Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | .
 

 [Flashback] Dissensions en Terres Immortelles [PV : Astriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lindel MelainaNombre de messages : 61
Age : 38
Date d'inscription : 24/03/2017

Feuille de personnage
Race:
Possessions: Aucune.
Statut:
avatar

MessageSujet: [Flashback] Dissensions en Terres Immortelles [PV : Astriel]   Lun 11 Juin 2018 - 1:34
Spoiler:
 

Plusieurs millénaires auparavant… à présent des souvenirs.
En ces temps là, il parait que c’était en Valinor qu’il se passait le plus d’évènements. Bien plus qu’en Terre du Milieu, hormis si on considérait les méfaits horribles de celui dont je n’ai aucune envie de prononcer le nom.
Pourtant quelques autres évènements pas forcément positifs se produisirent au Royaume Béni, des évènements qui provoquèrent de douloureuses scissions au sein des communautés elfes. La cause ? Encore un coup de celui dont on n’aime pas le nom… et que l’on déteste tout simplement. Car il ne se contentait pas de s’occuper seulement des Terres du Milieu…

Peu après le massacre qu’il avait perpétré contre la Lumière des Terres Immortelles, il avait dérobé l’œuvre de l’illustre Prince des Noldor, et massacré leur roi. Suite à maintes discussions houleuses entre eux, les Noldor avaient décidé de quitter ces terres afin d’aller retrouver les trois gemmes, et pas de manière pacifique.

En tant que Vanya, cette affaire ne me concernait pas autant qu’eux et pourtant… J’avais toujours ressenti une admiration certaine pour cet illustre Noldor du nom de Fëanor en plus d’avoir des goûts en commun avec son peuple. Je n’avais jamais délaissé les miens pour autant et j’avais apprécié le chant et la poésie, mais la joaillerie et la forge m’avaient toujours assez attirée. Cela n’avait pas été toujours totalement au goût des miens même s’ils m’avaient laissée libre de mes choix… jusqu’à ce que je décide de suivre les Noldor dans leur exode.

Je ne savais pas le nombre des miens qui désapprouvaient cette décision – et je devais avouer que leurs avis ne m’importaient pas tant que cela – mais je savais que cela blessait mes proches. Savoir cela m’était quand même douloureux. Tout comme le surnom d’hérétique qu’ils me donnèrent alors que mon peuple était – parait-il – le favoris du roi des Valar. L’idée de le décevoir par mon exode n’était pas du tout réjouissante ni même pour moi mais ne rien faire pour aider ne serait-ce que mes rares amis Noldor, ne pas être à leurs cotés au bon moment, m’était tout aussi insupportable.

J’avais également conscience que je ne pourrai pas revenir de sitôt – et très probablement pour toujours – en Valinor mais je ne pouvais me résigner à rester. La majorité de mes amis – déjà rares – partaient, et comment j’allais pouvoir continuer à apprendre la joaillerie ? Mon maître partait aussi et ceux qui restaient auraient à faire ma connaissance et à m’accepter.

Malgré ma décision prise je retournai vers les miens afin de leur expliquer mes ressentis en détails. j’espérais encore – sûrement trop naïvement – trouver quelque soutien parmi les miens…

Je croisai alors le chemin d’une dame elfe que je ne connaissais pas encore. Sans doute me connaissait-elle, elle ? Sans doute avais-je trop passé de temps à mes travaux pour la connaître ? Cependant, je ne lui parlai pas la première, me demandant qui elle était, mais j’esquissai un signe de tête respectueux pour la saluer.


(Couleur de texte : #6633ff)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7386-lindel-melaina
Astriel NirokiniNombre de messages : 158
Age : 27
Date d'inscription : 02/11/2017

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
La Danse-Lame

La Danse-Lame
MessageSujet: Re: [Flashback] Dissensions en Terres Immortelles [PV : Astriel]   Lun 11 Juin 2018 - 12:13
A l'époque, j'étais encore insouciante des dangers du monde qui m'entourait. Bien que mon frère fût l'un des premiers représentants de notre peuple à quitter notre terre natale en direction du continent, j'éprouvais une rancœur tenace contre ceux qui voguaient vers l'est. Dans mon esprit tourmenté par la perte récente d'un être cher, ils étaient l'instrument de mon malheur. Peu m'importait qu'Araekin ait pris seul la décision de nous abandonner ou qu'elle lui fût soufflée par quelque esprit mal intentionné à l'égard de notre famille. Depuis que mon aîné avait pris la mer, bien mal avisé serait celui qui aurait tenté de me convaincre du bien fondé de ces départs. Heureusement, la plupart de mes compatriotes considéraient cela du même œil que moi : avec méfiance et peut être même un certain mépris.

Un amour sincère m'avait depuis toujours uni à nos terres et en tant que fille d'Ingonwë j'estimais comme mon devoir de veiller au bien être et à la sécurité de nos gens. Or, voilà qu'on nous les enlevait -certes, de bon gré, mais cela ne changeait rien à l'affaire- pour les envoyer au loin, dans un monde froid et sinistre où nous n'avions aucune influence directe. Plusieurs fois, je tentai de convaincre mon grand père d'intervenir afin d'interdire l'hérésie que constituait ce départ des nôtres pour l'est. Celui-ci n'avait jamais fait mine de se pencher sur mes arguments et répondait invariablement que la détresse de mon coeur ne devait pas m'aveugler au détriment du libre arbitre de mes pairs. J'en conçus une plus grande rancœur encore... Ce jour là je réalisai la vanité de mes vues sur le monde : peu importait de qui j'étais la fille, je n'aurais jamais la moindre influence sur quiconque si je ne parvenais pas à me faire un nom par moi même.

Je ruminais cette idée, cherchant un moyen de parvenir à mon objectif réel : ramener Araekin parmi nous. Or, j'en étais bien consciente, ce projet ne trouverait un dénouement heureux qu'à condition que tous nous frères et sœurs reviennent à la raison et regagnent la terre dont ils étaient issus. J'étais certaine qu'il ne consentirait jamais à nous rejoindre si un seul des nôtres se trouvait encore là bas. Une petite voix sournoise me murmura qu'il ne reviendrait peut être pas même si je parvenais à rapatrier l'entièreté de notre engeance. Je décidai de l'ignorer et chassai cette idée d'un geste de la main, agacée.

Tandis que je déambulais sur les chemins de Valinor, l'esprit tourmenté par tant de pensées égoïstement tournées vers mon propre bonheur, je croisai une jeune demoiselle que j'identifiai aussitôt comme Vanyar, tout comme moi. Bien que sa tenue soit moins extravagante que la mienne, elle semblait suffisamment aisée pour que je prenne la peine de la saluer. Il ne serait pas dit que les dames de la maison d'Ingwë souffrent d'un manque d'éducation... Aussi m'inclinai-je poliment en direction de la jeune elfe qui me salua respectueusement.

"Bien le bonjour, ma Dame, commençai-je d'un ton poli, sinon enjoué. Il est heureux de rencontrer quelqu'un ici de si bon matin. L'endroit est peu fréquenté, si tôt après l'aurore."

J'esquissai un sourire charmeur, prenant le plus grand soin à faire bonne impression, comme toujours en présence d'inconnus. Depuis le départ de mon aîné, je prenais un malin plaisir à être admirée partout où j'allais, peut être pour compenser le manque affectif dont je souffrais depuis sa disparition. Je n'aurais avoué cela à personne, pour rien au monde. Cette pensée causa un trouble fugitif sur mon visage qui s'assombrit l'espace d'un instant. Je lissai le corsage de ma robe de soie d'un geste délicat pour me donner une contenance, puis adressai de nouveau un sourire à l'inconnue. Bien décidée à attirer quelqu'un de nouveau dans les filets de l'adoration à mon égard, je poursuivis, le regard brillant et plus charmante que jamais :

"Je suis ravie de voir que quelqu'un partage mon appréciation de ce lieu. Je suis Astriel, princesse du peuple Eldar. Puis-je connaître votre nom ?"

Je m'inclinai gracieusement en saisissant entre mes doigts délicats la jupe brodée d'or de ma robe, ma chevelure d'un blond solaire coulant en cascades de part et d'autres de mon visage. Je pris aussitôt avantage de ma carnation de lait et me redressai en pivotant légèrement vers la droite, de façon à ce que le soleil illumine mes traits et mon regard, d'un bleu violine. Depuis bien longtemps rompue aux armes du charme, j'utilisais ma beauté à la manière d'une arme affûtée dont le fil tranchait les coeurs aussi sûrement que les lames de nos meilleurs forgerons. J'ignorais alors que ces armes-là sont d'une nature cruelle et qu'elles disposent bien souvent d'un double tranchant. J'apprendrais cette leçon bien des millénaires plus tard... Avant cela, je traverserais nombre d'épreuves, dont la plus importante, celle qui me ferait taire le titre dont j'étais si fière alors, et acquérir un peu d'humilité. Mais cela est une autre histoire, qui sera elle même contée en son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7470-astriel-nirokini-f
Lindel MelainaNombre de messages : 61
Age : 38
Date d'inscription : 24/03/2017

Feuille de personnage
Race:
Possessions: Aucune.
Statut:
avatar

MessageSujet: Re: [Flashback] Dissensions en Terres Immortelles [PV : Astriel]   Mer 11 Juil 2018 - 15:48
La dame Elfe vint s’adresser à moi tout en me saluant. Ne la connaissant pas et ne partageant pas cette nature de s’adresser ouvertement à quiconque que je ne connaissais pas, je trouvai cela surprenant. Pas dérangeant pour autant, bien au contraire, et cela me rappelait même que j’aurais sûrement du être plus communicante par moments. En particulier avec les autres Vanyar. Car cette dame était de ce peuple, c’était visible à son teint de porcelaine et à ses cheveux d’or. Nous, Vanyar, étions considérés comme les plus beaux et elle était totalement digne de cette réputation. Elle était également digne de la réputation polie et bien éduquée des Vanyar, alors que je devais sans doute paraître plus froide et distante.

Je l’avais quand même saluée et j’entrepris de lui répondre. D’autant plus que, quel que soit son rang, je la trouvais sympathique, et un peu de compagnie n’était pas déplaisante. Je n’allais cependant pas aborder de suite les pensées qui envahissaient mon esprit depuis longtemps. Quelques échanges de mots autres seraient nécessaires en premier lieu, notamment après qu’elle m’ait fait connaître ouvertement son rang princier.

« Bonjour de même, princesse, vous pouvez me nommer Lindel. ».
Mon ton restait toutefois plus neutre que le sien, même si je faisais en sorte de paraître aimable et souriante.  Ce qui faisait quand même partie de ma nature malgré mon coté assez taciturne.

« Cet endroit est peu fréquenté, mais n’est-ce qui fait son charme ? Même si je dois avouer m’aventurer trop peu ici. ».
Puisque je passais bien plus de temps dans les ateliers de joaillerie. d’ailleurs, c’était sûrement pour cette raison qu’elle ne me connaissait pas vraiment, à moins que je me méprenais au sujet des autres Vanyar ? Se connaissaient-ils tous après tout ? J’avais toujours eu l’impression, en tout cas, d’après mon entourage, que plusieurs se connaissaient entre eux. À vrai dire, cela ne me préoccupait pas tant que cela.

« J’espère en tout cas que l’aurore se lèvera encore et encore à présent. ».

Et qu’elle se lèvera partout, même en Terre du Milieu. C’était ce que j’avais compris suite aux dernières œuvres divines suite à la destruction des deux Arbres. C’était aussi ce qui me donnait la seule petite raison qu’il me restait de rejoindre les Noldor.

Avant de dire quoique ce soit d’autre, je considérai mon interlocutrice. Il faut dire qu’elle était très belle, et on ne pouvait que la regarder. Il était évident qu’elle ferait tourner bien des têtes, si ce n’était pas déjà le cas. Y compris celle du Roi des Valar qui nous aimait tant.
En attendant, son charisme hypnotisant, mêlé à ses mots, me faisaient réfléchir quant à ce que j’allais lui dire après. Malgré tout j’avais quand même entendu ses mots et il m’apparaissait fort probable qu’elle aime beaucoup cet endroit, bien trop pour le quitter. Bien trop pour quitter Valinor. D’autant plus qu’elle était une princesse donc. Il m’avait semblé également détecter un léger ressenti plus sombre sur son visage mais je n’avais pas envie de le lui faire remarquer, cela serait malpoli, à mon sens. Je préférai vérifier le terrain quant à un autre sujet, de façon très subtile.

« En plus de ce lieu, sûrement en aimez vous d’autres ? ».

Il y avait bien d’autres endroits dans Valinor qui fussent très agréables à voir et s’y promener non ? Bien évidemment, cependant, je me supposais assez qu’elle ne parlerait pas des Terres du Milieu. Seuls les plus âgés d’entre nous, ceux qui y était nés, connaissaient. Ceux qui était nés à Valinor ne pouvaient pas connaître. Certains en avaient une grande envie cependant...


(Couleur de texte : #6633ff)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7386-lindel-melaina
Astriel NirokiniNombre de messages : 158
Age : 27
Date d'inscription : 02/11/2017

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
La Danse-Lame

La Danse-Lame
MessageSujet: Re: [Flashback] Dissensions en Terres Immortelles [PV : Astriel]   Lun 30 Juil 2018 - 23:56
« Bonjour de même, princesse, vous pouvez me nommer Lindel. 
-Je suis ravie de faire votre connaissance, dame Lindel.»


Elle paraissait aimable et j'appréciai sa simplicité, bien différente du milieu ou j'évoluais chaque jour. Même une dame de mon rang et de mon éducation pouvait parfois se lasser des vicissitudes des relations sociales et en ce jour, j'aurais particulièrement apprécié que l'on m'admire pour mes qualités propres, et non pour mon titre ou une quelconque considération extérieure. Mon interlocutrice semblait parfaite pour jouer ce rôle...

« Cet endroit est peu fréquenté, mais n’est-ce qui fait son charme ? Même si je dois avouer m’aventurer trop peu ici. 
-Peut être. Je ne saurais le dire. La solitude peut avoir plusieurs visages.»

Je n'ajoutai rien dans l'immédiat, le regard perdu sur les alentours. J'avais aimé venir ici en compagnie de ma famille, jadis. De nos jours, cela n'était plus tout à fait pareil, tout en demeurant intrinsèquement identique. Des saules courbaient l'échine de part et d'autre du chemin, leurs branches caressantes cascadant gracieusement, cherchant peut être à effleurer les cheveux des promeneurs où à entendre leurs secrets. Des corolles parfumées s'épanouissaient dans l'herbe fraîche d'un vert lumineux et le vent apportait de douces odeurs printanières. De ci de là, certaines branches étaient tressées de rubans de soie, comme pour baliser le chemin et éviter qu'un étourdi ne s'égare.

J'aimais évoluer ainsi dans l'ombre des bois, mon visage caressé par quelques rayons de soleil vagabonds. J'aimais tant être baignée de lumière que mes promenades me menaient le plus souvent dans les plaines. Mon humeur sombre du jour s'était accordée à ma destination, aussi avais-je choisi le couvert des saules, un mallorn dominant ses voisins de toute sa splendeur et les baignant dans sa blancheur immaculée. Ses feuilles d'un vert gainé d'émeraude servaient d'écrin à ses fleurs dorées, à peine écloses. J'avais toujours eu un amour profond des belles choses, et mon paysage natal m'enchantait, oignant mon coeur d'un baume de beauté éternelle.

Pourtant, le spectre de mes peines planait toujours au dessus de moi, détériorant le merveilleux tableau de ses couleurs ternes et tristes. Une fois de plus, je chassai résolument cette pensée agaçante et me concentrai sur la dame qui me faisait face.

« J’espère en tout cas que l’aurore se lèvera encore et encore à présent. ».

Je hochai la tête, son commentaire me portant à espérer que, peut être, je ne traversais qu'une nuit sans lune et que bientôt se lèverait mon aurore. La nature était ainsi faite. Cette idée réconfortante me réchauffa le coeur et mon sourire se fit plus doux et plus chaleureux. La lumière brillerait à jamais sur Valinor et mes semblables, ici, pourraient vivre un bonheur éternel s'ils le souhaitaient. Il leur suffisait, en réalité, de ne jamais quitter la félicité de ces terres.

« En plus de ce lieu, sûrement en aimez vous d’autres ? ».

La question me surprit et j'entrouvris les lèvres sur une réponse muette. Mon lieu favori, de toute éternité, avait toujours été la demeure d'été de ma famille. D'immenses fenêtres laissaient entrer la lumière, qui épousait parfaitement les courbes douces et élégantes de l'architecture raffinée de mon peuple. Mes appartements disposaient d'un grand salon à ciel ouvert, qui me permettait d'admirer les étoiles autant qu'il me plaisait. Plus encore que la soleil, les étoiles trouvaient grâce à mon coeur, leur éclat délicat trouvant un écho en mon âme. Depuis le départ d'Araekin, même ce plaisir avait perdu de sa saveur. J'expirai profondément avant de plonger mon regard dans celui de Lindel, lâchant d'une voix vibrante d'émotion :

"J'ai toujours préféré les lieux dégagés, là où l'on peut admirer les étoiles. L'époque où l'on pouvait les admirer à loisir, à la lueur des arbres me manque. Je tire mon nom des cieux et cela me sied à merveille. Rien ne me plaît plus qu'un ciel d'encre, piqueté de constellations étincelantes."


Nous ne nous connaissions pas assez afin que j'exprime ma tristesse quant à l'absence de mon frère, aussi tus-je ce sujet, le dissimulant dans l'espace clos de mon coeur, condamné au silence pour l'heure. Je ne demandai pas à mon interlocutrice si elle avait connu les arbres, ç'eût été indiscret, mais la question me brûlait les lèvres. Leur beauté lumineuse était encore gravée dans ma rétine et j'eus aimé pouvoir converser à leur sujet avec une de mes contemporaines. Nombreux étaient ceux qui évitaient le sujet, par mélancolie, douleur ou encore par honte. Pour ma part, j'aimais faire surgir de ma mémoire chaque détail de leur douloureuse grâce, effleurer de mon esprit le souvenir fugitif de leur lumière caressant ma joue, la force avec laquelle ils se détachaient, brillants et magnifiques sur le ciel étoilé. J'essayai d'aborder le sujet d'une manière détournée, espérant amener la conversation là dessus sans paraître grossière :

"Qu'en est-il de vous ? Y a-t'il un lieu dont la beauté chante en vous avec une voix aussi pure et cristalline que celle du vent dans les branches des deux arbres ?"

A son expression, j'aurais peut être l'occasion de deviner si elle avait elle même assisté à pareil spectacle ou si elle n'en avait entendu que des échos. Cela se sentait dans le discours d'un Vanya, car ceux qui avaient pu voir cela en restaient marqués à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7470-astriel-nirokini-f
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Flashback] Dissensions en Terres Immortelles [PV : Astriel]   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Dissensions en Terres Immortelles [PV : Astriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qu'est ce qu'on va s'ennuyer en Terres Immortelles...
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» Editions Icare : Les Terres Suspendues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu ::  :: Les Royaumes Perdus-