Soyez les bienvenus sur la Terre du Milieu !
Venez voter sur les top sites !

Partagez
 

 L'expédition naugrim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMer 7 Mar 2012 - 18:39
Cela faisait maintenant prêt de neuf jours que la caravane naugrim avait quitté le bastion septentrionale de Kumbalgar. Ils s'étaient fatigués le long de chemins boueux rendus peu praticables par les pluies torrentielles qui avaient sévi. La plupart des membres étaient trempés jusqu'à la moelle, mais rien n'aurait put ralentir l'avancée des nains. Theophraïn le chef du corps expéditionnaire haranguait ses hommes à tout bout de champ afin de leur rendre courage en dépits du temps maussade et déprimant. Et finalement, la route allait son cours, et peu à peu la colonne de nains s'enfonçait dans les terres du Rhovanion Ouest. Ils demeuraient cependant à proximité des montagnes, craignant davantage les patrouilles orientales que les hordes gobelines infestant les versants Est des Monts Brumeux. Leur allié était leur discrétion et après cinq jours de marches, sur les conseils d'Artaxerxias, on décida de faire la route de nuit.
En effet, le maitre des runes connaissait les étoiles mieux que quiconque et par ses savants calculs, il établissait peu à peu une route à suivre qui s'avéra des plus exacts. Même de jours, seul un guide local eut put mieux les conduire. La nuit, au petit matin, quand la marche était achevée, ils s'installaient au cœur d'un bois pour mieux y trouver le sommeil et demeurer dissimulés au yeux des éventuels fouineurs. Et c'est lors d'une de ses journées de repos que l'une des sentinelles fut intrigué par l'approche d'une troupe de gens de l'Est. Ils ne parvinrent pas à découvrir les nains, mais la crainte de ces derniers fut telle, qu'ils décidèrent de se rapprocher des montagnes et des gobelins plutôt que de risquer d'alerter les garnisons orientales installées dans les environs. Ce fut un choix difficile pour Artaxerxias qui redoutait de plus en plus une attaque des gobelins. Ils poursuivirent donc leur périple au travers de vallées escarpées au lieu de bois florissant et sauvages. Plus ils gagnaient le nord et plus le froid se faisait virulent. Mais par chance, les orcs demeuraient invisibles, et ils purent ainsi progresser sur prêt de cent milles.

Il leur arrivait de tomber sur des villages abandonnés, depuis longtemps dévastés par les gobelins et les trolls. Ils tombèrent même sur l'une de ces créatures pétrifiée par le jour. Theophraïn, en guise d'intimidation ordonna que l'on décapite le monstre de pierre. Ils ne purent évidemment le faire d'une large coup d'épée, mais le travail à la pioche des artisans nains s'avéra efficace et bientôt sa tête roula à terre. Ils se remirent en chemin après cela mais ne virent pas les yeux, plus hauts dans les rochers, qui les épiaient. C'est alors que la traque commença.

Ayant doublé depuis longtemps le dernier poste orientale connu des caravaniers, ils purent regagner les plaines plus vertes du Val d'Anduin. Ils tombèrent même sur un village hobbit, mais l'évitèrent avec soin, ne sachant si des orientaux s'y trouvaient. Ils y dépêchèrent tout de même un guide, celui issu originaire du Rhovanion dont l'accent n'éveillerai pas les soupçons. Il revint avec quelques vivres frais, des fruits secs en majeur partie, ayant en plus acheté deux cochons qu'il tenaient en laisse du bout d'une corde.

Finalement, Theophraïn estima qu'il ne devait pas rester plus de cinq jours de marche. Ses calculs plaçaient le lieux de la chute quelque part aux abords de la forêt noir. Mais auparavant, ils parvinrent dans une région étrange, un peu marécageuse. Quand ils se trouvèrent à sa lisière, ils choisirent de demeurer une nuit à l'extérieur car ils ne désiraient pas dormir au milieu de ce lieu humide et inconfortable. Ils trouvèrent alors un fond de vallon plus à l’abri. De larges rochers escarpés en limitaient l'accès. C'était quelque peu risqué d'y demeurer car en cas d'assaut ils ne pourraient s'échapper, mais ils n'avaient guère le choix. Ils firent donc de leur mieux pour en fortifier l’accès à l'aide de large pierre plate qui se trouvaient ça et là. Ils les empilèrent avec soin, et après trois heure de travail, le parapet dressé était plus qu'honorable, digne du savoir faire naugrim. Certains tailleurs de pierre avaient même poussé le vice jusqu'à ajuster certains blocs d'un savant coup de pioche. Ils placèrent les montures au fond du gouffre et s'installèrent pour la nuit.
Pour plus de sureté, Theophraïn ordonna de renforcer le tour de garde. Les quelques éclaireurs ainsi que l'unique Noldor prirent position dans des bosquets ou bien au sommet de grands arbres d'où ils pourraient veiller au alentours plus aisément. Quand la nuit fut tombé, le Grand Maître des Runes autorisa le cuisinier à faire du feu. La profondeur du vallon rendait la lueur presque invisible, et le ciel couvert dissimulait le panache de fumée qui s'élevait droit vers les étoiles invisibles. Ils festoyèrent avec enthousiasme, certains qu'ils étaient de presque toucher au but. Puis, dans le silence de la nuit, ils s'endormirent d'un sommeil paisible.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyJeu 22 Mar 2012 - 19:01
Au petit matin, une brume laiteuse s'était engouffré dans la ravine. On voyait à peine le sommet des rochers, et tout juste le bout du défilé. Les membres de la caravanes s'éveillèrent uns à un. Rien ne pressait en cette journée. Théophraïn tint conseil avec les principaux conseillers de l’expédition. Il fut convenu qu'il était inutile de poursuivre plus avant et que le lieux était idéal pour commencer les recherches dans les alentours. La troupe devait se diviser en plusieurs équipes : l'essentiel des caravaniers demeurerait dans le gouffre pour mieux établir leur position. Un petit groupe irait pour sa part chasser afin de pouvoir économiser les vivres en cas délais supplémentaire nécessaire aux recherches. Les éclaireurs et les pisteurs se sépareraient en plusieurs équipes pour parcourir les environs et rechercher la pierre céleste. Ainsi chacun s'attela à sa tâche tout au long de la journée : certains renforcèrent le mur qui gardait l'entrée du gouffre et creusèrent un fossé, d'autres construisirent un four à l'aide de pierre plates. La structure permettrait de mieux dissimuler la fumée des feux. La consigne était de limiter le bruit à son maximum afin que nul signe ne puisse donner l'alerte aux orientaux.
De leur côté, les chasseurs parvinrent à tuer deux chevreuils, ainsi que quatre lièvres, dont l'un pesait plus de dix livres. Ils revinrent avec quelques bais sauvages qui servirent le soir même pour assaisonner le gibier. Cependant, de leur côté, les « explorateurs » revinrent sans la moindre piste ni le indice. Mais l'expédition choisit de ne pas désespérer : ce n'était que le premier jour de recherche, et jusqu'à ce jour, les Valars s'étaient montrés favorables à leur entreprise puisque rien n'était venu les menacer. Ils festoyèrent donc d'un appétit d'ogre et allèrent ensuite se coucher.


Théophraïn s'endormit d'un sommeil profond. Après quelques heures il se trouvait plongé dans un rêve étrange qu'il oublia lors d'un réveil brutal : c'était la main d'Artaxerxias qui le secouait vigoureusement tout en criant son nom. En quelques secondes, il retrouva ses esprits et constata que des cris résonnaient de toute part. Des orcs les avaient suivis depuis les Monts Brumeux et avaient profité de leur position pour lancer l'assaut. Par chance, les naugrims avaient anticipés une telle éventualité, bien qu'ils se soient d'avantage attendus à la venue d'orientaux qu'à celle de gobelins en maraude.

Le capitaine des Régiments Indigènes l'avait à peine mis sur ses jambes qu'il le laissait déjà pour se rendre au mur de fortune que les nains avaient érigé à l'aide de gros blocs de pierre et de troncs d'arbres coupés pour l'occasion. Le Grand Maitre des Runes revêtit sa cotte d'arme et ajusta son heaume avant de gagner à son tour le lieux des combats. Deux nains étaient déjà tombés, un autre blessé gisait à terre tandis qu'Artaxerxias défendait son corps tant bien que mal, repoussant les assaillants à grands moulinets d'épée. Il n'était pas le duelliste des compagnies pour rien, mais le nombre risquait de l'emporter sur son talent, si bien que Théophraïn s'élança vers lui pour lui porter secours. Il brandit sa lourde hache, gravée de sceaux runiques, et la fit tournoyer avant de l’abattre dans sa course sur le crâne du gobelin le plus proche. Une mêlée s'engagea et les nains furent bientôt plus nombreux à mesure qu'ils s'étaient réveillé. Ils prirent position sur le mur et dressèrent une barrière avec leurs boucliers et leurs larges pavois. Quelques flèches sifflèrent, mais elle n'eurent aucun effet sinon de se planter dans les défenses ou de ricocher sur la pierre. Les nains répliquèrent de quelques tirs d'arbalètes. Finalement l'assaut des orcs faiblit et les nains purent souffler quelques instants.

Il devait alors être presque cinq heure. Le matin serait là dans deux longues heures et il fallait que les nains puissent tenir. La seconde vague ne tarderait pas à arriver. Ils se reposèrent une seconde, et l'on rechargea les arbalètes. On en profita aussi pour dresser, en plein milieu du chemin, un empilement avec les corps des orcs morts qui emplissaient le fossé. De l'arrière un naugrim arriva avec de longues perches qui servait pour le transports à dos de mule. Mais après quelques coups de lame, ils se révélèrent d'utiles pieux que les nains disposèrent le long du mur. Le second assaut ne tarda pas et bientôt une fureur retentit tandis que les gobelins dévalaient la pente à grande vitesse.

À nouveau le combat s'engagea, mais cette fois les naugrims étaient prêt et sur leur garde. Ils tuèrent un grand nombre d'orcs et en retour ne subir que peu de pertes, mais bientôt de orcs plus grands et plus forts se présentèrent au rempart. L'un d'eux parvint à frapper Théophraïn à la tête qui ne dut son salut qu'à son heaume d'excellente facture. De son côté Artaxerxis qui était de grande taille n'eu aucun mal à faire le vide autour de lui. Il les décapitait de ses parades habiles, tranchait leurs membres dans des feintes sournoises et, du revers de son bouclier, frappait au visages ceux qui avaient le malheur de s'approcher trop vite. Mais quelques nains tombèrent et les orcs franchirent le mur. Ils parvinrent à déborder les nains qui pour éviter d'être encerclé durent faire mouvement de retraite. Peu à peu ils se mirent à reculer jusqu'à atteindre le fond du gouffre où les montures se trouvaient. Ils repoussèrent celle ci qui bousculèrent les orcs dans leur fuite. Il s'en suivit une grande confusion dont les nains profitèrent pour reformer leur rangs. Ils n'étaient guère plus que la moitié de leur effectif initial, c'est à dire une vingtaine. Les orcs relancèrent leur assaut. Le choc fut violent et les nains se battirent avec l'énergie du désespoir. Seul un miracle pouvait les sauver...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMar 27 Mar 2012 - 18:20
Cela faisait maintenant plusieurs jours que Radagast avait senti cette force immense et maléfique se dégager de Dol Guldur. Lindar, son corbeau était revenu de la forteresse maudite avec un message des plus inquiétants, la magie noire qui était à l’œuvre en ce lieu maudit était l’œuvre des chamans du Rhùn qui étaient parvenu à ressusciter Krell, le fléau de l’Est. La nouvelle était des plus alarmantes et elle plongea l’esprit du magicien dans un mutisme inhabituel. Plusieurs jours durant, il était resté seul à Rhosgobel, assis à même le sol questionnant sa déesse bien aimée à la recherche d’une de réponses et de solutions. Depuis son arrivée en Terre du Milieu, l’Istar était resté éloigné des soucis des Hommes et des Elfes, préférant la compagnie des animaux, esprits purs et simples lui rappelant éternellement sa chère Mère, plutôt que l’esprit perverti, sombre et enorgueilli qu’il avait pu sentir chez les hommes. Mais aujourd’hui tout semblait différent, toute cette philosophie d’une vie simple en accord avec les fils de Yavanna semblait si dérisoire à la vue des récents événements.

Les orientaux avaient chassés tout semblant de vie aux abords de Dol-Guldur et ainsi le sud de la forêt s’était vidé, devenant un simple bois fantôme, vide d’âme, alors qu’il était un lieu si paisible et plein de vie dans des temps plus reculés et qui semblaient maintenant si lointain. La disparition de ses amies ne l’avait pas plongé dans une colère noire comme il aurait pu être normal de croire, mais plutôt dans un état d’incompréhension totale. Pourquoi tous ces êtres ne pouvaient-ils vivre en harmonie sur Arda ? Pourquoi des problèmes d’orgueil venaient-ils empêcher le bonheur de rayonner partout sur les Terres du Milieu ? Il resta des jours durant à questionner Yavanna, à chercher des réponses à des questions pourtant si simple. La fatigue pouvait se lire sur son visage dont les traits devinrent plus marqués et sa silhouette s’affinait au fil des jours et des nuits qui passaient sans que l’Istar ne réalise le moindre mouvement. Sa retraite spirituelle était une véritable remise en question de tout ce en quoi il pensait bon de croire. Il avait bâti son existence dans le plus pur respect des enseignements de sa déesse et pourtant si cette philosophie de vie était si efficace et porteuse de bonheur et de sérénité quand il se trouvait à l’Ouest à Valinor, il était maintenant impossible pour lui de rester neutre dans ces conflits qui causaient tant de mal et de souffrance sur ces terres.

Radagast sorti de sa méditation après sept jours et nuits d’intense réflexion, avec une seule idée en tête : protéger ses compagnons de la forêt noire et toutes les autres bêtes qui ne peuvent qu’être spectateurs face à l’ampleur du mal qui sévit sur cette terre. Il devait se battre pour la liberté de ces êtres qui ne peuvent rien faire face aux forces et aux desseins obscures des plus corrompus. Si Mère Yavanna l’avait mené sur cette terre, c’était bien pour défendre ce qu’elle avait mis tant de temps à créer.

C’est à ce moment que Lindar, content de voir son vieil ami revenir parmi les siens vint se poser sur l’épaule de l’Istar. Le magicien s’empressa de caresser le plumage noir du corbeau, trouvant du réconfort auprès de son plus fidèle ami. Il avait un message pour le magicien, lui annonçant qu’un convoi composé de fils d’Aulë arrivait dans le Val d’Anduin et avait installé son campement dans une ravine à l’orée des marécages. Les dernières troupes de nains qu’il avait vues voyageaient dans l’autre sens tentant de fuir l’Empire de l’Est. La destination de ce groupe intrigua le magicien et il décida d’aller à leur rencontre afin de connaître leur dessein. Il était maintenant bien décidé à protéger ce bout de terre où il s’était installé il y a de cela de si nombreuses lunes et ainsi pouvoir offrir un peu de repos à ces occupants traumatisés par les événements récents.

L’Istar connaissait ces terres comme sa propre demeure et accompagné de Lindar qui décrivait des cercles au-dessus de lui, il prit la route vers les marécages. Avant même d’avoir atteint le lieu-dit, il fut surpris d’entendre les tintements du fer sur le fer et les cris de rage si caractéristique d’un affrontement portés en écho par les monts environnants. Comprenant qu’une bataille avait éclaté dans la ravine, Radagast pressa le pas. Il envoya en reconnaissance Lindar accompagné de ces corbeaux. Ces derniers ne tardèrent pas à atteindre les lieux de la bataille, comprenant avec effroi que le convoi de nain était en train de se faire massacrer par des hordes de gobelins des Monts Brumeux. Le magicien apprenant la nouvelle après le retour de Lindar à ces cotés s’immobilisa. Réfléchissant rapidement à une solution, il se tourna vers les Monts Brumeux de l’autre côté de l’Anduin et il fit appel dans de longues complaintes dans une langue inconnue des hommes ou des elfes, aux troupeaux d’aurochs qui vivaient dans la basse montagne. Sa voix était puissante et ses paroles portaient de l'autre coté du fleuve, aux pieds des Monts Brumeux. Pour lui il était impossible d’arriver à temps mais une horde d’aurochs au pas de charge pourrait être assez rapide et décimer les rangs gobelins. Bientôt les longues complaintes des bovins vinrent faire écho aux paroles du magicien et il comprit en voyant un nuage de poussière s’élever à l’Ouest que ces animaux avaient entendu son appel et y avaient répondu. Le magicien envoya également ses corbeaux conduit par Lindar vers la ravine. Il ne lui restait plus qu’à espérer que ces nains tiendraient suffisamment longtemps pour permettre au magicien d’arriver sur les lieux de la bataille.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMer 28 Mar 2012 - 16:00
Théophraïn se battait avec force et rage. S'il devait tomber en ce lieu, un trou gris et sombre où le soleil ne lançait que de rares rayons, il tâcherait de faire regretter au orcs le prix de son sang. De tout côté sa hache s’abattait pour fendre les orcs, enfonçant leur crâne dans leurs épaules, brisant les boucliers les plus solides. Seuls les meilleurs guerriers étaient encore debout. Perché sur un rocher, l'éclaireur noldor faisait tintait son arc, aidé par les coureurs du Rhovanion. Leurs flèches permettait de rompre la marée durant quelques secondes. Mais il seraient bientôt à cours de munitions.
Voyant cela, Artaxerxcias, qui par ses mouvements nets et précis faisait le vide autour de lui, décida dans un ultime effort de lancer une contre attaque pour rejeter les orcs au lieu le plus étroit de la ravine. Dans une série de moulinets dévastateurs, il parvint à faire reculer les orcs. Animés d'une fureur sans nom, il poussa un cris de rage tel que les gobelins en furent effrayés et hésitèrent un instant. Ce fut le moment que l'escrimeur attendait. Il poursuivit sa charge et ses ennemis se débandèrent, croyant avoir affaire à un fou furieux ayant choisit de mourir en emportant le plus d'entre eux. Les nains en profitèrent alors pour regagner du terrain et reformer le mur de boucliers.

Le maitre des runes quand à lui, épuisé, souffla une seconde. Il n'avait plus toute sa force d'antan, et la violence du combat l'avait presque épuisé. Il leva les yeux au ciel et c'est alors qu'il constata un vol de corbeaux et d'oiseaux en grand nombre qui tournoyaient au dessus d'eux. Assurément ce ne pouvait être des alliés des orcs, c'est donc qu'ils avaient attiré l'attention de quelque chose de plus mystérieux. Les nains, depuis toujours entretenaient de bonnes relations avec les corbeaux et aimaient à dialoguer avec eux. Théophraïn perçu donc leur venue comme un signe d'espoir et reprit courage. Il fit voir à tous le bon présage et ensemble, ils redoublèrent d'effort.
Les orcs s'étaient regroupés et avaient reformés leur rangs afin de porter l'ultime attaque. Les naugrims en conséquence se tinrent prêt. Mais bientôt un bruit étrange leur parvint : un grondement forcé, un tremblement du sol qui résonnaient même dans les rochers. Un nain colla son oreille contre la pierre pour écoutait son chant instructeur. Et il n'hésita guère avant de tirer une conclusion :

« C'est une charge ! De cavaliers, de guerriers en armure lourde, je ne sais, mais elle se dirige dans notre direction et leur pas est pesant... »

Theopraïn hésita une seconde. Une complainte animale, comme un brame au son plus grave et plus épais, leur parvint, peut être le son d'un cor. D'autres lui répondirent. Mais les nains ignoraient toujours quelle pouvait être ces nouveaux arrivant, et du fond de la ravine, il ne voyaient guère les alentours, ne sachant pas s'il s'agissait d'ennemis ou d'alliés opportuns. Il fallait prendre une décision au plus vite. Si la charge s'engageait dans la ravine et balayait les orcs, ils seraient écrasés de la même manière que leur ennemis. Si les orcs se retiraient auparavant pour laisser passé ce qui pouvait être des trolls ou des chevaucheurs de wargs, alors les nains étaient condamnés...

C'est alors que l'elfe manifesta à nouveau son talent : dans la paroi, à mi hauteur, une large brèche fendait la pierre. Elle ne permettait pas de sortir du gouffre mais ils pourraient s’abriter dedans, à condition bien sur d'y parvenir. L'elfe était cependant d'une agilité surprenante et il assura aux autre qu'il pouvait s'y hisser et leur tendre des cordes.
Les orcs grondaient aussi et il fallait faire vite. Heureusement en mois quelques, le noldor accomplit l'escalade (qui n'était en fait haute que de sept pas). On lui lança des tresses de chanvre et il aida le premier naugrim à se monter à son tour. Mais la charge des orcs avait commencé. Les nains tinrent bon le mur de bouclier et le combat reprit, tandis que peu à peu les naugrims s'éclipsaient pour grimper.

Cependant les derniers auraient les gobelins au trousse et ne pourrait parvenir en haut. Artaxerxias redoubla d'effort et parvint à repousser l'ennemi. Et bientôt il se trouva seul en compagnie de Théophrain à batailler avec l'énergie du désespoir. Le grondement était à présent très proche. Le Grand Maitre des runes ordonna alors au capitaine de gagner à son tour le promontoire, mais l'homme ne voulait se résoudre à abandonner son compagnon. Il frappait de tout ses forces et nombres d'orcs tombèrent, reconnaissant celui qui les avait déjà mis en déroute. Les orcs reculèrent et des archers s'avancèrent parmi eux. Ils tirèrent une courte volée. Le grand haradrim parvint à s'abriter derrière son grand pavois, mais une flèche trouva une faille dans l'armure du naugrim, frappant à l'épaule. Il hurla avant d'arracher la flèche.

« À présent rejoint les autres, je te l'ordonne. Et mène jusqu'à son terme notre mission. »

Le Maitre des runes dit cela et s'élança vers les orcs en hurlant « Baruk Khazad! Khazad ai-menu ». Les autres nains, impuissant reprirent en cœur son cris. Le bretteur haradrim quand à lui s'élança vers les parois et attrapa une corde, profitant du sacrifice de son ami. Les autres naugrims le hissèrent et parvenu en haut il se retourna pour voir Théophraïn tomber sous les coups des orcs. Au bout du défilé, un nuage de poussière pénétrait accompagné d'un tumulte sans nom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMer 28 Mar 2012 - 17:48
Les pas du magicien se faisaient de plus en plus pressants. Malgré son apparence de vieil hermite, il n’en restait pas moins un élu des Valar, sa foulée était légère et son pas rapide. Il ne tarda pas à arriver en vision du gouffre où se déroulait la bataille. Ses oiseaux formaient un nuage noir au-dessus de la ravine et le nuage de poussière soulevé par le piétement des aurochs bloquait la vision de l’Istar. Le temps qu’il arrive, le troupeau aura déjà chargé le gouffre et alors tous ceux qui n’avaient pas pu s’abriter seront irrémédiablement submergés par la force et le nombre des bovins. Il espérait seulement que les nains alertés par le bruit provoqué avaient eu le temps de quitter la ravine. Avec le peu de seconde qu’il avait eu pour réfléchir et agir, Radagast avait trouvé cette solution la plus appropriée. Il ne pouvait pas se permettre de laisser les gobelins descendre des Monts Brumeux pour venir piller les voyageurs. S’ils s’en sortaient, les attaques de ce genre se multiplieraient dans le Val d’Anduin.

Le troupeau d’aurochs pénétra alors dans le gouffre renversant les survivants de la bataille et piétinant les nombreux combattants tombés durant l’assaut. Un nuage de poussière envahi l’intégralité de la ravine rendant le champ de bataille complétement chaotique. Le magicien arriva quelques minutes après l’arrivée du troupeau. D’un geste de bâton il souffla la poussière qui avait envahi le gouffre et put alors observer le massacre qui avait eu lieu ici. Les cadavres d’orcs et de nains se mêlaient avec la terre retournée par le martellement des sabots, le rouge du sang et la poussière se mélangeant pour former un sol noir. Les corps étaient à peine reconnaissables dans cette peinture morbide. Il n’avait jamais vu les conséquences d’une guerre de si près, il ne connaissait de la guerre que les informations qu’il obtenait des animaux ou des livres qu’il lisait. La vision de ce massacre choqua le vieil homme qui m’y un moment à reprendre ses esprits.

Il se tourna ensuite vers les aurochs qui se tenaient toujours au fond de la ravine, impassibles. Il les rappela en dehors du gouffre et alla s’adresser au mâle dominant du troupeau. Sa carrure imposante et sa taille permettait de le trouver immédiatement. Radagast le connaissait, il avait plusieurs journées aux pieds des Monts Brumeux avec lui. Avec un sourire amical, il s’approcha de la bête et vint flatter son encolure, le remerciant d’avoir réagir si rapidement avant de le laisser rejoindre ses terres avec ses frères. Une fois les aurochs éloignés, le magicien s’empressa d’entrer dans le gouffre à la recherche du moindre souffle de vie.

« Est-ce que quelqu’un m’entends ?! »

Le magicien répéta cette phrase plusieurs fois tout en continuant de chercher des survivants. D’un sifflement il appela Lindar qui descendit immédiatement dans la ravine et aida son ami à chercher. Radagast restait tout de même sur ses gardes s’appuyant sur son bâton de la main gauche et la main droite sur la garde de sa dague. Des gobelins avaient pu échapper à la charge ou les fils d’Aulë pensant trouver un ennemi pourraient s’attaquer à lui s’en lui laisser le temps de parler. Ses appels restèrent sans réponse pendant de longues minutes, pourtant il pouvait sentir la présence de survivants, ils ne leurs restaient plus qu’à se montrer.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMar 3 Avr 2012 - 16:40
La petite troupe des nains, avait échappé de peu au désastre. Le fond du gouffre était emplit de poussière et il fallut patienter quelques minutes, le temps que se lève une brise, pour que ce brouillard terreux se dissipa. Le sol était jonché de cadavres, et perchés sur la hauteur, les nains observèrent avec plus de remords le visage de leur frère tombés dans la bataille. C'est alors qu'une voix résonna dans la ravine, se réverbérant sur les parois. Le timbre en était grave mais emplit d'une certaine douceur que seul le Noldor dut déceler. Au début, l'écho rendut les propos incompréhensible. Ils ignoraient s'il s'agissait d'un ennemi ou bien d'un blessé hurlant à la mort. Mais l'elfe avait décelé clairement le sens des paroles prononcées en langage commun et il leur signala.

« Est-ce que quelqu’un m’entends ?! »


Artaxerxias fit signe à tous de ne faire aucun bruit. Il descendit à l'aide de la corde en tâchant de faire le moins de bruits. Puis il remonta le gouffre à pas de loups, enjambant les corps des orcs tombés au combat. Il serrait fermement la poignée de sa lame, tout en se baissant, longeant prudemment le bord des falaises pour demeurer dissimulé. Finalement il aperçu à l'entrée du gouffre un homme de haute stature, vêtu de brun, les yeux penchés dans sa direction. Le haradrim s'immobilisa craignant d'être aperçu. Mais l'homme poursuivait ses appels. Il avait l'air prudent et sur ses gardes, aussi Artaxerxias pensa que l'homme était venu à leur secours. Il regagna le fond du gouffre et fit signe à ses compagnons de descendre à leur tour. L'homme, patient, appelait toujours, comme s'il savait que les nains se terraient. Pourtant il ne pouvait les voir. C'était bien mystérieux, mais la venue des aurochs ne l'était pas moins.

Quand ils furent tous redescendus, ils progressèrent sans se cacher, mais en montrant leurs armes en signe de prudence. L'elfe demeura en couverture avec l'unique coureur du Rhovanion ayant survécu, , une flèche encochée à leur arcs, prête à partir en sifflant. Ils virent bientôt l'homme qui cessa d’appeler, et progressèrent vers lui sans trop presser le pas. Parvenus à une dizaine de pas, ils s'arrêtèrent pour se présenter, tandis que l'homme de Rhovnanion semblait maugréer quelque chose avec l'elfe.

« Je me nomme Artaxerxias, et dirige cette caravane des fils d'Aulë. Et toi qui est-tu ? Est-ce toi qui est venu à notre secours ? »


Il remarqua alors le corbeau qui voletait autour de lui. Ces oiseaux de jais avaient été les annonciateurs de la venue des aurochs, et le duelliste en déduisit qu'il devait s'agir d'un allié. Il gagna alors en confiance et fit un signe au naugrim pour les apaiser. Visiblement, les orcs avaient été mis en déroute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyJeu 19 Avr 2012 - 22:56
Hormis le son des sabots battants le sol et s’éloignant, il régnait un calme plat dans le gouffre. Continuant d’avancer et d’appeler les survivants, le vieil homme avait le regard fixé sur l’amoncellement de cadavres qu’avait provoqué cette bataille et que les aurochs n’avaient fait que rendre plus macabre et sordide. L’odeur qui commençait à emplir le gouffre arracha un air de dégout au magicien. Jamais ce dernier n’avait connu les affres de la guerre et malgré sa grande sagesse, il se retrouvait ici dans une situation à laquelle il n’avait jamais été préparé. S’il s’était tourné vers les créatures sauvages à son arrivée en Terre du Milieu, s’était avant tout qu’il voulait préserver l’ignorance de ces animaux de la cruauté et du mal qui régnaient en ces terres. L’esprit des Hommes, des Nains ou des Elfes n’étaient pas pur comme pouvait l’être celui d’un oiseau connaissant seulement le bonheur de pouvoir vivre libre et sans contraintes. Le germe du Mal avait été semé dans le cœur de ceux que l’on appelle « Peuples Libres », amenant avec lui rancœur, haine et perfidie. Qu’il était loin le temps où l’Istar foulait l’herbe verte et sauvage des plaines d’Aman se souciant seulement de découvrir toutes les beautés et les surprises que les Ainés avaient créé.

Le magicien fut sorti de ces pensées par l’apparition d’un homme au fond du gouffre. En l’observant, Radagast comprit rapidement qu’il devait être originaire des terres lointaines du Sud. Il n’avait jamais rencontré d’homme de ces régions éloignées et il fut encore plus surpris de voir que ce dernier était à la tête de la compagnie naugrim. Malgré sa mission initiale qui était d’aider les Peuples Libres contre l’esprit maudit de Melkor, le vieil homme restait méfiant. Après tout, il ne savait absolument rien de cette compagnie et de son objectif et ils avaient pénétrés sur des terres auxquelles le magicien tenait particulièrement. Avant de répondre à l’indien, il siffla, faisant venir Lindar sur son épaule. Il lui murmura une phrase dans un langage incompréhensible et immédiatement le corbeau s’envola en direction des montagnes à l’Ouest. Puis il posa un regard amical sur son interlocuteur.

« Les gens d’ici me nomme Radagast, l’ami des bêtes. Quant à savoir qui vous a sauvé, je préfère dire que vous ne devez votre salut qu’à ce troupeau d’aurochs bienveillants. Moi, je ne suis qu’un vieillard qui n’a plus la force de lever l’épée.»

Une fois les présentations faites, le visage du vieil homme se durcit. Il n’oubliait pas que ces nains avaient troublé la paix relative du Val et il espérait que leurs pas n’étaient pas conduits par la même volonté qui guidait la plupart des êtres sur cette terre, la volonté de dominer autrui.

« Puis-je me permettre de vous demander quels desseins amènent les nains à sortir de leur monta… »

Mais Radagast n’eut pas le temps de finir sa phrase que Lindar vint se poser en catastrophe sur son épaule. Au-dessus du gouffre, de nombreux oiseaux décrivant de grands cercles commencèrent à piailler provoquant un vacarme sans nom. Le magicien comprit immédiatement que d’autres orcs descendaient des montagnes surement attirés par les échos de la précédente bataille. Les effectifs naugrims avaient été décimés lors du premier assaut et maintenant le petit groupe ne pourrait résister à une nouvelle attaque des gobelins.

« Il ne faut pas rester ici, d’autres arrivent des montagnes. Suivez-moi, je vais nous mettre hors d’atteinte des gobelins. »

Cette épreuve était une bonne opportunité pour Radagast de tester la compagnie naugrim. Ils allaient devoir faire confiance à un inconnu et placer leurs vies entre ces mains. S'ils le suivaient sans broncher, alors ils seraient en sûreté à l'orée de la forêt avant que les orcs ne descendent des montagnes. Mais si les naugrims commençaient à tergiverser sur l'attitude à adopter alors les hordes de gobelins passeraient à l'assaut et le magicien ne donnait pas cher de leurs peaux. C'est donc sans attendre que Radagast commença à se diriger vers la forêt. Là, le petit groupe serait en sureté.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyLun 23 Avr 2012 - 16:59
Les nains adoptèrent une attitude suspecte quand au vieil homme. Il exhalait un certain aura que ses propres paroles venaient contredire. "Vieillard" paraissait quelque peu exagéré, car sous sa barbe grise et ses vêtements bruns, une certaine force semblait porter le corps. Les yeux était brillant et le regard vif.
Il était sur le point de leur poser une question lorsque le corbeau revint se poser sur son épaule. Bien qu'il n’eut rien dit, Artaxerxias devina que l'homme devait avoir quelques pouvoirs, car tous savaient, les nains et leurs alliés mieux que quiconque, que les corbeaux étaient tout sauf de vulgaires oiseaux. Les fils d'Aulë eux même utilisaient les services de ces créatures pour communiquer entre leurs différents royaumes. Ils gagnaient ainsi un temps précieux et avec les siècles, les deux espèces avaient noué des liens étroits. Il n'était pas une cité naine ou une mine qui ne posséda sa tour à corbeau où toujours ils pouvaient trouver refuge et de quoi s'alimenter lors des trop longs hivers.

De leur côté les nains n'avaient pas la même perspicacité que leur commandant. Seul le guide elfe, originaire de l'ancien royaume de Thranduil, sembla remarquer quelque chose. Mais il ne dit rien sur le moment et quand le bruit d'orcs se rapprochant leur parvint, ils furent tous prit d'une certaine panique. L'idée d'une seconde bataille ne leur était guère plaisante, mais une autre idée les retenaient encore: une sépulture pour leurs frères tombés au combat. Le corps de Theophraïn, Grand Maître des Runes de Khazad Dûm, gisait toujours dans la poussière et il eu été sacrilège de l'y laisser demeurer. Une lueur de protestation mêlée d'inquiétude se propagea sur le visage des nains quand Radagast leur proposa la fuite. Même s'il devaient tous mourir, il ne serait pas dit qu'ils auraient abandonné la dépouille de Théophraïn. Les nains commencèrent à tergiverser.

Voyant qu'un débat s'installait, Artaxerxias sentit l'angoisse monter en lui. Parfois, les nains étaient les êtres les plus butés et stupide qu'il soit, et alors ils ne trouvaient plus grâce au yeux du haradrim. Mais Hanzok avait confié une mission à l'indien et celui-ci n'était pas du genre à abandonner sa tâche. Il se résolu alors à prendre les choses en mains et prit la parole d'une voix forte et puissante, coupant net la discussion.

"Mes amis, il est vrai que nous ne pouvons laisser le corps d'un maitre des runes au mains des gobelins. Mais la situation nous presse et comme il faut faire vite, j'irais récupérer le corps de Théophraïn. Suivez donc Radagast jusqu'à l'orée des bois. Je vous rejoindrais peu après car je suis bon coureur et ma force me permet seul de porter le corps de notre frère."

Ne voulant laisser aucune chance de protestation à ses compagnons dont il connaissait la grandeur et l'entêtement, il s'élança tout de suite vers le fond du gouffre. Il bondissait par dessus les cadavres avec une agilité hors du commun, et alors on devinait pourquoi il était le champion des Compagnies Indigènes de Khazad Dûm. Dans ses mouvements rapides, sa chevelure tressé de plumes et de perles s'agitait comme une nuée de couleurs opaques et délavées. Bientôt il disparu derrière les rochers et on entendit plus que son sautillement rythmé par ses bonds. Mais déjà les nains étaient partis à la suite du Magicien Brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMar 1 Mai 2012 - 14:09
L’indien à la tête de la compagnie naugrim semblait être un homme de valeur. Quand ce dernier s’exprima afin de calmer la dispute qui commençait à gronder dans ses rangs, Radagast comprit finalement pourquoi cet homme dirigeait la troupe. Son charisme était tel que les nains s’étaient tus immédiatement, obéissant aux ordres de leur chef. En plus d’être un bon leader, Artaxerxias semblait être un homme d’honneur. Il n’hésitait pas à rester plus longtemps, seul, afin de récupérer le corps de leur ami perdu au combat. Décidément pour le magicien brun cette rencontre était une grande surprise. Lui qui n’avait jamais cru en la force de l’esprit des hommes se retrouvait maintenant nez à nez avec un homme de valeur.

Il savait désormais qu’il se devait d’aider ces guerriers dont il ne connaissait cependant rien, si ce n’est qu’ils venaient de perdre un être cher à leurs cœurs. Soudainement le magicien prit conscience qu’il n’avait pas assez apprécié la nature des hommes et des nains avant de s’en écarter et qu’au final il ne connaissait que très peu ces créatures qui ressemblaient pourtant tellement aux bêtes sauvages dont il avait l’habitude de la compagnie. Il avait pris la tête du groupe de nain et les circonstances le nécessitant, il ne cherchait plus à cacher sa véritable nature. D’un pas rapide et léger il progressait sur le sol parsemé de roches. Bientôt ce paysage lunaire laissa place à une longue plaine couverte d’herbe jaunie par le soleil. Les bois n’était plus très loin. Radagast ralenti alors la cadence laissant les nains prendre le devant, la forêt en vue au loin. Une fois à l’orée de la vieille forêt, Radagast ne put s’empêcher de se retourner et de scruter l’horizon à la recherche de la silhouette de l’indien.

Le magicien brun avait laissé Lindar au côté d’Artaxerxias, non pas qu’il pouvait être d’une quelconque aide pour transporter le corps de leur ami mais au moins il permettrait à l’indien d’avoir un soutien pendant cette épreuve et aussi il pourrait informer le magicien en cas d’arriver des gobelins vers le gouffre. Si l’indien ne parvenait pas à revenir, alors Radagast se retrouverait avec cette compagnie naugrim sans chef et qui ne pourrait récupérer les corps de deux êtres chers. Il ne pouvait certainement pas laisser cela arriver. Scrutant toujours l'horizon, Radagast se surprit à prier les Valar de laisser la vie sauve à cet homme.

Mais en attendant le retour de l’indien, le magicien ne put s’empêcher d’en savoir plus sur ces naugrims et pourquoi ils étaient dans le Val d’Anduin. Cette zone était dominée par les peuples orientaux et par conséquence, il était dangereux de la traverser.

« Maintenant que nous sommes à l’abri des gobelins, puis-je savoir quels buts mènent cette petite compagnie hors de chez elle. Pour sûr la guerre n’est pas votre objectif, alors pourquoi braver tant de dangers ? »

Radagast était allé droit au but et s’était adressé à la compagnie entière. Il pouvait sentir dans le cœur de ces créatures qu’elles n’étaient pas guidées par de mauvais desseins, du moins s’il parvenait encore à juger et sonder l’âme des naugrims, des hommes et des elfes.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMer 2 Mai 2012 - 16:18
La course pour gagner la lisières des bois fut difficile aux naugrims, car après une nuit à livrer bataille, ils se trouvaient pour la plupart dans un état de fatigue fort avancé, certains étant par ailleurs blessés. Mais la fraternité des nains est légendaire et il se soutinrent les uns les autres pour suivre tant bien que mal Radagast. Le vieil déployait d'ailleurs d'étonnantes ressources pour un homme de cet âge. Il avançait à pas rapides, foulant à peine le sol, comme à la manière des elfes. Après avoir traversé une plaine plus herbeuse, bien que ses pousses fussent brûlées par le soleil au point d'être jaunis comme une steppe orientale, ils parvinrent en bordure de la vieille forêt. Là ils se tinrent aux aguets, guettant la venue de l'haradrim ou des gobelins. Tous retinrent leur souffle pendant quelques minutes. La matinée venait de sachevr, et même si le soleil jouait avec le gaz, une douce clarté imprégnait les environs. L'ombres des nuages glissait comme une caresse de lumière où se succédait tiédeur du rayon et fraicheur de l'obscur.


***

Artaxerxias atteint rapidement le fond du gouffre. Alors au milieu les cadavres par dizaines, il chercha des yeux le corps du Grand Maître des Runes. Il le retrouva là où il était tombé, entouré du corps des orcs qu'il avait emporté avec lui dans la mort. Ses yeux clos ne jetaient plus leur tendresse bleuie de jadis. Son front était entaillé en de nombreux points et le visage avait prit le teint blafard des morts. Artaxerxias s'approcha et souleva le buste du naugrim. Sa tête bascula en arrière et un mince filet de sang s'écoula de sa bouche. Rapidement, l'indien commença à dénouer les sangles de l'armure. En effet, il ne pouvait porter une charge trop lourdes, et les armes de Théophraïn devrait demeurer sur place. Son heaume avait roulé à quelques pas de là. Le haradrim consentit en lui même à emporter ce seul ornement. Il le noua derrière sa nuque à l'aide d'un lacet de cuir. Puis d'un mouvement puissant, il souleva le vieux sage et le plaça sur ses épaules, en cavalier. C'est alors qu'un froissement d'aile attira son attention: le même corbeau était là, celui qui semblait accompagner le vieillard dénommé Radagast. C'était un être plein de mystère, mais l'indien devina que le temps apporterait des réponses à ses interrogations. Enfin il entama la remontée du gouffre. Le corps du naugrim pesait lourdement et ses épaulière, sous la charge, lui cisaillait la chaire. Mais il tenta d'oublier la douleur et persévéra dans sa marche silencieuse. Le cadavre sur son dots, basculait mollement au fil de ses pas.

Quand il parvint en haut du gouffre, il vit constata que les orcs étaient en vue. Aussitôt il se dissimula derrière un rocher et tenta d'estimer leur temps d'approche. Les gobelins seraient là dans dix minutes tout au plus ce qui ne lui laissait que trop peu d'avance pour espérer leur échapper en terrain découvert. Sans doute valait-il mieux trouver une cachette pour le moment et filer au moment opportun. il chercha des yeux un coin suffisamment et s'y précipita. Il se trouvait à l'entrée du défilé.
Enfin les orcs arrivèrent. Une tension intense s'empara de l'homme qui se prit à maudire sa conduite. Les traditions naugrims étaient parfois une entrave des plus idiotes. Pourquoi les avait-il faites appliquer? Mais il chassa ces pensées obscures et plutôt que de paniquer, il chercha de l'espoir et recommanda son sort aux Valars.
Les orcs pénétrèrent dans le gouffre. L'odeur aurait dut le trahir, les gobelins étant doués d'un fin odorat, mais la présence de tout ces cadavres masquait sa trace olfactive. Artaxerxias bénit Erù pour cette veine. Bientôt la plupart des ennemis gagnèrent le fond de la ravine et se mirent à dévorer les corps des naugrims morts, et même de leurs propres congénères.

L'un d'entre eux, qui n'avait obtenu qu'une maigre part, errait au hasard. Ses tribulations le faisait se rapprocher de plus en plus de l'indien et du cadavre. Il sembla renifler et sentir quelque chose. Il n'était plus qu'à cinq pas d'Artaxerxias, ce dernier se recroquevillant dans le trou où il s'était dissimulé. Mais l'orc, guidé par son flaire ne semblait pas abandonner la partie si aisément. Bientôt il parvint au dessus du haradrim. Mais il ne vit que le cadavre du Maitre des Runes. Il se pencha pour gouter son festin. Brusquement, une main sortie de nulle part l'empoigna et la tira dans le trou. Dans le même instant une dague vint se planter dans sa gorge, le tuant sur le coup.

Artaxerxias s'était tiré d'un mauvais pas, mais n'était pas sortit d'affaire pour autant. Il était à présent recouvert du corps de Théophraïn et de celui d'un gobelin puant. À l'étroit, il se dégagea tant bien que mal et repoussa l'orc mort au fond du trou. Il devait être midi passé. L'attente était insoutenable. Il se passa encore de longues minutes. L'indien aux aguets patientait pour la moindre occasion qui lui eu permit de quitter ces lieux. Mais les créatures de Morgoth s'attardaient encore, se repaissant de la chaire des vaincus.
Enfin la chance sourit au Haradrim: une longue éclairci se fit. Le soleil darda ses rayons zénithaux dans le gouffre. Aussitôt les orcs se mirent à l'abri au fond de la passe, cherchant le moindre recoin d'ombre. La voie était libre. Le plus discrètement possible, Artaxerxias s'extirpa de son trou puis en tira le corps du nain. Puis, silencieusement, il sortit de la ravine et gagna la plaine. Dès qu'il fut hors de vue, il se lança dans une course à perdre haleine. Le Maitre des Runes pesait lourd, mais l'indien était d'une nature sèche et puissante. C'était aussi un bon coureur et il progressa à vive allure. Le sang lui battait les tempes comme milles tambours gobelins. L'air se fit brûlant dans ses poumons. L'épuisement le gagnait peu à peu. Mais il avançait, encore et encore, une foulée après l'autre. Bientôt la forêt fut en vue. Il redoubla d'effort et finit par l'atteindre. Les nains et Radagast l'attendait à la lisière.


***

Le groupe de fuyard attendait dans l'angoisse. Le magicien brun ne tarda pas à briser l'attente en questionnant les naugrims sur le but de leur voyage.

" Maintenant que nous sommes à l’abri des gobelins, puis-je savoir quels buts mènent cette petite compagnie hors de chez elle. Pour sûr la guerre n’est pas votre objectif, alors pourquoi braver tant de dangers ? "


Les nains ne dirent mot dans un premier temps. Nul ne désirait prendre la responsabilité d'une réponse trop hasardeuse qui eu peu dévoiler leur intention. Inversement, cet homme était venu à leur secours, et sans doute, ils lui devaient la vie. Un mensonge de leur part eu été un déshonneur. Aussi, il se passa presque une minute avant qu'un jeune nain impétueux décide de répondre.

"Nous sommes en mission pour le Conseil des Forges de Khazad Dûm. Notre Grand Maître des Runes, Mandos l'accueil en ses cavernes, a observé il y a de ça cinq lunes, la chute d'une étoile. C'est un présage sacré que nous sommes chargé de retrouver..."

Le naugrim n'avait pas dit toute la vérité, mais c'était suffisant, et aucun de ses frères ne trouva à redire à ses paroles. L'attente reprit, emplie d'une tension en suspend, et il s'écoula prêt d'une heure avant que ne se dessine la silhouette d'Artaxerxias courant sur la plaine jaunis. Quand il ne fut plus très loin, quelques nains s’avancèrent à sa rencontre. Parvenu à leur niveau, l'indien s'écroula, épuisé. Les naugrims le soulevèrent et ramassèrent la dépouille de Théophraïn avant de les porter tous deux sous le couvert des arbres. Là ils adossèrent le Champion à un arbre afin qu'il puisse se reposer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMer 2 Mai 2012 - 21:34
La réponse du nain eu le mérite de convaincre Radagast. Ce dernier n’avait jamais eu affaire aux nains de Khazad Dûm mais il savait que ces derniers n’étaient pas de mauvais gens. Même s’il s’était coupé du monde pendant tant d’année, le magicien restait au courant des événements du monde à l’aide de ses oiseaux. Une fois sa réponse obtenue, il se contenta d’attendre le retour d’Artaxerxias en guettant à l’horizon le vol de Lindar. Après une attente qui sembla une éternité, la silhouette du corbeau se dessina dans le ciel lointain. L’indien se rapprochant, les nains sortir du bois pour porter secours à leur chef et prendre soin de la dépouille de leur ami. Une fois à l’abri dans la forêt, Radagast vint auprès d’Artaxerxias et s’appuyant sur son bâton, lui parla sur un ton amical.

« Vous avez fait beaucoup d’efforts mon ami. Quand vous serez tous reposés, je vous conduirais à ma demeure, Rhosgobel, afin que vous puissiez guérir vos blessés. Je pourrai vous aider dans cette tâche et aussi subvenir à vos besoins en nourriture et en eau le temps que vous retrouviez vos capacités et puissiez reprendre la route.»

Le magicien restait avant tout un Istar et il ne pouvait clairement pas laisser cette compagnie à l’agonie alors qu’elle se trouvait sur son territoire. Rhosgobel n’était qu’à une heure de marche et là, Radagast aurait tout ce dont il avait besoin pour venir en aide aux blessés. Il savait pertinemment qu’il était dangereux pour lui et son mode de vie de convier ces nains chez lui. Aucun être doué de parole n’avait encore jamais foulé l’herbe de Rhosgobel si ce n’est Beorn le changeur de forme. Mais son cœur lui disait qu’il n’avait rien à craindre des naugrimes et de leur chef. Jusqu’ici Radagast avait toujours préféré écouter son cœur plutôt que la raison et c’est cette volonté qui avait déjà guidé ses pas vers les créatures sauvages.

La Vieille Forêt avait connue de nombreux traumatismes dont elle portait toujours les cicatrices. La construction de Dol-Guldur avait empoisonné l’aire et la terre et l’invasion de l’Empire de l’Est avait fini de faire fuir les créatures vivants dans la forêt. Les arbres n’étaient plus que l’ombre de leurs ancêtres, peu de bruits s’échappés de la forêt qui semblait morte, désertée par l’étincelle de la vie. Pourtant Yavanna avait donné à cette terre de nombreuses ressources et bien que le Mal présent à Dol-Guldur avait corrompu et détruit la forêt, Rhosgobel était verdoyant et plein de vie. C’était le dernier halo de résistance de la nature aux esprits malsains. Sous l’aura du magicien brun, la forêt était restée intact et de nombreuses bêtes chassées de leurs habitats par de viles créatures avaient trouvées refuge dans le bois de Rhosgobel sous le regard protecteur de l’Istar. Ici, la compagnie naugrime était en sureté et pourrait se reposer et retrouver sa force avant de quitter ce lieu qui appartenait à la nature et qu’il fallait déranger pour le moins. En évoquant ce point, la voix du magicien se fit plus sérieuse, limite inquiétante.

"Laissez moi ajouter que vous pourrez rester le temps qu'ils vous faudra pour guérir vos plaies, mais je vous donnerai une consigne et une seule à respecter en ma demeure: ne perturber pas la vie et les animaux qui règne en maître. Ne chassez pas pour vous nourrir, l'abondance de baies et de noix suffira à combler votre faim et ne coupez pas d'arbre pour vous chauffer ou vous éclairer, les nuits ne sont pas si froides et sombres à Rhosgobel."

Le magicien autoriserait ces nains à pénétrer dans ce sanctuaire de nature qu’était Rhosgobel afin qu’ils guérissent leurs plaies et puissent voyager sereinement, mais ils devront respecter ce lieu et la vie qui en découle s’ils ne voulaient pas que leur relation avec le magicien brun ne se détériore. Sur ce, Radagast resta aux cotés d'Artaxerxias attendant sa réponse. Il devrait ensuite s'enfoncer dans la forêt afin de trouver des herbes médicinales pour les blessures des nains.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyJeu 3 Mai 2012 - 23:48
A bout de souffle, le cœur battant la chamade, Artaxerxias tentait de retrouver ses moyens. Son corps le brulait des pieds à la tête, et il lui faudrait quelques minutes avant de pouvoir simplement bouger le petit doigts. Sans compter les courbatures qui viendrait s'ajouter dans les prochaines heures. Mais au moins il était en sécurité avec les derniers nains vivants.
La mission semblait quelque peu compromise, l'essentiel du matériel se trouvant dans la ravine. Il leur faudrait y retourner dans les prochains jours après s'être informé du départ des gobelins.

Radagast vint s'adresser à lui, proposant de les recevoir, lui et sa troupe, dans sa propre demeure à condition d'en respecter les règles. L'indien ne pouvait encore parler, l'air lui brulant la gorge. Il leva les yeux vers la cime des arbres, puis, pour la première fois depuis son entrée dans le bois, contempla les alentours. Quelle ne fut pas sa surprise: il avait depuis des années entendu les rapports et les récits des caravanes provenant d'Erebor. Toutes mentionnait l'état lugubre de la Forêt Noire, son aspect inquiétant et la crainte qui régnait au alentours de Dol Guldur. Lui même, environ huit ans auparavant, s'était rendu dans un tel lieu où il avait livré bataille en compagnie de son frère Epixarkoïs et de Hatori Hanzok. Il faisait partie des survivants qui s'étaient échappé du donjon. Et déjà à l'époque, il avait ressentit l'angoisse provoqué par le Mirkwood.
Et soudain, il se trouvait dans une forêt aux airs idylliques. Les ramures s'agitaient doucement au dessus de sa tête, faisant vibrer leur feuillage d'un doux champ éolien seulement interrompu par le gazouillis des oiseaux et le bourdonnement d'insectes invisibles. Certes, ils se trouvaient au Nord du grand bois, mais une telle différence était des plus marquantes. L'indien fut intrigué: la nature de cet homme arrivé de nul part était des plus étrange. Pour un vieil ermite, il possédait un aura particulier, une force secrète. Mais l'homme lui avait posé une question et il fallait répondre.

"Il va sans dire qu'une telle hospitalité est plus que la bienvenue. Nous acceptons donc avec plaisir votre offre et vous remercions pour votre altruisme. C'est devenue une chose rare de nos jours, particulièrement lorsque l'on voyage à l'étranger

Quand à vos conditions, nous les acceptons sans hésiter. Vous nous avez tiré d'un bien mauvais pas, et il va sans dire que vos règles serons notre. Je m'engage à châtier tout contrevenant, bien que je suis sur que nous ne serons pas confronté à une telle éventualité... En tout cas, puisse les Valars vous bénir pour votre action, qui rend hommage au hommes de votre peuple."



Il ignorait si le vieillard était originaire du Rhovanion, mais après tout, c'était l'éventualité la plus probable. Quand il eu retrouvé enfin suffisamment de force pour se tenir debout, ils se rassemblèrent tous et se tinrent prêt à suivre le magicien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyVen 4 Mai 2012 - 15:02
Les paroles d’Artaxerxias furent rassurantes pour le magicien. Elles confirmaient ces premières impressions sur l’indien et montraient qu’il avait eu raison d’avoir confiance en lui et ses nains. Cette étape était une grande première pour Radagast, jamais un homme ne s’était aventuré à Rhosgobel depuis l’arrivée du magicien et d’une certaine manière, il gardait ce lieu secret, à l’abri de la folie destructrice des hommes comme le gardien d’un temple dédiée à sa chère Mère et à sa terre d’origine. Après que la compagnie eut retrouvée sont souffle et se soit préparée à reprendre la route, Radagast prit la tête du groupe et d'un signe de bâton montra la voie aux nains.

Plus la compagnie se rapprochait du cœur de Rhosgobel et plus la nature devenait d’une beauté sans nom. Le soleil filtrant à travers le feuillage épais des arbres se reflétait sur les feuilles tombées au sol leur donnant une couleur dorée, entourant cette nature d’un halo de lumière. De nombreux buissons exposaient leurs baies foisonnantes dans un mélange multicolore. Cette nature parfaite apaisait les esprits et détendait les corps. Surement les nains ressentaient-ils déjà cette euphorie, ce bien être qui émanait du lieu. Rhosgobel était une forêt unique sur la Terre du Milieu et à l’image de la Lothlorien, ces bois semblaient hors du temps. En quelque sorte ce lieu était ce qui se rapprochait le plus des paysages d’Aman sur la Terre du Milieu. Radagast y avait recréé une forêt idyllique ou la vie s’épanouissait au rythme des saisons et où même le temps ne semblait plus s’écouler.

Après une petite heure de marche, la compagnie arriva finalement à la demeure du magicien. Un chêne centenaire se tenait dans toute son immensité devant eux à l’orée de la forêt et pour un œil non averti, il était difficile de voir que dans cet arbre imposant, se cachait la maison du magicien. La cabane n’était pas construite de planches et de rondins de bois, elle faisait en réalité partie intégrante du vieux chêne. Des branches partaient du début du tronc et montaient en colimaçon autour de l’arbre permettant ainsi d’atteindre une plate-forme. La cime de l’arbre était couverte d’innombrable nids d’oiseaux et un chant puissant en émanait berçant tous les environs. Les racines sortaient de terre pour venir s'enrouler autour des rochers couvert de mousse qui bordait le vieux chêne.

« Bienvenue à Rhosgobel mes amis. Ici vous pourrez trouver le repos que vous méritez. Installez-vous au pied du chêne, je vais chercher de quoi manger et ensuite peut être pourrions-nous nous assoir afin de discuter un peu. »

Sans attendre une réponse de l'indien, Radagast laissa Artaxerxias et les nains le temps de monter chercher des sacs de noix et de baies qu’il avait cueilli plus tôt. Il ramena aussi un petit pot rempli d’herbes qu’il trouvait dans la forêt. Ces herbes pouvaient apaiser de nombreux maux et pourraient apaiser les esprits tendus ce soir. Maintenant peut être était-il temps de vraiment faire connaissance avec la compagnie naugrime, ses invités avaient surement de nombreuses questions.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyJeu 10 Mai 2012 - 15:16
Rhosgobel était sans doute l'un des lieux les plus surprenant qu'Artaxerxias ait jamais vu. Déjà en pénétrant dans la forêt, il avait eu un avant-gout des forces de la Nature à l’œuvre. Mais la magnificence des plantes, les fleurs, et particulièrement les grand chênes plusieurs fois centenaires atteignaient en cet endroit des summums. Nul n'aurait pu en dire la raison, mais la présence du vieil homme semblait intrinsèquement lié, ses avertissements préalables semblant appuyer l'hypothèse de l'indien. Ils déposèrent le corps de Théophraïn sur une large pierre et le couvrirent d'un linceul en attendant de pouvoir lui donner une sépulture.

Ils se trouvèrent dans une clairière, et là se trouvaient la demeure de Radagast. Elle semblait à son image: en harmonie avec les éléments naturels. Ils s'installèrent au pieds du chêne qui la composait tout autant qu'il la portait et soufflèrent après leur marche. La quiétude du lieu leur apporta une paix puissante qu'ils avaient ressentit à mesure qu'ils s'approchaient. L'homme partit chercher quelques vivres et leur distribua avec parcimonie. La compagnie s'en reput avec gaité et quelques minutes plus tard, les esprit semblaient quelques peu apaisés, bercé d'un lassitude quelque peu agréable, bien que le souvenir des morts et de la bataille ne se dissipa point pour autant.

Artaxerxias, quand il eu achevé de se repaitre se sentit envahit d'une douce torpeur. Sa fatigue sembla s'estomper. Mais il lui semblait presque impossible de se relever. Cela ne lui importait guère et après avoir remercier son hôte il se mit en devoir de le questionner.

"Comme nous vous l'avons dit précédemment, nous avons été mandaté par le conseil des forges pour retrouver une étoile tombé. Notre Maitre des Runes défunt nous a mené jusqu'ici. Selon les indications, le morceau d'étoile devrait se trouver dans les environs. N'avez vous rien remarquer? Cela pourrait nous être une aide précieuse..."

Mais soudain, le Champion des Compagnies Indiennes, se remémora que Théophraïn gisait à quelques pas de là sous son linceul. La tradition exigeait qu'on lui apporte une sépulture dans les plus brefs délais. Il fit donc part de sa demande au magicien brun.

"Qu'il me soit aussi permis de vous demander cela, mais notre frère décédé, Mandos ait son âme, doit être enseveli selon la tradition. Je ne voudrait en rien profaner votre sanctuaire, mais connaitriez vous un lieu où nous puissions creuser une tombe et la couvrir d'une large pierre? Nous vous serions reconnaissant d'un telle possibilité car manquer à la tradition serait une offense à Aulë, ce dont aucun d'entre nous ne voudrait se rendre coupable...?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptySam 12 Mai 2012 - 11:50
Après avoir distribué des vivres à chaque membre de la compagnie, Radagast put observer avec plaisir que la quiétude de la forêt redonnait du baume aux cœurs des naugrimes. Il rejoignit ensuite Artaxerxias afin de pouvoir vraiment discuter. Malgré l’assaut des gobelins quelques heures plus tôt et la perte de nombre de ses hommes, l’indien semblait garder comme but de remplir sa mission. Mais la seconde question de son interlocuteur surprit le magicien. Il voulait absolument enterrer son ami selon les traditions naugrimes et pour cela Radagast ne pouvait que le respecter. Il n’avait aucune idée de comment cet indien avait pu devenir si proche des fils d’Aulë mais il était très clair qu’il faisait maintenant partit des leurs. C’est alors que vint une idée de sépulture au magicien digne du Maître des Runes de Khazad-Dûm, une falaise près de Rhosgobel bordée par l’Anduin. Ce lieu servait de rassemblement aux ours et à leur ami le Changeur de Peau. Une aura mystique entourée ce rocher dans lequel Il avait creusait des marches.

« Je pense connaître le lieu idéal pour accueillir la dépouille de votre ami. Il se trouve, à une bonne heure de marche à l’Ouest d’ici, une falaise qui je le pense vous conviendra. Cet immense rocher est bercé par les eaux de l’Anduin. Un de mes amis le nomme Carrock. Votre frère d’arme pourra y trouver la paix. »

Voulant laisser à l’indien quelques secondes pour réfléchir à son idée, Radagast attrapa la pipe qu’il gardait à la ceinture, il l’a rempli de tabac avant de l’allumer et d’en tirer une bouffée. Cette herbe à pipe provenait des petits villages de hobbits qui vivaient encore dans les environs des Champs aux Iris. Radagast se rendait de temps en temps au village le plus proche pour s’y procurer de l’herbe à pipe que les hobbits cultivaient. C’était une des rares occasions où il croisait des êtres doués de parole et à vrai dire, il appréciait les hobbits. Ce peuple avait semble-t-il était ignoré des hommes, des nains et des elfes et peut-être pour cette raison, ils semblaient vivre paisiblement, sans aucune rancœur au fond de leurs âmes. Il proposa ce tabac à Artaxerxias et aux nains avant de poursuivre.

« Pour ce qui est de cette étoile tombée du ciel, j’avoue ne pas m’y être intéressé. Pourtant un des oiseaux vivant ici m’a rapporté il y quelque temps avoir vu pendant son vol un rocher tomber du ciel pour s’écraser à la lisière de la forêt. Il me semble que c’était plus au nord. »

Il tira une nouvelle bouffée sur sa pipe avant de reprendre d’un air plus grave même si on pouvait sentir une teinte de nostalgie dans sa voix :

« Malheureusement, j’ai bien peur que cette région soit peuplée d’hommes dangereux qui n’hésitent pas à s’en prendre au simple voyageur. Si vous voulez vous y rendre vous devrez faire attention de rester éloigné de leurs villages. »

En effet les tribus orientales installées dans le nord du Val d’Anduin avaient mauvaise réputation et de nombreux voyageurs évitaient maintenant de passer par le nord. Si la compagnie voulait récupérer cette pierre tombée du ciel, il devront être extrêmement prudent afin d’éviter tout contact avec les orientaux, sans quoi, le groupe déjà amoindri par les gobelins auraient bien du mal à accomplir sa mission.



« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptySam 12 Mai 2012 - 15:01
Artaxerxias écouta avec attention les paroles du vieil homme. Décidément, c'était un individu altruiste, prêt à aider les voyageurs en toute circonstance. Lorsqu'il évoqua les cavernes, le haradrim perçut bien mieux sa finesse d'esprit: il démontrait par là une certaine conscience des rites naugrims ce qui intrigua d'avantage l’indien sur la nature profonde de Radagast.

"Et bien des cavernes sont un lieux idéal pour ensevelir l'un des nôtres. Carrock me semble donc tout indiqué pour cela, et nous ferons cela sans plus attendre. Ainsi notre frère pourra trouver le chemin du repos éternel et la voix vers les cavernes de Mandos."


Le Magicien brun lui proposa alors sa blague à tabac. Artaxerxias s'en saisit. Il fouilla ensuite dans sa besace et en tira une longue pipe d'ivoire ciselée de maintes nervures en arabesques. Elle avait presque la taille d'un fifre, et un idiot aurait pu la confondre avec une flûte. Le creux des sillons était parfois peint par des encres rouges et ocres. C'était un fort bel objet, probablement d'une grande valeur en quelques coins reculés de ce monde, car l'ivoire provenait d'une défense d'oliphant et une telle créature n'était pas des plus communes dans le Nord des terres du Milieu.

Le haradrim bourra donc sa pipe, plus communément appelé calumet, du tabac offert par Radagast. Puis ayant allumé la tête de l'objet, il tira de longues bouffées qui s'évaporèrent dans la brise soufflant au travers des arbres. C'était un excellent tabac, sans doute l'un des plus raffinés qu'il lui était donné de goûter. Moins fort que les plantes que l'on trouvait dans le sud, il dégageait un parfum de montagne, une saveur sucrée et tendre. Son arôme intense flatta la bouche de l'indien, puis ses narines lorsqu’il recracha la fumée en un grand nuage semblable à petit souffle de dragon.

Radagast en vint alors au sujet principal: celui de leur voyage et de leur mission. Il évoqua alors le rapport d'un oiseau. Une fois de plus il confirmait l'étrange pouvoir qui le liait avec la race des volatiles. Le mystère s'épaississait, mais Artaxerxias n'était pas de nature indiscrète, aussi il préféra l'homme à ses mystères et se consacrer à son propre problème.

"Ce que vous me dites me remplit d'espoir et de crainte dans le même temps. La pierre semble correspondre à notre étoile, mais la proximité des orientaux m'inquiète. Par le passé il m'a fallu les combattre et ce sont de redoutables adversaires... Mais ne pressons pas les choses.

Auparavant, il nous faut mettre en terre Théophraïn. De plus rien ne sert de trouver la pierre si nous n'avons pas nos outils. C'est pourquoi, nous retournerons dès demain dans le gouffre chercher ce que les orcs n'auront pas prit.
Et dés ce soir nous irons veiller notre compagnons dans sa marche funèbre. Pouvez vous nous mener à Carrock?"



La lassitude qui quelques minutes plus tôt étaient encore présente dans le cœur d'Artaxerxias, avait fait place à une détermination silencieuse mais profonde. Les nains autour semblant comprendre cela, s'étaient immédiatement remis sur pied prêt à porter leur défunt Maître des Runes vers le dernier voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMar 15 Mai 2012 - 16:38
Radagast avait observé les nains se lever un à un comprenant que l’heure de rendre un dernier hommage à leur Maître des Runes était arrivée. Tout en respectant le silence du convoi, le magicien prit une nouvelle fois la tête de la compagnie pour les mener au Carrock. Sur le chemin la nuit tomba doucement, laissant le clair de lune déposer un voile blanc sur le paysage alentours. Des fourrés voisins, des dizaines de lucioles vinrent se joindre au convoi, éclairant leur chemin d’une trainé de petits points dorés virevoltant au grès des bourrasques de vent. Plusieurs des lucioles vinrent se poser sur le sommet du bâton du magicien qui ainsi put guider les naugrimes jusqu’au Carrock. Un petit halo de lumière permettait ainsi d’y voir clairement à une vingtaine de pas devant eux.

Après une petite heure de marche silencieuse, Radagast et la compagnie naugrime arrivèrent finalement au lieu de sépulture de leur défunt frère. Du sommet de la falaise, on pouvait voir le gué du Carrock qui permettait de traverser l’Anduin en un endroit où son lit était peu profond. D’un mouvement de la main le magicien invita ses compagnons à le suivre. Il emprunta l’escalier creusé par Beorn il y a de nombreuses années de cela afin de descendre au pied de la falaise. Si on ne connaissait pas l’existence de cet escalier, trouver ces marches se révélait quasiment impossible tant le Changeur de Peau avait bien dissimulé ce lieu sacré pour lui et ses ours. Une fois au pied de l’immense rocher, une caverne s’ouvrait, bordée par les eaux calmes du fleuve. Les lucioles qui accompagnaient la compagnie depuis la tombée de la nuit entrèrent dans la grotte éclairant ces murs sombres et froids. Radagast par respect pour la compagnie naugrime resta à l’entrée de la caverne, en retrait. Après tout il ne connaissait ni ce nain tombé au combat ni les rites funéraires naugrimes et il lui semblait inapproprié de trop se mêler de cet enterrement.

Pourtant en lui, il désirait en apprendre plus. Lui, qui finalement ne s’était jamais intéressé aux créatures douées de paroles se retrouvait intrigué par cette cérémonie solennelle. Depuis qu’il avait croisé la route de la compagnie naugrime dans le gouffre, sa curiosité avait pris le dessus. Des images d’un passé lointain lui revinrent comme un rêve. Le vieil homme avait quasiment tout oublié des jours heureux qu'il avait passé en compagnie des Valars à Valinor et c'est avec nostalgie qu'il avait revu les vertes plaines d’Aman où lui et sa chère Mère avait passé de nombreuses heures à observer la nature florissante. Yavanna lui avait alors tout enseigné sur ce qui pousse, lui léguant son savoir immense. Il avait vu dans les nains, l’image parfaite d’Aulë, bâtisseur de montagnes et forgeron au savoir infini. Ces créatures dont il s’était éloigné si longtemps lui rappelait finalement tout ce qu’il avait cherché à retrouver dans la nature de la Terre du Milieu, un souvenir des anciens temps.

C’est donc intrigué d’en savoir plus sur les fils d’Aulë que le magicien observa la scène en silence de l’entrée de la grotte.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyJeu 17 Mai 2012 - 18:52
Les nains avaient installé le corps du défunt sur un deux larges boucliers dans lesquels ils avaient entrecroisé les lances. Ils le portèrent ainsi jusqu'au gué de Carrock. Arrivé là-bas, l'étroitesse du lieu rendit une telle progression difficile, aussi Artaxerxias se plaça prit le mort dans ses bras et descendit les marches les unes après les autres. Ils débouchèrent alors sur un guet où une caverne s'ouvrait dans le rocher de la falaise. Comme obéissant au vieil homme, des lucioles flottaient autour d'eux, éclairant les parois de la grotte de leurs douces lueurs. Il n'y avait donc nul besoin de torches, et même si une certaines pénombre subsistait, elle apportait un certain recueillement au lieu.

Ils trouvèrent un coin reculé et y déposèrent le cadavre. Puis ils retournèrent à la rivière et ramassèrent de larges pierres plates qu'ils portèrent à l'intérieur pour en recouvrir le corps de Théophraïn. Après quelques minutes, une stèle funéraire se dressait dans l'angle de la grotte. Les nains se mirent en cercle tout autour. Artaxerxias remarqua que Radagast se tenait en retrait. Il l'invita d'un signe de la main en ajoutant ces mots à l'adresses de tous.

"Aujourd'hui, nous devons notre salut à deux êtres: le Grand Maitre des Runes Théophraïn et Radagast notre hôte. Il mérite de se tenir parmi nous car nous lui devons la vie."


Nul ne savait au juste qui était cet homme, et si les aurochs étaient intervenus à son injonction, mais tous se doutait qu'il y avait une part de responsabilité dans leur salut. Aussi, bien que les naugrims soient un peuple secret, ils ne protestèrent pas, pressentant en Radagast une force qu'il ne pouvait comprendre mais qu'ils sentaient à l’œuvre.
Enfin, Arataxerxias, en temps que nouveau chef de la mission, prit la parole.

"Ô toi Mahal, père du Peuple de la pierre, et toi Mandos, maître des maisons de la mort, daignez recevoir Théophraïn.
Il a rejoint les limbes, mais ce ne fut pas en vain: par son sacrifice il a œuvré à notre salut et à celui de Khazad Dûm.
Faites que nous soyons dignes de ses actes.
Que son courage nous accompagne.
Que sa sagesse devienne nôtre.
Car il fut un être d'exception: de ceux qui se dressent face à la tyrannie.
Il savait lire dans les étoiles l'avenir des fiers naugrims.
Pour lui les constellations avaient formes d'alphabets.
Et de ses mains habiles il a bâtit les runes les plus nobles qui à présent gardent nos portes.
Toi Théophraïn notre maitre, notre ami, notre frère."



Lorsque le haradrim eu achevé ses paroles un silence plana pendant quelques secondes. Mais bientôt une voix le brisa. C'était la voix des plus vieux des naugrims qui entamaient un chant funèbre à la mémoire de leur compagnon et de leurs ancêtres. Bientôt il fut repris par les autres, tandis que les voix plus clair prirent en canon le même refrain. Leurs voix d'habitude si rauque, leur langue si gutturale, produisaient une harmonie surprenante que peu de mortels avaient eu l'occasion d'entendre.


Quand la litanie s'acheva, les nains sortirent tous un poignard et attrapèrent une mèche de leur barbe. D'un coup sec ils tranchèrent cette mèche et la déposèrent sur la stèle de pierre plates. Puis ils s'inclinèrent respectueusement et quittèrent le lieux.


NB: cliquer sur le chant pour l'entendre Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyDim 10 Juin 2012 - 19:48
Après cette cérémonie improvisée, les nains retournèrent à la demeure de Radagast sous la conduite de ce dernier. Au dessus d'eux, les étoiles palissaient doucement, pivotant avec lenteur tout autour de l'axe du zénith de l'étoile polaire. Un croissant laissa paraitre ses pointes arquées le long de la cime des arbres avant de replonger derrière la terre.
Les nains ramassèrent du bois mort et allumèrent un grand feu sur un autel de pierre façonné à la va vite. Tout du long de la nuit, ils chantèrent des chansons de chez eux. Et lorsque vint l'aube, elle les trouva endormis sous l'ombreux ramages des grands chênes alentours. La nuit tremblait encore de leurs voix assemblées en un ultime hommage à leur défunt guide.

Lorsqu'il s'éveillèrent vers Midi, Artaxerxias était déjà levé. Il était allé trouver Radagast pour une conversation importante à ses yeux. Ainsi il s'était mis en tête de lui dire honnêtement la menace que la présence de ces aventuriers faisait encourir au vieil homme

"Il me vous vous parler franchement, mais je me dois de vous en dire plus sur notre mission et les conséquences de sa réussite: Si nous retrouvons la pierre tombée du ciel, nos forgerons pourront fabriquer de terribles armes qui nous redonneront notre puissance de jadis. Depuis quelques mois une alliance secrète noue lie aux elfes d'Eregion et de Lothlorien. Et dans la plus grande discrétion, nos frère d'Erebor ont dépêché des ambassadeur. Nous avons forger l'Alliance des Monts Brumeux . Peu à peu nous avons nettoyé les montagnes de son engeance noire. Les gobelins ont été repoussé au confins Nord de Gundabad et jusqu'en Orthanc pour ce qui est du Sud.

C'est pourquoi je dois dire que nos ennemis, bien qu'ignorant notre but, on de sérieuses raisons de nous traquer. Nous vous faisons donc courir un risque par notre présence. Aussi nous ne pouvons demeurer longtemps chez vous. Nous repartirons donc dès demain, le temps de prendre une journée de repos, car notre tâche ne serait attendre plus longtemps."


Le Haradrim s'interrompit. Il hésita une seconde, croisant les bras sous l'embarras de sa prochaine demande.

"Si je vous ai expliqué les raisons profondes de notre venue, c'est je dois dire parce que je vous ai cru capable de comprendre les enjeux de tout cela. Aussi j'espérais vous demander votre aide pour la suite des événements. Vous me semblez quelqu'un de dévoué aux justes causes, et un amis des gens libres de la Terre du Milieu. Est-ce que je me tromperait?"

Artaxerxias avant désormais une mine tout à fait différente: ses yeux en amandes s'étaient plissés, attentifs, et tout son être semblait scruter l'Istar en profondeur. Mais, de toute évidence, l'homme du sud ignorait complètement la nature réel de son hôte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyMer 20 Juin 2012 - 14:54
Voyant qu’Artaxerxias le conviait à l’intérieur de la caverne, Radagast ne se fit pas prier et vint rejoindre les autres nains autour de la sépulture du Maitre des Runes. Pendant le discours de l’indien, l’ambiance était solennelle et les esprits étaient au recueillement. Le magicien se sentait presque coupable d’assister à un tel événement lui qui au commencement avait décidé de s’éloigner de ces êtres. Puis certains nains entamèrent un chant funéraire en hommage à leur compagnon qui fut reprit comme un écho grandissant par les autres nains présents. Ce chant était puissant et semblait remonter des entrailles de la terre pour honorer les ancêtres de ce peuple fier. Soudainement Radagast se sentit privilégié de pouvoir assister à une telle cérémonie et son cœur s’emplit d’empathie pour ces petits êtres dont l’avarice l’avait poussé à s’éloigner d’eux. Peut-être que son premier jugement sur les hommes, les elfes et les nains avait été trop hâtif, après tout excepté les Noldor, il n’avait côtoyé que très peu les différents peuples de la Terre du Milieu.

C’est donc l’esprit travaillé que Radagast retourna à Rhosgobel en compagnie d’Artaxerxias et ses nains. Le magicien laissa ses invités seuls pour la nuit et alla s’isoler plus loin dans la forêt. Il passa de longues heures de la nuit assis en tailleur sur un rocher couvert de mousse, les yeux fermés. Pour un œil non averti, il semblait endormi dans une position des plus surprenantes. Mais il n’en était rien. Son esprit était en guerre contre lui-même. Cela faisait déjà un moment que le magicien questionnait son attitude depuis son arrivée en Terre du Milieu. Il avait laissé Sauron et les orientaux empoisonner cette forêt sans rien faire, se contentant de préserver un havre de paix pour les animaux chassés de leurs terres. Il avait vu les convois de centaines de réfugiés quitter les villes du Rhovanion en direction de l’Ouest après que les orientaux les aient chassés et une fois de plus, il n’était pas intervenu.

Lui qui ne demandait qu’à vivre auprès de ses amis kelvar et profiter de leurs compagnies devait maintenant faire face à un choix difficile. Il ne pouvait clairement plus ignorer la détresse des peuples libres maintenant que les nains lui avaient laissé pénétrer leur intimité. Radagast allait devoir quitter Rhosgobel et faire ce pour quoi on l’avait envoyé ici et ce qu’il aurait dû faire dès son arrivée, aider les peuples libres face aux forces de Morgoth et Sauron. Il en était maintenant plus convaincu que jamais, il ne pouvait pas laisser le Mal se développer sur ces terres.

Après cette nuit de réflexion, Radagast retourna auprès des nains. Là, Artaxerxias vint le chercher pour une nouvelle discussion. L’Istar écouta avec attention les dires de l’indien et à l’écouter, il comprit que les elfes et les nains étaient loin d’avoir capitulé devant les noirs desseins de Morgoth. D’apprendre qu’une alliance avait été scellée entre les elfes et les nains pourtant des peuples si différents montraient que finalement tout n’était pas mauvais en eux et que l’étincelle de la vie était plus que jamais flamboyantes en leurs cœurs. Donc quand Artaxerxias en vint à demander l’aide du magicien, ce dernier qui aurait redouté cette question avant, avait une réponse claire à donner.

« Vous êtes bien perspicace pour voir qu’il y a en moi de l’amour envers les peuples libres, dit-il avec un petit rire en repensant à la longue nuit de méditation qu’il venait de passer. Votre cause est juste et votre cœur est bon mon ami, si je peux être d’une quelconque aide dans le projet que vous mentionnez, je serais honoré de pouvoir y participer. »

Voilà, c’était maintenant décidé, Radagast n’allait plus rester en retrait. Il allait enfin assumer sa mission première. Il était temps pour le magicien brun d’entrer en action et de montrer à Sauron et Morgoth que les peuples libres avaient encore des ressources insoupçonnées. Puis il regarda longtemps son interlocuteur, une idée venant de germer dans son esprit.

« Dans ce cas, pourrais-je me permettre de demander votre aide en retour ? Soudainement son ton devint plus grave. Depuis trop longtemps cette forêt reste prisonnière de la magie noire issue de la forteresse de Dol-Guldur. Ces bois sont plongés dans une noirceur profonde et seule des araignées au venin mortel les peuplent. J’ai remarqué qu’il y avait dans vos rangs des elfes sylvains qui jadis furent mes voisins en ces lieues. Aussi, pourriez-vous me permettre de leur demander leur aide afin de monter une expédition visant à détruire la forteresse et libérer cette forêt du mal qui l’habite depuis bien trop longtemps et ainsi rendre aux elfes leurs territoires. »

Ce projet tenait particulièrement à coeur au magicien et si en échange de son aide, il pouvait obtenir de bons guerriers capable de l'aider dans sa quête, alors peut-être que la forêt noire n'aurait plus à porter ce nom, la vie revenant s'installer en son sein.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyDim 24 Juin 2012 - 17:18
Le magicien accepta de se joindre à leur cause, au grand bonheur d'Artaxerxias qui y voyait là une fortune du sort. Leur mission avait prit un mauvais tournant, mais peut être les Valars leur portaient-ils secours par cet envoyé impromptu. C'était en tout cas une aubaine, et il aurait été idiot de s'en priver.
Mais le vieil homme ajouta ensuite quelque chose qui provoqua une hésitation dans le cœur de l'indien. Il comptait chasser affronter Dol Guldur et rendre le bois aux elfes. Le haradrim n'avait rien contre l'idée en soit, mais il ne pouvait engager les seigneurs Naugrims et Noldors par sa parole. Après tout il n'était qu'un capitaine, certes d'une prestigieuse compagnie, mais il ne possédait pas la moindre légitimité pour ce faire. Aussi, il se sentit obligé de discuter la demande de Radagast.

"Et bien, ce que vous me demandez en retour est difficile. Car mettre à bas Dol Guldur et chasser les araignées des bois ne put être chose aisée. J'ai moi-même, il y a dix années de cela, participé à un siège dans les donjon de ce lieu ténébreux. C'est une redoutable place forte que les orientaux ont su réaménager à leur usage.

Je secondais Théophraïn dans sa tâche et à présent qu'il est mort son commandement m'incombe. Mais je ne crois pas pouvoir engager le royaume de Khazad Dûm par ma promesse.
L'alliance liée entre les elfes et les nains aurait sans doute grande chance de réussite. Mais il nous faudrait tenir conseil pour mener une telle entreprise. Aussi la seule institution dont je peut vous certifier l'appuie, c'est celle du Conseil des Forges. Ses membres sont influents à Khazad Dûm et c'est déjà un bon début pour recueillir l'appuie des nains.

Vous parliez des elfes comme notre camarade Sulhedel. Ses frères sont dispersés en Lothlorien et en Eregion. Il nous faudrait rassembler la diaspora de l'ancien royaume de Thranduil et l'armer pour la guerre. Hatori Hanzok, si vous savez le convaincre, soutiendra votre cause. Il est un farouche adversaires des orientaux qu'il méprise depuis de longues années, bien qu'il les craignent dans le même temps.

Le succès de notre mission actuel permettrait aux Conseil des Forges de réaliser des armes puissantes grâce au métal de l'étoile filante. Elles sont censées garantir la garde de notre mine. Je veux donc vous assurer que nous aider servirait surement votre propre objectif. Car dans un sens votre désir rejoint le notre. La chute de Dol Guldur assurerait la fin du blocus de l'Erebor. Les nains soutiendront probablement votre projet. Mais montrer les premiers signes de bonne volonté n'est pas inopportun. Les nains sont méfiants, mais leurs alliés sont sacrés..."



Le Haradrim espérait avoir été suffisamment franc avec Radagast. Comme il l'avait dit, il ne pouvait s'engager de manière certaine, ne possédant pas un tel pouvoir. Il aurait alors risqué d'être parjure à ses engagement, chose dont il ne voulait se rendre coupable. Mais il pouvait informer le magicien sur la manière d'agir des naugrims. a propre parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyJeu 30 Aoû 2012 - 17:08
[HJ: Désolé pour ce temps de réponse plus que long et honteux, entre les vacances et le travail j'étais vraiment débordé.]

Artaxerxias était un grand combattant et sa participation à un siège à Dol Guldur le confirmait. Radagast se rendait maintenant compte que la terre du milieu, loin d’abriter des êtres perfides uniquement guidés par leurs égos et la quête de puissance, comptait parmi ses habitants des personnes courageuses animées par la volonté de vivre libre et en paix prêts à se battre pour la liberté des peuples. Un sentiment de honte s’enracina dans le cœur du magicien en repensant au jugement hâtif qu’il avait porté sur les habitants de la terre du milieu lors de son arrivée aux Havres Gris, mais il ne laissa rien paraitre aux yeux de l’indien.

La réponse d’Artaxerxias montrait à Radagast qu’il avait encore beaucoup à apprendre de ces peuples. Même si le temps semblait suspendre son avancée inexorable ici à Rhosgobel, les saisons s’enchainant sans que rien ne viennent les troublées, le monde extérieur se développait à une vitesse impressionnante avec son jeu de pouvoir toujours plus prenant et omniprésent. Le magicien ne connaissait rien de la politique des différents royaumes, ni des institutions présentes en leurs seins et ses connaissances des relations entre les différents peuples devaient surement être erronées depuis le temps qu’il ne s’était plus intéressé aux Peuples Libres. Pour cela Artaxerxias pourrait être un allié de circonstances, sa connaissance du peuple naugrim pourrait s’avérer d’une grande aide, sans compter que de ce qu’il avait pu comprendre, l’indien était bien installé dans le commandement de la cité de Khazad Dûm. S’il le présentait au Conseil des Forges, alors peut être le magicien aurait une chance de voir son nouvel objectif aboutir.

« Bien, si je peux compter sur votre aide pour m’introduire aux institutions de Khazad-Dûm alors peut être mon rêve de voir cette forêt repeuplée par ces habitants originaux pourra un jour se réaliser. Il marqua une pose avant de reprendre, dans ce cas ne perdons pas de temps, vous n’êtes pas encore au bout de votre voyage et nous allons attaquer la partie la plus difficile. »

Mais pour l’instant, ils avaient une mission à accomplir et elle risquait de devenir plus compliquée. D’après les informations qu’il avait obtenues de ses oiseaux, la météorite serait tombée au Nord du Val, dans le territoire des orientaux. Mais le problème était qu’il ne s’agissait pas de n’importe quelle tribu orientale. En effet, le Nord du Val d’Anduin était colonisé par les terribles dresseurs de chevaux Balchoths, connus pour leurs raids féroces dans l’ensemble du Rhovanion. Leur communauté était formée de nombreuses petites colonies éparpillées au Nord le long du fleuve et les éviter ne seraient pas chose aisée pour la compagnie naugrime. En plus, il fallait espérer que les Balchoths n’aient pas déplacé le morceau d’étoile. Si un chef de tribu était tombé dessus, il n’y avait aucun doute que la pierre ait fini sa route dans sa hutte en trophée ou en monnaie d’échange contre des vivres ou des chevaux auprès d’une autre tribu. Bref localiser la météorite ne serait pas simple, mais avec l’aide des oiseaux de Radagast, la compagnie avait de bonne chance de trouver leur objectif.

« Si vous le souhaitez, pendant que votre compagnie ira chercher le matériel laissé dans le gouffre, je tenterai de localiser la pierre que vous cherchez. Depuis le temps que je sillonne le Val, j’ai de bonne connaissance qui pourront peut-être nous aider. »

Bien sûr, il était encore trop tôt pour révéler son identité à l’indien. Après tout Radagast l’avait rencontré il y un jour seulement et bien qu’il soit persuadé du bon fondement des intentions d’Artaxerxias, le magicien n’avait pas eu affaire au Mal depuis si longtemps qu’il avait encore du mal à se confier. Mais surement que s’ils réussissaient cette mission ensemble, Radagast serait plus prompte à révéler sa nature d’Ami des animaux à son interlocuteur.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyJeu 30 Aoû 2012 - 18:42
[HRP]Pas de soucis, c'est les vacances Wink]


Artaxerxias approuva les bonnes paroles du vieil homme. Mais, au fond de lui il sentait qu'il n'avait pas été complètement honnête. Face à la confiance que Radagast semblait lui accorder, il pouvait s'engager d'avantage. Après tout, le sort de cette mission se trouvait à présent entre les mains de cet allié de fortune. Aussi, il se résolu à évoquer un dangereux secret pour que le magicien sache que leurs intérêts se rejoignaient bien.

"Je vous remercie de votre aide encore une fois. Et je dois ajouter quelque chose que je prie de garder secret: il y a de cela plusieurs mois, les nains de Khazad Dûm ont rencontré plusieurs délégations d'elfes. J'ai moi même participé à l'escorte des ambassadeurs, et même si je n'ai pas assisté aux pourparlers, les indiscrétions dont mon grade me permet d'être le témoin m'ont révélé le tissage d'une alliance entre les elfes et les nains: ainsi la Lothlorien, l'Eregion et Khazad Dûm ont noués une alliance, et il semblerait que même des nains d'Erebor se soient trouvé présents. Je ne peux vous en dire plus, n'en sachant pas d'avantage, mais j'ai de bonne raisons de croire qu'une guerre se prépare..."


L'indien se tut quelques secondes avant de reprendre en changeant de sujet. Sa voix abandonna le timbre feutré des secrets et reprit plus forte et claire.

"Nous partons dès maintenant chercher notre matériel. Nous devrions en principe renter avant ce soir, à moins qu'un coup du sort ne vienne encore troubler notre périple..."


***



Quelques minutes plus tard, Artaxerxias avait rassemblé les membres encore valide de l'expédition. Ils s'enfoncèrent dans les bois en direction de l'Ouest, usant de la silhouette furtive du soleil perçant à travers les branches denses et épaisses. Après environ une heure, il se trouvèrent à nouveau à l'orée des bois. Il aperçurent les rochers entravant l'entrée du gouffre à plus d'un mille de là. Ils continuèrent de longer la lisière des arbres, préférant ne pas se découvrir sur la plaine. Quand ils furent au plus proche, ils demeurèrent sur place et seul le haradrim s'aventura pour vérifier si la voix était libre. Il était de loin le meilleur coureur, et en cas de grabuge, il aurait tôt fait de gagner le bois.
Après quelques instants à courir dans les hautes herbes, Artaxerxias parvint donc au niveau de la ravine. Prudemment, il l'explora, craignant une embuscade où d'éventuelles représailles. Mais seul le silence s'était installé en ce lieux de morts. Quelques corbeaux s'envolèrent à son approche. Autour de lui, seulement des cadavres dont l'odeur empestait l'air. Mais qu'elle ne fut pas sa surprise lorsque dans un coin il se trouva nez à nez avec l'une des mules! Elle avait survécu au carnage et demeurait là, abandonnée.
Le coureur indien remonta à grande foulées la ravine et d'une sifflement perçant fit signe à ses compagnons de le rejoindre.

Commença alors une tâche douloureuse et pénible: la fouille des cadavres. Ils mirent les corps de naugrims de côté ainsi que leur armes. Puis à l'aide de pierre il recouvrirent d'un seul monticule tout les corps défunts, ne pouvant prendre le risque d'allumer un bûcher qui eu révélé leur présence.
Pendant ce temps, d'autres ramassèrent l'équipement. Les burins étaient intacts, et il en était de même pour l'essentiel des outils qui étaient d'excellente facture. Lorsqu'il eurent récupéré tout ce qu'ils pouvaient emporter, ils chargèrent une partie des équipements sur la mule et prirent le reste dans leurs sacoches ou à bout de bras. Ils se trouvaient lourdement chargé, mais dès qu'ils eurent regagner le bois, ils prirent le temps de souffler et de mieux répartir les charges. Ils s’enfoncèrent ensuite dans la forêt, sous les arbres au lourdes ramures.

Mais un nouveau problème survint: s'ils avaient été capables de quitter le bois, n'ayant qu'à prendre la direction de l'Ouest, retrouver la demeure de Radagast était une toute autre affaire. Après une bonne heure de marche, ils durent se rendre à l'évidence: ils étaient égarés. Autour d'eux, les arbres tressaient leur eux d'ombre et de feuille. Des lianes épaisses s'enroulaient le long des branches, asphyxiant les grands troncs aux coiffures végétales. Des buissons épineux bloquait leur avancée. Même l'elfe autochtone était incapable de reconnaitre la moindre clairière.
La nuit commençait à tomber. Artaxerxias s'en voulut de n'avoir pas songer à une telle évidence. Les évènements dramatiques de ces derniers jours l'avait fatigué et son attention d'ordinaire si vigilante et prévoyante était en quelques sorte à bout de souffle. Mais il ne perdit pas espoir pour autant. Si le vieil homme voulait les retrouver, il n'aurait pas le moindre mal. Aussi, la compagnie choisit de prendre son mal en patience et d'attendre que le magicien les trouve. Après tout, les bois demeuraient un endroit sûr en comparaison des plaines de Rhovanion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
RadagastNombre de messages : 356
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2006

Feuille de personnage
Race: Istar
Possessions: Son bâton de magicien ainsi qu’une dague elfique
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Radagast
Protecteur de Mirkwood

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyDim 2 Sep 2012 - 18:01
Les dernières paroles d’Artaxerxias confirmèrent les pensées du magicien, l’indien s’avérait être d’une aide considérable quand il s’agissait de connaître les indiscrétions de la cité sous la montagne. Ainsi Radagast avait une chance inespérée de pouvoir rencontrer les instances de Khazad Dûm et faire valoir son projet. Son rêve d’enfin voir la forêt noire disparaitre au profit d’une forêt accueillante où les animaux et les elfes pourraient vivre en harmonie n’avait jamais semblé si proche de se réaliser.

Une fois la compagnie naugrime repartie chercher son équipement, Radagast appela Lindar et une fois le corbeau sur son épaule, il laissa les blessés du groupe à Rhosgobel et parti en direction du Nord. Localiser la pierre ne serait pas chose aisée, surtout qu’il ne fallait pas attirer l’attention des orientaux car tant qu’il était seul, Radagast ne craignait pas les Balchoths, pouvant disparaitre rapidement dans la forêt noire, là où les orientaux n’osaient s’aventurer, mais une fois que la compagnie aura pénétré dans le territoire des Balchoths alors il faudra être des plus discrets pour ne pas se faire repérer par les dresseurs de chevaux orientaux.

Une fois assez loin de sa demeure, Radagast confia ses ordres à Lindar. Le fidèle oiseau s’envola immédiatement suivit d’une dizaine d’autres corbeaux en direction du Nord. Le temps que ses protégés trouvent la pierre, Radagast descendit au cœur du Val afin d’observer l’activité des Balchoths. Le Nord du Val d’Anduin semblait plutôt calme. A l’horizon, le magicien distinguait plusieurs fortifications de bois, caractéristiques des villages orientaux en Rhovanion, plus à l’Ouest, il parvenait à distinguer un nuage de poussière montrant que certains orientaux étaient sortis de leur village, surement pour chasser ou patrouiller. Après une petite heure, Lindar revint se poser sur l’épaule de son ami et après une brève discussion, il s’envola décrivant des cercles au-dessus de Radagast. Pendant près de trois heures, le corbeau guida le magicien vers la pierre retrouvée. Longeant l’orée de la forêt, Radagast fini par voir la fameuse pierre. Elle se trouvait à deux miles tout au plus de la forêt et il fallait donc avancer en terrain découvert pour la récupérer. La mauvaise nouvelle venait du village oriental qui s’était installé au bord de l’Anduin où son chemin croisait à l’Ouest les eaux froides du Rhimdath. Il devait être composé d’une dizaine de huttes et Radagast ne donnait pas chère de la peau de ses compagnons si ces orientaux découvraient la compagnie naugrime. Il faudrait donc rester extrêmement discret pour ne pas éveiller les soupçons des Balchoths.

Une fois ses observations terminées, le magicien reprit la route de Rhosgobel pour y retrouver Artaxerxias et les nains. A son arrivée quelle ne fut pas sa surprise de voir que seuls les blessés qu’il avait laissés avant son départ se trouvaient ici. Inquiet de ne pas voir Artaxerxias qui pourtant aurait dû rentrer avant lui, le magicien partit immédiatement vers le sud à la recherche de l’indien et des nains. Radagast espérait de tout cœur que les naugrims n’aient pas rencontrés à nouveau des orcs des Monts Brumeux. Il envoya en éclaireur Lindar et alors que le soleil terminait sa course derrière les montagnes à l’Ouest allongeant l’ombre des arbres et plongeant la forêt dans l’obscurité, Radagast retrouva le petit groupe qui attendait patiemment le retour du magicien.

«J’ai bien eu peur un moment qu’il ne vous soit arrivé malheur. Content de voir que vous êtes tous sains et saufs et que vous avez retrouvé votre équipement. »

Radagast posa alors ses yeux sur un nouveau membre de la compagnie : une mule. La pauvre bête semblait apeurée par tous les événements qu’elle venait de subir et le magicien se rapprocha alors d’elle et posa calmement sa main sur le front de l'animal. Après avoir lancé quelques paroles à son attention dans une langue étrangère à tous ceux qui étaient présent, il regarda la mule avec un grand sourire de compassion en voyant qu’il avait fait disparaitre la peur qui l’habitait. Invitant alors le groupe à le suivre, Radagast vint au niveau d’Artaxerxias.

« J’ai réussi à localiser la pierre que vous cherchez. Heureusement pour nous, aucun des villages oriental n’a mis la main dessus. Je crois que nous profitons de leur naïveté sur le sujet car malheureusement la pierre est tombée proche d’une colonie Balchoths. J’ai pu m’approcher suffisamment du village pour y voir que l’activité était plutôt faible mais il faudra faire extrêmement attention car avancée sur un terrain découvert sans se faire repérer par les orientaux sera difficile avec la compagnie au complet. Mais comme elle est tombée proche de l’orée de la forêt, je pense qu’il sera possible de mener à bien cette mission. »

Les différentes parties du plan avaient bien progressées aujourd’hui et la compagnie voyait bientôt le bout de cette mission qui devait s’avérer bien plus difficile que ce que les naugrims pensaient à leur départ de Khazad-Dûm.


« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. » Contes et légendes inachevés : le Troisième Âge - Les Istari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t4819-radagast-le-brun
Hatori HanzokNombre de messages : 298
Age : 32
Date d'inscription : 23/01/2008

Feuille de personnage
Race: Nain de Khazad Dûm
Possessions: Marteau de Telchar, Bague d'Archiforgeron
Statut: Joueur(se) actif(ve)
Hatori Hanzok
Archiforgeron de Khazad-Dûm

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim EmptyVen 7 Sep 2012 - 18:38
Les paroles de Radagast présageaient une opération difficile à mener, bien plus délicate à mener pour l'équipe réduite. Il faudrait ruser et se montrer le plus discret possible car un affrontement avec les orientaux n'était nullement envisageable, même avec l'appuie de ce bien étrange vieillard. Artaxerxias ne pouvait compter que sur un elfe et quatre naugrims en état de voyager dangereusement. C'était bien maigre.
La journée s'acheva dans l'attente nerveuse. Chacun cherchait un moyen de parvenir à leur fins et les esprits cogitaient, angoissés. Le repas fit tout de même plus joyeux et après quelques chants ils allèrent se coucher. Seul le haradrim demeura auprès du feu à en contempler la flammes et les braises. Ses yeux, perdus dans les lueurs, les langues jaunes et les charbons ardents, il persistait à cogiter. Toujours rien en perspective... Finalement, la cendre recouvrit la pâle clarté rougeâtre, sans que l'indien eu trouvé la moindre idée. Il dormit d'un sommeil profond et fut réveillé par les premières clarté de l'aurore.

Ils déjeunèrent de miel et d'amandes accompagné d'une tisanes de thym. Tandis que tout le monde mâchonnait ces mets frugaux, un étrange spectacle s'offrit à eux. La mule qu'il avaient récuré la veille au fond du gouffre frottait ses flancs contre le tronc rugueux du grand chêne. Elle semblait calmer les démangeaisons qui l'animait par cette gesticulation presque comique. L'un des nains, Pilgrim lança d'un ton expert:

"C'est à cause des fougères que nous avons traversé hier... les tiques se déposent sur les palmes de la plante et se laissent tomber au passage du gibier avant de se fixer sur leur cuir. Elle peuvent demeurer des semaines accrochées avant de se laisser choir à nouveau pour pondre.
Moi même j'en ai ôté plus d'une dizaine rien que sur mes mollets! C'est vous dire si ces coins en regorgent. Vous devriez inspectez votre corps, croyez moi!"


Quelques uns ricanèrent avant de replonger leur attention dans le fond de leur bols pleins d'un mélange doux et sucré. Artaxerxias ne put s’empêcher de jeter un regard à ses jambes dont les pieds n'étaient couvert que de sandales. C'est alors qu'il eut un éclair de génie... il en sursauta presque et dans l’excitation, manqua de renverser son auge.

"J'ai trouvé!!"

Il se leva et alla trouver Radagast pour l'entretenir de sa découverte. À la vitesse de l'éclair, il débita ses paroles comme un moulins dont les ailes tournes plus vite sous l'assaut d'une souffle soudain.

"Je vous ai bien observé et je suis presque sur que vous êtes doté d'un don avec animaux. Ils semblent vous obéir, ou tout du moins vous comprendre, comme ce corbeau qui sans cesse vous suit.
Il nous faut recourir à nouveau à l'aide des aurochs!! Nous pourrions traverser accrochés chacun sous les flancs d'une bête. Au milieu du troupeau nous passerons inaperçu et pourrons atteindre la Pierre Céleste. Une fois la nuit venue, nous agirons. Il nous faudra emporter le stricte minimum.

Pour cela vous devez convaincre le troupeau de nous porter assistance encore une fois. Qu'en pensez vous?"


Les yeux du capitaine brillaient de milles feux, de cette lueur qui anime les hommes passionnés par leur buts. Tendu comme un arc prêt à se rompre il jubilaient, attendant nerveusement la réponse de Radagast. Derrière, les nains s'étaient approchés et même s'ils n'avaient pas tout entendu de la conversation, ils avaient comprit que les choses semblaient ouvrir quelques perspéctives dont l'aboutissement dépendrait en partie de l'accord du vieillard vêtu tout de brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/t1435-la-grande-saraband
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'expédition naugrim   L'expédition naugrim Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

L'expédition naugrim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Expédition vers le Harad.
» L'expédition naugrim
» Une expédition diplomatique.
» Expédition des Sentinelles
» [Harondor] Étape finale de l'expédition de Krage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rôle - Terre du Milieu :: L'expédition naugrim N448 :: Les archives :: RPs des Royaumes Humains :: Archives du Rhovanion :: Le Val d'Anduin-