Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !
Le Deal du moment : -54%
Maillot Paris Saint-Germain 2019 / 2020 à ...
Voir le deal
41 €

Partagez
 

 Une voix sur l'océan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HadorNombre de messages : 564
Age : 35
Date d'inscription : 06/11/2005
Hador
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Une voix sur l'océan   Une voix sur l'océan EmptyLun 2 Oct 2006 - 17:15
On raconte beaucoup de choses sur cet homme qu’on surnomme Lòrindol : la tête d’or. Tant pourraient vous raconter son histoire, les rois, les marchands, les garçons d’écurie. A part peut être Orome ou Gandalf, aucun être ne parcouru tant de lieues sur la surface de la Terre du Milieu. A chaque Conseil ou pour chaque fête, sur les champs de bataille comme dans les heures les plus sombres des peuples, il était là.

Nombre de rois vivants ou morts furent ces amis. Tulkor Hayoati serait sûrement le mieux placé pour vous en parler. Il était son ami le plus cher, Tulkor lui avait donné le goût de la Mer. Aragorn compta aussi beaucoup dans la vie de notre protagoniste. En tant qu’ami, mais aussi en tant que cousin.

Ses ennemis étaient nombreux, en aussi grand nombre que ses amis. Hatori Hanzok, le nain mercenaire, fut l’un des plus farouche d’entre eux. Lorindol le considéra d’abords pour un simple forgeron, puis pour son ami franc, avant que lors de la bataille d’Umbar il ne le trahisse et deviennent l’homme à abattre. Il fut aussi durant longtemps l’un premier adversaire de Sauron. Ce dernier craignait la Maison des Edains, car jadis ils avaient mis en échecs la puissance de Morgoth.

Cette vie faites d’honneur, qui était sa vertu cardinale, mais aussi de folie, fut celle de Hador Lorindol, Grand Roi des Hommes de Beleriand.


Une voix sur l'océan Bannirehador5bp3la
Revenir en haut Aller en bas
HadorNombre de messages : 564
Age : 35
Date d'inscription : 06/11/2005
Hador
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: Une voix sur l'océan   Une voix sur l'océan EmptyLun 2 Oct 2006 - 18:08
Il me vient à l’esprit une anecdote, qui illustre bien l’amitié puissante qui liait Hador et Tulkor.

Tout commença lorsque Hador rencontra Tulkor lors de la paix d’Harondor. Hador s’était chargé de traiter avec Aragorn et Tulkor séparément pour rédiger un traité tampon sur la non-occupation de la vieille province de Gondor du Sud.

En réalité, Hador n’était pas épris de passion pour les gens de l’Harondor au point de pacifier cette terre. Mais d’un point de vue politique, il avait tout intérêt à ce que le Gondor et Umbar reste en paix.Avant ces intentions pacifiques, Hador avait tenté de déclencher une guerre qui mènerait l’Umbar à la ruine. Pour cela il avait convaincu Legas de Rhun que le Mordor préférait les gens d’Harad à son peuple pour les faits de guerre. De la même manière, il avait envoyé un émissaire à Tulkor affirmant que Legas de Rhun poussait la Bouche de Sauron à prendre le contrôle du Harad pour fédérer les différentes tribus. La réponse de Tulkor avait été claire : « si quelqu’un à le droit et le devoir de fédérer les diverses tribus de Khand et d’Harad c’est seulement le roi d’Umbar, c'est-à-dire moi ! ».
Après ce premier échec, Hador s’était donc rabattu sur une paix avec Tulkor. Mais pourquoi faire la paix soit même et se retrouver les mains liées en cas de coup dur. Non, Hador préféra faire signer son cousin Aragorn. De plus Hador désirait depuis peu réaliser le rêve de père Hathol le Grand, faire des Edains une puissance continentale. Pour cela Hador avait pris l’idée de fonder un port près des Bouches de l’Anduin. L’opportunité du pacte sur l’Harondor était parfaite. Dans le traité Hador fit rajouter une clause, celle qui autorisait les peuples à commercer avec la terre d’Harondor. Après la signature du traité, Hador demanda à Aragorn de lui scéder une île près de Methir en paiement de sa loyauté. Hador y fonda un port de commerce d’abord, mais celui-ci devint rapidement un poste avancé qui lui servit plus tard dans sa campagne guerrière en Mordor et en Ithilien.

Revenons à notre histoire d’amitié. Le traité sur l’autonomie partagée de l’Harondor fut signé par les deux parties sans débat. Hador et Aragorn profitèrent de ce moment pour assurer leurs arrières. Ils posèrent « devant le nez » de Tulkor un traité d’amitié à Tulkor sans lui en avoir parlé. Le roi du Sud fut très couroussé. Il affirma que dans son pays caché de telles choses ne se faisaient pas entre hommes. Hador avait cru en la jeunesse et en l’inexpérience du jeune Tulkor, il s’était trompé. Alors Hador et Tulkor s’affrontèrent longtemps par la parole et les sages paroles, aboutissant finalement sur le fait que leurs cultures et leur manières de gouverner étaient bien différentes. Cet affrontement se termina par un duel en arme. Devant les portes mêmes du palais d’Aragorn. Tulkor s’était persuadé que s’il battait Hador à l’épée tous le reconnaîtraient comme un roi. Certes Tulkor était fort dans le maniement des sabres, mais l’expérience militaire d’Hador contrebalança largement l’avantage de la jeunesse de l’agilité. Il me revient une phrase et une passe. Hador voulant frapper Tulkor, s’arrêta net pour écarté le cheval de l’Haradrim en disant « il ne faudrait pas blesser une telle bête ». Tout était provocation et jeu de scène dans l’attitude des deux rois. Le peuple se pressait aux portes de la citadelle. Aragorn regardait la scène, amusé. Une fois la passe d’arme finit, les deux hommes se saluèrent. Tulkor fit alors une faute. Il précisa devant la foule qu’il avait été ravi de l’avoir divertie. La colère monta en Hador et il dit ceci :
« Il suffit nous ne sommes pas là pour faire la farce au gens de la ville. Si je reconnais en vous, sire Tulkor, l'âme d'un roi, je vous trouve encore trop fantasque pour pouvoir prétendre à celui de grand parmi les rois. J'ai toute confiance en vous car vous aimez vos terres et votre peuple, cependant la démonstration vient d'être fait que vous espérez trop de votre habileté. Un grand roi ne doit pas avoir besoin de confiance. Je suis né pour être ce que je suis, c'est a dire roi des hommes. Le simple fait d'exister me donne la force de croire en mes choix quoi qu'il arrive. L'avis de mes contemporains m'est égal. Si vous aviez déchiré le parchemin, la guerre aurait été terrible. Cet épisode nous montre votre inexpérience du fait royal. Je suis heureux d'avoir fait le paix avec vous. Mais sachez que si vous aviez fait le même spectacle sur mes terres, prétendant déchirer un traité, puis nous montrer votre dextérité, je l'aurais déchiré à votre place faisant délibérément basculer nos peuples dans la guerre. On ne plaisante pas avec son destin, le notre est de croire en nos peuples et seulement prétendre déchirer un traité serait un offense au peuple qui le présente. »

Depuis ce jour les rois Hador et Tulkor furent de grands et fidèles amis. Hador regrettant ses tentatives de déstabilisation et Tulkor reconnaissant en Hador un grand de ses contemporains.


Une voix sur l'océan Bannirehador5bp3la
Revenir en haut Aller en bas
HadorNombre de messages : 564
Age : 35
Date d'inscription : 06/11/2005
Hador
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: Une voix sur l'océan   Une voix sur l'océan EmptyLun 2 Oct 2006 - 18:21
Lettre envoyé par Hador au Roi Tulkor.

" ... Que faire quand l’amour vous consumme. Quand tant compte sur vous. Quand le destin vous désigne, mais que le sort s’acharne. Libère moi, Manwë, libère moi je t’en suplie. Désigne moi pour quitter cette terre, défais les chaînes qui me tiennent à la vie. Le désespoire n’est pas le fruit du mal. En chaque homme il a son trône. Bien ou mauvais il nous condamne, et nous libère pour le tombeau. Je n’envie pas les elfes qui meurent chaque soir, quand là-haut, les étoiles les appellent. Quand la brise marine les condamne, à méditer loin de leurs frères. Les Hommes sont bénis des Valar. En leur donnant la mort, ils les remercient. De n’être que des mortels et d’un jour trépasser. Ce n’est pas le cas de tous les démons ! Meurt petit frère car dans l’éternité du paradis, ni de souffrance, ni de peur, rien que la douceur de l’arrêt, de l’immobile et de l’abstrait ... "

Hador Lorindòl, La Mémoire des Edains


Une voix sur l'océan Bannirehador5bp3la


Dernière édition par le Lun 2 Oct 2006 - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HadorNombre de messages : 564
Age : 35
Date d'inscription : 06/11/2005
Hador
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: Une voix sur l'océan   Une voix sur l'océan EmptyLun 2 Oct 2006 - 19:07
Le Conseil de Dor-Lomin

Il n'y a pas plus grand malheur que le desespoir car il mène à la mort. Lorsque la mort vient promptement alors que tout espoir est encore permis, alors on accepte la mort mettant sur le compte de la fatalité cette issue qui aurait du être imputée à la lacheté. Ainsi l'espoir aussi minime soit-il, doit autoriser les soldats a mourir pour lui. Il doit permettre le sacrifice total d'un peuple ou d'un monde. Car tant que l'espoir est là, la vie perdure, alors aucun sacrifice n'aura été fait en vint.

Les êtres doivent s'unir, sinon ils tomberont uns a uns sous le marteau ravageur de l'ennemis, se brisant tel le bronze sur l'enclume. Car on ne vaincre l'ombre, toujours elle vous poursuit, sur vos talon, mais jamais elle ne s'égare où disparait. L'ombre se meurt lorsque le monde sombre. Ainsi est le destin du Monde, sombrer un jour dans le néant et l'abysse. Tant que le Monde perdurera le destin des êtres sera de garder l'ombre a portée, veillant bien a ne jamais la suivre mais en s'assurant que ce soit elle qui épit le moindre mouvement de nos chairs.

Ainsi l'ombre de notre Monde tente a nouveau a faire de nous ses égaux. C'est pour cette raison que le Belraind doit se réunir en ces jours pou discuter du destin de cette région. Il n'eut pas de terres partout où le soleil se lève, où les êtres résistèrent si fierement face a l'ombre. Aujourd'hui il nous faut regagner cette fiereté car Beleriand est aujourd'hui une contrée endormie. A chacun de réveiller la part de l'Antique Beleriand qu'il porte en lui.

Hador ouvrit la porte de la salle du Conseil. Personne ne l'avait encore vu. La salle était circulaire et au centre il y avait un feu au sol. Des trones tous de la même taille s'entouraient autour du foyer. Hador invita tout le Monde a prendre place, des sièges restèrent vides pour les seigneurs qui n'étaient pas encore arrivés.

Au centre de la pièce et au coeur du feu était planté un pilier de pierre sur lequel il y avait les inscriptions suivantes en Quenya, Sindarin, Khuzdul et Hildorin.

Je suis ce que je suis, je fais ce pourquoi j'ai été fait, gouverner, protéger les peuples et faire la guerre a mes ennemis.

Hador prit la parole pour ouvrir la réunion.

« Barons, Seigneurs, Princes, Rois et Dame, aujourd'hui s'ouvre ce conseil. Lorsque je suis monté sur le trone des Edains, je ne savais pas qu'un jour ma tache serait celle d'aujourd'hui. Depuis que je suis enfant la guerre frappe mes terres, et depuis longtemps cette même guerre frappe toute la Terre du Milieu. C'est pour cette raison que vous ètes là, vous, les représentants de vos peuple. Comme le dit la prose gravée sur le pilier, nous sommes fait pour gouverner, pour protéger les peuples libres et le cas échéant faire la guerre à nos ennemis. C'est de cela que nous allons débattre ces jours à venir. »

Hador se rassit. Le scribe prit la première page de son parchemin et Hador dit.

« Ainsi il fut dit ainsi il fut retranscrit. Que le Conseil soit ouvert ».



****
Extraits des dires du conseil :

Hador au Seigneur Pans de Mirkwood qui menait l’esprit de la jeune Dame de Brethil, Kalyane Vyon, contre le respect de nains. Avant le début des débats.

« Pans vous avez raison, la réaction des nains est étrange mais ne soyez prompt à parler de choses que vous ne savez pas. Les Nains malgré leur fierté sont des êtres chez qui l'honneur est la première des qualités. Tachez de tenir votre langue lorsque vous parlez de mes hôtes, vos sarcasme pourraient venir entraver nos accords. »

Puis il se tourna vers Kaliane.

« Si vous ne devez pas douter des qualités de guerrier et de l'imputosité de maitre Pans, ne faites en revanche guère attention a ses qualités de négaciateur ou de stratège. Dans ce cas même, il ressemble plus aux nains qu'au gens de sa race. AH AH AH !!

Voyons Pans ne faites pas cette tête, je plaisante. Cependant faites attention a vos dire, nous somme en réunion et non sur le champs de bataille. »

*****

Aragorn arrive au Conseil. Il apperçoit Hanzok et sa bande et les accuse d’avoir piller les coffre de Minas-Tirith. Hador s’entretien avec lui.

Aragorn pénetra dans la salle du Conseil, entre ses 2 gardes. D'un coté, c'était un Numénorien, grand et très musclé. L'autre est un Garde de la Citadelle, plus petit et un peu plus chétif, mais toujours avec une carure fière. Il portait le casque ailé. Lorsqu'ils entrèrent, tous les regards étaient dirigés vers eux. Alors le Garde du Gondor chuchota un mot à l'oreille. Il était chargé de surveillé les portes lors du bracage de Minas Tirith. Aragorn regarda alors les 7 Nains et dit

« Que faites vous, ô Traitres! Vous qui avez saouler mes hommes, et qui, je suis sur, avaient pillés la banque centrale du Gondor? »

Hador suivait Aragorn. Il arriva et le vit s'en prendre aux Nains de la Compagnie des 7.

« Attendez Aragorn, je ne connais pas le passé de ces nains, mais ce que je sais c'est qu'il peuvent nous aider. Quelque soit leur tor je désire les entendre et savoir si nous pouvons les engager. Si vous leur reprochez quelque chose ils devront s'en expliquer. »

Hador se rapprocha d'Aragorn et lui chuchota.

« J'ai aussi de fort soupçon quant a ces nains. Il semble cependant qu'ils eurent un role dans notre victoire a Khazad Dum. Il me semble surtout qu'ils pourraient nous être utile. Tant qu'ils ne pactiseront pas avec l'ennemis il seront fréquentables. »
Revenir en haut Aller en bas
HadorNombre de messages : 564
Age : 35
Date d'inscription : 06/11/2005
Hador
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: Une voix sur l'océan   Une voix sur l'océan EmptyLun 2 Oct 2006 - 19:09
(SUITE)

Hanzok s’étonne des débats sur les forces militaires et bouillonne de sarcasme qu’il livre au Conseil.

Une ombre massive et petite s'avança à travers la porte.

« Des guerriers! C'est tous ce que vous pouver leur opposer. Sachez seigneur Flint que dix trolls tueraient vos 200 nains en moins d'une minute. Ce ne sont pas des trolls des cavernes que vous aurez à combattre, mais des trolls des montagnes équipés d'armures solides et d'armes puissantes.
Vous me faites rires. Êtes vous déjà allé à la porte noire. Même une immense armée ne pourait vaincre sa garnison. Et vous leur opposez des hommes, des nains et des elfes! Laissez moi rire! Servez vous de vos têtes plutôt! »

Le nain eu un sourire cynique.

« -Qui êtes vous? » demandèrent plusieurs personnes de l'assemblé.

« -Qui je suis? Je suis Hatori Hanzok, archiforgeron des mines de Kazad dûm, membre de l'illustre compagnie des sept nains, et compagnon d'arme de quelques centaines de guerriers de toutes les races, elfes compris. Mais surtout que suis-je? La réponse est simple. Je suis une solution. Je vous apporte si vous en voulez les plans de la porte noire. Le moindre détail y est dessiné: meurtrière, hourds, poternes et échauguettes, rien ne manque. Peu importe comment je l'ai obtenu, mais sachez seulement que je suis de votre côté. J'ai des amis dans tous les royaumes, des hommes, des nains , des elfes et même des rois! J'ai combattu récemment à la bataille de la vallée de Kazad dûm. Je suis l'un des compagnons d'armes de Thraïn qui a repris la cité au mains des traitres. J'ai concu le plan pour y rentrer, mis mes talents au service des ingénieurs du roi et mon compagnon Tagazok , présent en ville, à lui même soulevé la révolte interne qui mina le siège. Ma loyauté n'est plus à mettre en doute. Particulièrement pour des sages comme vous qui avez su mettre fin à vos rancunes et vous allier pour vaincre. À présent c'est à vous de choisir si vous me faites confiance. Je ne suis pas roi, mais je suis un bon compagnon. »

Le nains alla trouver un coin dans la pièce et s'adossa au mur.

L'assistance resta silencieuse. Hador se leva.

« Maitre Hanzok, je ne vous ferais l'affront de colporter les rumeurs disant que se sont de nains votre milice qui engagèrent le combat a Minas-Tirith pour cambrioler les coffres du Gondor. Car si comme vous le dites vous déténez les plans de notre ennemis alors cela vaut bien un dédommagement. »

Hador marchait autour du feu.

« Je n'aime pas vos méthodes, mais il faut reconnaitre qu'elles sont efficaces. »

« Vous dites que la Porte Noire est imprenable. Pourtant Gil-Galad et Elendil la prirent, certes il y a longtemps et avec d'autres forces que les notres. Je suis conscient que notre ennemis est plus fort que nous. »

Des chuchotement se firent entendre

« Cela ne devrait pas surprendre nos invités. A l'heure actuelle nous ne pouvons pas entrer en Modor et encore moins en Angband. La seule chance pour nous de battre notre ennemis est de l'attirer hors de ses pays pour qu'il nous affronte sur la plaine. Là malgré notre sous effectifs nous pourriont les battre, comme cela fut a Khazad-Dum.

On nous offre cependant le moyen d'ouvrir la Porte Noire. Mais dites moi Maitres Hanzok que ferions nous une fois que nos armée auront pénétré dans Gorgoroth. C'est une folie. »

Laissant Hador finir, Astyan de Dorthonion se leva.

« Vous mentez seigneur nain ! »

Tous lachèrent un quoi de stupéfaction.

« On ne reviens pas de chez l'ennemi sans avoir soit fait un pacte avec lui, soi sans lui avoir fait allégence ! Et si je dis qu'il revient de chez l'ennemi c'est car il n'aurait eu aucun autre moyen d'obtenir les plans que de l'examiner soit-même, ou en les recevant.

Et je vous prie, ne me dites pas que vous les avez volés, ne me prenez pas pour un naïf seigneur nain ! »

Le nain Hanzok reprit avec dédain :

« Seriez vous jaloux ? Je dois reconnaitre que si j'avais à vous classer dans une catégorie, vous entreriez dans celle des "elfes faible d'esprit et rancuniers". Mais peu m'importe. Sachez seulement que j'ai pratiqué la vente d'arbalètes naines aux Mordor. C'était un pure accord commeciale qui m'a permis de gagner plus d'or que certains n'en possèreons jamais. J'ai de nombreux amis en Rohan et même quelques uns en Mirkwood. J'en ai dans toutes les régions de la terre du milieu. Je ne laisserai pas le Mordor et les orcs tuer mes amis et leurs familles. Des milliers de personnes!
Je ne suis pas un assassin. Et pour prouver ma bonne foi sachez que je suis prêt à lever une armée de mercenaires afin de vous soutenir. Je ne suis pas roi mais j'ai des épée bien affuté et une fortune bien caché. Et de plus les rois oublient souvent qu'une expédition militaire ne nécessite pas que des hommes mais aussi et surtout des vivres, des réserves, des plans et des ingénieurs. Je puis vous fournir tout cela. »

« Quand à vous seigneur Astyan, j'exige des excuses sans cela je serais obligé de vous tuer dans un proche avenir. On me traite rarement de menteur. Le dernier qui m'a dit cela habitait en face du cimetière. Maintenant, il habite en face de chez lui ! »

Le forgeron s'interrompit. Au travers de la porte se profilaient les silouhettes de six nains et d'un troll. Ils s'avancèrent dans le silence et allèrent rejoindre Hanzok.

« Je vous présente la communauté des sept nains. Quand au troll, ne craigniez rien, il ne fera rien sauf si Tagazok le lui demande. Il fait parti de notre communauté.
A présent je vous laisse choisir si vous voulez de nos services. Mais je serais vous j'éviterai de faire confiance à des gens comme Astyan et dont la loyauté n'est pas prouvée.
D'ailleurs j'aimerai savoir où il se trouvait lors de la bataille de Kazad Dûm. Vous ne nous avez point porté secours, et je ne vous y est pas vu!! ».
Hador répondit calmement pour faire retomber la tention :

« Votre aide est aussi la bienvenue, vos milices ne seront pas de trop. J'accepte votre offre si elle est sincère et que vous resterez fidèl a nos dessein jusqu'a la fin de nos accord. Cependant j'imagine que votre offre n'est pas désinteressée. Que voulez vous en échange, je crois avoir quelque chose que jamais personne ne vous a proposé »

Astyan explosif lança :

« Sachez, maitre nain, que lorsque je dis quelque chose je le pense ! et je ne le renie pas juste parce que l'on me menace de mort, car alors j'éviterais tout contact de cette terre qui est habitée en permanence par la mort !

Et sachez que si je ne fus pas à la bataille de Kazad-dhûm, c'est parce que je ne faisait encore qu'errer comme un naïf, et si elle avait lieu en ce jour j'y serais, que ce serait pour sauver la vie d'un elfe ou la votre !

Vous dites vouloir protéger vos amis ??? Mais bien sur ! et vous croyez qu'en fournissant des armes à l'ennemi vous aiderez les autres à continuer à vivre. Vous vous dites Puissant et riche, mais tout cela par cupidité et presque vanité !
Quant à ceux qui me suivent et m'estime ainsi que me respecte, ce n'est point car je les ai menacés de mort ou parce qu'ils me sont redevable sans que je les contraignent, contrairement à vous ! »

Hador s’énervait de la tournure que prennaient les évènements.

« Je suis las des querelles millénaires. Certes les Nains ont pillé Menegroth il y a longtemps, certes les elfes n'ont pas prévenu les nains qu'ils avaient forgé les anneaux de pouvoir, chacun a sa faute. Quant à nous les hommes nous avons été faibles. Je demande a tous de se taire et de laisser parler le Maitre Hanzok. »

Le nain hésita un instant.

« Contrairement à ce que pensent certain, je ne suis pas cupide, et je ne suis pas naïf non plus, ce qui n'est pas le cas de tous en ces lieux. J'ignore ce que vous avez à m'offrir, mais sachez que moi et mes compagnons le prendront comme un cadeau de remerciement et comme un salaire. J'ai apporté mon aide en maintes occasions. Et sachez que je forge des armes que les meilleurs savent reconnaitre comme des oeuvres de maître. Selon le temps qui nous reste, je puis en forger à l'intention des plus puissant seigneurs de guerre qui nous accompagnerons. Le roi Trhaîn en possède déjà une et contrairement à ce que certains ont annoncé, il n'est pas mort et se fera un plaisir de botter les fesses de celui ayant fait courir de telles bruits! Et je vous pris de croire que ses bottes férrés laisseront une grosse marque dans l'arrière train du mécréant!! »

Le forgeron plongea une main dans sa sacoche et en tira plusieurs parchemins qu'il alla remettre à Hador. Puis il regagna sa place. Hador ramassa les plans et dit.

« Ainsi, j'accepte votre offre, car malgré les préjugé que j'ai sur vous, vous me paraissez sincèrent.

Je vais l'être a mon tour. Je vous propose une terre. Celle que jamais on ne vous a proposée. Là vous pourrez vivre avec tout ceux qui vous suivent. Vous n'aurez ni roi ni maitre, seul un serment celui de m'assister dans mes combats lorsque lee besoin s'en fera sentir. Comme je l'ai dis je vais être sincère, je vous propose de vous installer en Ladros. Là bas les hommes de la Maison de Beor défendent depuis longtemps le passage vers le Beleriand. Joingnez vous à ce peuple et vivez a ces côtés. Par l'hérédité de ma maison je resterais le roi de ces gens mes vous vivrez la bas en paix et libre de chacun de vos mouvement. Vous pourez y créer vos cité dans les montagnes et vos villages avec chacune des familles qui vous accompagne. Comme je suis honnète je vous averti que la tache ne sera pas simple, car le Ladros est perpétuelement en vu d'Ard-Galen.

Je ne peux rien vous proposer de mieux, et je pense que personne d'autre ici aurait le courage de vous proposer autant.

Quel est votre réponse Hanzok. Acceptez vous mon offre en écjange de votre aide ? »

Le nain considéra la proposition d'Hador.

« Vous m'en voyez désolé, mais je ne peux accepter votre position. Je fais mon devoir et j'aime mieux ne pas recevoir un aussi beau présent pour quelque chose qui devrait être normale pour tout être. De plus, je suis un nain sans racine, et je ne me satisferais pas réellement de votre présent qui je le reconnait serait désiré par plus d'un homme. C'est un cadeau somptueux, mais il ne me convient peu. Et de toute façon, je n'ai pas l'habitude d'en recevoir. J'en laise partout ou je passe, mais comme je ne m'attache à rien, j'ai du mal lorsqu'on m'offre une merveille. J'aime la liberté des gens errants, et je ne pourait pas me poser plus de quelques temps. Si j'accepte, votre domaine sera mal géré et sera faible. Je causerais plus de mal que de bien en cela.
Mais mon aide vous demeure toute aqucise!! Vous semblez faire parti de ces rois rares mais précieux: les rois généreux! »


Une voix sur l'océan Bannirehador5bp3la
Revenir en haut Aller en bas
HadorNombre de messages : 564
Age : 35
Date d'inscription : 06/11/2005
Hador
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Re: Une voix sur l'océan   Une voix sur l'océan EmptyLun 2 Oct 2006 - 19:10
(SUITE)

Galadriel de Lorin qui avait suivit la scène entre Hador, Astyan et Hanzok rassura tout le monde de sa voix apaisante.

« -Sur votre respect nous ne sommes pas la pour nous désunir en se métant en désacord je croi que tout le monde est concient que si les forces du bien sont divisé le mordor ne sera jamais vaincu.Attaquer de front sans aucune protection n'est pas une bonne idée en effet.Nous sommes telment peu........Il reste encore des hommes a trouver,des armés à former,des aliences à fonder.Bref, tout cella et encore si loin.Il y a quelques choses qui serait utiles à faire.C'est une communauté.Une communauté qui réunnirait des représentant des differents royaumes.Nous savons que de notre coté les message ne passe pas bien.Nous ne sommes pas assez organisé entre nous.Nous ne sommes pas assez unis.La moitié des personnes présente ne connaisse pas beaucoup des autres.Si les message passe mieu.Si l'union aide les peuple à se rapprocher nous pourrions frapper petit à petit.N'est ce pas ce que fait Mordor?Son armé n'est pas concentré.Il n'attaque pas encore au coeur.Seulment ils sont organisés.Ils ont des troupes un peu partout.Forme des alliences,sont toujours en contacte.Si nous voulons gagner sur l'ennemie,prennons l'enemie à son propre jeux.
Pour ce qui est de l'infiltration proposé par Astyan je ne pense pas que ce soit réelement utile et puis...Sauron n'est pas dupe Astyan.En plus je ne pense pas que le faire tout seul soit


Une voix sur l'océan Bannirehador5bp3la
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une voix sur l'océan   Une voix sur l'océan Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Une voix sur l'océan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Une voix sur l'océan N448 :: Bibliothèque :: Histoires et liens des personnages-