, dont on préparait d'ailleurs le mariage avec la fille d'un noble voisin. Ne jamais déchoir, toujours. Lui-même trouvait certaines coutumes désuètes et ridicules, et était bien décidé à trouver lui-même la perle rare le moment venu, si d'aventure elle existait en ce bas-monde.

Il avala une gorgée de sa bière (vraiment excellente au demeurant) et croisa les jambes, prêt à écouter le récit que son interlocuteur lui certifia "100 % vérité". Connaissant la propension des Nains à avoir tendance à légèrement déformer la vérité, il se retint de sourire et focalisa son attention sur l'histoire. En effet, la légende selon laquelle les Nains savaient parfaitement raconter les histoires n'était pas usurpée, loin de là. Alors qu'il déroulait son récit, Meneldil n'avait aucun mal à imaginer l'odeur âcre des Orcs, l'odeur du sang, pour l'avoir expérimenté lui-même à maintes reprises. Par contre, il n'avait jamais croisé ce grand orc à la peau si spéciale, ce n'était pourtant pas peine d'en avoir croisé dans sa carrière mais aucun de ce genre. Ceux qu'il avait croisés, souvent, étaient plus petits que lui, bien que plutôt véloces et avec du mordant (au sens propre et figuré du terme), cela faisait malheureusement partie des nombreuses mauvaises rencontres qu'il avait fait dans sa carrière.

Cependant, à la fin du récit, il se prit au jeu lui aussi, en même temps que toute l'assistante, suspendu aux lèvres du Nain qui savait parfaitement ménager ses effets. Il ne vit même pas au départ que son hôtesse-Thain-cordon bleu les avait rejoints et qu'Aléa semblait ailleurs, tant il écoutait l'histoire avec attention pour en enregistrer tous les détails importants. Si plusieurs orcs de cet acabit se promenaient ainsi au milieu des autres, il ne pouvait que trop bien mesurer quels dégâts ils pouvaient causer. Il nota soigneusement la description au fond de son cerveau, bien décidé à en parler au capitaine-général quand il le verrait, ainsi que la date et le lieu de l'escarmouche en question. Plus il donnerait d'informations, plus le capitaine-général pourrait adapter la présence des rôdeurs aux lisières du Champ aux Iris. Les gens qui y vivaient pouvaient se protéger, mais les rôdeurs pouvaient aussi contribuer à régler le souci en amont pour qu'ils puissent vivre le plus possible en paix.

Une fois l'histoire finie, il applaudit poliment mais avec conviction.

-"Superbe combat, vraiment, et superbe histoire. Je ne savais pas qu'il y avait tant de fiers et efficaces guerriers par ici..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
AléaNombre de messages : 85
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Sam 28 Juil 2018 - 23:08
L'appréciation de Linuil quant à son histoire satisfit pleinement mon père, qui ne demandait rien de mieux que de conter ses aventures. Nous autres Barbes de Feu avions toujours eu le sens du théâtre et plusieurs de nôtres s'étaient d'ailleurs fait ménestrels ou bien acteurs itinérants. Bien qu'il n'ait pas embrassé cette carrière, j'étais convaincue que mon père n'aurait eu aucun mal à brûler les planches par sa verve et l'intensité de ses propos.

-"Superbe combat, vraiment, et superbe histoire. Je ne savais pas qu'il y avait tant de fiers et efficaces guerriers par ici..."

-Ah, vous savez, pour ce qui est de ça, on n'est pas les derniers !" S'exclama mon géniteur avec une fierté évidente.

Cette affirmation fut reprise avec force enthousiasme par l'auditoire et il ne fallut pas longtemps pour que chacun y aille de sa petite anecdote. Lorsqu'enfin la clameur général se fut un peu apaisée, ma mère intervint d'un ton calme et d'une voix posée. A peine eut-elle ouvert la bouche que tout le monde observa un silence respectueux. D'un âge plus que respectable, Alena Fleur-de-Lys avait une autorité naturelle qui l'avait toujours avantagée dans ses entreprises.

"Avant l'arrivée des nains, il y a de cela une bonne cinquantaine d'années, nous étions un peuple bien plus calme et moins porté sur les questions belliqueuses. Notre situation géographique avantageuse nous a toujours protégés des orques, tant par la présence de nations alliées que par la difficulté d'accès à nos villages, à travers les marais. Une ou deux personnes peuvent se sortir sans trop de peine des pièges naturels qui défendent ces terres, mais les groupes plus importants sont bien souvent réduits de moitié avant d'atteindre quoi que ce soit d'important. Pourtant, bien que rares, les attaques se soldaient souvent par des décès de notre côté. Nous ne sommes pas vraiment un peuple de guerriers."

Elle marqua une petite pause et l'on put entendre quelques approbations dans la salle, majoritairement issues de hobbits qui avaient vécu cette époque. Les nains connaissaient déjà l'histoire et ce qui allait venir ensuite les emplissait inlassablement de fierté.

"A l'arrivée des nains, les choses ont changé. Ils nous ont appris à nous défendre et ont conçu du matériel de meilleure qualité : armes, armures, tours de guet. La majorité de notre corps armé est d'origine naine et les demis ont bien souvent tiré de leur double ascendance un goût pour l'aventure et un talent pour les actions discrètes. Depuis plus de cinquante ans, nous n'avons plus eu à déplorer la moindre perte civile, et nous en rendons grâce à qui de droit."

Cette affirmation déclencha une vague de hourras pour les nains, qui se rengorgeaient de tant d'admiration, en particulier lorsque celle-ci était issue des hobbits. La relation entre les deux races coexistant aux Champs était fort complexe, mais toujours bénéfique : les uns profitaient des talents des autres, qui les avaient volontiers accueillis alors qu'ils n'avaient plus rien et les avaient intégrés à la société locale. Chacun tirait avantage de cette organisation et de nos jours, aucune des deux races n'auraient su envisager son existence aux Champs sans l'autre. Finalement, ce fut mon père qui ajouta d'une voix solennelle :

"Nous tirons une grand fierté de ce rôle qui nous incombe, et nous espérons être capables d'assurer la paix et la prospérité pour ces terres aussi longtemps qu'il y aura encore un Barbe de Feu debout pour les protéger."


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
MeneldilNombre de messages : 131
Age : 42
Date d'inscription : 21/11/2015

Feuille de personnage
Race: Dùnedain
Possessions: une épée, un arc, des flèches dans un carquois, couteau de chasse, vêtements de rôdeur usés
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   Mar 14 Aoû 2018 - 21:19
Meneldil était issu d'un peuple qui se trouvait maintenant disséminé en petites communautés, traquées par les troupes du Mal, et il avait toujours pensé que si les gens de son peuple avaient au moins tenté de s'unir davantage, ça ne se serait pas passé de cette façon. Le modus vivendi des Nains et des Hobbits des Champs aux Iris était un modèle efficace, une symbiose où les deux races pouvaient trouver du positif, et il pensait que beaucoup de peuples, pas forcément que le sien, auraient pu en tirer des leçons.

Bien sûr, les siens connaissaient la présence de Nains dans les Champs aux Iris, mais il était quasiment sûr que tous les détails du mode de vie particulier des communautés "hobbito-naines" ne leur étaient que très peu connus. Leur rôle était de veiller sur eux de loin, et c'était bien comme cela. Mais c'est vrai que bien souvent aussi, il n'avait qu'assez peu de contact avec les gens et, s'il n'avait pas croisé Aléa, ça aurait été le cas ici. Mais du moins, il avait pu voir que les communautés occupant les Champs aux Iris étaient hospitalières et ne s'arrêtaient guère à l'apparence, ça pourrait peut-être servir à quelques-uns de ses collègues s'ils étaient dans le besoin.

Il acheva son verre de bière et regarda le père d'Aléa et sa famille.

-"Vous êtes en mesure de vous protéger, mais vous savez sans aucun doute que lorsqu'ils sauront cela (et ils finiront par le savoir malgré tout, même si vous n'avez laissé aucun survivant), ils enverront toujours plus d'orcs jusqu'à ce que vous cédiez sous le nombre. Vous êtes très courageux, mais ils ne sont pas du tout du genre à lâcher le morceau..."

Il savait parfaitement de quoi il parlait, son corps portait les stigmates de traces de lames et de morsures orques.

-"Je sais aussi qu'il n'est pas dans la nature des Nains de demander de l'aide...mais j'espère que si un jour vous en avez besoin, vous n'hésiterez pas à le faire..."


Clairement, lui-même n'hésiterait pas à les aider s'il le pouvait ce jour-là, en remerciement de leur aimable hospitalité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7045-meneldil-finie
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]   
Revenir en haut Aller en bas
 

[FB - 5 ans] A la recherche d'un bivouac [Meneldil, Aléa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu ::  :: Champs aux Iris-