Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gandalf le BlancNombre de messages : 1163
Age : 30
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gandalf le Blanc
Istar

MessageSujet: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? EmptySam 14 Fév 2009 - 20:33
D’aussi loin qu'il était possible de remonter dans les archives des royaumes et peuples d'Arda, l’histoire de nos terres commença par une bataille, une terrible bataille…


Les Eorlingas, descendants du roi Eorl le Jeune (dont la postérité des actes n’est plus à décrire) et habitants du royaume du Rohan, étaient un peuple fier et d’exceptionnels cavaliers. Pourtant, ils s’enlisèrent dans une vague notion de tranquillité et de paresse en temps de paix. Ils furent dès lors à la merci de l’ennemi… Arrivant depuis l’Isengard, des hordes de gobelins assaillirent le Rohan. Une bataille fut livrée et de lourdes pertes furent subies des deux côtés. On l’appela « la Bataille des Plaines » et les Eorlingas en sortirent vainqueurs non sans avoir payé le prix pour s’être reposés sur leurs lauriers. Afin de prévenir de nouvelles attaques, on fit réunir les Seigneurs des Terres du Milieu au Conseil de la Pierre Noire d’Erech, au Rohan. Que les discussions entre les puissants d’Arda fussent fructueuses ou non, cela n’empêcha les gobelins d’envahir de nouvelles terres et ils s’attaquèrent cette fois aux Nains de l’Erebor. Thrain, Roi sous la Montagne, fut sauvé de justesse avec son peuple par l’intervention des forces armées du Gondor. Cet acte créa de solides les liens entre les deux royaumes pourtant de races différentes. Venus de Nùmenor, les Edains firent leur grand retour sur les Terres du Milieu, guidés par Hador, et la « Paix du Beleriand » commença, annonçant une longue période de sérénité. Le partage du Harondor, longtemps terre de querelles pour déterminer quel royaume y avait autorité, entre les Haradrim et les Nùménoréens en fut un exemple flagrant. On l’appela la « Paix de Belfalas ». Un deuxième Conseil eut lieu à Dor-Lomin, réunissant les grands de ce monde et réaffirmant le rôle prépondérant des Edains sur les Terres du Milieu. Hador, Seigneur des Edains, partit en campagne de guerre durant de longs mois, marchant sur les terres arides et inhospitalières du Khand et de Nurnen jusqu’au Mordor. Arrivé au pied de l’Orodruin, Montagne du Destin, avec son armée, sa bravoure et sa puissance ne faisaient plus aucun doute. Mais les forces de l’ennemi n’abandonnèrent pas face à cela… La « Grande Bataille de la Porte Noire » fut la plus terrible que les peuples des Terres du Milieu purent connaître, mais elle fut aussi la plus remarquable, car la toute-puissance de Sauron sur Arda fut mise à mal et la zone d’influence de son pouvoir fut largement réduite. L’ordre du monde allait connaître un changement sans précédent…

Le Premier Conseil Blanc de Lothlorien eut lieu et réunit les Seigneurs Elfes de Beleriand qui réaffirmèrent leur indéfectible alliance. Par la suite, les Elfes du Rhovanion et ceux d’Eriador s’allièrent pour attaquer la forteresse de Dol Goldur qui incarnait une importante enclave du mal hors du Mordor. Le gouverneur Antelvian dut fuir les lieux et la forteresse fut détruite. Les Elfes laissèrent les fondations croyant que cela était inutile de les détruire et ne s’aventurèrent pas dans les souterrains de Dol Goldur… Hélas, le succès des peuples libres fut de courte durée. Les forces de Sauron firent preuve d’une incroyable discrétion et attaquèrent par surprise le Gouffre de Helm, au Rohan. Malgré la rapidité des renforts Dùnedain, Elfes et Hobbits, les Rohirrim ne purent repousser l’assaut et la forteresse tomba aux mains du mal. Aiwendil, aussi appelé Radagast, alors seul Istar présent sur Arda, s’insurgea de la faiblesse des Hommes et de leur lâcheté. Seul, il se dressa face à Sauron. Mais les forces du mal étaient peut-être plus lâches encore que les Hommes… Melkor, dans sa toute-puissance, fit une apparition aussi brève que décisive et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, les efforts d’Aiwendil furent réduits à néant et il en perdit la vie. La « Bataille du Gouffre de Helm » fut la première des batailles qui vit les sbires de Melkor et de Sauron gagner face aux peuples libres… Le Rohan fut envahi et annexé à l’Empire du Mal, et le pays devint un lieu où d’horribles créatures plus maléfiques les unes que les autres rôdaient en toute liberté.

Fort du succès de cette bataille, Gothmog, Prince des Balrogs, ordonna une invasion des territoires elfiques depuis l’Angband. Malgré la résistance et le courage de bien des Eldars, les pertes furent immenses et la bataille se déroula sur plusieurs jours et plusieurs nuits. Leurs efforts ne furent toutefois pas vains car l’Angband rappela finalement ses troupes devant la ténacité de leur ennemi. L’intensité des combats fut telle qu’une légende raconte qu’en ce temps-là, Arda menaça de s’ouvrir en deux et les océans étaient prêts à submerger le monde. La confiance des Dùnedains en leurs capacités militaires revint devant l’exemple des Eldars et ils décidèrent de mener un assaut final pour porter un coup décisif à l’influence du mal en dehors des terres du Mordor. Ainsi, l’alliance des Hommes de l’Ouest et des Haradrim vint à bout des forces de Sauron lors de la « Seconde Bataille du Gouffre de Helm » et le Rohan fut nettoyé. Boromir, alors Intendant du Gondor, y perdit toutefois la vie… Le mal, mis en défaut, fut éloigné des contrées des peuples libres et il se retira dans les profondeurs de la terre, on ne sait où. Au même instant un heureux événement vit le jour : les Istaris Curumo et Olorin (respectivement Saroumane et Gandalf) débarquèrent sur Arda pour aider et protéger les Enfants d’Ilùvatar et les Nains.

Le premier Conseil de l’Ordre des Magiciens se déroula sous la présidence de Saroumane qui s’inquiéta déjà, à peine arrivé, des rumeurs venant de l’Angmar. Il n’en parla toutefois qu’à son vieil ami Gandalf, et tous deux décidèrent de rester vigilants. Mais l’Angmar n’était pas le territoire le plus à redouter, en vérité c’était le Rhùn… Les Orientaux firent pression sur les territoires fertiles du Rhovanion, coupant les routes commerciales, empêchant l’approvisionnement… Saroumane s’installa sur les terres de l’Isengard et bâtit Orthanc. Il osa utiliser une Pierre de Vision, un Palentir, sans en avertir Gandalf. Dès lors, à la surprise de son ami de longue date, Saroumane entreprit d’importantes annexions sur l’Enedwaith pour en assurer, selon lui, la sécurité et la paix. Le Rohan et le Gondor s’insurgèrent ensemble contre cette occupation illégale de leur territoire, et menacèrent d’entrer en guerre contre le Magicien. Si elle venait à se déclencher, nul ne savait qui l’emporterait… Fort heureusement, elle put être évitée et « l’Acte de Bienséance » reconnut la vassalité de l’Isengard à Armanelos (Nùmenor) et la souveraineté des territoires annexés par l’Isengard. Dans ce tumulte, seul le Seigneur Elfe Elkaël s’alarma du réveil de l’Angmar et prit l’initiative d’annexer le Rhudaur pour faire front directement à l’ennemi. Une terrible nouvelle lui vint très vite aux oreilles… les Dragons s’étaient réveillés et, descendus des Monts Brumeux pour des raisons inconnues, ils semèrent la peur, la panique et la destruction sur les terres entre la Lorien et Edoras (Rohan). Les peuples libres étaient faibles face à eux et ils ne purent qu’attendre avec le dernier des espoirs le départ des Dragons. Ils partirent en effet, aussi soudainement qu’ils étaient venus, et reprirent la destination des Monts Brumeux et ils s’endormirent à nouveau…

Ce fut à cet instant fatidique qu’Hador, grand Roi des Edains mais disparu depuis plus de cinq années refit surface. Déplaçant son peuple sur l’île de Balar pour le protéger du mal, Hador commença la conquête des mers. Au-delà du Harad, il se fit accompagné du Seigneur du Sud Tulkor et voyagèrent vers des contrées aussi lointaines qu’inconnues. Hélas, il disparut en mer… Ce ne fut que longtemps après qu’il réapparut, visiblement transformé. Beaucoup de choses étaient toutefois changées, certaines radicalement… L’Isengard et son maître Saroumane se tournèrent du côté de Melkor. Gandalf en fut le premier témoin oculaire puisqu’il livra bataille contre le chef de l’Ordre des Magiciens, bataille qu’il perdit face à la puissance de Saroumane. Retenu prisonnier, il n’apprit qu’une fois délivré par un Aigle envoyé par Aiwendil depuis Valinor que le Rhovanion fut assiégé par les forces combinées du Rhùn et de l’Isengard… La forêt de Mikwood fut ravagée et les villes du Rhovanion furent rasées. La « Bataille des Seigneurs de l’Ouest et de l’Est », duel opposant Aragorn, dirigeant de l’Empire de l’Ouest, et Krell, tyran de l’Empire de l’Est, fut titanesque. Le combat ne put se terminer que par un traité oral reconnaissant la force égale des deux Empires, traité à l’avenir plus qu’incertain… A l’instar d’Hador, Elu Thingol réapparut après plus de six années d’errance et remonta sur le trône de Doriath. Dans un même temps Melian, sa femme et la Reine de Doriath, devint introuvable… Dans la forêt de Brethil on célébra un événement plus heureux, celui de la venue d’un Roi d’exception. Les serviteurs de Melkor furent chassés et Amon Obel, la capitale du territoire, retrouva sa gloire perdue. Enfin, la tentative d’organiser un Second Conseil Blanc afin d’y réunir les Seigneurs Elfes fut un demi-échec car peu s’y rendirent… Pourtant, une nouvelle menace planait sur la tête de tous les êtres des peuples libres, et elle était terrifiante…


Dernière édition par Gandalf le Blanc le Ven 22 Avr 2011 - 17:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
Gandalf le BlancNombre de messages : 1163
Age : 30
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gandalf le Blanc
Istar

MessageSujet: Re: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? EmptySam 14 Fév 2009 - 20:34
Un puissant artefact, le Carafanan, autrefois forgé par les Nains, fut retrouvé et il était ensorcelé… Suscitant les pires convoitises, il entraîna une course effrénée et dramatique à sa recherche. Le Mordor, qui s’était tut, jouissait dès lors d’une activité démesurée. De mystérieux cavaliers parcoururent les Terres du Milieu tandis que de riches délégations prêchèrent la parole du Mordor dans les royaumes libres… Sauron, que l’on croyait disparu, était de retour ! Dans un même temps, les Elfes apprirent par l’intermédiaire de Gandalf la trahison de l’Isengard. La Lorien fut dévastée par une attaque de l’Empire de l’Est. L’empereur Aragorn, re-nommé Tar-Elessar, fut fait prisonnier dans la ville de Long Daer alors qu’il s’opposait à l’Istar Saroumane. Hador réunit ses armées pour lui porter secours, de même que le Rohan. Au Gondor, l’ombre de l’Est gagnait de plus en plus d’ampleur et d’importantes troupes proclamaient le retour de Sauron face aux puissants d’Arda.

Si le peuple gondorien put se réjouir de la libération de leur empereur, le bonheur fut de courte durée. Tar-Elessar trouva la mort en Angmar alors qu’il rejoignait les terres de son cousin Hador. Plongé dans la plus grande tristesse, l’intendant Ohen assura la régence en attendant la majorité du fils de l’empereur, Eldarion. Le Rohan se libéra de la tutelle du Gondor grâce à l’arrivée sur le trône d’un nouveau roi. Sur les terres des Edains, la rumeur de la folie d’Hador grandissait à vue d’œil. Ce dernier était de nouveau parti dans un de ses voyages sans retour et le peuple considérait être abandonné face à la montée des dangers qui les guettaient. Pourtant, fidèles à leur parole, ils continuèrent d’entretenir de puissantes garnisons sur le territoire d’Angmar, nouvellement conquis par un cousin d’Hador et roi de Brethil : Handir. Ce dernier administrait avec bienveillance son royaume qui jouissait d’une importante prospérité. La reine, Siléas Ildien, attendait même un héritier… Malgré cela, le Brethil connut des heures sombres : une troupe venue du Mordor sema la mort et brûla une grande partie de la lisière sud de la forêt. Les méthodes utilisées semblaient être les mêmes que celles ayant ravagés des paysages du Rohan et on murmurait qu’elles étaient l’œuvre d’un maréchal du Mordor nommé Toranur, ce qui laissait à craindre le pire. D’importants mouvements de troupes furent remarqués au Mordor et l’ancien roi du Rhovanion Jaryak, détrôné, se fit le protecteur des gens du Harondor, déplaçant les populations pour les éloigner du fléau prêt à déferler. Une autre menace toutefois s’éleva de l’Est, et la terrible horde du roi Krell bénéficiait alors de l’aide du Mordor et l’Isengard… L’Isengard qui, après un silence inquiétant, s’était réveillé et laissait craindre une invasion prochaine du Rohan !

Préoccupés par une possible attaque de l’Isengard, l’intendant et l’Impératrice y concentrèrent toute leur attention… Le Mordor dévoila dès lors sa stratégie. La Cité Blanche fut assiégée avec une extrême rapidité tandis que la horde des Orientaux de Krell assiégeait le Rohan. L’intendant sombra dans la folie tandis qu’on murmurait que l’Impératrice avait pris la fuite. Seule la rumeur selon laquelle l’empereur était en réalité vivant tenait le peuple dans l’espoir… Tandis que la défense de la cité était organisé par un simple officier, Vakalor, les rois Eomer et Tulkor rassemblèrent leurs troupes et vinrent prêter main forte à Minas Tirith. C’était sans compter sur le roi Krell qui ordonna à ses troupes de continuer leur marche dévastatrice sur le Gondor afin d’aider les forces du Mordor. Les Elfes, incapables de s’entendre et d’organiser une aide pour les Humains, ne réagirent que peu… Quant aux Nains, ils ne se soucièrent pas du devenir des Hommes et parvenaient à prospérer, relativement en paix. La « Bataille de Minas Tirith » fut aussi longue que meurtrière mais les forces du mal furent repoussés… Tar-Elessar, reprenant le nom d’Aragorn, fit un retour triomphal dans sa cité. Mais Sauron n’avait pas dit son dernier mot… Il fit prisonnier Krell et un certain Elfe forgeron répondant au nom de Feänor… Nul ne sut quel était son but, car les deux êtres captifs réussirent à se libérer. De même, nul ne sut que la menace du Carafanan fut anéantie, car une humaine à l'immense courage, Alaena, s'en débarrassa en le jetant dans les profondeurs de Khazad-Dûm où plus jamais quiconque ne le trouverait. Elle en fut transformée à jamais, son âme peu à peu corrompue et prête à servir les forces maléfiques…

Une courte période de tranquillité s’installa… Mais les Hommes firent encore parler d’eux. L’empereur Aragorn disparut lors de l’un de ses voyages et un homme, un Nùménoréen, se présenta avec un papier signé de la main d’Aragorn stipulant qu’il lui laissait le pouvoir de l’Empire… Le peuple des Hommes se jugea abandonné. L’empereur Herùnumen semblait, de surcroit, ne pas être fidèle aux principes et aux valeurs de l’empire. Une résistance organisée et importante vit le jour, avec à sa tête Eldarion, héritier déchu. A cette période eurent lieu deux des pires catastrophes que connut Arda…

La première fut l'arrivée de Smaug, le Dragon Cracheur de Feu, dans la Montagne Solitaire. Délogeant les Nains de l'Erebor et les massacrant, il s'y installa et s'appropria avec grand plaisir toutes ses richesses. Une deuxième surprise attendait les Nains, de taille elle aussi : l'aide apportée par le roi Krell, qui chassa le Dragon. Une aide qui s'avéra bien inutile, car Smaug revint peu de temps après. Et ce fut finalement un Naugrim, Thoredas Barbe-de-Feu, qui porta secours au peuple exilé de l'Erebor. Accompagné de l'Istar Gandalf et de trois nains, Gimli, Koo et Rurik, et soutenu par Faramir, alors Intendant du Gondor, qui leur offrit la protection de 500 soldats, Thoredas et sa bande parvinrent à chasser le Dragon et à rendre l'Erebor aux Nains... Hélas, un deuxième malheur, bien plus grand et plus catastrophique que le premier, survint. Pour des raisons inconnues, une armée de spectres déferla sur les Terres du Milieu, se nourrissant de toute vie. Seuls certains territoires, sembla-t-il, furent épargnés : Barad-Dur au Mordor, l’Angmar, la Lorien, l’Erebor et Nùmenor la terre bénie des dieux. Deux Conseils eurent lieu, chacun réunissant dans des lieux différents des grands Seigneurs d’Arda. Celui d’Armenelos vit se réunir à la même table les empereurs de l’Ouest et de l’Est ainsi qu’une envoyée direct de Sauron, Alaena. Les discussions n’aboutirent qu’à un échec cuisant. Les Elfes organisèrent quant à eux un Troisième Conseil Blanc, où l’on retrouva Galadriel, Legolas, le seigneur de Gondolin Turgon, Gandalf et même Saroumane. Le nain Gimli et l'humain Aragorn furent même invités comme conseillers et représentants de leur race, chose qui n'avait jamais été faite durant un Conseil Blanc et qui prouvaient bel et bien la nouveauté du problème auquel ils devaient ensemble faire face. La Compagnie Blanche fut créée afin de retrouver des épées censées détruire le fléau des spectres. Dans le même temps, Sauron agrandissait l’influence du Mordor par le biais du maréchal Toranur devenu roi d’Angmar.

Les événements s’enchaînèrent à une vitesse folle… La cité naine d’Erebor fut assiégée par les Orientaux. Ces derniers se retrouvèrent cependant coincés entre la montagne et une horde de Morts. Les Nains, refusant de voir mourir de si valeureux adversaires, leur ouvrirent leur portes. Krell défia celui qui guidait la horde des Morts et qui n’était autre qu’un ancien roi de l’Erebor, Thraïn. Armé d’une des lames ayant le pouvoir de vaincre les Morts, le duel tourna à son avantage et les spectres se dispersèrent. L’occasion était alors trop belle pour Krell qui ordonna à ses troupes d’attaquer les Nains dans leur propre demeure. Les Nains combattirent avec une hardiesse redoutable et Krell céda, apprenant de plus que son autorité était bafouée sur ses propres terres. De son voyage pour rétablir l’ordre dans l’empire de l’Est, il ne revint jamais… L’Erebor se reconstruisit lentement, aidé par un nouveau roi élu par le peuple, Karzad. Un autre royaume nain en trouble était la mine de Khazad-Dûm. Assaillies par les gobelins, les défenses cédèrent et seuls quelques survivants fuirent, restant bloqués dans les profondeurs de la Moria dans l’attente d’une aide de leurs compatriotes…

Quant à la Compagnie Blanche, elle échoua. Ses membres se dispersèrent et on n’entendit plus parler d’eux. Aragorn, qui en faisait partie, refit surface des mois plus tard et remonta sur le trône de l’empire. Son fils Eldarion ressentit une honte si profonde pour lui qu’il choisit l’exil sur les terres orientales où il avait trouvé un nouveau foyer. On apprit que Gandalf s’était occupé des résistants au côté d’Eldarion et que Gimli rentra en Erebor où il fut acclamé en héros, s'occupant alors de reconstruire le royaume, mais nombre des membres de la Compagnie Blanche n’avaient toujours pas donné signe de vie…


Huit Grands Rois façonnèrent le visage du monde tel que nous le connaissons aujourd'hui : Aragorn, roi des Hommes de l'Ouest; Hador, roi des Edains; Turgon, roi des Noldor; Tulkor, seigneur du Sud; Krell, empereur de l'Est; Thraïn, roi sous la Montagne; Apocalyme, meneur des Nains de Khazad-Dûm et Sauron, seigneur du Mordor.


Dernière édition par Gandalf le Blanc le Lun 7 Mar 2011 - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
ToranurNombre de messages : 1366
Age : 31
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Race: Numénorien Noir
Possessions: Trésor Royal d'Angmar
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Toranur
Pas encore de rang... mais ça arrive !
MessageSujet: Contexte   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? EmptyVen 26 Juin 2009 - 12:20


Mes mains tremblent comme le reste de mon corps mais il faut que je couche sur papier ce que j’ai vu afin que mon travail puisse servir et être lu par les générations futures pour qu’elles comprennent ce pourquoi nous nous battons. Si elles le lisent, c’est que nous aurons vaincu. Dans le cas contraire, c’est que l’humanité aura péris…

Pour moi, il n’y avait eu de plus grand désastre que la mort de notre empereur bien aimé et la chute de Minas Tirith. Et pourtant, jour pour jour, six mois après que le vil Ennemi se soit assis sur le trône avant d’être renversé, Ils sont apparus.

Nul ne sait qui les a véritablement invoqués, ou par quel moyen ils ont réussis à surgir, ce qui est certain, c’est que le Mordor et l’Angband n’y sont pour rien car j’ai vu de mes propres yeux les généraux ennemis Les combattre avec autant de hargne que les notre.

Cependant, au vu de ce que je sais désormais, je peux raisonnablement poser l’hypothèse qu’Ils ont toujours été là, à l’affut de la moindre défaillance des Valars.
Les tsunamis qui ont dévastés les Havres gris, ou les tempêtes et tornades qui ont ravagés nos royaumes et détruit nos récoltes, et même les éboulements de mines chez les nains sont sans doute à l’origine d’un affaiblissement des défenses magiques qui entourent notre monde.
J’aurais tant aimé en débattre avec mon vieux maître mais il est trop tard pour cela, je dois me hâter si je veux finir…

Ils sont donc sortis des endroits où ils se cachaient, par bandes entières et se sont regroupés. Ils sont désormais une immense armée rassemblant tout ce qu’il y a eu de traitres, de dégénérés et de criminels que la Terre ait portée. Ils sont organisés en sections, en divisions, en armée et menés par d’immenses leaders.
Aucune épée, aucune muraille, aucune forteresses ne semblent pouvoir Les arrêter. J’en ai vu une simple dizaine prendre la vie en quelques instants d’une division entière d’orcs.
Seule la magie semble avoir un quelconque effet sur eux. Ainsi, Ils ne peuvent pénétrer dans les bois magique de Lorien, dans l’anneau de Melian, ni même d’ailleurs au Mordor ou dans les mines bardés de runes de la Moria. Mais ces défenses sont si minces et si risibles, que pourront- -elles lorsqu’Ils seront tous ensemble devant leurs frontières? Lorsque leurs millions d’êtres seront tous rassemblés ?

Les décrire m’est difficile mais il faut que le fasse. C’est la mission que m’a confié l’Empereur et je ne peux m’y soustraire.

Leur arrivée est un cauchemar, l’air se refroidit autour d’eux et un voile sombre vient envelopper l’horizon de son linceul tandis que toute lumière s'éteint. Un râle d’agonie jaillit de leur bouche ouvert sur l’infini alors qu’ils se jettent sur vous. Ils ne vous tuent pas d’un simple coup d’épée mais simplement en vous traversant, vos fonctions vitales cessent. Et cela, que s’ils vous combattent. Car leur plus grand jeu est de torturer les créatures vivantes. Décrire cela je ne puis mais les femmes portant une vie en elles semblent les attirer au plus haut point

(Une odeur fétide se dégage du livre à cet endroit ainsi que quelques tâches verdâtres)

Ils ont une forme humaine mais leur humanité s’arrêtent là. Leurs visages sont décharnés, leurs membres noueux et visqueux, leur corps est sans consistance et une lueur verte translucide les entoure. Le plus déroutant après leurs orbites vides qui vous contemplent est sans doute la vision du monde à travers leur corps. Un paysage magnifique devient lorsque vous regardez à travers eux un paysage de cauchemar, remplis d’ossements, de cris, de sang et de haine…

Car ils nous haïssent, s’il y a bien une chose dont je sois certain à leur sujet, c’est bien cela. Ils haïssent tout ce qui est vivant, du plus répugnant des orcs au plus magnifique des oiseaux.
Les hommes avec lesquels je suis escorté les appellent les morts, s’il est parfaitement adapté, le prononcer semble les attirer. Comme je l’écrivais plus haut, ils sont les fantômes des parjures et criminels envoyés dans le royaume des limbes. Désormais, ils en sont sortis et rien ne semble pouvoir les arréter.

Du moins, est-ce que je croyais. Mais, le nouvel Empereur, dans sa grande sagesses, m’a confié le soin de récolter toutes les informations disponibles sur Eux et de trouver comment les combattre. Et désormais, je pense avoir trouvé la solution. Puisse ceux qui liront mes lignes réussir à accomplir ce qui doit être fait…

Voici ce que j’ai trouvé dans un texte récent sur les meilleures armes de la forteresse de Cair Andrul, en Arnor :


    Les neufs lames de Hatori Hanzok

    Dans le royaume de Kazad Dûm, le nom de l'Archiforgeron résonne dans la bouche des naugrims comme celui d'une légende vivante, bien qu'il y ai plusieurs mois que celui ci ai disparu. Ses exploits sont nombreux pour la défense de la mine, et la qualité de ses lames possède une dimension épique et mythologique. Car les armes que forge Hanzok ne sont pas nombreuses et bien peu de mortels ont pu en contempler une dans leur vie, hormis ceux qui livrèrent bataille avec le forgeron.

    La première lame de Hatori Hanzok fut offerte à l'un des maître de l'Archiforgeron, Gildas Ederleïs. Elle fut cachée dans les forge de Nargothrond par l'artisan elfe . Celui ci aurait disparu lors d'un assaut sur Tol Sirion, mais son apprenti Solas connaît sans doute l'un des fils caché de ce coureur de jupons. L'un d'eux aurait reçu un grimoire contenant toutes les connaissances du forgeron elfe. Il se nommait Ulthar, et il fut lui même l'apprenti de Hatori Hanzok. L'Archiforgeron lui même ne sait pas où l'arme se trouve. Le grimoire fut déchiré en trois morceaux lorsque Solas le vendit à des voyageurs, mais le temps les rendit bientôt inutilisable: les trois frères étaient des voyageurs téméraires, et les intempéries fatiguaient le parchemin. L'un d'eux consigna donc les informations les plus importantes et les apprit par coeur. Ses frères le quittèrent pour mener leurs aventures plus loin. Au cours d'une soirée où il avait particulièrement bu, l'homme révéla l'un des secrets du grimoire: l'emplacement où reposait la lame de Hatori Hanzok offerte à Gildas. Il donna une information à trois voyageurs; au premier qui se nommait Dolan, il lui révéla le lieu du cimetière la plaine de Dagorlad. Au second qui avait pour nom Mitrian, il lui donna le nom d'une tombe: Arch Stanton . Au troisième, il indiqua un objet, un crâne percé d'un trou de flèche, et qui pointe une autre tombe. C'est là que repose l'arme de mort offerte à Gildas.

    La deuxième lame n'est en fait qu'une dague qu'utilisait Gahzza, le compagnon de Hatori Hanzok. Celui ci est mort lors de l'ultime combat lancé par son compagnon pour prendre d'assaut Cirith Ungol. L'arme repose donc dans un tas d'armure naines entassées quelque part dans un donjon de la tour.

    Lors de la première bataille de Kazad Dûm contre le tyran Algobar, Hanzok soutint la révolte et se joignit à l'armée d'Erebor. Mais sa communauté quitta les lieux avant la fin de la bataille, et offrit sa propre lame au roi d'Erebor. Thraïn est mort en se rendant en Angband, victime d'une démence sans nom. Il a été tué par des elfes, dans les marches de Maedhros, et y repose désormais sous un monticule de terre couvert d'herbe grasse. Une épée est plantée au sommet de la tombe et nulle rouille n'entâche la lame qui brille sous la faible lumière des terres du Nord. Malgré le fait que ce soit l'oeuvre d'un nain, l'arme ressemble a une des épées des grands forgerons elfes, car la création de Hanzok reflète encore ses inspirations et son apprentissage venant des elfes.

    La troisième épée, mais la quatrième lame, fut forgée pour le roi des edains, à l'époque du premier conseil de guerre de Dor-Lòmin,quand Hanzok avait installé un camp retranché en Ithilien, en prévision de l'assaut sur le Mordor. L'épée de Hador demeure égaré dans quelques salle des trésor de Cirith Ninniach.

    L'arme suivante fut vendu à la Bouche de Sauron à l'époque où le naugrim faisait du trafic d'arme avec le Mordor. Ayant rencontré le numénoréen noir dans une taverne d'Umbar, il fit un accord commercial et lui forgea sa cinquième arme de mort. Il l'apporta quelques temps plus tard en Mordor. Il semblerait qu'avec la mort de son propriétaire, l'arme soit passé entre les mains de son fils, le maréchal de Mordor, Toranur.

    C'est au cours de ses guerres contre le Harad que le forgeron naugrim perdit une nouvelle épée. Lors du duel entre Hatori Hanzok et Tulkor qui acheva le troisième raid de Hatori Hanzok, la sixième lame fut frappé par la foudre et alla se figer dans l'un des rochers immergés entourant les récifs. Ceux ci se trouvent au niveau de la pointe du golfe d'Umbar. Reconnaître les rochers est chose aisée: Hanzok avait taillé le roc de ses initiales en runes naines: YY .

    La septième lame fut plantée dans le roc de la falaise descendant du col de Caradhas: Hanzok était venu livrer duel contre Késil qui avait usurpé le trône et lors du combat ils chutèrent tous deux dans le vide. Le forgeron se servit de son arme pour arrêter sa chute. L'épée est depuis resté enfoncé dans la pierre, surplombant la vallée comme un tribu à la montagne.

    Une épée
    appartient encore à Hatori Hanzok qui vit retiré du Monde dans un manoir fortifié de l'Eregion. Il a cessé de forger des armes de guerre, et se livre désormais à la poésie et à l'écriture de ses mémoires. Il lui arrive pourtant de venir visiter son père en Kazad Dûm. Mais ces visites sont irrégulières et il s'écoule parfois des mois entre chaque visite.

    La dernière oeuvre
    que fit l'Archiforgeron de Kazad Dûm, fut offerte à son dernier compagnon d'arme, l'indien Epixarkoïs. Celui ci la porte avec lui, accroché à son dos et la sort en quelques occasions, mais rarement devant un public nombreux.



La suite est beaucoup plus intéressante. En effet, j’ai retrouvé un texte nain beaucoup plus technique écrit par un des compagnons de la compagnie des sept nains. Il y est écrit que Hatori Hanzok avait un plan plus grand que la simple vente d’arme et que dans chacune de ses œuvres se trouvait un morceau d’un immense pouvoir donné il y a longtemps par les elfes au guerrier naugrim Hatori Hanzok. Ainsi, pour que leurs pouvoirs soient utilisés de manière optimale, le texte le dit clairement, les lames doivent être portées côte à côte par neuf guerriers ayant un même objectif dans le cœur et l’esprit. Malheureusement, je n’ai pu avoir d’information plus précise sur la manière dont cela s’accomplit. Peut être que cet indien Epixarkoïs en sait un peu plus long.

La chandelle vient de s'éteindre et l'air de se refroidir. Mes mais commencent à trembler,je ne vais bientôt plus réussir à écrire car Ils arrivent, Ils arrivent…

(Les pages suivants sont blanches)


Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Bannie10

Les soldats vivent mais ne savent pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
https://rpglordoftherings.forumactif.com/t2301-une-vie-au-service
Gandalf le BlancNombre de messages : 1163
Age : 30
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gandalf le Blanc
Istar

MessageSujet: Re: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? EmptySam 4 Sep 2010 - 12:34
Les Morts ont disparu de la surface du monde, évanouis sous le souffle du mouvement d'une lame et d'une seule, Dormegil. Son possesseur, Beldorn, a mis fin à l'une des plus grandes menaces parcourant Arda par un unique coup porté. Que faut-il croire, désormais ? Fallait-il n'en tuer qu'Un pour que Tous disparaissent ? La lame du jeune Beldorn est-elle magique ? N'existerait-il pas une intelligence supérieure, une Puissance orchestrant tout ceci comme on le croyait jusqu'alors ?
Malgré les questions, malgré l'incompréhension, les peuples libres d'Arda ne peuvent que se réjouir d'être soulagés de ce funeste fardeau...

Pendant ce temps, les peuples nanesques sont cause et victime d'une intense agitation. La guerre opposant l'Erebor et l'Empire Oriental s'est terminée par l'initiative de l'Est et d'une volonté pourtant commune. Ces deux peuples, guerriers dans l'âme, peuvent-ils oublier les griefs de l'un pour l'autre ? A Khazad-Dûm, les préparatifs s'enchaînent à une vitesse effrénée et les Nains sauront bientôt quand porter les assauts définitifs sur les gobelins occupant jusqu'à présent la mine. Menés par Hatori Hanzok, ils cherchent désespérément des appuis de l'extérieur et notamment dans les royaumes Nains cousins de Belegost et de Nogrod. Si le premier accepte de se joindre à l'effort de guerre, le deuxième s'avère plus critique et plus violent à l'égard des réfugiés et clandestins de Khazad-Dûm qui sapent l'économie de la Cité... L'avenir des mines de la Moria s'avère encore incertain.

Manifestement, chez les Hommes comme chez les Elfes, les Sages d'Arda se sont réunis pour le Quatrième Conseil Blanc de son histoire et de vives tensions politiques s'expriment entre ces puissants Seigneurs. Les Nains n'ont pu se joindre au rassemblement, au même titre que l'Empire du Sud. Le Beleriand s'avère lui-même majoritairement calme et silencieux et bien peu d'Elfes ont souhaité se rendre au Conseil.
Pourtant, les menaces grandissent et se font plus vivaces...

Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Logo_c10

L'Angband s'est réveillé sous l'effet de la colère de son maître, Morgoth, et sème les prémices de la Destruction au Nord du Beleriand. Sauron répond à l'appel de son maître et mentor, sort de sa torpeur et s'apprête à donner l'ordre de faire résonner les tambours de guerre.
L'échiquier est en place, les pièces avancent...


Dernière édition par Gandalf le Blanc le Lun 7 Mar 2011 - 19:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
Gandalf le BlancNombre de messages : 1163
Age : 30
Date d'inscription : 09/06/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Bâton blanc d'if, Glamdring (épée)
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Gandalf le Blanc
Istar

MessageSujet: Re: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? EmptyLun 7 Mar 2011 - 19:29
Nul n'avait vu venir un tel désastre. Quand les forces de Morgoth avaient déferlé sur les royaumes elfiques du Beleriand, elles s'étaient heurtées aux armées des Premiers-Nés, rayonnantes d'une gloire qu'on ne leur avait pas connu depuis bien longtemps. Mais la force des Premiers Nés déclina dès lors qu'un premier et cuisant échec les frappa de plein fouet : la réputée et jusque-là imprenable forteresse d'Himring de Maedhros Russandol tomba finalement entre les mains des créatures de Morgoth au terme d'un siège écourté par les massacres d'Ancalagon le Noir, anéantissant par là-même les premiers remparts du Beleriand face à l'Angband. De bataille en bataille, ils tombaient, reculaient, faisant payer aux forces adverses le double, le triple de leurs pertes, sans qu'il parusse possible d'enrayer ce flot ininterrompu de guerriers grotesques. Bientôt, ils durent abandonner leurs cités, leurs royaumes. Bientôt, ils furent aux portes des royaumes Nains de Nogrod et Belegost, et forgèrent avec eux une alliance. Leurs armées coalisées remportèrent enfin une victoire lors de la bataille pour le Thargelion.

Mais l'euphorie fut de courte durée. Le coup de boutoir suivant les repoussa plus au Sud. Les Nains, peuple fier s'il en est, furent contraints de quitter leurs royaumes, de fuir les montagnes qui les avaient vu naître, ou de mourir, ce que choisirent de faire une partie d'entre eux. Nul ne revint jamais de l'héroïque charge des Nains à la Bataille du Gué de la Rivière Bruilthor, dont on ne connut jamais le déroulement que grâce aux yeux d'un Elfe. Cette bataille fut, comme tant d'autres dans cette guerre, un massacre comme on en connut peu: jamais les forces de Morgoth ne virent plus grande férocité se déchaîner contre eux, les Naugrim se lançant à corps perdu dans un combat qu'ils savaient perdu d'avance. Ils firent là un grand carnage d'Orques, mais même cet héroïque sacrifice ne semblait en mesure de mettre un terme à l'avancée des forces venues du Nord.

Les nouvelles parvinrent en Arnor, qui dut accueillir nombre de réfugiés, et de là se répandirent dans tout l'Ouistrenesse. Thais Lælias, Princesse Héritière de l'Empire, choisit alors ce moment pour prendre la succession de son père à la tête d'une des plus grandes nations des Hommes, et mit en branle la machine de guerre de son pays. Tandis que l'Angmar alignait ses forces pour tenter de résister à l'ouragan qui s'approchait, l'Ouistrenesse envoyait ses hommes au combat. Et quand les armées de Morgoth envahirent le Lindon, elles se heurtèrent à une force qu'elles n'auraient pas soupçonnée chez les Hommes. Près de trois cent mille hommes leur faisaient face, appuyés par les Elfes et les Nains qui avaient encore la volonté de se battre ainsi que par les Istari, soucieux de ne pas laisser le monde créé conjointement par les Ainur et le Créateur sombrer à la dérive. Ils brisèrent l'élan des forces de Morgoth dans la dernière bataille de cette envergure de la guerre, faisant subir des pertes telles à leurs ennemis qu'ils se débandèrent.

Pour autant, tous savaient qu'ils ne pourraient pas stopper indéfiniment l'avancée de leurs ennemis. Et tandis que toutes les armées mobilisées pour ce conflit se mettaient en branle pour contenir l'avancée de Morgoth partout où il tenterait une percée, les Peuples Libres commencèrent la construction de la plus formidable muraille à jamais avoir existé. Moins longue que les maintenant décrépis murs du Harad ou l'impossible muraille de l'Empire de l'Est, elle les ridiculisait dans ses dimensions. Elle était si haute et large, construit avec tant de soin par l'habileté conjointe des Numénoréens, des Elfes et des Nains, qu'on n'imaginait qu'elle put être mise à bas, sauf peut-être par une convulsion qui déchirerait la terre elle-même.

Pendant cinq ans, trois armées humaines se relayèrent pour protéger ce gigantesque chantier. Ils payèrent à cette guerre un lourd tribut, mais tinrent bon. Et quand le titanesque chantier fut enfin terminé, ils se replièrent derrière leur muraille, à travers la seule porte qui la perçât, et laissèrent là une forte garde.


Au Sud, l'Isengard avait été déserté par son souverain, le sage Curunir, qui avait quitté le front, puis sa tour dans la précipitation quelques mois avant le repli définitif des forces humaines derrière la Grande Muraille. Le pays était alors en crise: ses forces avaient pour une part payé le prix des combats, pour l'autre n'étaient pas mobilisées, et ils ressentirent le départ du Magicien comme un signe de leur destin à venir. Et ils ne se trompaient pas. Quand les armées impériales, menées par celle qu'on surnommait désormais la Dame de Fer de l'Ouistrenesse, franchirent à nouveau leurs frontières pour retourner chez elles, ils tentèrent de négocier sa clémence à leur égard. En vain. Laelias ordonna à ses armées de piller et tuer à travers tout le pays, transformant en quelques semaines une nation riche en un pays brisé. La population fut éparpillée aux quatre coins de l'Empire, on enlevât les jeunes enfants à leurs parents pour les éduquer comme des hommes du Gondor ou de l'Arnor, on tua ceux qui résistaient sans plus de cérémonie.

L'Ouistrenesse s'imposa alors comme la grande puissance des Peuples Libres: ses armées, mêmes épuisées par cinq années de conflit, avaient encore la force de détruire leurs ennemis. Les Elfes venaient de perdre certains de leurs royaumes les plus anciens, les Nains avaient perdu bien plus de guerriers qu'ils ne l'auraient voulu, ainsi que deux de leurs royaumes.

L'Erebor restant alors coupé du reste du monde par le siège des Orientaux, les Naugrim se réfugièrent dans le seul endroit qui fut encore assez vaste pour tous les contenir: le royaume souterrain de Khazad Dûm. Comme s'ils avaient entendu un appel de leur sombre créateur, les Gobelins y avaient redoublé d'activité, lançant des raids presque quotidien sur les bastions Nains, qui commençaient à faiblir. Pour eux, l'arrivée d'un flot de réfugiés et de guerriers fut une bénédiction, même s'il leur faudrait payer encore le prix du sang: ils s'engagèrent dans une lutte acharnée, et repoussèrent les Gobelins jusque dans le plus profond des mines, où quelques bandes se terrent encore...

À l'Est, Sauron vit là une occasion de faire enfin tomber le monde des Hommes, et tandis que les armées de Morgoth dévastaient le Beleriand, les siennes tentèrent d'occuper le Rhùn, évitant l'Ouistrenesse, défendue par l'imprenable Minas Tirith. Mais c'était sans compter sur la clairvoyance de Mithrandir qui parvint à raisonner les nains d'Erebor et les orientaux. Ainsi les armées de l'Œil furent repoussées lors du siège de Mistran. Les pertes furent lourdes des deux côtés et les armées du Mordor refluèrent suivit par les orientaux qui les repoussèrent au delà de leurs frontières.


Un nouvel âge commençait: celui de la domination des Hommes sur les Terres du Milieu. Une domination qui commençait dans le sang, et les larmes...
Revenir en haut Aller en bas
https://rpglordoftherings.forumactif.com/t1312-gandalf
MeinorNombre de messages : 2071
Age : 22
Date d'inscription : 11/07/2011

Feuille de personnage
Race: Homme
Possessions:
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Meinor
Gourou Noonoob / Recrut'Noob

MessageSujet: Re: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? EmptyJeu 5 Sep 2013 - 22:41
Le soleil... Symbole du déclin des elfes, de l'âge des hommes,... Mais les royaumes elfiques ne sont pas resté inactif pendant cette guerre froide entre les deux blocs. En Lorien, une mine a été ouverte ainsi qu'une grande tour, nommé Minas Galadh (la tour des arbres) protégeant les frontières du royaume de Galadriel, menacé par les orcs des monts Brûmeux. En effet ces derniers subissent les assauts des nains de la Moria. Pendant ce temps, l'Eregion restructurait son armée et lançais la construction d'une ligne défensive sur toute ses frontières ouest, nord et sud. Seul le Lindon, subissant le contrecoup des attaques de Morgoth, se contenta de panser ses blessures. Comme l'Erebor qui avait subit de lourdes pertes et resta en dehors de la diplomatie d'Arda. Pourtant, son voisin, l'Empire de l'Est, n'avait pas perdu sa soif de puissance et lorgnait avec intérêt l'embouchure de l'Audoin. Laissant le Rohan reprendre haleine face au attaques du Mordor

Mais la guerre ouverte est dangereuse et les deux empires sont de force égal... Enfin étaient, car le mariage de la "dame de fer" avec Toranur, le roi de l'Angmar, donne un avantage au Gondor. Avantage théorique, mais avantage quand même car le fils de la Bouche avait d'autres projets. La conquête de nouveau territoire avait ouvert l’appétit du Numénoréen noir, surtout quand on sait que Morgoth n'as pas (encore ?) les armées pour tenir en entier le Beleriand. Ils utiliseraient la flotte des pirates pour débarquer en Lindon et traverser le Mur. Malheureusement, ou heureusement tout dépend du point de vue, l'empire du sud est plongée dans une guerre civile sans espoir de fédération sauf par la force ou par une forte rémunération.

Mais l'attaque d'Othanc par le Mordor commença à changer cette situation, refroidissant le rêve de Krell et de Sefir qui, conscient du déclin de leur empire, préférèrent abandonner leurs espoirs de conquête pour protéger leurs frontières. Vakalor profita du retrait des troupes orientales pour aider le Gondor à anéantir ces gobelins qui n'attendaient qu'un signal pour foncer sur Mediseld. L'Impératrice et son fiancé eux prirent le reste de l'armée pour rejoindre la foire de Bree. Sensée rassemblé les peuples libres. Mais le fiasco qui s'ensuivit fut telle qu'il poussa les deux dirigeants à tenté autre chose pour ce placer comme les maîtres de la Terre du Milieu. Suivit de leurs soldats ils passèrent le mur... Le but ? Anéantir et, pourquoi pas, reconquérir une partie du Beleriand !

Pendant ce temps à Edoras, Thoered reprend son royaume en sous le regard blasé des puissances voisines. Car en Eregion, s'élève un nouveau mouvement: l'Artixë. De plus, avec la Lorien, les elfes ont les yeux rivés sur le Lindon où les havres sont assiégés par les armées de Morgoth Bauglir.

Et l'Erebor n'a pas oublié sa rancœur contre l'Empire de l'Est et l'alliance avec Kazad Dum n'a jamais été aussi forte. Surtout depuis que les Monts Brûmeux ont été débarrassé de sa racaille.

Le futur reste opaque aux yeux non averti, et le jeu des alliances peut être faussé quand un atout change de main. L'évasion d'Aragorn, la folie de sa fille et la disparition de Dolan vont-elles changées la donne ?
Revenir en haut Aller en bas
https://rpglordoftherings.forumactif.com/t7416-meinor-adaghan
ElrohirNombre de messages : 1361
Age : 33
Date d'inscription : 06/07/2013

Feuille de personnage
Race: Semi-Elfe
Possessions: Couronne argentée et tunique princière.
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Elrohir
Seigneur d'Imladris

Seigneur d'Imladris
MessageSujet: Re: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? EmptyJeu 10 Avr 2014 - 8:24
Les choses peuvent rapidement changer en terre du milieu. Une coalition regroupant les elfes et les nains vit le jour pour combattre l'envahisseur du Rhûn qui occupait la forêt noire de mirkwood. Ils furent rapidement rejoins par le Rohan sous l’égide de leur régent Theored. Des batailles sanglantes eurent lieu près de la forêt notamment celle de Dol guldur entre la coalition et les forces de Séfir, et la batailles des terres brunes entre les cavaliers de Kell et les rohirrims. Après des semaines de batailles acharnées et par des négociation et traités de paix avec les orientaux, Mirkwood fut enfin libérée. Les conséquence de cette guerre mené par la coalition furent nombreuses. La création d'une Fédération Elfique regroupant la Lorien, l'Eregion, le Val d'Andoin et Mirkwood, vit le jour et une armée expéditionnaire fut mise en place par Elrohir le fils d'Elrond. Du côté naugrim, l'Erebor récupéra sous son protectorat Dâle et Esgaroth, tout en annexant les monts de Fer et la lande de terre entre les deux massifs. Puis le Rohan scella une alliance avec les elfes de Lorien. Rentré en son royaume, le régent fut rapidement élu Roi par son peuple et c'est ainsi que les rohirrims couronnèrent Theored comme "Roi Eothain du Rohan".

Mais la paix n'était pas acquise pour autant. L'ombre du Mordor se faisait de plus en plus puissante sous le commandement de Sauron. Et son alliance avec Saroumane n’arrangeait en rien les choses notamment pour Angmar. Ce royaume orphelin de son souverain Toranur tomba peu à peu aux mains du magiciens corrompu qui insuffla un mouvement de révolte au sein du royaume. Les Istaris quand a eux, Gandalf, Allatar, Palando revinrent des contrées orientales pour guider les peuples de la Terre du Milieu et aider, avec Radagast, à vaincre les maléfices autour de Dol-Guldur, forteresse désormais aux mains de la Fédération Elfique.

La guerre fit rage en Arnor également. L'impératrice Thais Laelias mena d'une main de fer les troupes qui lui étaient fidèles au grand malheur de certains peuples comme les hobbits. C'est donc déchiré, et en guerre civile contre Thais, que les forces du Tar Elessar, menées par Alcibiade et Eldarion, entrèrent en guerre contre l'impératrice au Tertre Brun. Ils furent vainqueur notamment grâce à leurs alliés venus du Rohan et du Harad. Les haradrims n'étaient pas là par bonté, il s'agissait en fait d'un marché conclu entre la nouvelle impératrice Azuul Li et Alcibiade, l'amiral du gondor qui avait réussi à contrecarrer ses plans avant d'en tirer profit pour libérer son peuple.



Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Sigelr10
Revenir en haut Aller en bas
https://rpglordoftherings.forumactif.com/t5388-presentation-d-elr
NilùNombre de messages : 2621
Age : 20
Date d'inscription : 31/05/2013

Feuille de personnage
Race: Humaine
Possessions: Épée et bagage
Statut: Joueur(se) inactif(ve)
Nilù
Curio'Noob

MessageSujet: Re: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? EmptySam 21 Nov 2015 - 18:20
Depuis des années la paix règne sur la Terre du Milieu. Protégés de Morgoth par un rempart que tout le monde pense infranchissable, les Peuples Libres ont bâti leurs vies proche de l’ennemi sans jamais s’en inquiéter. Le Valar est peu à peu tombé dans l’oubli, pour se retrouver au rang de simple mythe. Pourtant, au-delà  du Mur, Morgoth nourrissait de sombres projets. Ses troupes n’ont eu de cesse de parcourir les nombreux tunnels des cités naines de l’Ered Luin à la recherche de passages menant de l’autre côté des montagnes. Ses ingénieurs tentaient d’élaborer un moyen d’ébranler le Mur qui empêchait la Terre du Milieu de sombrer dans le chaos. Sous l’impatience grandissante de leur Maître, les troupes orques, à force d’acharnement, réussirent à créer une brèche dans les fondations de l’édifice. Le trou formé au nord des Montagnes Bleues permettait le passage de petits contingents ennemis.

Des compagnies d’orques ont alors traversé pour la première fois depuis plus d’une décennie le Mur avec un objectif : se rendre en Angmar afin  d’établir la communication avec les troupes de Sauron déjà sur place. Le gros des forces a ensuite envahi le royaume, tuant ou forçant la fuite des derniers humains. Ils se rassemblèrent dans des campements fortifiés à travers tout le royaume faisant de l’Angmar un véritable camp de guerre. Depuis la forteresse de Carn Dum, Manaldur, lieutenant de Morgoth, dirige une dizaine de milliers de soldats, prêts à conquérir la terre du milieu. L’arnor, l’Eregion et les Montagnes Brumeuses sont en ligne de mire des troupes d’Angband. Cette nouvelle menace concerne donc tous les Peuples Libres qui devront s’unir sous peine de voir leurs terres réduites à néant.



Les dirigeants, présents au conseil des peuples libres, suivirent les conseils avisés de Gandalf le blanc : ne pas se jeter dans la gueule du loup mais au contraire se préparer à défendre les frontières des créatures de Morgoth. C'est ce qui fut fait par les elfes d'Eregion. Elrohir le seigneur du royaume alla quérir l'aide logistique et technique des nains pour bâtir plusieurs fortifications et tours de gardes sur les frontières nord du Royaume. Imaginez la qualité de ces construction alliant l'ingéniosité des nains et le savoir faire des Noldor dans la construction de forteresses. Bien-sûr, l'ennemi tenta de les en dissuader par la force mais l'armée fédérale en venait à bout facilement tout en sachant que l'ennemi n'avait pas l'intention de donner un véritable assaut de grande envergure. Du moins pas de si tôt...

Si l'Eregion subit quelques assauts, l'Arnor fut le théâtre de biens d'expéditions meurtrières venues d'Angmar. Tous les villages au nord de Fornost brulèrent sous le joug des troupes de Morgoth. Mais l'ennemi ne semblait pas vouloir s'enfoncer plus loin en Eriador et se cantonna lui aussi à bâtir quelques camps non loin des frontières avec Angmar. Cette situation aurait put être gérable pour l'empereur Aragorn si le Mordor n'avait pas décidé de se lancer dans une offensive vouée à l’échec mais suffisante pour déstabiliser l'empereur. Certainement un plan de Sauron pour affaiblir le puissant empire de l'ouest. Un plan qui fonctionna à merveille car Aragorn, par peur de devoir combattre sur deux fronts, décida de dissoudre son empire pour se terrer au gondor. Un royaume bien assez grand pour contenir ceux qui voulaient fuir l'Eriador, et qui pouvait compter sur le Rohan son allié, pour les aider à se défendre en cas d'attaque. Ainsi disparut le grand empire de l'ouest au profit d'un Gondor plus fort. Les terres de la trouée du Rohan ainsi que l'Isengard furent alors annexés au royaume de la marche qui prit en charge leur défense. L'Eriador devint un terre neutre et sans gouvernement, nombreux furent ceux préférant fuir que de risquer de voir déferler la sombre vague venue du nord.
Cette inquiétude affecta certes les hommes, mais aussi les elfes...

Beaucoup d'entre eux décidèrent de quitter la terre du milieu pour rejoindre les terres immortelles, ou la paix et la protection des Valar les attendaient. Cet exode eut de lourdes conséquences pour la fédération elfique. Thranduil décida de se désolidariser de la fédération en s'enfermant dans ses halls s'y pensant à l'abri de toute menace. Ainsi la forêt de Mirkwood devint à nouveau sauvage et inhabitée hormis en sous terrain. La Lorien et l'Eregion virent leurs populations se réduire de moitié et leurs superficies s'en ressentit. Les terres de la Lorien se limitaient à la forêt homonyme tandis que l'Eregion se regroupait au nord. Ost-in-edhil était désertée et seuls quelques forgerons hardis y restaient par attachement à cette belle cité d'antan. Elrohir ne contrôlait désormais plus que les alentours d'Imladris (des landes d'etten jusqu’à la jointure entre la bruinen et la Fontgrise). La présence des elfes en arda s'amenuisait peu à peu. Seuls les plus dévoués à la terre du milieu restèrent.

Les royaumes nains, quant à eux, ont proliféré durant ses années. Borgïn le souverain de Khazad-Dum a étendu son royaume plus au nord sous les monts brumeux. Une expansion permettant de trouver d'autres filons de mithril et autres minéraux très appréciés. Le roi Kili d'Erebor, quand à lui, a préféré privilégié l'accès aux routes commerciales pour établir de futurs liens avec les royaumes plus au sud. Ainsi les nains ont construit un avant poste dans les montagnes grises leur permettant également de relier l'anduin par voie fluviale depuis la montagne solitaire.
Le Rhùn, royaume des orientaux, à bien changé depuis la fin de Krell. Le nouveau souverain Arthan Llstyn à reçu le roi Eothain du Rohan pour signer un pacte d'alliance entre les deux anciens royaumes ennemis. Les autres peuples ont aussi fait un pas envers ce royaume pour mieux l'accueillir parmi les peuples libres.

A contrario, le Harad se terre toujours dans son royaume, ayant pour seul allié le Mordor. Les liens entre les deux royaumes semblent s'être resserrés ces dernières années, si bien que le Gondor surveille étroitement ses frontières sud au cas ou des mouvements suspects seraient observé. Quant au Mordor, hormis son attaque plus ou moins factice sur le Gondor, Sauron a semblé vouloir rester discret ses derniers temps. Certainement que le seigneur de la porte noire échafaude des plans bien plus sournois qu'un affrontement de troupes pour arriver à semer la discorde chez les peuples libres.



Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Feaub10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Elroub10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Eldaub10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Bardeu10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Poldiu10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Zaza10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Sildau10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Xsnar10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Xtark10Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Xthran10
Revenir en haut Aller en bas
https://rpglordoftherings.forumactif.com/t6073-nilu-enie
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?   Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]
» Village Hentaï
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: Contexte : Que s'est-il passé jusqu'à maintenant ? N448 :: Bibliothèque-