Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | .
 

 Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Sam 1 Sep 2018 - 11:05
Tous les deux plongés dans l'eau, après quelques dernières secondes de déshabillage pour Eothain, ils se retrouvèrent face à face. Eothain prit les mains de la douce entre les siennes pour y déposer un baiser, cette attention fit bondir le cœur d'Asilya qui retrouvait, encore une fois, en lui toute son âme chevaleresque. Lui offrant une œillade troublée, Asilya sentit les jambes de son aimé contre les siennes à demi repliées. Un frisson piqua son échine pour remonter vers sa nuque, comment d'aussi simples gestes pouvaient la rendre presque folle ? Parions sur les forts sentiments doublés de cette ambiance pleine de promesses pour trouver une réponse. Le regard du roi faisait un bien fou à sa femme. Il était amoureux, la contemplait sans que rien ne puisse changer cette humeur. Lorsqu'il prit une éponge imbibée et parfumée, Asilya marqua une seconde puis se détendit alors qu'elle s'approchait d'elle avec douceur.

Cela faisait une éternité qu'ils n'avaient pas passés un moment de ce genre. Sans ressentir la peur ou la crainte. Sans que l'angoisse ne vienne dénaturer la beauté de l'instant. Tout ceci n'était plus, ce soir, comme bannis. Une bien bonne nouvelle qui ne présageait qu'une belle continuité aux évènements de cette soirée commençant. L'éponge parcouru son épaule avec délicatesse, puis glissa vers son cou. Elle ne put s'empêcher de sourire d'aise, laissant des frissons apparaitre sur sa peau, fermant un instant les yeux pour profiter. Le silence entrecoupait des clapotis de l'eau rendait l'instant encore plus relaxant, même s'il fallait reconnaitre qu'une certaine tension amoureuse perdurait dans l'air pour ajouter une pincée de piment. Cette même tension qu'il augmentait à chaque centimètre parcouru par l'éponge d'Eothain sur la peau d'Asilya. 

La main de la reine vint soudainement prendre celle qui tenait l'éponge parfumée. Ouvrant de nouveau les yeux, Asilya laissa un léger sourire taquin se dessiner sur ses lèvres. L'éponge tomba dans l'eau alors que la rousse s'approchait lentement d'Eothain pour se retrouver à genoux face à lui, se penchant un peu plus pour capturer ses lèvres avec tendresse. Elle tremblait un peu, mais ce n'était pas de froid, bien au contraire. Cet instant parfait, l'amour qu'elle ressentait sans entrave, la chaleur que dégageait l'homme de sa vie, tout cela lui avait fait écouter son instinct. Elle mourait d'envie de se sentir lui appartenir complètement, s'abandonner pour ne former plus qu'un avec lui. 

L'amoureuse entoura le cou d'Eothain se ses bras, se collant tout contre lui, son cœur battait la chamade à exploser, détachant ses lèvres un instant pour plongeait son regard empli d'envie dans celui de son aimé, elle lui sourit en tout innocence, apposant de nouveau ses lèvres avec la même tendresse, elle laissa un nouveau vide entre leurs bouches se faire pour glisser quelques mots d'une voix haletante et murmurante.

-" Vous avez gagné, Monseigneur, je suis sans défense et toute à vous. Libérez moi vite avant que mon cœur n'explose…"

Ses derniers mots furent murmurer à l'oreille de son époux, laissant ses lèvres en parcourir le lobe pour qu'une pression se fasse ressentir suivit d'un léger rire espiègle et impatient. C'était une Asilya sans aucune once de peur, sans entrave qui se tenait tout contre Eothain. Cette même femme avec qui il avait batifolé dans les champs, avec qui il avait partagé tant d'étreintes passionnées et dans le plus bel acte amour avait conçu la plus belle jeune fille du monde: Lyra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Sam 1 Sep 2018 - 13:32
Eothain avait lancé les choses en douceur, tout en y allant franchement malgré tout. Il pouvait ressentir qu'Asilya ne souhaitait que vivre cet instant, sans réfléchir à quoi que ce soit d'autre. Sans doute voulait-elle, comme eothain, laisser ses sentiments la guider sur un chemin qu'ils avaient jadis partagé, il y a longtemps, et sur lequel ils ne s'étaient pas aventurés ensemble depuis lors.

L'amoureux fut surpris de voir sa compagne écourter la séance de lavage à l'éponge, pour laisser place à un intense moment de tendresse. L'homme pouvait sentir le doux contact entre sa peau et la chaleur de celle d'Asilya, qui se tenait maintenant tout contre lui. Ses mains ne demandèrent alors qu'à se refermer délicatement sur le corps de sa partenaire, guidées essentiellement par la tornade de sentiments qui balayait l'esprit d'un eothain submergé par le désir et l'amour qu'il ressentait.

Un souffle vint ensuite caresser l'oreille du souverain. Une brise porteuse de quelques mots prononcés par Asilya, qui semblait maintenant avoir totalement laissé la fièvre s'emparer d'elle. Rien ne semble plus contagieux qu'un tel désir partagé entre deux êtres, animés par leurs sentiments mutuels. Eothain ne pouvait aucunement résister à  tout ce que son corps lui dictait. Le monde n'était plus, à cet instant, que composé de lui, son épouse, et de cet endroit qui se révélait magique. Les lèvres du rohirrim s'étaient alors posées dans le cou de la belle avant qu'elle ne s'écarte pour partager un regard malicieux. Peut-être était-il temps d’abandonner le projet du bain au profit de choses plus intimes.

" Je crois que mes défenses à moi tombent au premier baiser de votre part ! Ne serait-on pas plus à notre aise à la proximité de la cheminée ? "

Puis, en un mouvement Eothain se releva sans rompre le contact de la main avec Asilya qui fit de même. Leurs jambes, encore biens mouillées, franchirent le rebord du bac avant qu'ils ne se dirigent près de l'âtre de feu. Au sol, les peaux et autres couvertures épaisses offraient un confort idéal aux deux amants qui se faisaient maintenant face, allongés l'un à coté de l'autre, les yeux dans les yeux. Leurs corps encore moites sécheraient bien vite à la chaleur des flammes qui dansaient non loin de là. L'instant était magique ! Le corps d'Eothain en ébullition lorsque ses membres s'entrecroisaient avec ceux d'Asilya. Chaque contact entre leurs peaux, était une caresse enivrante chargée d'une chaleur ardente que le feu ne saurait égaler.

Le couple royal était redevenu ce couple d'amants qu'ils furent par le passé. Insouciants, libres, et seulement préoccupés par cet instant sensuel qui voyait les deux êtres ne faire qu'un, au nom d'un amour partagé. Tant de temps s'était écoulé depuis la dernière fois qui fut paradoxalement leur première. Eothain prit soin d'envelopper la moindre de ses actions avec une douceur bienveillante, pour que ce moment solennel ne leur soit pas volé par des fantômes, que sa chère et tendre s'efforçait de renvoyer dans les abysses de l'oubli. Au contraire de toutes cette tendresse charnelle et passionnée qui se mit à renaitre de ces cendres, entre cet homme et cette femme qui s'égaraient ensemble hors du temps et de la notion des choses.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Dim 2 Sep 2018 - 13:16
Parlait-il de leur tout premier baiser ou de celui du pique nique ? Asilya ne se posa même pas la question pour tout dire. Elle acquiesça a la suite des paroles de son aimé, sa proposition était plutôt intéressante. Suivant donc les mouvements d'Eothain, elle sortit de la baignoire sans s'éloigner de lui une simple seconde. Le sol du chalet en bois changea de couleur sous les pas humides du couple, une sensation agréable pour tout dire. Passant de la salle d'eau à la chambre, la cheminée couvrait un feu toujours aussi vif pour chauffer le chalet toute la nuit durant. Même si, en ce moment, le couple se suffisait à lui même pour se réchauffer. Sur le sol, au devant de l'âtre, des peaux et des couvertures était étalées. Asilya les avait remarqué lorsqu'elle était entrée dans la chambre, s'était imaginée s'y installer avec un verre de vin en compagnie d'Eothain, mais pas vraiment s'y retrouver de cette façon là. Ce n'était pas une mauvaise surprise, bien au contraire. Dame Destin avait offert un joli répit après l'année compliquée d'Asilya, sa réadaptation l'avait fatiguée, fragilisée même. Mais tout ceci semblait loin maintenant.

Allongeaient tous deux sur les peaux, la chaleur de la cheminée rayonnait autour d'eux. Mais la seule chaleur que cherchait Asilya était celle de son époux. Dans un mouvement harmonieux, ils se retrouvèrent dans une tendre étreinte. La reine ressentait toute l'attention et la douceur de son mari, il ne voulait pas la brusquer. C'était compréhensible. La première fois fut tout aussi douce et tendre, le simple soldat avait était aussi doux qu'une plume sur la peau d'Asilya. Une expérience qui avait enflammé son cœur des nuits entières après le départ de l'homme de sa vie pour le Gouffre de Helm. Cette fois-ci, Eothain ne partirait pas au petit matin… enfin, il irait surement au conseil, mais il serait de retour et ne la laisserait pas seule des années durant.

Leurs jambes s'emmêlèrent, se caressèrent, leurs mains firent de même pour tracer quelques silons de frissons. Leurs bouches se trouvaient, puis se souriaient pour laisser de simples mots s'enfuir dans un soupir de félicité. Ils ne faisait plus qu'un, aucune d'eux ne voulant rompre le contact de leurs peaux brulantes. Des regards de plus en plus enfiévrés furent offert par la guérisseuse à son âme sœur, lui indiquant qu'il pouvait se laisser aller à elle. La belle voulait qu'il soit pleinement heureux pendant ce moment d'intimidé retrouvée. Pour sa part, elle ne pensait plus à rien d'autre qu'aux sensations qui la parcourait. Chassant d'un pied furieux une couverture gênante, agrippant l'épaule d'Eothain avec force puis rejetant ses cheveux d'un geste de nuque rapide tout en fermant les yeux pour capter la moins parcelle de plaisir. Rien ne l'éloignerait de cette fusion, de cet se renouveau car elle vivant une véritable renaissance dans cet amour intense. Comme un phénix renaissant dans les flammes.

Les couvertures et peaux changèrent de place et de disposition pendant les heures qui suivirent. Certaines se retrouvèrent même contre un mûr ou sous le lit. Sous une couverture, le calme revenu, Asilya s'était nichée contre Eothain, au creux de ses bras. Dormant d'un sommeil bienheureux, le sourire aux lèvres. Leurs jambes encore emmêlées, leurs peaux perlées de sueur, heureusement qu'ils n'avaient pas de voisin direct, en haut de cette falaise, ça c'était sûr. Eothain avait partagé sa chaleur naturelle à Asylia et cette dernière s'était sentie de nouveau entière… elle avait retrouvé sa moitié, personne ne pouvait être plus comblée qu'elle désormais.

Celui qui oserait les réveillait, au petit matin, allait avoir besoin de courage pour affronter le regard furieux de la Reine du Rohan. Il va s'en dire qu'elle n'avait pas perdu son caractère d'antan au réveil, Eothain l'avait vécu une fois, s'en souvenait-il seulement qu'elle pouvait se montrait déterminée ? Cela était une autre histoire, pour le moment, elle dormait et rien ne pouvait plus l'atteindre dans sa forteresse d'amour et de tendresses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Dim 2 Sep 2018 - 14:20
La nuit fut courte et agitée pour le couple Royal. Rien à voir avec cette longue période de rétablissement pour Asilya, où cette dernière ne pouvait presque pas céder au sommeil sans se réveiller en sursaut. A cette époque où les cauchemars de son vécu en Angmar venaient la hanter presque toutes les nuits, réveillant par la même occasion Eothain et Lyra qui veillaient activement sur la belle rousse. Non, on était à l'opposé de tout cela ! Le couple avait vécu une nuit magique nourrie par les sentiments et la tendresse sensuelle et passionnée qu'ils avaient partagé jusque tard dans la nuit. Suite à ça, ils s'endormirent l'un contre l'autre, dans les couvertures disposées à même le sol. On pourrait imaginer un endroit peu propice au sommeil, pourtant Eothain avait eu l'impression de s'endormir dans du coton, avec l'élue de son cœur toute contre lui.

Le matin se leva bien vite, et pour une fois dans sa vie, le souverain ne se lèverait pas aux aurore pour adonner à son devoir envers le Royaume. Il s'était entièrement voué à honorer son autre devoir : le conjugal, et méritait bien un repos salvateur pour récupérer... Malgré tout, au bout d'un moment, les rayons du soleil qui était déjà haut dans le ciel vinrent illuminer les paupières refermées du Seigneur de la marche. Après avoir ouvert les yeux lentement, Eothain ressentir immédiatement cette chaleur contre lui qui n'était autre que celle de son épouse, demeurée blottie sur son torse.

Instantanément, les souvenirs agréables de la veillée lui revinrent en tête et un sourire amoureux s'afficha sur ses lèvres. Sa femme était si belle, si paisible là, dans ses bras, qu'il l'observait avec un regard attendri et comblé. Malheureusement, la féérie ne durerait pas car le devoir de souverain ne tarderait pas à rattraper le rohirrim tout juste éveillé. Après avoir déposé un baisé délicat sur le front de sa Reine, Eothain prononça quelques mots doux à son attention

" Réveille-toi ma douce compagne ! Nous avons échoués à arrêter l'écoulement du temps pour rester à jamais dans notre bulle de tendresse ! "

Il avait fait le choix de réveiller lui-même sa bien aimée avant que cela ne soit fait plus violemment par des coups portés sur la porte depuis l'extérieur, qui auraient sans doute été causés par des subordonnés inquiets de ne pas avoir encore vu le Roi comme cela avait été prévu.

" J'ai bien peur qu'il nous faille réessayer plusieurs fois avant d'y parvenir " dit alors Eothain pour plaisanter, tandis qu'Asilya semblait émerger de son sommeil. C'était là prétexte tout trouvé pour réitérer ce genre de soirée inoubliable avec l'élue de son cœur.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Dim 2 Sep 2018 - 14:56
Le bonheur, rien de plus ni de moins. Cette jolie bulle duveteuse, parfumée et confortable avait offert un repos sans nom, de jolis rêves aussi. Encore qu'il s'agissait plus de souvenirs en réalité. Des moments de cette nuit passionnée étaient revenus en rêve à Asilya pour marquer un peu plus l'aspect divin, parfait de leurs retrouvailles. Rien n'avait noircit le tableau, aucun souvenir, aucune mauvaise sensation. Un miracle offert par les attentions d'Eothain, sa détermination à l'aider, à l'écouter et lui tendre la main. Il avait trouver la force de la laisser loin de lui, alors qu'ils étaient sous le même toi, à Meduseld. La voir entrer dans une autre chambre que la sienne. Tout ceci avait été récompensé cette nuit. Asilya s'était offerte à son aimé, totalement… sans retenue. Elle était redevenue cette jeune felle de fermier, espiègle et courageuse qui avait ravi le cœur du soldat au cours d'un bal champêtre.

Cette nuit d'amour n'était pas le résultat d'une promesse de revenir l'un vers l'autre, de s'offrir pour apporter un baume au cœur avant un départ. Non, cette fois-ci, ce n'était qu'un don inspirer par la chaleur d'un cœur et l'envie d'un corps. Il trouva son écho chez Eothain pour marquer cette nuit à Dunharrow.

Quelque chose vint sortir Asilya de sa torpeur. Une caresse, quelques mots. Remontant la couverture sur son menton dans un premier temps, elle fit la sourde oreille, le matin n'était pas encore là … impossible ! Qu'il parte, elle n'en voulait pas ! Le mutisme de la belle perdura le temps qu'Eothain lui fasse une promesse dissimulée, ils essayeraient une prochaine fois de faire s'arrêter le temps. Bien, alors elle daignerait peut être se lever alors. Ses yeux s'ouvrirent, ses paupières papillonnèrent un instant pour trouver le regard de son aimé. Elle lui fit une moue boudeuse, entourant ses bras autour du cou d'Eothain. L'attirant alors à elle pour l'embrasser sans attendre. Qu'il arrête de dire des âneries, elle ne le laisserait pas partir. Pas cette fois-ci !

-" La dernière fois que je t'ai laissé partir, tu n'es jamais revenu."

Dit-elle d'un claquement de langue tout en lui lançant un nouveau regard désapprobateur. Malgré tout, elle savait que la situation était différente et c'était pour le taquiner qu'elle lui avait dit ces mots. Râlant encore un peu tout en sortant de l'étreinte d'Eothain, elle lui tourna le dos pour apercevoir le joyeux bordel de la pièce. Sa couronne était tombe sur le sol, ses vêtements de la veille également. Elle ne se souvenait pas d'avoir autant bougé au court de la nuit, elle se mit à rire en se redressant un peu plus, voyant une peau contre le mûr, une couverture sous le lit… Mais ils avaient lutté ou fait l'amour ? C'était hilarant ! Elle ne se souvenait que des sensations, du son plaisir et du bonheur qu'elle avait partagé du début à la fin de leurs étreintes. Pas d'avoir participé à un déménagement !

-" Bon … j'imagine que si les domestiques nous trouve dans ce joyeux bordel nous allons les gêner pour plusieurs vies. Dommage, je n'avais pas réellement l'envie de vêtir aujourd'hui."

Dit-elle simplement, redressée en s'appuyant sur ses bras, sa poitrine assaillit par l'implacable gravité. Son regard mutin et son sourire craquant s'approchèrent d'Eothain une nouvelle fois, elle se colla à lui, elle ressentait déjà la fraicheur de la matinée. Asilya allait lui mettre le remord de ne pas rester à ses cotés… L'embrassant une dernière fois tout en lui caressant les cheveux, elle quitta leur couche en se relevant avec précaution. Faisant quelques pas vers la salle de bain pour retrouver ses vêtements. Elle devrait attendre pour avoir un peu d'eau chaude. Revêtant sa chemise coton fin, renouant le lacet sous son cou. Elle se souvenait de son petit jeu de la veille et cela la fit sourire de fierté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Dim 2 Sep 2018 - 18:42
Visiblement, c'était plus difficile de faire accepter ça a Asilya qui semblait d'humeur taquine malgré tout. Sa remarque fut prononcée sur le ton de la plaisanterie mais fit néanmoins naitre dans l'esprit d'eothain une once de réflexion à ce sujet. Il n'avait fait que suivre les ordres à l'époque mais peut-être aurait-il du trouver un moyen de passer outre, ce qui aurait peut-être évité à la belle de vivre l'enfer en Angmar. Ces remords, Eothain les aurait toute sa vie, de toute manière. Voilà deux êtres qui avaient choisi l'abnégation et le devoir au détriment de leurs envies personnelles. Finalement, ce n'était peut-être que justice de les voir ainsi couronnés, eux qui avaient tant donné pour le Rohan.

Mais, tout ça était derrière eux et c'était bien eothain qui donnait les ordres. Rien ne l'aurait éloigné à plus de cents pieds de son aimée à cet instant. Cette dernière quitta alors le lit de fortune non sans attiser le cœur du souverain par un dernier baisé chaleureux, et la vue de son corps libre de toute couverture. Le roi lâcha un soupir plein de regret. Il aurait aimé profiter de son épouse comme ils le faisaient à leur début, mais son général des troupes de soutient avait demandé une entrevue légitime et il n'y couperait pas.

Se levant à son tour, Eothain avança jusqu’à la salle d'eau pour y récupérer des vêtements. Avant de les enfiler, il en profita pour se laver un peu à l'eau froide du bain qu'ils avaient pris la veille. Une fois que ce fut fait, il adressa un sourire à son épouse et s'approcha d'elle pour glisser une main délicate dans sa chevelure de feu. Ses lèvres vinrent partager un dernier baiser assez passionné.

" Je dois m'entretenir avec le général de cette cohorte, puis avec les gardes qui nous accompagnerons pour la suite ! Mais sois certaine que rien ni personne ne s'opposera à mon retour près de toi. Et mon cœur se languit de cet instant où il retrouvera la chaleur du tien ! "


Un dernière fois les lèvres du Roi vinrent épouser celle de la reine avec force. Oui, ils avaient l'air de deux jeunes êtres enamourés, mais leur couple n'avait pas eu la chance de murir depuis leur jeune âge, c'était une renaissance pour l'un comme pour l'autre ! Après avoir repoussé l’inévitable au maximum, Eothain interrompit cet instant et salua sa reine avant de s'éclipser. A peine lui eut-il tourné le dos que ses pensées s'envolaient vers celle dont son âme s'était imprégnée.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Dim 2 Sep 2018 - 21:41
La rejoignant dans la salle de bain, Eothain profita de l'eau froide pour se rafraichir. Quelques secondes encore de tendresses avec un premier baiser doux et un second plus passionné après avoir dit à Asilya que rien ne l'empêcherait de la retrouver. Oui, il fallait qu'il retrouve ses officiers pour parler d'histoire militaires. N'était-ce pas la raison première de ce petit voyage ? Aller au devant des généraux des places fortes pour faire une petite revue des armées du Rohan. Le fait qu'elle se sente de nouveau libéré de ses craintes rendait le départ de son aimé bien plus difficile. Effrayée par la possibilité d'un retour en arrière, d'avoir les poignets et les pieds de nouveau entravés par la peur et l'angoisse, Asilya voulait profiter de ce miracle le plus possible. Mais ce n'était pas possible, vraisemblablement et Eothain quitta la petite maisonnette, la porte se refermant derrière lui. Soupirante, la Reine fit appeler des servantes pour qu'elles amènent de l'eau chaude pour la baignoire… il faut dire que le bain de la veille n'avait pas trop duré et qu'elle n'avait pas vraiment pu se laver.

Profitant du temps que prenait les servantes pour ranger un peu la chambre, en tout cas rassembler les couvertures devant le feu et ramasser sa couronne, les draps n'étaient pas froissés. S'entourant d'une couverture, Asilya attendit face au miroir de la coiffeuse que la salle de bain soit prête pour un bain plus utile qu'agréable, cette fois-ci. Un quart d'heure plus tard, on toqua à la porte de la chambre pour prévenir que tout été prêt. La même odeur se dégageait de l'eau, Asilya referma la porte derrière elle en remerciant les femmes. Terminant sa phrase par une demande de nourriture car son estomac était vide. Les dames feraient amener le nécessaire, elles l'assurèrent en retournant vers la pièce à vivre. De nouveau seule, la Reine laissa tomber sa couverture puis sa chemise longue, entra dans la baignoire et s'allongea de tout son long.

Fermant les yeux, elle se mit à chantonner doucement, agitant les orteils hors de la baignoire. L'odeur était enivrante et lui rappelait le bain de la veille, si particulier. Tapotant la chaise proche de la baignoire pour trouve l'éponge et le savon, elle mouilla l'éponge puis la frictionna du savon, commençant à faire mousser sa peau tout en continuant de chantonner. Une petite heure passa, de quoi friper les doigts de la belle qui tâtonna de nouveau la chaise pour trouver un linge propre pour se sécher, sortant de la baignoire avec précaution, Asilya sortit de la pièce emmaillotée pour retrouver la chambre. Découvrant une nouvelle tenue propre sur le lit, une robe cuivrée brodée de fleurs autour du décolleté rond. Ses manches longues terminées par un ruban de dentelles fines, une jolie pièce artisanale. Un manteau à col de fourrures brunes l'attendait sur la chaise, on avait tout prévu et c'était un joli cadeau qu'elle acceptait.

Prenant le temps de se vêtir, demandant l'aide d'une servante pour son corsage, Asilya profita de la présence de cette dernière pour lui demander de la coiffer. La brunette se montra habile pour faire une tresse lâche qui retombait sur son épaule, y nichant la couronne de la Reine avec subtilité pour terminer. La servante prévint que le déjeuner était servi, Asilya se leva pour aller dans la pièce à vivre, mangeant quelques fruits, du fromage et du pain puis tassant tout cela avec un grand verre de lait de chèvre chaud. L'idée lui vint de sortir pour vérifier si les limites de son angoisse étaient définitivement plus lointaines maintenant. Mettant ses gants de velours et ce nouveau manteau magnifique, elle sortit du chalet, affrontant la fraicheur de l'endroit mais observant le beau soleil qui rayonnait haut dans le ciel.

Se dirigeant vers l'enclos des chevaux du roi, Mildran semblait calme et s'approcha même d'Asilya lorsqu'elle apparut dans son horizon. Il avait surement l'envie de repartir sur les routes, être entre quatre barrières n'étaient pas sa place. Sa jument docile était là aussi et un autre destrier racé et musculeux. Mildran pencha la tête pour permettre à la reine de lui offrir une caresse, rare moment qu'elle accepta. Cherchant un palefrenier du regard, ne trouvant personne, la reine se décida à descendre le chemin à pied. Regardant au delà de la pente pour voir le campement s'étendre jusqu'à l'horizon, son angoisse montait lentement mais pas n'était pas assez forte pour la retenir dans le chalet. Resserrant la fourrure autour de son cou, la Reine commença à descendre le chemin d'un pas déterminé.

Il se passa une dizaine de minutes avant qu'elle n'arrive face au campement, un rohirrim l'aperçu et se raidit instantanément. Chuchotant autour de lui, d'autres sortir de leurs affaires pour saluer la Reine. Asilya commençait à se sentir mal à l'aise, agitant la même pour les faire cesser, elle leur demanda alors d'une voix gênée:

-" Continuez vos affaires, messieurs. Je ne fais que passer. Pourriez-vous m'indiquer les enclos ? J'aimerais les visiter."

L'un d'entre eux prit la parole, s'avançant de quelques pas et faisant une révérence hasardeuse:

-" Votre majesté, nous ne savions pas que vous arriviez ici. Les enclos se situent là bas, voulez-vous qu'on vous accompagne ?"

Il indiqua un chemin de la main, Asilya signifia non de la tête puis le remercia, être entourée d'inconnus était déjà assez effrayant pour qu'ils la suivent en plus. Reprenant sa marche, les hommes la suivirent de quelques pas puis retournèrent à leurs occupations. La rumeur de la venue de la reine fit rapidement le tour du camp pour qu'un homme se présente à elle alors qu'elle approchait des enclos, il était vêtu convenablement, propre et parlait avec courtoisie. La reine l'écouta se présenter, il était un capitaine et voulait accompagner la dame sur son parcours. Lui avouant qu'elle ne risquait rien d'autre que se perdre dans le campement. Asilya soupira, se frictionnant les mains puis, compris qu'elle ne pourrait pas faire partir le capitaine. Ce dernier avait surement reçu des ordres.

-" Bien, je ne vous ferais pas l'affront de vous demander de partir. Je comprends bien la nécessité de votre présence. Je comptais rendre visite aux chevaux, parler aux palefreniers... si vous voulez me suivre, faites."

Elle n'en plaça pas une de plus, se montrant polie mais un peu mécontente. Son escapade s'était transformé en visite avec un garde du corps. Serrant ses bras contre elle, vraiment mal à l'aise, son regard se tourna vers les premiers enclos habitaient d'une myriade d'équidés. De quoi lui faire oublier la présence de l'homme inconnu. S'approchant, un soigneur s'occuper de changer la paille au sol, un autre d'apporter de la nourriture, tout le monde était affairé dans ce petit monde. Les chevaux étaient tous magnifiques, prêts pour partir au front rapidement. Reprenant sa marche le capitaine s'approcha d'elle de quelques pas pour lui dire quelques mots :

-" Je pourrais vous arranger une entrevu avec le palefrenier en chef, je suis certain qu'il sera honoré de votre visite, votre majesté."

Asilya accepta la proposition, elle n'aurait pas à le chercher ainsi. Le capitaine prit le pas vers une masure pour disparaitre quelques minutes, la Dame resta proche de l'endroit, essayant de capter l'attention d'un cheval pour le caresser. Ils semblaient se fiche d'elle de toutes leurs forces, cela la fit rire un instant. Puis elle entendit la porte se refermer derrière elle, le capitaine était accompagné d'un grand homme musclé à la peau tannée. Il avait des mains immenses mais ses yeux étaient doux. Asylia marqua un temps d'arrêt devant cette force de la nature, reculant d'un pas pour se retrouver dos à la barrière. Hoquetant, se fut le regard rassurant du palefrenier en chef qui la retint d'écourter la prochaine discussion. Tendant la main vers elle pour prendre celle d'Asilya, l'homme lui fit une révérence. La reine présenta sa main gantée avec précaution et réserve, lui laissant l'occasion d'offrir ses respects. Se redressant de son mètre quatre-vingt dix bien tassé, il fit signe à la Reine de le suivre pour une visite improvisée.

-" Ici vous avez des chevaux pour les messagers, les estafettes. Ils sont rapides et endurants."

La main géante de l'homme indiqué un enclos, les chevaux étaient plus sveltes mais semblaient fougueux et désireux de sortir de leur enclos pour courir et ne plus s'arrêter. La Reine acquiesça d'un hochement de tête, souriante. Ils continuèrent vers d'autres enclos, le palefrenier en chef présenta l'enclos de la cavalerie légère puis lourde, dénotant les différentes de caractéristiques des équidés en question. Attentive, la rousse écoutait les paroles de l'homme sans se forcer, il était passionné par ses bêtes et leur portait à toutes une attention particulière. Ils continuèrent leurs pas vers une bâtisse ressemblant à des écuries. Elle était immense ! Ouvrant la porte pour faire entrer Asilya, le géant fit suivre le capitaine puis entra à son tour. L'air était plus chaud, l'odeur de foin prit le nez d'Asilya.

-" Nous sommes dans la nurserie. Ici se trouve les poulains et leurs mères. Nous avons de nombreuses naissances au vu du nombre de chevaux présents. Nous devons assurer la relève."

L'homme se laissa aller à rire. La reine s'approcha d'un des box pour y glisser la tête. Une jument prenait soin de son petit, ce dernier battait des pattes arrière pour se défouler. La vision était adorable, lui retrouva vite la chaleur de sa mère pour reprendre son repas. Un moment intime unique entre la mère et l'enfant. Asilya se souvenait que trop bien des instants merveilleux où elle allaitait Lyra. Continuant la visite pour voir des poulains plus ou moins jeunes, elle termina par sa rencontre avec un petit tout juste venu au monde. Sa mère léchait le liquide qui mouillait encore son corps, ce dernier voulait déjà se lever pour marcher mais n'était pas bien assuré sur ses grandes pattes. De quoi faire rire la reine. Cet instant était agréable, en vérité… elle se surprit à le penser. Terminant la visite, la belle remercia le palefrenier en chef. Cela faisait bien deux heures qu'elle était en sa compagnie, maintenant. Il était surement temps de reprendre la route de la maisonnette sur la colline.

L'homme les laissa tout en demandant à la reine de présenter ses respects au Roi, elle le ferait, l'assura t-elle. Puis elle reprit la route accompagnée du Capitaine qui ne la laissa pas sortir de son champ de vision. Retrouvant le chemin qui la mènerait au chalet, recevant quelques salutations et respects par la même occasion, la reine reprit l'ascension de la falaise. Asilya ne parla pas et le capitaine non plus. Le silence n'était pas pesant pour autant. Arrivant au sommet, la dame se tourna vers le Capitaine après s'être approchée de la maisonnette de bois.

-" Je vous remercie pour votre guidance, Capitaine, j'informerais mon mari de votre concours dans ma visite."

Ce dernier la salua, lui assurant qu'il n'avait fait que son devoir. Puis, elle le salua poliment pour retrouver la chaleur du chaleur. Un poids tomba de ses épaules, elle n'était plus à l'extérieur à présent mais dans un lieu connu. Cette angoisse n'avait pas été handicapante pour autant... vivable et surmontable. C'était inhabituelle et la belle s'en félicita. Enlevant son manteau et ses gants, Asilya trouva le refuge dans un fauteuil proche de la petite bibliothèque, prenant un livre posé là pour entreprendre sa lecture. Un livre de poésie, commun mais tout de même agréable. Son regard se perdit donc dans la prose et les vers, laissant le temps filer pour retrouver au plus vite Eothain. Ses pensées se tournèrent vers lui, elle espérait que tout se passe pour le mieux. Egoïstement, elle souhaita que tout se règle vite pour qu'il lui revienne promptement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Lun 3 Sep 2018 - 17:05
Après avoir fermé la porte en bois de la maisonnette royale, Eothain se dirigea premièrement vers l’enclos attenant où se trouvait son fidèle compagnon de voyage : Mildran. Celui-ci vint à sa rencontre et le rohirrim en profita pour le caresser, mais aussi et surtout pour le remercier de s’être montré aussi compréhensif et conciliant, en acceptant de porter en plus de son maitre et ami, l’épouse de ce dernier. C’était important pour le Roi de montrer à son magnifique meara que le respect entre eux était mutuel et égal, car Eothain serait à jamais reconnaissant et conscient d’être privilégié, de pouvoir avoir la chance d’être ainsi porté par une si noble créature.

Le camp était déjà actif, beaucoup de rohirrims allaient et venaient non loin de là, tout en saluant leur Roi avec le plus grand respect. Avant de rejoindre ses obligations, Eothain grappilla quelques secondes de répit supplémentaire en se dirigeant vers le bord de la falaise, pour y observer le camp depuis un point de vue imprenable. Ce furent des centaines, et même des milliers d’hommes, que vit alors le seigneur de la marche depuis son haut point d’observation. Les tentes militaires ne semblaient être plus que de petits carrés de tissus, alignés avec soin telle une mosaïque grandeur nature qui s’étendait à perte de vue, dans le fond de la vallée. Tout Dunharrow était en ébullition et fourmillait de ces hommes qui rendaient se camp si vivant. Un mélange de sentiments opposés vint envahir le souverain à cet instant. Dans son esprit, naissait la sensation d’être si petit face à cette gigantesque fresque animée qui s’offrait à ses yeux. Et dans le même temps, il ressentit un effet de grandeur en songeant qu’il était le commandant suprême de tout ce beau monde, et qu’en plus cela ne représentait qu’une partie de l’éhoerë rohirrim. Tant de paradoxes qui se télescopaient dans l’esprit du dirigeant, à tel point qu’il ferma les yeux et inspira lentement et profondément, avant de tourner les talons d’un pas décidé. Par ce petit rituel, Eothain venait de rentrer à nouveau dans son rôle de Seigneur de la marche, animé par ses convictions et son devoir envers le Rohan et le peuple qui le compose. Toute personne qui croisait alors le regard gris et profond du souverain en cet instant, pouvait observer cette détermination qui pétillait dans le ciel orageux de ses iris.

Le seigneur de la marche arriva donc devant la tente du général des troupes de soutient. Un homme important, puisqu’il commandait toute cette cohorte et avait la responsabilité de tout le camp militaire. Deux gardes qui se trouvaient devant l’entrée saluèrent leur Roi et lui ouvrir la tente en annonçant à haute voix, l’entrée imminente du souverain. Le général salua à son tour Eothain qui lui rendit la politesse. Quelques capitaines présents dans la tente présentèrent leurs hommages à leurs tours, ce à quoi le chef de guerre répondit d’un signe de tête adressé à tous. Il était temps de se mettre au travail et de parler de l’organisation des futurs actions de cette cohorte ô combien capitale pour le royaume.

La première partie de cette entrevue consistait simplement en un rapport sur la situation, présenté par le général lui-même. Le rapport ne concernait pas tellement sur l’organisation du camp à proprement dit, mais sur les rapports des Eoreds de patrouilles. En effet, pour sécuriser le royaume tout en permettant aux hommes et aux chevaux de conserver une condition physique affutée, le Roi avait mis en place des expéditions d’Eoreds détachées de la cohorte de Dunharrow, qui patrouillaient dans les territoires les plus au nord du royaume. Autrement dit les territoires qui, à la base, ne jouissaient pas d’une sécurité aussi renforcée que ceux du sud. Cela permettait donc d’avoir un œil sur tout ce qui se passait loin des lieux stratégiques que représentaient Edoras, Aldburg, Dunharrow ou encore le gouffre de Helm. Ensuite, vint le rapport sur les formations des jeunes cavaliers dont cette cohorte avait la charge. Puis, pour conclure, Eothain donna ses directives, en indiquant notamment qu’un détachement serait bientôt missionné pour escorter un convoi important à destination d’un village du nord, sur les rives de l’Anduin. L’entrevue prit donc fin après deux bonnes heures. Une rencontre productive qui était très importante pour le Roi comme pour le général, qui salua son supérieur satisfait de cette mise au point. D’ailleurs, avant qu'il ne s’éclipse, le général lui souhaita de faire bon voyage pour la suite en compagnie de la Reine Asilya.

Asilya…à peine fut il sortit de cette tente de commandement, que ses pensées s’envolèrent vers l’élue de son cœur. Eothain savait qu’ils devraient bientôt reprendre la route, et abandonner leur petit nid douillet pour reprendre le voyage en direction de l’ouest et du gouffre de helm. Mais avant de la rejoindre, il lui restait à s'entretenir avec ses gardes d'élites qui les accompagneraient pour tout le reste du voyage. Ces gardes étaient d’ailleurs ravis de se projeter sur une telle mission. Cela faisait partie du prestige et du privilège de leur fonction que d'accompagner le couple Royal en tant que garde rapprochée. Qui plus est, voyager plusieurs jours de suite dans le royaume était sans doute bien plus intéressant pour eux que de rester à Edoras, où leur fonction ne devait paraitre que comme une amère obligation protocolaire. Au moins ils voyaient du pays et se sentaient utile ! Eothain planifia avec eux la suite du voyage en leur donnant quelques consignes spécifiques.

Après tout ceci, Eothain fut enfin libéré de ses obligations, et put retourner auprès de sa bienaimée qui devait sans doute se trouver à l'intérieur. La vision de cette construction de bois très humble mais dans laquelle ils avaient déjà partagé des souvenirs, fit resurgir dans l'esprit du Roi le projet d'habitation dont ils avaient lancé la construction avec Asilya. Maintenant, il lui tardait de pouvoir vivre là-bas avec sa famille pour vivre autre chose qu'une vie de Seigneur de la marche.

Après avoir poussé la porte en bois, Eothain aperçut la silhouette de son épouse qui lisait un livre, assise confortablement dans un fauteuil. Tout ce qu'il espérait au fond de lui, c'était que la matinée n'ai pas été trop long pour elle, et que rien n'était venu perturber à nouveau celle qui semblait peu à peu s'épanouir. Cela ne faisait que quelques heures qu'ils s'étaient quitté, pourtant le soulagement ressenti dans le cœur du Roi à la vue de son épouse fut le même que si des mois s'étaient écoulés.

" J'espère que ta matinée c'est bien passée ? " demanda-t-il en s'approchant sourire aux lèvres. Après avoir fléchi ses genoux pour arriver à hauteur du visage d'Asilya, ses lèvres, encore rafraichies par le vent froid qui soufflait au dehors, vinrent lui donner un baiser avant qu'il ne lui demande

" En as tu profité pour visiter le campement ou es tu demeurée ici au chaud ?"


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Mar 4 Sep 2018 - 12:25
Plongée dans la prose des poèmes qu'elle lisait, Asilya n'entendit pas la porte s'ouvrir et se rendit compte de la présence d'Eothain que lorsqu'il s'adressa à elle. Sursautant légèrement, elle tourna son regard dans sa direction pour le voir se mettre à sa hauteur, lui demandant si sa matinée s'était bien passée, il lui offrit un baiser frais qui fit frissonner la douce. Elle ne s'était pas ennuyée, loin de là. Son aventure avait été pleine de surprise et de rencontres. L'angoisse avait été présente mais elle n'était pas devenue invivable. Un instant, elle avait voulu fuir face à l'imposant chef des Palefreniers mais s'était ravisée en voyant son regard amical et doux. Un bon exercice pour chasser ses démons et faire plus facilement confiance aux gens qu'elle ne connaissait pas encore. Un pas vers une nouvelle liberté. Souriant à Eothain, elle hocha la tête à l'affirmatif puis il lui demanda s'il elle était restée ici ou si elle avait visité le campement. A cela, Asilya se doutait qu'il devait être au courant, comment un capitaine serait arrivé pour l'escorter sinon ? Elle lui répondit d'une voix calme et posée, caressant son visage et laissant ses doigts se balader dans ses cheveux.

-" Rester ici … j'y ai pensé en premier lieu mais j'avais envie d'aller vers ses nombreux enclos. J'ai donc pris mon courage à deux mains pour rejoindre les écuries. J'ai rencontré un Capitaine qui m'escorta tout du long et le chef des Palefreniers qui me fit visiter les écuries, les enclos et la nurserie."

Terminant ses tendresses pour déposer le livre sur la petite table basse, elle laissa quelques secondes le silence retomber pour reprendre avec ses impressions. Parce que la description de ses actes n'était certainement pas ce qu'attendait le plus le Roi. Il voulait surement entendre qu'elle n'avait pas paniqué, qu'elle avait réussi à garder son angoisse en elle et avait surmonté sa peau de croiser des inconnus sans être entourée d'une dizaine de gardes d'élite.

-" Le Palefrenier est immense … j'ai bien cru mourir lorsqu'il s'est approchée de moi. Mais j'ai compris qu'il était un homme bon lorsqu'il porta son regard calme sur moi. Un vrai passionné des chevaux, ça c'est sûr. Il a été une compagnie agréable et un guide intéressant. Quant au Capitaine, il m'a raccompagné jusqu'ici… pas très bavard mais je ne le suis pas vraiment également, donc nous nous sommes bien entendus."

Elle laissa un léger rire lui échapper tout en allant chercher les mains de l'élu de son cœur. Qu'allaient-ils faire à présent ? Partir tout de suite ? Ou se reposer encore l'après-midi ? Une question utile pour Asylia qui n'avait aucune idée de la suite directe du voyage.

-" Bien ? Quel est le programme de l'après-midi ? Dois-je faire rassembler nos affaires ?"

Jouant de ses doigts entre ceux d'Eothain, son regard dans le sien, elle attendait sa réponse et s'y tiendrait sans poser de question. De toute manière, elle le suivrait jusqu'en enfer s'il le fallait … bien qu'elle y ait déjà gouté amèrement. Cette pensée fit s'égarer la reine un instant dans ses pensées, mais le contact de son époux la retenait dans la réalité. Elle reprit rapidement le dessus sur cette mauvaise sensation pour lui sourire de nouveau. Peut-être allaient-ils simplement déjeuner en amoureux et discuter un peu plus de leur matinée … comme le font les couples normaux. Malgré tous les efforts du monde, ils ne seraient jamais l'un de ses couples … le couple qu'ils furent à leur début. Mais, ils pouvaient rendre cette illusion la plus confortable qui soit avec un peu d'efforts et de détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Mar 4 Sep 2018 - 16:42
Eothain fut agréablement surpris d'entendre qu'Asilya avait bravé ses démons les plus téméraires en se confrontant seule à ce monde extérieur qui effrayait tant l'ancienne esclave d'Angmar. Certes, il avait confié à un capitaine la tâche d’escorter et éventuellement guider la reine, si jamais elle était venue à s'aventurer dans le campement. Mais il ne savait pas que cela fut le cas et que son périple le mena jusqu'aux impressionnants enclos. Était-ce là un signe que le plus dur se trouvait maintenant derrière elle et que son regard pouvait désormais entrevoir un avenir plus lumineux, loin des tourments et des angoisses qui se dressaient jadis devant elle, telles des murailles infranchissables.

" Je suis fier et heureux d'entendre que tu te libères peu à peu de la noirceur qui étouffait ta liberté... Dès maintenant et dans les moments durs qui viendraient à réapparaitre, imagine simplement le regard fier et comblé que posera sur toi notre belle Lyra, lorsqu'elle te verra ainsi insoumise à ces ténèbres que n'ont que trop assombris tes jours " dit alors Eothain en souriant. Il savait qu'un jour reviendrait un moment difficile, mais qu'alors il lui faudrait songer à tout ce chemin accompli vers son salut.

Il était temps maintenant de passer justement au choses moins amusantes. Non pas que le voyage fut difficile en compagnie de son aimée, bien loin de là ! Mais le séjour fut si agréable en ces lieux que lui tourner le dos pour s'aventurer vers l'ouest serait un déchirement inévitable. De plus, ils rallieraient sans doute le gouffre de helm en moins de trois jours, mais devraient donc passer deux nuits en pleine nature, certes à la chaleur d'une tente royale mais loin d'un abri comme l'était ce chalet de Dunharrow. Mais là encore, Eothain avait prévu une petite astuce pour rendre l'expérience moins angoissante à Asilya.

" Eh bien oui, tandis que l'on prendra notre repas, des valets viendront rassembler nos affaires et nos chevaux seront préparés. Nous partirons juste après avoir mangé "

A peine eu-t-il prononcé ces derniers mots que des servants vinrent se présenter pour s'atteler à préparer les affaires du couple. D'autres suivirent et apportèrent un repas chaud pour le couple, certes moins étoffé que celui de la veille, mais dont l'odeur ne manqua pas d’éveiller l'estomac du Seigneur de la marche. Après quelques minutes, Asilya et Eothain prirent leur dernier repas dans cet endroit qui fut si magique et spécial pour eux et leur vie de couple. Mais sans doute n'en soupçonnaient il pas me moins du monde, les futures conséquences de cette nuit amoureuse sur leur futur...


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Mar 4 Sep 2018 - 21:38
L'idée de raconter tout cela à leur fille la fit sourire d'avantage. Malgré la douceur, pour le moment, de ce voyage et toutes les surprises qui le composait, la reine voulait retrouver le côté de sa progéniture. Pour profiter de cette nouvelle étape franchie qui lui offrait un peu plus de liberté de mouvements. Mais ce n'était pas encore le temps de songer au retour, il y avait encore tant de choses à voir et visiter. Tant de personnes à rencontrer. Même si cette dernière idée n'était pas vraiment la plus agréable pour la Reine, il fallait qu'elle continue de prendre sur elle, très certainement qu'Asilya rencontrerait des personnes très intéressantes. Sa fille ne devait pas s'ennuyer à Meduseld, entre ses précepteurs et ses passions pour les inventions et les nouvelles choses... nul doute qu'elle devait être bien tranquille sans l'œil protecteur de ses parents. Cette idée fit rire légèrement la douce qui entendit, pour finir, qu'ils allaient prendre leur repas du midi ici pendant que les domestiques rangeraient leurs affaires. Puis ils reprendraient la route.

-"Bon appétit mon aimé."

Adressa t-elle à Eothain alors qu'ils s'étaient mis à table. Le repas n'était pas aussi conséquent que celui de la veille au soir mais tout aussi bon. De quoi remplir les estomacs de la meilleure des façons. Asilya ne se dépêcha pas pour autant, cette maison allait lui manquer. Une meilleure découverte à vrai dire, elle demanderait surement de revenir ici s'ils en avaient l'occasion. Une petite demi-heure plus tard, le repas était terminé. Asilya se leva de son siège pour aller prendre son manteau à col de fourrures. Allant jusqu'à jeter un dernier coup d'œil à la chambre et la salle de bain, prétextant de vérifier si rien n'avait été oublié. Mais, c'était bien plus pour se replonger un instant dans la magie de la veille. Puis, elle se rendit vers la porte pour en passer le pas, se dirigeant vers l'enclos pour retrouver sa jument bien docile et endurante. Déjà sellée et prête à être montée, Asilya n'eut besoin de personne pour trouver son assise. Prenant les brides que le palefrenier lui tendit, elle n'attendait que le signal de son époux pour le grand départ.

-" Ce lieu va me manquer, je ne pensais pas m'attacher aussi rapidement à cette jolie maisonnette de bois."

Son sourire sincère se tourna vers son époux, comme un remerciement... un énième remerciement. Rendant les salutations qu'on lui faisait, la reine se demandait comment allait se passer la suite de leur voyage. S'il serait aussi doux et agréablement surprenant ou ... si l'angoisse reviendrait. Chassant cette idée rapidement, il ne fallait qu'une ombre noircisse le tableau parfait de ce voyage qui était déjà mémorable ! De si doux et chaleureux souvenirs avaient été crée ici. D'autres passionnées et embrasés d'amour. Une renaissance, celle de leur couple et le retour de la flamme précieuse de leur amour. De beaux accomplissements !

Avec une certaine fierté, Asilya se souviendrait de ce lieu comme l'endroit de leur seconde fois, une décennie après la première. Quelle histoire ... et Eothain avait été d'une loyauté et d'une fidélité à toutes épreuves. Sa tendre épouse était bien plus que fière et reconnaissante envers lui... il était l'incarnation de la bonté, du respect et de la loyauté. Un parangon dans son genre. Se trouver à ses cotés étaient une chance de tous les instants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Mer 5 Sep 2018 - 18:15
« Il est vrai que cette habitation nous fut spéciale, mais à présent j’ai hâte de contempler notre propre maison achevée. Je suis convaincu qu’elle nous apportera le même sentiment de foyer chaleureux, que nous avons aujourd’hui un peu de peine à laisser derrière nous » dit-il en laissant parler librement son cœur. Oui, meduseld était un palais de bois très important, mais y vivre une vie familiale n’était pas des plus idéales. C’est pourquoi cette maison, qui se trouverait d’ailleurs à proximité du palais, ne manquerait pas de satisfaire Eothain et l’homme simple qu’il était au fond de son cœur, avant même d’être le Roi du Rohan.

Le cortège se mit en route comme ce fut le cas à l’allé. Un petit groupe de quelques gardes ouvraient la voie au loin, tandis qu’un autre groupe couvrait les arrières du couple royale à bonne distance. La seule différence notable était que, pour le moment, Asilya voyageait sur son propre destrier, qui avançait au pas à côté de Mildran, qu’Eothain chevauchait comme à son habitude. Bien vite, Dunharrow ne fut qu’une lointain faille rocheuse, avant de disparaitre peu après sous la courbure de l’horizon.

Tout était très calme autour du cortège. Pour rompre ce silence parfois angoissant et rendre le voyage plus intéressant, Eothain se mit à conter ses souvenirs et autres aventures à son épouse, à mesure qu’il se remémorait certaines histoires qui concernaient les lieux traversés par le couple. Tantôt se furent les souvenirs du seigneur de la marche, tantôt ceux du jeune cavalier Rohirrim qu’il fut par le passé. Certaines anecdotes ne manquaient d’ailleurs pas de faire rire la belle aux cheveux de feu, car le souverain était assez doué pour rendre ses récits vivants et drôles.

Le voyage continua ainsi, puis il fut temps de dévoiler à Asilya l’une des petites attention qu’avait mise en place le roi afin de lui offrir les conditions les plus agréables possible lors de ce voyage. Notamment pour ce qui serait de passer la nuit en pleine nature. Une étape inévitable de ce périple mais à laquelle Eothain avait taché d’améliorer les conditions au maximum. Voyant que l’inquiétude se faisait de plus en plus présente dans le regard de son épouse, il tenta de la rassurer :

« Pour passer la nuit dans les meilleures conditions possibles, j’ai demandé à un groupe de gardes, disposant d’un attelage, de nous précéder de quelques heures. Ceci dans le but qu’ils disposent de suffisamment de temps pour trouver un endroit idéal, et y établir un campement de fortune pour passer la nuit ! Et je parle là d’une grande tente confortable pour nous, éclairée et disposant de quelques commodités »

Quelques heures plus tard lorsque le ciel se fit de plus en plus sombre, on aperçut au loin la lueur des torches qui déchiraient l’horizon obscur. C’était là le campement érigé pour que tout le cortège passe la nuit. Les gardes eux-mêmes disposaient d’une tente pour se relayer et être certains de dormir au sec, à l’abri d’une pluie éventuelle. Un point d’eau se trouvait à proximité, ce qui permettait de faire boire les chevaux et de disposer d’une source pour les besoin en eau sur le campement. Des gardes étaient disposés aux quatre coins du campement, montant la garde armé de leurs longues lances. Tout était bien plus sécurisé et accueillant qu’un simple campement à la belle étoile.

Après avoir confié leurs montures, le couple arriva dans cette grande tente fabriquée de tissus épais. A l’intérieur, de petites vasques de feu illuminaient la pièce unique et en réchauffaient l’intérieur. On pouvait aussi apercevoir deux méridiennes légères et quelques peaux disposées sur le sol. L’étendard du Rohan flottait au dehors et une bannière, représentant un cheval, fut même accrochée à l’intérieur en guise de décoration. Tout était fait pour rendre cet endroit accueillant et chaleureux.

« Certes, ce n’est pas notre belle maisonnette de Dunharrow, mais je me suis dit que ce serait plus facile d’y passer la nuit pour toi, plutôt que de dormir à la belle étoile ? »

Le roi ne savait pas quelle serait la réaction d’Asilya. Sans doute ne serait-ce pas suffisant pour qu’elle soit rassurée et entièrement sereine. Mais en tout cas il avait essayé de lui rendre l’expérience moins difficile que ça l’aurait été de se confronter à l’obscurité de la nuit en pleine nature.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Ven 7 Sep 2018 - 10:46
Eothain rappela au bon souvenir de sa douce la construction presque achevée de leur futur nid d'amour. Un chalet de bois Rohirrim construit par les meilleurs artisans du pays. Asilya avait fait de son mieux pour trouver le mobilier et le linge de maison de plus beau et typique des régions qu'elle adorait tant. Bien plus encore, elle avait prit contact par des intermédiaires avec des marchands du Gondor pour dénicher de petits trésors afin de rendre leur futur intérieur chaleureux et à leur image. La belle rêvait de ce chalet depuis tellement longtemps. Vivre simplement aux cotés d'Eothain, prendre du temps pour être l'un avec l'autre. Bien que son désir ne serait jamais complètement réalisable par la couronne que tous les deux portaient, ils allaient avoir un sanctuaire de douceur familiale que la reine protègerait farouchement.

-" J'en suis certaine, notre petit chalet nous rendra aussi heureux si ce n'est plus encore que pendant cette journée. Nous l'avons conçu à nos images en écoutant nos cœurs. Nous y seront heureux et au calme, j'ai tellement hâte d'y faire mes premiers pas."

Cette idée fit sourire la Reine qui avait prit le coté d'Eothain et Mildran tout en gardant un pas en arrière. Protocole… Ils descendirent de nouveau le chemin vers le campement, trouvèrent les visages du commandant et de ses officiers, puis ils quittèrent Dunharrow pour prendre de nouveau la route. Le temps était calme et le ciel clair. Une légère brise accompagnait la route du couple. L'espace immense autour d'Asilya la faisait frissonner, mais ce n'était pas que son angoisse qui faisait réagir sa peau ainsi. Ce voyage lui avait fait faire de grands pas en avant sur le chemin de sa complète guérison et la prochaine étape ne lui était pas encore connue. Eothain s'était déjà montré plein de surprises et il commença à en dévoiler une nouvelle alors qu'elle expliquait leur prochaine halte.

Ils passeraient la nuit en pleine nature, la reine se figea sans trop de surprise, lançant un regard angoissé vers son époux. Resserrant ses mains autour des brides de sa jument, elle soupirant lentement pour tenter de faire disparaitre la boule de nervosité qui se nouait déjà dans son estomac. Mais rien n'y fit. Pourtant, ça ne ressemblerait en rien aux nuits à la belle étoile que le couple avait déjà passé, il y a fort longtemps. A cette époque, ils n'avaient qu'une ou deux couvertures, leurs capes et les tapis de leurs chevaux pour se couvrir du vent frais. Soupirante, la rouquine comprit que son époux avait tout fait pour rendre la nuit la moins effrayante possible et peut être agréable si Asilya gardait son courage. Essayant de paraitre moins figée, elle demeura silencieuse pour autant alors que les heures défilaient pour qu'arrive le moment de la découverte du campement.

Une grande tente avait été montée, d'autres plus petites dans un périmètre raisonnable. Des torches constellaient le sol pour éclairer le lieu et le rendre moins impressionnant. Déjà les chevaux des gardes buvaient et broutaient, se reposant de leur journée de voyage. Un nouveau soupir parcouru la reine, bien que la vue soit rassurante et chaleureuse, il n'en restait pas moins qu'elle ne dormirait pas entre quatre mûrs de pierres ou de bois.

-" Ce campement à son charme, je te remercie pour tous tes efforts."

Glissa t-elle tout en descendant de sa monture pour tendre la bride à un garde proche d'eux. Se frottant les mains pour chasser le peur, Asilya se tourna vers Eothain pour attendre qu'il la rejoigne afin de se rendre à la tente. Dormir ici serait bien plus rassurant qu'à la belle étoile, Eothain avait raison sur ce point. Passant par la porte de toile, l'intérieur était digne d'une pièce de maison confortable. Deux méridiennes entouraient quelques peaux et couvertures. On pouvait voir une table et des chaines de bois pliantes. Un coffre au pied d'un lit fait de matelas de laine et de coton. De nombreuses couvertures recouvraient la couche, elle donnait vraiment envie de s'y allonger, un bon signe. Un paravent se tenait dans un coin, une vasque avec un pichet d'eau sur le coté, de quoi faire une toilette agréable. Il ne manquait qu'un peu d'eau chaude.

-" L'aménagement me donne l'impression d'être à l'intérieur d'une maison, c'est rassurant. Bien que les mûrs tremblent au vent, je pense que cette nuit ne sera pas aussi atroce que je l'avais imaginé."

Libérant ses mains de ses gants de velours, le poêle au centre de la tente apportait la chaleur nécessaire pour chasser la fraicheur de la soirée. Se délestant de son lourd manteau, la reine le déposant sur l'une des chaises pour se tourner vers Eothain. Sur la table, on pouvait voir un repas froid et du vin, le ventre de la belle répondit à cette vision. Prenant la main de son aimé, elle se dirigea vers la table pour prendre le temps de savourer la nourriture appréciable et le vin agréable qui avait été préparé avec attention. Un dîner rempli de sourires qui se termina par quelques mots d'une conversation agréable sur quelques souvenirs de la veille et du voyage de la journée.

-" Le voyage va encore être long demain, je suis éreintée. Cela fait vraiment longtemps que je n'ai pas fais autant d'heure de monte. Ce temps où j'étais guérisseuse de village… dans une autre vie."

Asilya n'avait pas vraiment tord, une mort séparait cette vie passée. Cette mort qu'elle vécue en Angmar. Elle avait retrouvé la vie, au fur et à mesure, par des gestes et évènements de tous genres. Parfois durs d'ailleurs. Mais la reine avait toujours réussi à faire un pas, même infime pour avancer vers sa prochaine liberté et guérison. Se levant pour se rendre vers la vasque, l'eau fraiche sur son visage lui fit un bien fou. Se rafraichissant la nuque, les mains et avant-bras, la belle quitta sa robe pour se retrouver en chemise longue, avançant vers le lit moelleux pour s'enfoncer dans les couvertures encore fraiches. Un léger rire sortit des couvetures alors qu'elle remuait les jambes pour se réchauffer. L'angoisse était toujours présente mais Asilya la tenait fermement en laisse et la prochaine arrivée de son époux la musèlerait par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Ven 7 Sep 2018 - 19:26
Le souverain fut soulagé d'entendre Asilya moins anxieuse quant à cette nuit qu'elle devrait passer dans cet endroit inconnu. Il est vrai que la tente offrait un confort très acceptable. La soirée aurait été sans doute bien moins facile pour la belle rousse, s'ils avaient du se contenter de dormir à même le sol, et de se serrer près du feu, emmitouflés dans leurs épaisses couvertures en priant pour que le ciel ne les arrose pas d'une pluie glacée. Le repas fut agréable et salvateur pour l'estomac du Roi qui commençait à s'impatienter. Certes, on était loin du repas de la veille étoffé de plusieurs plats, chauds et savoureux. Néanmoins cela restait simple mais bon et roboratif, partagé dans une ambiance sereine entre les deux amoureux qui n'étaient jamais à court de sujet de discussions.

La reine du rohan avoua être éreintée par le voyage. C'était compréhensif ! Certes elle avait récupéré sur le plan physique et moral depuis quelques mois, mais les voyages à dos de canassons étaient éprouvant pour le corps, eothain ayant fait tout ce qu'il pouvait depuis leur départ, pour que le moral de sa compagne demeure au maximum de sa forme. Tandis qu'Asilya se préparait, Eothain s'éclipsa quelques instants à l’extérieur de la tente pour saluer et remercier ses hommes, qui furent une nouvelles fois si efficaces. Il demanda aussi si de l'eau chaude était disponible et il s’avéra qu'il en restait un fond de cuvette. Le souverain prit alors congé de ses hommes en emportant ce demi litre d'eau presque bouillante.

Asilya était allongée sous les couvertures lorsque son époux revint. Il sourit en la voyant frissonner à la fraicheur des draps. Il se dévêtit alors pour ne porter plus que sa longue chemise. Puis, après avoir ajouté un peu d'eau froide au récipient encore fumant de vapeur, le Roi y trempa ses mains pour les réchauffer. La différence de température provoqua un léger engourdissement entre ses doigts mais celui-ci disparut bien vite. Son projet était encore à l'attention de sa chère et tendre. Eothain s'approcha du lit et ne rentra pas immédiatement sous les chaudes couvertures mais retira celles-ci des épaules de sa compagne pour entamer un massage des cervicales.

" Voilà qui devrait te soulager pour reprendre la route "

Rien de tel qu'un bon massage pour se remettre d'un périple à cheval. Et pour ce genre de chose, mieux vaut ne pas s'y atteler avec des doigts froids comme la neige. Eothain n'était pas guérisseur mais il y alla à l'instinct pour détendre au maximum son épouse, au contact de ses mains. Une fois qu'il eut terminé, il se glissa à son tour dans les couvertures pour se rapprocher de sa compagne dont le corps dégageait une certaine chaleur, elle qui était dans le lit depuis quelques dizaines de minutes maintenant. En peu de temps, la fatigue eut raison du couple royal qui s'endormit alors paisiblement.

~~¤~~

Le lendemain, au petit matin, le vent soufflait et faisait onduler les parois en tissus de la tente royale. La nuit avait été assez salvatrice pour le seigneur de la marche qui se leva pourtant assez tôt, afin de préparer un petit déjeuné à son épouse, avec les moyens du bord. Il profitait de chaque instant de cette expédition, qui certes n'avait rien de trépident en terme d'aventures, mais qui demeurait pourtant très importante pour le souverain. Plus tard dans la matinée, une fois que le couple fut prêt et habillé, les gardes remballèrent le campement, avant que le cortège ne se remettent en route.

~~¤~~

Cela faisait deux heures que l'expedition avait reprit la route vers le nord ouest, en direction de fort-le-cor. Le soleil s'était maintenant érigé bien haut dans un ciel dégagé qui éclairait l'horizon d'un bleu azur. Toujours cote à cote, le couple royal chevauchait entre les deux groupes de gardes. Mais, tandis que le seigneur de la marche observait l'horizon, un détail l'interpella. Le groupe de gardes qui ouvrait la route fit un écart de coté pour dépasser ce qui semblait être un attelage allant d'un train rapide. Eothain pressa le pas de Mildran pour les rejoindre, et Asilya fit de même avec sa jument. Arrivés à hauteur du chariot que les gardes avaient arrêté, le souverain put apercevoir qu'une femme d'un certain âge conduisait cette cariole dans laquelle était allongé un homme, sans doute son mari, qui semblait blessé à la main.

" Sire, cette femme mène son mari jusqu'au prochain village qui se trouve à deux bonnes lieues d'ici. Celui-ci s'est blessé avec un outil et c'est ouvert la main entre le pouce et l'index ! Ils vivent dans une ferme isolée et ce village est le seul salut de cet homme ! " dit un des gardes

La femme quant à elle, paniquée et nerveuse, reprit
" Mes respects mon roi, ma reine, excusez mes manières mais si vous n'avez pas de guérisseurs parmi vous, alors vous ne nous faites que perdre un temps précieux ! "

" Nous avons un peu de matériel médical militaire, mais ... " reprit le garde, avant d'être interrompu par le Roi

" Et nous disposons d'une guérisseuse !" dit il en tournant le regard vers asilya qui était déjà sur le point de descendre de sa jument. Une trousse militaire réglementaire disposait de fil et d'aiguille pour recoudre, de bandages propres et d'une solution antiseptique à base de plantes et d'alcool. Et vu la couleur rouge sombre du bandage du vieil homme, c'était sans doute là sa plus grande chance de survie, que de s'en remettre au savoir faire de sa Reine.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Dim 9 Sep 2018 - 13:36
L'angoisse était présente, c'était inéluctable mais elle n'était pas à ce point présente pour devenir handicapante. Il était certaine que cette tente ne serait jamais aussi rassurante qu'une maison en dure entourée de gardes d'élites, mais elle était confortable et entourée de gardes d'élites malgré tout. Tout ce passerait bien, Asilya essayait de se convaincre elle-même, emmitouflée sans les couvertures qui commençaient à être chaudes maintenant. Eothain rentra de nouveau dans la tente, un léger vent frais le suivi. De l'eau chaude avec lui, il arriva vers la couche pour retirer la couverture des épaules de son épouse pour lui faire un massage habile.

-" Je te remercie, c'est très agréable."

Réussit-elle à dire avant de se sentir tomber dans une baignoire de coton duveteux et parfumé, le sommeil agréable qu'Eothain venait de lui offrir. Sa présence à ses cotés la rassura toute la nuit, se nichant de plus en plus contre lui au fil de la nuit. Le silence tomba dans la tente, la nuit passa rapidement et le lendemain commença reposé. Reprenant la route après quelques heures de repas, de préparation aussi, le couple monta à cheval pour que la route s'étende de nouveau sous les sabots de leurs montures. Les kilomètres se déroulèrent lentement, le calme toujours présent, quelques mots furent échangés entre les deux amoureux, quelques sourires aussi et de doigts tendus pour faire découvrir à l'autre une partie du paysage, jusqu'à ce que le destin décide de rendre le voyage moins paisible.

Les gardes firent un écart pour se diriger vers un attelage qui allait bon train dans la direction opposé du couple royal. Eothain poussa le pas, Asilya fit de même avec sa jument pour découvrir un couple de fermiers d'un certain âge, la femme aux rênes et le mari souffrant. Les gardes expliquèrent la situation, le regard de la reine se planta sur la main du mari pour commença son diagnostique. La vieille femme ne voulait pas être irrespectueuse mais voulait vite reprendre la route, douteuse qu'un soigneur soit présent dans le cortège et pourtant, le Roi déclara le contraire tout en portant son regard vers sa femme. Asilya avait déjà commencé à quitter sa selle, une main lui apporta sa trousse de premiers soins. Se dirigeant vers l'homme, elle salua la femme d'un regard rapide puis monta dans l'attelage pour commencer à l'examiner.

-" Veuillez m'excuser, cela va être douloureux."

Dit-elle simplement, sans aucune salutation, le pansement imbibé de sang et de saleté, ce n'était pas une vision agréable pour la guerisseuse qui essayait de détacher le tissus de la plaie sans agrandir la blessure. Les fibres du tissus s'étaient mêlés au sang sêché et au pus qui commençait déjà à colorer et empester la plaie assez profonde. Soupirante, la reine laissa le bandage à son coté, demandant de l'eau d'une voix autoritaire et pressante. Il n'était plus temps d'être appaisante ou calme, cet homme allait probablement perdre sa main... une gourde fut tendue à la dame, il fallait humidifier la zone pour retirer le plus de matière possible. Ouvrant sa trousse pour trouver une pince à épiler, Asilya commença à mouiller la plaie pour retirer les fibres et les croutes ou saletés. D'un tissus propre imbibé d'alcool, la reine nettoya les contours pour aperçevoir un tendon sous la chair ouverte. Mais il ne semblait pas sectionner.

-" Vous avez eu de la chance ... le tendon n'est pas atteint et l'infection semble très supéficielle. Je vais devoir retirer les chairs lésées, cela va être désagréable, mais c'est essentiel pour éviter l'infection sévère et surtout essentiel pour la cicatrisation."

Elle ne laissa pas vraiment le temps au fermier de réagir autrement que par un cri de douleur. Et pourtant, la guerisseuse avait le touché doux et délicat et elle essayait de ne pas manipuler outre-mesure la main afin de ne pas multiplier les mouvements. D'une lame fine et très aiguisée maintenue au bout d'un manche de fer forgé, la Reine incisa à quelques reprises, nettoyant à l'alcool rapidement par la suite. La plaie était maintenant propre, les chances de perdre la main de l'homme n'était plus dans l'équation. L'odeur du sang n'avait pas manqué à Asilya, ouvrant un sachet de cuir pour faire tomber dans une petit bol une poudre odorante, elle y mélangea un peu d'eau pour en faire une pâte épaisse. Sûturer la plaie ne serait pas un problème, les points étaient propres et égaux, on pouvait reconnaitre l'expérience de la soigneuse.

-" Le pire est passé, malgré tout votre main est brulante. Elle est inflammée. Le cataplasme va combattre ce mal, mais il faudra le changer tous les soirs. Je n'ai pas assez de poudre pour vous offrir ce soin jusqu'à votre cicatrisation. Il vous faudra trouver un apothicaire ou un herboriste pour vous en fournir. C'est une recette connue, demandez un cataplasme contre l'inflammation et ils comprendront."

Essuyant ses mains dans un linge propre pour aposer la pâte verdâtre, elle l'entoura d'un bandage lâche qu'ellle termina d'un noeud pour le maintenir. Il fallait que l'air atteigne la plaie mais pas les saletés bien entendu. Terminant par un soupire satisfait, la Reine tapota sa ceinture pour ouvrir sa bourse et déposer dans la main valide du fermier une pièce d'or.

-"Ne refusez pas, si je le pouvais, je vous aurais offert le cataplasme jusqu'à votre complète cicatrisation."

Le regard d'Asilya ne laissa pas de place au refus, sortant de l'attelage, elle marcha vers Eothain, tout en nettoyant ses mains avec le reste de l'outre d'eau, ses mains légèrement teintées par le cataplasme, comme au bon vieux temps.

-" Cela a prit plus de temps que prévu, mais ce monsieur ne devrait pas souffrir de traumatismes. Il gardera sa main sans séquelle s'il applique mes recommandations avec zèle."

Détournant son regard de son époux pour trouver celui de la femme, Asilya lui fit part de ses actions pour sauver la main de son mari, avec humilité et professionnalisme. Puis elle lui indiqua la composition du cataplasme, le fait qu'elle avait fait le première application et surtout le temps pendant lequel le mari devra changer son pansement tous les soirs. Indiquant qu'il pourrait ne plus couvrir la plaie après trois semaines, s'il n'y avait pas de complication.

-" … et surtout, si votre main chauffe de nouveau ou si vous sentez une mauvaise odeur venir de votre plaie, je vous en recommande de trouver un soigneur le plus rapidement possible !"

Son ton était de nouveau autoritaire, il fallait que le couple comprenait la gravité du fait s'il advenait. Laissant le silence retomber, elle laissa un sourire léger teinter son visage alors qu'elle tournait son minois vers son aimé, radieuse et satisfaite.

-" Je pense avoir fini. Mon roi, la suite est entre les mains de ces braves gens et du tout puissant."

Le temps avait passé, deux heures s'étaient presque entièrement écoulées. Que le temps passe vite lorsqu'on fait ce qu'on aime...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Lun 10 Sep 2018 - 16:25
L’homme qui fut soigné lâcha un remerciement dans un soupir de soulagement. Sans doute avait-il du mal à retrouver son souffle et sa voix, après l’intervention douloureuse mais salvatrice de cette reine guérisseuse, envers qui il était très reconnaissant. Il ne faisait aucun doute que sans elle, l’homme aurait perdu sa main, et peut-être même bien plus étant donné l’hémorragie qu’il endurait depuis son accident. Ce fut donc plus dans le regard qu’Asilya aurait pu remarquer sa gratitude.

« Merci à vous Reine Asilya ! Votre talent de guérisseuse a sauvé mon mari, soyez bénie ma reine »


Dit alors la femme soulagée à son tour. Elle qui n’avait eu que de simples écho sur cette femme que le roi avait épousé, avait maintenant eut l’occasion de se faire une opinion sur elle. Et à n’en pas douter, celle-ci serait sans doute excellente. Finalement, l’issue de cet incident, dont fut victime le pauvre fermier, fut heureuse pour tout le monde. Celui-ci allait s’en sortir, et pour Asilya, cela fut sans doute l’occasion de pratiquer sa science et de sentir à nouveau cette satisfaction d’avoir fait ce qui devait être fait. Et cela n’était pas pour déplaire à Eothain que de savoir son épouse heureuse et fière de ce qu’elle avait pu apporter à ses gens, comme à l’époque où sa renommée de guérisseuse n’était plus à faire.

Le cortège reprit sa route peu après. Il leur faudrait passer encore une nuit au cœur des plaines du Rohan, avant d’atteindre leur destination. Comme la veille, un groupe de garde prit de l’avance, tandis que le reste du cortège avait fait une longue pause pour prendre le repas et laisser les chevaux se reposer un instant. Ce fut donc sans surprise que le couple Royal reprit ses quartiers, le soir même, au sein de la tente qui faisait office de foyer de fortune.

Au cours de la soirée, après le repas, eothain proposa à Asilya d’aller se joindre aux gardes, au coin du feu, histoire de discuter un peu. C’était une habitude que le seigneur de la marche avait en général, que de prendre le temps de parler avec ses hommes, discutant de choses et d’autres, allant même jusqu’à plaisanter de bon cœur ensemble. Une habitude qu’il avait gardée de ses lointaines années en tant que simple cavalier du Rohan. Ce serait, pour le couple, une occasion de montrer aux gardes leur gratitude pour leur dévotion et le cœur qu’ils avaient mis tout au long de ce voyage, afin d’offrir un confort maximum à leurs souverains.

Le feu de camp était un bon moyen de se tenir au chaud, et un réconfort que les hommes ont toujours su apprécié en de telles circonstances. Ainsi, Asilya et Eothain partagèrent un peu de temps avec ces hommes qui furent ravis de pouvoir échanger avec ceux envers qui ils avaient juré protection. On reparla de Dunharrow et du voyage, autour d’une bonne tasse d’infusion à base de plantes séchées. Les gardes revinrent sur cette intervention de la Reine, plus tôt dans la journée, qui visiblement n’avait pas manqué de les impressionner. Beaucoup exprimèrent leur admiration face à un tel savoir-faire qu’ils n’avaient sans doute pas soupçonné chez cette femme dont il avaient en charge la sécurité. Puis, les paroles laissèrent peu à peu la place au silence. Il fut temps pour tout le monde d’aller se reposer pour terminer en forme cette phase allé de leur voyage.

~~¤~~


Le lendemain après-midi, les gardes et autres militaires en garnisons au gouffre de helm aperçurent, depuis les remparts de la forteresse, le fier étendard du roi qui flottait au vent. A quelques centaines de mètres de là, le seigneur de la marche aperçut la forteresse qui s’élevait dans l’horizon. Ils étaient arrivés ! La vue de cet endroit procurait toujours à Eothain le sentiment de se retrouver un peu chez lui.

« Le gouffre de Helm, forteresse imprenable qui fut un temps le dernier espoir duquel notre royaume s’est libéré des orientaux… Ressens-tu ici, autant d’appréhension qu’a Dunharrow ? » Demanda Eothain conscient que le lieu paraissait impressionnant, d’autant qu’asilya l’avait déjà côtoyé une fois, en de bien différentes circonstances.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Mar 11 Sep 2018 - 11:09
Son travail achevé, la reine devint une douce, calme et souriante. Elle changeait complètement de posture et de regard lorsqu'il fallait qu'elle donne des soins. La vie d'une personne pesait dans la balance, il n'était alors pas temps de sourire ou même de perdre son temps en bavardage. Ses mains légères et douces parlent d'elles même et montre toute l'attention que la femme porte à son patient. Bien qu'Asilya n'était jamais muette au point de ne pas répondre avec réconfort aux craintes et peurs de ses patients, elle ne s'étendait jamais en parole, pour ne pas se distraire et rester le plus concentrée possible. C'était une manière de procéder qu'elle avait développée au cours de ses années de guérisseuse. Galopant entre les villages avoisinants sa ferme pour trouver le coté des malades et femmes enceintes, elle avait de très belles rencontres et avait sauvé de nombreuses personnes. Apprenant des anciens soigneurs Rohirrims, elle connaissait donc quelques secrets du Pays, des techniques propres au Rohan et en garderait dignement le secret.

La vieille femme termina ses remerciements sous le sourire d'Asilya qui pencha légèrement la tête en avant pour montrer sa gêne. Même les gardes regardaient la reine avec stupeur mais aussi une certaine fierté. Ils ne se doutaient absolument pas de ses capacités. Pour sûr, le roi ne risquait pas grande chose s'il arrivait, par malheur, qu'il soit blessé. Asilya saurait réagir avec rapidité et calme pour le sortir d'affaire. Cette pensée lui fit se demander si elle saurait garder son calme devant une blessure sérieuse sur Eothain. Ses mains trembleraient-elles de craintes de le faire souffrir ? Autant de questions auxquelles elle de désirait pas trouver de réponse. Tournant son visage vers son époux pour lui signifier qu'elle était prête à repartir, le couple de fermiers regarda le cortège s'en aller sous quelques salutations pleines d'enthousiasme et de joie. Asilya était rayonnante, fière d'avoir fait quelque chose de bien, de s'être sentie utile.

Quelques heures de route furent nécessaire pour rallier le prochain campement. L'air se faisait de plus en plus frais, la luminosité était de plus en plus basse. Des signes précurseurs de l'angoisse qui gagnerait bientôt la reine. Dormir dehors n'était vraiment pas rassurant et seule la fatigue de la chevauchée était l'assurance de son endormissement. Le couple royal prit ses aises dans la tente quelques temps, Asilya s'était rafraichit puis avait retrouvé son aimé autour du feu. Il parlait avec les gardes, partageait du temps avec simplicité. Une couverture autour de ses épaules, la reine prit place à son coté pour les écouter en silence. Ils parlèrent de souvenirs, de faits personnels et revinrent même sur les soins d'Asilya, ce qui la fit de nouveau rougir mais la pénombre éclairée par le feu cachait le rouge de ses joues.

-" Il ne manquerait plus que j'ouvre un dispensaire… je n'aurais plus le temps de rien si vous parlez de moi ainsi autour de vous."

Malgré tout, l'idée était présente dans l'esprit d'Asilya. Ouvrir un dispensaire pour les indigents, former des soigneurs à ses méthodes et surtout s'assurer que les médecins et chirurgiens de guerres soient proprement éduqués et expérimentés. Elle ne pourrait suivre son époux sur le champ de bataille, c'était une évidence, mais elle voulait être prête à sauver des vies en toute circonstance. Il faudrait qu'elle parle de cette envie à Eothain, lorsqu'ils seraient de retour à Edoras.

La nuit avançant, la reine quitta le feu pour retrouver la couche de fortune, trouvant le sommeil assez facilement grâce aux centaines d'idées qui émergées. Elle ressentit l'arrivée d'Eothain sous les couvertures, se rapprochant de lui naturellement, comme attirée par son charisme flamboyant. La nuit passa et le soleil prit place dans les cieux. De nouveau ils prirent la route, Asilya se sentait reposée mais aussi pleine d'une nouvelle énergie. Soigner lui avait manquer, cela ne devait plus arriver. Une lueur de détermination brillait dans son regard, cela durant quelques temps jusqu'à ce qu'elle se rappelle des lieux qui l'entouraient.

Le Gouffre de Helm allait bientôt leur faire face. Ce lieu qui avait couté bien des tourments à Asilya. Tout un symbole de solitude pour être loyal et fidèle au Rohan. Un très long soupir parcouru la Reine alors qu'ils s'avançaient pour faire face à la vision du Gouffre. Non, elle n'avait vraiment pas envie d'être ici, ce lieu lui avait retiré celui qu'elle aimait et avait couté à Lyra de nombreuses années sans son père par la suite. Par abnégation, lorsqu'elle entendit qu'Eothain était devenue Régent, elle décida de ne rien dire sur sa situation et l'existence de Lyra. Elle continua de conter à son enfant l'histoire d'un valeureux soldat parti par devoir. Ne répondant jamais sur le sujet de son retour ou non. Tout ceci était loin maintenant, mais le Gouffre, lui, était là.
Eothain présenta le lieu, demandant si elle se sentait aussi angoissée… s'il savait.

-" C'est un tout autre sentiment qui me plombe le coeur."

Dit-elle dun murmure tout en plantant de nouveau son regard dans la pierre de la forteresse. Elle était implacable, semblait indestructible. Rien ne pouvait supplanter sa puissance, rien ne pouvait la faire ploire. Une autorité intense exultait de ce lieu avec violence pour le rendre oppressant et angoissant. Les gants d'Asilya firent grincer le cuir les brides de sa jument. Quel était ce sentiment ? De la tristesse ? Non cela faisait longtemps que la tristesse n'était plus. De la colère ? Plus maintenant, elle était refroidie et s'était dématérialisée lentement avec les années. Son ventre s'arrondissant de plus en plus, à l'époque, avait été une aide précieuse. De la rancoeur... oui ce sentiment d'injustice perdurait dans son coeur. Silencieuse et discrète, la rancune était pourtant bien présente et piquait l'âme d'Asilya à cet instant. Alors elle allait faire la connaissance avec la terrible autorité qui l'avait séparée d'Eothain ? Il était peut-être temps, malgré tout.

Le regard d'Asilya était tout tourné vers le Gouffre. Elle était silencieuse, figée comme une statue de marbre. Ses cheveux voletaient dans la brise taquine mais rien ne se mouvait plus chez elle. Ses yeux clairs plantaient dans la pierre, froids et durs, une nouvelle facette de sa personnalité voyait le jour... une facette qu'elle n'aurait pas pu découvrir autre part que devant la Forteresse. La froideur d'un colère éteinte qui fut si douloureuse qu'elle était devenue une marque dans le coeur d'Asilya, une cicatrice, la première. La rancœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Mer 12 Sep 2018 - 17:24
A la réponse d’Asilya, Eothain ne répondit que par un silence. Il ne sut quoi répondre, ni quels mots employer pour tenter d’apporter une autre vision des choses à son épouse. Car il la connaissait bien, et il savait que cette cité était pour elle devenue comme le symbole des raisons ayant eu pour conséquences tous les tourments qu’elle avait enduré. Il était vain, dans l’esprit du Roi, d’espérer convaincre sa chère et tendre du contraire avec de simples mots. Car lui avait un tout autre ressentit vis-à-vis de cet endroit, une sensation étrange qui n’était pas aussi négative dans l’ensemble que celle que devait sans doute avoir Asilya.

En effet, le gouffre de helm était en premier lieu, celui où Eothain vit le jour. C’est là qu’il avait grandi et passé toute son enfance, lui le fils de capitaine d’eored. C’est également entre ces murs que le jeune homme avait fait ses classes en tant que cavalier du rohan. Pour lui aussi, cet endroit était le symbole de cette déchirure sentimentale qu’il fut contraint d’accepter en quittant aldburg pour revenir dans son fief natal, afin de répondre aux ordres des seigneurs alors en place. Ce lieu se révéla alors à lui comme une prison de laquelle il ne pouvait s’échapper qu’en devenant un paria déserteur. Puis, vint les sombres années de l’invasion orientale qui le cloitra, lui et des milliers d’hommes, derrière cette muraille. Mais, de cette sombre époque où le gouffre fut le dernier rempart qui se dressait face aux orientaux, naquit celui qui deviendrait plus tard régent puis roi de ce royaume. Car, menés par Eothain et son père, les rohirrims mirent fin à un siège symbolique qui leur était infligé depuis des mois, en chargeant l’ennemi pour se libérer de leur oppression. C’est notamment ces faits d’armes qui firent du jeune homme une figure de proue militaire, et plus tard le visage de la révolte du Rohan face à l’envahisseur. Pourtant, le tribut fut lourd à payer pour le Roi qui perdit dans cette manœuvre son père, tombé au combat au pied du mur d’enceinte. Cette forteresse avait été hautement importante pour le soulèvement du Rohan et l’accession au pouvoir de son futur Roi. Et, la dernière fois qu’eothain s’était rendu ici, ce fut avant de participer à la bataille du tertre brun, où ses hommes combattirent aux cotés des gondoriens fidèles au couple impérial, contre Thais Lælias, leur fille adoptive alors impératrice.

Autant dire que ce lieu avait procuré bien des sentiments à Eothain, de bons comme de mauvais souvenirs demeurant dans son esprit, mais il ne pouvait nier que toute sa vie avait été étroitement liée à cette place fortifiée qui s’étendait devant eux en ce jour. C’était sans doute pour cela que malgré tout, le seigneur de la marche éprouvait un sentiment familier à la vue de ce chef d’œuvre architectural construit jadis par les hommes du Gondor.

Le cortège se remit alors en route et emprunta la passerelle qui menait à la grande porte. Les gardes, tout comme les quelques civils qui vivaient là, saluaient le couple impérial avec le même respect qui leur fut destiné à Dunharrow. On prit une nouvelle fois soin de leurs montures, avant que le couple ne se dirige vers la porte du hall. Le second maréchal de la marche, en charge de la cohorte de l’Ouest, accueilli son supérieur militaire et la reine, avant qu’ils ne fussent menés à leurs quartiers. Tout comme le général de Dunharrow, il avait été prévenu que le Roi ne serait pas immédiatement disponible pour une entrevue militaire.

Les quartiers du roi étaient au même étage que ceux de son subalterne. L’endroit avait beau être fait de pierre, il n’en demeurait pas moins chaleureux et lumineux, décoré et meublé une fois encore avec grand soin. La vue qu’offraient les fenêtres était impressionnante de hauteur et le bruit du feu qui crépitait dans la cheminée trouvait écho sur les arches et autres piliers finement sculptés dans la roche. S’approchant d’Asilya avec douceur, Eothain tenta de la convaincre :

« M’accorderais-tu une promenade, que je puisse te faire découvrir ces lieux ? Je pense pouvoir sentir à quel point cette forteresse ne trouve pas grâce à tes yeux, pour d’évidentes raisons, mais j’aimerais te montrer surtout l’endroit où je suis né, et où le jeune garçon que j’étais à grandit pour devenir l’homme que je suis désormais »


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Mer 12 Sep 2018 - 21:45
Ce n'était pas de l'aveuglement qui marquait le visage d'Asilya alors qu'elle voyait les mûrs de la citadelle avancer. Mais une douleur qui lui taraudait le cœur. Avançant de plus en plus pour enfin prendre la passerelle qui mène vers la grande porte, la sensation de la reine devint plus profonde alors qu'elle se sentait entourée du Gouffre. Essayant de garder la tête haute, silencieuse et un peu blanche, Asilya sentait une boule lui presser sur l'estomac, la rendant mal à l'aise. Elle n'observa pas les environs et laissa sa jument se diriger dans le sillage de Mildran. Des frissons la parcouraient, elle ne se sentait vraiment pas bien. Son angoisse devenait de plus en plus présente, lui rappelant de très mauvais souvenirs. Devant elle, son soleil la guidait, lorsqu'il descendit de sa monture, elle fit de même sans réfléchir. Eothain montra la voie, une fois de plus. Entrant dans la grand Hall, accueillis par le second Maréchal de la Marche, Asilya lui offrit un mouvement de tête lors de son salut. Mais ne put faire plus.

Puis leurs pas les menèrent vers les appartements qu'ils occuperaient pendant leur visite. C'était magnifique, de manière insoupçonnée d'ailleurs. Les pierres étaient sculptées, la décoration raffinées et chaleureuse et surtout la pièce était lumineuse à en être chalehureuse. Mais le visage de la belle ne changea pas pour autant. Restant debout, après avoir passé le pas de la porte à la suite d'Eothain, le monde devenait un peu plus sombre à chaque instant et semblait se refermer autour d'elle. Respirant profondément pour essayer de ce sortir de ce cauchemars naissant, la voix d'Eothain lui fit remonter la tête pour capter son regard. Ses mots furent doux et prometeurs, elle ne refusa pas.

-" Je te suis."

Elle le ferait toujours et cela même si on lui brisait les deux jambes. C'était cette force qui avait sortit la rouquine de ses mauvais souvenirs, qui lui avait ôté les chaines de l'esclavage, l'avait fait survivre pendant son évasion malgré ses blessures et son épuisement. L'origine de cette force se trouvait dans le regard de cet homme. Rien ne l'empêcherait de retourner à ses cotés ... rien sauf elle-même. Car, s'il advenait qu'elle doive se tenir à l'écart de lui, une nouvelle fois, qu'elle doive se terrer dans le silence pour lui éviter du tord ou même des désagréments, elle le ferait. Comme elle l'avait fait en cachant Lyra à Eothain pendant si longtemps. Par abnégation pour son époux, elle rendrait l'impossible réalisable, en avait-il seulement conscience ?

Son regard dans celui de son aimé, elle était soulagée. Ce bleu calme et tranquille devenait son refuge. Elle ne risquait rien, il était là. Rien ne comptait plus aux yeux de la reine. S'il voulait lui présenter le Gouffre d'une autre manière, elle l'écouterait. Ce n'était pas de l'entêtement qui lui procurait son malaise. Asilya est une personne raisonnable et Eothain avait vécu de nombreuses années ici. Pour elle, ce n'était qu'une autorité injuste, en tout cas pour le moment. Soupirant pour tenter de laisser retomber la pression qui l'opressait, elle avança d'un pas pour prendre la main d'Eothain sans même lui laisser le choix. Il voulait lui faire faire une promenade, soit ! Mais il n'avait pas intéret à la laisser dans son tourment ! S'il s'éloignait trop d'elle, à l'extérieur, elle pourrait se perdre bien plus que géographiquement. Elle se perdrait aussi mentalement, de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Jeu 13 Sep 2018 - 17:21
Eothain ne lâcha pas la main de son épouse un seul instant. Lorsqu’ils avaient descendu les escaliers, ou même lorsqu’ils croisèrent quelqu’un, rien n’était venu rompre ce contact, que le souverain savait très important pour son épouse en cet endroit. Tout avait été dit dans le regard qu’ils avaient échangé et cette promenade serait peut-être, pour le roi, l’occasion de raconter ses souvenirs et de se confier un peu sur son vécu ici.

Le couple entama donc la balade sur le chemin de ronde qui commençait sur le mur arrondi du fort. Dominant l’imposante porte qui n’était accessible que par cette longue passerelle sinueuse, les remparts du premier bastion offraient un superbe point de vue sur l’horizon. Après quelques pas, Eothain s’approcha au plus près de la pierre, posa une main crispée sur la paroi, tandis que son regard se perdait dans l’horizon. Tant de souvenirs lui vinrent en tête à cet instant, qu’il ne put se résoudre à les contenir en silence.

« Lorsque je contemple l’horizon depuis cet endroit, j’ai l’impression de revoir les troupes orientales se dresser devant nous. Je les revois venir nous assiéger après avoir envahi tout le royaume, espérant que la faim consumerait notre volonté jusqu’à la tarir. Mais ce fut une grave erreur pour eux de ne pas compter sur notre courage, notre fierté, et notre attachement à cette liberté que nous avons défendue au prix de nombreuses vies »

L’ancien cavalier du Rohan s’était laissé à exprimer ses plus sombres souvenirs de guerre, une chose à laquelle il ne s’adonnait jamais. Mais le but n’était pourtant pas de rendre cet endroit encore plus sinistre aux yeux de sa compagne. Lui adressant un sourire après avoir achevé son monologue, ils reprirent leur marche en direction de l’immense mur d’enceinte de la cité. Eothain aurait été curieux de connaitre le nombre de pas qu’il avait posé sur ce chemin de ronde… En contrebas, on pouvait voir l’enceinte de la cité traversée par une rivière. De part et d’autre, on trouvait des échoppes, quelques tentes et de rares constructions à flanc de montagne. Bien évidemment et comme toujours, on y trouvait également les enclos des fidèles destriers, indispensables aux hommes de la Marche. D’un œil attendri, Eothain se remémorait ses souvenirs d’enfance

« Ah, je me souviens de ce jeune sot qui n’avait de cesse de jouer et courir en ces murs. Combien de fois ais-je sauté par-dessus cette petite rivière avec l’impression de franchir un énorme précipice. Combien de fois ais-je malheureusement glissé et fini trempé, mettant à mal ma quête de chasse au dragon ? »

Un rire s’échappa sur ces derniers mots. Le souverain se remémorait le petit garçon insouciant et plein de vie qu’il était alors, innocent et protégé du monde par cette épaisse muraille en pierre. Reprenant ensuite la marche, le couple continua de longer les remparts jusqu’à ce que d’autres souvenirs n’émergent dans l’esprit du Roi, à la vue d’un petit promontoire en contrebas, qu’il montra soudainement du doigt.

« Le jour où mes classes militaires furent achevées et qu’on nous considéra, moi et mes compagnons, comme de véritables cavaliers du Rohan, nous prêtions officiellement serment sur ce promontoire avant d’être acclamés haut et fort par les autres cavaliers déjà aguerris. Un sentiment de fierté nous enivrait chacun notre tour. C’était pour moi l’espoir concrétisé de pouvoir quitter cette forteresse et de protéger le royaume tout en ayant l’occasion d’en découvrir les merveilles… »

Soudain, son regard se fit plus amoureux, tandis que sa main libre vint saisir délicatement celle d’Asilya qui était aussi libre.

« J’ignorais, à cet instant, que ce serait à Aldburg, que je rencontrerai la plus belle d’entre elles pour en tomber amoureux ! » dit-il en souriant, concluant sa dernière phrase par un tendre baiser déposé sur les lèvres de son épouse.

Après cet instant romantique, le couple termina de parcourir le chemin de ronde qui s’achevait contre une immense paroi rocheuse. Il était déjà temps de faire demi-tour et de retourner à l’intérieur, tandis que le soleil se couchait à l’ouest, illuminant le gouffre d’une lumière orangée. Cependant, avant de tourner les talons, le Roi avait une dernière chose à montrer à sa Reine. Ses doigts balayèrent la roche, qui brillait au crépuscule, et vinrent caresser de maigres sillons comme pour les mettre en évidence. Il s’agissait de trois lettres, gravées peu profondément et à la lame dans la pierre, à peu près à hauteur de taille. Repassant chacune d’entre elle du bout des doigts, Eothain laissa se dévoiler de droite à gauche les lettres L,Y et S.

« Un soir, alors que mes pensées ne s’envolaient que vers toi, j’ai gravé discrètement ceci à la lueur de la pleine lune. Comme pour laisser s’exprimer mon envie de te retrouver. Tu n’étais plus avec moi physiquement, mais malgré tout, rien ne t’as jamais éloigné de mon cœur »


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Sam 15 Sep 2018 - 18:20
Ils commencèrent donc cette balade sans attendre. Eothain avait une forte envie de faire découvrir à son aimée un tout autre visage du Gouffre, si ce n'est même plusieurs en réalité. Il ne lui lâcha pas la main un instant, sous aucun prétexte et cela permis à la belle de garder les pieds sur terre et de profiter un tant soit peu du premier paysage qui s'offrait à eux. Il était sur le chemin de ronde, Asilya pouvait voir la rampe d'accès à la grande porte en dessous d'eux. Devant s'étendait l'immense plaine et les montagnes l'entourant. De grandes choses avaient eu lieu ici, des victoires mais elle ne fut pas possible sans la mort et la tristesse. Cette vision prit au ventre la douce, elle plaqua son autre main libre sur son ventre pour éviter un haut le cœur. Tout ceci était trop grand et les paroles d'Eothain prirent un peu plus la rouquine aux tripes.

La liberté ? Elle était l'une des seules à pouvoir en connaitre le prit et surtout en comprendre les effets de sa privation. Lorsque les chaines l'entravaient, que les coups de fouets pleuvaient, qu'elle ne pouvait même pas décider lorsqu'elle irait se soulager ou même prendre du repos. Que le seul moyen de s'évader était de tomber de fatiguer et espérer ne pas être maltraiter pendant ce seul moment de repos. La liberté, chère à retrouver, est une amie cruelle qui ne gagne pas sans effort. Et ceux qui en profitent sans vraiment comprendre ce fait ne pourront jamais être entièrement conscients de la chance qu'ils ont.

Tout comme ces soldats qui ont maintes fois combattus peuvent comprendre la peur qui leur vrille le ventre lorsqu'ils ne font que penser à la perte de cette liberté. C'est l'essence même du Rohan, ce pays n'est pas immense mais il est parcourut de plaines et de campagnes qui offrent la liberté aux cavaliers Rohirrims. Et si c'est derniers excellent tant dans ce domaine c'est parce qu'ils ne peuvent être heureux sans cette sensation de liberté. Demeurant silencieuse alors qu'il terminait son récit, la belle le suivit lorsqu'il reprit le pas. Le regard d'Asilya se tourna dans la direction de celui de son époux. Elle pouvait voir des échoppes et des lieux de vie ainsi que des enclos pour chevaux. Il semblait attendrit et plongé dans d'heureux souvenirs. Il parla de cette petite rivière et de ses grandes aventures qui terminaient trempées. Un sourire naquit sur les lèvres de la rouquine lorsqu'il se mit à rire, alors il y avait une âme dans cette pierre abrupte ? Peut-être …

Puis il pointa du doigt un promotoire tout en racontant à sa femme qu'il s'agissait du lieu où il fut nommait "Cavalier du Rohan". Ce jour pendant lequel il fut ovationné et accueillit dans la famille des fiers cavaliers Rohirrims. Cela n'étonna pas Asilya lorsque Eothain parla de son désir de vite quitter ce lieu pour défendre le Rohan tout entier. Il avait le cœur bon et surtout n'avait nullement crainte de ce sacrifier pour une juste cause.

Lorsqu'il se tourna vers son épouse, un nouveau regard attendrit, amoureux, Asilya se figea un instant surprise. Il lui avoua alors qu'il avait ignoré que le destin les mettrait sur le même chemin et les ferait s'aimer. Asilya se mit à rougir tout en le fixant, troubler par ses mots. Cela avait été un coup du destin pour elle aussi, fille de fermier devenant guérisseuse. Se rendant à son premier bal, ce soir là, elle n'avait jamais pensé croiser le regard de ce fier soldat aux yeux gris qui la fit fondre. N'avait-elle pas offert son cœur avec une rapidité déconcertante, ne voulait plus le quitter. Lui offrant même jusqu'à sa vertu lorsqu'il lui avoua, tristement et douloureusement, qu'il devait s'en aller pour le Gouffre de Helm ? De ce don d'elle naquit une petite Lyra, promesse de bonheur et de sourires. Et elle la protégea de son propre corps lorsque les angmariens vinrent pour les réduire en esclavage.

Cette pensée fit cesser de sourire la Reine, reprenant la marche derrière Eothain, ses doigts toujours entrelacés dans les siens. Il s'arrêta de nouveau, laissant son doigt parcourir la pierre, il lui avoua alors avoir gravé les lettres de son surnom, un soir de pleine lune, lorsqu'il ne pensait qu'à elle. Cette déclaration fit sangloter Asilya, qui baissa alors la tête remuée par une émotion tout aussi joyeuse que douloureuse. Elle avait tellement pensé à lui, avant et pendant son esclavagisme. Imaginant de maintes façon son arrivée pour la sauver. Ce rassurant en pensant qu'ils voyaient la même lune et les mêmes étoiles, qu'ils se trouvaient tous les deux sous le même ciel. Les larmes coulèrent inexorablement, traçant des sillons humides sur ses joues pour tomber sur le sol. Lâchant la main d'Eothain, elle s'avança vers lui pour se presser tout contre lui, son visage humide dans le creux de son cou, cherchant sa chaleur.
Sa voix naquit dans des sanglots, trésaillant à chaque respiration. Proche de son oreille, elle parla en murmures.

-" Moi aussi, je n'ai cessé de trouver des moyens de me sentir proche de toi. J'ai eu la chance de porter notre fille pendant neuf mois et de me dire qu'il s'agissait d'un bout de ton âme qui offrait la vie. Je me surprenais même à te parler en regardant les étoiles tout en caressant son ventre."

Laissant quelques secondes de silence retomber pour reprendre son souffle, sa voix quelque peu noyée par ses larmes, elle reprit alors son compte, ses émotions exacerbées par l'instant. C'était comme une confession, elle n'avait jamais réellement parlé de cela à son époux. De ces moments de peines, de souffrances mais aussi de joies. Elle reprit alors, essayant de contrôler ses sanglots.

-" La nuit où j'ai donné naissance, mon cœur était brisé de ne pas t'avoir à mes cotés, mais dans un autre sens, je te sentais à mes cotés et ta force m'a permise de me reprendre lorsque la fatigue me murmurer d'abandonner. Toute cette douleur, ce sang, pour enfin entendre les premiers cris de notre Enfant. Une merveille sur cette terre pleine de trésors. Je ne pouvais être plus comblée, enfin presque…"

Redressant légerement sa tête pour capter le regard d'Eothain de ses yeux mouillés, elle se perdit dans son regard tout en se remémorant cette nuit. Caressant son ventre avec l'espoir de retrouver la sensation de Lyra lui donnant des coups de pieds. Asilya avait cru, pendant longtemps, qu'il s'agissait d'un garçon au compte de coups de pieds qu'elle lui avait donné pendant les derniers mois de sa grossesse. A la vue de l'énergie pure de leur fille, cela n'était pas étonnant en réalité. Une vraie force de la nature...

-" Nous avons, tous les deux, passés de durs moments loin l'un de l'autre. Et d'autres que nous aurions voulus partager ensembles à tout prix. J'espère que nous n'aurons plus ce genre de remords, désormais. Plus jamais."

Dit-elle tout en laissant sa joue venir prendre appui sur l'épaule de son Cavalier tout à elle. Rien ne l'emmenerait loin de lui, jamais plus elle ne quitterait son coté. Sauf s'il lui demandait car elle ferait tout pour lui, tout même causer sa propre souffrance et sa propre perte pour sa survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Dim 16 Sep 2018 - 9:13
Qui aurait cru que cet endroit, une forteresse militaire qu'Asilya semblait ne pas apprécier, serait le théâtre d'une scène aussi poignante et romantique à la fois. Eothain avait laissé parler son cœur librement, et avouait une fois de plus combien son amour pour la belle rousse ne s'était jamais éteint, même dans les moments les plus sombres de son passé. Asilya, elle, avait décrit son ressentit vis à vis de leur séparation forcée, tandis qu'elle portait la vie ou qu'elle s’apprêtait à donner naissance à leur si merveilleuse fille. Des aveux sortis droit du cœur, qui ne manquaient pas d'émouvoir alors le souverain, qui resserrait son étreinte sur son épouse blottie toute contre lui. Lui aussi avait ressentit de pareils sentiments la première fois qu'on lui présenta Lyra, alors qu'il n'en soupçonnait pas l'existence, et qu'il avait apprit par la même occasion la mort présumée se celle qui avait pris son cœur de la plus belle manière. Tant de souvenirs qui remontèrent à la surface pour accentuer ces émotions...

Mais le roi était quelque part satisfait de se dire que tout ceci était plus ou moins derrière eux, et que l'avenir leur appartenait. Comme le soulignait alors sa bienaimée, tous deux avaient espoirs que jamais ils ne revivraient une telle expérience. Certes Eothain avait un devoir en tant que chef de guerre, mais cela n’empêcherai certainement pas Asilya de le suivre jusqu'aux abords du champ de bataille, pour ne pas risquer de vivre un tel traumatisme à nouveau. Et puis, ils étaient maintenant Roi et Reine du Rohan. Personne ne pouvait décider à leur place de l'endroit où ils devaient se trouver.

" Nous ferons tout pour que rien ne vienne nous séparer ! Et cela commencera le jour ou nous vivrons tous les trois sous le toit de cette charmante demeure que nous ne manquerons pas de remplir de souvenirs, de moments agréable et de joie. C'est le moins que nous méritons..."

La main droite du cavalier vint caresser la douce chevelure de feu de son épouse, tandis que son bras gauche l’enlaçait jusqu’à la taille. Sentir le parfum doux de sa compagne, était une chaleur olfactive qui ne manquait jamais de réchauffer le cœur du seigneur de la marche. Quelques minutes plus tard, Eothain s'écarta légèrement pour plonger son regard dans celui d'Asilya. Il effleura ses joues du revers de la main, comme pour balayer les larmes encore présentes. Il n'était nullement besoin d'ajouter des mots tant les yeux d'Ardoise du souverain communiquaient nombre de sentiments dans les yeux clairs de la belle. Malgré tout, Eothain se laissa une nouvelle fois déborder par son envie de déclarer son amour à haute voix

" De tous les titres que je cumule aux yeux de tous : Roi du rohan, Chef de guerre, Cavalier, et j'en passe. Aucun n'est aussi cher a mon cœur que celui d'être ton époux, et le père de notre merveilleuse fille. Toutes les deux êtes ce que je chéris le plus au monde "


Alors, le souverain vint porter ses lèvres à celles de son épouse, partageant un baisé doux et passionné à la fois. Fermant les yeux pour mieux ressentir les sensations et apprécier ce frisson qui l'envahissait tout entier. Leur étreinte charnelle dura plusieurs instants, mais le vent glacial qui venait s'écraser sur les remparts était là pour leur rappeler que leur quartiers seraient certainement plus agréables. Interrompant alors cet instant magique, Eothain proposa sourire aux lèvres

" Je crois qu'il serait plus sage de rentrer dans nos quartiers, je pourrais éventuellement te prodiguer un bien meilleur massage que celui auquel tu as eu droit dans notre tente. Tu mérites bien cela, après avoir surmonté toutes tes craintes pour arriver jusqu'ici. Je suis fier de toi ! Et Lyra le sera tout autant ! "


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Dim 16 Sep 2018 - 19:15
Cet instant était parfait. Doux, agréable, réconfortant et surtout tellement tendre. Eothain procurait toute sa chaleur à Asilya, elle ne pouvait pas frissonner et cela même face au vent froid qui s'écrasait sur les remparts. Plus rien ne pouvait l'atteindre, elle était dans sa forteresse d'amour. Les larmes se tarissaient au fur et à mesure de ce câlin. Les mains d'Eothain chassèrent les derniers sillons humides du visage de la belle puis prolongea leur étreinte en resserrant son bras libre autour de la taille de sa femme. Que pouvait-elle demander de plus ? Son regard la captiva de nouveau alors qu'il lui parlait de leur prochain foyer. Qu'ils feraient tout pour ne plus être séparés dès lors qu'ils rentreraient dans les mûrs de leur petite maison humble. Lyra adorerait sa chambre toute confortable et pleine de livres. Asilya n'avait qu'une hâte, c'est de leur faire découvrir l'aménagement d'intérieur qu'elle avait travaillé avec les architectes et les décorateurs du palais.

Sur son nuage, les paroles pleines de tendresses de son Roi la firent frémir alors qu'il lui déclarait de nouveau tout son amour. Il chérissait le fait d'être époux et père, Asilya le savait que trop bien. Même si son devoir de Roi l'empêchait d'être aux cotés des femmes de son coeur parfois. Mais elles ne lui tenaient pas rigueur... car il n'était pas bien loin et ils se retrouveraient bien vite. La peur de la séparation et de la solitude n'était plus depuis quelques mois. Asilya était passé du stade de ne pas pouvoir avoir un homme trop proche d'elle au stade de toujours savoir si Eothain était à Meduseld ou pas. Par crainte qu'il ne parte et ne revienne pas, pour une raison ou une autre. Des craintes multiples et tout aussi idiote mais, elle ne pouvait pas les contrôler à l'époque.

Le vent vint sortir Asilya de sa torpeur, non pas qu'elle prenait froid, mais le bruit du rempart sous le vent pouvait être assourdissant. Eothain proposa qu'ils rentrent se mettre au chaud. L'idée n'étais pas pour déplaire à la Reine qui ne ne voulait qu'une chose: profiter de son mari avant que la nuit ne soit trop avancée. Le lendemain matin, il devrait prendre le temps d'un conseil avec ses officiers, faire son devoir. Son aimé alla même jusqu'à lui proposer un meilleur massage que celui qu'il lui avait offert sous la tente. Un sourire taquin se dessina sur le visage de la rousse, malgré elle d'ailleurs. Certains instincts lui revenaient assurément et ce n'était pas pour déplaire à son époux. Il termina sa tirade par lui dire qu'il était fier de ses éfforts et que Lyra serait fière lorsqu'elle saurait.

-"Tu as raison, rentrons. Je n'arriverais pas à avancer sans ta présence pour me guider."

Laissa t-elle couler de ses lèvres encore souriante tout en reprenant la main de son époux. Ils rentèrent donc après avoir prit le chemin de ronde dans l'autre sens. Retrouvant les mêmes paysages avec une luminosité différente. L'immense plaine était toujours si impressionnante mais la Reine ne s'attarda pas sur la vue. Suivant Eothain, ils entrèrent de nouveau dans les fortifications pour retrouver le chemin qui les menerait vers leurs appartements. La porte fut refermer derrière le couple alors qu'ils se regardaient un instant. Les émotions fortes de leur discussion sur les remparts avaient réveillés bien des désirs, il ne fallait pas s'en cacher. Cette nouvelle liberté de pouvoir profiter des caresses d'Eothain ne pouvait de donner envie à Asilya d'en redemander. Ainsi, elle prit au mot la promesse du massage et commença à se dévêtir. Deserrant le lassage de sa robe pour en faire tomber le tissu doux. Elle prit place sur le lit après avoir laissé tombé le haut de sa chemise longue de coton. Elle portait encore son jupon. Rangeant sa chevelure d'une main sur sa clavicule gauche, elle libéra ainsi son dos marqué.

-" L'eventuel meilleur massage de mon Roi se fait attendre."

Lâcha t-elle d'une voix mutine tout en laissant un léger claquement de langue ponctuer sa phrase. L'angoisse n'était plus, elle s'en était libérée avec ses larmes et surtout avec les paroles d'Eothain. Une nouvelle fois, il avait sûs trouver les mots justes pour la faire retrouver la réalité et surtout l'entourer d'amour et de rassurance. Le réconfort acquit, elle pouvait de nouveau se sentir libre et laisser tout l'amour qu'elle portait en elle rayonner vers son cavalier. La peau laiteuse de la Reine agréablement réchauffée par l'âtre ardeur, elle laissa quelques frissons la parcourir tout en soupirant d'aise. Fermant les yeux pour profiter de cette agréable sensation. Elle ne tarderait pas à en retrouver une bien supérieure, à ne pas douter.

Cette attitude provocante n'était pas voulu par Asilya, c'était par instinct qu'elle agissait. Bien que la provocation soit délicieuse et surement au goût du Roi. Peut-être que l'ancienne Asilya avec toutes ses expériences avaient offert à la nouvelle Asilya un peu plus de caractère et surtout un brin désinvolture. Ce ne serait qu'en la seule présence de son époux qu'elle se comporterait comme cela, le carquant de la couronne ne lui offrirait pas le loisir de telles légèretés. Encore que ... tout pouvait arriver. Ainsi donc, Asilya était assise sur le lit, désinvolte et quelque peu provocante. Sa poitrine couverte d'un coté par sa longue chevelure, son dos dénudé. Terminant d'ôter ses chaussures pour les écarter d'un jet de pieds plutôt habile, elle se maintenait sur ses bras, légèrement en arrière. Son regard mutin tourner vers Eothain et son sourire mystérieux annonciateur d'une soirée agitée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EothainNombre de messages : 251
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2010

Feuille de personnage
Race: Humain (Rohirim)
Possessions: Epée elfique (offerte par Galadriel)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
avatar
Roi du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Lun 17 Sep 2018 - 16:24
Leur promenade s’était finalement bien passée, et eothain avait réussi à remplacer les sentiments négatifs dans l’esprit d’Asilya, par d’autres sentiments plus intimes et plus puissants qu’il éprouvait réciproquement. Il lui avait promis un massage bien plus soigné que celui qu’il avait proposé deux jours plus tôt, il ne restait donc plus au souverain qu’à tenir parole et se consacrer à relaxer son épouse au contact de ses mains délicates et agiles.

Une fois entrés à l’intérieur de la chambre, l’ambiance était tout autre que celle que le couple venait de laisser s’envoler dans le vent frais des remparts. Une atmosphère amoureuse avait envahi les quartiers royaux et il ne manquerait qu’une petite étincelle pour que le désir s’embrase et que leur passion amoureuse explose dans la chambre pour éloigner tout autre sentiment. Tandis qu’Asilya se délestait de quelques vêtements, Eothain cherchait dans un petit buffet en bois de chêne une chose bien précise. Une petite fiole en argile contenant une huile légère est délicatement parfumée dont on se servait parfois pour apaiser les douleurs musculaires et autres inflammations. Le roi en disposait toujours dans ses quartiers, lui qui aimait s’en servir lors de long voyage, pour soulager ses muscles harassés par les longues journées passées à chevaucher. Une fois le précieux contenant trouvé, il se délesta à son tour de quelques vêtements pour ne conserver que sa longue chemise qui descendait jusqu’à mi-cuisse.

Revenant près du lit, Eothain afficha un sourire malicieux a la vue de son épouse ainsi postée sur le lit. En cet instant, ce n’était guère l’envie du massage qui envahit l’esprit du roi mais une toute autre chose bien plus intime. Chaque chose en son temps. Il devait tout d’abord honorer sa parole et s’occuper de détendre le dos de son épouse. Après lui avoir demandé de s’allonger sur le ventre, le souverain s’assit à coté, sur le rebord du lit, pour commencer sa prestation visiblement attendue.

Il versa tout d’abord un peu de cette huile dans le creux de sa main, avant de la chauffer légèrement en la frictionnant entre ses deux mains. Puis, il commença le fameux massage par la nuque qu’Asilya avait pris soin de dégager de sa chevelure rougeoyante. Ses doigts s’étendirent en direction des épaules pour revenir entre les deux omoplates dans un mouvement circulaire. Eothain commençait toujours par détendre cette zone avant de descendre dans le dos. Suivant la colonne vertébrale, les mains soigneuses du rohirrim partaient de cet axe central en allant vers l’extérieur, terminer ses mouvements sur les côtés. Ses gestes étaient à la fois doux mais aussi puissants pour bien détendre les muscles. L’huile de massage aidait à rendre le contact plus doux, et ne manquerait pas de détendre les muscles en agissant directement après avoir pénétré la peau blanchâtre de la reine. Enfin, c’est au creux de ses reins que se délimitait le massage, malgré quelques dépassement volontaires des mains du Roi qui s’aventuraient parfois au-delà pour venir jusqu’à cette frontière entre la peau et le tissu que le jupon délimitait.

Durant quelques minutes, le massage se perpétua. Jusqu’à ce que les mains du souverain ne quittent la peau sur laquelle elles avaient officié. Un bruit de froissement de tissu se fit entendre dans la pièce. La chemise du roi venait de glisser sur son dos pour finalement se retrouver au sol. Le torse nu et chaud d’Eothain vint épouser le dos encore endormi d’Asilya, tandis que son souffle se fit sentir près de ses oreilles. Les lèvres du souverain vinrent embrasser le creux des épaules de la belle rousse, déclenchant inévitablement les hostilités, tandis que ses mains avaient rejoint celle de la reine. L’âtre de feu n’était qu’une vulgaire flammèche à côté du corps ardent de l’homme qui brulait de désir pour celle qui partageait désormais sa vie. Un mouvement en entrainant un autre, la surenchère des caresses et autres attentions amoureuse amena le couple à ne faire qu’un à nouveau, au rythme dicté par la passion sulfureuse qui les animaient. Tout contact entre eux n’était qu’un frisson électrique qui en appelait des dizaines d’autre. Si le couple s’était redécouvert dans ce petit chalet de Dunharrow, alors leur passion s’était affirmée et libérée en ces murs de fort-le cor. Le ballet de leurs enlacements continua jusque tard dans la nuit, alors que la cheminée n’offrait plus que des cendres fumantes de la dernière flambée. Épuisés non par le voyage mais par l’intensité de leurs ébats, le couple fini pas abdiquer face au sommeil, s’endormant l’un contre l’autre sous les couvertures froissées de leur lit.


" Pour le seigneur et la terre ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5435-theored
AsilyaNombre de messages : 36
Age : 30
Date d'inscription : 11/08/2018
avatar
Reine du Rohan

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   Ven 21 Sep 2018 - 11:28
Promesse tenue, mais comment quiconque pouvait en douter ? Le roi prit soin de masser sa femme avec vigueur mais douceur, ses muscles relâchant toute pression sans aucune difficulté. Habituellement un tel massage aurait surement fait somnoler la reine, peut être même l'aurait elle endormi, mais c'était quelques peu différent. Une ambiance passionnée s'était établie depuis le retour du couple dans leurs appartements, de quoi rendre le feu bien pâle et froid. Les gestes d'Eothain déliaient les muscles mais faisaient naître tout autant une myriade de frissons, de quoi faire sourire Asilya qui ne pouvait contrôler les réactions de son propre corps à cet instant. A quoi bon, de toute manière, l'angoisse partie, rien n'emprisonnait plus la belle rousse qui pressentait bien d'autres promesses au travers du massage de son aimé. L'huile qu'il utilisa était parfumée et agréable. Laissant une peau douce comme du velours après son passage.

Les lèvres d'Eothain vinrent enfin trouver sa peau alors qu'il venait de se dévêtir pour dispenser sa propre chaleur tout contre Asilya. Ce n'était plus de gentils frissons qui parcoururent l'échine de la belle mais une véritable décharge éléctrique qui la fit se figer un simple instant avant de retourner les premières attaques du roi contre lui. Aucune arme ne fut de trop pendant ce combat de toutes haleines. Aucune pitié n'exista également. Ils rendirent coups pour coups, déchainant soupirs et autres manifestations d'un plaisir intense et totalement partagé. Leurs doigts se lièrent et se délièrent alors que leurs corps s'adonnaient à une terrible danse sensuelle et passionnée. Cette nuit ne fut aucunement sensable à celle de Dunharrow. Ils n'avait plus besoin de retrouver leur chemin dans leurs jeux, plus directs, plus gourmands, ils savaient où trouver leur plaisir et comment le faire durer. Asilya avait le coeur qui battait à tout rompre, presque à en faire mal. Son regard trouvait parfois celui de son époux pour lui signer combien elle était emportée et combien elle voulait se donner à lui. Des regards qui ne faisaient qu'entrainer le couple plus loin dans la nuit, bien heureusement pour leur intimité, les mûrs étaient de pierre... car le silence mit bien lontemps à retrouver sa place dans la chambre royale et ils eurent tous les deux leur mot à dire, pour sûr.

Les draps froissés trouvèrent le repos que tard dans la nuit, lorsque l'âtre était presque éteint. Mais Asilya n'avait nullement besoin de la cheminée pour être au chaud, entre les bras d'Eothain, elle ne subirait aucun froid. Nus, l'un contre l'autre, ils dormirent du sommeil du juste avec une joute des plus ardente. Nul doute qu'ils dormiraient à point fermer et surement plus tard que prévu. Car les rayons du soleil commencaient déjà à poindre et pourtant personne ne bougeait encore. La Reine était bien trop à l'aise pour avoir ne serait-ce que l'envie de faire terminer cette nuit par son réveil. Malgré tout, la pièce refroidie la fit frémir légèrement, trouvant plaisant quelques frissons bien placés qui la firent se tourner face à Eothain pour s'y blottir et réchauffer sa poitrine frilleuse. Quelle cruauté, la nuit s'en était allée bien trop rapidement. Elle allait se retrouver seule pendant une partie de la journée et cela serait bien plus difficile pour elle d'aller se balader ici qu'à Dunharrow...

Bien que la promenade d'hier soir avait fait découvrir à la reine une autre facette de la forteresse. En tant que lieu de naissance de son époux, qui lui offrit l'occasion de rêver de protéger les siens et son royaume. Mais aussi en tant que dernier rempart devant l'oppresseur. Pour Asilya, malgré cette découverte, elle n'en restait pas moins un peu amère. Les sentiments aussi fort que la solution ou la détresse mettent du temps à disparaitre… et cela même si Asilya avait comprit tout l'amour qu'Eothain lui avait porté depuis le haut des remparts. Le souvenir des lettres qu'il avait gravé dans la pierre du Gouffre lui offrait du réconfort. Malgré tout, ce tyran d'autorité, le Gouffre, avait été marqué de son surnom… prouvant ainsi que rien n'avait pu faire taire leurs sentiments, pas même l'éloignement ou l'esclavage. Même la mort ni parviendrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)   
Revenir en haut Aller en bas
 

Voyage au grand air pour rattraper le temps (PV ASILYA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Messe pour le temps présent: illustrations
» « Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps. » Ft. Joe Williams & Ayase M.Ouma
» URGENTE BLOOD TRANSFUSION POUR LES BLOOD SUCKER ,GRAND MEPRIS POUR LES DONNEURS
» Petite pensée pour le Japon
» La femme au grand châle noir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu ::  :: Rohan-