Forum RP : Le Seigneur des Anneaux
Étrangers venu d'ailleurs, prenez part à l'aventure et combattez,... mais surtout venez vous amuser! Rejoignez-nous!



 
AccueilPortailS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | 
 

 Un roi au conseil (pv kili)[terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aléa

avatar

Nombre de messages : 67
Age : 26
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Un roi au conseil (pv kili)[terminé]   Sam 10 Fév 2018 - 16:01

Pnj : Aléna Fleurdelys


Sa majesté Kili, roi sous la montagne, nous avait récemment informés qu'il passerait dans la région et bivouaquerait à Irisbourg. J'avais bien entendu fait en sorte que tout soit prêt pour son arrivée et la ville s'était retrouvée sans dessus dessous pendant des jours. Fort heureusement, de nombreuses épaules jeunes et vigoureuses m'étaient venues en aide afin de préparer des trous dignes d'un tel équipage et d'en garnir les garde mangers. Nous avions également prévu un banquet le soir de leur arrivée, afin d'accueillir dignement nos hôtes. Bien que mon cher Molìn se plaise à répéter qu'un nain n'a besoin de rien de plus qu'une bonne choppe bien remplie pour passer une agréable soirée, j'avais d'autres standards.

Depuis le départ d'Aléa, j'avais la sensation désagréable que mon temps m'était compté. Le souci étant que ma condition physique ne me permettait plus de faire les choses aussi vite que je l'aurais souhaité... Triste moment que ceui où une hobbit en vient à réclamer l'aide de son entourage pour la moindre petite tâche, mais je n'avais guère le choix. Je ne permettrais jamais que l'on dise que les hobbits des Champs avaient perdu de leur hospitalité ou que nos invités manquaient de quoi que ce fût. Ce serait une honte pour les miens et entacherait notre réputation d'une trace indélébile.

Mes propres difficultés avaient été compensées par l'enthousiasme de notre population naine, ravie d'accueillir celui qui restait leur souverain, dans leurs coeurs comme leurs esprits. Molìn appréciait particulièrement les visites de ses cousins des montagnes, lui qui se plaisait à plaisanter en se faisant appeler le seigneur sous les collines, en référence à son monde de vie inhabituel. J'enviais sa joie de vivre et sa bonne forme, me demandant parfois s'il regrettait d'avoir lié son destin au mien. Alors que j'étais vieille et fourbue, lui vivrait encore longtemps... Mon souhait le plus cher étant qu'il aurait légué un peu de sa longévité à nos enfants et n'aurait jamais à faire face à la mort de l'un d'eux.

J'allai m'installer dans la salle du conseil en attendant l'arrivée de nos hôtes. Mon fils Mulìn avait été désigné pour les accueillir tandis que je préparais la pièce pour recevoir le roi sous la montagne. Nous lui avions envoyé une missive lui expliquant que nous l'entendrions dès son arrivée, dans l'espoir de pouvoir répondre à sa requête -quelle qu'elle soit- avant son départ, au cas où nous devrions en discuter longuement. Peu à peu, les autres membres du conseil arrivèrent, s'installant chacun à sa place, par ordre d'arrivée. La salle du conseil était une pièce spacieuse, ronde et aux murs sans fenêtres pour éviter les curieux. La lumière provenait du toit, percé d'ouvertures vitrées qui avaient été installées par mon mari quelques années plus tôt. Des torches dispensaient une clarté supplémentaire sur les hobbits rassemblés ici. Une table en forme de U épousait le contour de l'arrière de la salle, laissant simplement un mètre entre elle et le mur pour pouvoir installer des fauteuils confortables et circuler sans peine. Dès mon institution en tant que Thain, j'avais fait remplacer les chaises dures et froides par des fauteuils confortables en cuir, nous permettant de réfléchir à l'aise. Mon propre siège trônait au milieu des autres, car je présidais l'assemblée. Les autres s'installaient près de moi, prêts à ouvrir la séance dès l'arrivée de sa Majesté. D'ordinaire, nous l'aurions volontiers accueilli avec nos pairs, mais cette session était inhabituelle et la plupart d'entre nous étaient âgés : nous aimions être bien installés pour discuter des affaire des Champs. Quant une clameur se fit entendre au dehors, la jeune Prunelle Brandebouc, la cadette du conseil du haut de ses soixante quinze ans et maire du village le plus proche de notre frontière, fit remarquer d'une voix amusée :

"Il semblerait que l'arrivée de sa Majesté soulève les foules comme à son habitude.
-Cela ne manque jamais
, commentai-je avec un sourire bienveillant. Avant même de devenir roi, il a toujours su se faire apprécier chez nous."

C'était vrai : il nous avait visité à peine trois fois, mais cela s'était toujours passé dans la liesse et la bonne humeur. Il fallait bien admettre que c'était une hôte agréable. Je poussai un petit soupir, et m'enfonçai un peu plus dans la mousseline de mon fauteuil. J'ajustai ma robe rouge et me fendis de mon sourire le plus aimable alors que Mulìn se présentait à la porte du Conseil.

"Le roi est arrivé, mère. J'ai proposé que ses hommes et lui déposent leurs affaires et se rafraîchissent un peu avant d'arriver, mais il n'en aura sûrement pas pour longtemps. Dois-je demander à ce qu'ils déposent les armes avant d'entrer ?"

Ce garçon était toujours prévenant et j'appréciais cela. Bien qu'il ait tout l'air d'un nain pure souche, son caractère était un agréable mélange des deux et me rappelait son père. Tantôt doux et affable puis... Flamboyant à la seconde suivante.

"Ne t'inquiètes pas pour leurs armes, nous n'avons rien à craindre de nos invités. Nos relations sont cordiales, après tout... N'hésites pas à l'introduire auprès de nous dès qu'il le souhaitera."


Mulìn acquiesça et esquissa une petite courbette avant de s'éloigner d'un pas léger. Il était étrangement guilleret, lui qui passait ses journées à soupirer depuis le départ de sa sœur. Je le soupçonnais de jalouser Aléa, le désir de voyager l'ayant souvent aiguillonné. Il semblait s'ennuyer ici, bien que son travail lui procure une grand joie. Peut être serait-il judicieux de l'envoyer parcourir le monde, lui aussi ? Il faudrait que j'en discute avec Molìn. Enfin, après quelques minutes d'attentes supplémentaires, Mulìn survint à nouveau et annonça d'une voix aussi solennelle que possible, bien qu'amusé d'introduire le nouvel arrivant, tâche qui revenait habituellement à Aléa :

"Sa Majesté Kili, roi sous la montagne.

-Merci, Mulìn. Bienvenue à Irisbourg, Majesté. J'espère que vous avez fait bon voyage."
commentai-je en guise de salutations.


Dernière édition par Aléa le Sam 17 Fév 2018 - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
Kili d'Erebor
Roi sous la montagne

avatar

Nombre de messages : 108
Age : 21
Date d'inscription : 26/01/2014

Feuille de personnage
Race: Nain d'Erebor
Possessions: Une lance naine en mithril parsemé de rune / Un arc composite spécial / Une épée naine
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Un roi au conseil (pv kili)[terminé]   Sam 10 Fév 2018 - 18:37

Nous voila arrivant à Irisbourg, la capitale de Champs aux iris, le seul lieu où l'on trouve des hobbits à l'est de Khazad Dum ! J'appréciais beaucoup cette ville, il était tout ce qu'il y avait de plus charmant. Elle était grande, mais sans plus, grande pour des hobbits et pas que dans la hauteurs, surement pou cela que nos frères des montagnes bleus y ont élus domicile depuis si longtemps !

Chaque fois que j'étais venus ici c'était un bon moment, les hobbits d'ici ne sont pas ceux de la Comté, mais pour autant ils ont tous la même hospitalité et la même joie de vivre ! Mais ici, il y avait cette touche naine dans la population que j'appréciais, on l'a retrouvait dans toutes sortes d'artisanat et cela me ravissait au plus haut point.
La dernière fois que j'étais venus j'étais roi, mais pour autant, la fois qui m'avait le plus marqué fut avec Araekin, c'est là que je découvris vraiment la cité ainsi que les Champs, c'était tout à fait édifient.

Je voyais le port de la cité, surement le plus grand port fluviale sur l'Anduin une fois passé Fangorn !
Nous voyions les collines et leurs petites fenêtres, la place apparaissait fourmillant de monde et je ne m'étonnais pas que cela fusse pour moi, notamment avec le nombre de nains venus m’accueillir. Cela aurait semblé vaniteux à dire à haute voix, mais il était vrai qu'ils fussent là pour moi, j'étais Roi sous la Montagne et cela donner lieu à toutes sortes de fantaisies auxquels j'étais maintenant habitué comme le fut feu mon grand-père ...

Alors que nous accostions je voyais un jeune homme, nain ou hobbit ? Peut-être et surement même les deux avec une chevelure et une barbe d'un roux flamboyant qui s'avançait vers nous alors que nous commencions à nous amarrer.

"Bienvenue aux Champs aux Iris, Majesté. Nous sommes honorés de vous accueillir, votre suite et vous même. Si vous voulez bien me suivre, je souhaite vous mener à vos chambres avant de vous introduire auprès du conseil."

-Et bien merci, nous vous suivons mon brave.

Il me fut drôle de voir le visage de ce jeune demi-nain à l'approche de Lindorïe, il ne m'étonnait pas que sur beaucoup elle aurait cette prestance. Une princesse elfe imposait toujours sa présence envers et contre tout et ici aussi, malgré la simplicité ou plutôt de par cette simplicité rustre d'Irisbourg, sa prestance s'y imposait plus encore !
Le jeune demi-nain nous emmena alors un peu plus loin, là où nous devrions donc loger le temps de notre séjour ici et il nous indiqua à chacun notre chambre, ce a quoi Bofur s'empressa de se manifester afin de venir en aide à l'installation et pour poser bagages et autres.

-Attend attend mon petit, laisse moi donc t'aider a installer tout ça, ce sera bien plus simple !

-Pardonnez moi, mais dame Fleurdelys m'avait demander de me présenter à elle dès mon arriver afin de converser comme à ma demande, pourriez-vous m'indiquer l'endroit ?

Il m'invita à le suivre alors que je disais au revoir à Lindorïe, la pauvre allait être seule un moment, enfin seule, sans moi je voulais dire surtout. Car même si nous avions bien discuter pendant le voyage elle fut étonnement sociable pour une nandor et cela avait été apprécié de tous, surtout Bofur qui est vraiment très sociable dans son genre.

"Sa Majesté Kili, roi sous la montagne.

-Merci, Mulìn. Bienvenue à Irisbourg, Majesté. J'espère que vous avez fait bon voyage."


J'entrais donc dans la pièce, découvrant à la suite de mon guide la pièce, alors c'était cela la pièce du conseil ? Elle était plutôt haute, presque trois fois ma taille, donc encore plus imposante pour des hobbits de quelques têtes, voir même d'un hobbit !
Le conseil était assis autour d'une table en demi-cercle, je n'eus aucun mal à comprendre que mon siège fut celui en face et surtout seul.

-Je vous souhaite à tous le bonjour et vous remercie au nom de mes hommes et du mien de l’accueil, je pense que la princesse de Mirkwood se sent tout aussi en joie quand à l’accueil des Champs.

Je dis ces quelques mots en allant m'asseoir, je posais mon sceptre doré contre le siège, sa tête étant coincé par le haut de ce dernier, confortable en tout cas ces fauteuils ...

-Bien, je vous remercie dame Fleurdelys et aussi chacun des membres du conseil, d'avoir accéder a ma demande aussi rapidement. Cette demande est tout à fait inédite dans l'histoire du royaume d'Erebor donc pardonner moi si je ne trouve pas exactement les mots pour la commencer. *je pris quelques instants de pause me concentrant afin de ne pas dire de bêtise, réviser les mots que je m'étais dis plus tôt en tête, puis repris.* Thain de Champs aux iris, membres du conseils et maires, moi, Kili, fils de Dìs, fille de Thrain, Roi sous la Montagne, suis venus en ce lieu en ce jour, pour proposer au peuple de Champs aux iris de joindre les royaumes nains en tant que royaume fédéral d'Erebor. Cette demande est une première pour le royaume d'Erebor, car tous les autres royaumes fédéré l'ont été tacitement, je comprend que cette demande soit lourde de propos et pèsera beaucoup sur l'avenir des Champs. C'est pourquoi j'ai choisis de venir en personne devant vous afin de répondre à vos questions. *je marquais une légère pause de nouveau avant de reprendre.* Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser maintenant, mais sachez que j’énumérerais quelques changements que celait pourrait apporter aux Champs.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5806-kili-le-roi-sous-l
Aléa

avatar

Nombre de messages : 67
Age : 26
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Un roi au conseil (pv kili)[terminé]   Dim 11 Fév 2018 - 13:28

PNJ : Aléna Fleurdelys


J'observai le roi sous la montagne d'un œil attentif, ne décelant pas plus de changement dans sa physionomie que dans celle de mon époux, malgré les années. Bien sûr, il avait changé de coiffure et sa barbe peignée était tressée différemment, mais son visage restait le même. Il était bien difficile pour moi de constater chaque jour une nouvelle ride, entourée comme je l'étais d'êtres sur lesquels le temps n'avait aucune emprise, ou si minime qu'on ne pouvait la déceler. Je n'enviais pas les elfes pour cela : vivre son existence en voyant passer celles des autres comme une étoile filante, brillante, lumineuse mais terriblement éphémère, laissant à peine un éclat dans l'œil pour se rappeler à notre bon souvenir, mais ayant disparu à jamais ? En un sens, j'étais heureuse de n'être qu'une hobbite, même si j'étais peinée à l'idée du chagrin que Molìn ressentirait à ma mort, et jusqu'à la fin de sa vie. Une petite partie de moi, la plus égoïste, se réjouissait de ne jamais devoir faire face au deuil.

A cet instant, les quelques invités supplémentaires que le Conseil avait conviés à la demande du roi Kili franchirent la porte, sans un bruit. Mon époux menait la marche en tant que représentant des nains Barbe-De-Feu, suivi de deux de ses plus fidèles amis, représentants d'autres minorités naines réfugiées des montagnes bleues. Quatre hobbits suivaient, maires de minuscules villages n'ayant pas été élus au Conseil. Toute la fine fleur politique des Champs se trouvait là, désormais et lorsque notre invité prit la parole, nous ouvrîmes tous bien grand nos oreilles, conscients que quelque chose de grand se tramait là.

-Je vous souhaite à tous le bonjour et vous remercie au nom de mes hommes et du mien de l’accueil, je pense que la princesse de Mirkwood se sent tout aussi en joie quand à l’accueil des Champs.

Le Conseil au complet se leva en signe de respect et nous nous inclinâmes tandis que je répondais simplement :

"Nous sommes honorés de votre visite et j'espère que mon fils vous a fait bon accueil. Je vous aurais volontiers accueilli moi même si l'âge ne commençait pas à se faire sentir. J'irai présenter mes respects à la princesse une fois cette session close."


Je préférais clarifier les choses immédiatement, car il ne devait pas être dit que je manquais à mes devoirs en tant que Thain. La tâche de me remplacer devenait normalement à mon aînée, mais puisqu'elle était en voyage, j'avais opté pour l'alternative la plus profitable pour chacun. A en juger par son expression lorsqu'il s'était retiré, Mulìn était très satisfait de cet arrangement. Tandis que je parlais, sa Majesté Kili s'était assise en se mettant à l'aise. Son expression satisfaite me conforta dans l'idée que remplacer nos chaises par des fauteuils était une bonne initiative. Je posai les mains sur la table, croisant les doigts et me penchant légèrement en avant pour me concentrer sur ce qui allait suivre.

-Bien, je vous remercie dame Fleurdelys et aussi chacun des membres du conseil, d'avoir accéder a ma demande aussi rapidement. Cette demande est tout à fait inédite dans l'histoire du royaume d'Erebor donc pardonner moi si je ne trouve pas exactement les mots pour la commencer.

Je levai un sourcil intrigué, reprise en chœur par plusieurs de mes voisins. Une demande inédite, disait-il ? Quelle curiosité... Nous avions d'ores et déjà des accords commerciaux avec Erebor, aussi étions-nous curieux de savoir en quoi cette réunion pourrait bien être "inédite". Voilà un terme qui avait bien évidemment interpellé nos oreilles de hobbits curieux, tout comme celles de nos concitoyens nains...

Thain de Champs aux iris, membres du conseils et maires, moi, Kili, fils de Dìs, fille de Thrain, Roi sous la Montagne, suis venus en ce lieu en ce jour, pour proposer au peuple de Champs aux iris de joindre les royaumes nains en tant que royaume fédéral d'Erebor.

Une clameur s'éleva à cet instant, composée de "ah !" et de "oh !" et autres onomatopées bien peu compréhensibles. Je comprenais cet étonnement, n'ayant pas pu m'empêcher moi même de hausser les sourcils. Cette annonce nous laissait tous perplexes mais fort heureusement, nous étions habitués à régler des questions politiques, aussi le brouhaha se dissipa bien vite afin de laisser notre hôte poursuivre.

Cette demande est une première pour le royaume d'Erebor, car tous les autres royaumes fédéré l'ont été tacitement, je comprend que cette demande soit lourde de propos et pèsera beaucoup sur l'avenir des Champs. C'est pourquoi j'ai choisis de venir en personne devant vous afin de répondre à vos questions.

Quelques chuchotements se firent entendre de part et d'autres, en particulier du côté de nos citoyens nains que l'idée semblait ravir au plus haut point. Molìn m'avait déjà à de nombreuses reprises fait part de son souhait de renouer avec la population naine, mais je n'avais jamais supposé que cela pourrait s'envisager de cette façon... Le bruit commençait à s'amplifier aussi rappelai-je l'assistance à l'ordre en m'éclaircissant la gorge d'un air sévère. Le silence se fit aussitôt, et le roi put poursuivre.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser maintenant, mais sachez que j’énumérerais quelques changements que celait pourrait apporter aux Champs.
-Vous comprendrez, Majesté, qu'une telle proposition est d'une envergure sans précédent aux Champs. Nous ne pourrons probablement pas vous donner de réponse dans l'immédiat, et cela prendra peut être même quelques mois avant que nous ne puissions satisfaire -ou refuser- votre demande." prévins-je aussitôt avant de donner la parole à quiconque.

Il était exclu que nous décidâmes quoi que ce soit aujourd'hui. Le système poitique des Champs ne le permettrait pas, quand bien même nous fussions tous d'accord pour nous joindre immédiatement à Erebor. Le sujet devait d'abord être discuté et examiné sous toutes les coutures par le conseil, après quoi nous retransmettrions les termes de l'accord envisagé aux citoyens et organiserions un referrundum. Une question d'une telle importance devait obtenir une très large majorité afin d'être acceptée. Bien que l'accord des citoyens nains serait certainement gagné d'avance, cle na garantissait pas pour autant le résultat. Nous nous enorgueillissions d'avoir mis en place un système équitable et juste, mais cela prenait bien plus de temps qu'un système classique... Cela dit, nous pouvions tout de même prfiter de cette entrevue pour nous encquérir des termes du contrat que l'on nous proposait.

"Mesdames messieurs, j'invite les personnes souhaitant prendre la parole à se manifester."
déclarai-je d'un ton appelant au calme.

Deux des hobbits levèrent la main afin de signifier qu'ils avaient une question, ainsi que Molìn, qui semblait brûler de dire quelque chose. Hélas, les règles du Conseil m'obligeaient d'abord à donner la parole aux membres avant de laisser parler les invités. Je désignai donc tout d'abord Prunelle Brandebouc pour prendre la parole, tandis que mon époux se trémoussait dans son coin, sa question au bord des lèvres, vraisemblablement au supplice de devoir attendre.

"Majesté, ma question concerne l'aspect financier de la chose. Vous n'êtes pas sans savoir, je pense, la situation actuelle des Champs. Je me demandais par conséquent quelles seraient les obligations financières de la région, si nous acceptions de faire partie de votre royaume ? Devrions-nous payer davantage de taxes ? Un pourcentage de nos ventes serait-il prélevé pour Erebor ?"


Je reconnaissais bien là la principale inquiétude de Prunelle. Sa famille possédait le plus important laboratoire de parfumerie de la région et leurs revenus étaient conséquents. Sa question était tout de même légitime : les Champs se portaient de mieux en mieux et nous pouvions nous vanter de n'avoir aucun mendiant dans nos rues. Chacun avait un travail, à manger et un foyer, quoi que quelquefois modeste. Devoir payer un impôt ou partager une part importante du fruit de notre labeur pouvait s'avérer problématique, surtout si nous n'avions pas d'avantages en nature en contrepartie. Payer un impôt afin de permettre d'établir de nouvelles ou de meilleures routes commerciales, par exemple, serait avantageux pour nous. En payer un pour les beaux yeux de la couronne d'Erebor, à contrario, ne présenterait aucun intérêt. Avant même que sa Majesté puisse répondre, Abelard Vergazon, un des plus anciens membres du conseil, bondit de sa chaise tel un diable hors de sa boîte à la surprise générale et ajouta d'un ton inquiet :

"Qui se soucie de cela, en premier lieu ! Que ferez-vous si nous refusons ? Si nous ne souhaitons pas faire partie du royaume par la simple force de la persuasion, que ferez-vous ? Comptez-vous vous emparer des Champs par la force si nous refusons de nous plier à votre volonté ?!?"


Abelard prenait rarement la parole, mais je comprenais son point de vue. Nous avions ouï dire de nombreuses histoires de conquêtes sanglantes, dans d'autres régions. Nous avions bien sûr toujours été privilégiés de par notre position géographique et n'avions jamais eu à souffrir de grand chose. Notre vie paisible avait de tout temps été réglée sur les saisons et non sur le bon vouloir de l'un ou l'autre de nos voisins. Bien que je sois convaincue que le roi sous la montagne ne nous voulait pas querelle, certains précédents dans l'histoire du monde pouvaient justifier la pensée du père Vergazon. Je tapai du plat de la main sur la table et rappelai néanmoins le contrevenant à l'ordre :

"Du calme, Abelard. Laissons sa Majesté exprimer sa pensée avant de céder à la panique. Je connais vos craintes mais elles sont certainement prématurées. Je suis certaine qu'elles seront aisément apaisées par une explication plus approfondie."


Je désignai notre hôte d'un signe de la main tandis que le vieux hobbit se rasseyait en soupirant, manifestement nerveux.


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
Kili d'Erebor
Roi sous la montagne

avatar

Nombre de messages : 108
Age : 21
Date d'inscription : 26/01/2014

Feuille de personnage
Race: Nain d'Erebor
Possessions: Une lance naine en mithril parsemé de rune / Un arc composite spécial / Une épée naine
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Un roi au conseil (pv kili)[terminé]   Dim 11 Fév 2018 - 20:20

Mon petit monologue avait eut un certain effet sur les gens présent dans l'assemblé, des "oh" et des "ah" fusèrent. Pendant un moment je me questionnais si tous avaient réellement compris en quoi cela consisterait réellement ou si je m'étais moi-même mal exprimé ?

-Vous comprendrez, Majesté, qu'une telle proposition est d'une envergure sans précédent aux Champs. Nous ne pourrons probablement pas vous donner de réponse dans l'immédiat, et cela prendra peut être même quelques mois avant que nous ne puissions satisfaire -ou refuser- votre demande."

Je fus rassurer de voir que la Thain m'avait comprit et je comprenais parfaitement son choix et ses dires. Pour les corbeaux du nord ou pour les hommes du nords, devenir un royaume fédérale d'Erebor était presque normal tant nous partagions et plus encore après avoir repousser les envahisseurs du Rhûn ! Les royaume des monts de fer et ceux de la Moria était quand à eux des royaumes établis sous la couronne de mon ancêtre Durin, en tant que roi du peuple de Durin j'étais leur roi.
Mais pour Champs aux iris ... les hobbits n'avaient aucune relation avec les nains, pas aussi fusionnel que celle des hommes du nords en tout cas. Et les nains des montagnes bleus n'étaient pas mes sujets, ils ne descendaient pas de Durin, je n'avais sur eux que le serment de l'Arkenstone me permettant d'appeler leurs armée, pas de les gouverner. Certes nous avions partager beaucoup cela dit, bien plus qu'avec nos cousins des montagnes rouges au point même d'avoir un roi des montagnes bleus à la tête de Khaad Dûm pendant un temps mais tout de même.

Ainsi je comprenais parfaitement qu'ils soient choqué de cette demande, pas forcément en mal, mais que leur politique leur fasse se questionner sur la chose. Je savais qu'ils pouvaient refuser, je en le voulais pas, sinon je ne leur aurais pas proposer dès le départ, mais que pouvais-je faire d'autres ? Nous verrons bien !

"Mesdames messieurs, j'invite les personnes souhaitant prendre la parole à se manifester."
déclarai-je d'un ton appelant au calme.

Bien, apparemment quelques uns avaient des question deux hobbits et Molin, seigneur des Barbes-de-feu. Je ne le connaissais pas si bien, mais du peu que nous avions parlé lorsque j'étais dans les Champs, j'avais put voir que le feu n'était pas que dans sa barbe mais aussi dans son tempérament ! Araekin m'avait aussi un peu parlé de ce "brave seigneur nain, souverain des collines", mais néanmoins ce ne fut pas lui mais une jeune hobbit qui, la première, put parler.

"Majesté, ma question concerne l'aspect financier de la chose. Vous n'êtes pas sans savoir, je pense, la situation actuelle des Champs. Je me demandais par conséquent quelles seraient les obligations financières de la région, si nous acceptions de faire partie de votre royaume ? Devrions-nous payer davantage de taxes ? Un pourcentage de nos ventes serait-il prélevé pour Erebor ?"


Ah la question de l'économie, j'avoue que je l'attendais, mais pas si tôt dans la conversation, mais soit, abordons là !
Quoique ... en fait je ne put même pas esquisser la penser du simple geste de venir ouvrir la bouche qu'un hobbit, apparemment fort énerver, prit par à la discussion avec un ton assez fort.

"Qui se soucie de cela, en premier lieu ! Que ferez-vous si nous refusons ? Si nous ne souhaitons pas faire partie du royaume par la simple force de la persuasion, que ferez-vous ? Comptez-vous vous emparer des Champs par la force si nous refusons de nous plier à votre volonté ?!?"


Une question qui pouvait se poser mais qui ne me fit pas plaisir pour autant et a laquelle mon visage se durcit, je pouvais bien comprendre mais tout de même ... nous comparer à de vulgaire conquérant, a des tyrans et des empereurs ?! Nous, le peuple d'Erebor, qui avions subit les forces du Rhûn, de l'Angmar, des gobelins et des morts, nous penser capable d'écraser un peuple simplement pour ses terres. C'était honteux, mais je ne dis rien, les hobbits sont des gens simples, et ceux des Champs n'ont jamais souffert d'aucune querelle, je ne devais pas prendre réellement cela comme un affront ...

"Du calme, Abelard. Laissons sa Majesté exprimer sa pensée avant de céder à la panique. Je connais vos craintes mais elles sont certainement prématurées. Je suis certaine qu'elles seront aisément apaisées par une explication plus approfondie."


Je reprenais un peu mon calme, reprenant une mine plus joviale après que dame Fleurdelys ait remis plus de calme elle-même dans l'assemblé, prenant une légère inspiration, je me levais de mon siège et debout, commençais a m'exprimer :

- Bien, tout d'abord, je vais calmer vos inquiétudes, le peuple d'Erebor ne viens pas ici pour vouloir prendre vos terres par la force. Ma proposition est purement amicale et en aucun cas une simple convoitise. C'est bien pour cela que cette proposition est ce qu'elle est, c'est à dire une proposition. Un refus de la part des Champs n'entachera pas nos relations passé, présente et futur et je n'enverrais personne pour prendre ce lieu par la force.
*Je marquais une pause et reprit ensuite.* Ensuite, concernant l'économie et votre question chère dame. Je n'ignore aucunement l'actuel prospérité des Champs et je mentirais en disant que cela ne pèse pas dans la balance de l'accord donc je ne vais pas faire cour dans mon explication, ainsi vous en saurez chaque rouage. Tout d'abord, si vous devenez un état fédérale d'Erebor, les impôts de votre état devrons se calquer sur celle d'Erebor, si vous accepter, je verrais les modifications à apposer avec votre Thain bien sur. Au vue du train de vie des Champs, de ce que j'en sais et de ce que j'en ai vue cela ne changera rien pour vous car même si vos impots venait à augmenter, Erebor possède un important système d'aide social afin de ne pas engranger de l'argent et laisser quelques gens sans logis. Pour citer quelques exemples, la médecines pour les citoyens d'Erebor est bien moins chère car une partie est payer par l'état. Les personnes âgé aussi sont payé par l'état en remerciement de leur labeur pendant leurs jeunes années.

J'avais en effet mis un certains nombres d'avancé social au sein d'Erebor, j'avais vue tant de pays et de lieu avec Araekin, où les gens ne pouvait pas dormir dans un chez eux, ni manger, que je ne voulais pas de cela dans mon royaume. Erebor est l'une des cité naine les plus riches, Khazad Dûm avec son mithril est surement la première, je ne pouvais pas laisser cet argent augmenter et à l'inverse laisser des gens mourir sans en avoir.

-Concernant le commerce, vous qui commercez avec Khazad Dûm savez qu'il existe une taxe  de vente hors-frontière, tout produit des royaumes nains vendus en dehors est plus chère. Si vous devenez un état d'Erebor, vous feriez alors partie des royaumes et donc vos produits gagnerait cette taxe légère auprès des autres pays mais à contrario tous les produits des royaumes nains "perdraient" cette dites taxe. Comme par exemple les jouets de Dale dont j'ai apprit qu'ils se vendaient bien par chez vous. Vos produits aussi seraient bien plus facilement transporter, nous avons beaucoup d'accords et beaucoup de moyens, comme l'Anduin que nous avons récemment dompter. *Je pris une nouvelle inspiration, marquant une pause avant de reprendre.* Pour conclure, j'aimerais rappeler quelques points essentiels de l'accord. En devenant un royaume fédérale, les Champs aux iris deviendront un état vassal d'Erebor et donc sous ma couronne. Mais pour autant vous garderez en grande partie votre autonomie, je pense que vous n'ignorez pas le cas des hommes du nord eux-même fédéré à Erebor sous l'égide de leur propre roi et dont la culture et les lois leurs sont en partie propre. En effet, les lois fédérale d'Erebor devront s'appliquer aux Champs, mais elles ne diffèrent que peu entres elles dans les grandes lignes en tout cas.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5806-kili-le-roi-sous-l
Aléa

avatar

Nombre de messages : 67
Age : 26
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Un roi au conseil (pv kili)[terminé]   Dim 11 Fév 2018 - 21:21

Pnj : Aléna Fleurdelys


L'expression de notre auguste visiteur s'était quelque peu assombrie lors de l'intervention d'Abelard mais fort heureusement, elle s'adoucit de nouveau dès lors que cet petit éclat fût contrôlé. En bon orateur, il se leva pour s'adresser à nous, nous regardant tour à tour de façon à ce que personne ne se sente mis de côté lors de son explication. Bien qu'il s'adressât en priorité à Prunelle, il tentait également de nous mettre en confiance et j'appréciais la sincérité qui résonnait dans ses propos.

Il commença par confirmer ce que je savais déjà et qui devait apaiser les craintes des plus frileux d'entre nous : non, Erebor n'avait aucun intérêt à nous envahir par la force, et oui, il souhaitait avant tout conserver de bonnes relations avec nous. D'un discret coup d'œil, je constatai que ces mots avaient su adoucir les inquiétudes du père Vergazon, qui s'était installé plus commodément et écoutait maintenant dans le plus grand calme. Ce hobbit-là avait parfois d'étranges sautes d'humeur et on aurait eu peine à croire qu'il soit sage. Pourtant, il était réputé pour ses avis certes incisifs mais éclairés. Je me demandais s'il n'était pas intervenu dans le seul but de jauger le roi sous la montagne... Peut être avait-il un but caché ? Rien n'était impossible avec lui...

Lorsque sa Majesté mentionna une éventuelle augmentation des impôts, les membres du conseil connus pour avoir des oursins dans leurs bourses se redressèrent comme un seul hobbit, manifestement inquiets. Ils se calmèrent lorsqu'il mentionna par la suite des avantages en nature, comme le médecin et la possibilité d'avoir une rente une fois âgés. Ici, ceux qui n'étaient plus à même de subvenir à leurs propres besoins étaient pris en charge par leurs familles mais il arrivait parfois qu'un hobbit esseulé se retrouve dans une mauvaise situation. Jusqu'ici, j'avais toujours réussi à prendre des dispositions pour leur trouver de menus travaux permettant qu'ils soutiennent plus ou moins leur train de vie. Conteur, professeur, gardien de la salle des Mathoms.... Autant de professions généralement effectuées par des personnes âgées. Cela dit, je pouvais comprendre que d'aucuns souhaitent passer leurs vieux jours au calme, en profitant de leur temps libre pour s'occuper de soi. Moi même, si j'avais le temps et la certitude que ma charge serait convenablement effectuée malgré l'absence d'Aléa, je n'aurais pas rechigné à prendre quelques jours de repos auprès de ma famille et pourquoi pas à visiter quelques vieux amis... Cet argument semblait d'ailleurs enchanter la majorité des membres du Conseil, car bien que j'en sois la doyenne pour les hobbits, tous avaient le même type de préoccupations.

Le roi Kili s'appesantit ensuite sur l'aspect financier de la question comme l'avait suggéré la jeune Brandebouc. Nous avions tous du sang de commerçant dans les veines aussi prêtions nous une attention toute particulière à cela. Plus il en parlait, plus les conditions semblaient avantageuses pour nous. Quelques hochements de tête satisfaits de ci de là laissaient à penser que nous voyions tous le bénéfice que nous pourrions tirer de cet arrangement. J'allais moi même intervenir mais n'eus guère l'occasion de le faire car Molìn me prit de vitesse, les joues rougies de s'être aussi longtemps contenu.

"Majesté, membres du conseil, pardonnez moi de vous interrompre mais je tiens à dire quelques mots. Nous autres, réfugiés nains des montagnes bleues, sommes peut être les mieux placés pour juger de l'opportunité qui nous est donnée à tous. Erebor est riche, plus encore que nous ne le sommes nous mêmes et comme vous le savez, les produits que nous fabriquons ici sont des denrées de luxe. Je pense que cet accord pourrait nous permettre d'exporter des produits qui n'ont jusque là jamais franchi nos frontières. Je parle au nom de mes frères en disant que pour notre part, nous sommes très favorables à l'idée de nous joindre aux forces du roi sous la montagne. Ceux d'entre nous qui ont poursuivi leur chemin après les Champs et se sont établis dans son royaume n'en rapportent que du bien. Je m'excuse d'avance d'énoncer un problème d'ordre privé, mais il me semble également nécessaire de mentionner que les jeunes demi nains issus de nos mariages avec des hobbits de la région brûlent de découvrir leurs racines naines. Je n'ai guère encore eu le temps d'en discuter moi même avec Aléna, mais l'un de nos fils a récemment exprimé le désir de s'en aller étudier l'art de a forge dans les montagnes... De tels apprentissages seraient facilités et les voyages des uns et des autres également... Pensez-y, pour l'avenir des générations futures."


Ce qu'il n'avait pas dit mais qu'il sous entendait aussi clairement que s'il l'avait énoncé, c'était que le sang nain se mélangeait de plus en plus au sang de hobbit dans la région. Les demis-nains eux mêmes transmettaient leur héritage en se liant avec des hobbits pure souche et un débat récent au conseil nous avait menés à penser que d'ici quelques générations, il n'y aurait probablement plus de purs hobbits. Nous le savions et avions clôturé le débat en concluant que cela n'avait aucune importance, car nous ne perdions pas notre identité. Les petites gens des Champs resteraient les mêmes, avec peut être une meilleure constitution et une vie plus longue, voilà tout. J'étais bien plus peinée à l'idée que Mulìn ne m'ait pas fait part de ses envies de voyage. Je n'avais aucun doute quant à l'identité du fils en question, puisque les deux autres étaient mariés et établis, et que je ne les voyais guère partir où que ce fût sans emmener femmes et enfants... Je poussai un petit soupir et intervins à mon tour

"Merci, Molìn. Je donne maintenant la parole à Winnifred Sacquet."

Celle ci se contenta de refuser poliment en arguant que sa Majesté avait déjà répondu à sa question concernant la conservation de la culture hobbite. Je pris donc la parole à mon tour et ajoutai d'un ton las :

"En ce qui me concerne, je souhaite obtenir si vous le voulez bien un exemplaire des conditions écrites, afin de pouvoir l'étudier plus en détail. Je me réserve le droit de vous questionner par la suite, si le besoin s'en fait sentir. Je pense que nous avons tous besoin d'un peu de temps pour discuter et réfléchir calmement à votre proposition. Il serait par ailleurs bien vain de vous interroger sur des choses que vous avez peut être déjà mentionnées dans un document. Je propose donc de lever la séance pour l'instant, à moins que quelqu'un ait quelque chose à ajouter ?"


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
Kili d'Erebor
Roi sous la montagne

avatar

Nombre de messages : 108
Age : 21
Date d'inscription : 26/01/2014

Feuille de personnage
Race: Nain d'Erebor
Possessions: Une lance naine en mithril parsemé de rune / Un arc composite spécial / Une épée naine
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Un roi au conseil (pv kili)[terminé]   Sam 17 Fév 2018 - 15:56

Lors de mon monologue, j'avais pris soin de regarder au mieux les personnes présentent dans la grande salle, c'était une chose que j'avais apprit lors de réunion officiel, lorsque l'on parle, les réactions de ceux qui écoutent sont toujours autant importantes que ce qu'ils viendront à répondre.
Mais les hobbits et les nains ne sont pas des êtres discret comme les elfes ou parfois certains humains sournois. Non, eux leurs réactions était si imposante que le seul moyen de ne pas les remarquer étaient de ne pas se trouver dans la même pièce. Quoique, parfois même cela ne suffit pas d'expérience.
Ainsi je pus remarquer que nombres de hobbits du conseil n'ont pas aimé ma remarque sur les impôts, mais que celles sur les aide les ont calmé aussi rapidement qu'ils s'étaient insurgé ! Cela ne m'étonnait pas, Champs aux iris étaient assez fortuné, les hobbits d'ici avaient beaucoup de richesse à exploité et ils n'étaient pas aussi proche des conflits que les hobbits de la Comté. Quel meilleur façon de devenir à cheval sur son argent ?

"Majesté, membres du conseil, pardonnez moi de vous interrompre mais je tiens à dire quelques mots. Nous autres, réfugiés nains des montagnes bleues, sommes peut être les mieux placés pour juger de l'opportunité qui nous est donnée à tous. Erebor est riche, plus encore que nous ne le sommes nous mêmes et comme vous le savez, les produits que nous fabriquons ici sont des denrées de luxe. Je pense que cet accord pourrait nous permettre d'exporter des produits qui n'ont jusque là jamais franchi nos frontières. Je parle au nom de mes frères en disant que pour notre part, nous sommes très favorables à l'idée de nous joindre aux forces du roi sous la montagne. Ceux d'entre nous qui ont poursuivi leur chemin après les Champs et se sont établis dans son royaume n'en rapportent que du bien. Je m'excuse d'avance d'énoncer un problème d'ordre privé, mais il me semble également nécessaire de mentionner que les jeunes demi nains issus de nos mariages avec des hobbits de la région brûlent de découvrir leurs racines naines. Je n'ai guère encore eu le temps d'en discuter moi même avec Aléna, mais l'un de nos fils a récemment exprimé le désir de s'en aller étudier l'art de a forge dans les montagnes... De tels apprentissages seraient facilités et les voyages des uns et des autres également... Pensez-y, pour l'avenir des générations futures."


Le seigneur des Barbe-de-feu avait prit la parole et je l'avais écouté avec grand soin, il était l'un des miens, pas un Longues-barbes, pas un de mes sujets, seulement un des miens, un naugrims. Il était un seigneur nain, tout comme je l'étais devenus après de la mort de mon grand-père et je souhaitais plus que tout connaitre son avis.
Je comprenais parfaitement ce qu'ils voulaient dire, moi-même je ne savais comment considérer les demi-nain des Champs, étaient-ils plus proche des hobbits ? Des nains ? Quelque chose d'à part ?
De tels considération n'ont pas lieu à les séparer au contraire, mais chacun serait différent, tous surement voudront être lié à leur deux culture et je serais heureux que mon peuple leur offre cette opportunité !

"Merci, Molìn. Je donne maintenant la parole à Winnifred Sacquet."

Je regardais la dénommé Winnifred Sacquet qui refusa poliment de prendre la parole, je n'en fus pas vexé cela voulant surement dire que j'avais bien exposé ma demande et les points qui la questionnais.

"En ce qui me concerne, je souhaite obtenir si vous le voulez bien un exemplaire des conditions écrites, afin de pouvoir l'étudier plus en détail. Je me réserve le droit de vous questionner par la suite, si le besoin s'en fait sentir. Je pense que nous avons tous besoin d'un peu de temps pour discuter et réfléchir calmement à votre proposition. Il serait par ailleurs bien vain de vous interroger sur des choses que vous avez peut être déjà mentionnées dans un document. Je propose donc de lever la séance pour l'instant, à moins que quelqu'un ait quelque chose à ajouter ?"


-Bien sur dame, peux-tu aller le chercher ?

-Bien sur, si l'on veut bien m'ouvrir la porte je reviens de suite.


La porte fut ouverte alors que Roäc s'envola allant chercher le parchemin contenant chacune des lois fédérale et des bénéfices de l'alliance entre nos peuples.

-Roäc est parti chercher le parchemin demander, j'en avais fait rédigé un, je pensais mieux de le préparer afin que vous puissiez étudier cela plus tranquillement. Je vous préviens aussi, comme vous le savez, je traverse Irisbourg et les Champs aux iris pour me rendre à Khazad Dûm. Si vous le souhaitez, je peux demander à quelques corbeaux de rester ici si jamais vous souhaitez communiquer avec moi. Je repasserais aussi par Irisbourg lorsque je m'en retournerais à Erebor.

Roäc revint, un parchemin enroulé entre les serres et alla se poser devant dame Fleurdelys. Inclinant la tête en signe de révérence il s'en retourna a mes cotés.

-Si vous n'avez pas plus de question, je pense donc que nous allons nous retirer, nous avons beaucoup voyager, un peu de repos ne serait pas de refus.

Devant l'absence de réponse et les sourires et signe de tête des nains et des hobbits présents dans la pièce, je lançais a mes hôtes un grand sourire. Reprenant mon sceptre, je m'en allais de la salle allant rejoindre Lindorië que j'avais laisser seule jusque là.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5806-kili-le-roi-sous-l
Aléa

avatar

Nombre de messages : 67
Age : 26
Date d'inscription : 31/10/2015

Feuille de personnage
Race: Mi Hobbite Mi Naine
Possessions: Marteau d'Argent, Sacoche d'outils de joaillerie, Pantalon et Chemise en toile d'Iris, genouillères, pectoral et protège bras en acier nain
Statut: Joueur(se) actif(ve)

MessageSujet: Re: Un roi au conseil (pv kili)[terminé]   Sam 17 Fév 2018 - 16:29

PNJ : Aléna Fleurdelys


Le Roi sous la montagne trouve bien évidemment ma demande logique et y répondit en s'adressant à l'un de ses corbeaux.

-Bien sur dame, peux-tu aller le chercher ?
-Bien sur, si l'on veut bien m'ouvrir la porte je reviens de suite.


Un des nains qui accompagnait Molin se chargea de surseoir à cette demande et aussitôt l'oiseau quitta la pièce. J'étais convaincue que sa Majesté avait déjà anticipé la demande, puisqu'il avait l'habitude des questions de politique internationales. Nous mêmes n'avions que peu à nous y intéresser, d'ordinaire, mais j'étais satisfaite que l'on nous voie comme une nation suffisamment conséquente pour mériter ce genre de propositions.

-Roäc est parti chercher le parchemin demander, j'en avais fait rédigé un, je pensais mieux de le préparer afin que vous puissiez étudier cela plus tranquillement. Je vous préviens aussi, comme vous le savez, je traverse Irisbourg et les Champs aux iris pour me rendre à Khazad Dûm. Si vous le souhaitez, je peux demander à quelques corbeaux de rester ici si jamais vous souhaitez communiquer avec moi. Je repasserais aussi par Irisbourg lorsque je m'en retournerais à Erebor.

Nous répondîmes par un hochement de tête entendu. S'il passait quelques temps à Khazad Dûm, nous aurions peut être le délai suffisant pour pouvoir répondre à sa proposition... Si nous étions en mesure de le faire à son retour aux Champs, cela serait parfait et épargnerait à tous le dérangement de devoir le recontacter après son départ... J'en étais là de mes réflexions lorsque le corbeau revint, porteur d'un parchemin qu'il déposa devant moi. Il esquissa une sorte de révérence élégante qui m'incita à incliner la tête vers lui pour lui rendre la pareille. Quel animal bien élevé ! Je comprenais mieux le respect des nains d'Erebor pour ces oiseaux, ainsi que leur statut de citoyens.

-Si vous n'avez pas plus de question, je pense donc que nous allons nous retirer, nous avons beaucoup voyager, un peu de repos ne serait pas de refus.

Nous répondîmes par l'affirmative, désireux d'étudier plus avant les détails de la proposition avant de poser des questions. Le roi sous la montagne sortit alors et j'interceptai un sourire de la part de mon époux. D'un signe de tête, je lui demandai de bien vouloir accompagner sa Majesté et il me répondit d'un clin d'œil. Ce nain-là était véritablement le meilleur de tous. Un léger sourire flotta sur mes lèvres et je me promis de discuter avec lui le soir même quant à la demande de notre fils. Le banquet n'aurait pas lieu avant quelques heures, aussi le Conseil ferma-t'il ses portes afin de pouvoir lire le document en paix.


Dialogues : #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t6979-alea-barbe-de-feu-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un roi au conseil (pv kili)[terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un roi au conseil (pv kili)[terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit porte conseil [Livre 1 - Terminé]
» Fairy Tail et le Conseil c'est une blague ? [Mission pv: Nox]
» La Nuit porte Conseil... Dangereuse et Perfide [Livre 1 - Terminé]
» [CONSEIL] Nains
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RP : Le Seigneur des Anneaux :: Les contrées hobbites (uniquement RP) :: Champs aux Iris -
Sauter vers: