Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Tehani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TehaniNombre de messages : 13
Age : 32
Date d'inscription : 12/09/2019
Tehani

MessageSujet: Tehani   Tehani EmptyJeu 12 Sep 2019 - 17:40

TEHANI


Surnom: Aucun
Âge: 30 ans
Emploi: Officiellement Conseillère ambassadrice bramane. Officieusement responsable d'un réseau de renseignements
Race: Humaine
Taille: 1,65
Poids: 58 kg
Pays natal: Rhûn
Pays actuel: Rhûn

Description physique

De taille moyenne, Tehani possède une silhouette plutôt athlétique agrémentée de quelques belles courbes féminines. Sa peau légèrement mate et ses cheveux sombres qu'elle aime couper au carré long, font d'elle une femme tout à fait typique pour une orientale. Mais au delà de son visage aux traits fins, sa plus grande arme de séduction ou plutôt de persuasion, reste son regard sombre et profond, qu'elle tient de ses yeux bruns presque noirs.
Femme guerrière de naissance, Tehani à toujours eu pour habitude de porter des pantalons plutôt moulants, généralement plus pratique pour se mouvoir que les robes qu'elle ne porte qu'en de rares occasion. Pour le haut, elle opte le plus souvent pour des hauts légers en tissus, découverts sur les bras et les épaules, qu'elle recouvre généralement d'une veste en cuir, lorsqu'il ne s'agit pas d'une veste en tissus sombre surmontée d'une capuche bien pratique pour l'espionnage et la discrétion. Hormis lorsqu'il s'agit de rester discrète, n'imaginez pas que sa garde robe n'est que de couleur noire. Il lui arrive bien souvent de porter des couleurs, des nuances de rouge, de violet, de bleu, du beige aussi, en revanche il est vrai que le blanc reste très rare.


Description mentale

Tehani est le genre de femme impulsive, au sang chaud, qui bouillonne intérieurement à la moindre contrariété. Les années d’esclavage, puis d'espionnage ont légèrement atténué cette fougue volcanique qui caractérisait la guerrière bramane, car elle apprit que le sang froid et la sournoiserie étaient parfois bien plus utile qu’un coup de sang immédiat. Aujourd’hui elle essaie de repousser cette nature impulsive mais malgré tout, la faire sortir de ses gonds reste plutôt facile. De son éducation bramane, et surtout suite à son traumatisme personnel, Tehani déteste la gente masculine et n’a de toute façon que rarement eu l’occasion de revoir son jugement… C’est une opportuniste qui sait saisir les occasions qui se présente, quitte à devoir trahir ses engagements ou sa parole, hormis envers ces amies pour qui elle reste quelqu’un de fidèle et dévouée. Vive d’esprit et parfois espiègle, la jeune femme n’en reste pas moins quelqu’un de plutôt pessimiste en général.


Aptitudes et compétences

Le plus grand ennemi de Tehani est le vertige. Elle déteste cette sensation d’être faible et vulnérable dès que le sol est un peu trop loin de ses pieds. Bien qu’ayant reçu une éducation guerrière dans son enfance, la jolie brune ne serait désormais que peu efficace sur un champ de bataille ou en combat singulier. Certes, elle sait manier les armes et à déjà retiré des vies, mais ce n’est pas son point fort. Elle excelle plutôt dans les manipulations, la persuasion et les manigances sournoises, surtout lorsqu’elle a le contrôle de la situation. Comme mentionné plus haut, son regard peut véhiculer des émotions bien plus convaincantes que les mots qu’elle emploie. Le fait d’avoir été élevée dans un clan assez fermé, puis d’avoir été esclave très longtemps, n’a pas aidé la jeune femme à en savoir plus sur le monde qui l’entoure et les différentes peuplades de la terre du milieu. C’est vraiment dans ce domaine qu’elle espère s’améliorer et son poste de conseillère lui permet d'étoffer son savoir peu à peu.


Histoire


Bramane.

Je suis née parmi les Bramanes, ces femmes guerrières qui refusent de vivre sous le patriarcat. Ma mère qui était une archère renommée, fit le choix de porter la vie et donc de se servir d'un homme uniquement pour arriver à cette fin-là. Je n'ai jamais rien su de mon père, comme la grosse majorité des femmes qui composent ce clan, et je ne m'en porte pas plus mal. Mon enfance est un lointain souvenir qui s'est altéré au fil des années. Je me souviens de mes entraînements au combat avec mes sœurs, les autres jeunes filles du clan, mais la plupart des autres souvenirs ne restent que quelques bribes lointaines et confuses. Tout ceci est sans doute dû au fait qu'à l'aube de mes quatorze ans, je fus arrachée à mes sœurs, à ma mère, lors d'une attaque contre notre clan. Officiellement, le Dieu Roi Krell condamne quiconque s'en prendrait à nous. Il faut dire qu'un clan où les hommes sont bannis et mal considérés, attise la haine de tous ces bourrins bas de plafond qui ne considèrent les femmes que comme des objets de satisfaction, ou des esclaves devant rester à la maison. Mais les directives officielles ne sont pas toujours bien appliquées. Après avoir été capturée, et avoir connu le pire coté des hommes vis-à-vis des jeunes femmes vierges, je fus vendue comme esclave à un riche homme de pouvoir. J'avais au moins eu la chance de ne pas être tombée enceinte de l'un de ses porcs qui prenaient malin plaisir à nous violenter.

Esclavage.

L'homme qui m'acheta comme esclave en possédait déjà beaucoup, mais il avait au moins la décence de ne pas les maltraiter. Cela ne faisait pas pour autant de lui quelqu'un d'honorable. Il était colérique, un peu paranoïaque et capable d'exécuter n'importe lequel de ses esclaves si l'envie lui prenait. Le feu brulait en moi, et en arrivant là-bas je crois que j'eu préféré mourir que de servir un homme qui en plus me privait de liberté. Mais d'autres femmes esclaves, plus sages et moins fougueuses, finirent par me convaincre d'accepter mon sort, au moins en attendant une occasion d'agir. Fuir ? Se révolter ? Attendre un éventuel secours de mes sœurs ? Je ne savais pas à quoi me raccrocher mais j'avais l'espoir qu'un jour je pourrais prendre mon destin en main.
Les années s'écoulèrent. Un an, deux ans, cinq ans, huit ans…, Huit longues années à laver, nettoyer, cuisiner, débarrasser, cultiver etc… Je crois que ma flamme de guerrière bramane et ma soif de liberté avaient fini par disparaître. Jusqu'au jour où, au détour d'un couloir, j'entendis une conversation discrète entre deux hommes qui complotaient et fomentaient contre le maître des lieux, évoquant leur plan pour le supprimer. Je fus alors confrontée à un choix difficile : Prévenir le maître ou le laisser mourir. Qu'apporterai un changement de tête au pouvoir ? Serions-nous libérés ? C'était peu probable. Les conditions s'amélioreraient-elles ? Peut-être, où alors elles empireraient. Mais l'homme qui me tenait en esclavage depuis 8 ans méritait-il d'être sauvé ? J'ai passé quelques minutes à peser les pours et les contres, et finalement mon choix fut fait.

Espionnage.


A grandes enjambées, je me suis dirigée vers les quartiers de mon maître qui était heureusement présent. Je lui racontai tout, les protagonistes, le plan, les circonstances qui firent que j'étais au courant. L'homme me remercia et m'invita à ne rien dire et à retourner travailler. Le soir même, je nettoyais sur le sol le sang des traitres qui furent exécutés par les gardes. Mais alors que je rentrai vers ce qui faisait office de quartiers à esclaves, mon maître m'interpella discrètement et me mena à son bureau. Il me remercia sincèrement et me proposa un arrangement. Je continurais à agir comme esclave, mais tout en essayant d'écouter discrètement les discussions des différentes personnes qui allaient et venaient. En tout bon homme de pouvoir qu'il était, le maître des lieux attirait les convoitises et souffrait d'une certaine paranoïa. Avoir deux yeux et deux oreilles supplémentaires, d'une personne qui plus est presque insoupçonnable de part son statut d'esclave était du pain béni pour lui. En échange, j'y gagnais des tâches moins difficiles, plus variées et quelques avantages discrets. J'ai donc accepté.
Je tint ce rôle durant quatre ans durant lesquels je n'ai déjoué aucun autre complot mais où je pu apprendre bon nombre d'information sur les hommes du maître, lui désignant les assidus et les oisifs, ceux qui étaient susceptibles de vouloir sa place et ceux qui le critiquaient. L'homme était satisfait de mes services, il m'avoua même que ses propres espions à l'extérieur étaient moins efficaces. Moi qui avait de la suite dans les idées, je lui proposai quelque chose d'audacieux. S'il me donnait plus de moyens, qu'il me payait et me rendait ma liberté, j'engagerai quelques amies esclaves de confiance. Disposées dans des lieux stratégiques pour espionner, nous formerions un réseau officieux d'espionnes. Je me portais garante qu'aucune d'entre elle ne fuirait, ni ne le trahirait. Finalement, après quelques discussions, l'homme fut convaincu et tout ceci fut mis en place.

Réseau de renseignements.

Après avoir recruté parmi les esclaves dont disposait le maître, je mis en place notre réseau de renseignements. Tout fonctionna très bien durant près de deux ans. Nous étions parvenu à obtenir de précieuses informations sur les adversaires politiques,déjouer certains mauvais coups, j'ai même été jusqu'à perpétrer un ou deux assassinats. Mais nous n'étions pas des professionnelles, et l'erreur est humaine…
Un jour, la plus jeune d'entre nous se fit prendre la main dans le sac, tandis qu'elle écoutait une conversation de manière indiscrète. Elle n'eut la chance d'avoir la vie sauve que grâce à l'intervention de deux autres d'entre nous. Malgré cela, nous étions désormais toutes en danger,car notre couverture était compromise. Il ne nous restait plus qu'à exécuter le plan d'urgence que nous avions établi spécifiquement pour ce cas de figure.
Toute l'équipe se hâta de rentrer au domaine du maître. Les filles sécurisèrent un accès vers l'extérieur, non sans passer par l'assomage d'un garde. De mon côté, j'allais en toute hâte demander une audience privée au maître des lieux. Je ne fis rien transparaître qui aurait pu trahir mes intentions, mais dès que j'en eu l'occasion, je saisis un bibelot pour le frapper violemment derrière la tête. L'homme gisait au sol lorsque je me suis approchée pour finir le travail en lui tranchant la gorge avec son propre couteau. Je n'avais pas d'autre choix. S'il avait appris que notre couverture était compromise et que l'on risquait de remonter jusqu'à lui, il n'aurait pas plus hésité à nous exécuter les unes après les autres. Très peu de temps après, nous prenions la fuite discrètement, espérant que le corps ne serait découvert que le plus tard possible.

Bref retour.

Grâce aux informations que nous avions pu réunir, nous savions exactement où nous étions, comment nous orienter et où nous diriger pour retrouver le camp des bramanes. Je m’étais tant de fois imaginé la sensation que pourrait offrir un retour à la maison, et je dois avouer que je n’imaginais certainement pas cela… En revenant parmi celles de mon clan, j’appris que ma mère n’avait pas supporté la perte de son enfant, qu’elle m’avait cherché, seule, très longtemps, mais que la tristesse et l’épuisement avaient eu raison d’elle. Moi qui me réjouissais d’un retour, je sentai bien vite que ça n’était pas ce à quoi je m’attendais. Les femmes du clan ne voyaient pas d’un très bonne oeil l'arrivée de ces étrangères, celles qui m’accompagnaient ne se sentait pas à leur place, quant à moi, je n’avais plus de famille si ce n’est celles avec qui j’avais survécu ces dernières années. C’était elle mes soeurs désormais, les quatre anciennes esclaves à qui je remettrai ma vie sans hésiter. Cette situation ne pouvait pas durer. Je me suis entretenue avec la matriarche qui écouta mon histoire et me proposa alors un marché : Devenir le tribut des bramanes envers le dieu-roi krell. En d’autres termes, recommencer exactement la même chose, avec sans doute plus de moyens, en gardant notre liberté, et tout ceci en représentant le soutien des bramanes a Krell. Cette vie d’espionne, nous l’avions adoptée pour survivre. Mais il fallait reconnaître que chacune d’entre nous appréciait cette organisation et d’ailleurs, nous fument toutes d’accord pour accepter la proposition, en ayant simplement la garantie de ne jamais être maltraitée au palais.

Krell-Kain

Ainsi donc, nous nous retrouvâmes toutes les cinq au palais de krell-kain. Je portais une missive signée de la main de la matriarche à l’attention de krell, et je fus reçu très discrètement par le roi en personne, me faisant porte-parole du groupe. Je lui expliquai tout, comment notre plan était né, où nous étions, comment améliorer la chose, nos besoins et nos exigences… Le Dieu-Roi fut séduit par l’idée d’une réseau d’information officieux mené par des femmes. Ainsi il nous donna les moyens de tout organiser. J’étais officiellement une conseillère et ambassadrice des bramanes au palais, tandis qu’officieusement, j’étais responsable du réseau de renseignements. Tout ce mit en place, grâce notamment au moyens financier dont nous disposions. Ainsi, une de mes soeurs prit place dans une taverne, comme serveuse. Une autre exerçait son savoir de guérisseuse. Une autre encore prit sur elle d’intégrer les prostituées d’une maison de passe haut-de-gamme. Enfin, la dernière d’entre nous mettait en scène son don de voyance en exerçant sur les marchés.
Mais les choses changent vite en rhûn, et bien vite Krell fut accaparé loin de krell kain. Malgré tout, nous continuions à prendre des informations importantes. De mon côté, je remarquai au palais qu’en l’absence du Dieu-Roi, une personne tirait les ficelles discrètement, espérant sans doute prendre le pouvoir petit à petit. En tant que conseillère, j’ai demandé une entrevue afin de la rencontrer, et je lui ai très vite fait comprendre que je voyais clair dans son jeu. Après une discussion avec les filles, je suis revenu vers elle pour lui proposer une alliance. Pour lui proposer à elle de profiter de notre réseau d’espionnes bien rodé, dans l’espoir de voir un jour une femme à la tête de ce royaume. Une femme qui aurait prit le pouvoir non pas grâce à un mariage, mais grâce à son courage, son habileté et sa détermination.


Naerys
Revenir en haut Aller en bas
Araekin NirokiniNombre de messages : 527
Age : 23
Date d'inscription : 22/12/2013

Feuille de personnage
Race: Elfe Vanyar-Sindar
Possessions: Shalla'dor / Bâton de mage/ 2 lames elfiques / Côte de maille en mithril / Protection de voyage en acier nain / un arc composite d'Erebor
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Araekin Nirokini
Le Mage Gris

Le Mage Gris
MessageSujet: Re: Tehani   Tehani EmptyMar 24 Sep 2019 - 19:08
Tout me semble en ordre donc :


[ FICHE VALIDÉE ]


Je t'invite à visiter la partie Demandes de RP si tu n'as pas déjà trouvé de partenaire RP. Et n'oublie pas de faire une demande d'inscription à ton groupe raciale.

Bon jeu.


Tehani Xtark10
Tehani Xthran10
Tehani Xnilew10
Revenir en haut Aller en bas
http://rpglordoftherings.forumactif.com/t5684-araekin-nirokini#5
 

Tehani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Tehani N448 :: Fiches de Personnages :: Fiches validées-