Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez | .
 

 Les nuits ne sont pas si calmes à Edoras (pv Anskar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astriel NirokiniNombre de messages : 160
Age : 27
Date d'inscription : 02/11/2017

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Astriel Nirokini
La Danse-Lame

La Danse-Lame
MessageSujet: Les nuits ne sont pas si calmes à Edoras (pv Anskar)   Dim 25 Nov 2018 - 0:48
PNJ : Grim






Cette nuit avait été de très loin la pire de toute mon existence. Bien à l'abri de mon monde sécurisé, je n'avais jamais été confrontée à quoi que ce soit de réellement traumatisant. Les quelques petites escarmouches auxquelles j'avais participé n'étaient en rien comparables à l'horreur que j'avais vécue dans cette écurie. A cet instant, j'étais assise dans un bain presque brûlant, frottant ma peau si vigoureusement qu'elle en était douloureuse. Désespérément, je tentais d'en faire disparaître le sang. Bien que la cuve ait pris une couleur sombre de mauvaise augure, j'avais la sensation d'être incapable de retirer de ma peau les croûtes séchées qui s'y étaient agglutinées.

Hélas, ce n'était là qu'une impression. Il y avait longtemps déjà que toute trace de sang avait quitté mes bras, mon visage et mes cheveux, ne persistant que par endroits sous mes ongles. Cette sensation d'être sale, souillée, était bien plus profonde qu'une simple réaction physique. Je me sentais sale car bien que toute la scène des écuries soit floue et confuse, je me voyais distinctement transpercer l'araignée géante de ma lame. Ce souvenir, d'une précision tranchante parmi le flou général de ma mémoire, ne cessait de me perturber et de me terrifier. A chaque fois qu'il s'imposait à nouveau à mon esprit, ma peau était parcourue d'une chair de poule comme je n'en avais jamais connu.

Excédée, je quittai la cuve devenue glaciale et m'habillai d'une chemise de rechange que j'avais eu l'intelligence d'emporter. Mon premier geste en rentrant dans ma chambre après avoir commandé un bain à l'aubergiste avait été de brûler les vêtements que je portais dans les écuries, comme si cela pouvait changer quelque chose à mon problème. C'était une chance pour moi que le branle bas de combat en ville ait réveillé tout le monde, ainsi j'avais pu être servie rapidement et une fois aussi propre que possible, je partis à la recherche d'Anskar. Puisque nous nous étions retrouvés ensemble là bas, il devait certainement être descendu à la même auberge que moi.

Je n'arrivais pas vraiment à déterminer la raison qui me poussait à aller à sa recherche. Était-ce simplement le souci de son bras, qui était dans un piteux état lorsque je l'avais laissé aux bons soins de l'aubergiste ? Ou avais-je, moi, besoin d'un point d'ancrage pour me rassurer quant à la situation que je vivais actuellement ? En un sens, j'avais bien conscience que je lui devais la vie et cela me donnait la sensation qu'il était en quelque sorte un rocher dans la tourmente. Bien que blessé, sa présence après la bataille m'avait rassurée… Mais je n'aurais certainement jamais admis cela, et encore moins que j'angoissais à l'idée de me retrouver seule dans ma chambre, à la lueur d'une chandelle.

On m'informa que l'aubergiste avait aidé Anskar à monter dans sa chambre avant de faire appeler un médecin, qui n'arrivait pas encore : il y avait plus urgent en ville qu'un bras cassé et les blessures étaient triées par ordre de gravité. Je décidai donc d'aller moi-même l'aider, puisque j'avais aidé nombre de membres brisés à se ressouder correctement. Homme ou bête, un os est un os.

Je montai donc à la chambre qu'on m'indiquait, cette fois habillée d'une chemise et d'un pantalon en lin sombre. Perdue dans mes pensées, je ne pris même pas la peine de frapper et ouvrit la porte à la volée tout en parlant :

"Anskar, je suis venue pou vous aid…er..."

Je me tus soudainement, saisie par la scène inattendue qui se déroulait sous mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7470-astriel-nirokini-f
Anskar HaraldNombre de messages : 20
Age : 17
Date d'inscription : 24/08/2018
Anskar Harald

MessageSujet: Re: Les nuits ne sont pas si calmes à Edoras (pv Anskar)   Lun 3 Déc 2018 - 14:10
Sale nuit je devais l'avouer. Bien que la douleur s'était atténuée, un bras cassé ne laissait jamais de marbre. Je n'osais pas vraiment regarder l'état de mon bras. Je n'étais pas douillet mais voir une troisième articulation entre son coude et son épaule faisait toujours bizarre. Heureusement pour moi, le village était alerte malgré l'heure. L'aubergiste s'était donné la peine de m'accompagner jusqu'à ma chambre et de faire appeler un médecin pour s'occuper de moi.

Il fallait dire que nous avions essuyé l'attaque de deux araignées pendant qu'une seule affolait toute la ville. J'étais de nature modeste mais il fallait reconnaître que nous avions plus que bien servi la ville ce soir là. Dire que je ne venais même pas du Rohan et qu'en un soir je m'étais rendu plus utile que certains en un an. Je ne blâmais pas la région, cela était sûrement aussi vrai au Rhovanion.

Cela venait certainement de ma blessure mais j'avais l'impression de ne pas penser de la même manière que la veille. La fatigue devait possiblement jouer elle aussi, je me sentais épuisé et pourtant incapable de me détendre. Quelque chose me tracassait. Etais-je énervé ? Non, j'aurais plutôt dit froissé.

J'avais besoin de me calmer un peu après cette rude soirée. Besoin de reprendre mes esprits. D'avoir la tête froide. Je pris cela au pied de la lettre et demandai à l'aubergiste de m'apporter une bassine d'eau froide. Quelques minutes après, ma commande arriva. Après avoir remercier l'homme qui me l'apporta, je commençai à me déshabiller, ne gardant que mon pantalon. Cela me prit un bon moment et ne manqua pas de me faire mal.

Je ne comptais pas me laver, je savais que cela était impossible avec mon bras. J'attendrai la présence du médecin pour cela. Mais j'avais besoin d'eau fraîche, au moins pour me nettoyer le visage. Je n'étais pas très sale mais mon visage était en partie recouvert d'une substance que j'associerais à du sang visqueux qui aurait séché.

Je plongeai alors ma tête dans la bassine. La température me fit un choc qui me réveilla immédiatement. Je sortis la tête de l'eau, penché en avant pour ne pas mouiller la chambre. Les gouttes roulaient le long de mes cheveux avant de venir me caresser les joues puis de gouter au bout de mon nez. Malgré la température de l'eau, cette sensation était plutôt agréable.

Beaucoup de choses s'étaient passées cette nuit, enfin pas énormément mais l'intensité de ces évènements me tournait la tête. Je pris donc une grande inspiration et replongeai ma tête dans la bassine. Toujours immergé, je relâchai petit à petit ma respiration, faisant par la même occasion des bulles qui remontaient à la surface. Je fis cela pendant quelques secondes, jusqu'à ce que l'air me manque.

Je sortis une seconde fois ma tête de l'eau froide. Je saisis la serviette posée à côté de moi à l'aide de mon bras gauche, celui qui n'était pas cassé, et m'essuyai le visage et les cheveux. Je sentis alors un courant d'air passer dans mon dos, me faisant frissonner par la même occasion. Je me retournai vers la porte menant au couloir et me surprise fut grande.

Grim se tenait sur le pas de ma porte, apparemment ébahie par ma capacité à faire des bulles sous l'eau. Il fallait dire que la situation devait être surprenante. Quelques heures plus tôt, un araignée géante me cassait le bras et me voilà torse nu dans ma chambre à souffler la tête immergée sous l'eau. J'imaginais que Grim devait m'avoir dit quelque chose mais que je n'avais pu entendre en raison de mon activité quelque peu... incongrue.

La situation était déjà assez gênante comme cela. Voir Grim me regarder ainsi, la bouche bée, ne faisait que rajouter du malaise.

- Euh... Bonjour Grim. Comment vas-tu ?

Je n'avais guère plus à dire que cela. Qu'étais-je censé rajouter d'autre ? Nous nous étions vus dans la nuit et nous étions quittés l'espace de quelques minutes pour se laver. Je n'avais pas grand chose à lui demander, seul son état mental m'inquiétait. Juste après l'évènement de ce soir, j'avais bien vu dans le regard de Grim que quelque chose l'avait quittée. Elle semblait maintenant aller un peu mieux mais vue sa face d'ahurie je n'aurais su me faire un avis précis sur sa réceptivité.

J'espérais au moins qu'elle allait reprendre ses esprits assez vite pour pouvoir me répondre. Au quel cas je n'aurais été que plus gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astriel NirokiniNombre de messages : 160
Age : 27
Date d'inscription : 02/11/2017

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Astriel Nirokini
La Danse-Lame

La Danse-Lame
MessageSujet: Re: Les nuits ne sont pas si calmes à Edoras (pv Anskar)   Jeu 6 Déc 2018 - 19:42
PNJ : Grim





Face à moi se trouvait un Anskar torse nu qui faisait des bulles dans une bassine d'eau. C'était une position des plus surprenante : un homme adulte, musclé quoi qu'un peu sec, qui s'amusait à buller comme un enfant qui découvre les joies de la baignade. J'étais perplexe. J'avais envie d'en rire, mais la situation bien qu'amusante ne parvint pas à me tirer le moindre sourire. Je n'étais tout simplement pas d'humeur à rire. Je restai donc plantée comme une imbécile dans l'encadrement de la porte en attendant qu'il me remarque. Un courant d'air frais m'indiqua qu'une fenêtre ou une porte donnant sur l'extérieur devait s'être ouverte quelque part dans l'auberge et je fis un pas supplémentaire pour refermer derrière moi. Anskar devait avoir senti le froid car il finit par cesser son petit jeu et son attention tomba enfin sur moi.

- Euh... Bonjour Grim. Comment vas-tu ?

Je haussai les épaules sans répondre dans l'immédiat. Comment pouvais-je aller ? Répondre "bien" aurait été un mensonge éhonté et je mentais très rarement : la vérité sur mon sexe était déjà un fardeau suffisamment lourd à porter sans y ajouter d'inutiles petits mensonges. J'examinai mon vis à vis d'un oeil neuf, à la lueur chiche des chandelles qui éclairaient la chambre. Il ne semblait pas plus retourné que cela par l'aventure que nous avions partagée, bien que son bras soit manifestement dans un état déplorable. L'angle de son avant bras et la bosse sous la peau indiquaient clairement que l'os avait été cassé net et il faudrait les soins les plus empressés pour venir à bout d'une telle blessure. J'en savais quelque chose : il était arrivé à plusieurs reprises que mes bêtes souffrent de ce genre de blessures, parfois causées par des prédateurs. Je finis par lâcher d'une voix blanche et plus dénuée d'émotion que je ne l'aurai voulu :

"Je t'aurais proposé de te soigner si je n'avais pas entendu l'aubergiste faire quérir un médecin."


Puisque je n'avais rien demandé, la logique impliquait que ce soit Anskar l'origine de cette requête. Pour ma part, je ne m'étais pas examinée. Et je n'aurais d'ailleurs laissé aucun médecin le faire : j'étais certaine de ne souffrir que de blessures mineures et bien que mes côtes droites soient sensibles voir douloureuses au toucher, j'étais certaine qu'elles n'étaient pas fêlées. J'évitais autant que possible d'être dévêtue en présence d'un tiers : ce n'était pas vraiment bon pour mon image.

Un examen plus approfondi m'indiqua que l'homme qui me faisait face était encore souillé du sang de l'araignée qui avait failli nous tuer. Je grimaçai à cette vue, les avant bras soudain recouverts d'une chair de poule qui n'indiquait que trop bien la répulsion que je ressentais au sujet des arachnides en question. Je m'avançai pourtant en ajoutant d'une voix toujours bien trop lisse et dépourvue de vie :

"Je peux t'aider à retirer le sang, si tu veux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7470-astriel-nirokini-f
Anskar HaraldNombre de messages : 20
Age : 17
Date d'inscription : 24/08/2018
Anskar Harald

MessageSujet: Re: Les nuits ne sont pas si calmes à Edoras (pv Anskar)   Mar 8 Jan 2019 - 14:03
Grim me répondit d'un simple haussement des épaules. Elle ne semblait pas être dans un très bon état. Je ne l'avais pas toujours connue heureuse et souriante, mais elle était loin d'être simplement énervée, triste ou dépressive. Il n'y avait pas besoin d'être un grand observateur pour voir que quelque chose d'autre lui arrivait. Quelque chose de plus profond. Et cela se comprenait sans mal, nous venions de passer une nuit assez particulière.

Il fallait dire que mon bras cassé m'avait quelque peu perturbé. Ma vision des choses avait été altérée. Les multiples fluides à la nature sombre présents sur Grim après l'incident témoignaient de la violence des évènements. Nous n'avions vraisemblablement pas vécu cela de la même manière. Cela était plutôt normal après tout, ce n'était pas la première fois qu'une de mes lames transperçait la chair. Ça ne devait sûrement pas être son cas, ce qui expliquerait son état.

Elle prit finalement la parole, froidement. Ce n'était vraisemblablement pas le moment de lui demander les détails de ce qu'il s'était passé. Je voyais bien à son état qu'il valait mieux passer à autre chose pour l'instant. Ce regard vide de vie. Cette voix dénuée d'émotions. Cette femme perdue en elle-même.

A vrai dire je ne savais pas comment réagir face à cela. Je n'avais jamais eu de mal à communiquer, c'était vrai. Cependant, l'attitude de Grim me prenait de court. M'occuper de quelqu'un n'avait jamais été mon fort. Seul avec une grande sœur, je m'étais habitué à ce que ce soit elle qui prenne soin de moi. De plus, je ne connaissais pas assez la jeune femme pour lui donner de l'attention. Cela ne semblait pas être son genre de s'ouvrir aux gens, et encore moins de devenir intime. C'était du moins l'image qu'elle renvoyait.

"Je peux t'aider à retirer le sang, si tu veux."

Avant de me faire cette proposition, son regard avait retranscrit une émotion. Et ce pour la première fois depuis qu'elle était rentrée dans la pièce. J'avais vu ses yeux se poser sur ma peau et j'y avais lu un mélange entre de la peur et du dégoût. Pourtant, elle me proposait quand même de m'aider à retirer cette substance qui la repoussait. Je ne saurais dire si elle faisait cet effort par gentillesse ou si elle se sentait obligée de le faire car je lui avais sauvé la vie. Aucune de ces deux explications ne me semblait potable. De toute manière, ses raisons la regardaient.

- Je ne dirais pas non. Je t'aurais bien épargné cette tâche mais avec mon bras cassé je risque d'avoir du mal à le faire seul.

Grim ne dit mot. Elle se contenta de s'avancer vers moi puis trempa le linge dans la bassine. Elle l'essora ensuite et l'appliqua d'abord sur mes bras pour en retirer la substance séchée. L'eau froide aurait du me faire frissonner à cause de la température. Cependant, j'avais l'esprit ailleurs et le liquide frais ne me préoccupa guère. La jeune femme ne décrochait toujours pas le moindre mot.

Je savais que cela était important sans être grave. Tout le monde passait par là dans ce monde. Moi-même, la première fois que ma lame avait traversé la chair, mon moral n'était pas très haut. Sentir le poignard d'abord résister légèrement puis transpercer la peau dans une sensation de mou juteux était une épreuve qui faisait de l'effet à tout le monde. Au moins Grim venait de me prouver qu'elle n'était pas une personne sans cœur et sans âme.

Je voulais lui changer les idées, qu'elle se vide la tête. Quoi de mieux que d'engager une autre discussion ? Parler des chevaux et des écuries était une mauvaise idée au vue de la nuit passée. En dehors des équidés, Grim et moi ne partagions pas grand chose. Je pouvais quand même trouver un sujet qui la concernait. Et puis si jamais le sujet ne lui plaisait pas, je ne voyais plus trop quoi faire pour elle.

- Dis ? Grim, c'est ton vrai nom ? Je sais que tu tiens un secret autour de cela, et je respecte totalement ton choix. Ça ne sortira pas de la pièce.

Tant qu'à faire, autant passer sur un autre sujet tabou. Et puis se confier à quelqu'un fait toujours du bien. C'était mon cas quand j'étais jeune, je ne vois pas pourquoi ce serait différent avec cette femme. Après tout nous faisions partie de la même espèce et partagions beaucoup de choses biologiquement parlant.

Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle ne se referme encore plus sur elle-même. C'était déjà assez compliqué comme ça pour qu'elle n'en rajoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astriel NirokiniNombre de messages : 160
Age : 27
Date d'inscription : 02/11/2017

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Astriel Nirokini
La Danse-Lame

La Danse-Lame
MessageSujet: Re: Les nuits ne sont pas si calmes à Edoras (pv Anskar)   Mar 8 Jan 2019 - 21:27
Il accepta ma proposition et je me fis donc un devoir de mener ma tâche à bien du mieux possible. Je m'étais doutée qu'il aurait dû mal seul et puis, j'avais en quelque sorte besoin de contact humain. Doucement, précautionneusement, je le debarrassai du sang et des autres fluides qui s'étaient agglutinés sur sa peau.

Je ne dis pas un mot pendant la dizaine de minutes qui suivit... Tout simplement parce que je n'avais rien à dire. Je me sentais vide et je n'avais pas envie de grand chose. J'en venais même à me demander si j'avais bien fait de rechercher de la compagnie au lieu de... De faire quoi, au juste ? Je n'avais rien à faire et il était exclu que j'essaie de dormir. J'aurais été bien incapable de me reposer et les cauchemars n'auraient pas tardé à venir...

Finalement, ce fut Anskar qui brisa le silence, me faisant sursauter au passage. Je m'étais si bien habituée au calme mortel qui régnait dans la pièce que sa voix me fit une peur bleue

- Dis ? Grim, c'est ton vrai nom ? Je sais que tu tiens un secret autour de cela, et je respecte totalement ton choix. Ça ne sortira pas de la pièce.

Je ne répondis pas tout de suite. Voulais je réellement lui confier mon secret ? Je n'étais sûre de rien mais je compris qu'il tentait de me faire sortir de mon mutisme. C'était très intentionné de sa part, aussi finis je par décider à répondre. Ma voix me semblait curieusement lointaine, presque étrangère, comme si ce n'était pas moi qui parlait.

"Grimehilde."

Ce seul mot franchit mes lèvres et flotta dans les airs un instant, me procurant une étrange sensation de... Libération ? Puis, petit à petit, d'autres le suivirent, qui me semblaient moins étranges. Plus ancrés dans la réalité.

"Cela veut dire 'celle qui avance masquée'. C'est ma grand mère qui l'a choisi et j'ai toujours pensé que c'était mon destin et que ce nom influençait ma vie toute entière."

Je me tus finalement, laissant à nouveau place au silence. Je n'avais jamais confié à personne mon ressenti quant à mon véritable prénom, pas même à mes parents. Pourtant, cela m'avait semblé curieusement adapté, sans que j'en comprenne vraiment les raisons. Après tout, si j'avais besoin de quelqu'un, c'était le moment où jamais. Pour une raison qui m'echappait, j'avais la conviction qu'il respecterait sa parole et ne dirais rien à personne.

Je décidai de m'attaquer au nettoyage de son visage lorsque je remarquai qu'il avait la chair de poule. Il ne m'avait rien dit et pourtant j'aurais dû me rendre compte plus tôt que l'eau du bac était glacée. Par ailleurs, elle était également souillée de sang et je la jetai pour la remplacer par de l'eau d'une carafe mise à disposition. Je déposai la cuve dans les cendres de la cheminée, près du feu, afin de la laisser réchauffer, puis tentai de relancer la conversation pour patienter.

"Je n'en ai jamais parlé à personne. Mes propres parents ont peu à peu oublié que j'étais une fille. C'est pour cela que j'ai été aussi choquée que tu me démasques si facilement."

L'eau se mit à légèrement frémir et je la restai du bout du doigt avant d'y rajouter de l'eau fraîche afin d'obtenir une température agréable, puis je me remis à la tâche. Avec un soin tout particulier, je me mis à retirer toute trace des événements de ce soir, examinant si sérieusement son visage que j'en aurais été gênée en temps normal. Il avait des traits un peu durs, quoiqu'harmonieux. Sans m'en rendre vraiment compte, cette confidence m'avait permis de me détendre un peu, de penser à autre chose. J'avais certainement repris une certaine lueur dans le regard, une vie qui avait failli m'échapper pendant quelques instants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t7470-astriel-nirokini-f
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les nuits ne sont pas si calmes à Edoras (pv Anskar)   
Revenir en haut Aller en bas
 

Les nuits ne sont pas si calmes à Edoras (pv Anskar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [commentaires]
» " La Seule Compagnie Dans tes Nuits de Pleurs sont les Etoiles, Elle brillent en toi et pour toi."
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [Rating PG]
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu ::  :: Rohan :: Edoras-