Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Tolfalas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AlcibiadeNombre de messages : 350
Age : 32
Date d'inscription : 18/05/2008

Feuille de personnage
Race: Númenóréen
Possessions: Des cartes de navigation, une pierre de soleil, le cor du Gondor
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Alcibiade
Gouverneur de Pelargir, Amiral de l'Empire de l'Ouest
MessageSujet: Tolfalas   Tolfalas EmptyMar 3 Sep 2019 - 17:01
PNJs ALMARIDE, HAMILKAR et PALISSANDRE

Tolfalas 723700Meneor Tolfalas 985744PNJ2 Tolfalas 629443Guenievre


Depuis Voyages



À l'approche des côtes de Tolfalas, la navigation se fit plus difficile. Les vents océaniques couraient sur la baie des Falas avec une rage exceptionnelle, et, sous l'assaut d'une bourrasque violente, une voile se déchira ce qui obligea le navire à mettre en panne. L'équipage, heureusement expérimenté, pourvu à l'incident dans de bref délais et ils purent bientôt repartir. Le ciel dégagé repoussait l'horizon et les côtes rocheuses de l'île leur apparurent, arides et hostiles. Tous connaissaient le danger de ses récifs et Hamilkar maintint le navire à plusieurs encablures des falaises grises.


Profitant de l'unique cabine, d'ordinaire réservée au capitaine, Palissandre avait occupée les premiers jours de traversée à broder un fanion où figuraient un serpent rouge sur fond noir. Mais las, et malgré les conseil d'Hamilkar, elle décida d'aller prendre l'air sur le pont et de contempler cette île qu'elle n'avait plus foulée depuis une décennie.
Almaride remarqua sa présence discrète et, prudent, s'approcha d'elle. Il lui tendit une petite figure en gypse qui figurait une fleur étrange. Elle la saisit sans un regard pour le charpentier et fixa l'objet quelques secondes, passant son doigts sur les face d'albâtre polie. Puis elle jeta brusquement la sculpture par dessus bord.

-Tes présents ne m’intéressent pas. Tu aurais du demeurer à Pelargir.

-Et te laisser courir vers le danger seule ?

-Pas seule. Hamilkar m'accompagne, et sa protection vaut cent fois la tienne. De plus je n'ai besoin de nul homme pour me garder.

-Tu sais, moi, je sais seulement conduire les navires. Te savoir en mer m'a inquiété et sans doute ai-je agi bêtement en t'accompagnant, bien qu'Hamilkar m'assure du contraire. Un vieux sage disait qu'il existe trois sortes d'hommes : les vivants, les morts, et les marins… j'ai préféré me compter avec toi.

Ils demeurèrent un moment silencieux, Palissandre, mutique, refusant d'adresser le moindre coup d’œil au marin. Le vent s'était calmé, le navire profitant de l’abri relatif des falaises de Tolfalas. La brise et l'embrun emplissait leurs narines. Almaride finit par plaisanter malgré tout et laissa son amie à ses pensées maussades. Alors qu'il s'en retournait, le charpentier lâcha ironiquement :

-J'ignorais que Tolfalas sentait la myrrhe… !

Sur cette parole, il disparut par le château d'arrière. Palissandre esquissa un sourire discrètement, se sachant démasquée. Elle avait en effet oint sa nuque et ses tempes du parfum offert par Almaride quelques semaines auparavant.



***



Hamilkar, natif de l'île, connaissait les lieux mieux que quiconque. Aussi la crique où il avait abrité le vaisseaux n'était connu que des rares bergers promenant leur troupeau sur la lande. C'était des paysages chauves, où la végétation ne prenait racine que dans l'écueil d'un val ou d'un goulet rocheux. Les arbres poussaient solitaires, et on aurait put penser que c'était là l’œuvre d'un homme car leur éloignement réciproque laissait penser que les éléments seuls n'avaient pu en favoriser la croissance. Des troupeaux de chèvres sauvages dressaient leur silhouette dans les escarpements et seuls les oiseaux de mers semblaient peupler les hauteurs de l'île.
Le navire demeura à l'ancre avec son équipage tandis qu'Hamilkar s'enfonça dans les terres. Il dépassa quelques bergeries ruineuses où la bruyère avait colmaté tout ajour. Le vent tomba en fin d'après-midi et bientôt un brouillard épais recouvrit l'île. Néanmoins le natif connaissait les sentiers obliques de Tolfalas et poursuivi jusqu'à la tombée du jour, bivouaquant dans le refuge d'une dalle excavée. Le lendemain, il parvint en vue d'un lagune. Les falaises descendaient vers la mer et les vagues en avaient grignoté la craie, produisant des effondrements qui s'étaient affaissé. L'ensablement provoqué par les marais avait achevé d'étaler l'ensemble en  une digue que des plantes grasses avaient fait dune avec le temps. Une longue plage blanche coulait son flanc bosselé et parmi quelques rocs épargnés de l'érosion, on discernait les formes de bâtisses avachies. Cependant en s'approchant, il s'agissait de ruines calcinés d'habitations. Hamilkar se faufila entre les reste d'un village de pêcheur. Puis il grimpa au sommet d'un tertre sablonneux que les ajoncs et les oyats avaient envahie. Le sommet aplani était couvert de trois dalles de pierres. C'était les tombes primitives d'Illys et ses deux fils, la famille d'Hamilkar, massacrée lors d'un raid corsaire mené par Krator. Le marin se recueillit un instant, puis s'assit et resta silencieux pendant plusieurs heures ; Une pluie fine mouilla l'atmosphère de sa fraîcheur. Le capitaine demeurait les yeux perdus vers la mer, contemplant le remous des vagues, leur lente marche s'écroulant sur les rives, leur essoufflement lorsque le courant freinait leur course par son reflux. La lagune et ses eaux saumâtres luisait de couleurs criardes. Enfin, Hamilkar scruta le ciel et décela dans le zénith blafard l'heure du départ. Il se leva et rebroussa chemin.

Vers Umbar


cliquez sur la bannière pour consulter les PNJs
Tolfalas 142139Bannire2copie
code couleur #3399cc
Revenir en haut Aller en bas
http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4550-chroniques-maritim
 

Tolfalas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Tolfalas N448 :: Gondor :: Belfalas-